Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bachar al-Assad : La France soutient les terroristes qu’elle prétend (...)

Bachar al-Assad : La France soutient les terroristes qu’elle prétend combattre (VOSTFR)

Interview de Bachar al-Assad par une chaîne de télévision tchèque – 1er décembre 2015

Alors que Laurent Fabius vient de déclarer que la France ne considère plus le départ de Bachar al-Assad comme une condition préalable au processus de transition politique, rompant avec plusieurs années d'intransigeance remarquable à cet égard (notre Ministre des Affaires Etrangères était allé jusqu'à déclarer que « Bachar al-Assad ne mériterait pas d'être sur la terre » et qu'Al-Nosra, branche d'Al-Qaïda, « fait du bon boulot  » en Syrie, une première dans les annales de la diplomatie en temps de paix), et prétend s'engager plus fermement dans la lutte contre Daech en Syrie même, où le rôle de l'Armée Syrienne est incontournable, il est bon de rappeler que de son côté, la Syrie n'est nullement prête à coopérer avec la France, qui avait notamment reconnu armer l' « opposition modérée  » syrienne.

 

Source : http://sana.sy/en/?p=63209

 

Traduction : Salah Lamrani (http://sayed7asan.blogspot.fr/)

 

 

 

Transcription :

 

[…]

 

Journaliste  : Mais 250 000 victimes, c’est inconcevable, quel que soit le pays.

 

Bachar al-Assad : C’est le résultat prévisible face à du terrorisme soutenu par des puissances régionales et par l’Occident. Il ne s’agit pas seulement de terroristes issus de l’intérieur de la Syrie. Il s’agit de terroristes qui viennent de plus de 100 pays du monde. Ils veulent faire de la Syrie une plaque tournante du terrorisme, et la situation actuelle en est la conséquence naturelle. Et si nous n’avions pas défendu notre pays, le nombre de victimes serait décuplé.

 

Journaliste  : Vous parlez du terrorisme. Il semble que durant les derniers jours, la crise syrienne a connu des développements majeurs. Selon vous, quelle fut la date la plus importante quant au développement de cette crise : le 30 septembre, avec l’intervention russe, ou le 13 novembre, avec les attaques terroristes à Paris ?

 

Bachar al-Assad : Sans aucun doute, il s’agit de l’intervention russe, ou de ce qu’ils ont appelé le front contre le terrorisme. C’est l’événement le plus important car il s’agit de mesures concrètes contre le terrorisme.

 

En revanche, ce qui se passe à Paris au niveau politique ne vise qu’à dissiper le sentiment des Français, avec une posture des Français prétendant qu’ils vont attaquer Daech, d’une manière très différente. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Qu’ils n’étaient pas sérieux avant les attaques de Paris ? Tout ce qu’ils vont faire est d’apaiser le sentiment des Français, rien de sérieux, alors que les Russes sont très sérieux dans la lutte contre le terrorisme, d’autant plus qu’il y a de la coopération entre eux et l’Armée Syrienne.

 

Journaliste  : Vous pensez donc que l’augmentation des attaques de la grande coalition occidentale menée par les Etats-Unis est sans effet ?

 

Bachar al-Assad : Depuis la formation de cette coalition, si on veut parler de faits et non pas d’opinions, Daech s’est étendu, et son recrutement partout dans le monde a augmenté. Alors que depuis l’intervention de la Russie dans cette même prétendue lutte contre le terrorisme, Daech a été affaibli, ainsi qu’Al-Nosra et les autres groupes terroristes. Telle est la réalité. Voilà ce que disent les faits.

 

Journaliste  : N’est-ce pas simplement dû au fait que sur le plan militaire, l’Armée de l’Air russe a pu collaborer avec les forces de l’Armée Syrienne ?

 

Bachar al-Assad : Bien sûr qu’il y a une telle coopération, c’est ce que j’ai dit. Vous ne pouvez pas combattre le terrorisme par des interventions aériennes, vous ne pouvez pas, c’est impossible. Les Américains ont essayé de le faire en Afghanistan depuis combien de temps ? Depuis plus de 12 ou 13 ans. Sont-ils parvenus à un quelconque résultat ? Nullement. Le terrorisme reste fort en Afghanistan. C’est donc impossible. Vous avez besoin de coopération à l’intérieur du pays en question. Et quelle est la puissance majeure en Syrie ? L’Armée Syrienne, et, bien sûr, le gouvernement.

 

Journaliste  : Le Président français essaie de former une coalition plus large contre le terrorisme. Etes-vous sceptique quant à ses efforts ?

 

Bachar al-Assad : Bien sûr (que je le suis). S’ils voulaient vraiment tirer les leçons de ce qui s’est passé dernièrement à Paris, pourquoi n’ont-ils pas appris de [l’attaque contre] Charlie Hebdo ? Le même principe, le même concept est à l’œuvre. Et nous avions alors déclaré que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, et que ce qui se trouvait sous l’eau était bien plus important. Ils n’en ont pas tiré les leçons. Voilà le premier point.

 

Deuxièmement, vous ne pouvez pas combattre le terrorisme tout en soutenant directement les terroristes, en leur fournissant des armes et en ayant des alliances avec les soutiens les plus farouches du terrorisme international, à savoir le Royaume d’Arabie Saoudite. C’est impossible. C’est contradictoire. Vous ne pouvez pas être à la fois le gendarme et le voleur. Il faut choisir votre camp.

 

Journaliste  : Mais je n’ai pas entendu parler d’approvisionnement occidental d’Al-Nosra ou de Daech.

 

Bachar al-Assad : Vous pouvez en trouver les preuves les plus éclatantes sur Internet : les Français, et d’autres parties bien sûr, leur fournissent des armes, l’exemple français est clair. Comment un pays comme la France pourrait-il vendre de telles armes pour une destination inconnue, sans savoir entre quelles mains elles finiront ? C’est impossible. Ils le savent, via l’Arabie Saoudite, via le Qatar, et peut-être via d’autres pays, ils savent très certainement [que leurs armes finissent entre les mains des terroristes].

 

Journaliste  : Il y a eu un incident à la frontière turque, un bombardier russe abattu [par la Turquie]. Pensez-vous que cet incident va avoir un impact sur les résultats de l’effort de la présidence française visant à former une coalition plus large ? Pensez-vous que cela va compliquer les pourparlers de paix en Syrie ?

 

Bachar al-Assad : Je ne le pense pas, mais je pense que cet incident a montré les véritables intentions d’Erdogan, qui, disons, a perdu le contrôle de ses nerfs simplement parce que l’intervention russe a modifié l’équilibre des forces sur le terrain. L’échec d’Erdogan en Syrie, l’échec de ses groupes terroristes implique la fin de sa carrière politique. C’est pourquoi il est prêt à faire n’importe quoi pour entraver toute perspective de succès. Il a fait cela, mais je ne pense pas que cela changera en quoi que ce soit l’équilibre des forces.

 

La guerre contre le terrorisme se poursuit, la participation russe va se faire de plus en plus forte et elle l’est déjà de toute façon, et je pense qu’il n’y a pas de possibilité de marche arrière à cet égard, qu’Erdogan fasse encore une telle chose, de la même manière ou d’une autre manière (ou pas).

 

Journaliste  : Le Président américain dit qu’il ne veut pas refaire la même erreur en lançant une opération terrestre sans savoir qui va remplir le vide (politique). La plupart des candidats à l’élection présidentielle ont dernièrement déclaré qu’ils veulent faire bien plus qu’une campagne de bombardements aériens (contre Daech). Selon vous, quelle est l’approche la plus réaliste qui permettra de vaincre véritablement Daech ?

 

Bachar al-Assad : En fait, si vous voulez parler du terrorisme en général et pas seulement de Daech, vous avez plusieurs axes, plusieurs aspects pour la résolution (de ce problème) : une partie concerne l’idéologie, une autre concerne l’économie, ou la coopération et les prises de positions politiques, etc. Et le dernier point est la coopération sur le plan sécuritaire et le combat direct.

 

Du fait de la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, il n’y a pas d’autre choix que de les combattre directement, mais cela n’est pas suffisant. Si vous voulez les combattre et les vaincre, il faut couper et étouffer leurs lignes d’approvisionnement en armes, en argent et en recrues, qui viennent principalement de Turquie, avec le soutien de l’Arabie Saoudite et du Qatar. Telle est la première chose à faire tandis que vous les attaquez au sol.

 

Maintenant, le problème est que nous combattons des terroristes qui bénéficient d’un approvisionnement illimité et incontrôlable de la part de différents pays, surtout des pays de la région, avec le soutien ou la bienveillance de l’Occident, de certains pays occidentaux pour être précis.

 

Journaliste : Vous avez dit que votre priorité est de vaincre les terroristes avant toute solution politique. Qu’entendez-vous par vaincre le terrorisme ? Qu’il n’y ait plus de groupes d’opposition armés en Syrie ?

 

Bachar al-Assad : Vous ne pouvez pas parler d’opposition au sens politique tant qu’ils prennent les armes. Vous savez bien que dans vos pays, lorsque vous parlez d’opposition, il ne s’agit que de mouvements politiques. Premier point.

 

Deuxièmement, s’il s’agit d’une opposition politique, elle doit avoir une base populaire. Donc lorsque nous parlons de rebelles, de militants lourdement armés qui attaquent le peuple, les Syriens, l’Armée Syrienne, qui détruisent les biens publics et privés, etc., il s’agit de terrorisme, il n’y a pas d’autre terme. Nous n’acceptons pas cette catégorisation comme « militants de l’opposition », ou « opposition militaire », ou « opposition modérée prenant les armes ». Ce n’est pas de l’opposition, c’est du terrorisme.

 

L’opposition est pour nous un mouvement politique. A l’extérieur ou à l’intérieur de la Syrie, peu importe. Bien sûr, l’autre aspect de l’opposition est d’être patriotique. On ne peut pas parler d’opposition lorsqu’elle est formée en France, au Qatar, en Arabie Saoudite, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. L’opposition doit être syrienne et pour les Syriens, et nous avons une opposition syrienne, nous avons une véritable opposition syrienne. Quelle est son importance, quelle est sa force, c’est une autre question.

 

Vaincre le terrorisme signifie donc supprimer tous les obstacles qui entravent le processus politique. Maintenant, si vous vous mettez d’accord sur telle étape ou telle procédure avec n’importe quelle opposition dans le monde, et j’entends par là l’opposition syrienne, que pourrez-vous obtenir ? Pourrez-vous tenir de véritables élections ? Pourrez-vous apporter de la stabilité au pays grâce à l’opposition ? En aucun cas. Les terroristes vivent dans leur propre monde, ils ont leurs propres objectifs, leur propre agenda et leur propre idéologie, c’est complètement différent de la partie politique (du problème).

 

Si vous vous engagez dans le processus politique – et il faut le faire, je n’ai pas dit que nous n’avons pas commencé à le faire –, je dis que si vous voulez véritablement avancer, de manière concrète, cela doit se faire après que nous ayons commencé à vaincre le terrorisme. Je n’ai pas dit après que nous l’ayons vaincu, car le vaincre est un long processus. […]

 

Tags : France International Terrorisme Syrie Daesh



Réagissez à l'article

11 réactions à cet article


  • 8 votes
    Hijack ... Hijack ... 6 décembre 2015 18:41

    Voici la totalité de l’entretien écrite :
    .

    Entrevue accordée par le Président Bachar al-Assad à la télévision tchèque le 1er décembre 2015 [Texte intégral]
    .
    Entrevue avec le président syrien Bachar al-Assad : Nous devons protéger notre pays des terroristes « soutenus par des puissances régionales et par l’Occident »

    .

    Vaincre le terrorisme éliminera les obstacles qui se dressent devant tout processus politique.


    • 9 votes
      Hijack ... Hijack ... 6 décembre 2015 18:50

      Description des faits tels qu’ils se sont déroulés dans son pays depuis 5 longues années ... Entretien sans aucune retenue, sans fausses déclarations émotives, sans rien cacher, sans même reprocher, mais en décrivant les faits tels qu’ils se sont déroulés et qui se déroulent actuellement.


    • 10 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 6 décembre 2015 18:44

      Toutes les Fausses Révolution Arabes ont pour origine l’Occident oxydé ... L’Occident veut manger partout chez les Arabes. Ils veulent leur pétrole et leur gaz, toutes leurs ressources naturelles à prix ridicule, l’occident veut aussi exploiter les Arabes en imposant leur modèle économique : Centre commerciale, Mac Do partout, OGM, Big Pharma, les banksters et les traders ... Ces Fausses Révolution Arabes servent le CAC40, la City et Wall Street ...

      Le Qatar et l’Arabie Saoudite ne sont que des idiots utiles, des sous-humains bien serviable et des fusibles pour les politiciens occidentaux !

      L’Afghanistan, C fait ...
      L’Irak, C fait ...
      L’Égypte, C fait ...
      La Tunisie, C fait ...
      La Libye de Kadhafi, C fait ...
      La Syrie, C en cours ...
      L’Ukraine, C en cours ...

      A qui le tour ?


      • 8 votes
        Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2015 19:00

        @DJL 93VIDEO
        A qui le tour ?

        .

        Bonsoir,

        Après avoir fini le boulot en Syrie, Poutine va s’occuper personnellement des bouchers Saouds, du Qatar et de Merdogan ?? 

        Mais avant, il va prouver et démontrer A+B, la collusion et la duplicité de l’occident avec ces infâmes vermines Wahhabites.....


      • 8 votes
        Pyrathome Pyrathome 6 décembre 2015 18:50

        Ah mais selon le guignol Fabius, qui ferait mieux de s’occuper de son rejeton délinquant notoire, <<Assad ne mérite pas d’être sur terre et que les terroristes "modérés" faisaient du "bon boulot">>....avec les armes qu’on leur a livré si généreusement ?


        • 6 votes
          Hijack ... Hijack ... 6 décembre 2015 19:23

          Comme je lis plus haut : à qui le tour ?  :
          .
          - L’Algérie ... ce qui s’était passé, était un test, d’après BHL.
          A l’Algérie de se prémunir, mais je crois qu’ils ont tiré enseignement du passé ... vu la quantité et qualité d’armement russe de haut niveau qu’ils ont acquis dernièrement (il était temps, je dirai).
          .
          - La Syrie, j’espère que ce n’est pas en cours ... mais en cours de destruction de tous les terroristes, même si ce serait une œuvre presque impossible comme ça sur le papier. En effet, la guerre sur le terrain, mais surtout politique pour résoudre ce conflit.
          .
          - L’Iran ... a su intelligemment, jouer politiquement pour prémunir son pays, tout en conservant sa ligne politique, tout en s’armant efficacement ... pro russe/chinois, pro Syrie ... bref, pro pays libres. J’ai oublié, pro Hezbollah.
          .
          .
          L’heure la plus noire sera, avant la dernière et grande guerre, contre la Turquie, qui sera abandonnée même pars ses souteneurs (une vieille pute abandonnée ... que peut-il lui arriver de plus pire), mais surtout l’Arabie S + Qatar, qui risqueront de subir à leur tour le pire terrorisme (bien que je ne souhaite pas, les populations de ces pays n’étant responsables de rien) ... l’Empire ne pardonne jamais à ses vassaux/esclaves d’échouer dans les tâches qui leur ont été ordonnées. En effet, Turquie, royaume saoudite et Qatar vont voir se retourner contre eux les terroristes à qui ils avaient promis entre autres, les califats ... mais il y a eu un contre temps, qui leur dit, autre chose : Niet !


          • 12 votes
            BlueMan BlueMan 6 décembre 2015 20:27

            Magnifique vidéo, merci, que je relaie sur mon site.

            Bachar el-Assad est un homme bien, à mille lieues du portrait grotesque et déformé brossé par les médias mainstram haineux.

            • 7 votes
              Hijack ... Hijack ... 6 décembre 2015 21:34

              @BlueMan

              Oui, "plus bien" ... à présent, qu’à ses débuts, où la politique était une chose plus que secondaire par rapport à sa profession d’ophtalmo.

              Comme quoi, quand tous s’en mêlent, on peut facilement noircir un homme. 


            • 2 votes
              aldous aldous 7 décembre 2015 00:49

              L’abstention c’est le triangle qui désigne l’hexagone.

              Élections instructive suivi par une présidentielle, une chose c’est une élection démocratique et autre ce l’élu démocratiquement, en suite l’élu propose la solution du problème. Une fait ce le problème un distinct sa solution. La solution du problème ce le $ - le pétrodollar. Pour sortir du pétrodollar, l’or comme équilibre. Une monnaies unique en Europe est impérative, indépendant du dollar, une monnaie nationale ce la faiblesse de l’Europe, un monnaies unique est l’incarnent surtout. Sortir du NATO-OTAN vit révolu une monnaie unique européenne ; puis Israël frontières 1967. Ces trois éléments sont tous lie. C’est modifié conjointement. La solution n’est que triangulaire est simultané. 

              https://youtu.be/toKG_MFh7IU


              • 3 votes
                sls0 sls0 7 décembre 2015 02:18

                J’ai regardé deux fois la vidéo, la première fois normalement, il tient la route, il est cohérent. La deuxième fois en imaginant que c’était Hollande qui répondait, comme ça m’a fait bizarre. Il ne pourrait pas ce n’est pas du par coeur, il faut réfléchir, être cohérent, non il ne pourrait pas.

                Et c’est mon président.

                  

                  Ajouter une réaction

                  Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                  Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                  FAIRE UN DON







Palmarès



Faire une demande pour obtenir le formulaire esta pour les usa
recharge cigarette électronique