• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Inégalité des sexes : « Liberté, Égalité, Adelphité »

Inégalité des sexes : « Liberté, Égalité, Adelphité »

 

L'égalité des sexes, tout le monde est pour, bien sûr. En théorie. Si les choses ont progressé depuis les premières grèves contre le travail des femmes, au début du XXeme siècle, l'égalité réelle entre les sexes reste encore une utopie inachevée. Faisons donc le point et ouvrons un nouvel horizon : celui de l'adelphité (Qu'est-ce donc ? La réponse est dans l'épisode ;-) ).
Avec Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF, auteure de « Les nonfrères au pays de l'égalité » : https://is.gd/KEML4L

 

SOURCES
"Le 21 mars 1804, Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul de France, promulgue le « Code Civil des Français » " : https://is.gd/VfwEJg + https://is.gd/4Yxljz +
https://is.gd/4IAp50
"Il faut dire qu'en 1762, Jean-Jacques Rousseau avait posé des bases solides. Dans son livre « Émile ou de l'Éducation », il écrit : « toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes »" : https://is.gd/RooBwy + https://is.gd/PGEOTc
"Jusqu'en 1920, les femmes ne peuvent se syndiquer sans l'autorisation de leur mari" : https://is.gd/PGEOTc
"Il faut attendre 1944, pour qu'elles obtiennent le droit de vote." : https://is.gd/KE5rYw
"1945 pour que la notion de « salaire féminin » soit supprimée" : https://is.gd/PGEOTc + https://is.gd/qyChSs
"1954 pour que la tutelle maritale disparaisse. 1970 pour que, dans les textes, « l'autorité paternelle » soit remplacée par « l'autorité parentale ». 1985 pour que la gestion du patrimoine soit réellement partagée" : https://is.gd/PGEOTc
"En 2013, en France, les femmes percevaient un revenu inférieur de 25% en moyenne à celui des hommes" : https://is.gd/EErE0U
"Seul 1/3 de cet écart s'explique par le volume de travail. Les 2/3 restant sont bien dus une différence de salaire. À compétences, poste et temps de travail égal, les femmes gagnent 10% de moins que les hommes" : https://is.gd/qyChSs
"En France, en 2015, 20.5% des hommes actifs sont cadres. Les femmes, elles, ne sont que 14.7%. 12,3% d'entre elles sont en CDD contre 8,5% des hommes. Les emplois non qualifiés ? C'est aussi en priorité pour les femmes. 26,6% des d'entre elles occupent de tels postes contre 14,5% des hommes." : https://is.gd/4h8SdT
"Tous facteurs confondus, la probabilité d'être rémunérée au SMIC est 1.7 fois supérieure pour les femmes que pour les hommes" : https://is.gd/hEKdXF
"En 2015, en France, 1,2 millions de femmes actives étaient en sous-emploi. 9.7% d'entre elles. Alors que cela ne concerne que 3.7% des hommes actifs" : https://is.gd/4h8SdT
"Toujours en 2015, 62.2% des femmes salariées ont un diplôme supérieur au BAC contre 51.7% des hommes" : https://is.gd/hEKdXF
"D'après une étude parue en 2017 dans la revue Science, dès l'âge de 6 ans, les filles ont tendance à se considérer comme moins brillantes que les garçons" : https://is.gd/mkzOvU + https://is.gd/f6cuLt
"D'après l'étude PISA de 2015, dans les pays de l'OCDE, parmi les élèves de 15 ans « très performants » en maths, il y aurait un écart de 19 points entre filles et garçons. À l'avantage des garçons. (…) Logiquement, quelques années plus tard, à l'université, seules 14% des étudiantes choisissent un cursus scientifique, contre 39% des étudiants" : https://is.gd/XDnOMg
"45% des publicités s'adressent exclusivement à la fameuse ménagère de moins de 50 ans" : https://is.gd/lK9z9l
"En 2014, une femme mourrait tous les 2.7 jours suite à des violences conjugales" : https://is.gd/4Yxljz
"Chaque année 216.000 femmes sont victimes de violences" : https://is.gd/fLEI5b D'après une étude de 2015, 100% des utilisatrices des transports en commun ont vécu au moins une situation de harcèlement ou d’agression sexuelle dans ces espaces publics" : https://is.gd/AvQOMU
En France, environ 400.000 personnes présentent des chromosomies atypiques" : https://is.gd/PGEOTc
"Entre 1890 et 1908, la sociologue Madeleine Guilbert a recensé 56 grèves contre le travail des femmes" : https://is.gd/qyChSs
"Aujourd'hui, 30.3% des femmes travaillent à temps partiel contre 8.3% des hommes" : https://is.gd/hEKdXF
"62% des fonctionnaires sont des fonctionnairEs, des femmes. Dans cette même fonction publique, seuls 33% des postes d'encadrement ou de direction sont tenus par des femmes" : https://is.gd/QTG3ET

