• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Paul Amar : le procès de Robert Ménard continue...

Paul Amar : le procès de Robert Ménard continue...

 

Après Laurent Joffrin, Pascale Clark, Jean-Michel Aphatie, Claude Askolovitch, Guillaume Durand, Pierre Bénichou, Frédéric Bonnaud, Franz-Olivier Giesbert... c’est au tour de Paul Amar de mener le procès en sorcellerie de Robert Ménard.

 

Le journaliste de France 5 ne supporte pas que Ménard puisse défendre la liberté de parole de Le Pen, Dieudonné, ou Zemmour. L’incroyable est que toute notre élite journalistique n’est pas capable de comprendre que défendre la liberté d’expression, c’est défendre celle de ses ennemis, car la liberté d’expression ne vaut que si elle partagée par tous.

 

On croit revivre indéfiniment le procès de Noam Chomsky, lorsque celui-ci avait défendu la liberté d’expression de Faurisson, dont il ne partageait évidemment pas les idées.

 

Pour Paul Amar, la liberté d’expression de Marine Le Pen n’est pas menacée en France, car elle passe dans tous les médias. Certes. Mais d’évidence elle n’est pas traitée comme les autres politiques et elle est boycottée par Michel Drucker, Laurent Ruquier et maintenant... Philippe Lefait. Trois animateurs du service public (France 2).

 

Tags : Marine Le Pen Liberté d’expression Robert Ménard



Réagissez à l'article

14 réactions à cet article


  • 18 votes
    RepublicainVox RepublicainVox 26 avril 2011 11:46

    Philippe Lefait confond préférence nationale et préférence raciale.


    • 2 votes
      RepublicainVox RepublicainVox 26 avril 2011 13:13

      merci pour l’info


    • 12 votes
      Cascabel 26 avril 2011 17:24

      Dans leur arrogance, les journalistes main-stream ont tellement perdu de vue leur rôle de façade, à savoir celui d’ informer, qu’ils ne comprennent même plus le mot "journaliste". Is sont devenus des "faiseurs d’opinion", comme ça, tout naturellement. Autrement dit ils assument sans aucun complexe leur fonction de propagandistes à la solde du pouvoir. Et il ne s’ agit même pas du pouvoir politique, mais d’un pouvoir supra-politique qui domine celui des élus.
      Et encore une fois, ils ne s’ en cachent même pas !

      http://www.youtube.com/watch?v=Kxx32TKq5WY

      PS  : Intéressante la vidéo de Paul Amar recevant Bigard, on voit en toute splendeur le "journaliste" inquisiteur en action, prenant sa tribune pour un para-tribunal au service de la mafia terroriste.


    • 11 votes
      Hijack ... Hijack 26 avril 2011 14:13

      Le manque de liberté d’expression ne concerne à mon sens pas tellement les Le Pen, demandez donc : à Soral, Meyssan, Dieudonné ... 


      Il est bouché cet Amar ... sauf s’il le fait exprès ...

      Je n’ai jamais défendu Menard, mais pour le coup il a raison ... 
      Perso, je défends même la liberté d’expression de BHL ... tellement on rigole !!! 

      • 4 votes
        Traroth 26 avril 2011 15:57

        Donc le propos de Ménard, c’est de dire, non pas que Le Pen n’a pas le droit de s’exprimer, mais qu’ils soient critiques envers Le Pen ? Mais qui est le censeur, ici ? Celui qui est critique ou celui qui veut empêcher les critiques de s’exprimer ?


        • 2 votes
          Traroth 26 avril 2011 15:58

          Donc le propos de Ménard, c’est de dire, non pas que Le Pen n’a pas le droit de s’exprimer, puisqu’il reconnait qu’elle "est sur tous les plateaux télé", mais que les journalistesq soient critiques envers Le Pen ? Mais qui est le censeur, ici ? Celui qui est critique ou celui qui veut empêcher les critiques de s’exprimer ?


          • 7 votes
            Courouve Courouve 26 avril 2011 17:25

            « Il y a trente ans, avant que la vie des idées, en France, ne devienne hystérique, quand on ne partageait pas l’avis de son adversaire, on s’écriait Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites. Désormais on lui répond qu’il n’a pas le droit de le dire. Si personne ne voit où est l’anomalie, c’est qu’elle est devenue irréversible. Il est encore permis d’espérer le contraire et de l’écrire, mais jusqu’à quand ? » Christian Combaz, L’Anomalie, avril 2000, à propos de l’affaire Renaud Camus.


            • 7 votes
              bebol bebol 26 avril 2011 19:04

              Réaction amusante -tellement naturelle et automatique- de Amar à la question de Ménard s’il peut dire encore quelque chose : "Non, non, non !"
               
              La seule chose que révèle réellement le "combat" de Ménard (pas vraiment ma tasse de thé, ce monsieur), c’est l’esprit hyper-formaté des journalistes français et leur parti pris absolu. Je crois que le malaise est réellement là : tout est dirigé dans leur propos, dans leur manière de poser des questions, dans les mots et expressions, tellement mieux choisis qu’il y parait. Ce qui dirige, par conséquent, les pensées et choix de beaucoup de citoyens... malheureusement.


              • 5 votes
                Machiavel 26 avril 2011 19:41

                 Même s’il y aurait beaucoup de reproches à faire sur la liberté de la presse en ce moment il n’y a pas besoin de faire beaucoup d’efforts d’imagination pour réaliser ce que serait la liberté d’expression avec le FHaine au pouvoir quand on connait les sbires de ce parti .


                • 5 votes
                  lemoncitron 26 avril 2011 19:56

                  Y s’raient pires que les communisses ? V’savez, ceusses qui ont fait voter des lois sur le délit d’opinion ?


                • 5 votes
                  Aldo Berman Aldo Berman 26 avril 2011 21:35

                  Et que dire du portrait diffusé ce soir par la télévision d’Etat (Un jour, un destin) sur le résidu de la république ? Je n’ai pas entendu grand monde sur cette véritable propagande digne des régimes russes ou nord-coréens... :/


                  • 7 votes
                    julien58 julien58 26 avril 2011 21:52

                    Paul Amar, nul, nul, NUL.


                    Il montre les interventions de Le Pen dans les médias. Qu’est-ce que cela montre puisqu’il n’y a pas de comparaison avec les autres politiciens ?

                    Quand Ménard lui dit que Plenel n’avait pas pu lire son livre, Amar dit que lui l’a lu, au lieu de montrer qu’il a compris ce que Ménard lui dit, à savoir que Plenel ne pouvait l’avoir lu puisqu’il n’était pas encore sorti (cela trompe le spectateur).

                    Bref, nul, nul, NUL !

                    • vote
                      feeloo 17 décembre 2012 00:29

                      Vive Ménard !

                      (pour de vrai)

                      • vote
                        feeloo 17 décembre 2012 00:36

                        Paul Amar, VOMITIF MAJEUR.

                        

                        Ajouter une réaction

                        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                        FAIRE UN DON







Palmarès