Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les normes agricoles sont faites pour l’agro-business

Les normes agricoles sont faites pour l’agro-business

Isabelle Saporta, journaliste spécialiste du monde agricole, vient de publier un livre intitulé « Foutez-nous la paix ! » dénonçant les normes « délirantes » auxquelles seraient sujets les « artisans de la bonne chère ».

 

 

Tags : Economie Société Entreprises Marketing de la peur agriculture Monnaie Alimentation Polémique Industrie



Réagissez à l'article

7 réactions à cet article


  • 3 votes
    Alren Alren 9 mars 19:31

    La haute finance gagne de moins en moins d’argent par la spéculation sur les trillions de fausse monnaie émise entre autres par les USA pour masquer la faillite de leur modèle économique. Elle doivent se rabattre, mais pas seulement, sur les dettes souveraines, la surtaxation par les banques de ses services qui à la différence du prix du billet SNCF, du timbre postal ou de l’électricité du service public est libre et les fruits de l’activité réelle.

    La désindustrialisation et la délocalisation finissant par rapporter de moins en moins, il reste à s’attaquer à cette activité qui représente encore des enjeux financiers colossaux pour un pays comme la France : l’agriculture.

    Seulement, pour ramasser le maximum … de ’’blé’’, il faut réussir à ’’industrialiser’’ l’agriculture et bien entendu baisser la qualité des produits le plus possible pour, avec les prix anciens lors de la vente au détail, maximiser les marges.

    Pour remplacer l’agriculture respectueuse de la nature, par l’autre qui détruit le bien commun de la terre pour le bien de quelques riches, il faut détruire la première.

    Malheureusement pour les requins de la finance, l’agriculture traditionnelle est exercée majoritairement par des non-salariés, qu’une décision des ’’actionnaires’’ ne peut licencier avec la complicité des propriétaires, comme pour l’industrie.

    Pour réussir, il faut changer de technique, celle du boa, celle de l’étouffement.

    La technique passe évidemment par la complicité secrète des gouvernants, lesquels multiplient les normes et la paperasse afin d’obliger les indépendants à rentrer dans le rang ou faire faillite.

    Malgré les résistances des travailleurs de l’industrie, la désindustrialisation s’est poursuivie quand même, aussi les financiers espèrent que la mort de l’agriculture respectueuse de la nature se poursuivra malgré la vigoureuse défense de leurs victimes et la sympathie qu’ils ont dans la population.

    « La lutte suprême est engagée. »


    • 1 vote
      jean mouche jean mouche 12 mars 11:14

      @Alren

      Il existe aussi la solution de créer sa propre exploitation et de sourire poliment au banquier, à l’assureur et surtout au technicien agricole qui vont te raconter que tu ne peux pas t’en sortir sans t’endetter d’un demi million d’euro.

      Avec un peu de terres en fermage ou un petit cheptel bien rustique. On peux réussir à vivre en faisant des vrais produits ( pas beaucoup de production, c’est plus facile à écouler, et les habitués en redemandent vite). On vit modestement, mais toujours mieux que celui qui a écouté les trois oiseaux de malheur précités et qui, avec un chiffre d’affaire de 250 000 euros, passe 10 mois par an à découvert, se tire juste un demi RSA et finit par se pendre au douzième coup dur.

      Je parle pour ceux qui ont hérité d’un pécule de la mémé, et qui ne veulent pas s’acheter un apport pour une maison moche et triste ou une grosse bagnole avec.

      La maison, attendez que les vieux du baby boom clamsent, ça coutera moins cher, la bagnole, plus c’est petit et d’occase, moins les pièces coutent...

      L’état providence peut encore te filer 10/30000 euros comme ça pour démarrer. Il faut en profiter, ça ne durera pas.

      En étant réaliste c’est possible. De toute façon le salariat est mort dans ce pays, avec les dérives managériales et les travailleurs détachés.

      Les fruits de cette peine sont exquis, il y a encore de l’espoir les loulous.

      Faut que j’arrête avec ce genre de message, après je vais avoir plein de concurrents qui vont me cramer mon business.

      Sur les Normes, c’est clair que bientôt, il faudra embaucher un pingouin juste pour ça dans les fermes.

      Ce qui est grave aussi, c’est que quand tu demandes un renseignement à l’administration pour bien faire, ils ne savent pas te répondre du tout. c’est tintin chez les patelles.

      Ce qui ne les empêche pas de venir te niquer 6 mois plus tard, en te disant :

      - C’est pas bien môssieur, vous voulez empoisonner la population ou quoi, prenez donc exemple sur la sodexo...


    • 1 vote
      yoananda yoananda 10 mars 00:17

      Je n’ai même pas besoin d’écouter la vidéo pour être d’accord. C’est l’industrialisation de tout le vivant qui est jeu avec en ligne de mire le transhumanisme, le contrôle des sources de nourriture pour finir de foutre l’humanité en esclavage consenti !
      les semences sont interdites, bientôt les potagers privés (toujours pour les même pseudo raisons bidon de danger sanitaire).
      Les lobbys du capitalisme fou sont en train de nous amener directement dans un enfer technocratique, pour le profit de quelques multinationales au détriment de tout le reste de l’humanité.
      Un peu comme le mariage homo, on fait passer le "bien" (céder aux caprices n’est pas rendre service) d’une minorité pour un plus grand mal pour la majorité. C’est devenu la norme maintenant.
      La dystopie c’est maintenant.


      • 2 votes
        jean mouche jean mouche 13 mars 02:02

        @yoananda

        regarde quand même les 2 minutes de vidéo

        Plus simplement, c’est aussi une administration surabondante dans les services les moins utiles, des gens coupés du monde réel, au quotidien bureaucratique, qui suivent des modes lancés par les lobbyistes de l’agro-alimentaire.

        [un peu comme les profs qui doivent appliquer des programmes ineptes, faits par des incapables corrompus à Paris, sans moyen de discipline en classe, sans soutient hiérarchique, et face a des gamins lobotomisés par les écrans et les tablettes dont les parents peuvent parfois t’attendre sur le parking avec une batte pour t’apprendre comment on traite leur petit chéri.]

        Ils serrent souvent les dents en faisant leur boulot, notamment quand ils s’attaquent aux petits.

        Par exemple, il régulent les nitrates, perso je trouve ça bien, car mon grand père péchait et attrapait des grenouilles pour manger de la viande pendant la guerre et aujourd’hui c’est trop pollué et la faune aquatique est rare . Mais un cultivateur va trouver cela injuste.

        Il régulent pas assez les pesticides, selon moi, mais ça arrange aussi pas mal de voisins à moi, les mêmes qui regardent en l’air ou par terre quand je leur dit qu’à un endroit précis sur 44 ruches, il m’en reste seulement 14 de vivantes après l’hiver.

        Ils font bien chier ceux qui font de la viande et du fromage, là c’est abusif, même si pour tout ce qui est nourriture périssable il convient de rester vigilant faut pas pousser, il y a rarement mort d’homme, le plus souvent juste des selles molles et des douleurs intestinales. Pas de quoi fouetter un page, ni porter plainte comme une paire de petites chochottes

        http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/le-journaliste-haineux-frederic-52563

         Sois pas si pessimiste, prend un ti calva pour la route et change de vie si tu le peux. Celle là n’a pas l’air de te réussir.

         Moi c’est sans carrefour que je positive.

         smiley


      • vote
        jean mouche jean mouche 16 mars 02:23

        @jean mouche

         J’ai eu les résultats d’analyse pour les ruches mortes

        BOSCALIDE et THIACLOPRIDE.

        mangez bio si vous pouvez.

        Merci


      • 3 votes
        michel-charles michel-charles 10 mars 07:05

        Ils voulaient tous toucher le pactole de l’UE...préférant la "Prostitution" à l’honneur, pour fabriquer de la merde !


        • 2 votes
          jean mouche jean mouche 12 mars 11:24

          @michel-charles

           Le pactole sert juste à payer leurs normes à la con et tous les parasites qui vivent sur le boeuf de moins en moins gras du secteur primaire. et avec ce qu’on vend on se tire une obole, l’économie est ouverte au cas où ça t’aurais échappé.

           Je parle pour les agri qui se sont fait piégés.

          Les femmes achètent bien des crèmes antirides à 300€ du kilo, alors qu’un peu d’huile d’olive le matin, le résultat est le même sur la peau, ça pollue pas, et tu peux acheter de la bonne pitance du terroir avec les 290€ qui te restent. La bonne bouffe, avec modération c’est aussi bon pour la peau.

          C’est pas de la prostitution, juste des mecs qui ont crus des petits bureaucrates comme on leur avait appris à l’école.

        

        Ajouter une réaction


          Si vous avez un compte AgoraVoxTV, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

          Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



        FAIRE UN DON

        :-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

        (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

        Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

        Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

        Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en bleu.

        Si vous constatez un bug, contactez-nous.








Palmarès