 

BONUS
"Les femmes ont pour injonction de ne pas prendre trop de place" : https://is.gd/xlvUnT
"L'impuissance comme idéal de beauté des femmes" : https://is.gd/CO9iS3

 

Tags : Economie Société Femmes Précarité Travail



Réagissez à l'article

120 réactions à cet article


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 7 mars 16:27

    -L’égalité des sexes, tout le monde est pour, bien sûr. En théorie.

    ------> Je ne sais pas si c’est tout le monde mais en tous cas moi je le suis, bien évidemment, tant qu’on ne confond égalité des droits avec l’égalitarisme social et l’indifférenciation sexuelle telle que prônée dans l’idéologie de la confusion des genres ( connue sous le nom de théorie du genre ), tout va bien. 


    • 1 vote
      psychorigide Psychorigide 7 mars 17:08

      @maQiavel

      Vous n’avez pas lu la définition ....


    • 2 votes
      psychorigide Psychorigide 7 mars 17:06

      Pas besoin de lire la vidéo :

      C’est quoi, l’adelphité
      Un mot inventé, pour un sentiment à imaginer, à rêver, à réaliser, peut-être, en ce XXI° siècle.
      Un sentiment entre fraternité et sororité.
      Le mot adelphité est formé sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant soeur et frère, tandis que dans d’autres langues (sauf en espagnol et en portugais, ainsi qu’en arabe), soeur et frère proviennent de deux mots différents. Englobant sororité (entre femmes) et fraternité (entre hommes), masculine et non machiste, l’adelphité désigne des relations solidaires et harmonieuses entre êtres humains, femmes et hommes.

      .

      Donc ma sœur est ma sœur .

      Mon frère, mon frère.

      Et ma mère, ma sœur....

      Ma grand-mère aussi .... J’ai bon ?


      • vote
        yoananda yoananda 8 mars 00:13

        @Psychorigide
        pourquoi pas mais si on va par la, il faudrait inventer un mot pour "liberté" qui ne soit pas "LA liberté", qui ne soit pas féminin...

        paske sinon, LA liberté, LA égalité, LA adelphité, ça manque un peu de LE tout ça...

        Pour ma part, de toute manière, j’ai déjà remplacé le "fraternité" par "nationalité" ! lol donc le problème ne se pose plus. Je préfère la nation (du latin Natus, naître) à la simple fraternité, coupée de ses origines.


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 mars 05:09

        @yoananda
        Tout dépend de qui est notre mère : la Nature ou la Nation ? 

        Sans doute les deux, mais pas au même endroit de la conscience. 


      • 2 votes
        yoananda yoananda 7 mars 23:49

        Moi je ne suis pas pour l’égalité des sexes pour la simple et bonne raisons que les sexes ne sont pas égaux, mais complémentaires.

        Je suis pour l’équité, et l’égalité des droits.
        Je suis pour l’affirmation et la reconnaissance des différences ET des points communs.

        Mais les foutaises de théorie du genre qui DECOULENT de l’égalité des sexes, je suis contre.

        Si on parle de l’égalité des salaires par exemple, c’est déjà le cas, une fois qu’on corrige les données brutes avec le niveau de diplômes, les temps partiels (plus souvent chez les femmes), et quelques autres points (comme le carriérisme).
        Si on parle d’égalité à l’assemblée ... je suis pour l’égalité des droits : les hommes et les femmes peuvent siéger, indifféremment, mais pour l’imposer : si un sexe s’intéresse plus à la politique que l’autre, je ne vois pas ou est le problème, pas plus que ça ne me défrise qu’il y ai plus d’infirmières femmes et plus de pompiers homme, plus d’assistances sociales femmes et plus d’homme dans la finance, etc...
        C’est ridicule de vouloir 50/50 partout, et tout le monde en souffrirait atrocement.
         
        Bizarrement, je n’entends pas beaucoup les féministes militer pour que les hommes aient la même espérance de vie que les femmes.
         
        La tout d’un coup l’égalité des sexes ont la met de coté, elle ne choque personne. Ben voyons.


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 00:00

          @yoananda
          ....ne s’agit rien d’autre que la multiplication de sous groupe culturelle....avec le droit pour bétonner


        • vote
          yoananda yoananda 8 mars 00:14

          @Zatara
          je n’ai pas vraiment compris ... notamment la partie betonnage. Tu veux bien expliquer un poil plus ?


        • vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 mars 05:11

          @yoananda
          "Bizarrement, je n’entends pas beaucoup les féministes militer pour que les hommes aient la même espérance de vie que les femmes."

          Ouais !! C’est trop injuste... Il faudrait réduire celle des femmes pour être à égalité !!   smiley


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 11:47

          @yoananda
          Tout passe par la perception des "minorités souffrantes" d’une part, et par la fabrication de nouvelle "minorités souffrantes" pour imposer,in fine et par le droit ( bétonner, c’est à dire quasi définitivement), des nouvelles normes de penser et de vie en société propre à satisfaire d’une part, un besoin de contrôle (diviser pour mieux régner), et d’autre part, des débouchés pour de nouveaux marchés..... De plus, c’est un excellent camouflage politique par rapport à la notion de progrès.


        • 1 vote
          yoananda yoananda 8 mars 15:13

          @Zatara
          Oui tout à fait, l’intérêt collectif (puisque la nation c’est caca) n’existe plus.

          Tu peux observer le même procédé de bétonnage sur la question fiscale. Il y a une conférence fabuleuse sur le sujet. Je vais essayer de la retrouver (toujours pareil, je regarde tellement de truc c’est compliqué à retrouver).

          Ha voila : la révolte fiscale n’aura pas lieux

          https://www.youtube.com/watch?v=KaG4GAHtVi8


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 15:44

          @yoananda
          Oui tout à fait, l’intérêt collectif (puisque la nation c’est caca) n’existe plus.

          Ah si si, ça existe ! mais seulement en tant qu’immigré, ou descendants d’immigrés.... jamais en tant que natif, ou se sentant profondément comme français.... c’est magnifique de sournoiserie, d’ailleurs, d’avoir pu arriver a faire gober une telle pensée...

          Plus ça va et plus je crois que l’esprit de contrition qui servait déjà de système de contrôle dans le système catholique français Moyenâgeux est ce qui bloque, globalement, toute réflexion profonde populaire ... On sert la même soupe faussement catholique à l’heure de la république laïque du 21 eme siècle. C’est ce que j’ai compris, après coup, de ce que Todt présentait (à tord du point de vue sémantique) comme les cathos zombi... Il s’agit d’un reste de culture de la soumission à l’église, qui déplace la souffrance par un effet psycho (ma souffrance n’est rien par rapport à celle de Jésus). Ce n’est plus de l’humilité, c’est une forme de masochisme psy qu’on exploite politiquement... m’enfin, ce n’est que mon point de vue,hein


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 15:48

          @yoananda
          merci pour le lien, je vais regarder ça


        • vote
          yoananda yoananda 8 mars 16:00

          @Zatara
          je suis arrivé à la même conclusion que toi : la culpabilité judaïque (le péché originel, que Jésus est censé être venir laver) imprègne profondément la psyché des cathos, empêchant toute réaction immunitaire.

          C’est pour ça pour moi, le catholicisme, qui en plus est universaliste, est aussi un destructeur de nation. Et en tout cas, (si en plus tu rajoutes l’église) n’est pas une bannière possible pour lutter contre l’immigration, l’islamisation et donc ... la mondialisation et le transhumanisme (ce qui est paradoxal puisque le catholicisme est objectivement l’ennemi du transhumanisme).

          Par contre, le paganisme lui, sans culpabilité, avec son amour de la nature est spontanément immunisé contre les dérives de notre époque.


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 16:48

          @yoananda
          je ne pense pas que la "philosophie" de Jésus soit le problème (loin de là puisque je reste chrétien). Par contre, je pense que le message et la stucture (l’église) ne déroge pas à la règle de la corruption absolue dans le temps de tout point de convergence du ou des pouvoirs....


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 16:53

          @yoananda
          C’est pour ça pour moi, le catholicisme, qui en plus est universaliste, est aussi un destructeur de nation. Et en tout cas, (si en plus tu rajoutes l’église) n’est pas une bannière possible pour lutter contre l’immigration, l’islamisation et donc ... la mondialisation et le transhumanisme (ce qui est paradoxal puisque le catholicisme est objectivement l’ennemi du transhumanisme).

          C’est le pendant de la soumission à l’église qu’il s’agit dans ce que tu décris......et elle n’a plus rien de chrétien et depuis longtemps.....


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 16:55

          @yoananda
          et je ne parles pas ici de Vatican II...ça vient de plus loin


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 16:59

          @yoananda
          Par contre, le paganisme lui, sans culpabilité, avec son amour de la nature est spontanément immunisé contre les dérives de notre époque.

          C’est vrai, mais comme tout culte, ça reste très facile à corrompre... Ainsi, on peut imaginer un paganisme totalitaire, un eco gouvernement mondiale qui ferait la guerre dans une optique de protection de la terre.....Et à vrai dire, dans les faits, c’est déjà le cas, si on suit quelques fondations en particulier....


        • 1 vote
          yoananda yoananda 8 mars 18:55

          @Zatara
          en effet, on peut séparer le christianisme tel qu’il fût voulu par Jésus (si tant es qu’il ai existé) avec les différentes églises qui en ont découlé. Mais bon, si Jésus a existé, il n’a pas besoin le disculpe. Dans la pratique le catholicisme est imprégné jusqu’à la moelle de culpabilité ... C’est juste un constat. Jésus, je n’en sais rien, je ne l’ai pas connu personnellement. J’ai seulement croisé des chrétiens dans ma vie.


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 19:01

          @yoananda
          la conf est juste fantastique, il est brillant !


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 20:20

          Etant donné que vous êtes dithyrambique sur la conférence « la révolte fiscale n’aura pas lieu », je me suis mit à la mater bien que ce soit un économiste libéral qui la donne (et c’est un sacré effort que je dois fournir pour écouter un libéral sans contradicteur smiley ).

          Serge Schweitzer donne à partir de 15 : 30 une explication du théorème de Coase à partir d’un exemple fictif (l’entreprise qui pollue l’environnement et le club de pêche).

          Deux questions très simples :

          1.  Dans cet exemple, pourquoi l’usine dédommagerait le club de pêche ?

          2.  Si les droits de propriétés « ne sont pas attribués correctement » (selon la terminologie de Serge Schweitzer) du coté du pollueur et du pollué, en quoi ce scénario de coopération serait différent ? 


        • vote
          yoananda yoananda 8 mars 20:29

          @Zatara
          héhé smiley oui !


        • vote
          yoananda yoananda 8 mars 21:09

          @maQiavel
          qu’est-ce que tu reproches aux libéraux au juste ?


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 21:13

          @yoananda
          Oh trois fois rien. Leur prétention à la scientificité surtout. 

          Sinon ,à part ça , c’est juste que ma vision du monde est diamétralement opposée à la leur , tout simplement. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 21:16

          « Diamétralement opposée », c’est faux, j’exagère largement. Il y’ a des éléments dans le libéralisme auxquels j’adhère totalement. Mais d’autres que je rejette aussi fortement. 


        • vote
          yoananda yoananda 8 mars 21:23

          @maQiavel
          c’est très clair tout ça. lol

          Mais sur les principes fondamentaux, le libéralisme, la liberté "individuelle", n’est-il pas censé être compatible avec l’anarchisme ?

          Tout le monde prétends à la scientificité, non ? et personne ne l’atteint vraiment à 100%, surtout en économie. Quel serait le soucis avec ça ?


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 22:13

          @yoananda

          Je souhaitais être laconique. smiley

          L’anarchisme a une dimension individualiste mais aussi communautaire. L’anarchisme va rejeter l’Etat mais pas pour les mêmes raisons que les libéraux : les anarchistes le rejetteront par altruisme alors que les libéraux le rejetteront par égoïsme.

          Sinon de manière générale, pour répondre à ta question, ce que je reproche aux libéraux c’est d’articuler leurs raisonnements, aussi rigoureux soient ils, autour de l’état de nature, cette fiction philosophique dont on a parlé sur un autre article. C’est à dessus que vient se greffer leur conception de la liberté (qui n’est pas totalement à jeter selon moi, j’y adhère partiellement).

          Pour donner un exemple concret, je suis à 40 ème minute de la conférence de Serge Schweitzer (merci pour le lien au passage) et je constate que son discours est imprégné de raisonnements qui découlent du postulat de l’état de nature. L’impôt est assimilé à une spoliation (voir à un esclavage) tout au long de son discours. J’écoute et je me demande pourquoi. A un moment donné, il crache le morceau : il déplore le fait que derrière la conception de l’Etat et de l’impôt, il y’a l’idée selon laquelle nous naissons débiteur de la société. Bingo. Ca le scandalise. Pourquoi ? Parce que la société est censée être une association d’individu sortant de l’état de nature pour préserver leurs droits ‘naturels et imprescriptibles, dont le droit de propriété. Une société qui violerait ces droits serait spoliatrice et par conséquent illégitime. D’où le souhait des libéraux d’une révolte contre l’impôt perçu comme un principe illégitime et Schweitzer est là pour leur ouvrir les yeux : elle n’aura pas lieu !

          Tout chez les libéraux s’articule autour de cette fiction d’état de nature qui n’a pour moi aucun sens. Le fait que l’individu soit débiteur de la communauté qui le précède et l’englobe est de mon point de vue totalement normal : l’individu n’est pas un atome séparé, il est redevable à la communauté pour être ce qu’il est et avoir ce qu’il a. La solidarité communautaire se fonde sur le principe de redevabilité de chacun envers la communauté. L’impôt ne me pose donc aucun problème de principe, je ne questionnerais pas la légitimité de son existence tant qu’il restera à moi et ma famille de quoi nous loger, nous chauffer et nous nourrir. Ce que je questionnerai par contre, c’est son utilisation mais ça c’est une question politique. Les libéraux ont fondamentalement le même problème avec l’impôt qu’ils en ont avec la conscription.

          Sinon, tout le monde ne prétend pas à la scientificité, surtout lorsque cette science est en réalité le masque derrière lequel se dissimule une idéologie et cela, de nombreux économistes non libéraux l’ont compris. 


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 22:38

          @maQiavel
          Le fait que l’individu soit débiteur de la communauté qui le précède et l’englobe est de mon point de vue totalement normal : l’individu n’est pas un atome séparé, il est redevable à la communauté pour être ce qu’il est et avoir ce qu’il a.

          Je ne suis absolument pas d’accord la dessus. Tout simplement parce que ce que nous voyons actuellement en terme de dette est le paroxysme de cette pensée. Et que ça n’a strictement aucun sens quand on sait qu’une très grande partie e tout ce que nous consommons n’est lié qu’au plaisir. Ainsi, en quoi les enfants futurs devraient payer la dette d’une bande d’excité dégénéré, c’est à dire en réalité, payer la dette du parc d’attraction que sont (entre autre) le 20 ème et le 21 eme siècle ?

          "Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants." A. de St Exupéry

          Je pense que beaucoup de problème actuelles sont liés au fait que la finance est aussi, pour une bonne partie en tout cas, un flingue posé sur la tempe de la société active, par la vieillesse occidentale, qui après s’être gavé comme des porcs au sortir de la guerre, rince le bordel, et le fait tenir le temps de crever. Après moi la tempête, hein ?


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 22:43

          @maQiavel
          ce que je veux dire, c’est qu’une génération ne peut pas vivre à crédit sur le dos de toutes les suivantes tant du point de vue économique qu’écologique....et la raison en est foutrement évidente.


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 22:50

          @maQiavel
          ce genre de pensée consiste en réalité à vendre la condition des générations futurs aux banques, tout cela pour beaucoup (certes pas entièrement), en futilité typique de notre époque...


        • 1 vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 mars 22:50

          @Zatara
          "Tout simplement parce que ce que nous voyons actuellement en terme de dette est le paroxysme de cette pensée."

          Je comprends mal ce que vous dites : La dette, les dettes, dans leur paroxysme actuel, ne sont pas en faveur des Etats. C’est même le contraire : par exemple, l’Etat français est endetté et ce sont des particuliers (français ou étrangers) qui profitent des intérêts. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 22:53

          @Zatara
          Mais donc ce qui pose problème n’est pas la dette en soi mais le fait qu’on doive la payer à la finance. Ce qui pose la question du pourquoi du comment. Ce qui pose la question de la politique. Ce n’est pas la même chose que de poser la légitimité de la dette dans son existence d’autant plus que la dette est une notion fondamentalement morale. Je préfère vivre dans une société ou l’enfant une fois adulte sait qu"il est redavable à ses parents de l’avoir élevé plutôt qu’il s’imagine le nombril du monde en tant que sujet libre et autodéterminé. Remplace "parents" par "communauté" ( et la famille est une communauté ) et la logique est la même. 

          Je ’ai acheté " Dette 5000 ans d’histoire" de Graeber mais je n’en ai pas encore commencé la lecture. Ceci étant , si je me rappelle bien de la note de lecture que Michel Drac en a faites , on est au cœur du sujet. La dette n’est pas un problème en soi , c’est une donne anthropologique ( d’ailleurs , le donner / recevoir /rendre de Marcel Mauss est une pratique humaine qui en découle ). La mathématisation de la créance surtout quand on doit la payer à une finance dérégulée en est une. 


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 22:57

          @maQiavel
          je ne considère pas l’état comme ma famille....ni comme ma patrie.....

          Après oui la dette peut aussi être étudié, en tous cas pour une partie, sous l’angle de la légitimité, vu le degré de magouille de la chose....

          Ah ! toi aussi tu fais tes courses façon Drac smiley


        • vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 mars 22:58

          @Zatara
          "Je ne suis absolument pas d’accord la dessus."

          Vous pensez ne rien devoir à la communauté qui a fait de vous un être humain civilisé, qui a fait de vous cette personne que vous ne seriez jamais devenu si vous étiez né dans une forêt et que vous étiez resté privé de toute culture et en danger perpétuel d’être prédaté ? 


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 23:05

          @Qaspard Delanuit

          Je comprends mal ce que vous dites : La dette, les dettes, dans leur paroxysme actuel, ne sont pas en faveur des Etats.

          le paroxisme de la pensée de la dette souveraine, telle qu’elle serait à la charge des français actuels, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, etc.... Il est normal de penser en terme de solidarité lorsqu’elle est nécessaire et justifié (surtout en France, le sujet est centrale). Maintenant, je dis simplement que l’on peut pousser cette logique à l’excès, et que ce même pays est tout indiqué pour celui qui veut se faire un maximum de fric de façon artificiel par le creusement de la dette. Je dis qu’il doit y avoir une limite pour empêcher les excès que l’on connait.


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 23:05

          @Qaspard Delanuit
          Vous pensez ne rien devoir à la communauté qui a fait de vous un être humain civilisé, qui a fait de vous cette personne que vous ne seriez jamais devenu si vous étiez né dans une forêt et que vous étiez resté privé de toute culture et en danger perpétuel d’être prédaté ?

          Non pas du tout, vous n’y êtes pas


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 23:10

          @Qaspard Delanuit
          Non pas du tout, vous n’y êtes pas

          ce que vous sortez est un argument typique pour mieux légitimer l’ensemble de la dette, quand bien même elle serait en partie illégitime.... pour le reste il suffit de lire mes autres posts


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 mars 23:11

          @Zatara

          -ce que je veux dire, c’est qu’une génération ne peut pas vivre à crédit sur le dos de toutes les suivantes tant du point de vue économique qu’écologique....et la raison en est foutrement évidente.

          ------> Mais je suis d’accord avec ça, je ne dis pas le contraire.

          -ce genre de pensée consiste en réalité à vendre la condition des générations futurs aux banques, tout cela pour beaucoup (certes pas entièrement), en futilité typique de notre époque...

          ------> Mais non, pas du tout. Mais est ce que pour toi , c’est normal de vivre sa vie sans penser qu’on est redevable de qui que ce soit pour quoi que ce soit ? Tu penses que les humains peuvent vivre sans dettes ? Tu ne vois pas à quel type de société anthropologiquement nombriliste cette logique pourrait mener ? En d’autres termes , c’est la société libérale. 

          Pour rebondir sur un autre sujet , même le transhumanisme découle de cette logique nombriliste. Si l’humain était redevable de ce qu’il doit à la nature pour l’avoir fait tel qu’il est , il n’essaierait pas de se modifier pour la transcender. 

          -Ah ! toi aussi tu fais tes courses façon Drac

          ------> smiley


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 23:16

          @Qaspard Delanuit
          ce n’est pas la dette des français le soucis. C’est la dette de l’Etat dû à sa veulerie continuelle en politique. On pourrait faire le parallèle avec une entreprise, en tant qu’actionnaire, ça vous parlerez sans doute beaucoup mieux, comme par magie smiley


        • vote
          Zatara Zatara 8 mars 23:17

          @maQiavel
          Mais est ce que pour toi , c’est normal de vivre sa vie sans penser qu’on est redevable de qui que ce soit pour quoi que ce soit ?

          comme pour Qaspard, absolument pas, c’est même hors de mon propos...

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès