• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Incroyables confidences d’un vaccinologue

Incroyables confidences d’un vaccinologue

Pour être un scoop, ça en est un (du moins pour ceux qui ne savaient encore rien sur les vaccins). Le Dr Jean-François Saluzzo, Directeur de Production des vaccins viraux et chef de projet Recherche & Développement pour les vaccins anti-SIDA, anti-dengue et contre le SARS chez Sanofi Pasteur mais également consultant pour l'OMS, a notamment déclaré dans une vidéo sur la fabrication et le contrôle des vaccins qu'ils ne savaient pas comment marchent les vaccins. Ils ne savent pas comment ça fonctionne mais il faut cependant qu'on continue absolument à vacciner sans savoir, dogme et idéologie obligent !!

 

Et cette vidéo, qui fait partie des cours de vaccinologie aux médecins (sic !), comporte bien sûr encore plusieurs autres belles perles que nous tenions à vous faire partager ci-dessous, histoire de ne franchement plus se faire vacciner idiot, comme on dit :

 

 

CIF Vaccinologie 2011- Fabrication et contrôle des vaccins

 

« Quels sont les éléments essentiels du vaccin ? Il y a d’une part les bactéries qui vont servir à produire les vaccins ; il y a aussi les virus, et un point important pour tout ce qui est en particulier les virus, ce sont des cellules eucaryotes, c’est-à-dire que les vaccins sont produits sur des cellules.

 

Tout ceci dans le cas des vaccins viraux. Il faut bien comprendre qu’il s’agit du vivant et tout ce qui va servir à cultiver un virus peut-être source de danger.

 

 Quand vous utilisez par exemple des sérums de veau, et bien vous devez être sûrs que le sérum de veau n’apporte pas un virus de la BSE dans les vaccins (BSE= encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la vache folle), car c’est du vivant ; vous allez l’incorporer dans votre vaccin et vous risquez de l’avoir au final…

 

Au cours de toute cette activité de production vivante, à tout moment il y a un risque d’introduction d’agent contaminant dans le vaccin par l’intermédiaire des techniciens…

 

Le risque potentiel qu’il y ait un problème au niveau d’un vaccin, ce n’est pas les effets secondaires ; ça, on connaît les effets secondaires, mais c’est l’accident bête qui serait l’introduction d’un virus à l’intérieur du vaccin final. – Nous avons eu dans les années ’60 un drame qui s’est produit, c’est-à-dire que des cellules de reins de singes étaient contaminées par un virus qui s’appelait le SV40 qui est un virus tumorigène, et on a découvert que ce virus contaminait les vaccins, et notamment les virus utilisés chez les enfants. 60 millions d’Américains ont reçu ce vaccin tumorigène. Par chance, il s’est avéré qu’il n’était pas adapté à l’homme, mais ça a été une grande crainte…ça s’est reproduit, ça se reproduira !  »

 

« Dans le cas des virus aviaires, il y a eu le problème avec la fièvre jaune qui était contaminé avec un virus de leucose aviaire ; ça a été également un drame. Par chance encore une fois, 400 millions de personnes ont reçu ce virus de la leucose aviaire vivant qui s’est multiplié chez l’homme, mais par chance, il n’était pas pathogène.

 

[…] « les cellules hétéroploïdes ont constitué une étape essentielle, mais posent encore énormément de questions. C’est une réflexion qu’il faut avoir. Par exemple la cellule MDCK pourrait être utilisée pour la production du vaccin contre la grippe ; c’est un excellent support de production du virus contre la grippe, mais elle est tumorigène et le grand débat philosophique qu’il y a : peut-on utiliser une cellule tumorigène pour faire un vaccin destiné à des enfants ? C’est vous dire qu’au niveau des autorités c’est une énorme discussion et pour les industries aussi. Certains disent que les quantités d’informations génétiques, c’est-à-dire d’ADN sont extrêmement faibles et qu’il n’y a aucun risque ; certains disent « oui, mais attention », on vaccine des enfants de 1 an à 5 ans et… dans 50 ans, qu’est-ce qui va se passer ? Donc, avant d’accepter une cellule comme ça, le débat est très ouvert. C’est actuellement ce qui se passe aux Etats-Unis avec le vaccin de la grippe produit sur MDCK par la société Novartis. Le débat, je peux vous dire, au niveau de la FDA reste très élevé parce que c’est moralement un problème très important. Que vous vacciniez une personne de 75 ans, le risque est très faible, mais quand vous vaccinez des enfants, vous vous posez aussi des questions sur le long terme. »

 

(En riant) : « Je ne veux pas dire qu’avec le vaccin il faut éliminer les personnes de plus de 75 ans. »

 

« En 1955, le premier vaccin a été mis au point par Jonas Salk, premier vaccin produit sur des cellules de reins de singe. Malheureusement il y a eu un drame qui s’est produit quelque temps après : un vaccin produit par les laboratoires Cutter était mal inactivé et il y a eu plus de 270 enfants qui ont contracté la polio et plusieurs sont décédés. »

 

En ce qui concerne les vaccins mal inactivés

 

« Pour le vaccin contre la rage ; c’est arrivé au Brésil où il y a eu plusieurs dizaines de personnes qui sont mortes de rage.

 

Concernant la fièvre jaune

 

« Pendant la guerre, l’armée américaine avait décidé de vacciner tous ses soldats qui partaient, ainsi que les anglais. Donc, on a vacciné et malheureusement, il y a eu une dramatique épidémie d’hépatite B. Il y a eu 28.000 cas d’hépatite B suite à la vaccination contre la fièvre jaune. Parmi les vaccinés, il y en a eu un qui était très fameux : Churchill qui a été vacciné avec un vaccin contre la fièvre jaune contaminé par l’hépatite B. »

 

« Il n’y a pas de solution miracle pour produire un vaccin ; on ne sait pas vraiment comment.  »

 

« Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins, c’est qu’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce que quand un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin, si bien que de nos jours quand un nouveau virus apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché et est-ce qu’on peut s’inspirer d’autres vaccins ? Je pense que si on veut faire des progrès dans l’avenir dans le domaine de la vaccinologie et des vaccins nouveaux, c’est d’étudier d’abord la réponse immunitaire.  »

 

« …Jamais on n’a pu faire un vaccin avec une protection mucosale…tout simplement parce qu’on met toujours la charrue avant les bœufsOn ne connaît pas comment marchent les vaccins. »

 

Tags : Vaccins Santé Industrie pharmaceutique


Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 5 votes
    BlackMatter 27 février 2013 21:14

    Bof...

    Le mec rappelle qu’un vaccin est un produit vivant et qu’il faut bien faire attention lors de sa production pour éviter toute contamination... Je ne vois pas en quoi c’est incroyable...

    Ensuite, si on ne connait pas tous les mécanismes d’action des vaccins (mais on en connait les principaux éléments), les résultats empiriques montrent que les vaccins sont efficaces et ont sauvé des millions de vie. Et puis on a pas attendu de comprendre la physique quantique pour inventer l’ampoule électrique.

     

    Non, ce qui est incroyable, c’est l’absence complète d’informations utiles dans cet article.


    • 21 votes
      Pyrathome Pyrathome 27 février 2013 21:36

      Vous êtes sûrement un troll de big pharma à n’en point douter.....


    • 15 votes
      gregoslurbain gregoslurbain 27 février 2013 22:15

       Yep, ce blackmatterl a déjà trollé ma dernière vidéo avec ce com’ inoubliable :
      " On oublie dans cette vidéo, la question la plus importante : le coca-cola, c’est avec ou sans cheval ? "
       C’est le genre de mec qu’a du temps mais qui est vraiment blasé de la vie des choses compliquées...


    • 5 votes
      bergerlotois 28 février 2013 08:05

      Moi, ce qui me choque le plus, c’est sa vision du risque.

      Pour lui, un vaccin contaminé peut tuer l’industriel producteur ; mais pas un mot sur les gens qui risquent de crever.

       

      de la bonne médecine bien deshumanisée...


      • 5 votes
        soumayahastalavictoria soumayahastalavictoria 28 février 2013 08:38

        Merci pour le partage qui vient alimenter mon dossier" vaccins". Malheureusement, les gens ne réfléchissent plus sur ce qu’ils entendent ou peut-être n’écoutent-ils pas ? En tout cas, les vaccins sont faits non pour protéger mais pour induire des maladies à plus ou moins long terme... J’en suis convaincue... Ca fait partie du plan des élites pour l"éradication d’une partie de l’humanité...


        • 3 votes
          Romios Romios 28 février 2013 09:23

          Rappelons l’enquête publiée pas le magazine Rolling Stone de 1993 qui défendait la thèse selon laquelle que le Sida a vraissemblablement été introduit ches l’homme par la vaccination anti-polio au Congo entre 1957 et 1960.


          Le vaccin oral. OPV ayant été cultivé sur des cellules de foie de Chimpanzé local au lieu de singes Resus de Madagascar, rares er chers.

          les pathologies du chimpanzé n’etaient pas documentées, et ils sont porteur d’une version simiesque du VIH, le VIS.


          • vote
            borowic borowic 28 février 2013 11:45

            Je voudrais qu’on m’explique pourquoi n avons nous toujours pas trouvé de vaccin contre le virus du SIDA.

            Compte tenu des moyens considérables mis en branle, je crois que c est la première fois dans l Histoire que la médecine est mise en échec a ce point. Cela me rend perplexe.
            Ce que je ne comprends pas aussi c est qu’on nous dit que le virus du SIDA est différent des autres ce qui explique la difficulté a trouver un virus. Or je ne crois pas me tromper en disant que dans la Nature il n existe pas d être vivant unique a une même espèce.
            L’unicite du Sida me rend perplexe.



            • vote
              Turmenic Turmenic 1er mars 2013 08:47

              Le Dr Gernez l’explique, le pourquoi de la chimere du vaccin contre le sida.
              "Premiere fois dans l’histoire de la medecine..." bien presomptieux.


            • 2 votes
              Lucadeparis Lucadeparis 3 mars 2013 15:33

              Effectivement, il n’y a pas unicité du sida : il s’agit de syndromes différents qu’on a voulu unifier sous une causalité virale qui est celle que veut l’industrie pharmaceutique, car elle exonère les causes pharmaceutiques et chimiques (l’industrie pharmaceutique faisant partie de l’industrie chimique), et recycle les chercheurs qui se sont cassé les dents sur les causes virales aux cancers (Robet Gallo, Luc Montagnier), voie surfinancée dans les années 1970 pour la même raison.
              Par exemple, entre des hémophiles qui subissaient de multiples transfusions avec un sang avec "99 % d’impuretés" (Luc Montagnier, Des VIrus et des hommes, Odile Jacob, 1994, p. 236) et développaient des hépatites, et des hommes homosexuels intoxiqués aux poppers qu’ils inhalaient et étaient atteints de sarcomes de Kaposi sur leurs voies respiratoires, il n’y a pas l’unicité qu’aurait une maladie.
              Après on a utilisé des tests attrape-tout (avec une liste de 70 cas de faux-positifs) qui ne testent pas du tout la présence de virus, mais d’anticorps qui ne sont pas spécifiques au virus prétendu. On a aussi éludé les rétrovirus endogènes, qui se développent spontanément chez une personne malade.
              Voici des références pour bien s’informer :
              - le site $idasanté : http://www.sidasante.com/
              - le film documentaire Sida : le doute, de Djamel Tahi, difusé sur Arte en 1996 ;;
              - le film documentaire The House of numbers, de Brent Leung en 2009 ;
              - le livre Les 10 plus gros mensonges sur le sida, d’Étienne de Harven et Jean-Claude Roussez en 2005 (éditions Dangles).


              • 1 vote
                henocconeh henocconeh 25 mars 2013 03:00

                je rajouterai ce documentaire à voir dans son intégralité ( 10 vidéos de 10 min)

                http://www.youtube.com/watch?v=7zQ6nUUnU_o

                pour les fainéants, même les spécialistes ne sont plus d’accord, un histoire de gros sous, les tests considérés comme positifs dans un pays et pas dans un autre, les doutes entre VIH et le Sida, les médocs qui tuent plus que la maladie, bref à voir pour se faire un idée.

                ps : j’ai lu dans le journal du siècle qu’on nous prépare un vaccin contre le Sida d’ici 2015, nous sommes sauvés, quel bonheur !

                http://lejournaldusiecle.com/2013/03/09/du-venin-dabeille-pour-detruire-le-virus-du-sida/

                allez les lobbies pharmaceutiques encore deux ans à ternir avant de nous en coller un de plus...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès