Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > Politique > Vincent Coussedière :”Le populisme, c’est le retour du refoulé des (...)

Vincent Coussedière :”Le populisme, c’est le retour du refoulé des peuples”

Vincent Coussedière est né en 1965, il est professeur agrégé de philosophie, il enseigne au lycée de Thann, dans la région de Mulhouse. Élu local, il rencontre aussi les questions politiques sous leur forme la plus quotidienne. Il est l’auteur de Éloge du populisme, aux éditions Elya. Il s’agit de sa première interview vidéo, et nous espérons qu’il sera rapidement invité dans les grands médias pour apporter la contradiction à ceux qu’on entend sans cesse diaboliser et caricaturer le populisme.

 

Voici les questions que nous lui avons posées :
1/ Pourquoi avoir écrit ce livre au titre provocateur « éloge du populisme », et pourquoi maintenant ?
2/ Vous dites que vous êtes à la recherche d’une voie nouvelle en politique, qu’entendez-vous par là ?
3/ Page 22 vous expliquez que « le populisme ne procède pas d’une aspiration à plus de démocratie directe et de participation. » Mais tant le FN que le Front de gauche se sont prononcés pour plus de démocratie directe ou de participation.
4/ Page 29 vous en rajoutez une couche contre la démocratie directe : « c’est la grande maturité politique du peuple français de savoir qu’aucune transparence et aucune démocratie directe ou participative ne pourra sortir de l’ornière. » Pourquoi êtes-vous contre la démocratie directe ?
5/ Page 42 vous expliquez que démagogue est plus juste que populiste, car populisme selon vous signifie le parti des conservateurs qui n’ont pas de parti.
6/ Vous prenez le risque de parler de Riposte laïque sans les diaboliser, rappelant que sur leur site règne une grande liberté d’expression et un esprit du débat libre. Mais justement n’est-ce pas cela que les anti-populistes leur reprochent, d’exercer leur liberté d’expression totale ?
7/ Pourquoi dites-vous que le gauchisme est la seconde carrière du communisme, et quel est le rapport avec le populisme ?
8/ Vous dites qu’avec Mitterrand il y a eu conjugaison du gauchisme et de l’européisme qui a pris le peuple en tenaille, pouvez-vous nous expliquer cette idée ?
9/ Vous dites que Marine le Pen finira comme son père, sauf à s’allier avec d’autres démagogues. Est-ce qu’il se passe aux législatives en ce moment vous conforte dans votre jugement ?
10/ à la fin de l’ouvrage vous faites un parallèle très net entre le populisme et la résistance, qui était populiste selon vous, et vous dites qu’en 1940 les résistants risquaient leur vie, en 2012 les résistants risquent leur carrière. Est-ce que vous risquez votre carrière en publiant ce livre ? 

Source : Enquete&Débat

Tags : France Livres - Littérature Politique Société


Sur le même thème

L'antidémocratisme implicite (en êtes-vous atteint ?)
Denis Payre fera-t-il mieux que Christian Blanc ?
Discours de Manuel Valls contre le Front National
Todd dans "Mots croisés" : un ralliement de certains intellectuels au FN est-il possible?
Conférence Antoine Chollet - Démocratie, T.A.S., Populisme


Réactions à cet article

  • 14 votes
    Par la mouche du coche (---.---.---.95) 16 juin 2012 16:25
    la mouche du coche

    Grand gloubiboulga dans la tete de ce professeur de philosophe.
    Avec des défenseurs comme celui-là, le peuple aura la tête dans le sac encore bien longtemps.

    Au lieu de parler du peuple, il ferait mieux d’arrêter de réfléchir et d’aller voir les filles. Cela lui remonterait bien dans la tête.

    Sa "forme de séparatisme" des élites qu’il dénonce, est exactement ce qu’il vit en tant que professeur qui n’est jamais sorti de l’école, n’a jamais vu un ouvrier de sa vie, parce qu’il n’a jamais eu les couilles d’aller dans la vie réelle.

    Donc, vidéo sans intérêt.

  • 2 votes
    Par ged252 (---.---.---.64) 16 juin 2012 16:26

    Débat entre crâne allongé et crâne court.

  • 5 votes
    Par Jean Valjean (---.---.---.230) 16 juin 2012 16:55
    Vla l'Jean

    Très intéressante interview, alors que d’habitude je n’accroche pas forcément aux interview d’Enquête et débat.
    -
    Il est rare qu’un philosophe se penche sur ce qui nous est d’habitude présenté comme une sous pensée populaire carrément honteuse, voir une tare congénitale.
    -
    Je suis aussi d’accord sur le terme nettement plus précis de "démagogue-populiste" qui convient par exemple parfaitement au FN

  • 6 votes
    Par Elisa (---.---.---.154) 16 juin 2012 18:11

    Cette analyse du populisme noie vraiment le poisson.
    On oublie ici l’essence même du concept qui est très fortement corrélé à son origine et à son usage.
    Personne ne revendique être populiste foncièrement. Quand Mélenchon défend le populisme, ce n’est pas parce qu’il y adhère mais pour prendre le contre-pied de ceux qui l’accusent de l’être.

    Le populisme, c’est une manière de discréditer le peuple qu’on accuse d’être foncièrement attaché à des préjugés "anti-libéraux", réactionnaires voire racistes. Sans les élites, les peuples seraient voués à l’intolérance ou à l’anarchie.

    Ainsi le populisme est une sorte de bric-à-brac qui permet de mettre ensemble ce qu’on appelle les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite.

     Cela permet à ceux qui dénoncent le populisme de s’approprier le privilège de la raison, de l’humanisme et de l’intelligence .

    On retrouve ici une vieille idée récurrente dans l’histoire : le peuple n’est jamais adulte. Il lui faut être constamment éduqué comme si le peuple ne quittait pas réellement l’enfance.

    La souveraineté du peuple est un beau principe à condition d’en limiter son exercice.

    De nombreux exemples prouvent que si le peuple vote "mal", on peut passer outre. Et l’argument le plus souvent cité est l’incapacité quasi congénitale du peuple à se gouverner.

    • 3 votes
      Par Jean Valjean (---.---.---.230) 16 juin 2012 18:32
      Vla l'Jean

      Elisa je trouve vos réflexions intéressantes et j’y adhère en grande partie, pour autant je ne vois pas en quoi Vincent Coussedière noie le poisson.
      -
      "Ainsi le populisme est une sorte de bric-à-brac qui permet de mettre ensemble ce qu’on appelle les extrêmes, aussi bien à gauche qu’à droite."
      -
      Il m’a justement semblé qu’il cherchait à disséquer, préciser ou compléter ce qui se trouvait dans ce bric-à-brac bien commode pour discréditer les idées du peuple.

    • 13 votes
      Par la mouche du coche (---.---.---.95) 16 juin 2012 18:45
      la mouche du coche

      @ Valjean,

      Vous voyez, vous n’arrivez pas à définir ce que "démagogue-populiste" veut dire (alors que ce mot vous enchantais). Vous devez sans doute avoir l’esprit aussi embrumé que notre professeur.

    • 1 vote
      Par Schweizer.ch (---.---.---.68) 16 juin 2012 19:58

      "On retrouve ici une vieille idée récurrente dans l’histoire : le peuple n’est jamais adulte. Il lui faut être constamment éduqué comme si le peuple ne quittait pas réellement l’enfance."

      Le vrai problème est différent. De par la nature humaine, le peuple n’est jamais conforme - c’est-à-dire "adulte" - à ce que les philosophes "progressistes" présentent comme un modèle humain idéal. 

      Et cela au moins depuis les Lumières. La conséquence en est qu’à chaque génération, il faut reprendre toute la "formation", toute l’éducation, à zéro puisque les postures intellectuelles inculquées à une génération ne se transmettent pas comme des caractères acquis, à la génération suivante - qui n’a donc effectivement pas quitté l’"enfance" (du genre humain).

      Et tant qu’on refusera d’admettre l’existence d’une nature humaine immuable, on la chassera pour la voir revenir au galop, au plus tard avec la génération suivante. C’est la raison pour laquelle on n’en finira jamais avec l’alterophobie, par exemple.

      " Et l’argument le plus souvent cité est l’incapacité quasi congénitale du peuple à se gouverner."

      Incapacité congénitale - sans quasi - à gouverner selon les voeux des philosophes "progressistes" une fois encore, comme les Suisses en donnent de nombreux exemples.
      De ce fait, le pouvoir au peuple représente une régression puisque les individus qui en sont investis accusent fréquemment un retard considérable par rapport aux "idées" et "valeurs" des philosophes "progressistes".

    • 1 vote
      Par Elisa (---.---.---.154) 16 juin 2012 21:17

      "De par la nature humaine, le peuple n’est jamais conforme - c’est-à-dire "adulte" - à ce que les philosophes "progressistes" présentent comme un modèle humain idéal. "

      Que viennent faire dans ce débat les "philosophes progressistes" ?
      Ceux qui taxent de populisme les extrêmes craignent surtout la maturité d’un peuple qui ne s’en laisserait pas compter.
      On préfère évidemment quand il s’agit de maintenir un système inégalitaire dégrader toute parole d’opposition en "populisme" et compter sur la manipulation exercée par les moyens de communication pour imposer une pensée unique et non critique.
      Le "modèle humain idéal" de ceux qui "fabriquent le consentement" à l’ordre établi est plus proche consommateur crétinisé que d’un être libre et responsable.


    • 2 votes
      Par Schweizer.ch (---.---.---.142) 17 juin 2012 11:01

      "Que viennent faire dans ce débat les "philosophes progressistes" ?"

      Ils détiennent la Vérité, non ? En tout cas, à en juger par la promotion frénétique de leurs "valeurs"...

    • 3 votes
      Par ffi (---.---.---.3) 18 juin 2012 16:50

      Propos finalement assez intéressant.
       
      Le "modèle humain idéal" de ceux qui "fabriquent le consentement" à l’ordre établi est plus proche consommateur crétinisé que d’un être libre et responsable.
       
      En effet, puisque "le consommateur crétinisé" est un "être libre et irresponsable" socialement.
       
      Cela a été exprimé dans l’interview à travers le concept de sociabilité, dont l’oubli est donné comme la cause de la décomposition du peuple, décomposition à laquelle le peuple réagit, devant les problèmes politiques posés, d’une manière populiste. C’est d’ailleurs la définition du populisme que donne l’auteur : une réaction populaire à certains faits politiques.
       
      Pour qu’il y ait une sociabilité partagée, ce qui forme le peuple, il faut quelque chose qui relie les gens entre eux. Or, il a été envisagé crédible de fonder ce lien uniquement sur la transaction commerciale, d’où la réduction des rapports humains au simple échange monétaire ou marchand. Mais c’est évidemment insuffisant.
       
      En effet, l’échange marchand n’est que la fructification d’un rapport culturel préexistant, produit par une forme de sociabilité. L’affadissement des liens culturels se traduit donc nécessairement en atonie économique.

  • 10 votes
    Par Loco (---.---.---.200) 16 juin 2012 23:27
    Loco

    De toutes façons, le rôle d’enquete-débat est d’embrouiller les concepts pour mener au politiquement correct par des portes détournées ...
    Comme BHL (en moins grotesque) il est un marqueur de la pensée lénifiante qui remmène au système.

    • 3 votes
      Par Jean Valjean (---.---.---.230) 17 juin 2012 11:53
      Vla l'Jean

      Bein oui, tare suprême sur Agoravox TV, Jean Robin est Juif et plus précisément "Youpin" selon les termes de l’incommensurable divinité céleste le gourou chauve...

    • 12 votes
      Par Loco (---.---.---.200) 17 juin 2012 12:33
      Loco

      Sincèrement, JeanJean, je ne comprends pas ton obsession !
      Personne ici n’a parlé de Juifs ... personne n’a parlé de Soral ... et la totalité de tes interventions se bornent à traiter tes détracteurs d’antisémites et de soraliens ....
      A mon avis, tu devrais un peu enrichir ton argumentaire ... voir te remettre en question.
      Si on suit ton "raisonnement" : critiquer Jen Robin ou BHL, c’est forcément être un antisémite soralien ? ... ça me parait un peu limite !
      ... ça me fait penser au raisonnement de BHL : on est forcément : soit sioniste, soit antisémite-nazi-révisioniste... (Zut, j’ai critiqué BHL .... je ne puis donc être qu’un ignoble antisémite !!)
      Vive l’intelligence !

    • 3 votes
      Par Jean Valjean (---.---.---.230) 17 juin 2012 15:07
      Vla l'Jean

      " je ne comprends pas ton obsession !
      Personne ici n’a parlé de Juifs ..."
      -
      Alors pourquoi cet avatar ironique qui laisse quand même à penser que la France
      serait territoire occupé par les Juifs ? (idée très largement répandue sur Agoravox)
      -
      Ce n’est pas mon obsession car avant de découvrir Agoravox je trouvais que le terme d’Antisémite était utilisé systématiquement à tord et à travers pour discréditer un adversaire, comme dans l’affaire Siné ou le procès de Daniel Mermet.
      Pour moi l’Antisémitisme c’était du pipeau utilisé par des connards communautaristes et ’est en découvrant Agoravox que j’ai compris qu’il existait effectivement de vrais antisémites, ce que je ne soupçonnais absolument pas jusqu’alors.

    • 11 votes
      Par Loco (---.---.---.200) 17 juin 2012 16:07
      Loco

      Bien que mon cas personnel n’interesse personne, je suis "ethniquement" juif (de mère juive, si tu préfères), je ne suis pourtant ni religieux ni sioniste ... et ton interprétation de mon avatar n’engage que toi .
      Par ailleurs, tu es le premier exemple que je croise dont la "lennification" ait augmenté au contact d’agoravox.

    • 2 votes
      Par edzez (---.---.---.247) 18 juin 2012 09:00
      eQzez

      @jean , tel est pris qui croyait prendre !


      tu devrais ouvrir un peu ton esprit , et revoir ton jugement : critiquer le sionisme , ce n’est pas être antisémite .

    • 9 votes
      Par doxas (---.---.---.25) 18 juin 2012 17:57
      doxas

      "Jean jean" ou l’incarnation du jugement bien pensant..
      Le prêt-a-pensé de l’étudiant de gauche qui est pour Obama et les arbres et contre Lepen et l’antisémitisme..

    • 1 vote
      Par Jean Valjean (---.---.---.230) 18 juin 2012 18:51
      Vla l'Jean

      C’est bien tu me connais smiley)

      Mais tu as tout faux !

  • vote
    Par Jean Valjean (---.---.---.230) 18 juin 2012 16:27
    Vla l'Jean

    "critiquer le sionisme , ce n’est pas être antisémite"
    En théorie oui, dans la pratique pas forcément, tout dépends de "l’anti-sioniste" qui s’exprime. Ok pour des gens comme Colon ou Chomsky, mais pour quelqu’un comme Soral (qui a tant de fans ici) son antisémitisme ne fait aucun doutes.
    C’est un peu la même chose du côté de ceux qui critiquent l’Islam pour pouvoir taper tranquillement sur les Arabes (voir du côté du FN dont un membre avait expliqué leur tactique de la laïcité comme prétexte) on a le droit de critiquer l’Islam comme toute religion, mais pour le FNc’est simplement un prétexte pratique.
    Idem pour ceux qui brandissent de l’antisémitisme ou de l’Islamophobie pour un rien pou pour un non, la mauvaise fois se trouve évidemment des deux côtés.

    • vote
      Par edzez (---.---.---.247) 18 juin 2012 17:27
      eQzez

      je suis d’accord avec toi 

    • vote
      Par edzez (---.---.---.247) 18 juin 2012 17:35
      eQzez

      par contre soral , precise bien qu’il parle de l’elite sioniste , pas des juifs en général , si on mesure ses propos en fonction de ça, d’autant plus qu’un sioniste n’est pas forcement juif, le traité d’antisémite , c’est un peu exagéré, je pense.


      Quand il parle aussi des jeunes racailles ou des princes du petroles de moyen orient, il ne généralise pas sur tous les arabes.

    • 9 votes
      Par doxas (---.---.---.25) 18 juin 2012 18:01
      doxas

      Tout cela s’appelle la nuance, le bobo a 2 catégories fourre tout :
      Le facho et l’antisémite.
      Dans ces catégories il range tout ce qui n’est pas en accord avec lui.
      C’est aussi simple que ça.
      Quand il dit "antisémite" faut entendre "pas d’accord"

    • 8 votes
      Par Loco (---.---.---.200) 18 juin 2012 20:12
      Loco

      Tout à fait, doxas !
      Pour aller un peu plus loin, la pensée de notre JeanJean relève du procès d’intention :
      Il ne critique pas les gens pour ce qu’ils disent, écrivent ou font, mais pour ce qu’ils pensent ! ... (ou ce qu’ils sont censés penser selon ton étroite grille d’analyse)
      On se croirait revenus à l’époque de l’inquisition !

      Si quelqu’un tient des propos réellement "antisémites", alors on se joindra à toi pour le critiquer, mais taper sur tout le monde en hurlant à l’antisémitisme parce que tu soupçonnes ces gens là d’avoir une pensée déviante, ce n’est pas faire honneur à ton intelligence !

      Qui es-tu pour supposer que untel est antisémite, ou untel est facho ? ... c’est ridicule, tu n’es pas dans la tête des gens, et pour la plus part de tes contradicteurs, tu n’es pas en mesure d’appréhender leur pensée !

      Si tu t’en tenais un peu plus aux faits concrets, tu te ridiculiserais peut-être un peu moins !

      De la même façon, je ne me suis jamais permis te t’accuser d’être une prostituée payée par le système, alors que touts tes écrits semblent pourtant le démontrer... médite là-dessus !

      Tu dis : "OK pour colon ou Chomsky, mais pas pour Soral" ... Ô grand inquisiteur, pourquoi ne nous donnes tu pas une liste de ceux qui ont le droit de s’exprimer ? ... histoire qu’on s’épargne toutes ces polémiques stériles ! ... Il nous suffira alors d’exécuter ou de déporter tous ceux dont tu auras jugé la pensée comme "non conforme" ... et on sera alors certainement sauvés du fascisme !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès




Pierre Voyance Gratuite
Obtenez votre Voyance avec Nostradamus