Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > Médias > Islande : la révolution dont les médias oublient de vous parler

Islande : la révolution dont les médias oublient de vous parler

Cette vidéo nous offre une synthèse de la révolution islandaise, celle qui a vraiment rendu le pouvoir au peuple, déposé le fardeau de la dette et mis quelques banquiers en prison.

 

C'est drôle ... quand une révolution n'amène pas au pouvoir des intégristes regieux, les journaux oublient de nous en parler.

 

Le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet.

 

La banque est nationalisée.

 

Une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire la constitution ; pour se faire, on élit 25 citoyens sans affiliation politique mais ayant recueili chacun le soutien de 30 personnes.

 

Le peuple refuse de payer les dettes des banques en faillite à des créanciers anglais et hollandais ; le paiement de la dette est soumis à référendum et rejeté massivement.

 

Des banquiers et des responsables de la crise sont mis en prison physiquement.

 

Nous ajouterons que l’Islande se sort de la crise avec unemaestria remarquée par le prix Nobel d’économie Paul Krugman et même par le FMI, qu’elle avait pourtant envoyé paître. Elle vient de finir de rembourser le FMI, auquel elle avait eu recours.

 

Commentant ce succès, le président du pays, M. Grimmson, déclare : 

 

"Le fait d’avoir notre propre monnaie nous a beaucoup aidés."

 


Sur le même thème

Scandale : l'impunité du nouveau capitalisme criminel
Myret Zaki répond à nos questions en vue d'une potentielle nouvelle conférence avec Étienne Chouard
Afrique : le salaire de la dette
La drôle d’histoire des banques françaises
Les infos dont on parle peu n°61 (26 Avril 2014)


Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès




Obtenez votre Voyance avec Nostradamus