• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > « La fin du dollar » selon Myret Zaki

« La fin du dollar » selon Myret Zaki

« Un krach du billet vert se prépare. Il est inévitable. Le principal risque planétaire actuel, c’est une crise de la dette souveraine américaine. La plus grande économie du monde n’est plus qu’une vaste illusion. Pour produire 14.000 milliards de revenu national (PIB), les Etats-Unis ont généré plus de 50.000 milliards de dette totale, qui leur coûte 4.000 milliards d’intérêts par an. »

Le dollar est devenu la plus grande bulle spéculative de l’histoire et va s’effondrer prochainement. Quant aux attaques à l’encontre de l’euro, elles ne sont qu’un écran de fumée pour masquer la faillite de l’économie américaine, soutient Myret Zaki dans son dernier livre "La fin du dollar".
Entretien entre Myret Zaki, Pierre Jovanovic et Laurent Fendt (2 heures)

Radio Ici & Maintenant - 25 mai 2011

 

La fin du dollar

Le ton est donné. Tout au long des 223 pages de son nouveau livre, la journaliste Myret Zaki se lance dans un réquisitoire impitoyable à lencontre du dollar et de l’économie américaine, qu’elle juge "techniquement en faillite". Le dollar est encore aujourd’hui entouré d’un mythe solide, que la journaliste genevoise Myret Zaki démonte pas à pas.

 

Devenue en quelques années l’un des écrivains économiques les plus réputés de Suisse - elle s’était déjà penchée dans ses précédents ouvrages sur la débâcle américaine dUBS et la guerre commerciale sur le marché de l’évasion fiscale - Myret Zaki soutient la thèse d’une attaque contre l’euro pour faire diversion sur la gravité du cas américain. Interview.

 

Vous affirmez que le krach de la dette américaine et la fin du dollar comme monnaie de réserve internationale sera l’événement majeur du XXIème siècle. Ne versez-vous pas dans un certain catastrophisme ?

En annonçant un événement d’une telle ampleur alors que les signes d’une crise violente ne sont pas encore tangibles, je conçois que cela puisse paraître catastrophiste. Pourtant, je ne me base que sur des critères extrêmement rationnels et factuels. De plus en plus d’auteurs américains estiment que la dérive de la politique monétaire américaine mènera inévitablement à un tel scénario. Il est tout simplement impossible que cela se passe autrement.

 

Pourtant, ce constat n’est de loin pas partagé par une majorité d’économistes. Pourquoi ?

C’est vrai. Il existe une sorte de conspiration du silence, car énormément d’intérêts sont liés au dollar. La gigantesque industrie de l’asset management (investissement) et des hedge funds (fonds spéculatifs) repose sur le dollar. A cela s’ajoutent des intérêts politiques évidents. Si le dollar ne maintient pas son statut de monnaie de réserve internationale, les agences de notation pourraient rapidement ôter à la dette américaine sa notation maximale. A partir de là s’engagera un cercle vicieux qui va révéler la réalité de l’économie américaine. Il s’agit de maintenir les apparences à tout prix, même si le vernis ne correspond plus du tout à la réalité.

 

Ce n’est pas la première fois qu’on annonce la fin du dollar. En quoi les choses sont-elles différentes en 2011 ?

La fin du dollar est effectivement annoncée depuis les années ’70. Mais jamais autant de facteurs n’ont été réunis pour augurer du pire. Le montant de la dette américaine a atteint un record absolu, le dollar est à son plus bas niveau historique face au franc suisse et les émissions de nouvelles dettes américaines sont principalement achetées par la banque centrale américaine elle-même.

 

A cela s’ajoutent des critiques sans précédent des autres banques centrales, créant un front hostile à la politique monétaire américaine. Le Japon, qui est créancier des États-Unis à hauteur de 1000 milliards de dollars, pourrait réclamer une partie de ces liquidités pour sa reconstruction. Et le régime des pétrodollars n’est plus garanti par l’Arabie saoudite.

 

Plus que la fin du dollar, vous annoncez donc la chute de la superpuissance économique américaine. Mais les États-Unis ne sont-ils pas trop grands pour faire faillite ?

Tout le monde a intérêt à ce que les États-Unis se maintiennent et le déni va se poursuivre encore un moment. Mais pas indéfiniment. Personne ne pourra sauver les Américains en dernier ressort. Ce sont eux qui vont porter le coût de leur faillite. Une très longue période d’austérité s’annonce. Elle a d’ailleurs déjà commencé. Quarante-cinq millions d’Américains ont perdu leur logement, 20% de la population est sorti du circuit économique et ne consomme plus et un tiers d’États américains sont en quasi faillite. Plus personne n’investit de fonds propres dans ce pays. Tout repose uniquement sur la dette.

 

Vous affirmez que l’affaiblissement de la zone euro ne représente rien de moins qu’une question de sécurité nationale pour les États-Unis. N’est-on pas entré dans une sorte de paranoïa anti-américaine ?

Nous aimons tous l’Amérique et nous préférons voir le monde en rose. Pourtant, après la fin de la Guerre froide et la création de l’euro en 1999, une guerre économique s’est enclenchée. L’offre concurrente d’une dette souveraine solide dans une monnaie forte risquait de faire baisser la demande pour la dette américaine. Mais les États-Unis ne peuvent cesser de s’endetter. Cette dette leur a permis de financer les guerres en Irak et en Afghanistan et d’assurer leur hégémonie. Ils en ont un besoin vital.

 

En 2008, l’euro était une monnaie prise extrêmement au sérieux par l’OPEP, les fonds souverains et les banques centrales. Elle était en passe de détrôner le dollar. Et cela, les États-Unis ont voulu l’empêcher à tout prix. Le monde cherche un endroit sûr où déposer ses excédents, et l’Europe est activement empêchée d’apparaître comme cet endroit sûr. C’est précisément à ce moment que les fonds spéculatifs se sont attaqués à la dette souveraine de certains Etats européens.

 

Qu’adviendra-t-il après la chute annoncée du dollar ?

L’Europe est aujourd’hui la plus grande puissance économique et elle dispose d’une monnaie de référence solide. Contrairement aux États-Unis, c’est un bloc en expansion. Sur le continent asiatique, le Yuan va devenir la monnaie de référence. La Chine est le meilleur allié de l’Europe. Elle a d’une part intérêt à soutenir un euro fort pour diversifier ses placements. D’autre part, elle a besoin d’un allié comme l’Europe au sein de l’OMC et du G20 pour éviter de devoir réévaluer rapidement sa monnaie. Aujourd’hui, l’Europe et la Chine agissent comme deux forces de gravitation qui attirent dans leur orbite les anciens alliés des États-Unis : le Japon et l’Angleterre.

 

Et qu’en sera-t-il du franc suisse ?

Son rôle de valeur refuge va encore s’accroître. En cas de crise sur la dette souveraine américaine, il y aura un report massif sur le franc suisse. Le franc suisse a pratiquement le même statut que l’or et n’est pas prêt de baisser face au dollar. Dans un système monétaire en refonte totale, la Suisse devra choisir son camp. Car je ne suis pas persuadé que le franc suisse puisse continuer à exister seul, son rôle de valeur refuge étant trop handicapant pour l’économie suisse.

(Interview de Myret Zaki - journaliste genevoise, rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et auteure de "La fin du dollar" - par Samuel Jaberg pour swissinfo.ch le 18 avril 2011)

Tags : Economie Etats-Unis Finances International


Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • 4 votes
    gregoslurbain gregoslurbain 31 mai 2011 10:57

    L’émission est vraiment passionnante, même si je suis en désaccord avec Myret Zaki et Pierre Jovanovic lorsqu’ils entonnent (étonnement en contradiction avec leurs analyses) le refrain de la cure d’austérité comme remède à la crise.


    • 10 votes
      Assurancetourix Assurancetourix 31 mai 2011 12:52

      Ils ne disent pas qu’ils souhaitent des cures d’austérité mais qu’actuellement les plans de rigueur renforcent la valeur des monnaies des pays dans lesquelles ils sont appliqués !


      C’est du moins l’analyse "pertinente" de Myret Zaki sur l’analyse "dogmatique" que fait le marché du Forex (le marché des changes) sur la manière "orthodoxe" de résoudre les crises des dettes souveraines. smiley

    • 5 votes
      eQzez edzez 31 mai 2011 17:21

      n’oublions pas que si le projet HAARP s’averait vrai , il y aussi la possibilité detruire les regions US à coup de tornade et tsunamie pour relancer l’economie et donc enrichir les financiers et banquiers.


      • 1 vote
        EgoSum 1er juin 2011 14:40

        4 zozos pôur plussoyer un message aussi grotesque : AU SECOURS !!!!!!!


      • 3 votes
        airspeed 31 mai 2011 19:18

        Myret Zaki
        Pourquoi ils ont pris Roselyne Bachelot pour doubler la voix ?


        • 6 votes
          NaNard-Botul Levy NaNard-Botul Levy 31 mai 2011 20:57

          Autant j’adore Soral, Le Libre Penseur, Asselineau et Pierre Hillard pour leurs tons et leurs personnalités, autant j’ai beaucoup de mal avec ce Jovanovic qui prend toute source à la lettre, qui est toujours du côté du complot et de l’apocalypse avec de très rapides chemins.

          En fait je trouve que c’est un SIMPLE D’ESPRIT aux conclusions très rapides. Ce mec est le Roi du coq à l’âne et du syllogisme du café des sports.

          Jovanovic, ton camp est le mien mais va t’acheter une encyclopédie...


          • 3 votes
            airspeed 31 mai 2011 21:17

            l’erreur est de comparer l’excellent Pierre Hillard avec cet usurpateur.


          • 1 vote
            NaNard-Botul Levy NaNard-Botul Levy 31 mai 2011 21:29

            Usurpateur c’est dur... mais il est léger en tout cas !


          • vote
            EgoSum 1er juin 2011 14:38

            gens que vous citez sont tous des bouffons complotistes...


          • 3 votes
            Odal GOLD Odal GOLD 31 mai 2011 23:20

            Jovanovic est souvent au contraire très intéressant, même si sa vision du monde n’est pas la mienne. Surtout dans ses nombreuses abecdotes sur les banksters.

            A écouter entre 14H et 17H sur radio "Ici et Maintenant" sur 95.2 (les autres émissions de cette radio me rebutent)


            • vote
              EgoSum 1er juin 2011 14:37

              De toutes façons jovanovic etant un bouffon de la carrure de bhl , mais dans le domaine de la pitrerie economique mystique et pythonesque cette emission ne peut etre que du domaine humoristique et sciencefictionesque...


              • 5 votes
                Assurancetourix Assurancetourix 1er juin 2011 15:23

                Et "la somme de ton ego sur-dimensionné", si tu avais pris le temps de lire l’article/interview et/ou si tu avais regardé/écouté l’entretien audio/vidéo tu pourrais te permettre de t’exprimer à son sujet.

                Mais ta seul remarque étant de dire Jovanovic est un bouffon (ce qui n’est pas forcément faux d’ailleurs), tu aurais pu éviter de poster grosso merdo 3 fois le même non-commentaire sans rien connaitre de ce que dit réellement Myret Zaki au sujet du dollar.
                Le gros bouffon c’est bien toi mon pauvre EgoSum !!!

              • 4 votes
                Alsace Alsace 2 juin 2011 00:11

                Je n’ai pas le souvenir d’avoir écouté une émission économique aussi passionnante cette année, merci pour cette découverte , le livre de Myret Zaki sera assurément un très bon investissement.
                Vous pouvez critiquer Jovanovic , mais ce n’est pas lui qui est l’ interviewé ici, alors vous êtes inutiles...
                Et puis Egosum, va te chercher du boulot au lieu de faire la chasse au complotiste toute la journée, tu vas finir complotiste toi même si cela perdure.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès