Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De l’ingénierie sociale, par Éric Guéguen

De l’ingénierie sociale, par Éric Guéguen

Cette nouvelle vidéo de notre ami Éric Guéguen est cette fois-ci consacrée, comme promis dans la précédente, au thème de "l’ingénierie sociale". Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important d’avoir à l’esprit que les modernes ont opéré une véritable rupture avec les anciens en substituant progressivement à la "Communauté", à laquelle chaque individu se sentait lié de manière verticale, la "Société" qui n’est qu’un ’lien contractuel’ (et non plus déterminé) entre des individus considérés comme des ’ayant droits’.

 

Le monde moderne ayant fait fi de toute forme de verticalité au nom de l’individu ainsi de l’arrivée progressive des masses et de ce qu’on appellera bientôt "l’opinion publique", la soumission directe que l’on exigeait autrefois des individus s’est progressivement mutée en une soumission indirecte, non plus basée sur la contrainte consciente mais sur le "désir individuel". Et fort de ce changement radical de paradigme Ancien/Moderne, c’est à partir de ces nouvelles données que les mécanismes d’ingénierie sociale se sont développés. En quoi consistent ces mécanismes ? A donner l’illusion aux individus que leur mode de vie en tant que "producteur-consommateurs" résultent d’un libre choix. Les techniques d’ingénierie sociale basées sur le triptyque "psychologie-sociologie-économie" s’articulent au centre de gravité dudit triptyque que l’on appelle "le marketing". Ou alors un terme beaucoup plus direct qui est celui de "propagande". Edward Bernays, que d’aucune considèrent comme le père de la propagande disait ceci :

 

"La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays."

 

L’important n’est donc pas tant de savoir "qui" sont les ’ingénieurs sociaux’ (chacun aura sa propre idée la-dessus) que de savoir "comment" cela fonctionne et "pourquoi" cela fut rendu possible. La philosophie politique donne des clés de compréhension.

 

 

Tags : Politique Société Médias Manipulation



Réagissez à l'article

249 réactions à cet article


  • 1 vote
    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 11:11
    L’aventure chaotique et sinistre de l’URSS fut, comme on peut s’en douter, un vaste laboratoire de ces méthodes de manipulation collective. Son histoire constitue désormais un étonnant dépotoir d’expériences diverses et variées en matière d’ingénierie sociale. On peut consulter à ce sujet les travaux d’un Nicolas Werth. 

    • 6 votes
      lemi lemi 23 février 11:49

      Belle synthèse par notre ami Guéguen de sa propre vision du monde.
      Mais dans quel but ?
      On sent bien un air accusateur, donc admettons qu’il s’agit de "dénoncer" une ingénierie.
      Soit. Dénonçons. C’est le rôle de la sociologie de dénoncer les rouages cachés.

      Mais bizarrement, la vision adoptée ici n’est pas une vision alternative qui montre des possibilités d’horizons nouveaux, qui montre une vulnérabilité de ce monde. 

      Non. Juste une validation du modèle présenté par ceux qui, comme Bernès, revendiquent avoir eux-même construit la société.
      Que veut donc notre ami Guéguen en répétant cette vision ?

      Produire une prise de conscience ? un rejet ? une adhésion ? un intérêt ? un dégoût ?
      Normalement la bonne sociologie décrit un système pour faire émerger des leviers à actionner.

      Le dégoût seul, est-il un levier ?

      Le seul levier de cette vision n’est-il pas celui qui permet à des gens comme Bernès d’empocher de l’argent ?

      Eric Zemmour.


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 11:55

        @lemi
        "Que veut donc notre ami Guéguen en répétant cette vision ?"

         

        Peut-être juste informer et instruire ? Ses vidéos ne sont pas conçues à la base pour AgoravoxTV. Tout le monde ne connaît pas Bernays, ni même le concept même d’ingénierie sociale (en particulier les jeunes).


      • 10 votes
        medialter medialter 23 février 12:34

        @lemi
        "Mais dans quel but ?"

        *

        Excellente interrogation, qui flingue à elle seule tout l’édifice des politeia. Après nous avoir fait l’honneur de 10 branlettes politico-philosophiques où il nous a satellisé dans les hautes sphères de l’abstraction, GaieGlaire (GG) a fini par tenter un retour sur Terre, tout à son honneur, qu’il a préparé les mois précédents avec un cumul de 3h de vidéo, un retour sur Terre avec un "Que faire ?" que son auditoire a ouvert avec ferveur en espérant y trouver enfin les aboutissants du "Grand Soir". A ce sujet, et par ordre croissant de pertinence, nous trouvons – je passe BiqueNette, insignifiant, qui n’est là que pour relayer les vidéos et rappeler que son maître a montré sa bouille – nous trouvons GaieGlaireG qui trépigne d’impatience dans l’attente du "grand soir" comme du messie (je cite : "Rendez-vous après l’effondrement" - montrant qu’il attend le grand soir durant cette génération), puis les 2 Q (tenaces à afficher ce symbole grotesque sur leur front) GazPartduQ, plus patient, qui a eu le réalisme de se projeter dans un moyen terme plus hypothétique ("des communautés prête à agir promptement après un cataclysme politique"), et enfin le très malin MaQouille, qui, conscient de l’immensité de la falaise, a fini par projeter ses desseins politiques à plusieurs générations après lui ("des transformations faites d’évolution et d’involution qui se font en général par petits pas en fonction des batailles gagnées ou perdues"). L’investissement politique MaQouillon représente donc un sacrifice de soi, dignement désintéressé, légué aux générations futures, mais en même temps un aveu d’impuissance des moyens alternatifs actuels, donc un défaitisme qui ne dit pas son nom, légitimé par un supposé progrès politique reporté à une ère lointaine. MaQouille, finalement, ne pratique qu’un hobby présenté en combat politique, qu’une présupposée volonté future pourra (ou non) poursuivre.

        *

        Donc que découvre-t-on, nous autres incultes de la politeiaaaaaaaaaaaaaaa, en ouvrant le "Que faire ?" tant attendu après avoir été entraînés dans le tourbillon vertigineux du suspense pendant des mois ? On y découvre une seule proposition valable (et encore, pas de l’avis de tous, loin s’en faut), celle du boycott du vote. Proposition bonne en théorie (GG est capable du sursaut du mourant), mais inapplicable en pratique, car n’ayant pas mesuré le taux d’incompressibilité de la masse zombifiée, qui aime bien tourner en rond dans cette cour d’asile qu’elle affectionne malgré ses semblants de protestation, et qui se fait lessiver le bulbe dès qu’elle regarde l’écran maudit. On a aussi la surprise d’apprendre que GG est une brelle de l’économie, il confond capitalisme et système marchand (le pourvoyeur de solutions a sans doute jugé que l’économie avait valeur négligeable dans l’équation globale), et qu’il n’a toujours pas compris qu’un système totalitaire est entrain de s’installer durablement sur la planète, pour lequel la France est un des laboratoires les mieux avancés. Il s’étonne qu’on lui parle d’un siècle de conspiration, en toute logique, puisque qu’il ne connaît même pas les études de Hillard, et quand bien même les connaîtrait-il, on le voit mal les réfuter, puisqu’il s’agit d’un terrain exclusivement factuel, lui qui préfère la rhétorique arbitraire. La montagne GG a donc accouché, dans "Que faire ?" d’une couvée morte-née de mickey-mouse, à part peut-être une souris en suffocation qu’il faudra perfuser sans relâche. Le petit philosophe et sa cour finissent donc, à leur corps défendant, par donner raison à Cioran : "Ne prospèrent dans la philosophie que ceux qui s’arrêtent à propos, qui acceptent la limitation et le confort d’un stade raisonnable de l’inquiétude … Ils ont servi leurs semblables, ils leur ont transmis quelque idole bien façonnée, quelques superstitions polies, quelques erreurs camouflées en principes, et un système d’espoirs".

        *

        Incapable d’admettre l’existence d’une conspiration de longue date, validée par les évidences factuelles mises en exergue par de nombreux auteurs (Hillard, Sutton, Soljenitsyne (2 siècles ensemble), Céline (les interdits), Eustace Mullins ...), évidences jamais réfutées sur le même plan factuel, GG poursuit dans sa bulle à imaginer que la notion ingénierie sociale (IS) tient du croisement entre la Boétie et Bernays, cad qu’elle est consentie (La Boétie) et désirée (Bernays). Il est aisé de lui faire éclater sa petite bulle d’un simple coup d’aiguille, en lui opposant que 2005, ou TAFTA, ne furent ni consentis, ni désirés, mais imposés de force. Dans le premier cas, le référendum a basculé en adoption parlementaire menant directement au traité de Lisbonne, dans le second, on retrouve la confusion du petit philosophe qui voit dans TAFTA, je cite, « la toute-puissance marchande », alors qu’il s’agit en fait de l’aboutissement du système capitalisme (ce qui n’est pas du tout la même chose) et de sa déréglementation libérale poussée à terme, dont même les zombies ne veulent pas. En clair, pour GG, l’IS est une conspiration (mot qu’il ne peut employer sans que ça lui arrache la gorge), une conspiration faite d’épiphénomènes induits par la propagande consumériste, mais jamais de grandes apocalypses à vocation géostratégiques (11 septembre, attentats terroristes, islamophobie construite … n’ont aucune place dans son IS). GAFA les véritables acteurs de l’IS ? Une blague j’espère … GG est toujours fasciné par la partie émergée de l’iceberg, jamais par son socle invisible

        *

        Quelle conclusion donner à la saison 1 des aventures de GG et ses 2 Q ? Sous des concepts touffus prétendant converger vers une cour des miracles, les 10 épisodes ressemblent bien à des contorsions de lombric marquant cette digestion laborieuse qui finit en un pet dérisoire. Les pieds nickelés de la politique s’empresseront de placer alors leur ultime argument, comme le reprouvé qui tire sa dernière balle, assiégé par la contestation de la foule qui fait valoir son temps perdu à s’être accrochée aux envolées lyriques si porteuses de promesses : "Et toi, tu proposes quoi ??? Heeeeeeeeeeein ?" nous raille indéfiniment GazPartduQ planqué dans son dernier retranchement. Ce slogan qui part en échos entre les falaises du désespoir marque aussi un défaitisme qui y oppose ses gesticulations fardées de prospective politique. La solution est pourtant simple, et il faut être bouché pour ne pas la voir : le problème est mal posé. Dans ce monde qui n’a plus rien de commun avec l’antiquité, soumis à un diktat planétaire qui prend ses racines dans la révolution française (qui suit celle de 1763 chez le grand frère, et qui donnèrent toutes 2 leurs mythes fondateurs dont on comprend les effets dévastateurs seulement aujourd’hui), toute planification politique est destinée à se faire digérer par la matrice.

        *

        Devant ce bavardage sans fin, devant ces solutions fantômes de GG &Cie qui aliment le business de « perspectives libres », qui vient même faire sa pub jusque sur AV, on regrettera cette nécessité de prosélytisme, cette utopie qui prie pour que le consensus ne s’effondre pas en cacophonie, ce besoin d’attendre le voisin qu’il s’engage aussi, et, quand il s’est engagé, cette angoisse qu’il y reste jusqu’au bout. La politique, aujourd’hui, c’est une doctrine de faibles dans l’attente d’autres faibles, avec des rhétoriciens qui haranguent les faibles (certains d’entre eux, plus intelligents que leurs cibles, ayant compris qu’il y avait du mou à bourrer, parviennent à maquiller les velléités de ces groupements misérables en combat). Devant ce constat, de nouveaux penseurs ont érigé, sur des bases anciennes très spécifiques, atemporelles, des modèles d’un ordre strictement individuel totalement adaptés à l’ère dictatoriale et inédite dans laquelle nous sommes entrés, modèles qui s’oppose à ces harangues politiques sans perspective. Devant l’éventail des modèles proposés, qui vont de la simple attitude quotidienne jusqu’aux cursus à finalité initiatique (Stirner, Nietzsche, Caraco, Jünger, Evola, Castaneda ...) , chacun y trouvera chaussure à son pied, clé en main. Infiniment mieux valent 1000 guerriers solitaires et indépendants (indétectables et trop mouvants pour le système, pour lui un vrai cauchemar) qu’un groupe de 1000 faibles (outrageusement rebaptisés guerriers par certains maîtres – dits di$$idents - de la novlangue), groupe destiné à être noyauté par les innombrables collabos de la matrice (très présents sur AV) et à se plier aux normes pour exister. Et là, on n’attend pas le voisin, on est seul devant son miroir. Il est parfaitement clair que GG et ses 2 Q, sous le patronage de St PYR, ne pratiquent qu’un passe-temps, pour dire ça gentiment, voire un business de courants d’air, pour dire ça moins gentiment.


      • vote
        maQiavel maQiavel 23 février 12:45

        Pour le dire simplement, je pense que Gueguen veut dire que l’ingénierie sociale ne fonctionne que parce que les masses ont des comportements sociaux et des représentation mentales qui s’y prêtent et qu’il est donc vain de se focaliser sur les oligarchies qui tentent d’en contrôler le processus. 

        Peut-être que ce qu’il souhaiterait, c’est que les masses changent leurs comportements sociaux et leurs représentations mentales, ce qui aurait pour effet qu’elles deviendront réfractaires à cette ingénierie sociale. 

        ps : je ne dis pas que je suis d’accord avec lui, j’essaie simplement de répondre à la question "Que veut donc notre ami Guéguen en répétant cette vision ?"


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 23 février 12:51

        Oh putain, il est en forme merdaterre... smiley


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 23 février 13:12

        En fait, la pensée absolutisante et totalisante de merdaterre est assez deroutante, c’est la quintessence de l’idéologie du "tout ou rien", c’est impressionnant... smiley

        C’est à cause de cette idéologie que merdaterre, qui est incontestablement quelqu’un d’intelligent, ne parvient pas à comprendre des choses très simple. smiley

        Par exemple, vous avez beau lui expliquer que l’objectif de la politique n’est pas de créer un monde idéal et parfait, il ne peut pas le comprendre. 

        C’est à un tel point qu’à présent, il s’imagine que je ne fait que différer ce monde idéal aux générations futures... smiley

        Merdaterre ne peut pas comprendre la logique du moindre mal, pour lui c’est soit le monde absolument parfait auquel il ne croit pas ( et il a raison), soit le monde infernal du grand néant auquel il croit (et il a tort), entre les deux extrêmes, rien ne peut exister, c’est vraiment extraordinaire... smiley

        Mais je crois aussi que c’est ce qui me le rend si sympathique malgré ses faux airs de vilain garçon smiley, je dis souvent que c’est un idéaliste désabusé (ce qui est vrai) mais il reste un idéaliste, il a simplement déplacé son idéal vers sa voie initiatique... smiley


      • 6 votes
        medialter medialter 23 février 13:27

        @maQiavel
        "l’objectif de la politique n’est pas de créer un monde idéal et parfait"
        *
        C’est exactement cela qui a créé l’Histoire, qui est une abomination. C’est bien pour ça que toute politique ne peut que poursuivre cette abomination, tout en prétendant l’atténuer. La politique, c’est l’art de tenter de réduire un peu le sordide de son cadre au fond d’un trou très profond dont on ne sortira jamais.


      • 4 votes
        mehdite mehdite 23 février 13:37

        @medialter
        il y a que dans une société malade jusqu’au trognon que l’on peut voir Med et MaQ discuter tranquillement sur un même pied d’égalité . Dans une société éveillée, on verrait ce lymphatique au code barre de luciole faire la queue humblement pour demander audience auprès d’un type qui a digéré l’humain comme personne .


      • 5 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 13:48

        @medialter
        On se demande ce qui vous motive à écrire de si longues litanies à propos d’une simple "branlette politico-philosophique" ?

        Si l’on met de côté le ton sentencieux et arrogant de votre propos (ce qui est déjà très bienveillant de la part d’un lecteur) et qu’on regarde les informations qu’on peut en tirer, on constate que la grandiloquence enrobe de nombreuses imprécisions. Il est difficile de toutes les noter et ce n’est pas le sujet. 

        Une inexactitude parmi d’autres est la suivante. 

        Comme exemple de nouveaux penseurs qui "ont érigé, sur des bases anciennes très spécifiques, atemporelles, des modèles d’un ordre strictement individuel totalement adaptés à l’ère dictatoriale et inédite dans laquelle nous sommes entrés", vous nommez Castaneda. 

        Mais Castaneda nous décrit au contraire tout au long de ses livres un processus initiatique totalement lié à la formation de "groupe de sorciers" organisés en communautés. Ce n’est donc pas du tout un modèle "strictement individuel" (même s’il suppose une désocialisation volontaire). 

        Vous nommez aussi Evola, mais Wikipedia suffirait à vous rappeler que celui-ci a écrit : « La légitimation la plus haute et la plus réelle d’un véritable ordre politique, donc de l’État, réside [...] dans le fait qu’il suscite et entretient la disposition de l’individu à agir et penser, à vivre, lutter et éventuellement, mourir, en fonction d’un but qui dépasse sa simple individualité. »

        Evola, même s’il a pu changer de position au cours de sa vie, ne nous propose pas non plus au final un modèle "d’un ordre strictement individuel" comme vous le prétendez. C’est plus complexe et nuancé que ça. 

        Bref, dialoguez si vous voulez dialoguer (je vous y invite cordialement). Mais si vous voulez jouer à l’aigle surplombant toutes les vanités du monde, revenant, oeil grave et bec acéré, de tous les pays de Cocagne... vous devriez travailler davantage vos mouvements de bras emplumés. (BHL le fait assez bien, copiez son style en attendant de trouver le vôtre. Tous les grands acteurs ont commencé par imiter.) 



      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 13:52

        @maQiavel
        "Peut-être que ce qu’il souhaiterait, c’est que les masses changent leurs comportements sociaux et leurs représentations mentales, ce qui aurait pour effet qu’elles deviendront réfractaires à cette ingénierie sociale." 

         

        Et qu’elles ne seraient alors plus des "masses". Car la grande illusion politique (et même tout simplement socialiste) consiste à croire qu"on peut libérer une "masse". On peut inciter une conscience à s’arracher à l’inertie sociale que constitue l’engloutissement dans la masse. Je suppose que c’est ce que vous voulez dire, mais la formulation à ici une certaine importance. 


      • vote
        maQiavel maQiavel 23 février 13:54

        Dans une société éveillée blablabla 

        Eh oui, les sociétés éveillées n’existent que dans les jolis romans écrit par des gens qui ne sont lus par personne ou dans les fantasmes des idéalistes, sur la terre des hommes, ça n’existe pas. 

        C’est triste, j’en conviens mais c’est comme ça,je n’y peux rien, ce n’est pas de ma faute. Et comme le disait une autre personne qui vivait dans notre monde imparfait "la distance est si grande entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre dans un monde idéal , que quiconque ferme les yeux sur ce qui est et ne veut voir que ce qui devrait être dans ce monde idéal apprend plutôt à se perdre qu’à se conserver" .


      • vote
        maQiavel maQiavel 23 février 13:59

        @Qaspard Delanuit
        Et qu’elles ne seraient alors plus des "masses".

        Tout à fait !


      • 4 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 14:02

        @medialter
        "La politique, c’est l’art de tenter de réduire un peu le sordide de son cadre au fond d’un trou très profond dont on ne sortira jamais."

         

        La politique n’a pas pour but de vous faire sortir du samsara ni de vous sortir la tête de votre trou du cul très profond (ce qui revient au même). Le maire de votre village n’est pas un nagual qui va emporter tous ses administrés dans la lumière. Mais le conseil municipal peut contribuer à préserver la petite forêt à côté de votre maison et empêcher une usine de déverser des eaux polluées dans le lac. 


      • 4 votes
        mehdite mehdite 23 février 14:04

        @maQiavel
        "...mais c’est comme ça,je n’y peux rien, ce n’est pas de ma faute.glop glop glop !"

        bon c’est bien Augias , tu as déposé ta crotte . Tu veux pas retourner aux écuries ? Tu apprendras la vertu première d’une société éveillée : tout le monde est heureux dans sa fonction et n’est qu’un outil au regard du grand Tout . Ce qui n’est pas Rien .


      • 3 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 14:15

        @mehdite
        "Tu apprendras la vertu première d’une société éveillée : tout le monde est heureux dans sa fonction et n’est qu’un outil au regard du grand Tout . Ce qui n’est pas Rien ."


        Ca à l’air formidable, là où vous vivez. On peut y aller en combien d’heures d"avion ?


      • 4 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 14:33

        @lemi
         

        Je vous répondrais d’abord par une autre question : avec tout ce qui est publié chaque jour sur Agoravox, comment se fait-il que la question de la motivation ne soit posée qu’à moi ?
         
        Vous dites par ailleurs - et c’est lié à ce qu’il y a au-dessus - que c’est ma "propre vision du monde". Parce que le fait de me dire ça ne vous renvoie pas, vous-même, à votre propre vision du monde, peut-être ? Parlons de votre vision du monde, justement ; je tenais cette réponse dans ma musette depuis quatre mois. Lorsque j’ai pondu ma vidéo sur la communauté, vous m’aviez, de tête, rétorqué que VOUS, vous n’aviez pas besoin de vous sentir enraciné pour aller au-devant de n’importe quelle culture allogène (en gros). VOUS peut-être, et c’est très bien, et le monde tournerait certainement mieux si tout le monde en était capable... mais voilà, le monde n’est pas à votre image, malheureusement, et la plupart de nos congénère, que vous le vouliez ou non, ont toujours ressenti ce besoin et le ressentiront certainement toujours. Êtes-vous donc le mieux placé pour venir me parler de MA vision du monde ?
         
        Pour finir... au sujet de la soi-disant "vraie" sociologie. Je ne sais pas ce que vous appelez de cette manière, mais je sais au moins ce qu’est la sociologie d’État, celle qui a pignon sur rue, celle des Bourdieu, Boltanski et autres faussaires (et nous en avons déjà parlé). En quelques mots, voici pourquoi, à mes yeux, Bourdieu a mâché le travail du marketing dernier cri. J’ai une connaissance qui était plus que fana des méthodes du maître. Un jour, elle a débarqué chez moi en me disant : "Tu as des meubles de couleur foncée, comme la plupart des gens qui votent à droite". Du coup, en tant que "sociologue", elle s’est toujours sentie en territoire ennemie. Ces gens procèdent par sondages, puis recoupements, afin de faire rentrer des gens dans des cases. C’est la première étape du marketing. La différence, c’est qu’un sociologue à la Bourdieu s’en sert pour repérer les victimes et les ordures, alors que le marketeur poussera le cynisme à son comble et, constatant que les gens de droite boivent majoritairement du whisky également, il mènera campagne auprès des possesseurs des meubles de couleur foncée pour leur vendre cette boisson.
         
        Je réponds à présent à la question du siècle... Votre "ami Guéguen" ne reproduit en rien tel ou tel schéma, il ne prétend pas avoir créé la société ; il prétend au contraire - et le revendique - tenter au jour le jour de la déconstruire. Mon but est simplement d’essayer de comprendre le monde dans lequel j’évolue. Ensuite je communique ce que j’en déduis, comme le permet Internet à chacun. Ça intéresse, ça n’intéresse pas, c’est ainsi. Mais je fais ça bénévolement. Le reste, ma foi...


      • 2 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 14:37

        Erratum : "...congénèreS..."


      • 7 votes
        medialter medialter 23 février 14:38

        @Qaspard Delanuit
        "On se demande ce qui vous motive à écrire de si longues litanies à propos d’une simple "branlette politico-philosophique" ?"

        *

        Quelle ingratitude sur mes efforts à vouloir faire court smiley Lue à haute voix, cette litanie qui répond à beaucoup de questions laissées jusque là en suspens ne devrait pas excéder quelques minutes, ce qui est une infime fraction du temps utilisé par GG pour parler à ne rien dire

        *

        "Mais Castaneda nous décrit au contraire tout au long de ses livres un processus initiatique totalement lié à la formation de "groupe de sorciers" organisés en communautés"

        *

        Je cite (le feu du dedans) : "Ceux qui sont tout-à-fait comme nous ne sauraient croiser notre chemin. Les voyants qui vivaient pendant la conquête en avaient décider ainsi pour éviter d’être exterminés par les Espagnols". Et si vous parlez de la petite communauté de CC avec les sorcières, il est suffisamment explicite dans ses livres que ceux-ci ne se rencontrent que rarement, et jamais pour rien. Tout le contraire d’un communauté au sens New-Age.

        *

        "Vous nommez aussi Evola, mais Wikipedia suffirait à vous rappeler que celui-ci a écrit ..."

        *

        WikipediAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA. Sacré GazPart, je n’aurais jamais imaginé descendre aussi bas pour vous rappeler ce qu’est WK, par exemple pour le 11 septembre. Je vous laisse donc la responsabilité de vos arguments concernant Evola, qui est probablement aussi controversé qu’Hitler. Et je ne saurais trop que vous conseiller, si vous voulez vraiment comprendre ce qu’il a écrit par delà les ragots et commérages dont vous vous faites le chantre, de lire "métaphysique de la guerre", "métaphysique du sexe" ou encore "la doctrine aryenne du combat et de la victoire"


      • vote
        erQar erQar 23 février 14:39

        moi je trouve que medialter n’a pas complètement tord...

        -

        Son exposé est par moment très recevable...c’est une critique acerbe vis à vis de GG mais je pense que c’est un défi qui mérite d’être relevé.

        Le combat continu donc smiley...la question est de savoir ce qui va en sortir de cet affrontement

        Est ce que Eric va changer de ligne ou bien medialter qui va retrouver la naïveté qui anime l’humanité (ce n’est pas une insulte que d’être naïf, c’est un baume qui accompagne l’homme dans les ténèbres).

        -

        @eric

        bonjour eric

        -

        un point qui aurait mérité d’être relevé, c’est que la religion est aussi une ingénierie sociale...si l’on considère que l’ingénierie s’occupe des comportement du quidam dans la cité.

        -

        En cela, l’ingénieure a pour but de mettre un ordre dans les comportement sociaux de l’individu. je pense que la question est de savoir laquelle (car il y a compétition en ce moment) et pour quelle ingénieure amène quelle finalité ?


      • 2 votes
        mehdite mehdite 23 février 14:48

        @Qaspard Delanuit
        "combien d’heures d"avion ?"

        avec votre avion et votre vue des "grandes hauteurs" , vous ne passeriez même pas la surface


      • 5 votes
        medialter medialter 23 février 14:49

        @maQiavel
        "les sociétés éveillées n’existent que dans les jolis romans écrit par des gens"

        *

        Elles existent déjà en théorie, ce qui est déjà beaucoup, mais sont effectivement à des années-lumières des fosses sceptiques politiques que tu défends, raison pour laquelle elles te semblent à juste titre hors de propos. S’il est effectivement inenvisageable de les ériger sur Terre, la prise de conscience de leur potentialité permet déjà de ne pas se polluer l’esprit.


      • 5 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 14:57

        @medialter
         

        J’ai essayé de lire, c’est au-dessus de mes forces (et tu sais qu’elles sont maigres, subclaquant que je suis). Indigeste, trop long. Surtout pour quelqu’un qui se targue de me prendre pour un rigolo avec de jolis mots. Je veux dire par là que prendre un mec pour un con et dépenser autant de temps à lui répondre, c’est suspect. Et suspect, comme disait Coluche, c’est pire que lèche-cul.
         
        Je comprends tout à fait que tu sois plus à ton aise au jeu des sept familles des éditions Hillard. Voilà en effet un homme dont le business est assuré : les Medialter lui cirent les pompes et les lemi n’éprouvent même pas le besoin de s’interroger sur ses motivations réelles.
         
        Bon, ben voilà. On attend plus que Mao.


      • 2 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 15:05

        @erQar
         

        Bonjour à vous.

        J’ai hésité à parler de religion, en effet, mais c’eût été trop long. Je pensais surtout à dire en quoi le protestantisme basculait d’un ordre à l’ordre, d’une IS à une autre.
        Mais à mes yeux il y a une nette différence entre des outils d’ordre social - les anciennes religions - qui brident l’individu et d’autres - proprement modernes, droits de l’homme and co... - qui, beaux gosses, ont compris que les individus se brident facilement d’eux-mêmes...
         
        Je ne réponds pas sur Medialter. Je ne pense pas que celui qui se gausse de la naïveté de ses vis-à-vis en soit, par là même, épargné. Il se donne en spectacle.


      • 5 votes
        medialter medialter 23 février 15:11

        @Éric Guéguen
        "Je comprends tout à fait que tu sois plus à ton aise au jeu des sept familles des éditions Hillard"

        *

        J’avais effectivement anticipé dans mon commentaire ton contournement des sables mouvants Hillard dont tu n’avais aucune chance de sortir vivant (à la manière des "c’est un conspirationniste" qui ferment tous les débats dans l’oeuf). Tu devrais te relire, pour au moins t’apercevoir que tu argumentes contre toi-même.


      • vote
        erQar erQar 23 février 15:22

        @Éric Guéguen

        -

        ok pour medialter, je ne suis pas à votre place..et ce n’est pas la première alter-cation smiley

        -

        Moi je pense qu’il y a des formes d’ingénieries sociales qui peut être catégorisé en deux parties : L’un permet d’épanouir le quidam et l’autre toxique pour l’individu.

        L’exemple parlant est le marketing de la cigarette qui est émancipateur, alors que c’est un produit nocif. Le pire ce type d’ingénierie marche...


      • 4 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 15:22

        @medialter
         
        Les gens comme Hillard sont de ceux qui disent à qui veut l’entendre : "tout est conspiration", et c’est confortable. Ils sont à Confusionnisme.info ce que l’Auguste est au Clown Blanc. Les petites mains de la pensée binaire.


      • 2 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 15:26

        @erQar
         

        D’accord avec votre dernier propos. Mais je n’appellerais pas "ingénierie sociale" ce qui est bienvenu et qui date de la nuit des temps. La volonté de tout "rationaliser" est propre à la Modernité.


      • vote
        erQar erQar 23 février 15:32

        @Éric Guéguen
        -

        Quand vous dites "rationaliser", vous parlez de réification ?


      • 2 votes
        maQiavel maQiavel 23 février 15:33

        @Qaspard Delanuit
        La politique n’a pas pour but de vous faire sortir du samsara ni de vous sortir la tête de votre trou du cul très profond (ce qui revient au même). Le maire de votre village n’est pas un nagual qui va emporter tous ses administrés dans la lumière. Mais le conseil municipal peut contribuer à préserver la petite forêt à côté de votre maison et empêcher une usine de déverser des eaux polluées dans le lac. 


        Vous avez de trop petites vues Qaspard. Il faut voir grand, très grand,c’est l’absolu que le combat politique doit viser , et si vous réalisez que vos projets sont irréalisables , vous devez simplement renoncer à la politique. Selon la même logique, lorsque vous allez voir votre médecin pour soigner votre gastrite, vous devez exiger de sa médecine qu’elle vous donne une santé parfaite de façon éternelle, et qu’elle vous procure des super pouvoirs, un peu comme superman, et s’il ne peut pas, n’ allez plus le voir, vivez avec vos douleurs à l’estomac . Si vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous êtes l’émanation de cette société malade jusqu’au trognon... smiley


      • 2 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 15:38

        @erQar
         
        "Quand vous dites "rationaliser", vous parlez de réification ?"
        => Pas seulement. Je parle surtout d’éradiquer toute forme de déterminisme. Ce qui ne peut se réduire qu’à le nier... et gérer au mieux le bordel qui s’ensuit. Je renvoie alors aux travaux de Baptiste Rappin sur le "management", omniprésent à notre époque.


      • vote
        erQar erQar 23 février 15:44

        @Éric Guéguen
        -

        J’ai un peu décroché, mais je pense que l’on va avoir un épisode là dessus smiley


      • 2 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 15:49

        @erQar
         
        Je vais avoir de moins en moins de temps à y consacrer. D’ici deux mois je ne pourrai certainement plus en faire. Il me faut donc bien choisir mes thèmes (pour ceux que ça intéresse).
         
        Et puis j’aimerais passer à l’écriture d’un nouveau bouquin, ce qui est très chronophage. Medialter vous le dira, lui qui en a écrit un bon millier dans l’ensemble de ses vies passées. Et à venir.


      • 3 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 17:14

        @medialter
        "Tout le contraire d’un communauté au sens New-Age."


        Oui, ça, j’avais remarqué, merci. Il n’empêche que la structure très cohérente des communauté de sorciers est déterminante, ce qui suffit à démontrer la fausseté de votre énoncé. Vous confondez la nécessité de s’extraire de la socialisation imposée et la voie initiatique individuelle. Cette dernière existe mais ce n’est pas ce que propose Castaneda. 

         

        "Sacré GazPart, je n’aurais jamais imaginé descendre aussi bas pour vous rappeler ce qu’est WK, par exemple pour le 11 septembre"

         

        Vous voulez sans doute dire qu’un extrait de livre d’Evola publiée sur Wikipedia n’est plus un extrait de livre d’Evola, hummm, c’est très intelligent ça, vraiment... A propos de descendre plus bas, vous devriez prendre une pelle pour vous enterrer, ça irait plus vite que d’amasser des conneries sur vous comme ça. 



      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 17:19

        @Éric Guéguen
        "Et puis j’aimerais passer à l’écriture d’un nouveau bouquin"

         

        Pourquoi, le premier ne suffit pas à payer la collection d’oeuvres d’art conceptuel installée dans votre résidence secondaire à Ibiza ou bien vous voulez vous acheter un nouveau yacht avant de commencer votre prochain tour du monde des grands casinos ?  smiley


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 17:27

        @Qaspard Delanuit
         
        Si le premier me permet un jour un petit extra en amoureux le temps d’un week-end, ce sera déjà pas mal. smiley


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 17:37

        @Éric Guéguen

         
        Vous voilà enfin démasqué, vicieux serpent jouisseur d’épicés plaisirs matérialistes, sous votre trompeuse grise robe de sobre chouette ! 


      • 1 vote
        yoananda yoananda 23 février 18:16

        @medialter
         "Que faire ?" il proposes quoi Pierre Hillard au niveau de l’action ? j’ai peut-être loupé sa réponse sur ces sujets.


      • 5 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 23 février 18:24

        @yoananda
         

        D’acheter ses bouquins.

      

      Ajouter une réaction

      Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

      Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


      FAIRE UN DON

Auteur de l'article

micnet

micnet
Voir ses articles







Palmarès