• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Marine Le Pen vs Ruquier : "20% de votre salaire est payé par mes (...)

Marine Le Pen vs Ruquier : "20% de votre salaire est payé par mes électeurs"

On s’attendait à une ambiance exécrable à l’occasion de la venue de Marine Le Pen sur le plateau d’On n’est pas couché, la candidate du FN étant boycottée en temps normal par Laurent Ruquier et régulièrement attaquée... Samedi soir, le grand moment a eu lieu, la bête est rentrée dans l’arène, qu’on imaginait hostile, et le clash attendu... n’a pas eu lieu.

 

Certes, l’ambiance était plus tendue que d’ordinaire, mais l’interview se déroula normalement. Sans vouloir faire offense aux autres invités de la soirée, on peut dire qu’ils étaient de seconde zone... un rugbyman, une jeune chanteuse à peu près inconnue, et deux comédiennes sans grande renommée... D’ordinaire il y a toujours un écrivain, un intellectuel, ou un comédien de premier plan... Comme si les vedettes avaient fui l’invitation pour la venue de Marine Le Pen, par peur de se retrouver sur la photo. On se souvient qu’il y a quelques années, l’actrice Sophie Marceau avait annulé sa venue au 20h de TF1 en apprenant que Jean-Marie Le Pen était également présent :

 

L’entrée sur le plateau de la candidate FN a pu surprendre : au lieu de s’avancer sur le centre de la scène pour saluer les autres convives, jusqu’au maître des lieux, elle décida de contourner la scène, passant même dans le dos des chroniqueuses et de Laurent Ruquier. Tout cela était-il préparé ? Ou cela dénotait-il son malaise ?

 

Sur le fond de l’entretien, il fut beaucoup question d’immigration, un tout petit peu de la sortie de l’euro, même si tout commença par un long chapitre sur l’éducation. L’occasion pour Marine Le Pen de faire un peu d’humour en proposant à Natacha Polony de devenir son ministre de l’Education ! Ruquier se faufilant dans la brêche et se proposant pour le ministère de l’Audiovisuel... Alors qu’Audrey Pulvar lui demandait comment elle pouvait justifier la préférence nationale, injustifiable selon elle, Marine Le Pen rappela que le père de la journaliste avait prôné "la Martinique aux Martiniquais"...

 

Pulvar et Polony revinrent sur l’épisode du bal de Vienne, rappelant au passage les références problématiques de certains cadres du FN, comme Bruno Gollnisch, qui, dans son discours du congrès de Tours, avait salué la mémoire des morts du 6 février 1934 (ainsi que du fasciste et négationniste François Duprat). Marine Le Pen refuse d’admettre qu’elle a fait une erreur en se rendant à ce bal viennois, et rétorque qu’elle veut nouer des contacts avec les différents partis nationalistes européens. Elle juge que le FPÖ autrichien n’est pas un parti d’extrême droite.

 

Passage intéressant, quoique rapide, vers la fin : une jeune comédienne - la seule parmi les invités à avoir voulu s’adresser à Marine Le Pen - demande des précisions sur la loi de 1973, dont elle se demande bien pourquoi personne ne l’abroge, si les intérêts de la dette qu’elle génère s’élèvent à 1400 milliards d’euros sur les 1700 milliards de la totalité de notre de dette. Bonne question... répond Marine Le Pen. Selon elle, c’est la poule aux oeufs d’or que les marchés financiers ont trouvée pour s’engraisser.

 

A la toute fin, Ruquier et Le Pen règlent un peu leurs comptes, l’animateur justifiant qu’il n’invite pas la candidate FN en dehors des périodes électorales, et cette dernière répliquant que 20% de son salaire est payé par ses électeurs. Marine Le Pen demande aussi à Ruquier de présenter des excuses à ses électeurs qui ont été insultés au travers d’une caricature de Charlie Hebdo qu’il a diffusée, représentant la patronne du FN en forme d’étron. Ruquier ne s’excusera pas et se justifiera en disant que beaucoup de Français se sentent insultés par les positions du FN. Les deux se retrouveront au tribunal, Marine Le Pen ayant porté plainte.

 

Ne parvenant pas à se réconcilier avec Ruquier, Marine Le Pen se lève et s’en va, oubliant de serrer la main de l’animateur et des invités, comme le font d’ordinaire les autres politiques. Un signe de tension supplémentaire, qui montre la marginalité de celle qui se rêve malgré tout au second tour de l’élection suprême.

 

Tags : Education Immigration Enseignement FN Marine Le Pen Euro Présidentielle 2012




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • 56 votes
    estebanh 19 février 2012 06:42

    Incroyables, le fondement de la démocratie – la citoyenneté – est jetée aux orties par les « gens de gauches » (comprendre : internationalistes de culture marxiste opposés à l’idée de « Nation »), au profit du vote censitaire (le droit de vote est conditionné par le fait de « payer des impôts »)Est-ce que cela inclut les touristes qui s’acquittent de la TVA ?.Les citoyens (re)deviennent des sujets et les idiots applaudissent…

    La nationalité est ce qui unit un individu à son pays et, à ce titre, les étrangers n’ont pas à se prononcer sur les choix politiques d’un pays dont ils n’ont pas la nationalité et, partant, qui n’est pas le leur. CQFD. D’ailleurs, les français ont-ils le droit de vote dans les pays d’origine desdits étrangers ? Donner le droit de vote aux étrangers revient à priver d’intérêt le fait d’être français.Si on suit cette logique tout le monde est donc Américain, Européen, Asiatique, Océanien etc… Génial ! je crois qu’il n’y a plus besoin de frontières nullepart ni de papiers d’identité puisque c’est partout chez tout le monde et que tout le monde est tout le monde



    • 6 votes
      requete Requete 19 février 2012 13:12

      @estheban

      Bel exemple de l’imbécillité des fétichistes nationalistes :

      "sans frontière tout le monde est tout le monde"

      Donc à l’intérieur des frontières tout le monde est tout le monde ?.

      Tu es moi, je suis toi, ma mère est mon neveu ???

       


    • 33 votes
      RepublicainVox RepublicainVox 19 février 2012 13:29

      " Donc à l’intérieur des frontières tout le monde est tout le monde ?."


      Oui absolument, ca s’appelle l’identité nationale. Ca veut dire que dans un pays les gens se ressemblent et se sentent proche les uns des autres, c’est la cohésion nationale.

    • 17 votes
      lsga lsga 19 février 2012 14:05

      vous êtes vraiment des Kavs au FN, vous ne connaissez même pas l’Histoire de la nationalité française...


      Après que les Révolutionnaires est mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’, ils vont construire ’L’Etat Nation Français’. 

      La notion de citoyen et de nationalité s’oppose à celle de "Sujet du Roi", et non à celle d’"étranger".

      L’idée fondamentale de la citoyenneté est que la République est Une et Indivisible. Peu-importe la caste ou les origines : Toute personne présente sur le territoire nationale depuis plus de 5 ans doit avoir la citoyenneté (cf : loi de naturalisation massive de 1790 ). 

      Tout le monde doit avoir les mêmes droits (droit de vote, etc.). L’idée est simple : si vous diviser le corps social français en castes (sur la base de l’origine social ou ethnique), alors vous diviser sa force face aux puissants et aux oligarques. Les Révolutionnaires français l’avaient parfaitement bien compris.

      Vous, vous êtes des imbéciles. Malgré vos souches vous êtes moins français que le Martiniquais ou le Guadeloupéen qui est resté proche de la lutte nationale.

      En voulant briser la nation en fonction des races ou des religions : Vous êtes anti-national, vous êtes anti-français. Rien d’étonnant : vous êtes dans le parti politique de ceux qui ont trahi la France, de ceux qui ont participé à l’Empire NAZI, de ceux qui renient l’Histoire révolutionnaire de leur patrie. 

    • 14 votes
      ffi 19 février 2012 14:47

      Après que les Révolutionnaires est mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’
       
      Notez, en langue française, il existe un temps dénommé subjonctif :
      Après que les Révolutionnaires aient mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’
       
      Sous la monarchie, tout était plus simple : toute personne sur le territoire national était sujet du roi de France. Un Mazarin ou un Léonard de Vinci étaient sujets du Roi. Necker, par exemple, ministre d’état de Louis XVI, était genevois. Certains étaient Bretons, poitevins, alsacien, picards, flandriens,...etc
       
      Le problème vint lors du sacrifice du roi, avec la réorganisation du principe politique autour de la notion de "peuple français" : c’est quoi le peuple français ?
       
      En 2 siècles, ce problème n’a toujours pas été résolu.
       
      La monarchie définissait la "France" par le territoire géographique qui suivait ses principes de gouvernement.
       
      Cela dit, il est évident que les gens ne sont pas des pions, et que, pour la convivialité de la société, les lieux nécessitent une certaines continuités des populations en leur sein.
       
      Le localisme est d’un très grand intérêt sur tout un ensemble de plans (y compris en écologie), et il s’oppose absolument au mondialisme. Ceux qui habitent un lieu depuis plusieurs générations sont prioritaires sur les nouveaux-venus, car c’est la succession des générations qui fructifient un lieu.
       
      Il n’y a que guère que les pillards qui affectionnent les raids éclairs.


    • 21 votes
      maQiavel machiavel1983 19 février 2012 16:10

      estebanh a totalement raison et on en revient toujours au même sujet : le dogme !

      En effet les dogmatiques ont cette capacité de s’ émanciper de la réalité pour la substituer à l’ idéologie.C’ est le cas des internationalistes ( qui est en fait un mauvais terme on devrai parler de métisseur car je ne suis pas sur que Marx adhère à leur idéologie ) qui par dogmatisme nient l’ existence des peuples.
      Mais il existe des peuples et des nations, c’est un fait réel qui a été et qui est et ce qui fait un peuple c’est l’unité de sentiments, de pensée, d’éthique. 
      Et les adeptes de l’ idéologie du métissage sont pour la destruction du  principe même de la lignée et de l’inscription de l’être humain dans une communauté charnelle qui a eu un passé à travers les ancêtres et aura un avenir à travers les descendants.
      Ça part d’ un bon sentiment, car c’ est une idéologie en réaction de l’ idéologie raciste qui a fait des agrégations statistique sur base de critère discriminant et historiquement la confusion de ce processus de rattachement de groupes humains à des agrégats statistiques a débouché sur des catastrophes.
      Mais l’ enfer est pavé de bonnes intentions car ce désir converge avec la volonté des classes dirigeante du capitalisme mondialisé d’uniformiser les êtres humains en détruisant le principe même de peuple.
      De plus cette idéologie lugubre  exprimant une haine de la nation, un mépris de la frontière et des peuples enracinés partage sa haine avec la grande bourgeoisie transnationale d’ ou l’ intérêt pour le grand capital de favoriser ces militants internationalistes métisseurs.
      Pourtant une forme d’ internationalisme serait salutaire pour les peuples du monde, une union des peuples enracinés contre le capitalisme financier mondialiste.Mais au vu des sponsors, ces internationalistes là ( que je suis ) n’ ont aucune chance de l’ emporter !



    • 10 votes
      ffi 19 février 2012 17:55

      Surtout que ce qui brise les solidarités, en pratique, c’est le fait de pousser les gens à se "déporter" et à s’éparpiller sans cesse, ce qui fait qu’ils ne se connaissent plus du tout (cf anonymat des grandes villes). Les gens mettent du temps à s’apprivoiser mutuellement, ils ne sont pas des pions ni des machines. L’amitié vraie ne se fait pas en un jour. Après un jour, c’est le bal des hypocrites.
       
      Les liens de solidarité sont toujours long à s’établir.
      Les migrations humaines ne sont pas gérables comme la juxtaposition de marchandises sur un étal.
       
      L’homme, en tant que sujet pensant et ressentant, n’est pas un objet inerte : c’est pour cela que le travail ne peut être géré comme un marché.
       
      Mais Isga reste dans sa chosification des hommes, à la suite de ce qu’il croit comme idéologie salvatrice de la situation, car la déconstruction du sacré post-révolutionnaire, à laquelle il adhère, aboutit à une chosification (marchandisation) des hommes : il y a la chosification de gauche et la chosification de droite.
       
      Depuis la révolution, les hommes sont perçus comme des numéros, des nombres, des choses, sans spécificité ni aspirations particulières.


    • 5 votes
      yeti99 19 février 2012 19:59

       Est-ce que donner plus de droits aux Français qu’aux étrangers est anti-républicain ? 
       
      Certainement pas. De nombreuses lois françaises donnent des droits différents en fonction de la nationalité. Exemples :
       
      Droit de séjour sur le sol français :
      - 90 jours sans autorisation de travailler pour un ressortissant des USA.
      - Obtention d’un visa préalable pour un Burkinabé.
      - Aucune limite de séjour et droit de travailler pour les ressortissants de l’UE
       
      Droit de vote :
      accordé aux élections locales aux ressortissants des pays de l’UE uniquement 
       
      Droit de conduire :
      selon la nationalité du permis, vous avez ou non le droit de conduire, pour une période limitée ou non.
       
      Droit d’exercer certaines professions :
      - il faut être ressortissant de l’UE pour être fonctionnaire
      - il faut être Français pour être exercer certaines fonctions dans la diplomatie, la police ou la magistrature.
       
      Le Front National propose d’étendre le champ d’application de cette préférence nationale à d’autres droits. Vous n’êtes pas d’accord, c’est tout à votre honneur. Mais cela met-il pour autant en danger la république ? Si oui, expliquez réellement pourquoi au lieu de faire ces raccourcis ridicules qui au mieux vous discréditent, voire montrent la malhonnêteté avec laquelle vous voulez imposer vos idées en créant des confusions dans les esprits.


    • 4 votes
      saviez_vous_que 20 février 2012 02:17
      >Notez, en langue française, il existe un temps dénommé subjonctif :
      >Après que les Révolutionnaires aient mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’

      Apprenez déjà à utiliser l’indicatif, ça sera pas mal : après que n’est pas suivi du subjonctif mais de l’indicatif. De plus, ce n’est pas un temps, mais un mode. Bref, vous avez (encore ?) perdu une occasion de vous taire !

      Après que les Révolutionnaires eurent mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’ 

      Il n’y a rien de pire que les gens qui se croient plus malins que les autres et qui se ramassent lamentablement. La prochaine fois que vous voudrez donner des leçons de grammaire (ou des leçons tout court), faîtes preuve d’un peu d’humilité, car on est toujours le con d’un autre. Aujourd’hui en l’occurrence, vous êtes le mien.
       
      Pour revenir à cette émission, la nullité des chroniqueuses est vraiment sans fin : elles nous amusent avec des sujets sociétaux qui sont complètement secondaires et des bals dont tout le monde se fout, alors qu’il y a d’autres sujets autrement plus importants ; par chance, la loi de 73 a été évoquée. La palme revient quand même à cette gourde d’Audrey Pulvar ; dire que si la France revenait au franc, il y aurait une dévaluation de 20% et donc des loyers plus chers de 20% est d’une telle bêtise, montre une telle ignorance crasse de ce qu’est la monnaie, que si j’étais méchant, je dirais qu’elle nous a fait une ffi.


    • 1 vote
      bill grodé 20 février 2012 09:35

      A Monsieur (ou Madame, qui sait ?) ffi, donneur de leçons de français :
      "après que" est suivi de l’indicatif, dans notre belle langue ; inutile d’aller déranger le conditionnel pour si peu.
      Après que vous aurez appris le français, vous pourrez rectifier les éventuelles erreurs des autres.


    • 1 vote
      ffi 20 février 2012 10:28

      Pour "après que", les choses sont loin d’être aussi claires : voir ici (B)
       
      Pourquoi le développement du subjonctif avec après que depuis le début du xxes. ? M. Stéfanini, en 1953, ds Remarques sur la syntaxe d’après que en français moderne estimait que chez les sujets qui emploient tantôt l’indicatif, tantôt le subjonctif avec après que, le subjonctif ,,exprime un procès dont la réalité ne peut faire aucun doute, dont la réalisation est garantie par après que, mais il permet de le considérer dans le temps in fieri, qui est en train de se faire pour aboutir au temps in esse, où se déroule (s’est déroulé ou se déroulera) le procès principal.`` (p. 79). ,,En se faisant suivre du subjonctif, après que conserve, dans toute la mesure du possible, sa symétrie avec avant que qui, grâce au discordantiel pouvait déjà établir entre deux faits un lieu non seulement temporel, mais idéel.`` (p. 83). En 1955, ds Nouvelles remarques sur la syntaxe d’après que, il s’efforce d’expliquer pourquoi un vaste public a manifesté un tel empressement à adopter la nouvelle tournure. Avant que et après que ,,ne datent pas avec précision le procès exprimé par la principale (...) mais le situent simplement comme antérieur ou postérieur à un autre procès qui ne coïncide pas avec lui. Dans les deux cas, on établit entre les deux faits un rapport de consécution (...) ; avant que diffère, retarde l’arrivée, après que ne la fait pas attendre. Mais la chronologie de raison reste la même : les deux locutions placent identiquement deux événements à la suite l’un de l’autre.`` (pp. 125-126). ,,On a dégagé des deux locutions cet élément commun qu’elles établissent une chronologie de raison, qu’elles mettent «  en suite » deux procès, et qu’elles le font en situant dans l’en deçà d’un événement le fait à dater, qu’elles semblent donc comporter une sorte de jugement critique sur le juste moment de survenance du procès. (...) [La langue] néglige les raisons puissantes qui justifient l’emploi de l’indicatif avec après que, pour ne retenir que la nuance de critique implicite qu’elle contient (...).`` (p. 136).La langue réalise ainsi une tendance à la symétrie entre deux construction de sens opposé, dont l’opposition semble suffisamment marquée par les locution conjonctives. Pour M. Wilmet, dans Après que suivi du subjonctif, 1969, après que, oblige l’usager du français moderne à saisir l’événement subordonné par sa séquelle verbale. Comme les tiroirs composés de l’indicatif ne suffisent plus à marquer l’aspect extensif, l’habitude s’installe de recourir au mode subjonctif, ? où les formes simples et les formes composées constituent toujours des couples aspectuels véritables ?, en sacrifiant ainsi l’expression du temps (au demeurant assurée par la conjonction) à celle de l’aspect (...) Le mode subjonctif, presque insensible à la notion de temps, fournit (...) une solution unique joignant la simplicité à l’efficacité.`` pp. 37-38..

