Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > Politique > François Hollande, le Gerhard Schröder français ?

François Hollande, le Gerhard Schröder français ?

Bruxelles a mis en place une feuille de route en 5 points pour l’Europe fédérale.
Et puis pour Angela, les eurobonds, c’est toujours Nein ! et jamais de la vie ! Mais ça tout le monde l’avait déjà bien compris :

Réagissez à l'article

36 réactions à cet article

  • 10 votes
    edzez (---.---.---.247) 28 juin 2012 09:40
    eQzez

    qu’est ce qu’elle est tétu cette grosse patate !


    Civilisation de l’argent virtuel , il y a trop de gaspillage et d’enrichissement injuste.

    @Erwanet , au lieu de défendre l’austerité , c’est pas mieux de revenir à l’etalon or , effacer toutes les dettes et ne plus faire d’usures .
    • 3 votes
      Requete (---.---.---.198) 28 juin 2012 10:02
      requete

      pour le pékin, la politique c’est du chinois

    • 2 votes
      davideduardo (---.---.---.88) 28 juin 2012 10:37
      QaviQeQuarQo

      erwanet ne va pas te contredire sur l étalon or.

      L étalon or est revendiqué par bon nombre de libéraux, comme le mouvement libertarien de ron paul par exemple.
      D autant qu avec un systeme étalon or , le probleme des pays du sud de l europe (dont la france ) serait le meme qu aujourdhui avec l euro : une monnaie trop forte pour notre économie, une impossibilité de création monétaire, de plan de relance, ou de dévaluation......

      Donc face a la crise il ne resterait plus que austérité et déflation !
    • 1 vote
      edzez (---.---.---.247) 28 juin 2012 10:53
      eQzez

      à moitié d’accord avec toi davidedouardo .


      en effet , en tant de crise , deflation et austerité sont nécéssaire.

      Mais pour prévenir l’inflation , le choix de l’etalon-or est la solution d’autant plus qu’elle limiterai les fraudes à la goldman sachs(manipulation de la monnaie , spéculation ...).
    • vote
      davideduardo (---.---.---.88) 28 juin 2012 19:09
      QaviQeQuarQo

      justement, austérité et déflation ne sont pas nécessaire ! 

      La déflation améne les pires troubles sociaux, voir la guerre. 

      Le but est de diminuer ces énormes dettes sans faire préjudice a l´économie réelle en lui diminuant sa masse monétaire.
      Il vaut mieux donc :
      un défaut sur la dette, ou 
      une période d inflation avec indexation sur les salaires, ou 
      un super impot sur le revenu des riches comme l a fait roosevelt ou veut le faire melenchon 


      Vous ne vous rendez pas compte, mais en défendant l´étalon or , vous défendez une des pires idées libérale.
      Bien qu il y ait eu des abus dans l histoire, la création monétaire st un formidable outil pour combattre le surendettement avilisant d un état, pour créer une classe moyenne importante et pour diminuer les inégalité (30 glorieuses).


      Malgré tout , une monnaie étalon or, comme monnaie mondiale pourrait etre envidagé pour remplacer le dollar dans les échange entre états (avec bien sur l impossibilité aux citoyens d utiliser cette monnaie : une monnaie forte chasse toujours une monnaie faible et les effets de la monnaie inflationiste seraient nulles)

    • vote
      trobador (---.---.---.21) 29 juin 2012 16:12

      Si je ne m’abuse, le pékinois parle justement chinois.

  • 6 votes
    lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 10:10
    lsga

    Donc un coup vous nous présentez Hollande comme un bolchevick, 

    Un autre coup comme un libéral déguisé en socialiste,
    Va falloir que vous vous décidiez smiley

    Bon, en tout cas je vous rappelle l’essentiel :

    En raison des cycles économiques du Libéralisme, le monde se dirige droit vers une récession très forte. Les petits épargnants tels que vous vont perdre toutes leurs économies, et les salariés vont perdre leur travail. 

    Ce n’est ni à cause de Nicolas Sarkozy, ni à cause de François Hollande, il s’agit du fonctionnement naturel de l’économie libérale :


    • 7 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 12:09

      C’est pas vraiment un problème de libéralisme.
      Allais, dans son écrit sur la crise de 1998, démystifie la chose totalement :
      ce sont les cycles d’expansion / rétraction du crédit.
       
      Il y a une première période où des avances monétaires sont effectuées, contre intérêt, accroissant la dette. L’argent coule à flot et les projets économiques vont tout azimuts : c’est une période d’euphorie (expansion du crédit).
      Il y a une seconde période, où il faut commencer à rembourser, mais comme il y a toujours plus à rembourser que ce qui a été prêté, du fait des intérêts, fatalement certains font faillite et alors l’argent disparaît, absorbé par les remboursements : c’est une période de dépression (rétraction du crédit).
       
      Chaque crise montre le même phénomène. La théorie des cycles est donc totalement à coté de la plaque. Aujourd’’hui, les traitements économiques consistent à créer de nouveaux moyens de paiement pour différer les remboursements, et éviter ainsi la rétraction du crédit, mais comme ces moyens de paiement sont prêtés contre intérêts, le problème reste entier.

    • 5 votes
      lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 12:43
      lsga

      ce sont les cycles d’expansion / rétraction du crédit.


      wahoooo.... et rapelle moi déjà quelle sont les 2 sources de la crise qui commence ?

      - SubPrime (dettes des particuliers)
      - Dette des Etats. 

      On est en plein dedans. 
      Comme à chaque fois, ça va se finir par une remise à 0 des compteurs, de façon organisée (New Deal, taxe à 99% des plus haut revenus, etc. ) ou de façon chaotique (écroulement du système bancaire). En fait, je paris que comme en 1870 et en 1929, on aura d’abord l’effondrement, puis la réorganisation. 

    • 5 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 13:02

      Que la crise commence avec les subprime, c’est déjà un peu douteux : la crise, on en parle depuis les années 1970...
       
      Mais jusqu’à ce jour, pour prévenir l’effondrement, l’émission de monnaie sur le marché fut sans limite, grâce à la garantie par les états qui pouvaient émettre beaucoup de titres de dettes, ayant la capacité de prélever par la force des impôts sur leurs citoyens (transformation des dettes privées en dettes publiques).
       
      Les subprimes furent une nième tentative de sauvetage du système financier, laquelle a occasionnée une expansion gigantesque du crédit, et, sans surprise, la contraction qui s’en suit occasionne un nouveau transfert massif de dette privée vers les institutions publiques.
       
      Mais simplement effacer les dettes et tout recommencer comme si de rien n’était est insuffisant. Il faut remédier au défaut en profondeur. Chaque institution publique doit pouvoir émettre gratuitement (donc sans intérêt) autant de moyens de paiement que ceux qui sont absorbés par les intérêts des institutions privées. Par conséquent, chaque institution publique doit pouvoir contrôler le crédit, de manière à ce que les capacités de remboursement reste en rapport avec ce qu’il y a à rembourser.

    • 2 votes
      lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 14:07
      lsga

      on en parle depuis les années 1970...

      Non. En 73, c’était le choc pétrolier. rien à voir avec une crise systémique et cyclique.
      D’ailleurs, depuis, nous ne sommes pas en crise, nous ne sommes pas en récession. 
      Depuis 2008, la vrai crise n’a pas encore commencée. 

      grâce à la garantie par les états qui pouvaient émettre beaucoup de titres de dettes, ayant la capacité de prélever par la force des impôts sur leurs citoyens [...] Les subprimes furent une nième tentative de sauvetage du système financier, laquelle a occasionnée une expansion gigantesque du crédit
      Incroyable ta capacité à te contredire toutes les 2s. Tu admets donc qu’on est dans le cadre d’une des crises classique du libéralisme du à la dette.


      Mais simplement effacer les dettes et tout recommencer comme si de rien n’était est insuffisant. 
      ça c’est la solution du libéralisme : on laisse faire, les banques font faillites, les comptes sont à zéro. Cf : 1929 (même si le New Deal et ses taxation à 99% ont permis d’accélérer ce process)

       Il faut remédier au défaut en profondeur.
      oui, il faut se doter d’un système économique moins chaotique, plus prévisible, moins destructeur de valeur.

      Chaque institution publique doit pouvoir émettre gratuitement (donc sans intérêt) autant de moyens de paiement que ceux qui sont absorbés par les intérêts des institutions privées. Par conséquent, chaque institution publique doit pouvoir contrôler le crédit, de manière à ce que les capacités de remboursement reste en rapport avec ce qu’il y a à rembourser.

      Blablablalbabla : on a l’impression d’entendre parler un Socialo !
      T’es de gauche toi ? c nouveau. 
      Tiens, apprends les théories de ton camps (seul petit point de matérialisme dans le libéralisme) :


      Le problème est matériel : c’est l’organisation de la production qu’il faut changer. 
      Après, tu peux imprimer des billets et faire des invocations à la vierge marie, cela ne changera rien. 





    • 3 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 14:32

      La loi de Say n’a vraiment aucun rapport avec ce que je dis...
       
      La monnaie pour l’économie est un peu comme l’eau pour le jardin.
      Si le jardinier met trop d’eau sur certaines plantes, elles pourrissent. Si il en met trop peu, elles s’assèchent. Chaque plante a besoin d’une quantité d’eau idoine.
       
      Quant au "choc pétrolier", c’est évident que lorsque le prix du pétrole a augmenté, la monnaie s’est raréfiée et donc cela a poussé à émettre des moyens de paiement supplémentaires (d’où la fin des accords de Bretton-Woods et de la convertibilité du dollars pour pouvoir en émettre autant que nécessaire).
       
      Pour ce qui est de l’organisation de la production, ces choses ne s’opposent pas entre elles : il y a l’organisation pratique des productions (leur localisation, les formes juridiques des entreprises, leur lien à la collectivité), et il y a l’organisation du cadre global (gestion monétaire, douanière,..etc).
       
      Mais je ne peux être libéral : je suis pour l’abolition de la concurrence.

    • vote
      lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 15:30
      lsga

      La loi de Say n’a vraiment aucun rapport avec ce que je dis...


      t d’une mauvaise foi c hallucinant... 

      @ffi :
      "Chaque institution publique doit pouvoir émettre gratuitement autant de moyens de paiement que ceux qui sont absorbés par les intérêts des institutions privées"

      @Say :
      "La création monétaire crée de la demande, mais aussi et surtout de l’inflation, car sans production correspondante, il n’y a pas création de demande réelle, solvable, mais seulement réduction de la valeur de la monnaie."

      Le problème est celui de l’organisation de la production. 
      La monnaie, ça reste du papier et des symboles pratiques pour représenter les richesses, mais qui ne sont pas les richesses elles-mêmes. 


    • 4 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 15:58

      Désolé, je ne vois vraiment pas le rapport.
       
      Chaque institution publique doit pouvoir émettre gratuitement (donc sans intérêt) autant de moyens de paiement que ceux qui sont absorbés par les intérêts des institutions privées.
       
      Pourquoi ?
      Parce que créer des quantité monétaires à crédit, contre intérêt, revient à supprimer de la monnaie à terme, vu que les quantité détruites au moment du remboursement sont supérieures à celles créées au moment du prêt, du simple fait des intérêts demandés en plus. D’où une raréfaction programmée des moyens de paiement.
       
      Ensuite, l’orientation des crédits est un autre problème. La création monétaire ne produit pas nécessairement d’inflation. Au contraire, si la création monétaire consiste en un investissement qui accroît une production particulière, le prix de cette production va baisser. (Par exemple les investissements dans le nucléaire ont fait baisser le prix de l’électricité).
       
      La monnaie est plus qu’un simple bout de papier, elle est un droit d’avoir (et donc d’avoir ce qu’il faut pour survivre). Ceux qui ont de l’argent ont le droit d’avoir. C’est la raison pour laquelle l’iniquité dans le système des avances monétaires (le crédit) est si dommageable : cela crée des faux droits. Par conséquent, la monnaie doit être créée en priorité pour ceux qui n’ont rien, non pour ceux qui ont déjà tout.

    • vote
      lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 16:12
      lsga

      tu ne vois pas le rapport entre émission de crédit à 0% et création monétaire ? 

      gnéééééé....

      t de mauvaise fois, c insupportable. 

      . Par conséquent, la monnaie doit être créée en priorité pour ceux qui n’ont rien, non pour ceux qui ont déjà tout.

      Tu devrais prendre ta carte au Parti Socialiste de François Hollande. Crédits d’investissement, relance de la consommation : sans dec, t un pur socialo.

      Enfin, si tu crois que c’est en distribuant des billets de banques qu’on construit des Usines, je peux pas y faire grand chose. Disons que le plus simple pour créer des usines, c’est encore de créer des usines... smiley
    • 3 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 16:37

      Certes, mais créer des usines, cela ne nécessite-t-il pas un peu d’argent ? Ne faut-il pas au préalable lancer des travaux qui ont un certain coût, comme fabriquer des machines, avoir un stock de matière première,...etc.
       
      Le PS n’est pas du tout pour créer de l’argent à 0%. Il est pour qu’une institution de l’UE émette des obligations (contre intérêt) en échange de fonds sur les marchés pour financer les Etats.
       
      Je suis au contraire pour que toute émission monétaire soit sous tutelle du pouvoir politique national. L’Etat doit pouvoir créer autant d’argent qu’il veut, le diriger où il veut, à charge pour ceux qui gouvernent de faire bon usage de cette capacité.

    • vote
      lsga (---.---.---.105) 28 juin 2012 17:16
      lsga

      laisse tombé, t un néo-keynésien à 2 balles, ta place est au PS. 

    • 1 vote
      rastapopulo (---.---.---.18) 28 juin 2012 18:26
      rastapopulo

      Le crédit social n’a rien avoir avec Keynes...

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9dit_social

    • 4 votes
      ffi (---.---.---.3) 28 juin 2012 22:26

      C’est formidable comme tu crois savoir ce que pense autrui sans jamais lui avoir demandé.
       
      Je suis un beau vieux Colbertiste favorable au système économique d’ancien-régime :
      - le gros de l’économie assuré par des artisans associés dans des corps en démocratie directe
      - le reste par des manufactures d’état.

    • vote
      lsga (---.---.---.105) 29 juin 2012 11:28
      lsga

      blablabalabla...


      vous êtes des imprimeurs de papier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès