Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De l’importance de la démographie

De l’importance de la démographie

Les vidéos sont réalisées en anglais avec des sous-titres en français et en anglais (attention j'ai du mal à me libérer d'un bon accent français).

 

Dans cette vidéo on souligne l'importance de l'explosion démographique en politique internationale, avec quelques exemples.

 

 

Tags : Politique Société International Démographie



Réagissez à l'article

62 réactions à cet article


  • 4 votes
    Fidol Castré Fidol Castré 2 janvier 14:48


    Il faut quand même admettre que c’est l’un des axiomes de Le Pen père depuis au moins trente ans : la population mondiale passant de 1 à 6 milliards va forcément poser à un moment ou un autre des problèmes.
    Mais comme c’est Le Pen qui disait ça, les autres en face se contentaient de nier et d’écarter ça d’un revers de la main. Bande de caves.

    Serges Moati l’admet sans ambiguité à 3’10 sur cette vidéo.


    • 5 votes
      Heimskringla Heimskringla 2 janvier 15:00

      Dans 9 années les caucasiens seront minoritaires au niveau des naissances. 


      En 2040, les caucasiens seront minoritaires et ce partout en Europe de l’ouest. Pour les USA, c’est en 2042 qu’ils seront minoritaires. 

      La démographie est un des facteurs les plus importants. Au niveau démographie et dynamique raciale, c’est je pense déjà terminé pour l’ouest. Un calcul mathématique pourra le confirmer.

      La démographie ne ment jamais.

      Le caucasien de l’ouest a fait un suicide collectif et civilisationnel. Kevin McDonald explique le pourquoi de cette maladie mentale dans la psychologie évolutionniste). 

      Cette maladie est responsable de : 

      - Xénophilie maladive.
      - Altruisme hypocrite pathologique 
      - Ethnomasochisme.

      La seule bonne nouvelle est les souches caucasiennes de l’est semblent ne pas souffrir de cette maladie.

      Le groupe ethno-racial le plus nombreux gagne à tous les coups et comme le caucasien ne vote pas pour son intérêt racial bin c’est perdu d’avance. On commence à en voir le résultat dans de nombreux pays Européens.




      • 1 vote
        jean mouche jean mouche 2 janvier 15:49

        @Heimskringla

         Avoir peur de courbes qui montent et de camemberts grossissants, soit.

        Mais..........

        Par pitié cessez de faire saigner mes yeux avec l’emploi du terme "caucasien", tout le monde ne s’est pas laissé anglo-saxoniser jusqu’au trognon.

        Parlons de blancs, le terme caucasien apparait dans l’histoire en 1806 avec la classification des races de Blumenbach. Il veut dire blanc et je conjecture qu’il perçoive la région montagneuse du Caucase comme celle du partage des races suite à la dispersion des enfants de Noé sur terre après échouage de leur arche sur le mont Ararat.

        Et plutôt que trembler, je vous incite à laisser votre couteau et prendre votre b*te pour repeupler la terre avec des petits bambins de race nordique, alpine ou même du type méditerranéen.

        Et objection juste pour amuser la galerie :

        La race méditerranéenne ( Sud de l’Europe et pourtour méditerranéen) fait partie de la race blanche. Donc réjouis toi car hormis quelques sino-vietnamiens et une ou deux divisions de copains bambaras, peuls, soninkés et autres loubas, on est entre Blancs. Des caucasiens d’Oran, de Sousse, de Beyrouth, c’est pas beau ça.

        On est carrément des millions de blancs et pour longtemps. Car va faire la différence entre un napolitain, un syrien et un tunisien juste au physique... Cela me laisse dubitatif.

        Bonne année.


      • 3 votes
        Heimskringla Heimskringla 2 janvier 17:04

        @jean mouche

        "Par pitié cessez de faire saigner mes yeux avec l’emploi du terme "caucasien", tout le monde ne s’est pas laissé anglo-saxoniser jusqu’au trognon."

        Mea culpa.

        "Car va faire la différence entre un napolitain, un syrien et un tunisien juste au physique..."

        Physique peut être pas mais culturellement quand même un peu.



      • 3 votes
        yoananda yoananda 2 janvier 17:29

        @jean mouche
        "Car va faire la différence entre un napolitain, un syrien et un tunisien juste au physique... Cela me laisse dubitatif."

        justement j’ai eu le cas "in vivo" récemment : 2 femmes qui se rencontrent, 2 "blanches" (une française et une algérienne), dont l’un à dit de l’autre "mais elle est arabe non ?" à cause de son caractère ... 

        si toi tu ne sais pas faire la différence, il y en a qui savent !!

        Donc, moi, caucasien me convient, de même qu’européen. De toute manière si tu prends un arbre phylogénétique utilisé par les généticiens, tu verras "blanc" ça existe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Haplogroupe_R1b), et que les maghrébins ne sont pas dedans ((https://fr.wikipedia.org/wiki/Maghr%C3%A9bins#Lign.C3.A9e_paternelle_:_l.27ADN_du_chromosome_Y)


      • 7 votes
        yoananda yoananda 2 janvier 15:08

        Bravo !!!
         
        Les autres continents sont en pleine explosion démographique grâce à la médecine et la technologie inventée par le "nord" qui leur apporte la prospérité.
        Vous savez, le méchant empire capitaliste qui exploite les peuples en leur faisant augmenter leur espérance de vie, leur nombre et leur niveau d’éducation...
         
        bref, la démographie, c’est la seule "science humaine" exacte, et elle nous dit que le déferlement migratoire n’en est qu’à son début et que l’Europe, riche, vielle, pleine de jolies filles, et qui n’est plus défendue, va être une proie de choix.
         
        Ha mais oui, j’oubliais, c’est raciste de dire ça, un européen ne peut pas se faire remplacer par un africain, puisque les races n’existent pas, et qu’un noir c’est un celte comme un autre ...
         


        • 3 votes
          cathy cathy 2 janvier 15:18

          @yoananda
          Oui je conseille aux femmes d’être très très prudentes.


        • 4 votes
          cathy cathy 2 janvier 15:16

          Je vais finir ce petit reportage, parce qu’il manque le mot de la fin. Pourquoi la population non blanche explose. Parce que les blancs soignent ces populations et ont importés leur médecine. 


          • 5 votes
            yoananda yoananda 2 janvier 15:21

            @cathy
            tu peux rajouter qu’en plus :

             * on n’est pas remercié pour ça

             * on nous reproche tous leurs échecs

            conclusion : il faut venir prendre ici ce qui manque la bas ...

            demandez aux Grecs ce qu’ils en pensent.


          • 6 votes
            Fidol Castré Fidol Castré 2 janvier 15:29

            Je réagis aux commentaires au-dessus et oui, c’est clair, les blancs sont mal barrés. Et le plus dérangeant n’est pas à la limite l’invasion de l’europe par des non-européens musulmans ou que sais-je. C’est déjà une catastrophe, mais le pire est que nous avons effectivement perdu, nous, cette notion de distinction raciale alors que TOUS les autres groupes ethniques l’ont bien en tête, et surtout, surtout, que les envahisseurs ne contribueront en rien à nous libérer de nos oligarques et à mettre en place un système nouveau, ils viennent comme des parasites sur les décombres des économies européennes.

            A un moment donné, alors que ce n’est pas du tout mon axiome actuellement, peut-être que l’internationalisme des alliés objectifs qui ont réussi leur coup depuis des décennies (supprimer les frontières= capitalisme qui détruit tout et mouvements de population qui vont avec), sera à reconsidérer pour lutter contre le sommet de la pyramide, si l’appauvrissement généralisé s’est amplifié pour tout le monde.
            La lutte nationaliste ne portant pas ses fruits (on peut toujours attendre encore pour 2017, mais bon, peu de chance), il sera alors trop tard, irréaliste, voire suicidaire de partir dans des conflits civils armés, blancs contre les autres.


            • 8 votes
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 2 janvier 15:44

              Même si les différences raciales physiques sont évidentes et qu’il faut être taré ou menteur pour les nier, je ne m’identifie pas du tout à "ma" race. Par conséquent, je ne dirais jamais "nous" pour m’inclure dans un groupe racial. Je fais partie bien plus sûrement de groupes culturels qui n’ont rien à voir avec l’identité raciale et l’apparence physique. Par exemple, je peux me sentir proche d’un indien ou d’un africain qui aurait la même philosophie et le même régime alimentaire que moi et très éloigné d’une personne à qui je ressemblerais physiquement par ma couleur de peau et la forme de mon nez. Bien que cela soit hypothétique, je pense même que je suis plus proche de certains aliens que de beaucoup d’humains. 


              • 4 votes
                yoananda yoananda 2 janvier 15:55

                @Qaspard Delanuit
                il y a des différences physiques ET cognitives. A l’échelle de l’univers, tout le monde s’en branle de la race blanche. On peut tout relativiser comme tu le fais, et même, se sentir plus proche d’un chien que d’un Hollande ... et alors ?

                Je crois que tu n’a pas bien compris l’enjeu. Le problème c’est que "les autres", eux, ont un sentiment d’appartenance ethnique et culturel qui n’a pas été détruit, et toi et tes enfants, si vous êtes "blancs", vous risquez de comprendre, mais un peu tard, que ce beau relativisme n’est qu’une maigre protection face à tsunami démographique. En gros, tu es un candidat idéal à la bolossification.

                A moins que tu ne sois pas un blanc, et la, bien sûr, tu prêches pour ta paroisse.

                Après, c’est aussi ton droit d’être mondialiste et de rêver à une humanité "grise" toute mélangée, sans diversité, sans racine, sans races, composée de consommateurs insouciants soumis aux multinationales. Car c’est précisément le rêve des mondialistes que tu décrits.


              • 2 votes
                Fidol Castré Fidol Castré 2 janvier 15:58

                @Qaspard Delanuit
                Bien entendu, c’est en cela même que la France n’est pas un pays racial ou ethnique (contrairement au Japon ou même à l’Allemagne), mais est devenu au fil du temps, un universalisme d’esprit. Seulement cet universalisme (citoyens tous égaux) promu par la République devrait savoir être cohérent, connaître ses limites pour éventuellement se prolonger et se développer, mais il n’en est plus rien. Nos élites ayant fait le choix de continuer l’immigration de masse sans assimilation et laissant des sauvageons pisser librement sur la France et ses habitant enracinés depuis plus longtemps qui devraient tout de même, rester majoritaire sur l’ensemble du territoire.


              • 2 votes
                maQiavel maQiavel 2 janvier 16:15

                @Qaspard Delanuit
                Même si les différences raciales physiques sont évidentes et qu’il faut être taré ou menteur pour les nier, je ne m’identifie pas du tout à "ma" race. Par conséquent, je ne dirais jamais "nous" pour m’inclure dans un groupe racial. Je fais partie bien plus sûrement de groupes culturels qui n’ont rien à voir avec l’identité raciale et l’apparence physique. 


                Pareil et je pense que nous sommes nombreux dans ce cas. Et c’est en réalité une perception très répandue à travers le monde, le chinois, le japonais ou le vietnamien n’ont pas conscience d’appartenir à une race jaune mais plutôt d’appartenir à une nation chinoise, japonaise ou vietnamienne. L’ amazonien n’a pas non plus conscience d’appartenir à la même race rouge que le Cheyenne, il se définit par rapport à son peuple et à sa culture et non à une race. Pareil pour le peuls ou le mossi, cette histoire de race noire est un truc d’intellectuel panafricain, l’africain moyen lui se définit par rapport à son peuple et à sa culture. 

                Évidemment, la même logique est à l’oeuvre en Europe, le portugais moyen ne va pas clamer appartenir au même groupe racial que le finlandais, il se rattache à la culture portugaise et à sa langue. 

                En gros la conscience raciale est avant tout une question idéologique qui est ranimer dans certains milieux du fait du multiculturalisme, sa réalité est très éphémère... 


              • 1 vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 2 janvier 16:25

                @yoananda
                "il y a des différences physiques ET cognitives."

                 

                Les différences physiques n’ont pour moi d’importance que dans l’hypothèse de relations sexuelles parce que je trouve certaines races laides et repoussantes érotiquement ( je pense que ce serait aussi problématique avec des aliens  smiley ). En revanche, les différences cognitives ne suivent pas les différences physiques, d’après mon expérience, et je peux avoir des amis très différents de moi physiquement. 

                 

                "Le problème c’est que "les autres", eux, ont un sentiment d’appartenance ethnique et culturel qui n’a pas été détruit, et toi et tes enfants, si vous êtes "blancs", vous risquez de comprendre, mais un peu tard, que ce beau relativisme n’est qu’une maigre protection face à tsunami démographique."

                  

                Je suppose qu’on parle surtout de l’Afrique, là. Sexuellement, les africains sont souvent attirés par des blanches et les africaines veulent des mignons petits blancs pour éclaircir leur descendance. Le cas du Noir qui ne veut pas de Blanc dans sa famille afin de préserver la couleur foncée de sa progéniture est assez rare. Le danger serait donc plutôt le métissage complet à moyen terme.

                 

                Après, c’est aussi ton droit d’être mondialiste et de rêver à une humanité "grise" toute mélangée, sans diversité, sans racine, sans races, composée de consommateurs insouciants soumis aux multinationales. Car c’est précisément le rêve des mondialistes que tu décrits.  


                Bon, d’abord, moi, je ne décris pas de "rêve", je décris ce que je ressens. Ensuite, je comprends mal en quoi la blancheur de peau préserverait du syndrome du "consommateur insouciant soumis aux multinationales" étant donné que cette merde a été inventée par des Blancs qui furent à la fois les premiers consommateurs ainsi que les propriétaires des multinationales. Les premiers fabricants de voitures et les premiers acheteurs de voiture n’ont pas été des Noirs ou des métis. 

                Je crois par ailleurs à l’importance de la diversité culturelle et à son rôle politique, mais je constate qu’elle ne se confond pas avec la diversité de types physiques.  


              • 1 vote
                maQiavel maQiavel 2 janvier 16:34

                Désolé pour les phautes d’ortografes. 

                Sinon, cette histoire du "eux ont une conscience raciale et pas nous ",c’est vraiment une construction idéologique, tous ceux qui ont un tant soi peu voyagé le savent, c’est n’importe quoi. smiley

                Les gens ont en général une conscience ethno-culturelle et non pas une conscience d’appartenir au même groupe parce que blanc, noir, jaune ou rouge, c’est un truisme que j’ennonce là, une banale lapalissade...

                Les milieux de militants racialistes ne sont pas représentatifs des populations en général...


              • 3 votes
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 2 janvier 16:37

                Maintenant, soyons clairs, si on parle d’identité française et que le problème est celui-ci, il ne se réglera pas en faisant appel à des super-pondeuses made in France de couleur blanche. Le problème de la France, c’est sa propre décadence intrinsèque. C’est un peu comme ce qu’on dit à propos des maladies : le terrain est TOUT et il est plus important que l’agent pathogène. Une personne avec un terrain fort ne tombe pas malade. Donc l’état de la France est le reflet de la misère culturelle des Français. François Hollande n’a pas été envoyé par des Africains. Ce pingouin est malheureusement le reflet du niveau spirituel moyen des Français. 


              • 2 votes
                WakeUp 2 janvier 16:50

                @Qaspard Delanuit, Bonjour,
                Je suppose qu’on parle surtout de l’Afrique, là. Sexuellement, les africains sont souvent attirés par des blanches et les africaines veulent des mignons petits blancs pour éclaircir leur descendance. Le cas du Noir qui ne veut pas de Blanc dans sa famille afin de préserver la couleur foncée de sa progéniture est assez rare. Le danger serait donc plutôt le métissage complet à moyen terme.

                => Si on doit trouver un facteur freinant le métissage, ce serait plutôt la religion, bien plus que les traits ethniques. Quoique si vous poussez jusqu’à la question du mariage, vous pourriez bien trouver de fortes réticences pour de simples questions de couleur de peaux.

                Maintenant le problème posé par l’immigration massive (il s’agit bien de ça), est pour moi bien plus culturel que ethnique. Et si beaucoup de "blancs" (comprendre de culture européenne) sont des "consommateurs insouciants soumis aux multinationales", ils ont quand même un soupçon de conscience politique, même si ça se limite à râler lorsqu’on leur enlève des droits. Et pour le coup, ce que je constate, c’est que les immigrés ou les descendants d’immigrés plongent tout aussi facilement dans cette hyper-consommation, mais sans aucun garde fou et sans aucune conscience des conséquences politiques, sociales ou même écologiques.

                Et c’est pour moi aussi un facteur qui fait que ces populations sont tant appréciée du capital.


              • 2 votes
                yoananda yoananda 2 janvier 17:00

                @Qaspard Delanuit
                "Le problème de la France, c’est sa propre décadence intrinsèque" précisément, et c’est bien de ça que je te parle. Je prétends (libre à toi de ne pas être d’accord) que tu souffres de cette décadence, que je nommerais, faute de meilleur mot par "mélangisme", qui se rapproche du relativisme, du confusionisme dont tu fais étalages sur ce thread.

                pour t’en convaincre, il te suffit de pousser tes raisonnements un tout petit peu plus loin. Si tu es contre "les races" (je sais que les races n’existent pas au sens scientifique du terme, on devrait plutôt parler d’ethnie mais ce n’est pas l’essentiel), tu peux appliquer exactement le même raisonnement et devenir anti-spéciste.

                Comme je te le disais, on peut se sentir plus d’affinités avec certains animaux que certains humains. Et du coup, on en perds de vue que l’humain est différent des autres animaux, comme on perds de vue que le français n’est pas un africain, que ce soit par la couleur de peau, par la culture, par le cerveau, par le fonctionnement endocrinien, par l’epigénétique aussi.

                Ce n’est pas parce que l’humain est "maléable" qu’il n’y a pas de différences entre les groupes.

                Prenons un exemple plus parlant (peut-être) : ce n’est pas parce qu’il peut y avoir plus de différences entre 2 femmes données et entre 1 femme et un homme que pour autant les hommes et les femmes en tant que groupe sont très différents. C’est une question de moyenne, d’écart type. Qu’on décide de les traiter de manière égale aux yeux de la loi ne veut pas dire qu’ils sont égaux en constitution. C’est ainsi.

                Il n’en reste pas moins que "l’humanité" existe, de même que la race blanche, de même que l’ethnie française (haplogroupe R1b-M269 pour ton information).

                On se perds dans les abstractions, et dans le "tout le monde est pareil et tout le monde se vaut".

                Non.

                De l’autre coté, je reconnais que si on pousse le raisonnement raciste à l’extrême, on tombe sur des problèmes non moins gênants, comme peut l’être le racisme (qui stipule la supériorité de certaines races sur d’autres), ou l’extrême nationalisme qui nous a mené ou l’on sait.

                C’est donc une question d’équilibre, que, de mon point de vue, tu as un peu perdu (il y a bien pire smiley ).

                Mais je suis d’accord, nous sommes un peuple malade. La dessus, il est évident que le problème ne vient pas des africains, qui ne jouent le rôle que d’opportunistes dans l’affaire.


              • 1 vote
                WakeUp 2 janvier 17:02

                @maQiavel
                Les gens ont en général une conscience ethno-culturelle et non pas une conscience d’appartenir au même groupe parce que blanc, noir, jaune ou rouge, c’est un truisme que j’ennonce là, une banale lapalissade...

                => Parlons de conscience ethnoculturelle alors plutôt que de conscience raciale. Mais les problèmes de remplacement, de communautarisme, de métissage ou de refus du métissage peuvent toujours être posés non ?


              • 2 votes
                Heimskringla Heimskringla 2 janvier 17:13

                @maQiavel

                " le chinois, le japonais ou le vietnamien n’ont pas conscience d’appartenir à une race jaune mais plutôt d’appartenir à une nation chinoise" 

                D’abord je trouve ça assez présomptueux de parler au nom de tous les chinois, japonais et vietnamiens. Perso moi j’en sais rien de ce qu’ils pensent, après tu peux avoir des infos sur la mentalité de ces ethnies que je n’ai pas.

                T’es un peu de mauvaise fois je trouve. Changer race jaune par nation chinoise ça change pas dans le fond conception d’appartenance. 

                T’as juste d’une certaine façon rendu le concept plus politiquement correct au vu de l’historique clairement politiquement incorrect des mots utilisés à l’origine.


              • 1 vote
                yoananda yoananda 2 janvier 17:14

                @WakeUp
                parlons de "conscience ethno-culturelle" au lieu de race tant que ce n’est pas pour noyer le poisson.

                L’identité à une composante génétique, épigénétique, et culturelle. Qu’on appelle ça une "race" pour parler de l’échelon "continental" ou etnique pour parler de l’échelon national, ou ethno-culturel pour être plus précis ... ça ne change rien à l’affaire : en français n’est pas remplaçable par un africain. Ou plutôt si : un français l’est, mais pas un million. ... si on veut être ultra-précis.

                On peut assimiler un individu, pas un peuple.

                Mais pendant qu’on coupe les cheveux en 4 pour ne vexer personne, pour ne pas être imprécis, et tout ce qu’on veut comme excuse, la démographie, elle, fait sa loi ... et l’Islam se marre bien de même que ceux qui l’instrumentalisent.


              • 1 vote
                Heimskringla Heimskringla 2 janvier 17:29

                @WakeUp

                "Maintenant le problème posé par l’immigration massive (il s’agit bien de ça), est pour moi bien plus culturel que ethnique. Et si beaucoup de "blancs" (comprendre de culture européenne) sont des "consommateurs insouciants soumis aux multinationales", ils ont quand même un soupçon de conscience politique, même si ça se limite à râler lorsqu’on leur enlève des droits. Et pour le coup, ce que je constate, c’est que les immigrés ou les descendants d’immigrés plongent tout aussi facilement dans cette hyper-consommation, mais sans aucun garde fou et sans aucune conscience des conséquences politiques, sociales ou même écologiques.

                Et c’est pour moi aussi un facteur qui fait que ces populations sont tant appréciée du capital."


                Complètement d’accord. 


                Suffit de constater qui en majorité promeut l’hyper capitalisme au niveau de la jeunesse... exemple le RAP US. 

                Désolé mais le fils de paysan Européen c’est pas tout à fait le même donc doit bien y avoir un rapport différent a ce sujet.

                 




              • vote
                Heimskringla Heimskringla 2 janvier 17:30

                @WakeUp

                +1


              • 1 vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 2 janvier 17:46

                @yoananda
                "Si tu es contre "les races" (je sais que les races n’existent pas au sens scientifique du terme, on devrait plutôt parler d’ethnie mais ce n’est pas l’essentiel)" 

                 

                Je n’ai jamais dit que j’étais contre "les races" (ou les ethnies). J’ai dit que les différences raciales avaient pour moi de l’importance sur le plan de l’attirance sexuelle mais aucune importance sur le plan de mes relations amicales, ou même de mes amitiés politiques. Et ce n’est pas une position idéologique ou une certaine conception du monde, c’est un fait.

                En ce qui concerne la barrière des espèces, c’est la même chose. Je n’ai aucune difficulté à reconnaître que je ne suis pas "spéciste", tout en voyant bien qu’il y a des différences entre les espèces. La mort de mon chien me ferait plus de peine que la mort d’un être humain inconnu ou connu pour être un sale con. Mais, là aussi, la relation sexuelle avec une chienne ne serait pas attirante. Donc l’amitié avec un animal est possible pour moi mais pas la rencontre sexuelle. 

                Si j’insiste tant sur la sexualité, c’est parce que la forme joue un rôle important dans la reproduction. Alors qu’elle a très peu d’importance pour l’amitié ou les relations intellectuelles. Par exemple, qui se préoccupe ici de la race des participants à ce forum ? 


              • 1 vote
                maQiavel maQiavel 2 janvier 17:49

                @wake up 

                -Mais les problèmes de remplacement, de communautarisme, de métissage ou de refus du métissage peuvent toujours être posés non ?


                Évidemment !

                @Heimskringla

                -D’abord je trouve ça assez présomptueux de parler au nom de tous les chinois, japonais et vietnamiens. Perso moi j’en sais rien de ce qu’ils pensent, après tu peux avoir des infos sur la mentalité de ces ethnies que je n’ai pas.


                J’ai pris des exemples au hasard mais comme je l’ai dit il suffit de voyager un peu et de s’intéresser quelque peu aux gens des pays dans lesquels on voyage ( cad pas comme un touriste qui vient passer du bon temps mais comme une personne intéressée par la découverte des cultures) pour que mon affirmation apparaisse comme une banalité qui ne méritait même pas d’être énoncée tellement elle était évidente.

                 Changer race jaune par nation chinoise ça change pas dans le fond conception d’appartenance. 


                Le terme "race "a une signification différentes de celle de culture, tu es d’accord, non ? Ces deux mots ne sont pas interchangeables. Donc la notion d’appartenance raciale est différente de celle d’appartenance culturelle. Je ne dis pas que la notion d’appartenance n’existe pas, je dis même l’inverse, je dis simplement que la notion d’appartenance ethno-culturelle est la règle mais que celle d’appartenance raciale est une exception idéologique. 

                Ce n’est pas une question de politiquement correct ou non, c’est un fait observable qui m’apparaît être une évidence !


              • 1 vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 2 janvier 17:58

                @yoananda
                "On peut assimiler un individu, pas un peuple."


                Evidemment, il y a un moment où la quantité fait qualité. Donc il y avait une certaine quantité d’immigration à ne pas dépasser en France afin de pouvoir l’assimiler sans modifier la "qualité française" (si je puis dire). Elle a été dépassée depuis longtemps à la faveur d’idéologies débiles et de déni du réel. 


              • 1 vote
                Heimskringla Heimskringla 2 janvier 18:21

                @maQiavel

                "Le terme "race "a une signification différentes de celle de culture, tu es d’accord, non ?" 

                C’est justement mon problème, pour ma part race blanche en gros ça voulait dire ADN indo Européen et tout ce que cela représente jusqu’au niveau des cultures, des géographies et des calories. 


              • vote
                Joe Chip Joe Chip 3 janvier 00:13

                A la base, le racialisme tel qu’il a été théorisé en Europe au XIXème siècle servait surtout à justifier la domination économique écrasante et rapide de la bourgeoisie anglo-saxonne en lui donnant l’aspect d’une vérité scientifique. On théorisait ainsi des classes ou plutôt des "clades" au sein de la race blanche, divisée entre brachiocéphales (tête ronde) et dolichocéphales (tête allongée), races nordique, alpine, méditerranéenne... les racialistes allemands ont d’ailleurs émis l’idée que la civilisation gréco-romaine avait été créée des petits groupes aryens (en se basant notamment sur l’étude des traits des statues...) parce qu’il leur paraissait inconcevable d’associer le génie grec à la "race méditerranéenne" issue de métissages complexes. Le thème de la race supérieure au XIXème siècle est surtout lié à des considérations sur l’intelligence, l’hygiène, la physiologie, etc...

                Le racisme "blanc", phénomène propre au 20ème siècle, c’est encore autre chose, voire l’inverse... une sorte de communisme racial exalté à travers l’homogénéisation absolue de la communauté d’appartenance. Là ce n’est plus un idéal hiérarchique mais au contraire un idéal d’égalité qui s’exprime, la couleur est vécue comme le point commun et le facteur égalisant entre tous les membres de la communauté. C’est le racisme des "fraternités blanches" style Ku-Klux-Klan, Afrikaners, skins, etc... au final, tu peux être un gros tas alcoolique, c’est pas grave, si tu es blanc, tu as gagné ton ticket, tu es de la race supérieure...

                Pas d’accord avec Maqiavel sur le Japon. Il y a pas plus raciste que les Japonais, au point qu’ils ne veulent accueillir quasiment aucun réfugié sur leur territoire (je crois que c’est autour de 20 annuellement au Japon...). Le fait qu’ils ne réfèrent pas aux catégories du racisme européen du XIXème siècle ("jaune") ne veut pas dire qu’ils n’ont pas une conscience raciale assez affirmée, mais qui s’affirme par des modalités différentes et subtiles conformes au caractère nippon. Evidemment un Japonais est trop pudique et trop discret pour vociférer son racisme comme un supporter de foot néo-nazi. Ca ne veut pas dire que le racisme n’existe pas mais qu’il s’exprime différemment, avec des réactions de gêne, de stress ou de fuite, voire de fétichisation sexuelle de la différence. Ce qui est également un critère du racisme même s’il peut sembler à priori positif (noir à grosse bite, etc.).


              • 1 vote
                Heimskringla Heimskringla 3 janvier 01:06

                @Joe Chip

                Très intéressant, j’ai la même vision concernant le japon. D’ailleurs il y’a une culture très nazi au japon. Je ne sais pas ce que cela veut dire réellement, si c’est du folklore ou que sais je (je pense qu’ils sont vraiment fan) mais ils adorent se fringuer en nazi. Surtout les filles.

                Je crois que même dans les mangas il y’a beaucoup de connotation raciste. 

                Tu catalogues le racisme du 3reich dans ta définition du racisme blanc du 20ème siècle ou de ta première définition ? 

                J’ai parlé assez souvent avec un vieux national socialiste et il me disait en gros que la vision qu’ils avaient n’avait rien a voir du tout avec la vision des white power fraternité aryenne, KKK et toutes ces merdes dans le genre. 

                https://www.youtube.com/watch?v=zlMws3hx3Qg


              • vote
                Joe Chip Joe Chip 3 janvier 02:40

                @Heimskringla

                Culture nazie ? On trouve des svastika et des nazis stylisés voire romantiques dans les manga mais ça fait partie des clichés que les japonais recyclent sans vraiment se les approprier. 

                Tu devrais lire "Le Maître du Haut-Château" de Philip K Dick si ce genre de sujet t’intéresse. C’est une uchronie dans laquelle les nazis et les japonais ont remporté la guerre et se partagent les USA. 

                dans Le Maître du Haut Château, les habitants de l’ouest des États-Unis se relèvent lentement de la défaite par l’innovation artisanale, par la vente de leur patrimoine à des vainqueurs qui l’apprécient. Ils commencent à prendre leur revanche comme le montre le personnage Frank dans sa relation avec les Japonais, mais sont décrits comme gardant un fort complexe d’infériorité devant la culture de leurs vainqueurs, comme dans notre véritable monde où les Japonais, privés de leur armée, vis-à-vis de la culture des occupants américains, se sont investis massivement dans l’excellence économique.

                Le point de vue et le mode de pensée des Japonais est très finement décrit dans ce livre. Pour les Japonais, le nazisme est une curiosité esthétique qu’ils mettent sur le même plan que les vampires, les mutants radioactifs, etc... les japonais ne font pas forcément la relation avec la dimension morale qui est un truc typiquement occidental. Les Japonais ne voient pas le monde selon un filtre manichéen. D’ailleurs la polémique en Europe au sujet de ce manga "nazi" ne leur paraissait pas excessive ou injuste, mais incompréhensible. 

                Voilà un candidat "révolutionnaire fasciste" à une élection japonaise (sous-titre anglais) :

                https://www.youtube.com/watch?v=df7jOd6HcIY

                "Je suis Toyama Hoichi. Cette nation est horrible. Je me moque de la réforme politique comme de toute autre réforme. Rien ne sera solutionné par la réforme ou par le changement, nous ne sommes plus dans un tel état d’optimisme. Nous devons abandonner cette nation détestable. Cette nation doit être détruite. Je n’ai pas une seule proposition constructive."

                Evidemment, les nazis auraient eu sans doute du mal à sympathiser avec des supporters de foot bourrés, des skinheads et des clowns du KKK. Le racisme nazi se rapproche beaucoup plus du racialisme du XIXème siècle même s’il reposait aussi sur des bases collectivistes et démagogiques. 


              • vote
                Heimskringla Heimskringla 3 janvier 11:40

                @Joe Chip

                Merci pour ta réponse.

                Tu devrais lire "Le Maître du Haut-Château" de Philip K Dick si ce genre de sujet t’intéresse. C’est une uchronie dans laquelle les nazis et les japonais ont remporté la guerre et se partagent les USA. 

                https://www.youtube.com/watch?v=zzayf9GpXCI&nbsp ;

                C’est un sujet qui m’intéresse donc merci pour la proposition de lecture.

                Voilà un candidat "révolutionnaire fasciste" à une élection japonaise (sous-titre anglais) :

                Comme dit dans les commentaires, il me fait penser à un anarchiste. 

                "Evidemment, les nazis auraient eu sans doute du mal à sympathiser avec des supporters de foot bourrés, des skinheads et des clowns du KKK. Le racisme nazi se rapproche beaucoup plus du racialisme du XIXème siècle même s’il reposait aussi sur des bases collectivistes et démagogiques. "

                J’suis d’accord. Tu as des liens à proposer sur le racisme du XIXème siècle ?


              • vote
                maQiavel maQiavel 3 janvier 12:18

                @Joe Chip
                -Pas d’accord avec Maqiavel sur le Japon. Il y a pas plus raciste que les Japonais, au point qu’ils ne veulent accueillir quasiment aucun réfugié sur leur territoire (je crois que c’est autour de 20 annuellement au Japon...). Le fait qu’ils ne réfèrent pas aux catégories du racisme européen du XIXème siècle ("jaune") ne veut pas dire qu’ils n’ont pas une conscience raciale assez affirmée,


                Attention, je n’ai jamais dit que les Japonais étaient ouvert aux étrangers, ils ont bien évidemment une conscience ethno-culturelle et sont plutôt fermé sur eux-mêmes, c’est une évidence. Ce que je conteste, c’est de parler de conscience raciale, les Japs sont aussi fermé à leur voisins... 

                Lorsqu’on parle de race, on se refere bien évidemment aux classifications Européennes qui datent du XIX et qui ont évoluées au XX ème siècle. Sinon, que signifie le mot "race " ? Selon ces classifications, la race japonaise n’existe pas, les Japonais font partie d’un groupe racial bien plus vaste et je dis simplement que la conscience raciale n’existe pas, c’est une taxonomie phenotypique et non culturelle. Hors la conscience de soi s’exprime par la culture... 


              • 1 vote
                maQiavel maQiavel 2 janvier 16:58

                Le facteur demographique est bien évidemment à prendre en compte pour évaluer la puissance d’une nation, il ne constitue pas nécessairement une force, il peut être une faiblesse si les infrastructures sociales ne suivent pas. 

                Au niveau de la planète, ce facteur est évidemment très important, on ne peut pas continuer avec notre croissance demographique actuelle.
                Mais il faut garder à l’esprit que les moyens dont nous disposons aujourd’hui peuvent permettre de nourrir 10 milliards d’individus 
                à leur faim (ce qui serait donc possible dès maintenant si les humains étaient assez responsable pour repartir les ressources suivant les besoins). 
                Il y’a donc un autre facteur à prendre en compte :l’hyperconsommation des ressources. Si tous les humains consommaient comme les américains, il faudrait des ressources équivalentes à celles de sept planètes comme la notre. On ne peut plus continuer à consommer comme on le fait, cela aussi est une évidence,, l’hyperconsommation des ressources est un problème bien plus urgent à régler que l’explosion demographique... 

                • 4 votes
                  yoananda yoananda 2 janvier 17:06

                  @maQiavel
                  comme souvent, commentaire "déconnecté" ... si tu avais la moindre notion d’économie, ou, à défaut, de la vie réelle ... tu n’écrirais pas ce genre d’âneries.

                  Je sais aussi qu’il est vain que j’argumente, ou que tu me réponde.

                  Je sais que je t’écris presque toujours la même rengaine, je sais que tu me répondra toujours la tienne smiley et que occasionnellement, on est parfois d’accord ...

                  C’est ainsi.

                  Je ne peux qu’essayer à t’inciter à t’ouvrir : soit à des lectures plus scientifiques, soit, à aller essayer de "faire" un "vrai" truc dans le monde réel, je ne sais pas, construire une maison, bosser dans un champ agricole, ce genre de trucs smiley

                  amicalement quand même.


                • vote
                  maQiavel maQiavel 2 janvier 17:17

                  La combinaison croissance exponentielle de la population mondiale -hyperconsommation des ressources -épuisement des ressources naturelles est le grand défi que l’humanité aura à surmonter dans l’avenir. Ils sont déjà à l’origine de nombreux troubles sociaux et surtout géopolitiques :la guerre pour l’hégémonie (l’hegemon ayant accès aux ressources restantes, c’est une position convoitée comme jamais) que nous vivons actuellement et qui en est encore au stade où les principaux protagonistes s’affrontent de façon indirecte via des vassaux, mais ça peut très vite déraper, j’ai eu une sueur froide lorsque l’avion Russe a été abbatu il y’a un mois. 

                  Souvent, je me dit que le pire ne serait même pas que l’espèce humaine disparaisse mais qu’elle emporte avec elle toutes les vies évoluant sur notre terre mère... 


                • vote
                  maQiavel maQiavel 2 janvier 17:31

                  @yoananda
                  Je sais que tu n’aime pas qu’on touche à ton sacro-saint capitalisme et à sa croissance infinie dans un monde finit, notion très connectée à la réalité smiley, que tu préfères qu’on oppose les groupes les uns aux autres de façon binaire "eux "contre "nous ", ce qui est également "hyperconnecte "à la réalité smiley, mais comme tu dis, il est vain de répondre, tu n’aurais même pas du écrire ce commentaire car il ne sert à rien, tu sais ce que je penses de toi et je sais ce que tu penses de moi, inutile, d’aller plus loin, n’est ce pas ? 

                  Ps : à mon avis, même si mon expérience n’est pas extraordinaire dans ce domaine, j’ai sans doute un petit peu plus de vécu que toi de l’exploitation agricole ( pas forcément en France certes) , et peut-être même de la vie "réelle" selon le contenu que tu donnes à cette expression, mais ce n’est que mon avis smiley


                • vote
                  WakeUp 2 janvier 17:31

                  @maQiavel
                  C’est un peu évoqué mais par forcément décrit dans ces termes. La démographie est importante sous plusieurs formes :

                  - La valeur absolue

                  - La croissance

                  - La balance entre les pays

                  Il est sûrement possible de nourrir 10Mds, peut-être même 20Mds d’individus sans problèmes. Mais comment nourrir une population qui croit de manière exponentielle ? C’est bien le problème de l’Afrique (en plus des problèmes de prédation économique) :

                  - Que cela soit au niveau du pays : Comment se développer correctement si votre population double en 50 ans ?

                  - Ou à des niveau plus petits : Quid de l’éducation dans des familles de 2, 3, 5 ou 12 enfants ? Il y a sûrement pleins de contre-exemple, mais de ce que je vois (expérience purement subjective), les enfants issues de familles avec une petite fratrie sont souvent plus instruits, ont moins de problèmes et développent une conscience politique plus importante (et ce quelque soit le groupe ethnoculturel pour le coup).

                  Enfin pour la balance des pays, dans un contexte où les flux migratoires deviennent de plus en plus faciles, cela me semble être une réelle menace pour les pays encore "ouverts" : n’importe quel pays qui aurait tendance à se développer économiquement ou socialement, pour peu qu’il ait une population assez faible pourrait se faire "submerger" assez rapidement par une immigration opportuniste (cf. La France, mais aussi la Suède visiblement, à mettre en opposition avec la Chine à très forte population, ou le Japon et l’Australie qui sont très fermés)


                • 1 vote
                  Heimskringla Heimskringla 2 janvier 17:42

                  @maQiavel

                  Tu le vois comment le futur ? A la fin c’est celui qui tapera le plus fort qui aura la plus grosse part du gâteau non ?

                  Dans le fond c’est comme ça que ça a toujours fonctionné le monde malgré tout le rose bonbon qu’on peut y mettre tout au tour. 

                  La vie est un rapport de force, c’est aussi simple que ça. Les gros mangent les petits, rien de nouveau sous le soleil finalement.

                  Tu crois en quelque chose après la mort MaQ ? 


                • vote
                  maQiavel maQiavel 2 janvier 17:58

                  @Heimskringla

                  -Tu le vois comment le futur ? A la fin c’est celui qui tapera le plus fort qui aura la plus grosse part du gâteau non ?Dans le fond c’est comme ça que ça a toujours fonctionné le monde malgré tout le rose bonbon qu’on peut y mettre tout au tour. La vie est un rapport de force, c’est aussi simple que ça. Les gros mangent les petits, rien de nouveau sous le soleil finalement.


                  Exact ! Je ne dis pas que je suis heureux de cet état de fait mais ce que tu décrit là est la réalité il me semble, c’est ainsi depuis au moins la révolution néolithique !

                  Ceci dit, je nuancerai, la vie n’est pas réduite au rapport de force, par contre la politique l’est. Heureusement, la vie ne s’arrête pas à la politique. smiley

                  -Tu crois en quelque chose après la mort MaQ ? 


                  Oui, mais c’est une vaste question qui nous mettrai hors sujet... 

                

                Ajouter une réaction

                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Politis

Politis
Voir ses articles







Palmarès



Faire une demande pour obtenir le formulaire esta pour les usa
recharge cigarette électronique