      Dans la phrase de isga, il est clair qu’il veut utiliser le subjonctif.
      "Après que les Révolutionnaires est mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’, ils vont construire ’L’Etat Nation Français’. "
      doit donc être écrit
      ou :
      "Après que les Révolutionnaires aient mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’, ils vont construire ’L’Etat Nation Français’. "
      ou :
      "Après que les Révolutionnaires ont mis à bas tout ce qui restait du ’Royaume de France’, ils vont construire ’L’Etat Nation Français’. "
       
      Mais, à mon avis, le subjonctif s’impose car les révolutionnaire n’ont pas réussi à "mettre à bas le royaume de France" et que Isga prend ses désirs pour des réalités.


    • 1 vote
      Traroth 20 février 2012 11:17

      Personnellement, je suis pour l’idée que ce sont les administrés qui doivent élire leurs représentants, c’est à dire les gens auxquels vont s’appliquer les conséquences des décisions prises par lesdits élus. En ce sens, je suis bien plus favorable aux votes des étrangers résidant en France qu’à celui des Français résidant à l’étranger !

      http://traroth.blogspot.com/2012/02/un-programme-pour-2012-immigration.html


    • 2 votes
      saviez_vous_que 20 février 2012 11:26
      @ffi
      C’est beau comme du Sarkozy

      De toute évidence, votre arrogance est sans limite. Vous seriez honnête avec vous-même, vous auriez fait amande honorable au lieu d’aller nous chercher au fin fond du net des querelles de linguistes. 

      Si vous voulez vous défausser, faîtes le au moins intelligemment (autant que faire se peut) : mettez votre ignorance sur le compte de l’école par exemple, qui est devenu une usine à crétins depuis 30 ans et que vous avez apparemment assidûment fréquentée.


    • 24 votes
      Yvance77 Yvance77 19 février 2012 07:48

      Salut,
      .
      Il faut être honnête, Marine Le Pen, alors que l’on disait que cela allait se finir à la lame, s’en est sortie à peu près bien. Bien que parfois, comme son géniteur, elle réponde à coté de la question (comme tout bon politique bien rodé in fine, elle a rempli sa mission, sans trop de casse, ni esclandre.
      .
      Elle s’est permis de moucher l’autre parasite de Ruquier avec un brio certain.
      .
      Par contre, le journalisme façon Polony et Pulvar est satellitaire. Deux bécasses qui ont une carte de presse, c’est assez court pour en faire des expertes. Naulleau et Zemmou cela aurait été d’un bien meilleur niveau.
      .
      Car le souci majeur pour moi, est que la politique que veut mettre en place F.N. n’est tout simplement pas possible à financer en l’espèce. Et c’est là ou l’accent aurait du être mis.
      .
      Mais non l’autre nunuche embourgeoisée au balais dans le fion, préféra se consacrer sur un bal à la con en Autriche, ou détail amusant, un certain Nigel Farage - bien apprécié ici par ailleurs - s’y trouvait. Décidemment la « soupe aux nazis » servit par la cheftaine frontiste, ne passe plus.
      .
      Bon, faut pas que cela nous empêche de voter pour Mélenchon tout de même... hein !


      • 18 votes
        ananou34 19 février 2012 08:54

        bonjour,

        j’ai effectivement regardé cette émission.
        a mes yeux, bien que n’étant pas du côté de Marine Lepen, j’ai trouvé le ton des journalistes hautain, surtout Audrey qui se croit au dessus de tout le monde. sa place n’était pas sur le plateau car inévitablement elle prend partie pour son compagnon....pour moi, marine Lepen est apparue plus comme victime des médias qui ne la laissent pas s’exprimer, que pour la diablesse annoncée ! ce "débat" aura eu le mérite d’orienter les téléspectateurs dans le sens inverse que celui désiré çà c’est sur ! un peu d’humilité mesdames, et surtout respectez les personnes qui acceptent de venir sur le plateau grâce a elles vous encaissez votre salaire....pensée également pour M Lièvremont...qui, lui aussi a été assailli par ces dames (qui n’y connaissent rien en rugby) ah mais Audrey a fait du basket....a quel niveau en classe primaire...

        • 19 votes
          Frida FRIDA 19 février 2012 09:29

          Parfois on est tenté de saluer la personne qui sont des adversaires et en complète opposition avec ses idées. Et de s’opposer à ceux de son "camp" qui portent (très mal) des prétendues valeurs de la gauche (notamment A Pulvar). Cette dernière fut portée par l’invective que par un dialogue argumenté, son émotion et ses sentiments tranchaient par rapport à ses idées. La seule remaque juste qu’elle a faite fut celle de la fraude sociale, que M Le Pen n’a pas effectivement nuancée, puisqu’elle a pris le montant global de la fraude (pour la plupart imputée aux entreprises, professions libérales etc) pour sous-entendre que c’est le fait de particuliers, voire de ’immigration.

          M Le Pen n’a pas eu le courage non plus de réponde à N Polony que la dette n’est pas à rembourser, nous avons été suffisamment volés, pour ne pas en plus se voler nous même avec cette question piège "comment rembourser la dette libellée en euro". nous n’avons pas à rembourser la dette, c’est plutôt les banques qui doivent nous dédommager des dégâts portés à notre société.

          M Le Pen est restée floue, en parlant de dévaluation. Il faut le dire avec courage, non au remboursement de la dette odieuse, c’est comme cela qu’on reconnaît quelqu’un qui est contre le système.

          Le reste m’a révélé deux animatrices comme je les connaissais depuis fort longtemps : Pulvar imbue de ses convictions et incapable de maîtriser ses sentiments envers sa condictratrice au point que son émotion ait occulté sa raison,

          Polony, aussi lisse et opportuniste que d’habitude, si elle fait référence à des valeurs ou des principes plus ou moins conservateur, elle reste une bourge, bien loin de la réalité quotidienne, elle aussi imbue par des connaissances abstraites et théoriques qu’elle agite comme si l’Homme n’est pas fait de chair et de sang mais de concepts pédagogiques et de valeurs familiales et sociales.


          • 26 votes
            Lucadeparis Lucadeparis 19 février 2012 10:05

            J’ai trouvé "intéressant" qu’Audrey Pulvar considère qu’il serait anormal qu’en France, les Français ne soient pas logés en priorité. Où peuvent-ils se loger, sinon dans leur pays ?
            Considèrerait-elle que chez elle et son Arnaud Montebourg (qui était le candidat Socialiste de la démondialisation), j’ai autant de droit qu’elle à venir me loger ?
            Elle considère aussi qu’il ne devrait plus y avoir de préférence (en fait d’exclusivité) nationale pour les fonctionnaires. Ainsi, nous devrions avoir des policiers, des militaires étrangers ? Etonnant non ?
            Avec ses "bons" sentiments inconséquents à la "France peluche", elle est une crétine utile du capitalisme, qui veut l’immigration et l’implosion des nations afin de diminuer le salaire des travailleurs.
            Et elle n’avait rien à rétorquer à Marine Le Pen qui citait le père de Pulvar revendiquant "La Martinique aux Martiniquais" et trouvant normale qu’il y ait une préférence régionale pour des départements très éloignés où les locaux auraient de la difficulté à travailler ailleurs.

            Il était aussi très intéressant que la chanteuse Izia évoque la loi scélérate du 3 janvier 1973, qui nous endette envers les marchés alors que l’Etat français pouvait auparavant se financer en créant gratuitement la monnaie.
            Malheureusement, Marine Le Pen n’a pas bien répondu à Natacha Polony sur le remboursement de cette dette envers des faux monnayeurs légaux, comme disait Maurice Allais.
            A l’argument (fallacieux) appuyant la loi de 1973, la lutte contre l’inflation, cité par Polony, Marine Le Pen aurait pu répondre que l’inflation était plus élevée les années suivant 1973 que les années la précédant.



            • 1 vote
              FList 16 avril 2012 16:11

              J’aimerai simplement mentionner que Maurice Allais a appuyé la démarche de Jacques Cheminade et Lindon Larouche pour la refonte du système monétaire internationale.


              Pour la question de la banque nationale et l’abrogation de loi de 1973 : doit-on rappeler que Cheminade déjà en 1995 annonçait la crise qui venait, non pas en lisant dans une boule de cristal, mais en faisant une analyse économie financière (casino) vs économie physique réelle. Déjà dans cette étude complète de 1997, montre l’erreur de 1973 et indique qu’il faille revenir à une banque nationale de crédit publique afin de lancer de grands projets d’infrastructure créant des emplois (et aussi par effet multiplicateur dans les PME-PMI), qui permettront de générer des recettes et donc de soutenir les programmes de justice sociale. Il faut absolument lire ceci : http://www.solidariteetprogres.org/Un-plan-de-relance-par-le-credit-productif-public_06314  (et c’était en 1997 !!!!).  Il n’est absolument pas besoin de passer par l’austérité économique (la droite) ou la rigueur (la gauche). Et même Lepen préconise l’équilibre budgétaire pour 2018 si je ne m’abuse. C’est d’ailleurs pour cette analyse qui ne devait pas être entendue des français que Cheminade a eu droit à la totale médiatique de calomnies.

              Il est intéressant de voir que l’establishment (les deux partis de droite et de gauche, qu’on ne s’y trompe pas, sont pour le libéralisme financier) utilise Lepen comme repoussoir : il ne faut pas oublier, comme l’on montré Lordon et Sapir, que le père Lepen était tout aussi pour un capitalisme libéral (et à l’époque, personne n’attaquait les économistes libéraux, ah, vous êtes d’extrême-droite car vous avez le même programme économique que Lepen...). Et maintenant qu’en fin une partie de la gauche sort de l’illusion de la mondialisation financière (qu’accepta Mitterand, après-tout, même Hollande l’admettait à Londres que c’est les socialistes qui ont le plus privatisé...) et commence à retrouver le protectionniste intelligent ainsi que la question de la banque nationale de crédit publique, et bien la caste médiatique (dont les pires sont ces prétendus ’gauchiste’ qui ne sont que des valais du système néolibéral) ont l’alibi tout trouvé : ah vous êtes comme Lepen... Ils utilisent une association primaire (et le répète un million de fois, répétition fait vérité, c’est bien connu) pour dénigrer et couper toute discussion du système économique et veulent associer protection avec extrême droite et raciste... Oublie-t-on que ce sont les sudistes esclavagistes américains qui défendaient le libre-échange et le nord progressif qui défendait la protection, notamment contre le cheap labor d’Angleterre ? Oublie-t-on que l’empire anglais tua plus de 20 à 30 millions d’Indiens de 1876 à 1901, c’est moins que la famine de Staline et Mao réunit, lors des grandes famines causé par le libre-échange et le malthusianisme ? (il y a eu sécheresse, mais on exporta plus de grains vers l’Angleterre qu’il n’en eu fallu pour nourrir toute la population qui est morte ; les prix étant trop haut pour les paysans super exploité par les anglais et qu’il ne fallait surtout pas intervenir sur la fixation des prix par le marché, et bien on exporta... Churchill refit le coup en 1943.. mais chut, de ça la doxa libéral jamais ne parle.. Voir l’excellent livre de Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement. (en anglais, plus précis : Late Victorian Holocausts, el Nino famines and the Making of the Third World). Et plus drôle, c’est qu’ils associent les guerres avec le protectionnisme. Et commodément, une mémoire historique très sélective, oublie de dire que c’est le très libéral Napoléon III qui agressa le Mexique, que les anglais firent plus de 75 guerres au 19e siècle, c’est cela la ’pax britanica’ (sic et resic : guerre à double reprise contre la Naples républicaine, contre l’Égypte en 1840 et à nouveau vers la fin de 1870, la conquête complète de l’Inde, guerre d’agression contre l’Afghanistan, guerre contre le Myamar à plusieurs reprises, les doubles guerres de l’Opium contre la Chine, les bombardements en Amérique latines comme les doubles bombardements contre l’Argentine, etc. ah le doux commerce et la paix mondiale, qu’ils vont bien ensemble.... Alors que les USA furent agressifs sous des régimes pro libre-échange (ie Jackson contre les améridiens et polk contre le Mexique). On pourrait sûrement trouver des guerres avec des temps de protection : mais le point est fait, un ou l’autre ne sont pas garant de la paix : encore moins le libéralisme en temps de crise, comme l’a montré Karl polanyi dans la grande transformation, il faut comprendre l’Angleterre de Ricardo pour comprendre les fascismes des années 30 : vous n’êtes pas convaincu ? Qui fait aujourd’hui disparaître la démocratie en Grèce et en Italie et bientôt chez vous ? Les financiers qui veulent absolument défendre leur système caduque libéral : Cheminade l’a averti en 2007 : la crise porte en son sein la menace du fascisme financier. Il faut l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. 

              Mitterand lança Lepen contre la droite, et maintenant, la droite-gauche néolibérale utilise Lepen contre tout ceux qui veulent contester le système économique actuel. Tant mieux si Lepen dénonce la loi de 1973 pour elle, mais ne nous laissons pas intimider par la presse libérale qui veux nous associer à l’extrême droite.

              Ah oui, si vous n’attaquez pas la City de Londres où vont se prosterner les politiciens français, vous n’êtes mais pas du tout anti-système... Voir l’excellent documentaire paru sur la France 5, La City de Londres, la finance en eaux troubles : 

            • 17 votes
              FritzTheCat FritzTheCat 19 février 2012 10:22

              Ruquier a fait entrer (à son grand dam) la bête immonde sur son plateau. En face de MLP, les 2 pomponnées de service ne m’ont semblé guère crédibles et plus particulièrement Pulvar qui s’est contentée de défendre une position idéologique, d’ailleurs MLP l’a taclée (à juste raison) 2 ou 3 fois et c’est tant mieux Le seul point un peu faible de MLP reste tout de même l’économie point sur lequel Polony a été la plus accrocheuse... cela étant qui parmi les candidats a les réponses les plus justes, pour moi aucun.

              Au final, çà reste tout de même un match gagnant pour Marine Le Pen.


              • 18 votes
                juluch juluch 19 février 2012 11:12

                J’ai suivit cette émission........


                Deux "journalistes" ne connaissant rien en économie, Mme Pulvar ne sachant que couper la parole et ne cachant pas ses sentiments de gauches...............

                MLP s’est bien débrouillée faces aux questions débiles comme le fameux bal de la "honte".....

                Je suppose que ces bien pensants auraient préférés un balloche couscous et avec du Rap en guise de musique ??( Pardon Albatar..................)

                Plus politiquement correct ??

                C’est un bal tradi comme cela existe de partout...............moi ça me choque pas.

                Quant à Ruquier.................le seul étron c’est lui.....

                Cette émission me rappelle celle de M6 il y a quelques temps.................mauvais journalistes maîtrisant mal leur sujets, se contentant de répéter comme des perroquets des classiques bien pensants, et surtout, empêchant leur invités de s’exprimer en lui coupant la parole et en le bombardant de questions !!

                De la manip de bas étages !!


                Enfin................aujourd’hui il fait soleil sur Marseille....

                Bon Week !!




                • 1 vote
                  Traroth 20 février 2012 11:25

                  Le problème n’est pas que Le Pen soit allée à un bal, mais avec qui elle s’y trouvait !


                • 3 votes
                  juluch juluch 20 février 2012 13:15

                  Quelle importance ??


                  C’est clair que pour certains, il aurait préféré qu’elle soit avec des associations anti raciste....

                • 1 vote
                  Traroth 20 février 2012 15:11

                  Oui, c’est vrai, quelle importance, si la leader de l’extrême-droite copine ouvertement avec des nazis ? Ça ne fait que confirme ce qu’on savait déjà, pas vrai ?!


                • 3 votes
                  citoyenneegale 19 février 2012 11:29

                  LA LAICITE OU LA POLITIQUE DE RETORSION DE L’ISLAM

                  Tous les politico-notables, tous les journaleux, tous les intellectuels faussaires utilisent la rhétorique laïque pour exclure les citoyens musulmans prônée par la CATHOLAICITE (dixit Claude Baty - Président de la Fédération protestante de France), au nom, bien sûr d’une suprématie chrétienne ou comment faire de l’eurocentrisme concurrent.

                  Des idées très proches de celles qui ont servi en Espagne à attaquer la laïcité pour préserver les derniers privilèges de l’Eglise Catholique servent aujourd’hui en France à défendre cette même laïcité dans un but d’exclusion des citoyens musulmans (conservatisme réactionnaire).

                  Le but étant de limiter les droits pour les étrangers ou les citoyens différents, bref, imposer la laïcité aux religions étrangères tout en défendant les privilèges de sa propre religion.

                  Bien sûr les citoyens de France sont en crise d’identité non pas à cause de l’Islam, mais à cause de l’Europe, de la dissolution de l’identité française au profit d’une identité apatride.

                  En tant que française musulmane, je refuse, je m’oppose, je me lève contre l’abandon de mon identité pour devenir un prototype dont le FN ou tout autre parti aurait dessiné les traits.

                  Je rejette la laïcité, car c’est une église sans révélation, c’est la religion officielle de la République (dixit Peillon) et imposée à tous. Je rappelle, à toutes fins utiles, que la prérogative principale de la Franc Maçonnerie est de : "TUER DIEU"

                  Je ne fais chier personne, alors qu’on ne me fasse pas chier, je tiens à ce que l’on respecte ma souveraineté, d’ailleurs, je ne reconnais aucun parti politique.

                  Je suis pour que le pouvoir soit rendu au peuple et laissons le peuple vivre ensemble dans l’harmonie et le respect mutuel.




                  • 25 votes
                    Grammatika Grammatika 19 février 2012 11:38

                    J’adore Pulvar qui fustige la préférence nationale alors qu’elle a été érigée en loi en août 1932 par Blum et Salengro de la SFIO (socialiste) !!

                    A cette époque, la SFIO s’occupait réellement des travailleurs français
                    Cette loi a été abrogée en catimini en 1981 par qui vous savez, Mitterand, titulaire de la francisque de Vichy et qui est devenu grand résistant… fin 1943.


                    • 8 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 12:32

                      Peut être mais le monde a changé et on a le droit d’évoluer non ? en quoi le fait qu’un étranger qui travail en France et paye ses impôts ici auraient ils moins de droits que moi, pourquoi je dois être prioritaire par rapport à lui ? là franchement faut m’expliquer, je vomis SOS racisme et tout le ce qui tourne autour aussi mais là je ne comprends pas cette façon de voir les choses ? Peut être y a t’il une subtilité que je ne saisis pas ?


                    • 6 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 14:53

                      @Madoff
                      Je trouve vraiment votre raisonnement obscure.
                      Déjà je ne parlais pas du droit de vote qui effectivement doit être conditionné à l’obtention de la nationalité, ce qui d’ailleurs pourrait faire l’objet d’un vrai débat voir même d’un référendum.
                      Là on parlais du droit aux prestations sociales et au logement.
                      Deuxièmement votre argument comme quoi votre grand père a été prisonnier de guerre me fait étrangement penser au chantage émotionnel pratiqué par les sionistes qui justifient tout et anéantissent tout débat grâce à Shoah ! Moi mon grand-père a vécu en Italie sous Mussolini et alors ? ça me donne des droits en Italie ? Ce qui donne des droits c’est le fait de participer à la collectivité par le travail et les impôts.


                    • 13 votes
                      Grammatika Grammatika 19 février 2012 15:25

                      Madoff m’a tuer a bien résumé la chose.

                      Il ne suffit pas de payer des impôts pour avoir les même droits que les citoyens français. Dans ce cas-là les touristes américains devraient pouvoir voter, vu qu’il payent la TVA. 

                      Le citoyens français dispose de droits et de devoirs que l’étranger n’a pas. 
                      Cependant si cet étranger désir avoir les mêmes droits et devoirs que le citoyens français, rien ne l’empêche de demander la nationalité française en faisant les efforts nécessaires d’intégration et d’adhésion au projet et aux valeurs nationales.


                      Tout cela pour dire qu’on peut vivre en France pour y travailler et gagner de l’argent et ne pas vouloir devenir français car les valeurs du pays vous sont étrangères, la culture ne vous inspire pas ou le mode de vie vous déplaît, mais dans ce cas-là vous n’avez pas accès à certains droit du citoyen.


                      Bien à vous.




                    • 3 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 15:50

                      @Madoff
                      Encore une fois, votre frustration est la vôtre mais n’a pas valeur d’exemple.


                    • 7 votes
                      maQiavel machiavel1983 19 février 2012 16:24

                      @l’ argentin

                      Ceci n’ est que mon avis mais je suis scandalisé qu’ à diplôme et compétences égales un Français soit choisi pour un emploi à la place d’ un ivoiriens dans une société en cote d’ ivoire ( il faut savoir que ce cas de figure est très fréquent et scandaleux, on préfère prendre le blanc au natif du pays ou on les prends tous les deux mais on donne au blanc de plus hautes responsabilités ).
                      Pour la France c’ est le même raisonnement !Surtout en cas de pénuries d’ emplois ou de déficit budgétaire concernant les prestations sociales.Mais le devoir d’ un père de famille n’ est- il pas de nourrir prioritairement sa famille ?Qui respecterai un père qui préférerai nourrir les enfants des autres plutôt que les siens en priorité ?

                    • 2 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 17:06

                      @Machiavel
                      Je trouve votre exemple Ivoirien effectivement choquant même si j’aimerais un peu plus de précisions concernant l’ampleur réelle du phénomène.
                      Maintenant pour ce qui est de la France je ne vois autour de moi aucun étranger prendre le travail de Français hormis ceux que les Français ne veulent pas faire car trop diplômés ou victime d’une politique qui a favorisée l’enseignement générale au profit du technique.
                      On sait très bien que quand l’on parle du travail des étrangers que c’est principalement dans des professions qui exigent peu de diplômes, mal payés et pénibles. Et si l’on prend le haut du panier pourquoi ne pas se réjouir si l’on es capable d’attirer les meilleurs cerveaux du monde, ça serait profitable à tous mais malheureusement je crois que c’est loin d’être le cas !


                    • 7 votes
                      maQiavel machiavel1983 19 février 2012 18:25
                      @l’ argentin
                      1. On sait très bien que quand l’on parle du travail des étrangers que c’est principalement dans des professions qui exigent peu de diplômes, mal payés et pénibles
                      R / Vous avez totalement raison. Mais celà commence à toucher les professions plus spécialisé , j’ en parle plus bas avec les médecins béninois.On peut aussi parler des professions liés à l’ informatique .
                      2. Et si l’on prend le haut du panier pourquoi ne pas se réjouir si l’on es capable d’attirer les meilleurs cerveaux du monde, ça serait profitable à tous mais malheureusement je crois que c’est loin d’être le cas !
                      R / J’ ai écrit un commentaire dessus plus bas concernant les médecins béninois.

                    • 1 vote
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 19:32

                      @Machiavel
                      Ok pour les mèdecins, c’est vrai qu’il y a une percée des étrangers et pas que du bénin mais il y a des raisons à cela.
                      1/ Une crise des vocations dût surement à un manque de planification de l’éducation.
                      2/ Un manque de moyens du service publique qui voit les meilleurs de nos médecins aller dans le privé en France et souvent aussi à l’étranger.

                      Bref le problème est toujours le même, un manque de moyens sur la santé (il suffit de regarder ces pauvres infirmières payées au lance pierre paour un travail toujours plus important) et une certaine cupidité capitaliste qui rend le système médicale fou et inhumain.


                    • 7 votes
                      ffi 19 février 2012 19:33

                      L’Agrentin :
                      Un état civilisé ne doit pas faire une politique qui aboutisse à déporter les populations pour raison de travail. C’est une manière de faire de la traite d’êtres humains. L’exode rural fut pour moi une sacrée erreur.
                       
                      L’Etat doit au contraire aider à créer le travail sur place, à partir des populations et des matières premières qui s’y trouvent.
                       
                      Sinon, ça désorganise toute les solidarités qui existait précédemment, ce qui provoque des troubles sociaux à terme.
                       
                      "Calculer" les migrations, c’est vraiment considérer les gens comme des pions. C’est bien comme cela que le système politique nous considère. C’est la marchandisation des populations. Ce n’est pas acceptable.


                    • 6 votes
                      maQiavel machiavel1983 19 février 2012 19:48

                      @l’argentin

                      Pour la médecinhe c’ est pas une crise des vocations il y’ a qu’ à se rendre en première année de fac pour s’ en rendre compte, non, le but est d’ avoir des médecins sous payés donc formé à l’ étranger.
                      Et sur le bénin je reprend mon commentaire plus bas : Sur les médecins béninois, l’ exemple est particulièrement bien trouvé, un ami béninois m’ avait déjà expliqué qu’ il y’ avait plus de médecin béninois en France qu’ au Bénin.
                      Il m’ expliquait aussi l’ état délabré du système médical béninois et était en faveur de l’ expulsion de tous ces médecins ( lui même exerce aujourdhui au bénin ).
                      En plus des matières premières,l’ Afrique est pillée de ses cadres ! 
                      @ffi
                      Je reprend aussi mon commentaire plus bas concernant l’ aide : Non, surtout pas, l’ enfer est pavé de bonnes intentions, à chaque fois qu’ on a prétendu aider ces pays, c’ était pour les piller, le mieux est que chacun reste chez soi, il y’ a suffisamment de richesses en Afrique pour qu’ elle se développe sans l’ aide de qui que ce soit.
                      Comme le dirait Kémi Séba, occupons nous de nos pauvres avant de s’ occuper de ceux d’ autrui tout le monde s’ en portera mieux.

                    • 2 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 22:02

                      @Machiavel et FFI
                      En fait je suis d’accord avec vous mais on est sorti du sujet de départ, je parlais des travailleurs étrangers légaux, ceux qui ont leurs autorisations de travail. Après on peux discuter des modalités d’attributions de ces autorisations en fonction du domaine d’activité et de critères comme le pillage des cerveaux, le salaire, etc ...
                      Mais à partir du moment ou un étranger a son autorisation et travail je ne vois pas en quoi je serais prioritaire !


                    • 5 votes
                      l'argentin l’argentin 19 février 2012 12:25

                      Et bien mes amis, on a pas dût voir la même émission ! Vous rêvez tellement d’un changement que vous vous cachez la réalité et je le comprends parfaitement mais :
                      Marine Le Pen ne répond jamais vraiment aux questions sinon en pratiquant des poncifs comme "oh les méchants SOS Racisme" ou "les méchants mondialistes" (ce qui dans le fond est vraie mais mériterait une véritable argumentation)
                      Elle ne fait que réciter les tracts FN qu’elle a apprise par cœur et on sent bien qu’elle n’a pas le niveau pour répondre à deux journalistes qui même si je ne suis pas fan semblent largement mieux maitriser les sujets. Elle est stressée, ça se voit, ça se sent, ça transpire, car elle n’a juste pas le niveau et est en permanence obligée de se référer aux pointures de gauche comme Sapir.
                      Elle tente même d’amadouer Polony dés les début avec son histoire de ministère, ce qui d’ailleurs fait un peu peur, car si elle compte recrutée des journalistes pour son gouvernement c’est que ses équipes sont pauvres au FN. De plus pour quelqu’un qui fustige l’ Europe elle n’a même pas parlé du MES qui va être voté mardi !
                      Bref tout ce que prouve cet interview (hormis sa diatribe sur le service publique qui était bien envoyée et la loi de 73) c’est qu’elle n’a pas le niveau !
                      Et je vous rappel aussi qu’elle a refusé le débat avec Mélenchon jeudi sur France 2 alors que lui avait accepté.


                      • 13 votes
                        Frida FRIDA 19 février 2012 12:44

                        @L’argentin

                        Je vais faire l’avocat du diable, mais je trouve que vous êtes trop indulgent avec les deux journalistes et trop sévère avec Le Pen.

                        N’oubliez pas que Pulvard a monopolisé le débat, et souvent elle s’est fait rappeler à l’ordre par son chef Ruquier, même Polony n’arrivait pas à en place une.

                        C’est devenu une habitude de mettre les politiques devant trois journalistes voire plus, et à peine que le politique commence à répondre qu’une autre question lui tombe sur la tête, c’est un bombardement de question qui nuit aux débats, à la fluidité de la reflexion, de la pensée, souvent les journalistes passent de coq à l’âne dans leurs questions, s’interrompent entre eux et interrompent l’interviewé etc.

                        Effectivement, les impressions peuvent êtres diverses à la suite de cette émission, tout dépend des sensibilités des uns et des autres. Pourtant, les deux journalistes ont répété les mêmes questions déjà posées, redites à maintes occasion, entre autres : comment rembourser la dette libellée en euro, le retour à l’euro entraine l’inflation et l’utilisation de la planche à billet, l’augmentation du prix de l’essence etc, se sont les arguments pour dissuader une critique de l’euro

                        le pire, les deux journalistes, et notamment Pulvard a dit que la sortie de l’euro entrainerai un défaut, et elle sous entend une faillite, puisque elle a dit que même les fonctionnaires ne seront pas payés. C’est n’est plus ni moins que de jouer sur les peurs et l’intimidation.

                         

                         


                      • 6 votes
                        l'argentin l’argentin 19 février 2012 14:43

                        Et bien regardez l’émission des paroles et des actes avec Mélenchon, il est face à une armée de journalistes avec des graphiques et des statistiques dans tous les sens et pourtant il s’en sort car il connait ses dossiers et a travaillé les sujets ; il ne fait pas que répéter les tracts du Front de Gauche ! Et là je ne dis même pas qu’il a tort ou raison , je dis juste qu’il est compétent et que l’incompétence de MLP saute aux yeux dans cet interview.
                        http://www.youtube.com/watch?v=RD5IjMb4dyU



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès