• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Myret Zaki épingle les rois de l’évasion fiscale (UBS, Trusts anglosaxons, (...)

Myret Zaki épingle les rois de l’évasion fiscale (UBS, Trusts anglosaxons, paradis fiscaux...)

400 milliards d'euros d'avoirs offshore, rien que pour les banques françaises...

 

Myret Zaki précise que les attaques sur les banques suisses sont très nombreuses, alors qu'on estime à 400 milliards d'euros les avoirs offshore des banques françaises. Mais pas un mot de la part des autorités françaises à ce sujet... (certainement trop occupées à harceler Dieudonné...)

 

Elle dit ensuite que les structures anglosaxonnes sont aujourd'hui beaucoup plus efficaces que le secret bancaire suisse pour s'évader fiscalement, via des trusts anglosaxons, des sociétés offshore, des paradis fiscaux de droit anglosaxon, etc. "Aujourd'hui 15 000 milliards de dollars de fortune sont cachés dans des trusts et des structrures offshore."

 

Le Lichtenstein, la Suisse et le Luxembourg seraient "un petit peu sortis du marché de l'évasion fiscale suite à ces scandales et ces attaques qu'ils ont subis". Mais pour faire de l'évasion fiscale, "eh bien il reste les Etats-Unis, les Caraïbes, Londres et ces dépendances de la couronne qui capturent aujourd'hui tout le marché de l'évasion fiscale, quasiment, grâce à ces structures, que seuls les richissimes peuvent s'offrir, puisqu'un trust vraiment opaque et hermétique au fisc des Etats, ça coûte très cher..."

 

Noël Pons rappelle l'importance du rôle des prestataires dans le circuit de l'évasion fiscale : conseils, avocats, notaires, services comptables, intermédiaires bancaires...

 

Sont également évoqués : Antoine Peillon, Hervé Falciani, l'Affaire Wildenstein...

 

A noter que si des banques se retrouvent devant la justice, "le montant des amendes est insignifiant" si on le compare avec les bénéfices d'une banque comme UBS, qui peuvent avoisiner les 20 milliards de dollars...

 

30/01/2014 Entretien avec Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe de Bilan, bimensuel économique suisse et Noël Pons, ancien inspecteur des impôts, spécialiste de la fraude fiscale.
Depuis 2008, l’Union des Banques Suisses est accusée d’avoir joué un rôle non négligeable dans la crise financière. Et les nuages continuent de s’accumuler !

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

 

Pour compléter ce sujet, quatre interventions de Antoine Peillon (et aussi Fabrice Arfi pour la troisième), et pour finir des extraits d’un article sur l’évasion fiscale via HSBC (de Anne-Sophie Jacques, @rrêt sur Images le 27/01/2014)

 

* * *

 

Antoine Peillon est l’invité de la matinale de France Inter,. 
Journaliste, il est l’auteur de "Ces 600 milliards qui manquent à la France". (Seuil)
(5/04/2013)

 

 

* * *

 

Les tours et détours de l’évasion fiscale. Une faute morale ? avec Antoine Peillon (05/09/2013)

Antoine Peillon, grand reporter au quotidien La Croix, auteur de Ces 600 milliards qui manquent à la France ; Enquête au coeur de l’évasion fiscale, Le Seuil, mars 2012 et novembre 2012 pour l’édition en collection Points"

 

 

* * *

 

Audition - M. Antoine Peillon et M. Fabrice Arfi par la commission d’enquête contre la fraude fiscale (03/07/2013)

 

 

 

* * *

 

Paris, 18 janvier 2014. — L’évasion fiscale n’est plus à la marge mais au cœur de l’économie et affaiblit nos États. Les actifs français placés à l’étranger représenteraient ainsi 600 milliards d’euros. L’évasion fiscale représenterait en France entre 40 et 80 milliards d’euros par an. Plusieurs affaires et scandales ont mis sur la place publique ce phénomène : affaire Cahuzac, affaire de la banque UBS, etc. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Quelle loi a été mise en place et que contient-elle ? L’affaire Cahuzac est-elle finie ? Le gouvernement et son ministre du budget Bernard Cazeneuve font-ils le nécessaire ? Et au niveau européen, qu’en est-il ? En quoi l’évasion fiscale est-elle une menace pour notre système démocratique ? Quelles sont les moyens de lutte des autres États ?

Pour en parler, Antoine Kowalski (@antoinekowalski) et Mathias Lebœuf (@MathiasLeboeuf) reçoivent dans #RSLP sur Fréquence Protestante Antoine Peillon (@antoinepeillon), journaliste à La Croix, spécialiste de l’évasion fiscale.

 

 

« Le Luxembourg, il y a là une malfaisance qui est notoire et qui est aujourd’hui dénoncée unanimement... »

 

 

* * *

 

Voir l’article Liste HSBC : Le Monde balance des noms, par Anne-Sophie Jacques le 27/01/2014 dans @rrêt sur images

 

Extraits :

« Gros coup pour Le Monde : le journal révèle l’identité de personnalités présentes dans le fichier dit Falciani, du nom de l’ancien cadre informatique de la banque HSBC qui a fourni au fisc français, fin 2008, une liste de détenteurs de comptes suisses. Seuls les noms des contribuables qui ont accepté de parler au Monde sont cités. Les autres demeurent – pour l’instant – anonymes.

(...)

Mais d’autres ont – ou ont détenu – des comptes illégaux. Parmi eux, certains plaident l’ignorance : Jean Lévy, diplomate nommé en octobre 2013 ambassadeur pour le sport par Laurent Fabius, le cinéaste Cédric Klapisch ou encore l’ancien directeur adjoint du Monde, Laurent Greilsamer. Ce dernier assure à ses confrères n’avoir "jamais eu de compte bancaire HSBC, ni en France ni en Suisse" avant de préciser : "j’ai été entendu il y a deux ou trois mois. Au terme de l’interrogatoire, la gendarmerie m’a indiqué que mon nom figurait, comme ayant droit, sur un compte en Suisse que mon frère, expatrié à l’étranger depuis 1978, avait utilisé en 1992."
Les journalistes citent aussi les cas de Gérard Miller, l’avocat Michel Tubiana et l’ex-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Richard Prasquier dont les parents ont ouvert après-guerre des comptes en Suisse. Selon les journalistes, "à l’évidence, un nombre considérable de personnes figurant sur les listings sont dans le même cas.

(...)

Les listes ont-elles été trafiquées ? Ou expurgées ? Lhomme et Davet n’y croient pas et donnent la parole au procureur de Paris François Molins qui assure qu’"aucun élément ne permet de penser que les fichiers auraient été manipulés pour être falsifiés". C’est également la conclusion du rapport sur l’affaire établi par le rapporteur de la commission des finances Christian Eckert en juillet dernier et épluché par Mediapart. »

 

Tags : International Banques




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Soi même 1er février 2014 16:12

    Attend Hollande pour faire cracher les banques française, ( 400 milliards d’euros les avoirs offshore des banques françaises. ) ce n’est pas une bagatelle et cela renflouait l’État !


    • 2 votes
      Amethystae Amethystae 1er février 2014 16:29

      Il manquerait 600 milliards ? Ils ont du oublier de fouiller le placard à quenelles de Dieudo ou la niche du chien.. 600000 euros, 6 millions, 600 milliards... Y a comme une similitude troublante entre ces chiffres, cherchez l’intru, et je ne parle pas de satan...


      • vote
        Heptistika Heptistika 1er février 2014 16:44

        Zog zog... :)


      • 8 votes
        Jacques_M 1er février 2014 18:37

        Eh bien ! on n’est pas sorti de l’auberge !
        Quand on pense que nous (l’Etat) devons emprunter à des gens qui nous ont volé et en plus leur payer des intérêts pour les récompenser de leur traitrise.


        • vote
          HELIOS HELIOS 2 février 2014 15:10

          Pffff... tout ça c’est du bruit pour rien.
          toutes les personnes citées ici ne risquent rien, elles ont des armées d’avocats et de l’influence.

          ...Ceux qui risquent, ce sont tous les "petits", les bi-nationaiux ou ceux qui ont de la famille à l’etranger et qui ont ouvert des comptes pour eviter les frais bancaires pendant les vacances et regler les necessités de maintenance d’un bien.
          .
          A ceux là, qui sont imposés sur leur revenu en France, et qui ont tranferé legalement de l’argent sur ces comptes et ne font aucun benefice, vont etre poursuivis et sanctionnés.

          Parcequ’on parle de la Suisse, mais la realité se trouve partout dans le monde, en Espagne, en Italie, dans les pays du nord etc...

          Une preuve que l’etat va chercher a se gaver en recuperant du fric sur le dos des petites gens, c’est qu’il ne promulgue pas une loi, toute petite, exemptant, par exemple, de declaration les comptes joint (donc familiaux) n’ayant que tres peu d’argent dessus, disons ... 20 000 euros ou 50 000 ou 100 000, peu importe le montant en realité.

          Il y aura toujours quelqu’un pour trouver que le montant est trop grand de toute façon... mais la realité est là, le fisc ne cherche pas a defendre ses citoyens, qui en etant proprietaires a l’etranger augmentent la richesse de la France, mais plutot a obliger toujours plus de français a se soumettre a la spoliation erigée en morale interieure.

          Pourtant, ces français là, font bien plus pour le rayonnement de la France et son economie que les fonctionnaires de Bercy qui les poursuivent.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès