Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > JOURNALISTES, ÇA ? ("Pourquoi s’faire petit devant Salamé ?")

JOURNALISTES, ÇA ? ("Pourquoi s’faire petit devant Salamé ?")

J’ai récemment entendu une très jeune journaliste réactionnaire invitée d’un plateau télé s’exprimer ainsi, de mémoire : "L’information pour l’information, ça n’a aucun intérêt pour moi" (sic). Et bien, pour moi, oui ! C’est même l’ABC du métier et ce que les gens attendent avant tout... pour pouvoir la décoder et penser par eux-mêmes, et non être dès le départ influencé par une présentation tendancieuse ou dénaturée de l’intégralité des faits. Après, si c’est cela que l’on souhaite, on est libre d’aller acheter le Figaro où travaille cette jeune femme : elle y est en bonne compagnie.
Avoir une carte de presse n’est pas suffisant : encore faut-il s’en servir honnêtement.
Soit se limiter aux faits, soit y mêler ses préférences politiques (normal, à chacun ses sensibilités) mais en les affichant, sans tromperie sur la marchandise : que penseriez-vous d’un critique spécialisé sur la qualité gustative des viandes, y faisant ou défaisant les réputations, en apprenant soudainement qu’il est végétalien ? 
Annoncez la couleur : rédacteur ? Polémiste ? Chroniqueur ? Partisan ? Encarté ? Éditorialiste ? Dites-le, les Français ont le droit de savoir ! 
Quant aux personnes a priori de qualité (pourquoi les inviter sinon), leurs interviews ne sont que prétexte à un jeu de massacre racoleur, souvent indigne, qu’elles soient simple chanteur, écrivain ou Président de la République. 
On peut interroger n’importe qui le veut bien, fut-ce un grand de ce monde, mais on ne discute qu’avec ses égaux, et s’ils le souhaitent, uniquement... n’en déplaise aux Salamé, Bourdin, Thréard, Zemmour, Brunet et autres saigneurs de moindre envergure : votre refus de changer de niveau de langage est un manque de respect dangereux pour notre démocratie.

 

 

Tags : Télévision Journalisme Médias



Réagissez à l'article

6 réactions à cet article


  • 2 votes
    michel-charles michel-charles 27 avril 11:03

    Tous les "journalistes" sont inféodée a un système politique pour pouvoir exister..C’est dans la "démocratie des bâtards" leurs lieux de prédilections qu’ils surnagent... !


    • vote
      lupus lupus 27 avril 12:52

      @michel-charles
      l’amère michel a perdu sa foi


    • 1 vote
      V_Parlier V_Parlier 27 avril 19:27

      Le constat est juste, mais il y a pire que le Figaro en la matière (car on sait à quoi s’en tenir quand on le lit).
      Le fait que Le Monde, Libé et L’Obs ne soient pas cités (alors que l’habituel "quarté de droite" n’est pas épargné) me laissent l’impression que la critique s’arrête là aussi selon des préférences personnelles...


      • vote
        volpa 28 avril 09:09

        @V_Parlier

        J’ai arrêté de lire cette connerie à l’endroit cité.

        Pourtant, je ne lis pas le Figaro.


      • 2 votes
        59jeannot 29 avril 08:33

        dans le monde médiatique actuel, seuls les journalistes aux ordres font l’affiche ; les autres, pigistes, doivent ramer pour survivre. Le 4ème pouvoir n’est plus un contre-pouvoir, mais une béquille du gouvernement, laquais de l’oligarchie financière mondiale.
        Un grand coup de balai s’impose.
        Qu’ils s’en aillent tous !!!!
        Vite une 6ème république !!!!


        • 2 votes
          Rhadamanthe Rhadamanthe 1er mai 14:12

          Hier encore, Léa Salamé nous a fait son numéro habituel.
          C’est fou et irrationnel, mais à chacune de ses interventions, je crois voir un piranha penché gueule ouverte exigeant sa bouchée de chair, le sourire de façade étant censé compenser l’attitude agressive sous-tendue...
          C’est grave, docteur ? 

          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON







Palmarès