Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > Economie > Retour au Far West : La faillite de l’Etat américain

Retour au Far West : La faillite de l’Etat américain

Eurocalypse est un roman d’anticipation publié en 2006 dans lequel se met en place le pouvoir des corporations après une crise cataclysmique dans les années 2010. Le récit se situe en 2038.

 

La ruine des Etats a conduit les classes dirigeantes à féodaliser tout azimut ce qui amène à une société aux abois qui ne se résume plus guère qu’au cantonnement des populations dans trois sortes de zones différentes : les hyper- zones, quartiers réservés à l’élite des riches et des puissants, les infra- zones dédiées aux classes moyennes majoritairement blanches géré par des entreprises privées et les extra- zones, territoires de relégation où végète dans la violence un sous prolétariat souvent coloré et toujours abandonné à lui-même.


Bien entendu, la police se garde bien d’intervenir à l’intérieur de ces zones de non-droit où des bandes ethniques font régner un ordre de type mafieux fort proche de la loi de la jungle.

 

Un roman ? En regardant cette vidéo on ne peut que saluer les auteurs pour leur clairvoyance car ils étaient très proches de la réalité. Comme ils l’avaient prévenu, « Contrairement aux apparences, ce livre n’est pas un roman ».Mais pouvaient-ils s’ imaginer que les choses iraient aussi vite ?

 

 

Extra-zones

 

 C’est l’une des villes les plus dangereuses des États-Unis, un terrain de jeu pour les gangs et les dealers, et pourtant Trenton a dû licencier plus de 100 policiers, soit un tiers de ses effectifs. A l’image de nombreuses cités américaines au bord de la faillite, elle n’a même plus les moyens de payer pour la sécurité publique. Temps Présent s’est rendu dans cette ville, à une heure à peine de New York, pour partager le quotidien de ceux qui vivent avec des services publics réduits au minimum.

 

Quel rôle l’État doit-il jouer, peut-on vivre avec le moins d’État possible ? Cette thématique est au centre de l’élection présidentielle en cours. Temps Présent s’est rendu dans deux villes qui partagent un même sort : elles sont au bord de la faillite. Mais c’est leur seul point commun. Trenton, capitale du New Jersey, à majorité noire et hispanique, est complètement dévastée – et vit désormais avec une force de police amputée d’un tiers. Résultat : les crimes ont augmenté de façon spectaculaire. Une insécurité qui la fait glisser un peu plus dans l’abîme.

 

 Infra- zones

 

Colorado Springs, elle, vit aussi au régime sec, mais ici c’est un choix délibéré. Dans cette ville au pied des Rocheuses, le « moins d’Etat », c’est presque une religion. Quand la crise a frappé, la ville a sauvé ses policiers, mais elle a sabordé d’autres services publics. Lampadaires éteints, parcs laissés à l’abandon, piscines fermées : les citoyens se sont réveillés du jour au lendemain dans un tout nouvel environnement. Ce qui est vraiment surprenant, c’est le programme d’adoption qui a été lancé par la ville : ainsi les plus riches ont pu se payer leur lampadaire ou leur parc… Et les businessmen les plus importants en ont profité pour prendre les rênes.

 

 Pauvreté endémique

 

Selon Olivier Delamarche, les Etats-Unis trafiquent leurs chiffres du chômage et de la pauvreté : 15 % de la population américaine (47 millions d’américains) mange avec des tickets d’aide alimentaire.

 

Vive le rêve américain !

Source : - mécanoblog

 - Super résistance.

Tags : Etats-Unis

Réagissez à l'article

33 réactions à cet article

  • 15 votes
    machiavel1983 (---.---.---.227) 20 octobre 2012 11:47
    maQiavel

    En tous cas bravo à Michel Drac et ses comparses qui ont écrit eurocalypse , quelle clairvoyance. On va droit vers la société qu’ ils décrivent !

    Tous ce qu’ il manque dans ce reportage , ce sont les hyper-zones qui ne sont pas très difficile à repérer par exemple dans les quartiers huppés de Los angeles .On va droit vers ce modèle y compris en Europe .
    • 4 votes
      yoananda (---.---.---.32) 20 octobre 2012 22:44
      yoananda

      En effet, une sorte de beau coktail entre 1984, meilleur des mondes, globalia, judge dread ...

    • 1 vote
      Hieronymus (---.---.---.196) 21 octobre 2012 00:36
      Hieronymus

      merci Machiavel pour le partage

      michel Drac est un brillant intellectuel non depourvu d’humour mais je ne savais pas qu’il ecrivait des romans d’anticipation, en fait en regardant la fiche du bouquin je ne vois rien qui concerne les auteurs, avez vous plus d’info, fiche resumee de l’ouvrage ?

    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.122) 21 octobre 2012 10:27
      maQiavel

      Bonjour hieronymus.
      Concernant l’ auteur , il s’ agit du collectif Solon constitué de trois auteurs ( dont Michel Drac , les autres étant anonyme ).
      Pour ce qui est d’ un résumé de l’ ouvrage , va sur le lien que j’ ai mit dans l’ article sur Eurocalypse , tu auras même droit aux premières pages. smiley

    • 1 vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 21 octobre 2012 10:58
      maQiavel

      P.S : C’ est un roman vraiment palpitant mêlant géopolitique , criminalité , fabrication du consentement sur fond de science fiction. Même le concept de BAD est y est abordé.

      Sinon pour le résumé de l’ ouvrage , Michel Drac en parle dans cette vidéo de 28 : 00 à 38 :30  !
      Sinon en plus des trois auteurs , il y’ a deux collaborateurs eux aussi anonymes.
    • 2 votes
      Arsene Icke (---.---.---.157) 21 octobre 2012 14:45
      Arsene Icke

      Colorado Springs (première partie de la vidéo) : et bien moi je trouve cette mentalité américaine absolument géniale ! "On se démerde seul, on a pas besoin de l’État !". Quenelle géante aux fonctionnaires et au gouvernement fédéral (ie. le "Bruxelles" américain) ! C’est exactement comme ça que je vois les choses. C’est le meilleur des USA.
      Par contre sur la deuxième ville (dans le New Jersey) on voit la triste réalité des ghettos noirs, de la drogue et du rap pour seule culture ... Le pire des USA.
      Le problème est qu’en France, la réponse ne sera pas celle de Colorado Springs.
      Bienvenue dans l’ère post peak oil.
      Merci pour la vidéo.

    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 21 octobre 2012 15:05
      maQiavel

      Salut arsene .

      Tu es un libertarien du coups je comprends ton commentaire. La défiance vis à vis de l’ Etat ( sous contrôle d’ une oligarchie bureaucratique et capitaliste anti-libérale ) je la partage avec toi .
      Je trouve aussi qu’ on est trop dépendant de l’ Etat et des supers structures prompt à gouverner les gens et à leur oter leur liberté .En gros ce désir de liberté je le partage avec toi  !
      Mais considère une chose : A la place de l’ Etat , ce sont les corporations privées qui se mettent en place .Ces corporation ne sont pas plus libérale que l’ Etat , ce sont des Etats eux mêmes mais privatisées est ce que tu vois ou je veux en venir ?
      Que les citoyens d’ une commune , d’ une ville s’ organisent eux même économiquement et politiquement ce serait autre chose , mais là t’ as des mastodontes capitaliste qui prennent tout en charge , convient avec moi que la liberté des citoyens est aussi menacée par ces nouvelles super-structures. 
      Je crois qu’ il y’ a d’ autres voies que les grosses corporations privées ou le tout Etat : par exemple l’ autogestion citoyenne tant économique que sociale garant de la liberté politique !Libérale et à la fois sociale , conciliant l’ individualisme et la solidarité ,deux facteurs parfaitement humains ( l’homme est à la fois un animal social et individuel ) que les idéologies ultra-libérale ou Marxiste tendent à étouffer dogmatiquement . Mais ce n’ est que mon opinion .
    • vote
      Hieronymus (---.---.---.99) 21 octobre 2012 16:33
      Hieronymus

      merci Machiavel pour la reponse

      en fait pour voir un resume de l’ouvrage, il faut cliquer sur ce lien

      http://www.scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=267:publication-deurocalypse&catid=35:actualite-des-editions-le-retour-aux-sources&Itemid=53

      lien pas evident a priori, mais qui se remarque en bas de la page principale

    • 3 votes
      Arsene Icke (---.---.---.157) 21 octobre 2012 17:27
      Arsene Icke

      @machiavel1983 : Je ne suis pas pour une économie néo-con de grosses entreprises, de "machins" pachydermiques quasi-étatiques et multinationaux (le club du CAC40) mais au contraire, en véritable libéral, j’attends que la structure de concurrence ait la granularité la plus fine possible, ce que l’école autrichienne appelle l’atomicité et qui est une condition essentielle dans un système de concurrence "pure et parfaite", ce que je prône. Je pense que dans un système non faussé par l’État et des règlements crétins imposés par les lobbies on peut arriver a remplir cette condition. et dans ce cas, ce sera la concurrence entre petits fermiers et petits entrepreneurs, sans positions dominantes, qui guidera les politiques industrielles (la main invisible) et ce pour le plus grand bonheur des consommateurs. Je pense qu’un marché véritablement libre empêche de facto la survenance d’oligopoles et de monopoles, qu’ils soient de fait ou de droit. Le rôle de l’État sera alors de garantir cette atomicité et une structure de concurrence pure et parfaite.

    • vote
      machiavel1983 (---.---.---.227) 21 octobre 2012 17:36
      maQiavel

      @arsene icke

      Je ne suis pas pour une économie néo-con de grosses entreprises, de "machins" pachydermiques quasi-étatiques et multinationaux 
      R /Oui je le sais très bien, tu es un libertarien .C’ est pourquoi j’ ai écris mon commentaire ,tu devrais être contre ce qui se passe à Colorado Springs ...
      Sur l’ atomicité je suis d’ accord , mais ce n’ est pas ce qui se passe dans cette ville . Tu vois ce que je veux dire ?
       
    • 2 votes
      Arsene Icke (---.---.---.157) 21 octobre 2012 18:48
      Arsene Icke

      Ouais mais à Colorado Springs c’est plutot la mentalité des habitants qui me plait. smiley Genre far-west ou tout le monde met la main a la pâte.. 

    • 1 vote
      rastapopulo (---.---.---.118) 22 octobre 2012 00:10
      rastapopulo

      1° La crise financière n’a rien avoir avec le peak oil (c’est même pour réserver les bénéfices du peak oil dans 20 ans à des régimes plus favorable aux anglosaxons dans le futur que l’économie s’est financiarisé sur du vide et fait baisser les cours).
      2° Lors de la faillite de la banque peruzzi et bardi, l’état-nation n’existait pas encore. C’était le rêve de la débrouille qui a fini en âge des ténèbres, peste noire comprise. Faillite d’ailleurs provoqué par l’empire vénitien privatisé et avec les fondations Soros qui font l’éloge du moyen-âge avec les ville états et leur sainte débrouille inoffensive contre les empires.
      3° Les libertariens sont contre les lois anti-trust. Je vois mal un tenant de l’école autrichienne venir réguler les fusions acquisition non ?
      4° les fusions-acquisition (ou les monopoles d’état d’ailleurs) permettent de réduire les intermédiaires et donc les coûts inutiles dans de nombreux cas. Là où ça devient rigolo, c’est que c’est justement dans le secteur pétrolier que des coûts inutiles ont été efficacement évités par le phénomène de concentration (je parle pas du versent magouille politicoéconomique des coups d’état sur commande)
      http://www.solidariteetprogres.org/documents-de-fond-7/histoire/article/combattre-le-fascisme-financier-l-exemple-d-henri.html
      Henri IV et son fidèle conseiller Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641), vont non seulement augmenter les dépenses, mais remettre le pays en marche : l’Etat embauche des milliers de fonctionnaires (quelle horreur !) dont le nombre, à peine 4000 sous François Ier, passe à 25000. On dépense aussi des millions dans une politique de grands travaux destinés à engendrer une relance de toute l’économie nationale : fortifications, ponts, routes, hôpitaux, écoles, canaux, etc., sans oublier les millions pour inciter les chefs de la Ligue Catholique à cesser guerroyer.

      François Bayrou constate qu’Henri IV et Sully « ont réussi à désendetter le pays de 50% en dix ans. Non seulement le crédit de l’Etat était parfaitement rétabli mais le roi avait désormais, sévèrement gardé à la Bastille, un solide trésor de 5 millions de livres et il disposait par ailleurs d’une réserve de plus de 11 millions de livres. Mieux, l’exercice de 1611 devait dégager un excédent de 4,6 millions de livres ».

  • 10 votes
    cassia (---.---.---.102) 20 octobre 2012 12:34
    cassia

    Ton article Machiavel est le pendant du mien !

    La société moderne, industrielle et urbaine, ivre de consommation, a mis a sac la nature. Que nous le voulions ou non, c’est contraints et forcés, pour essayer de survivre, qu’une société à prédominance rurale s’imposera bientôt !

    Ou mourir à petit feu dans l’étau des mégalopoles asphyxiantes....

    • 8 votes
      Famine (---.---.---.251) 20 octobre 2012 12:41
      Famine(la grande)

      J’allais le dire cassia. Si ces usagers de crack avaient chacun à leur disposition 2 ou 3 are de terrain, un motoculteur en commun, et un accès 1h par jour à un peu d’eau d’irrigation, beaucoup de leurs problèmes seraient résolus, et de là beaucoup de problèmes qu’ils posent également. Ces déserts alimentaires, c’est vraiment la prison à ciel ouvert. 

    • vote
      rastapopulo (---.---.---.118) 22 octobre 2012 00:17
      rastapopulo

      Le problème n’est ni la consommation, ni la modernité et surtout pas l’industrie (qui a justement permis de battre l’impérialisme commerciale des Compagnies des Indes avec free trade esclavagiste et dogme de l’achat pas chère pour revendre le plus chère). C’est l’infériorité des producteurs de biens mise en concurrence comme du temps des Compagnies des Indes qui nivèle par le bas les normes environnementales.

  • 1 vote
    machiavel1983 (---.---.---.227) 20 octobre 2012 13:01
    maQiavel

    @cassia

    Ce n’ est pas la première fois que je le remarque sur agoravox tv , il y’ a souvent une cohérence entre les vidéos , à croire qu’ on comploterait dans l’ ombre smiley
    @Famine
    Je sais pas.Est ce que ces mecs là ont vraiment envie de bosser ? Je crois que ce qu’ il leur faut d’ abord c’ est une révolution mentale , envisager les choses différemment .Mais tu as raison ,dis plutôt que de faire des va et viens en taule , leur vie s’ amélioreraient avec des petits terrains . Le voudraient ils vraiment ? Là est la question.


  • 8 votes
    Yoann (---.---.---.46) 20 octobre 2012 14:30
    Yoann

    Très bon doc, merci machiavel1983 smiley

    Le seul point qui me gêne, c’est que nous payons une part d’impôt pour la police, le nettoyage/éclairage des rues, l’entretien des parcs, etc .... Si les citoyens le financent/parrainent/travaillent gratuitement etc ..., -appelons ça comme on veut- c’est que nous payons une part d’impôts pour un service qui n’est plus rendu ? Cette part d’impôt est donc allouée pour rembourser les dettes et donc, engraisser les banquiers et la finance ... 

    Par conséquent, est-ce réellement la bonne solution ? Ne risque t-on pas de faire "muter" le système vers quelquechose de moyenâgeux où la dette serait la dîme ?

    Et la question à 100 balles du jour : Pourquoi acceptons-nous cela ?
    • 8 votes
      zeitgest (---.---.---.102) 20 octobre 2012 22:28
      zeitgest

      "Pourquoi acceptons-nous cela ?"
      Parce que nous sommes des animaux de ferme qui passons du pâturage dans de vertes prairies à celle de l’abattage. On ne s’y attendait pas et nous voilà comme des lapins pris dans les phares d’une voiture ! Tétanisés !
      Il nous faut espérer passer entre les roues et laisser celle-ci se prendre le mur dans le virage !

  • 4 votes
    wesson (---.---.---.48) 21 octobre 2012 04:45

    Ce reportage est une sorte de comble du ridicule. D’une part, il y a le coté "c’est votre faute" du début. "Vous avez refusé une hausse des impôts, donc plus de lampadaire", mais strictement rien sur la compagnie d’électricité, ou bien le fabricant de lampadaire qui a décidé d’augmenter ses tarifs de manière prohibitive. Pour le dire autrement, le reportage prétends que pour avoir un bon service il suffit de payer, et surtout pas besoin de réguler ceux qui fournissent ce service.


    Ensuite, il atomise complètement la notion de service public en le réduisant à un lampadaire. Effectivement on peut éteindre ou allumer un lampadaire de manière individuelle. Mais la raison d’être d’un service public, c’est que justement il se conçoit dans sa globalité, et non pas comme une somme de services individuels. L’exemple pertinent est le ramassage des poubelles. Si au lieu d’éteindre 1/3 des lampadaires la ville avait décidé de ne pas ramasser 1/3 des poubelles, on comprends de suite que les "économies" ainsi réalisées vont être plus que faible, voire englouties par les problèmes de santé qui vont alors arriver.

    Et c’est cette même notion qui rends le scénario présenté totalement impossible. Avoir un zonage aussi clair entre riches, classes moyennes et pauvres, ça ne fonctionne pas, là encore parce que certains services ne se conçoivent que globalement, c’est à dire que tout le monde doit en bénéficier. 

    Et tout ça pour au final nous sortir le cliché absolu : les bandes ethniques qui font régner un ordre évidemment mafieux proche de la loi de la jungle, tout juste si ils bouffent pas leurs enfants. On est donc dans la bouillie ultralibérale standard...

    Bref, tout est à jeter dans cette stupidité !
    • 3 votes
      Yoann (---.---.---.46) 21 octobre 2012 09:46
      Yoann

      Ce qui est important dans ce doc c’est de voir comment évolue la société lorsqu’il y a moins d’état et de service public, donc la version light de ce qui nous attends ...

      Je trouve que le problème est bien soulevé mais je suis d’accord sur le fait que les solutions ne sont pas les bonnes mais comme c’est souvent (toujours ?) le cas ...

      De plus cette réalité des US est complètement occulté par nos médias, donc non, tout n’est pas à jeter dans ce doc smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès