• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Comment devient-on un "mouton" ?

Comment devient-on un "mouton" ?

Allégorie de l’ascenseur - marketing social - le conformisme

 

Dr. Andrew Moulden nous montre le test de l’ascenseur.

Bienvenue dans l’esprit d’un mouton !

Lorsque nous réfléchissons dans notre coin, le comportement de nos dirigeants ou de certains groupes peut sembler irrationnel voir stupide. Les décisions prises paraissent aussi dépourvues de bon sens, contraire à l’intérêt commun ou simplement purement égoïstes. Et si la réponse était en partie dans la psychologie des foules ?

Comment un homme est-il capable de mobiliser des hommes pour les envoyer à la guerre ? Comment peut-il se faire élire alors qu’il utilise des arguments creux ? Comment le premier abruti venu peut convaincre les autres qu’il faut l’écouter et être suivi ?

Si vous ne comprenez pas pourquoi nos hommes politiques n’ont pas anticipé le papy boom et modifié le système de retraite pour qu’il dure ou pourquoi ils sont incapables de produire un budget à l’équilibre, je suis convaincu qu’une partie de la réponse est ici. Si vous ne comprenez pas pourquoi le CAC 40 est de nouveau à 4000 points alors qu’aucun problème n’est résolu et que l’endettement des états a explosé même réponse. Si vous cherchez à comprendre pourquoi vous vous trouvez ridicule d’avoir suivi sans relâche les aventures des back street boys (ou de leurs homologues), idem. Vous cherchez une bonne raison à la bulle immobilière ? Bingo !

Internet ne fait que démultiplier le phénomène : des milliers de communautés se créent en ligne autour de personnes capables de mobiliser une foule. Si vous cherchez une formation en 20 minutes au marketing, voici la psychologie des foules.

Cela vaut le coup de lecture : nous sommes tous amenés à faire partie d’une foule.

Sources :
Extrait de l’entrevue avec le Dr. moulden.

 

L’experience de Asch

 

L’expérience d’Asch, publiée en 1951, est une expérience du psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d’un individu au sein d’un groupe.
Solomon Asch invita un groupe d’étudiants de 17 à 25 ans à participer à un prétendu test de vision. Tous les participants étaient complices avec l’expérimentateur, sauf un. L’expérience avait pour objet d’observer comment cet étudiant (le sujet) allait réagir au comportement des autres.

Les complices et le sujet furent assis dans une pièce et on leur demanda de juger la longueur de plusieurs lignes tracées sur une série d’affiches. À chaque fois, il fallait qu’ils désignent laquelle était la plus courte, lesquelles étaient de même longueur, etc. Au début, les complices donnent à l’unanimité la même fausse réponse avant de laisser le sujet répondre en dernier.

Tandis que la plupart des sujets répondirent correctement, beaucoup furent assez perturbés, et un grand nombre (33 %) finissait par se conformer aux mauvaises réponses soutenues à l’unanimité par les complices. Les sujets étaient même amenés à soutenir des réponses allant contre l’évidence et leur propre vue (voir les expériences filmées[1]), pour par exemple affirmer que deux lignes avaient la même longueur, alors que l’écart était très visible car de plus de 5 cm.

Lorsqu’il n’y avait pas unanimité parmi les complices, les sujets s’émancipaient du groupe pour soutenir la réponse vraie, mais dissidente et contrariante pour le groupe.


Des sujets témoins qui n’étaient pas soumis à un point de vue majoritaire, n’eurent aucun mal à donner toujours la bonne réponse.

 

Après l’annonce des résultats, le sujet attribuait généralement sa piètre performance à sa propre « mauvaise vue ». Ceci rejoint dans une certaine mesure l’expérience de Milgram où le sujet accuse l’expérimentateur d’être responsable de son comportement. Dans les deux cas, le sujet se dédouane de la responsabilité de ses décisions sur un élément extérieur à sa volonté.

 

Expérience Leyens - Soumission à l’autorité

 

Expérience sur la soumission à l’autorité de Leyens.

 

Il s’agit non plus de torture physique, comme dans la célèbre expérience de Milgram mais de torture psychologique.

 

L’obéissance à une autorité et l’intégration de l’individu au sein d’une hiérarchie est l’un des fondements de toute société. Cette obéissance à des règles, et par voie de conséquence à une autorité, permet aux individus de vivre ensemble et empêche que leurs besoins et désirs entrent en conflit et mettent à mal la structure de la société. Partant de cela, Stanley Milgram ne considère pas l’obéissance comme un mal. Là où l’obéissance devient dangereuse, c’est lorsqu’elle entre en conflit avec la conscience de l’individu. Pour résumer, ce qui est dangereux, c’est l’obéissance aveugle.

Un autre moteur de l’obéissance est le conformisme. Lorsque l’individu obéit à une autorité, il est conscient de réaliser les désirs de l’autorité. Avec le conformisme, l’individu est persuadé que ses motivations lui sont propres et qu’il n’imite pas le comportement du groupe. Ce mimétisme est une façon pour l’individu de ne pas se démarquer du groupe. Le conformisme a été mis en évidence par le psychosociologue Solomon Asch dans l’expérience de Asch réalisée dans les années 1950. Les variantes avec plusieurs pairs ont montré que si l’obéissance entre en conflit avec la conscience de l’individu et que le conformisme « impose » à l’individu de ne pas obéir, il se range souvent du côté du groupe. Ainsi, si l’obéissance aveugle d’un groupe veut être assurée, il faut faire en sorte que la majorité de ses membres adhère aux buts de l’autorité.

Tags : Société Marketing Journalisme citoyen Sondages



Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 8 votes
    labarredefaire 13 mars 2012 11:38

    On ne devient pas mouton on nait comme ça.C’est en grandissant et en s’instruisant qu’on devient libre.



    • 18 votes
      maQiavel machiavel1983 13 mars 2012 12:08

      Non, non, on peut devenir un super mouton en s’ instruisant justement !Regarde les énarques !Ou encore , on peut prendre l’ exemple des journalistes qui ont pour la plupart de bon niveau supérieur mais qui sont les plus moutons d’ entre nous !


    • 8 votes
      À Mehdi The À Mehdi The 13 mars 2012 15:31

      Je ne sais pas si on peut les appeler "moutons" les pseudos journalistes....je les appellerai plutot des hyenes et en meute ils font des degats considérable sur les citoyens français....


    • 2 votes
      labarredefaire 13 mars 2012 16:29

      Tu ne saisi pas,l’important c’est d’être à armes égales , (intelect)

      Après ce que les gens en font c’est bien autre chose.
      Nous sommes primitivement codés pour vivre en hiérarchie.

    • 5 votes
      maQiavel machiavel1983 13 mars 2012 17:22

      Je ne suis pas sur qu’ on soit codé pour vivre en hiérarchie. Certaines sociétés étaient anarchistes ( ex : certaines sociétés amérindiennes ).


    • 6 votes
      maQiavel machiavel1983 13 mars 2012 12:19

      0.Très très intéressant ces vidéos, j’ ai bien rit ! En fait on est tous un peu des moutons ! Je pense que l’ admettre est déjà un premier pas pour ne pas en être un !
      1. Mais en même temps il faut l’ être un peu ,une personne qui n’ est pas un mouton du tout, ça s’ appelle un marginal. Imaginez un peu un type par exemple qui se ballade en toge romaine ... on dira qu’ il est fou !
      2. Mais ce que je trouve de très intéressant c’ est dans la deuxième vidéo, la notion d’ unanimité ! Si on est seul à penser d’ une certaine façon, on a naturellement tendance à penser qu’ on a tors ! C’ est pourquoi il est important, en période d’ hégémonie d’ idéologies dominantes , de se retrouver avec des personnes qui pensent différemment, juste pour ne pas se sentir complètement malade !
      3. Personnellement, je n’ ai plus de télé justement parce que je sais que l’ être humain est mentalement faible et que à un certain niveau, je serais imprégné des idéologies dominantes. Au moins sur internet , on peut rechercher des points de vue contradictoire ( ce qui demande plus de temps il faut l’ admettre ) !


      • 6 votes
        maQiavel machiavel1983 13 mars 2012 12:49

         La psychologie sociale est très intéressante !
        Si on analyse attentivement le cerveau collectif des classes dirigeantes occidentales, on peut constater qu’ il est psychopathe, ce qui n’ est pas une exagération, il suffit de prendre le DSM et voir les caractéristiques de la personnalité psychopathe pour le déduire.
        Le problème c’ est le système d’ auto-cautionnement , un individu isolé peut penser différemment mais se dira certainement qu’ il a tord, et va s’ aligner sur les autres. Et c’ est là qu’ il est important de construire un cerveau global alternatif , pour que ces personnes qui ont un avis différent au sein de la classe dirigeante puisse sortir de ce système d’ auto-cautionnement ce qui est facilité par le fait qu’ il ne se sentent pas seuls à penser différemment !C’ est comme ça que la révolution peut se faire !
        Par exemple, je suis sur que certaines de ces personnes se disent que ce système capitaliste consumériste est complètement incohérent et dangereux et qu’ il faudrait fonder de nouveaux paradigmes mais s’ ils le disent leurs semblable les prendrons pour des fous !


        • 2 votes
          rastapopulo rastapopulo 13 mars 2012 14:09

          On est mouton quand on pense qu’on ne l’est pas !
           


          • 1 vote
            maQiavel machiavel1983 13 mars 2012 17:19

            Exactement, toute personne sensé devrait savoir qu’ on l’ est tous à un certains stade !


          • 8 votes
            Hijack ... Hijack 13 mars 2012 15:20

            Ben tiens ... on vous dit : ceux qui réfléchissent sur le 911 ... sont des .... des .... oui .... c’est ça : des complotistes ... répétez, c’est facile !!!

            Les plus zélés en moutonnerie ... iront jusqu’à négationniste en plus de complotiste ... et le fin du fin ... le mouton en chef dira : complotiste, antisémite !!!
            J’ai connu des cadres en moutonnerie ... qui additionnent les 3  !!!


            • vote
              requete Requete 14 mars 2012 13:36
              sujet à côté de la plaque
              grosse confusion entre le grégarisme, la reconnaissance de l’autorité, la sensation de probabilité .... 
              L’acceptation de la confusion est LE PIRE DES CONFORMISMES !

              Ma dernière preuve qu’agoravoxtv n’est pas l’endroit pour faire progresser quoi que ce soit, soi compris.... 
              J’en tire les conséquence.

              • vote
                Babawa 27 mars 2012 22:07

                Très très intéressant, un grand merci à l’auteur.


                "La majorité n’a pas toujours raison."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès