• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Aldous Huxley : réflexions sur la démocratie, la surpopulation, la (...)

Aldous Huxley : réflexions sur la démocratie, la surpopulation, la télévision

Aldous Huxley (1894-1963) est un écrivain britannique dont l’ouvrage le plus célèbre est le roman d’anticipation dystopique Le Meilleur des mondes (Brave New World), paru en 1932.

 

Dans cette interview du 18 mai 1958, Huxley évoque les menaces qui pèsent sur la liberté des citoyens américains, la surpopulation, la bureaucratie, la propagande, les drogues, la publicité, la télévision, et affirme redouter que le « Meilleur des mondes » soit à nos portes.

 

Tags : Etats-Unis Publicité Télévision Démocratie Drogues Médicaments




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • 9 votes
    Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 15:43

    Ce n’était pas vraiment un visionnaire au sens poétique du terme, mais un homme averti dont le frère appartenait à la mouvance des sociétés secrètes et fut le premier Dirigeant de l’Unesco.




  • 5 votes
    Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 16:24

    Détends toi Fatale, je ne suis pas ton ennemi. Tu clames le sens visionnaire d’Aldous tandis que je me contente de rappeler qu’il était bien placé pour connaître les idées mortifères de la supra-élite Anglo-Saxonne. En ce sens, la qualité de visionnaire que vous lui attribuer est inappropriée.


    P.S. : je t’ai répondu la dernière fois 

  • 2 votes
    Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 16:25

    erratum : attribuez (Tu as éternué, j’ai toussé) 


  • 1 vote
    Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 16:29

    erratum : attribuez (tu as éternué, j’ai toussé)


  • vote
    Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 17:03

    Une solution existe. On en reparlera bientôt. C’est promis.


  • 6 votes
    david58 17 janvier 2013 14:57

    Il est visionnaire pour la raison qu’il faisait parti des élites et il connaissait leur plans.


    • 4 votes
      Lord Volde lord volde 17 janvier 2013 15:52

      Tu as écouté ou lu Pierre Hillard toua.


    • 2 votes
      Captain Captain 17 janvier 2013 17:15

      Merci Octavio


      • 5 votes
        Romios Romios 17 janvier 2013 17:28
        ’’Le meilleur des mondes’’ est une caricature critique des utopies mondialistes de H. G. Wells (Men like gods, A modern Utopia...) 

        Wells publiera vers 1939 ’’New World Order’’ qui est l’agenda de la mise en place d’un gouvernement mondial.

        Dans New World Order il écorche au passage Aldous Huxley en des termes assez meprisants.

        Il ecrit qu’au moment où le coup d’etat mondialiste sera en marche, le citoyen occidental s’y opposera : ’’ il se référera sans doute à cette Bible pour impotent bien éduqué, je veux parler du Meilleur des Mondes de Huxley, et vous implorera de le lire. Balayez donc d’un revers de main cette fantaisie désagréable et continuez à faire pression sur lui..."


        Faire pression... la méthode est déjà claire.

        Wells y explique aussi qu’il faut se méfier de la démocratie, qu’il faut imposer une monnaie et un marché unique, sans quoi les efforts pour creer une ’union mondiale’ sont voués à l’echec (il fait reference a l’Union Now publié par Clarence Streit (le princial idéologue de l’Otan)




        • 2 votes
          Romios Romios 17 janvier 2013 17:32

          pour ceux que ça interesse ce blog est très complet :




        • 1 vote
          Romios Romios 17 janvier 2013 17:38

          pour ceux qui lisent l’anglais voici le texte intégral du New World Order de H. G. Wells :




        • 1 vote
          laertes 17 janvier 2013 20:50

          @Romios : désolé mais je pense que vous n’avez pas compris "le meilleur des mondes" !!
          Le sujet du livre n’est pas l’utopie génétique et cognitiviste.............ce serait trop simple !!
          Ce livre, visionnaire comme son auteur parle de l’inadéquation entre la nature humaine et les progrès de la science (quelqu’ils soient) ..l’utopie de Huxley n’est qu’une construction imaginaire d’un possible (définition même de l’utopie)... C’est pour cette raison qu’à juste titre Huxley ds cet interview mentionne Jefferson, l’homme des lumières par excellence...
          Qu’est-ce qu’être un homme dans une société dominée par les progrès de la science..........
          Relisez ce chef d’oeuvre qu’est "le meilleur des mondes".
          H.G. Wells, au contraire d’Huxley est un utopiste qui élabore des utopies toujours différentes les unes des autres et passionnantes mais ses livres n’abordent pas comme 1984 ou "brave new world" l’impact psychologique et philosophique de ces utopies sur les hommes !!


        • 2 votes
          laertes 17 janvier 2013 21:00

          Si vous relisez ce livre, vous constaterez qu’Huxley ne porte absoluement aucun jugement critique sur l’utopie qu’il élabore, son utopie n’est qu’un argument superficiel pour traiter un autre sujet plus fondamental : la science dans son évolution possible ne risque t-’elle pas d’entrer en conflit léthal avec la nature profonde de l’homme... (ch : ds l’interview, Huxley parle à juste titre de la créativité comme inhérente à l’homme........cette fameuse créativité qui peut le libérer ou le faire souffrir cf : usage de l’atome, de la télévision, de la publicité etc...)
          Cet homme était vraiment un génie visionnaire.
          HG Wells est plus un aventurier de l’utopie..................... !!


        • 2 votes
          laertes 17 janvier 2013 21:16

          @Romios : vous dites aussi en citant Wells ds a new world order : l ecrit qu’au moment où le coup d’etat mondialiste sera en marche, le citoyen occidental s’y opposera : ’’ il se référera sans doute à cette Bible pour impotent bien éduqué, je veux parler du Meilleur des Mondes de Huxley, et vous implorera de le lire. Balayez donc d’un revers de main cette fantaisie désagréable et continuez à faire pression sur lui..." Je ne peux pas imaginer un seul instant que Wells puisse penser sincèrement cela du livre d’Huxley..car ce serait indiquer qu’il n’a rien compris au sujet du livre. Je pense que Wells a des motivations plus secrètes et plus inavouables pour discréditer le livre d’Huxley !! A moins que ce soit le sujet de l’’ utopie du livre à savoir discréditer une oeuvre majeure qui éclaire les hommes afin d’assurer une complète domination...ce qui , cher Romios serait dans ce cas un hommage rendu à Huxley !!


        • 1 vote
          Romios Romios 18 janvier 2013 09:31

          Visiblement je n’ai pas compris Huxley, Wells n’a pas compris Huxley...


          Si vous le dites.

          Wells n’a pas écrit que des romans. New World Order n’est pas une fiction, c’est un essai politique et ça été reçu comme ça par le milieu politique américain.

          Je crois que vous n’avez pas vraiment lu Wells et que vous avez une vision superficielle du débat intellectuelle qui a précédé les institution mondialistes comme la SDN.



        • 3 votes
          laertes 18 janvier 2013 15:24

          @Romios : "Wells n’a pas écrit que des romans. New World Order n’est pas une fiction, c’est un essai politique et ça été reçu comme ça par le milieu politique américain." Je suis désolé mais New world order est certes un essai mais qui contient une fiction à savoir l’organisation du monde après la guerre..ce qui est une utopie puisque c’est une projection dans le futur.
          Oui, vous n’avez pas compris Huxley et votre commentaire qui ne tient pas compte de mes arguments le montre !
          "Je crois que vous n’avez pas vraiment lu Wells et que vous avez une vision superficielle du débat intellectuelle qui a précédé les institution mondialistes comme la SDN."
          * Si j’ai lu Wells ..surtout ses romans et nouvelles d’anticipation pour lesquells il est connu ! De plus je ne vois pas ce que le débat intellectuel précédent la guerre a à voir avec le sens profond du meilleur des mondes que je vous ai exposé ! relisez le livre !!



        • 1 vote
          rastapopulo rastapopulo 18 janvier 2013 17:20

          Voir comme positif le malthusianisme qui sert à l’empire britannique depuis 200 ans pour dominer... C’est vrai que les décroissants font vraiment du mal aux méchants capitalistes en reprenant leur philosophie typé World Wide Funds ;) C’est tellement énorme comme erreur que je tire mon chapeau à l’oligarchie sur celle là. Mais attend, il y a une critique de l’éugénisme, autre mamelle de l’empire britannique, chez Huxley ! Vraiment ? Son frère (Julian Huxley je pense) est président de la Socité Eugéniste pendant 10 ans (comme Lord Keynes au passage). Il y aurait pas comme une simple critique dans la manière alors que dans le fond toute l’élite anglosaxonne était pour à l’époque ? Mais si vous détester déjà l’industrie comme ils vous l’ont intimé, cette historie de malthusianisme et d’éugénisme brittanique ne sont que des sornette d’industrielles ;) C’est juste des faits historiques doublés du systême actuelle.



        • vote
          Romios Romios 18 janvier 2013 17:39

          Vous n’avez manifestement pas lu New World Order et vous ne comprenez pas le sens du mot fiction dans le vocabulaire de l’édition.


          La fiction est un genre littéraire qui inclue le roman, les nouvelles etc.

          NWO de Wells est un essais politique. Ke fait qu’il y fasse des spéculations sur l ?venir n’en fai tpas une oeuvre de fiction.

          En pratique c’est un analyse critique du livre de Clarence Streit et c’est clairement dit dans le texte.



        • 1 vote
          laertes 18 janvier 2013 18:26

          @Romios : "La fiction est un genre littéraire qui inclue le roman, les nouvelles etc." NON !, la Fiction n’est pas seulement un genre littéraire. Vous devriez relire une définition complète du mot et de ses MULTIPLES usages !! La fiction est un genre littéraire mais le mot peut aussi être utilisé quand on parle de spéculation inventive !! Ce qui est le cas de l’essai de Wells !!
          Il y a toutes sortes d’essais politiques : ceux qui analysent les faits tels qu’ils sont et ceux qui traitent des faits possibles à venir (cas de NWO) qui peuvent être assimilés à de l’invention, de la spéculation, de la fiction !!
          "En pratique c’est un analyse critique du livre de Clarence Streit et c’est clairement dit dans le texte." Le fait que ce soit une analyse critique du livre de Clarence machin n’a rien à voir avec notre discussion dont le sujet était la critique du livre d’Huxley par Wells !
          Et vous n’avez pas de chance car j’ai lu New World Order !! Je suis un fan d’H.G. Wells !! Et ce livre est bien un essai sur ce qu’il pense être un nouvel ordre mondial idéal . Je cite "
          Our attempt to forecast the coming World Order is framed then in an immense and increasing spectacle of constructive activity. We can anticipate (c’est moi qui souligne) a rapid transfiguration of the face of the earth as its population is distributed and re-distributed in accordance with the shifting requirements of economic production"
          Si ce n’est pas de l’anticipation, qu’est ce que c’est  ? 


        • 1 vote
          laertes 18 janvier 2013 18:35

          @Romios : une autre citation pour votre instruction : "These are some fragmentary intimations of the quality of that wider life a new world order can open to mankind. I will not speculate further about them because I would not have it said that this book is Utopian or "Imaginative" or anything of that sort." LOL !!
          Wells a beau s’en défendre il s’est déjà exposé au fait que son livre était utopique !!


        • vote
          laertes 18 janvier 2013 18:46

          Je concluerai en disant que cet essai n’est absolument pas un simple essai politique (analyse du présent) dans sa conclusion (sa finalité) mais l’exposition d’un nouvel ordre idéal (utopique) à venir après la guerre ! C’est bien donc une utopie...sauf qu’elle se projette dans un futur rapproché... et non dans un futur lointain. La frontière entre utopie, fiction, prophétie est très ténue........... D’ailleurs qd on lit de près son livre, plein de choses ne se sont pas réalisées........c’est normal puisqu’elles sont fictives, imaginaires !!


        • vote
          Romios Romios 18 janvier 2013 20:00

          bien alors je vais tâcher de dire les choes avec precision.


          J’utilise le terme fiction au sens de genre littéraire : allez voir dans une bibliotheque, à fiction vous ne trouverez aucun livre de prospective politique.

          Donc je disais New World Order n’est pas une oeuvre de fiction, contrairement à la guerre des mondes ou la machine à voyager dans le temps.

          L’essence meme de la politique est d’anticiper l’avenir. Il n’est donc pas etonnant de trouver des projection et des spéculation dans ce livre qui est un essais politique.

          Ce débat est un peu sterile donc je l’arretes.

          Ce qui est interessant c’est le constater qu’entre 1909 et 1940, il y avait un debat dans les millieux intellectuels anglosaxons qui a fondé les bases de l’etablissement de l’agenda d’un gouvenement mondial.

          Que ce debat, il n’a pas eu lieu en Europe et que nos intellectuels feignent de ne jamais en avoir entendu parler.




        • vote
          laertes 18 janvier 2013 20:31

          Je suis d’accord avec vous que la fiction stricto sensu est un genre littéraire..... Il n’en demeure pas moins selon moi que si on comparait "NWO" avec "darkness at noon" , NWO serait rangé ds les essais ds une bibliothèque et le deuxième dans "romans, fiction" alors qu’intrinsèquement "le zéro et l’infini" est plus ancré ds la réalité que NWO !
          Vous dites que l’essence de la politique est d’anticiper l’avenir : oui et c’est pour cela que la véritable politique doit être une utopie. Personnellement je trouve que brave new world est un livre politique et philosophique qui reflète les idéaux politiques de son auteur (eugénisme, lumières, liberté, créativité, contrôle du développement de la science etc)............ La science fiction a toujours un lien plus ou moins lâche avec la politique et réciproquement.
          Quant aux débats qui ont eu lieu ds les pays anglo saxons à cette période, s’ils sont passionnants on peut constater qu’en fait ils sont restés en nature de la pure fiction , comme l’histoire nous le démontre trop cruellement !


        • 2 votes
          Christoff_M Christoff_M 18 janvier 2013 00:05

          Pour ceux que cela intéresse lire aussi Ravages de Barjavel...

          Et aussi " Un bonheur insoutenable" d’Ira Levin ou des ligues de "vertus" pourchassent les gens qui osent afficher leur amour ou leur sexualité, sentiment qui créée un malaise chez la majorité des citoyens qui ne sont plus que dans des liaisons de façade, et tous à fond dans leur travail, la productivité, des groupes de sport ou de soi disant lutte...

          Cela ne vous rappelle rien ??!! comment embrigader et occuper des gens avec des luttes inutiles, des groupes sponsorisé par le pouvoir, et neutraliser tout plaisir lié au sexe pour fruster les gens et les rendre plus productifs !!!

          Cela ne vous rappelle tjrs rien, ceux qui continuent à avoir une sexualité hors normes sont arrêtés par une espèce de police de la pensée, et dénoncés par les jaloux et les frustrés qui eux suivent le troupeau et se lèvent tôt pour faire de la gymnastique en groupe ou arriver en avance au travail !!!

          A l’opposé d’ Huxley ou on bourre les gens de drogues et d’euphorisants pour leur faire croire que leur vie est merveilleuse, plus une sorte de viagra pour multiplier l’acte sexuel qui devient juste un geste de consommation, exercice physique dénué de plaisir cérébral !!!
          Certains brutus se vantent ds les vestiaires de leurs clubs de loisirs de se farcir un nombre impressionnant de nanas allumées par l’alcool et les euphorisants au grand dam du héros qui est intelligent, sensible, et différent du troupeau qui l’entoure....

          Cela ne vous rappelle toujours rien, certains vestiaires de clubs ou de salles de sport dans les grandes villes, ou le brutus sculptural avec petit pois au cerveau devient un modèle de forme et d’efficacité, modèle vendu par la société de consommation actuelle, qui vous conseille un petit lifting pour pouvoir paraitre toujours plus... plus plus ds la façade et moins moins dans la réflexion ou l’intériorité, Huxley avait perçu tout cela et le début de notre société avec Dieu remplacé par Ford et ses chaines de production de masse, c’est la que commence notre monde actuel.... la matière et la quantité domine l’esprit et l’individu se résume à une fonction utile, quitte à se doper pour continuer à faire un boulot de moins en moins faisable lorsque l’on veut franchir les échelons de la réussite sociale...


          • vote
            laertes 18 janvier 2013 16:17

            bonjour Christoff : Je ne pense pas que le meilleur des mondes parle de cela.... ce serait plutôt un des aspects de 1984 d’Orwell. Dans le meilleur des mondes, il n’y a pas de luttes de classe entre les gens puisqu’ils sont conditionnés dès l’embryon à faire ce qu’ils sont destinés à faire pour l’équilibre de la société. Justement cette société utopique a été conçue pour éviter toute forme de surveillance...........toute lutte, agressivité, souffrance, attachement (physique et psychique) est éradiquée ! Les gens ne peuvent pas être autrement que ce qu’ils ont été conditionnés à être (des penseurs, des éxécutants, des policiers etc...) sans les luttes extérieures et intérieurs (conflits). Elle s’oppose à la société ancienne exposée dans le livre fondée sur la lutte, la parentalité, l’expérience poétique, la souffrance, la recherche de l’absolu dans le divin etc..... Ce n’est donc pas ce que Wells décrit comme une "fantaisie désagréable" dans New world order (fiction ? ou essai anticipateur ?) mais bien une réflexion profonde sur les rapports qu’entretient l’essence de l’humanité et ses progrès de développement par le biais de la science ! Un livre magistral !!


          • vote
            laertes 18 janvier 2013 16:31

            Le livre de Wells qui s’approcherait le plus du "meilleur des mondes" est selon moi son meilleur à savoir "la machine à explorer le temps". Quelle idée géniale ! Mais, au contraire du livre de Huxley, le livre reste dans un imaginaire de conte (ce qui est excitant) qui n’a rien à voir avec une réflexion approfondie sur le sens de la lutte des deux sociétés qui s’affrontent (Elois et Morlocks). C’est ce qu’on peu appeler en anglais une "fantasy"............. un voyage imaginaire extraordinaire. Wells reste dans la droite ligne des auteurs anglais comme Shelley ou Lewis Caroll avec l’héritage de Jules Verne, l’invention en plus ! Mais il n’a pas la profondeur philosophique humaniste héritée des lumières d’un Huxley !!


            • vote
              laertes 18 janvier 2013 17:04

              @Romios : je terminerai en disant que je soupçonne Wells de n’avoir pas choisi le titre de son essai utopique par hasard (New world order........................................ Brave new worl).........
              Ceci est renforcé par la mention du livre de Huxley... De plus cher Romios je ne suis pas sûr que quand Wells parle de "fantaisie désagréable" il fasse référence au livre d’Huxley mais plus à ceux qui l’utilisent... quand au qualificatif "bible pour impotent éduqué" elle est très ambigüe et à vrai dire ne signifie pas grand chose..........................ou alors (ce qui n’est pas sûr) une jalousie qui ne peut , faute d’arguments, s’exprimer que sur le mode du cliché ambigu !!!


              • vote
                mac1 18 janvier 2013 17:10

                "...par le moyen de méthodes toujours ‘plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques - élections, parlements, hautes cours de justice - demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu’ils étaient au bon vieux temps, la démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiodiffusées et de tous les éditoriaux - mais une démocratie, une liberté au sens strictement pickwickien du terme. Entre-temps, l’oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera..." Aldous Huxley "le retour au meilleurs des mondes"


                Ca ne ressemble pas un peu à la façon dont se construit l’Europe et à la mondialisation qui l’accompagne ?




                • vote
                  laertes 18 janvier 2013 17:34

                  @mac 1 : le retour du meilleur des mondes est plus un essai utopique dans la veine de New world Order de Wells qu’une réflexion philosophique sur les rapports de la science et de l’humanité exposée dans brave new world............ C’est marrant mais j’ai l’impression qu’Huxley revisite son roman d’une manière qui n’est pas au niveau de l’implication du roman.......... Mais ne dit-on pas que l’oeuvre échappe à son auteur !!! Ce qui constitue l’essence même de l’humanité !!
                  C’est en tout cas mon avis ... Car ds Brave New Word le lecteur ne sait ABSOLUEMENT pas lequel des deux mondes est le meilleur !!!!


                  • vote
                    mac1 20 janvier 2013 09:49

                    "ds Brave New Word le lecteur ne sait ABSOLUEMENT pas lequel des deux mondes est le meilleur !!!!"


                    Mon commentaire laissait penser que les "architectes" de l’Europe avaient, eux, probablement choisi lequel des deux mondes était le meilleur...
                    Référendum de 2005 plus ou moins bafoué, des dirigeants non-élus, placés au pouvoir par la Toïka, une commission non-élue mais assez omnipotente, un lobbying surpuissant et une presse possédée, en grande majorité par les élites financières, mais mais mais le mot démocratie employé à tout bout de champs pour justifier le reste...tout y est ou presque...

                     

                  • 5 votes
                    Jade Jade 18 janvier 2013 22:03

                    "Le meilleur des mondes" est un très bon livre (je l’ai préféré à "1984" d’orwell), mais pour moi, la référence ultime, ça reste jack London et son talon de fer.


                    Ce livre de 1908 nous montre la prise du pouvoir par une oligarchie americaine (un petit nombre de grosses fortunes dont un certain rockfeller....) et l’établissement au niveau mondial d’un nouveau régime ( que les historiens baptiseront par la suite "talon de fer"). Médias, politiques, religieux et justice aux ordres, prisonniers politiques enfermés dans une prison à cuba, crise financière provoquée par l’oligarchie pour pouvoir laminer la classe moyenne, faux attentat commis par le camp républicain pour prendre le pouvoir.... tout y est, ou presque.
                    On y assiste même à une révolution en octobre 1917 (mais à chicago) et à un simili-pearl harbor à hawai, prélude à une guerre mondiale souhaitée par les oligarques.

                    Le livre est libre de droit et trouvable sur le net facilement, et je suis très surpris qu’il ne soit pas plus populaire que ça. La plupart des gens ne connaissent de Jack london que Croc-Blanc (merci Disney), et ignorent tout de ses autres livres plus politiques.

                    Pour finir, je vous conseille aussi "une invasion sans précédent" du même auteur, avec avec la montée en puissance de la chine en asie et l’affrontement (inévitable d’après london) de cette dernière avec l’occident. La conclusion de la nouvelle laisse songeur...

                    • 1 vote
                      laertes 20 janvier 2013 16:48

                      @jade
                      J’ai téléchargé ce livre en epub...et je vais m’empresser de le lire...Merci !
                      Je sais que London est plutôt un pessimiste de nature.....


                    • 1 vote
                      laertes 20 janvier 2013 16:52

                      personnellement j’ai préféré 1984 à brave new world...... Dans 1984, il y a une tension....permanente dans le récit. c’est non seulemen,t un livre d’anticipation (manipulation des émotions humaines) mais aussi un incroyable thriller. Dans la même veine : "le zéro et l’infini" d’Arthur Koestler qui lui ressemble beaucoup même si ce n’est pas de l’anticipation........... La fin des deux livres est...explosive avec de la poésie en plus chez Koestler !!!


                    • vote
                      Jade Jade 21 janvier 2013 13:28


                      Je trouve "1984" un peu moins "visionnaire" que les autres, sachant qu’il a été écrit en 1948, donc juste après les horreurs de la 2e guerre mondiale et du stalinisme. 
                      "Le meilleurs des mondes" est plus une critique de la société de spectacle et de consommation (qui en était à ses balbutiements dans les années 20-30).

                      Je ne connaissais pas "le zéro et l’infini", merci de me le faire connaitre. Dans la même veine, on m’a aussi parlé d’ "un bonheur insoutenable" d’ira levin (pas encore lu).

                      Bonne lecture à toi.

                    • vote
                      schwitters3 schwitters3 19 janvier 2013 19:13

                      L’éducation en numéro 1 ! Toujours valable...Quelle intégrité, Huxley, il n’invente rien, il décrit avec justesse et mesure.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Octavio

Octavio
Voir ses articles







Palmarès