• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Contact
Agoravox TV
Accueil du site > Actualités > Politique > Clémentine Autain tente de rallier les Alternatifs au Front de (...)
par Cercle des Volontaires (son site) jeudi 6 septembre 2012
60%
D'accord avec l'article ?
 
40%
(10 votes) Votez cet article

Clémentine Autain tente de rallier les Alternatifs au Front de Gauche

Profitant de la concomitance et de la proximité géographique de leurs universités d’été, le Front de Gauche et les Alternatifs se sont rencontrés le 25 août 2012 à Méaudre (Vercors), afin d’étudier les convergences et les divergences des deux mouvements politiques. Profitant du rapport de force en faveur du Front de Gauche (en terme de nombre d’adhérents), Frédéric Borras et Clémentine Autain essaient de rallier les Alternatifs au Front de Gauche.

Plusieurs responsables des Alternatifs sont réticents :
- leurs expériences sur le terrain avec le Front de Gauche et leurs alliés sont très conflictuels
- ils craignent d’être absorbés, et de perdre ainsi leur autonomie
- l’une de leurs idées phares est l’autogestion, qui va à l’encontre de l’idée d’un groupe mené par un leader comme Jean-Luc Mélenchon

Vous serez sans doute déçus du discours servi par Frédéric Borras et Clémentine Autain ; les Alternatifs sont plus subtils dans leur approche, écoutez ainsi à partir de la minute 29’47.

Soyons optimistes ! Espérons que ce qui les unit soit finalement plus fort que ce qui les divise, et que le Front de Gauche se mette enfin à une réelle autogestion… Il faudrait peut-être au Front de Gauche une sorte de 21 janvier 1793 pour y parvenir !

Soyons encore plus optimistes ! Espérons qu’ils se rendent compte prochainement que, dans le carcan de l’Union Européenne, aucune politique sociale crédible n’est possible… Bon, là, j’avoue, je pousse le bouchon un peu loin !


 

N’hésitez pas à consulter notre nouveau blog.

Réactions à la vidéo Faire un don
  • 5 votes
    par kemilein (xxx.xxx.18.171) 6 septembre 2012 12:42
    kemilein

    quand on se prétend de gauche on adhère pas a un parti, c’est a l’opposé de que la raison dit.
    et elle dit une chose simple "gestion collective a part égale" comment pourrait elle être pilotée dirigé par une tête seule, voir un groupe décideur ?
    le parti politique est le contraire de la "gauche"
    -
    je rappel tout de meme que la gôche est, qu’importe sa légende, une histoire de placement a l’assemblée, or l’assemblée n’a jamais été constitué de pauvre et de pécore, la GAUCHE est le tiers état c’est a dire les bourgeois qui veulent prendre la place de nobles et du clergé...
    -
    le pécore n’est pas de gauche, il n’a jamais été représenté, et il n’a pas besoin de l’être, il lui faudra s’assumer lui même et prendre sa place et sa part (égale) dans la (co)gestion des affaires qui le concerne ou qui concerne sa société/collectivité


  • 6 votes
    par Walid Haïdar (xxx.xxx.162.35) 6 septembre 2012 13:03

    J’aime beaucoup le travail que vous faites au Cercle des Volontaires. Par ailleurs, je suis tout à fait prêt à être très critique vis à vis de certaines pratiques que FdG ou du PG (cf la vidéo de Reopen sur René Balme).


    Mais alors là, vous faites une présentation très orientée, pas du tout objective, et complètement à côté de la plaque, de ce qui est dit dans cette vidéo.

    Il me semble que vous n’avez pas compris ce qui s’est passé dans cette réunion, parce que vous faites des procès d’intention plus que de l’analyse objective.

    L’idée force qui est exposée ici, c’est qu’un rassemblement est un combat et une prise de risque, mais que ce rassemblement est la seule voie.

    Je ne dis pas cela parce que je suis d’accord avec cette idée (c’est pas le problème), je dis que c’est l’idée qu’ils exposent et ils l’exposent très bien. Clémentine Autin tente de démontrer que si les petites formations alternatives (comme alternatives, mais comme le sont aussi GA et la FASe par exemple) ne pèsent pas de tout leur poids à l’intérieur du FdG, le rapport de force reste en faveur de la conservation. Par conséquent elle propose de peser de l’intérieur, pour faire émerger le meilleur de ce rassemblement.

    Par ailleurs elle explique qu’il y a une convergence redoublée entre les bases de toutes ces formations, des militants, qui renforce et crédibilise l’idée ci-dessus, de la pertinence de peser de l’intérieur.

    Je ne vois pas du tout pourquoi pourquoi vous dites que ce qui est dit est décevant. C’est au contraire d’une maturité politique qu’on attendait plus dans la gauche radicale.

    Merci pour cette vidéo, et je vous encourage à ne pas tomber dans les travers des médias que vous critiquez, à savoir construire des articles en usant plus d’a priori que d’analyse objective.

    Bonne continuation.

    • 2 votes
      par Cercle des Volontaires (xxx.xxx.158.19) 6 septembre 2012 15:46
      Cercle des Volontaires

      @Walid Haïdar : merci pour votre très bon commentaire. Effectivement, mon parti pris se ressent de l’article. Ce qui me gêne, c’est que le Front de Gauche pourrait être un excellent mouvement, s’il n’était pas dirigé par Mélenchon. Qu’en pensez-vous ?
       
      Raphaël "JahRaph", du Cercle des Volontaires


    • 4 votes
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.162.35) 6 septembre 2012 17:34

      Je ne raisonne pas comme cela, et je pense que c’est une erreur grossière (je peux me tromper). Je ne suis pas un grand devin si je dis que pour un tas de raisons que j’ai la flemme de discuter ici, vous n’aimez pas Mélenchon, et même, vous le pensez hautement nuisible.


      Il me paraît indéniable que la méfiance de plus en plus extrême manifestée par les gens qui s’éveillent à la politique, se traduit par une propension démesurée au procès d’intention. C’est le fameux "mais s’il est ceci (FM dans le cas de Mélenchon), alors il ne peut être que cela (un agent impérialiste caché" ou "mais s’il s’est couché là c’est que forcément", ou bien entendu "s’il a voté la résolution sur la Libye, c’est qu’il soutien la guerre" (mais alors pourquoi si c’était si évident la Russie et la Chine n’ont-elles pas opposé leur veto ?).

      C’est une systématique très naïve (ou que de moins naïfs utilisent de façon parfaitement délibérée, en connaissant ses faiblesses), qui part de faits particuliers pour en tirer des conclusions générales, et souvent, tout cela revient à considérer a priori que les acteurs dont on parle sont omniscients. Vous penserez peut-être que ce que je viens de dire ressemble étrangement à un argument employé par les débunkers du 11/09. Vous avez bien le droit, mais je ne peux que vous inviter à mesurer chaque chose à son bon poids. Car rien n’est essentiel, tout est question de mesure et de rapports particuliers.

      Ceci dit, cette méfiance extrême, si elle embrouille beaucoup de choses et n’est pas la meilleure disposition pour un dialogue constructif, est positive dans le sens où elle a pour corollaire une exigence précieuse, à l’opposé du panurgisme usuel des masses.

      Bref, Mélenchon a d’énormes défauts, le FdG aussi, le PG aussi, tous les partis et associations possibles et imaginables (le mouvement indépendantiste de Ghandi par exemple, on le croit si pur ? on se trompe), et ceci est banal. Il me semble qu’il faut en finir avec le mythe de l’immaculée conception. Tout ce qu’on peut obtenir de précieux passe par un chaos de luttes, de risques, de compromis, d’erreurs, et de défauts.

      Je ne vous demande ni d’être d’accord avec moi, ni de faire les mêmes paris politiques, simplement, je pense que le Cercle des Volontaires à tout à gagner à combattre lui-même ses propres dérives avant qu’elles ne le perdent comme elles ont dors et déjà perdu les médias qu’on connaît.

      Je termine là où j’aurais du commencer : ce n’est pas Mélenchon qui dirige le Front de Gauche, et je ne parle pas là de statut officiel, mais de faits. Si vous enquêtez sur le Front de Gauche, vous vous en rendrez compte. Y’a-t-il une personnification de fait du mouvement FdG, c’est indéniable, mais est-ce le but recherché ? non. C’est une mécanique infernale, et c’est d’ailleurs pourquoi le message de Clémentine est si pertinent. Cette personnification n’est pas le fait de Mélenchon : lui, il fait ce qu’il pense être le plus judicieux pour défendre sa ligne politique, dans un contexte donné qui est loin d’être idéal. Cette personnalisation est une conséquence de la nature de la couverture du fait politique dans les médias, et Mélenchon n’a pas caché qu’après 30 ans a pondre des textes, des propositions, des orientations, au sein du PS, ayant compris que ça ne faisait rien bouger du tout, il a décidé de rentrer dans le lard du système médiatique pour se faire entendre, quitte à forcer le trait. Maintenant qu’il soit lourd avec ça et devrait passer à autre chose, je le crois sincèrement. Qu’il ait un sale caractère, peut-être, mais par rapport à la moyenne des politiciens, pas sûr du tout.

      Bref, je suis un pragmatique, pour changer les choses, je pense qu’il faut les considérer pour ce qu’elles sont de fait, et non pour ce qu’on voudrait qu’elles soient (en angélisant ou en diabolisant tel phénomène ou telle personne), car c’est exactement là qu’opère la manipulation qui par définition vient de là où on ne l’attend pas. En conscience de quoi chacun fait ses choix.

    • vote
      par toug (xxx.xxx.249.200) 6 septembre 2012 19:20
      toug

      100 % Ok avec Walid. 


    • 3 votes
      par Cercle des Volontaires (xxx.xxx.158.19) 6 septembre 2012 22:24
      Cercle des Volontaires

      Personnellement, j’ai d’abord défendu Mélenchon avant de lui être plutôt hostile :
       
      Mélenchon face à Pierre Lellouche
       
      Mélenchon et l’Iran
       
      Cela correspond à son évolution vis-à-vis de la politique étrangère de la France. Je peux me tromper bien évidemment.
       
      Pour que le Cercle des Volontaires adopte une ligne plus ouverte, notamment vis-à-vis du FdG, pourquoi ne le rejoindriez-vous pas en tant que contributeur ? Vous avez une très bonne plume !!
       
      Une dernière chose concernant la Libye : une chose est de se tromper (cela arrive à tout le monde), une autre est de reconnaître son erreur, ou bien de persister.... A-t-on entendu Mélenchon reconnaître son erreur ?


    • 1 vote
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.150.213) 7 septembre 2012 02:52
      Merci de votre proposition. J’y réfléchirai, mais pour l’instant je n’ai pas le temps de m’investir sérieusement dans quoi que ce soit. Je veux dire, j’ai un peu de temps, mais mon cerveau ne sait pas faire plus de deux choses sérieuses pendant une même période. Peut-être après mi-2013.

      Sur la Libye : Mélenchon a dit très clairement à propos de la Syrie, qu’il ne fallait sous aucun prétexte intervenir militairement, et qu’il ne voterait pas une résolution similaire à celle de la Libye parce que "on a vu ce que ça a donné" à savoir que l’OTAN en a profité pour bombarder, ce qui en soit est grave, mais en plus quoi qu’on pense de cette intervention, il est clair que les conséquences sont dramatiques, aucunement meilleures qu’avant. C’est ce qu’il a dit (ne me demandez pas la vidéo mais je crois que c’était dans sa dernière interview chez Bourdin, pas sûr). Malheureusement, il parle surtout d’Amérique latine sur son blog en ce moment.

      Mélenchon est anti-impérialiste. Il n’a pas évolué sur ce point, et son engagement avec l’amérique latine contre l’impérialisme US et les dictatures parachutées date de fin 70 début 80 (les vieux résistants chiliens le connaissent et le reconnaissent comme un des leurs car il les a aidé depuis la France). Son engagement contre les guerres du Kossovo, d’Irak (les deux), de Yougoslavie, d’Afghanistan, son de notoriété publique à gauche, et il a d’ailleurs bien ramassé pour ça.

      Ceci dit, et comme j’ai tenté brièvement de l’expliquer, j’estime que la gauche radicale (qui n’est pas Mélenchon, mais dont Mélenchon est dépendant, puisqu’il n’est pas un électron libre qui raconte ce qu’il veut) est dans une situation délicate vis à vis de la question impérialiste.

      Pour comprendre l’idée par un de ses aspects, sans prétendre démontrer ma thèse, qui prendrait un bouquin entier : 
      Le NPA à la base est Trotskiste. Trotskiste ça veut dire férocement anti soviétique : PC et LCR sont historiquement les pires ennemis ! Aujourd’hui le NPA n’est plus tout à fait la LCR, cependant cet héritage a laissé des traces sur la question anti-impérialiste, car c’est un anti-impérialisme bilatéral : anti-capitaliste et anti-soviétique, anti-soviétisme qui prend aujourd’hui la forme d’un anti-autoritarisme impersonnel, qui fait que le moins méchant d’un conflit est toujours le moins autoritaire (en apparence), je caricature là, mais en substance, ça revient un peu à ça. On a donc une tension historique PC/LCR. Couplée à cette tension, la question raciale. La gauche radicale est férocement anti-raciste, par conséquent, elle est baïllonnée d’une certaine façon par la stratégie antisionnisme=antisémitisme des chiens de gardes pro Israëliens, pourquoi, parce que toute cette mouvance de gauche radicale n’est pas uniquement composée de grands intellectuels brillants, au contraire, elle est surtout composée de gens de bonne volonté, vaillants, mais manquant d’une vision forte sur ces questions, que pourrait apporter une grande figure, ou un collectif d’intellectuels particulièrement inspirés et surtout : audibles ! Il n’y a pas cela, car les bons analystes à gauche sont peu entendus (je ne parle pas d’A. Badiou que je ne trouve pas épatant), et surtout ne se portent pas assez sur le terrain géopolitique.

      Si on regarde donc, on a d’un côté la tension historique PCF/LCR sur fond d’anti-impérialisme mué en anti-autoritarisme chez les trotskystes, de l’autre le bâillon de l’antisémitisme que vous diriez peut-être résulter de "l’esprit bobo naïf idiot utile".
      Or que s’est-il passé au PCF ? Il y a eu dans les années 90 la remise en cause du Stalinisme, puis son reniement pur et simple en dehors de quelques vieux "stals" indécrottables. Et alors qu’est devenu la réflexion anti-impérialiste alors que d’une part la LCR, les trotskystes en général et même l’ensemble de la gauche continuaient à mettre la pression sur le PCF sur son côté autoritaire, que le PCF tournait la page du Stalinisme ? Et bien comme la géopolitique post soviétique oppose l’empire américain (le club des "démocraties") aux méchants barbares autoritaires ou islamistes, personne à gauche n’a pu être audible pour faire une critique radicale de l’impérialisme qui couvre tout le spectre de la question, et tonne dans les moments critiques : par exemple, JLM a bien écrit des papiers, s’est bien opposé au sein du PS, dans son courant propre, dans des bouquins, dans les coloques, dans des articles, dans les revues de gauche : du vent. Le contexte politique a fait que ce type de voix n’ont pas pu porter.

      Cette question (cruciale) est donc devenue lettre morte pendant des années, en fait au moins 20 à 30 ans. 20 à 30 ans d’apathie sur la géopolitique mondiale, non qu’il n’y avait plus de réflexion, mais que celle-ci restait lettre morte, ne prenait pas corps dans un mouvement politique, elle restait à la marge à l’intérieur des partis. Et sur cela, vient donc se greffer une nouvelle vague de sympathisants de gauche (de modérée à extrême), qui sont tous frais en géopolitique, et étant profondément anti-racistes (ce que je suis aussi), ils n’ont pas du tout les outils ni l’inclination à critiquer radicalement l’impérialisme américain, et comme de l’autre côté les chiens de garde du système sautent sur tous les dissidents anti-impérialistes pour les traiter de fachos antisémites, que ce système est bien rôdé, efficace et relayé partout, la gauche est désarmée, de la base à une bonne partie des cadres, pour faire mouvement pleinement et sereinement face aux événements, sauf en matière purement économique, ou quand ça concerne la Palestine, où les gros sabots d’Israël font que défendre les opprimés palestiniens coule de source pour tout ce qui est à gauche du PS.

      Heureusement, non seulement ça commence à bouger à la base grâce aux vagues d’adhésions depuis la création du PG et au PC lors de la compagne 2012, et le fait qu’il y a tout de même une base anti impérialiste réelle, chez beaucoup de cadres, mais qui comme j’ai tenté de l’expliquer ci-dessus, n’est pas en position de s’exprimer sur la totalité du spectre de cette problématique majeure, et pour l’instant se contente de résister sur le versant économique de l’impérialisme.

      J’ai pas été très clair mais c’est un problème complexe qu’il est difficile de résumer en quelques lignes.

    • 1 vote
      par logan2 (xxx.xxx.241.20) 7 septembre 2012 13:19

      Mélenchon n’a fait aucune erreur sur la Libye.

      Il a défendu la ligne exacte de la politique étrangère du front de gauche. C’est à dire l’hostilité aux guerres d’agression de l’OTAN, et l’intervention de l’ONU et de ses casques bleus pour protéger les civils.

      C’est vous qui faites une erreur en déformant la signification de ce qu’il a dit ou fait.

      Le Front de gauche défend l’idée de l’ONU et notamment sa mission de maintien de la paix. La mission du fameux conseil de sécurité à la base, c’est bien de constituer une force internationale ( les casques bleus ) pour faire interposition face à des agresseurs ( internes en cas de guerre civile, ou externes en cas d’invasion ) afin de protéger les civils et les aides humanitaires en cas de conflit dans un pays.
      L’autre rôle de l’ONU et de son conseil de sécurité, c’est de mettre en place un minimum de droit international et donc de légitimité afin de prévenir les conflits meurtriers et de favoriser leur résolution pacifique.

      L’OTAN par contre est un outil de domination militaire servant très clairement l’impérialisme américain, c’est à dire l’oligarchie américaine, et dans son sillage, les oligarchies européennes.
      Le Front de gauche souhaite le démentellement de l’OTAN et milite contre cet impérialisme. On propose notamment la sortie de la France de cette organisation belliqueuse. Notre idée des français et de la nation française c’est celle d’un peuple pacifique qui se refuse d’agresser les autres peuples souverains.

      Mélenchon a défendu exactement tout cela. Jamais il n’a défendu une agression de la Libye et encore moins une guerre de l’OTAN.


    • 1 vote
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.170.131) 7 septembre 2012 14:32

      C’est parfaitement exact.


      Le problème vient seulement en l’occurrence de la rhétorique employée vis à vis des révolutions arabes, qui n’est pas assez radicale. En Syrie par exemple, il y a plusieurs choses essentielles à ne pas occulter :

      1/ le régime de Bashar El-Assad est d’une brutalité top niveau. A lire à ce propos le papier d’Alain Chouet sur Reopen.
      2/ il y a bien un mouvement de révolte qui est né en Syrie, et qui n’est pas Al Qaida ni l’impérialisme US. C’est un mouvement né contre le régime, à la suite des soulèvements de du Maghreb : un mouvement qui a saisi son opportunité. Il y a un lourd passif entre l’ordre ancien et l’ordre relativement nouveau sous les Alaouites (deuxième génération seulement), qui étaient souvent des exploités méprisés avant qu’une de leur famille l(es Assad) ne prenne le pouvoir par le biais de l’armée.
      3/ Et enfin, et c’est là qu’on entend pas clairement le front de gauche ni Mélenchon, il y a aussi maintenant des forces étrangères, l’Arabie saoudite, le Qatar, par exemple, qui financent la guérilla et travaillent à faire émerger après Assad, un régime islamiste allié, au contraire de ce qu’était le régime Syrien, non islamiste et non allié, plutôt proche de l’Iran. Il est clair et net que si Assad tombe, la Syrie se transforme au pire en allié islamiste de l’impérialisme US, en tant que Satellite des Saoudiens, ou au mieux (si j’ose dire), en régime islamiste radical où la brutalité et l’injustice pour les minorités ne devrait pas être bien meilleures que celles du régime actuel. C’est sur ce genre de point que la gauche radicale, malgré son engagement anti-impérialiste certain, ne peut pas se faire entendre, ou en tous les cas ne se fait pas entendre. Le problème c’est que dire "on est opposés à la guerre" est un peu limite quand on sait que la guerre civile est déjà là, et surtout qu’elle est déjà appuyée de l’extérieur. Il y a déjà des blindés et des avions qui bombardent, ce ne sont pas ceux de l’OTAN, mais ceux du régime Syrien, et ça fait des morts. Il y a déjà des milices barbares qui commettent des actes de terrorisme, agressent des populations civiles soutenant le régime. Donc il manque une voix audible au FdG pour dénoncer le financement par les Saoudiens de milices islamistes, locales et mercenaires.

    • vote
      par logan2 (xxx.xxx.241.20) 7 septembre 2012 16:00

      Le problème Walid c’est que nous n’avons aucun moyen de vérifier tout cela. Nous sommes pris en tenaille entre les diverses propagandes et il n’est pas possible de dissocier le vrai du faux. Nous ne pouvons par exemple pas faire confiance à nos médias pour nous informer et nous dire la vérité. Et nous ne disposons d’aucun média alternatif et de confiance qui essaie de les remplacer. Tout est verrouillé au niveau médiatique et on nous abreuve de propagande mensongère.

      Si le FDG a des relais solides dans la plupart des pays européens ou d’amérique du sud, par contre tu comprends bien que nous n’avons aucun relais en Syrie. Il est donc difficile d’avoir un avis tranché sur un tel conflit, tout ce que l’on peut défendre ce sont des principes.


    • vote
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.184.7) 8 septembre 2012 16:19

      Je comprends, donc le FdG est un peu largué dans une région parmi les plus importantes de notre époque en géopolitique. C’est un vrai problème non ?


      Y-a-t-il une conscience de cette lacune et y travaille-t-on ?

    • 1 vote
      par logan2 (xxx.xxx.49.115) 10 septembre 2012 01:19

      Le PG n’est pas plus largué que l’ensemble des français dont toi.


  • 3 votes
    par machiavel1983 (xxx.xxx.81.249) 6 septembre 2012 14:05
    maQiavel1983

     C’ est quoi les alternatifs ?


    • 3 votes
      par machiavel1983 (xxx.xxx.81.249) 6 septembre 2012 14:28
      maQiavel1983

      Ça va j’ ai la réponse :  http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/universite-d-ete-des-alternatifs-36211

      C’ est un autre groupe politique de gooooche quoi, qui veut le pouvoir ... bref la goooche qui parle à la gooooche .

    • 3 votes
      par joelim (xxx.xxx.6.104) 6 septembre 2012 15:57
      joelimQ

      C’est un courant à haut voltage. smiley


      Plus sérieusement, il est toujours intéressant d’avoir une nouvelle approche comme les "alternatifs".

      Mais je ne vois pas le rapport entre eux et le Front de Gauche :

      — le FDG qui veut conquérir la Syrie exactement comme l’UMPS !!!

      — le FDG qui pratique les mêmes chasses aux sorcières totalitaires que l’UMPS (et on en a la preuve avec l’affaire du maire de Grigny) !!!

      Ce que dit le Régional IDF des alternatifs (si j’ai bien compris son rôle) est intelligent : le clivage important quel que soit les nobles idées n’est-il pas entre les militants d’une part, et les dirigeants et/ou élus d’autre part ? Et oui le pouvoir corrompt...

      La notion même de parti politique n’est-il pas délétère ? Mais dans ce cas par quoi le remplacer ?

      En tout cas merci au Cercle des volontaires pour leurs apports adogmatiques si rares dans le paysage d’aujourd’hui.

    • 1 vote
      par logan2 (xxx.xxx.241.20) 7 septembre 2012 23:01

      Personne ne veut conquérir la Syrie au front de gauche, svp, arrêtez de colporter ces mensonges.


  • 4 votes
    par juluch (xxx.xxx.155.48) 6 septembre 2012 22:29
    juluch

    Vous devez vous défaire du traître Méluche avant toute chose !!


    Il s’est foutu de vous et vous habilement manipulé........

    Je vous plains d’avoir voté pour ce guignol.

    • 3 votes
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.150.213) 7 septembre 2012 03:12

      En quoi il a trahi qui ?


      Il a demandé quelque chose au PS pour appeler à voter pour eux ?

      85% des gens qui ont voté Mélenchon avaient l’intention de voter PS au second tour, et ce AVANT le premier tour. Donc l’appel de Mélenchon n’a rien trahi du tout, il était parfaitement en phase avec les intentions de ses électeurs.

      D’autre part il vous a échappé, et c’est normal car vous êtes un adversaire politique, que le FdG est totalement autonome du PS à l’heure actuelle. EELV a trahi ses militants et ses sympathisants, et tous les écologistes, en se faisant bâillonner par le PS, et en reniant ses principes pour avoir des élus. Le FdG a une stratégie qu’il a choisie sans rien demander à personne, et qu’il assume pleinement.

      Vous fantasmez le Mélenchon qui s’amuse à détruire le Front qu’il a lui-même créé en appelant à voter PS. Vous aviez prédit avec tellement d’objectivité que les cadres du FdG allaient entrer au gouvernement, et ils n’y sont pas entrés, car ils avaient posé des conditions exigentes pour cela (les cadres PC, car les cadres PG et autres ne voulaient sous aucun prétexte y entrer), et le PS a refusé ces conditions. Tant mieux.
      Maintenant le PS comme nous le prévoyions est enfin en mesure de montrer son vrai visage au peuple, et on verra bien dans quel état ils seront dans 5 ans, eux, et EELV.

      Je vous rappelle quelques chiffres :
      2009 :
      - PASOK (PS grècque), premier parti politique Grèce, 43% des suffrages.
      - Syriza (rassemblement de gauche radicale) : 4,6 %
      2009-2012 : Soumission du PASOK aux marchés financiers et à la Troïka
      2012 :
      - PASOK : 13%
      - SYRIZA : 17%, 2% derrière le vainqueur, l’UMP local.

      Time will tell.

  • 2 votes
    par Aude Javel (xxx.xxx.59.1) 7 septembre 2012 13:36
    Aude Javel

    "Vous devez vous défaire du traître Méluche avant toute chose !!"
     smiley
    Meuh non machin c’est le contraire, faut trouver un moyen de se débarrasser de "Juluche le kung" (comme disent les mandingues) qui pollue l’air du oueb comme personne !


Ecrire un commentaire Faire un don

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Réclame

Facebook Facebook  Friendfeed Friendfeed  RSS RSS  Twitter Twitter 


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site optimisé pour le navigateur Firefox. Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération