• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Manuel Valls en cinq phrases choc

Manuel Valls en cinq phrases choc

Nommé le 31 mars premier ministre par François Hollande, Manuel Valls a cultivé, tout au long de son parcours politique, sa position d’iconoclaste au sein du Parti socialiste.

 

« On pourrait trouver un meilleur nom pour le PS »

 

En 2009, il multiplie les critiques envers un parti malade de son « antisarkozysme obsessionnel » quand le PS subit encore les contrecoups du congrès de Reims. Martine Aubry, première secrétaire, lui demande dans une lettre envoyée en juillet 2009 de cesser ses critiques ou de quitter le parti.

 

Il répond dans une tribune publiée par le Financial Times le 20 juillet 2009, suggérant de changer le nom du parti : « Mon but essentiel est de promouvoir une modernisation radicale de l’idéologie du Parti socialiste, pour lequel nous pourrions trouver un meilleur nom. »

 

Manuel Valls est alors député de l’Essonne et maire d’Evry. Suivi par les caméras de Direct 8 sur une brocante à Evry en juin 2009, il trouve que la population n’est pas assez diversifiée à son goûts. La phrase qu’il murmure à l’oreille Christian Gravel, son conseiller, qui s’occupe maintenant de la communication de l’Elysée le suit encore aujourd’hui :

 

« Tu me mets quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos… »

 

 Publiée le 10 janv. 2014

 

« Oui, nous devrons déverrouiller les 35 heures »

 

Devenu candidat à la primaire en l’absence de Dominique Strauss-Kahn, Manuel Valls commence sa campagne par une déclaration choc sur le déverrouillage des 35 heures, le 2 janvier 2011. Une manière d’assumer son positionnement social-démocrate et de tacler Martine Aubry, autre candidate à la primaire.

 

 

Six mois plus tard, il s’attaque à un autre « tabou » à gauche et propose une hausse de la TVA. « Oui, la TVA sociale est une mesure de gauche », déclare-t-il en octobre 2011 dans Les Echos. Son score à la primaire est faible (5,65 %), mais lui permet de devenir un des hommes forts de la campagne de François Hollande, puis ministre de l’intérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

 

« Les Roms ont vocation à retourner dans leur pays et à s’intégrer là-bas »

 

Manuel Valls divise le gouvernement sur la question des Roms. « Ces populations ont des modes de vie différents des nôtres », déclare-t-il ainsi le 25 septembre 2013. Cécile Duflot, ministre écologiste, l’accuse alors de mettre « en danger le pacte républicain ». Quelques semaines plus tard, alors que la famille Dibrani est expulsée, provoquant l’émoi de nombreuses personnes à gauche, Manuel Valls ne varie pas et affirme ne pas être touché par les critiques : « Les étrangers, même en famille, même avec des enfants scolarisés, dès lors qu’ils n’ont plus droit au séjour, doivent quitter le territoire. Il n’y a pas deux politiques possibles. Celle que nous menons, respectueuse des droits, est une politique de gauche » déclare-t-il dans Le JDD.

 

 

Voir aussi le bilan de Manuel Valls à l’intérieur

 

Dans un entretien à La Provence le 31 mai 2013, alors que Jean-Marc Ayrault est en difficulté, Manuel Valls ne cache pas ses ambitions. Il est plus populaire que François Hollande et Jean-Marc Ayrault depuis août 2012 et son nom revient régulièrement pour devenir premier ministre :

 

« Si, demain, on me proposait d’autres responsabilités, je les assumerais, bien évidemment. J’ai toujours pensé que j’avais la capacité d’assumer les plus hautes responsabilités de mon pays »

 

En novembre 2013, il pensait enfin y arriver, mais le premier ministre avait sauvé son poste en proposant une « remise à plat » de la fiscalité. M. Valls y parviendra finalement en avril 2014.

 

Lire : Manuel Valls, un ambitieux à Matignon

 

La vidéo qui discrédite Manuel Valls

 

Publiée le 11 févr. 2014

 

Voici la face cachée et le vrai bilan de Manuel Valls alors que les médias tentent de nous le vendre.

 

 

(RE) LIRE : Zèle et flash ball à la manifestation du 22 à Nantes

 

Tags : Manuel Valls




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 14 votes
    ergdor 5 avril 2014 10:48

    Ce type est parfaitement flippant, exactement le même profil que Sarkozy.
     
    Mais qu’est-ce qu’ils ont, tous ces petits bonhommes teigneux, à vouloir jouer aux grands ?
     
    ça ne m’étonnerait pas qu’il devienne bientôt, sélectionné par les bilderbergs, notre prochain "guide du peuple" comme on aurait dit outre-rhin outre-temps.


  • 4 votes
    Scalpa Scalpa 5 avril 2014 10:16

    Il est a l’écoute des français surtout avec l’oreille droite.


    • 2 votes
      Scalpa Scalpa 5 avril 2014 10:34

      Quand Valls aboie la caravane remplie de rhum passe.


      • 18 votes
        Jean Rigole Jean Qirigole 5 avril 2014 10:59

        À côté de celle-là, les autres sont de la petite bière :
         
        « ...les juifs de France sont plus que jamais à l’avant-garde de la république et de nos valeurs... Juifs de France, sans vous, la France n’est plus la France ! », mercredi 19 mars lors d’un rassemblement contre l’antisémitisme au Trocadéro.


        • 12 votes
          Nora Inu Nora Inu 5 avril 2014 12:23

          Avec un tel charisme , un tel talent , un tel sens républicain , si il ne devient pas prochainement le Président du Gouvernement Mondial et Interstellaire à jerusalem , Capitale du N.O.M. , c’est à désespérer de l’humanité .

           smiley

          • 2 votes
            juluch juluch 5 avril 2014 12:36

            Attendons de voir se que ce Gouvernement remanié va faire dans les prochains mois.


            • 11 votes
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 5 avril 2014 13:27

              Un petit bonhomme complexé qui veut prendre sa revanche sur les humiliations subies dans son enfance, le genre d’individu qu’il faudrait logiquement écarter de la politique mais que malheureusement le système à tendance à favoriser. Le système des partis ne peut mener au pouvoir que des névrosés autoritaires, imbus de leur personne.


              • 9 votes
                Qurtis Qurtis 5 avril 2014 14:51

                Il va lui arriver de drôles d’histoires à Valls, il va beaucoup trop loin.

                 

                Il va certainement regretter amèrement ce mépris qu’il affiche pour le peuple. C’est le genre de personne à finir lynchée sur une place publique...


                • vote
                  passe-par-là passe-par-là 6 avril 2014 09:01

                  Et merde !!!Quand même !!!


                  • 1 vote
                    gerfaut 6 avril 2014 14:37

                    Valls premier ministre ?, Dieudonné donne son avis.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès