Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Vers de terre (lombrics) : un fabuleux travail naturel de labour et de (...)

Vers de terre (lombrics) : un fabuleux travail naturel de labour et de fertilisation des sols

Des vers de terre à la place de la charrue...

 

Genève : des agriculteurs labourent leurs champs avec des vers de terre

 

 

Ajoutée le 5 nov. 2015 par RTS - Radio Télévision Suisse

 

Cette méthode dite "agriculture de conservation" est plus écologique et moins agressive pour le sol. A Genève, ils sont aujourd'hui 17 agriculteurs à avoir délaissé la charrue pour cette méthode de préservation qui ne fait pas encore l'unanimité dans le canton.
Extrait de Couleurs locales du 4 novembre 2015.

 

Retrouvez la Radio Télévision Suisse :
Site : http://rts.ch

 

 

Les vers de terre 

 

 

Ajoutée le 6 nov. 2015 papermaculture agroécologie etc...

 

Qui sont ces drôles d'animaux qui vivent dans nos jardins ?
Une vidéo pleine d'informations intéressantes sur nos amis les vers de terre.
Et que faire avec les Plathelminthes invasifs ?

http://permacultureetc.over-blog.com/

 

Sur Wikipédia :

Au sein de la diversité d'organismes peuplant le sol, ils sont le groupe animal dont la biomasse est la plus importante (60 à 80 % de la biomasse animale des sols) : leur densité va jusqu'à 500 individus au mètre carré, soit environ un poids de 110 grammes, ce qui donne près de 5 millions à l'hectare pour un poids de 1,1 tonne. Leur biomasse est de 1 à 3 tonnes par hectare dans les prairies tempérées. Au total sur terre, ils représentent un poids vingt fois supérieur à celui des hommes. Leur diversité taxonomique est très importante (3 627 espèces lombriciennes recensées en 1994 ; 700 genres et 7 000 espèces documentées en 2015).

[...]

Du fait d'une respiration cutanée (les vers de terre ne possèdent pas de poumons), le corps doit rester humide pour permettre la respiration et éviter la déshydratation.
Certains vers de terre d'Amérique centrale et du Sud peuvent atteindre les 3 mètres.

Le ver de terre possède une chaîne nerveuse ventrale (hyponeurien), et un système circulatoire fermé.

Le système circulatoire comprend un gros vaisseau dorsal contractile où le sang est propulsé vers l'avant. Cinq à sept paires de cœurs latéraux reprennent le sang et l'envoient vers l'arrière dans un vaisseau ventral. (...)

 

 

Les intestins de la terre 

 

 

Ajoutée le 27 janv. 2013 par olivier barbier

 

Le rôle du lombric dans l'écosystème.

 

"Un sol sans vers de terre, c'est un sol qui ne se reconstitue pas."

"Le ver de terre ne fait pas que transporter la matière organique ; il creuse des galeries qui permettent le passage de l'eau, l'aération de la terre et la circulation des racines.
1 m3 de terre, c'est 500 mètres de galeries creusées. Elles permettent l'écoulement de 170 mm d'eau à l'heure. 
Les inondations que l'on connait dans le Midi, par exemple, sont souvent dues à la diminution des populations de vers de terre ; dans les vignes en particulier... C'est tout un système de canalisations naturelles qui disparait. Le sol est comme bétonné..."

 

 

Le fabuleux travail des vers de terre - Marcel Bouché 

 

 

Ajoutée le 9 févr. 2014 par AFAF agroforesterie

 

6e Rencontres de l'agriculture Durable (IAD, 29 janvier 2014). Extrait de la présentation de Marcel Bouché sur la contribution des vers de terre au bon fonctionnement des agrosystèmes.
"Des vers de terre et des hommes" (Actes Sud, avril 2014)

 

 

 

Prochainement : Lydia et Claude Bourguignon : vie et mort des sols, vers une véritable agriculture durable

 

 

Tags : Environnement Société Ecologie Culture Etonnant International Animaux agriculture Suisse Nature



Réagissez à l'article

10 réactions à cet article


  • 8 votes
    cathy cathy 7 novembre 2015 14:11

    Passionnant. Que la terre est bien faite.


    • 3 votes
      Lila K Lila K 7 novembre 2015 21:46

      @cathy
      Oui c’est passionnant, c’est beau et ça marche tout seul ! smiley


    • 2 votes
      Saraï Sarah 8 novembre 2015 13:52

      @Lila K
       « c’est beau et ça marche tout seul !  » 

       

      Il y a un paradoxe : il suffit de penser à la forêt ; celle-ci se développe et se maintient très bien sans labour, sans herbicides, sans insecticides.

       

      Sous nos climats, lorsqu’une terre agricole est laissée en friches, la forêt finit par gagner.


    • 9 votes
      Kelimp 7 novembre 2015 18:21

      Je connais l’extraordinaire travail du lombric dans la terre.

      Et je reste toujours aussi surpris que les agriculteurs ne s’emparent pas plus de ce don de la nature.

      Mais je suppose que les informations sur ce point doivent leur être soigneusement cachées par les lobbies agro-industriels et chimiques.

      Vous rendez-vous compte s’ils ne pouvaient plus vendre de charrues, ni de pesticides et d’engrais !


      • 5 votes
        Lila K Lila K 7 novembre 2015 21:40

        @Kelimp
        Du matériel de plus en plus gros, des engrais chimiques et des pesticides... c’est exactement ce que dénonce Lydia et Claude Bourguignon (le sujet de mon prochain article) !


      • 5 votes
        Lila K Lila K 7 novembre 2015 22:15

        @Kelimp
        Il y a aussi un "lobby" qui œuvre à vider les campagnes (l’agriculture intensive est un des moyens utilisés), pour entasser un maximum de personnes dans les zones urbaines...


      • 2 votes
        Lila K Lila K 7 novembre 2015 22:21

        La Chine rattrape son retard pour ce qui est de vider les campagnes...

        "Les récentes réformes économiques en Chine ont imposé au Parti communiste le plus vaste exode rural de l’histoire mondiale. On estime en effet que le nombre de migrants à l’intérieur du territoire chinois équivaut au nombre total de migrants dans le monde, tous pays confondus. Historiquement le hukou, véritable « passeport intérieur » instauré en 1950, visait à limiter ces velléités de mobilité sociale et spatiale. Mais avec l’ouverture au marché, nombreux sont les « travailleurs migrants » illégaux, c’est-à-dire sans carte de résident, qui ne peuvent bénéficier d’aucun service public et qui vivent comme des citoyens de seconde zone dans les villes de leur propre pays. Alors une question se pose : comment la Chine va-t-elle gérer l’explosion de cette population urbaine qui devrait atteindre 800 millions de personnes en 2050 ? Quelles en seront les conséquences sur l’urbanisme ? L’inégalité des droits entre détenteurs du fameux hukou et les autres ne risque-t-elle pas de conduire à une situation explosive ?" (Chine et migration)


      • 3 votes
        cathy cathy 8 novembre 2015 14:13

        @Lila K
        oui c’est exactement cela. Nous entasser dans des mégalopoles. la nature ne sera réservée qu’à une élite.

      • 

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès