• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le général de Gaulle sur Israël en 1967

Le général de Gaulle sur Israël en 1967

Conférence de presse du général de Gaulle sur Israël quelque peu après la guerre des 6 jours. C’était il y a 40 ans et depuis les choses ne se sont jamais améliorées. Il semble que pour la 1re fois de l’histoire de la Ve République la position de la France ait dévié... On peut difficilement aujourd’hui prononcer le mot "sioniste" dans les médias sans être accusé d’antisémitisme...


Guerre des six jours sur Wikipedia

Tags : France Politique Information et Médias Histoire Droits de l’homme Israël Palestine International Présidence Sarkozy Intégrismes Cinquième Pouvoir Regard sur les médias Terrorisme




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Felix Perez (---.---.81.172) 2 janvier 2008 21:36

    De Gaulle, dans sa fameuse conférence de presse dont nous venons de célébrer les 40 ans, évoquait le « peuple juif sûr de lui et dominateur », à peine 20 ans après la quasi extermination des juifs par la Shoah, provoquant alors un immense scandale qui fait encore écho aujourd’hui. Cependant, ces mots ne sont que l’arbre cachant dans ce discours une dense forêt d’antijudaïsme verbal dont nous souhaitons révéler la teneur et l’ampleur aux lecteurs trop éblouis par le célèbre slogan incriminé et trop peu conscient du poids des paradigmes chrétiens dans les attitudes des dirigeants de l’époque. Célèbre dessin de Piem illustrant le juif « sûr de lui et dominateur », 20 ans après la Shoah

    Le Général de Gaulle n’était pas antisémite. A Londres, il déclarait « qu’il attendait l’Eglise et qu’il avait eu la Synagogue », tant son entourage juif dont il appréciait le patriotisme était nombreux. Il est élevé dans un milieu en partie Dreyfusard et n’a jamais montré aucun signe ni aucune déclaration suspects en la matière. Jusqu’à la Conférence, objet de cet article ! Notre objet n’est donc pas d’accuser le père de la Résistance et le grand héros national d’antisémitisme. Mais plutôt, de montrer combien, sous la pression des intérêts géopolitiques de la France (perçus comme tels par lui), l’antijudaïsme historique que tous les chrétiens ont « tété au sein de leurs catéchismes ou de leurs familles » jusqu’à Vatican II, fournit la trame architecturale d’une fresque historico morale du Peuple juif qui lui permet de replacer Israël de 1967 dans un contexte diachronique favorable à sa politique pro-arabe.

    Tout d’abord, malgré une actualité chargée - notamment par la guerre du Vietnam qui fait des milliers de morts -, le Général parvient à consacrer pas moins d’un tiers très disproportionné de la Conférence à sa tirade, en réponse aux questions de deux journalistes, l’un arabe et l’autre israélien. Ce monologue est déclamé sans aucune note écrite, avec une tonalité théâtrale très animée, assortie de nombreux gestes des mains, comme si le Général trouvait l’occasion de donner en spectacle sa vision de l’histoire du peuple juif, une sorte de « Passion » jouée comme au Moyen Age.

    De Gaulle passe immédiatement d’Israël aux « juifs » ce qui à l’époque est déjà quelque peu surprenant, notamment car en France on préfère alors parler d’israélites, le terme « juifs » ayant été très chargé par l’Eglise. Le tableau qu’il dresse du peuple juif est fascinant. Il souligne la permanence de leurs caractéristiques (« ce qu’ils avaient été de tous temps »), sous-entendant qu’un juif est toujours comme ci ou comme ça et retrouvant alors les slogans péjoratifs. Effectivement, la permanence attribuée aux juifs n’est pas l’éthique ou toute autre bonne valeur, mais l’orgueil, la domination « ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ». Dispersé, en ghetto, le juif domine quand même, sans doute en coulisses ? On comprend alors que le peuple juif a un instinct de domination car le Général explique que, dès qu’il retrouve une assise (sa terre), il redevient conquérant « une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante ». Les « milieux » juifs disposent d’influence d’argent et de propagande qui en font des dominateurs et des acteurs mondiaux de premier plan « des vastes concours en argent, en influence, en propagande, que les Israéliens recevaient des milieux Juifs ». On croit lire du Maurras !

    De ce fait, s’il subit des malveillances à travers son histoire, c’est qu’il les provoque ou qu’il les suscite. L’antisémitisme est le fruit de l’attitude des juifs « des malveillances qu’ils provoquaient, qu’ils suscitaient plus exactement » !

    Partant de cette analyse, Israël ne peut qu’être l’agresseur au Moyen Orient : on oublie le vote de l’ONU, la nécessité vitale d’Israël de se défendre face à des agresseurs qui l’encerclent et ont déclaré vouloir jeter les juifs à la mer pendant 20 ans « Israël ayant attaqué, s’est emparé, en six jours de combat, des objectifs qu’il voulait atteindre » ! Israël agresse car il a tout fait pour doubler sa population « l’action qu’il menait pour doubler sa population par l’immigration de nouveaux éléments, donnait à penser que le territoire qu’il avait acquis ne lui suffirait pas longtemps ». De Gaulle oublie les réfugiés juifs qui y arrivent tous seuls du monde entier, y compris du Maghreb d’où la France s’est retirée. Israël doit dès lors s’agrandir et attaquer pour cela : le Général oublie que le pays est assez grand pour une population doublée et qu’Israël n’a jamais menacé quiconque. Il fait de plus remonter cette lubie d’attaque israélienne à 1956, qaund Israël se défendait déjà et le faisait, de plus,sur instructions franco-britanniques « depuis 1956 ; à la faveur de l’expédition franco-britannique de Suez, on avait vu apparaître, en effet, un Etat d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir » ! Israël a aussi acquis les terres arabes depuis Balfour de manière plus ou moins douteuse, « des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables » à l’instar sans doute de Jacob face à Esaü comme dans la vision chrétienne du juif roublard. La vision théologique du juif puissant, orgueilleux conquérant et ayant des visées précises d’expansion territoriale, l’amène à distordre la vérité historique : de Gaulle déclare que les arabes sont moins bien armés quand Israël est en fait 40 fois moins armée qu’eux « beaucoup mieux armés que les Arabes ».

    La chrétienté a été sympathique avec Israël dans son histoire (sic !) « un capital considérable d’intérêt et même de sympathie s’était accumulé en leur faveur, surtout, il faut bien le dire dans la Chrétienté ». Ceci est une erreur historique tellement énorme : les conciles depuis Nicée jusqu’à Latran puis, jusqu’à Nostae Aetate, sont antijudaïques. Les terres chrétiennes également et l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, la Lithuanie, l’Ukraine, la Grèce, pour ne citer que les pires terres antisémites de la Shoah, sont bien chrétiennes ! Cette erreur est nécessaire au Général pour lui permettre de placer le monde chrétien et la France en conseillers, de tout temps sympathiques, à qui Israël peut dès lors se fier. Il ne garantit d’ailleurs à Israël que la non destruction du pays « Si Israël est attaqué, lui dis-je alors en substance, nous ne le laisserons pas détruire », ce qui est bien maigre : Israël pourrait alors être amputée de terres, souffrir sur plusieurs plans sans que la France n’intervînt. Malgré tout, de Gaulle déplore qu’Israël ne se soit pas contentée de cette peau de chagrin et ait attaqué contre ses avertissements. L’orgueil d’Israël l’aura empêché d’écouter ses conseils.

    De Gaulle ne parle pas de ses demandes ou avertissements au camp arabe, comme si il avouait que la politique de la France était biaisée, selon d’ailleurs un axe à nouveau ouvertement avoué par lui comme pro-arabe, après l’abandon de l’Algérie. Il oublie totalement le blocus - acte de guerre de l’Egypte auquel Israël ne fait que répondre. De ce fait les terroristes arabes deviennent des résistants « manifeste contre lui la résistance, qu’à son tour, il qualifie de terrorisme ». Les régulières ruptures du cessez le feu par les seuls arabes sont attribuées par lui aux deux camps « les deux belligérants observent d’une manière ... irrégulière, le cessez-le-feu »

    De Gaulle annonce déjà qu’Israël est en plus la cause des problèmes du Moyen Orient et des tensions sur une échelle plus large « ne pas manquer d’augmenter dans le monde une tension déplorable et d’avoir les conséquences très malencontreuses pour beaucoup de pays, si bien que c’est à vous, devenus des conquérants, qu’on en attribuerait peu à peu les inconvénients ». Dès lors, il propose, dès avant même le début de toute négociation, d’adopter comme solution la position arabe extrême de retour aux lignes de 1948, comme si les arabes n’avaient pas agressé. Et, au passage, en bon fils de l’Eglise, il retire aux juifs et aux musulmans Jérusalem pour le remettre aux mains chrétiennes sous couvert d’internationalisation. Félix Perez Publié dans ma revue net Hebdo Yerouchalmi (libre de tout droit pour tous)N° 27 il y a un mois Courrier yerouchalmi@club.fr Site Internet pour télécharger les N° en pdf : http://CLUBdu17.net/Yerouchalmi.aspx


    • 9 votes
      Pierre (---.---.6.196) 4 janvier 2008 16:15

      Puisque selon vous Israël n’a pas besoin de s’agrandir, pourquoi coloniser sans cesse ? Pourquoi vouloir Jerusalem comme capitale et empêcher d’être celle d’un état palestinien ? Pourquoi ne pas rendre le Golan ? Pourquoi inciter les Juifs du monde entier à venir en Israël quitte à susciter leurs peurs comme Sharon ? Et la liste est longue...


      • 2 votes
        felix perez (---.---.31.45) 11 janvier 2008 08:54

        Réponses aux questions du Commentaire N°2 : Question : Puisque selon vous Israël n’a pas besoin de s’agrandir, pourquoi coloniser sans cesse ? Réponse : Israël occupe pour l’instant des territoires conquis lors d’une guerre défensive dite du Kippour lâchement déclenchée par des adversaires 8 fois plus nombreux et 14 fois plus armés le jour du Grand Pardon. Le statut de ces territoires fait l’objet des négocaiations actuelles de paix et Israël est prêt à tout pour une vraie paix !

        Question : Pourquoi vouloir Jerusalem comme capitale et empêcher d’être celle d’un état palestinien ? Réponse : Jérusalem peut très bien être la capitale de deux états. C’est l’un des objets des négociations de paix actuelles et Israël n’y voit aucun inconvénient. rappelons que entre 45 et 50 ceux qui craignaient qu’Israël retrouve Jérusalem redoutaient le non accès aux lieux saints chrétiens voir leur destruction. Israël les a laissés sous totale gestion chrétienne en a plus que favorisé l’accès et l’entretien ce qui n’était pas DU TOUT le cas sous occupation jordanienne. Ces lieux saints retrouveront n’en doutons pas leurs propriétaires légitimes, c’est la seule possibilité de paix et Israël y est 100% prêt. Question : Pourquoi ne pas rendre le Golan ? Rappelons que la Syrie (avec laquelle la France vient de rompre es relatons diplomatiques et qui a assassiné 8 dirigeants libanais en 2 ans) avait installé sur le Golan qui surplombe Israël des centaines de batteries de missiles. Si vous regardez sur une carte Israël d’avant 67 (taille d’un département français ne l’oublions pas !) il est entouré de palestiniens, de syriens, d’égyptiens et de jordaniens. les deux derniers sont 100% en paix avec Israel et leurs territoires leur ont été rendus (Sinai par exemple). Le Golan fera l’objet des négociations avec la Syrie lorsque celle ci sera mûre et la France même ne semble pas le penser même si Israël a entamé depuis un an des contacts discrets mais denses. Question : Pourquoi inciter les Juifs du monde entier à venir en Israël quitte à susciter leurs peurs comme Sharon ? Réponse : Les juifs du monde entier ont leurs patries et le plus souvent en sont des citoyens heureux, fiers de leurs pays et dignes d’elles. Le nombre d’officiers juifs morts au combat en 14-18 est de 3% pour une population de 0,3% soit une surreprésentation de 10. De Gaulle avait autour de lui dans la résistance une proportion énorme de juifs. les juifs aiment leurs pays. ceux qu’Israël appellent à immigrer sont ceux opprimés comme les juifs russes ou les juifs très pauvres comme les juifs noirs d’Ethiopie qu’Israel a acceuillis (à quelques erreurs près) comme des frères. Question : Et la liste est longue... Réponse : Précisez


        • 14 votes
          CitoyenFrancais (---.---.21.225) 12 mai 2008 10:15

          Même si ce n’est pas directement le sujet de cet article, je suis depuis de nombreuses années le destin tragique des palestiniens au Moyen-Orient. Ce qui se passe là-bas est insupportable : les palestiniens ont été chassés de chez eux, ils meurent chaque semaine et tout cela est rendu "normal" par la majorité des médias. En leur temps, les américains avaient également trouvé la recette en éliminant "proprement" les indiens d’Amérique à coup de western et de propagande sur la démocratie, le progrès, la chrétienté et autres prétextes à la mord moi l’nœud pour s’approprier "en douce" les richesses du nouveau monde, leur "terre promise".

          Je suis de tout cœur avec les palestiniens qui se retrouvent persécutés et seuls au monde depuis 60 ans. Contrairement aux israéliens, ils n’ont aucune ambition hégémonique et tout ce qu’ils demandent est banal et pure : vivre en paix CHEZ eux, comme avant l’invasion juive. Le Général De Gaulle l’avait d’ailleurs brillamment sous-entendu dans son fameux "peuple sûr de lui et dominateur".

          Il y a beaucoup de choses à dire sur la misère des palestiniens que les médias taisent, ou tout au moins présentent sous un angle minoré : les génocides, l’errance, la torture (souvenez-vous de ces images terribles dans les années 80 : de jeunes palestiniens menottés à qui les soldats de Tsahal brisaient les os à coup de pierre en guise de riposte à l’Intifada), la trahison (Sabra & Chatila, le roi Hussein de Jordanie, etc.) En revanche les médias sont bien plus bavards dès qu’il s’agit de parler de Shoah, d’holocauste, de terrorisme palestinien, alors que les terroristes irlandais par exemple étaient des résistants (dixit Josianne Balasko à 7/7 dans les années 90 sciemment interrogée par Anne Sinclair, israélite), la stigmatisation des attentats dès lors qu’ils sont revendiqués par les mouvements intégristes alors que les palestiniens eux-mêmes subissent et ne se reconnaissent pas dans le fanatisme islamique, et plus récemment le boycott du salon de la littérature.

          Il faut dire qu’il est rude dans le monde "libre" et sois-disant démocratique, y compris en France, d’évoquer le mot de sionisme et de persécution du peuple palestinien sous peine de se voir très vite coller l’étiquette d’antisémite et se voir fermer beaucoup de portes. BRAVO et MERCI au courage inattendu d’M6 le 11 mai qui a enfin produit une émission objective et un tour d’horizon complet laissant le spectateur seul juge de la situation, dramatique au demeurant. Cela surtout en plein anniversaire des 60 ans d’Israël.

          Une seule consolation : comme toujours l’histoire sera juge de cette tragédie.

          Paix au Moyen-Orient et courage aux palestiniens !



          • vote
            aldous aldous 12 novembre 2018 16:01

            POUR VOUS MONSIEUR MARIO STASI écoute pour votre éducation réelle.

            Pour bien commencer votre éducation monsieur 6 AVRIL 2018 PAR MARIO STASI

            ENGAGEZ-VOUS ! à apprendre la réalité est ne pas provoquer la haine avec l’hypocrisie est une éducation manipule pour des propos subversive/ cette manière de faire croire que le faux est vrai. C’est la réalité la vérité réelle, concrète se le mort des palestiniens par israel, le quelle les médias vous et le CRIF/ considère comme des animaux un bataille à finir/ cette ides de papote pervers par vous ; amène au pire comme israel le constate. Est les victimes de votre manque de connaissance. Suive BERTRAND RUSSELS, de Gaulle est son discours sur le sionisme est israel deviendra une enclave honorable car dieux ne à jamais été un promoteur immobilier. Votre pense vos discours donne comme résultat l’antisémitisme est la destruction est perversion de la France est son état légal.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès