• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Planète à vendre

Planète à vendre

Les crises alimentaire et financière qui ont secoué le monde en 2008 ont eu un effet méconnu du public. Elles ont provoqué une incroyable course pour la mainmise sur les terres cultivables partout dans le monde. 

En deux ans, plus de cinquante millions d’hectares ont déjà changé de mains. Et des dizaines de millions d’autres sont en voie d’être cédés. À tel point que l’ONU s’en est alarmé : le patron de la FAO, Jacques Diouf, a dénoncé « le risque d’un néo-colonialisme agraire »…

Les acquéreurs : des investisseurs et des industriels des pays riches ou émergents (Japon, Chine, Inde, et de nombreux pays du Golfe), soutenus par leurs gouvernements, qui cherchent à garantir la sécurité alimentaire de leur pays. Mais aussi des acteurs purement financiers (Banques, fonds spéculatifs), qui ont compris que la terre sera le placement le plus juteux du XXIe siècle.

Résultat : une ruée sans précédent vers les meilleures terres des pays sous-développés. Ces mêmes pays, comme le Soudan, le Sénégal, les Philippines ou le Pakistan, qui ont connu en 2008 des émeutes de la faim. Pire, certains d’entre eux, comme le Cambodge ou l’Ethiopie, doivent avoir recours à l’aide internationale pour nourrir leurs peuples…

Ce film est une enquête sur trois continents, parce que la question de l’accaparement des terres est globale. Trois continents et trois cas emblématiques pour raconter à hauteur d’homme une seule et même histoire : celle du Grand Monopoly en cours, et des conséquences dramatiques qu’il pourrait avoir si rien n’est fait pour protéger les intérêts des petits paysans et des pays en développement.



Tags : Société Agro-alimentaire International Agriculture




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 mars 2013 14:11

    "des conséquences dramatiques qu’il pourrait avoir si rien n’est fait pour protéger les intérêts des petits paysans et des pays en développement"

    Pour éviter ces conséquences dramatiques, il faudrait que les gouvernements des pays dits "en développement" commencent par se protéger eux-mêmes pour pouvoir protéger leurs populations rurales.
    Cela n’en prend pas le chemin. Hélas...


    • 11 votes
      Yoann Yoann 27 mars 2013 14:38

      Le problème est que ces gouvernements sont pour la plupart des "fantoches" de l’occident ...
      On comprends mieux pourquoi cela n’en prends pas le chemin, hélas ...


    • 1 vote
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 mars 2013 15:00

      Ce n’est tout à fait aussi simple.
      En fait, les gouvernants des pays dits "en développement" sont incompétents et, en toute bonne foi, les gouvernants des pays développés leur apportent leur aide ainsi que leur propre incompétence accompagnées d’espèces sonnantes et trébuchantes (90 milliards d’Euros de l’OCDE en 2009 ; source : wikipédia) gaspillées dans d’ineptes "projets de développement".


    • 5 votes
       Qanelle canelle 27 mars 2013 16:52

      prenez les chiffres de LOCDE avec beaucoup de précautions, 

      ils en font se qu’il veulent.
      ils n’en prennent pas le chemin ?
      ceux qui ont essayer de se protéger de l’empire sont mort sans procès.

    • 4 votes
      ovomaltine 27 mars 2013 19:40

      Ce qu’on comprend bien dans ce terrible reportage ce sont les conséquences de la croissance démographique : Chine, Inde ou Arabie Saoudite n’ont plus assez de terres agricoles pour nourrir leurs millions d’habitants, la solution la plus simple est d’aller cultiver ailleurs. Ces pays cherchent à survivre sans état d’âme. Cela nous donne une idée de ce que sera la planète en 2050 avec 2 ou 3 milliards d’habitants en plus ! toutes nos solutions économiques, écologiques, politiques se heurteront à cet écueil : nous devons entamer rapidement une décroissance démographique . Mais ce débat ne peut même être évoqué tant le tabou de la liberté de reproduction est vivace dans tous les partis. Compte tenu de la force d’inertie de la vague démographique nous ne sommes pas près de décroître naturellement . Soyons responsables, réfléchissons enfin (comme l’ONU le fait ) à ce problème qui est la mère de tous les problèmes de la terre !


      • 2 votes
        DIrendal 28 mars 2013 10:53

        Le problème de la nourriture n’est pas la croissance démographique. C’est la répartition de cette nourriture. Aujourd’hui on produit suffisamment pour pouvoir nourrir 10 à 13 milliards d’humains chaque année. Nous sommes 7 milliards, pourtant 1 milliard meurent de faim. Le véritable problème c’est le gaspillage de cette nourriture, dans les pays riches, on en jettent d’énormes quantités encore consommables et les pays pauvres n’ont pas les infrastructures pour conserver leur nourriture comestible. 

        Pour réellement résoudre ce problème il faudrait répartir la nourriture là où elle est nécessaire, la production local semble être la meilleure solution pour réduire ce gaspillage. Cela nécessite d’améliorer les techniques là où la surface est limitée et de fournir les infrastructures adéquats. 

        Il y a aussi un autre aspect à ce problème : c’est la trop forte consommation de viande dans les pays riches. En effet, pour nourrir un animal, on utilise une part importantes des récoltes alors que celles-ci pourrait servir à nourrir des humains, et évidemment cela nourrirais plus d’humains que d’animaux.
        Il faudrait donc produire/consommer moins de viande, ce qui réduirait le gaspillage d’eau et de nourriture avec 100.000 L d’eau pour 1kg (900 L pour 1 kg de blé) et 10 kg de fourrage (soja et céréales) pour 1 kg de viande de boeuf . Ces céréales pourraient être directement consommées et sont moins périssables que la viande, donc nécessitent moins d’infrastructures pour être conservées.

        La nourriture n’est pas la seule ressource à être aspirée des pays pauvres vers les pays riches en empêchant les habitants de ces pays d’en disposer comme ils le souhaitent. Et s’ils s’y opposent on leur déclarent la guerre et ce peut importe s’il s’agit d’une démocratie ou d’une dictature, ce qui compte c’est qu’ils nous laissent piller les ressources de leur pays sans se plaindre.

      • 2 votes
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 mars 2013 11:15

        "La nourriture n’est pas la seule ressource à être aspirée des pays pauvres vers les pays riches en empêchant les habitants de ces pays d’en disposer comme ils le souhaitent".
        Cette affirmation est fausse : la nourriture n’est pas "aspirée" des pays pauvres vers les pays riches.
        Dans les pays pauvres, le problème réside dans la commercialisation inique des produits vivriers qui interdit aux agriculteurs d’optimiser leur revenu et, donc, de pouvoir réinvestir pour améliorer leur productivité.
        Commercialisation des produits vivriers : LE Grand Secret (de Polichinelle ?) !


      • 1 vote
        Ozi Marenlapine 28 mars 2013 12:24

        Vous avez tout les trois en partie raison, mais l’origine de tout nos maux c’est simplement le culte de la croissance, qui dans un monde fini est un contresens grave, provoquant inévitablement des crises environnementales, économiques, sociales... ce que nous vivons aujourd’hui et qui va s’accentuer demain avec la raréfaction des matières premières !


      • 3 votes
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 mars 2013 19:09

        "l’origine de tout nos maux c’est simplement le culte de la croissance"

        L’agriculture demeure un domaine d’immense croissance potentielle sans danger pour la planète.


      • vote
        biscotte77 29 mars 2013 11:31

        ce que je comprends de ce documentaire, c’est que nous sommes en guerre ! 2 visions du monde s’affrontent, dont une n’est pas compatible avec la survie des espèces (dont l’espèce humaine, mais finalement, est-ce une si mauvaise chose ? (deux planètes se rencontrent. l’une dit à l’autre : - j’ai attrapé des humains ! - c’est pas grave, lui répond l’autre, ça s’en va tout seul...))



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès