Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arabie Saoudite : entretien avec Jean-Michel Vernochet

Arabie Saoudite : entretien avec Jean-Michel Vernochet

L’Arabie Saoudite a décidé d’exécuter 47 personnes pour « terrorisme », dont l’imam chiite Nimr Baqer al-Nimr, provoquant ainsi une vague de contestation et de colère, notamment en Iran, où des manifestants ont pris d’assaut l’ambassade saoudienne. Depuis, les tensions diplomatiques entre les deux pays n’ont pas cessé. C’est dans ce contexte que nous avons demandé à Jean-Michel Vernochet de nous livrer son analyse de ces événements. 

 

Raphaël Berland, pour le Cercle des Volontaires

 

 

Tags : International Arabie Saoudite



Réagissez à l'article

5 réactions à cet article


  • 2 votes
    cathy cathy 11 janvier 14:37

    Bonne analyse de la situation.

    Les Etats Unis ont lâche l’Arabie saoudite depuis quelques temps déjà, en polluant à outrance le territoire des américains.

    Souvenez vous que pendant la guerre du Golf, Israël est venu au secours de l’Iran contre Sadam. 
    Le lieu de culte mondial se rapproche de plus en plus vers Jérusalem. 

    • vote
      homeless 11 janvier 18:39

      Désolé, mais il s’agit d’un tissu d’âneries. Ce monsieur qui se prétend journaliste n’a sans doute jamais mis les pieds en AS, donc il n’est absolument pas qualifie pour en parler. A-t-il constate personnellement les crucifixions dont il parle ? Était-il a la Mecque pour compter le nombre de victimes, soi-disant plus de 7000 ? C’est tout simplement grotesque. Au mieux de l’intox de comptoir de café.


      • 2 votes
        sls0 sls0 11 janvier 18:52

        Bonne analyse mais ça fait beaucoup de victimes collatérales pour tuer 400 iraniens, 7740-400 ça fait plus de 7000, 95%.
        Faire intervenir des experts suisses OK, à condition qu’ils soient musulmans, il me semble que c’est une condition d’accès pour la Mecque.
        Experts suisses musulmans, si vous êtes au chômage, l’avenir va s’améliorer.

        L’Arabie Saoudite, c’est le pot de pus et les paramètres déclencheurs c’est pas ça qui manque, il est vrai que si elle s’appelait Arabie ça irait peut être mieux, un psychiatre aurait du boulot avec la famille Saoud.

        Comme nos deux derniers présidents ont tendance à soutenir des loosers dont les Saoud et se planter sérieusement, on va peut être devoir renommer certains pays dans les atlas.

        L’essence de ma mobylette vient du Venezuela, ça me permet d’être détaché, je ne suis pas obligé de dire aux russes : Excusez nous, on a peut être exagéré dans nos propos, effectivement on s’est fait rouler dans la farine par nos excellents alliés US.


        • 2 votes
          maQiavel maQiavel 11 janvier 19:25

          L’histoire de l’autosuffisance énergétique des USA, je n’y crois pas, d’autant plus que ce projet s’appuie en partie sur la production industrielle de gaz de schiste qui s’avère vraisemblablement être une bulle financière. 

          Lorsque les saoudiens font baisser le prix du baril, ils ne s’attaquent pas seulement aux Iraniens et aux adversaires de l’empire américain comme la Russie ou le Venezuela, ils s’attaquent également aux américains. 
          Le jeu qui se joue (passionnant) sur le pétrole est en réalité à plusieurs bandes, et dans ce jeu, le vassal qui fait mine d’attaquer les adversaires du suzerain attaque le suzerain lui même, les américains l’ont très bien compris d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que l’implication de l’appareil d’état saoudien dans les attentats du 11 septembre sort des tirroirs des renseignements US... smiley

          • 2 votes
            maQiavel maQiavel 11 janvier 20:30

            Comme le dit Vernochet, dans toutes les classes dirigeantes, il y’a des équilibres instables qui découlent de l’existence de factions rivales, l’exercice du pouvoir est une succession de compromis entre elles. 

            C’est particulièrement vrai pour la classe dirigeante américaine qui, d’une perspective géopolitique se divise schématiquement en neoconservateurs et en paleoconservateurs. Ces deux factions ont des stratégies tellement opposés qu’il n’y a plus de consensus sur la projection de puissance Étasunienne, ce qui explique que la politique impériale américaine soit si cacophonique au Moyen-Orient et qui explique également les tensions au sommet de l’appareil d’Etat au niveau des militaires et du renseignement. 

            Les paleoconservateurs sont en faveur d’un rapprochement avec l’Iran et sont à l’origine de l’accord nucléaire (que les neoconservateurs américains et français ont essayé de torpiller). Ils emmerdent profondément l’Arabie Saoudite et Israël (il suffit de lire Brezinsky pour se rendre compte que c’est réciproque). Face aux paleoconservateurs, l’Arabie Saoudite (et Israël) a développé une série de contre mesure. 

            Il faut savoir que les vasseaux ont fondamentalement deux aspirations : 

            1. Prendre la place du suzerain 

            2. Quand 1 n’est pas possible, se rendre indispensable au suzerain. 

            L’Arabie Saoudite se trouve bien évidemment dans la seconde configuration, la baisse de prix du baril vise à laminer l’industrie d’extraction énergétique américaine pour que les Usa restent dépendant de l’approvisionnement Saoudien. 

            Je crois d’ailleurs que la politique extérieure des Saouds au Moyen-Orient ne vise pas seulement à combattre les forces chiites mais aussi à se rendre indispensable aux USA en projettant leur puissance par l’intermédiaire des forces islamistes Sunnites. Une façon de faire en sorte que les américains aient besoins d’eux pour garantir leurs intérêts... 

          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON







Palmarès



Faire une demande pour obtenir le formulaire esta pour les usa
recharge cigarette électronique