Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La décroissance, ou la faillite ?

La décroissance, ou la faillite ?

Le problème n’est pas tant celui de la perspective de la décroissance économique de la société industrielle, mais bien plus celui de la perspective de sa faillite comptable. Ces deux perspectives sont toutes deux inéluctables, mais la décroissance économique est plutôt une bonne nouvelle, alors que la faillite comptable en est une bien mauvaise.

 

Campagne pour l'élection présidentielle de 2017 - Chronique hebdomadaire de Christian Laurut, candidat du mouvement "Démocratie Directe & Résilience".

 

http://www.christianlaurut.com

 

http://www.democratie-directe.com/

 

 

Tags : Economie Constitution européenne Démocratie Monnaie Décroissance



Réagissez à l'article

5 réactions à cet article


  • vote
    pilule bleue pilule bleue 21 novembre 20:24

    Reste à savoir si la terre est réellement un système clos, on reçoit l’énergie du soleil qui est infinie à l’échelle de l’homme. Pour un peu que la physique de demain trouve un moyen d’obtenir de l’énergie propre à profusion la thèse de la décroissance tombe.


    • vote
      Léo de Hurlevan 22 novembre 12:45

      @pilule bleue
      Quand le physique aura trouvé ce moyen - 20 ans au bas mot -, il faudra encore au moins 20 ans pour qu’il soit économiquement viable. D’ici-là ka scénario actuel nous aura déjà conduit dans une impasse.


    • 1 vote
      Pierre Régnier 22 novembre 10:13

      La décroissance de la production et de la consommation mondiales sera une excellente chose SI elle est accompagnée d’une radicale modification de la répartition de ce qui est produit, les plus démunis, peuples et individus ayant la priorité absolue.


      • 1 vote
        zygzornifle zygzornifle 23 novembre 15:19

        la seule croissance restante sera celle des naissances , le porte-feuille se vide et les bourses des pauvres aussi ..... 


        • vote
          ddacoudre 27 novembre 12:19

          bonjour L.C

          deux concepts que je partage depuis longtemps, pour avoir compris les limite de l’organisation capitaliste des productions qui dans leur comptabilisation poussent inévitablement à périr sous ces propres déchets, car le système ne reçois plus rien de l’extérieur depuis l’échec du communisme et de plus il combat vigoureusement les processus d’alertes qui lui font toucher du doigt ses défaillances (écologie, socialisme, décroissance, "écoéconomie", économie durable, émancipation humaine) sauf si sur dans ces champs il peut en faire une traduction marchande propice à la poursuite de son enrichissement, comme nous l’avons vu avec la financiarisation du monde où la monnaie est devenu une marchandise. il y a une tyrannie comptable naturelle qui constitue une normalisation des comportements économiques( http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Le-capitalometre-8441227.html) la nécessité de qualifier et quantifier les choses pour comprendre et nous adapter à l’évolution, et antinomique de la rigidité d’une quelconque normalisation, d’où les cycles de contraction et l’émergence d’opposition systémique. un élément de stabilité est l’empilement des savoirs qui remettent en cause par le croisement ou la transdisciplinarité la tyrannie normative, mais cela impose de s’instruire ou s’enseigner tout au long de l’existence. alors la décroissance ne présente plus une difficulté ou le rejet par blocage psychologique et s’ouvre sur le futur comme une richesse. .http://ddacoudre.over-blog.com/55c7d999-e91f.html
          https://www.youtube.com/watch?v=yUMGHeLoLbA
          cordialement.

          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON







Palmarès