Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Thorium, la face gâchée du nucléaire

Thorium, la face gâchée du nucléaire

Une énergie nucléaire "verte" ? Au début de la série Occupied, diffusée par ARTE fin 2015, le nouveau chef écologiste du gouvernement norvégien, pour mettre un terme à l'exploitation pétrolière, inaugurait une centrale fonctionnant au thorium. Une hypothèse nullement fictive, selon ce documentaire, qui montre combien ce combustible alternatif, découvert à la fin du XIXe siècle et répandu sur toute la planète, représente une piste sérieuse pour échapper aux dangers et à la pollution induits par l'utilisation du plutonium par l'industrie atomique. Si le nucléaire n'avait pas été inventé pour bombarder Hiroshima et propulser des flottes militaires, nos centrales fonctionneraient sans doute aujourd'hui avec des réacteurs à sels fondus de thorium. Tchernobyl et Fukushima seraient peut-être restés des points anonymes sur la carte du monde. La surexploitation de l'énergie fossile aurait probablement cessé beaucoup plus tôt, et le changement climatique se révélerait moins alarmant qu'il ne l'est aujourd'hui...

 

 

Tags : Economie Energie Nucléaire Energies renouvelables



Réagissez à l'article

18 réactions à cet article


  • 2 votes
    Voter Après la Monnaie Voter Après la Monnaie 1er octobre 14:24

    Le thorium, c’est "plus lite" mais c’est toujours une énergie nucléaire radioactive avec des concentrations dangereuses, nocives, des déchets dont on ne sait pas quoi faire, bref, c’est "l’avenir d’une société qui continue d’aller dans le mur".

    Dommage qu’il n’y ait pas le débat qui a eu lieu après la diffusion de ce documentaire (docu qui donne néanmoins beaucoup d’informations utiles et intéressantes).


    • vote
      matthius matthius 1er octobre 14:45

      @Voter Après la Monnaie

      Les déchets du thorium sont gérables. Il n’y a pas à stocker les déchets nucléaires avec le projet MYRRHA.

      https://www.youtube.com/results?search_query=MYRRHA+belgique


    • 2 votes
      Voter Après la Monnaie Voter Après la Monnaie 1er octobre 18:30

      @matthius

      Aucun déchet nucléaire n’est "gérable", même une "simple centrale" au thorium devient un "mausolée radioactif pour des milliers d’années". Vous êtes un "croyant en des solutions dans l’avenir" mais pour l’instant, on a les déchets toxiques, et pas de solution.


    • vote
      matthius matthius 1er octobre 20:18

      @Voter Après la Monnaie
      Si il y a le projet MYRRHA en Belgique.


    • 1 vote
      Voter Après la Monnaie Voter Après la Monnaie 2 octobre 12:50

      @matthius
      Ce projet n’est qu’une supposition, de plus le lien que vous avez donné est celui d’un promoteur du nucléaire (quelle crédibilité pour parler de tout ?) et ils n’expliquent pas comment ils vont recycler tout ce qui sera en contact avec cette énergie nucléaire et qui fera ensuite des déchets pour des milliers d’années.


    • vote
      sls0 sls0 1er octobre 16:25

      Un choix qui engage.
      Une fois que l’on a choisi une route il est difficile d’en changer.
      Une route à été choisie, peut être pas la meilleure, comme on peut voir dans la vidéo, c’était la technologie qui correspondait le mieux à un instant pour une application.
      Une fois le choix fait, tout les moyens économiques et intellectuels vont dans la direction choisie.
      Une fois la direction choisie c’est une inertie énorme qui est en route car il y a eu un énorme investissement économique et intellectuel.
      S’il y a une technologie plus intéressante, elle doit lutter contre cette inertie.
      Oui le thorium c’est mieux mais j’ai l’impression que l’inertie du choix actuel, c’est une baisse de ressource ou alors des avantages énormes de l’autre technologie qui pourra la la freiner.
      Une énorme base de connaissances de 50-60 ans d’une technologie moins bonne à comparer à l’inconnu d’un technologie plus théorique. Même une autorité de sûreté qui connait les différences théoriques perd ses connaissances de parades aux risques.
      L’inconnu fait parfois peur.

      Pour faire une analogie, on vit en couple, on sait ce que l’on a comme partenaire.
      Il y a certainement d’autres partenaires plus attrayants. Quand je regarde autour de moi, le turn-over n’est pas aussi important que cela. L’habitude, la peur de l’inconnu peuvent être un frein.

      Il y a des pays qui ne sont pas soumis à dictat de l’habitude et de la peur de l’inconnu, s’il ont les connaissances nécessaires, des centrales au thorium verront le jour, ça enlèvera la peur de l’inconnu et influera sur les habitudes sous la pression ou le questionnement de la population.
      Même cout pour une technologie plus fiable, avec une population qui demande des comptes, l’inertie disparaitra.
      L’émission d’ARTE, donne des éléments pour que la population ait de quoi se poser des questions, il faudra des centrales au thorium fiables pour que les questions se transforment en exigences.

      Le passage du graphite/gaz au PWR s’est fait avec inertie, on partait d’un connu pour un inconnu. Les incidents graves en France c’est du graphite/gaz. Vaincre cette inertie n’était pas un luxe.
      Le PWR, pas trop de problèmes hormis TMI, suite à cet accident les parades ont fait leurs preuves, l’inertie est plus forte.

      Oui le thorium c’est mieux, c’est plus simple, ça demande moins de rigueur coté sûreté. On a pris l’habitude de notre bonne femme un peu chiante, oui elle est mignonne la voisine. On va attendre un peu pour voir comment ça se passe avec le voisin, pour l’instant ma bonne femme à quelques qualités.

      La peur de l’inconnu engendre la peur qui à son tour engendre le rejet, cette phrase je l’emploie plus souvent pour le racisme mais elle a une portée assez universelle.


      • vote
        Zatara Zatara 1er octobre 16:31

        @sls0
        Un choix qui engage.
        Une fois que l’on a choisi une route il est difficile d’en changer.
        Une route à été choisie, peut être pas la meilleure, comme on peut voir dans la vidéo, c’était la technologie qui correspondait le mieux à un instant pour une application.
        Une fois le choix fait, tout les moyens économiques et intellectuels vont dans la direction choisie.
        Une fois la direction choisie c’est une inertie énorme qui est en route car il y a eu un énorme investissement économique et intellectuel.
        S’il y a une technologie plus intéressante, elle doit lutter contre cette inertie.
        Oui le thorium c’est mieux mais j’ai l’impression que l’inertie du choix actuel, c’est une baisse de ressource ou alors des avantages énormes de l’autre technologie qui pourra la la freiner.

        vous ne pouviez pas le sortir sur l’article concernant les volants d’inertie ? c’est exactement ce dont je vous parlais mais 1000 fois mieux poser....


      • vote
        Zatara Zatara 1er octobre 16:34

        @sls0
        il ne vous reste plus qu’à considérer le rendement comme une simple variable (et pas du tout LA plus importante, au contraire même, elle est presque secondaire) dans le calcul total et on sera d’accord smiley


      • vote
        Zatara Zatara 1er octobre 16:38

        @sls0
        En fait, elle devient même totalement anecdotique quand la ressource est "propre" et infini.... il ne reste que le coût de la mise en œuvre de la techno et de sa maintenance à lui opposer


      • 1 vote
        Marioupol Marioupol 1er octobre 19:19

        @sls0

        ’Pour faire une analogie, on vit en couple, on sait ce que l’on a comme partenaire.
        Il y a certainement d’autres partenaires plus attrayants. Quand je regarde autour de moi, le turn-over n’est pas aussi important que cela. L’habitude, la peur de l’inconnu peuvent être un frein.’

        Ca sent le mec qui connaît bien le problème.... smiley ....


      • vote
        sls0 sls0 2 octobre 02:58

        @Marioupol
        J’aurais dû écrire quand je regardais et non quand je regarde.
        Je réside dans un pays assez porté sur le cul, le turn over y est plus important que sous nos latitudes. Sur un forum local je n’aurais pas pu employer cet exemple.

        Etant célibataire, je connais le problème qu’en ayant qu’un regard externe et franchement est-ce un problème la fidélité, elle a pu être un plus par le passé :
        Un héritage de nos ancêtres, sous ma latitude actuelle les chasseurs cueilleurs étaient plus cueilleurs que chasseurs, il n’y avait pas franchement de spécialisation, l’échange de partenaires ne portait pas préjudice, même maintenant quand je me balade, je trouve assez facilement à manger.
        Sous nos latitudes c’était plus chasseur que cueilleur, il y avait spécialisation dans le groupe, l’échange de partenaires pouvait enlever des maillons importants dans le groupe c’était franchement difficile de laisser voler le dragon si on mettait la sécurité alimentaire du groupe en danger, le groupe veillait à sa survie.

        Cela dit le coté cueilleur volage n’est pas inintéressant quand on est célibataire.


      • 1 vote
        sls0 sls0 2 octobre 03:05

        @Zatara
        Je m’excuse mais je n’ai lu que les deux premières lignes de vos commentaires.
        On a déjà polluer un article avec nos échanges, je n’ai pas envie de remettre le couvert sur celui-ci par respect pour Mattius qui nous met souvent des choses intéressantes et pour les lecteurs qui sont ici pour le thorium.


      • 2 votes
        zzz999 1er octobre 20:23

        Le film OCCUPIED n’a rien d’une fiction c’est à coup sûr ce qui arriverait à un pays qui se mettrait en tête de défier les lobbies énergétiques au pouvoir.

        Aucune innovation d’importance dans des secteurs stratégiques ne peut plus sortir en l’état actuel de pourriture de la mafia politico médiatique.


        • vote
          yoananda yoananda 2 octobre 10:29

          Je m’étais intéressé au Thorium à une époque. De mémoire, ce que j’en avais retenu ce que c’était loin d’être aussi idyllique que décrit dans ce documentaire visiblement pro-thorium : c’est une techno qui est ultra-radioactive (même si les déchets sont mieux traités) et ultra-corrosive. Il y a donc des défis techniques qui restent malgré qu’on ai déjà fait tourner des prototypes.
          Toujours est-il qu’on sera fixé dans la prochaine décennie je pense puisque la Chine et l’Inde se sont positionnés sur le Thorium. Les USA tentent une percée sur la "micro"-fusion (les réacteurs tiendraient sur sur semi-remorque).
          Nous verrons, ce n’est pas entre nos mains de toute manière.


          • 1 vote
            Voter Après la Monnaie Voter Après la Monnaie 2 octobre 12:51

            @yoananda
            Avec de la démocratie directe réelle, ça serait entre nos mains...


          • 2 votes
            christophe nicolas christophe nicolas 2 octobre 17:08

            Faire des dessins animés pour convaincre que le thorium est sans risque frise le ridicule, il y a des tonnes de difficultés qui ne se rencontrent que par expérience. Certains en ont déjà trouvé. Une explosion de vapeur ne nécessite pas forcément de l’eau mais un liquide chaud et un liquide froid. Si on prend l’exemple de fukushima, l’eau de mer et des canalisations très chaudes à cause de la température des sels fondus 700°C peut provoquer des explosions.


            Vous dites que le débit ralentit la réaction, à Tchernobyl aussi l’augmentation de débit a ralenti la réaction, tellement ralenti qu’ils se croyaient peinards au point d’arrêter les pompes comme s’ils avaient vidangé le primaire et c’est a ce moment qu’ils se sont pris une excursion nucléaire. Vous croyez que plus ça chauffe plus c’est sécuritaire mais une vraie centrale a des débits et des quantités différentes qui n’ont rien à voir avec un laboratoire. Là, non seulement le débit gère la thermique mais il gère la réactivité du réacteur ce qui fait que vous partez dans l’inconnu, savez vous ce que sont des dérivées partielles ? Comment pouvez vous affirmer que ça marche, vous n’en avez aucune idée, ni aucun moyen de le prouver. Vous découvrirez les problèmes avec un proto grandeur réelle et dans la surgénération aucun n’a été probant.







              • vote
                Pierre T. (---.---.116.147) 7 octobre 22:42

                Très intéressant et qu’importe ce qu’en disent les détracteurs : si on pouvait avoir un nucléaire civil réellement sécurisé avec 80% de déchets en moins à stocker, ce serait une avancée considérable en soi.

                En tout cas le prétexte du fric côté coût de recherche est un faux débat : ce pays n’a jamais été aussi riche, et si on arrêtait enfin de jouer les chiens dociles de l’otan, en participant à une quatrième guerre mondiale localisée, et les chiens dociles d’une europe qui nous ruine, en plus de nous imposer des lois de plus en plus débiles, nul doute qu’on dénicherait très rapidement du fric en quantité pour faire toutes les recherches dont nous avons besoin !

                C’est toujours affolant de voir ce que la corruption et la bêtise humaine peuvent engendrer comme problèmes. Et tout cela dans le seul de maximiser le profit de quelques enfoirés. Lamentable.

                

                Ajouter une réaction

                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                FAIRE UN DON







Palmarès