• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Najat Vallaud-Belkacem : Bruckner, Finkielkraut, Ferry, sont de (...)

Najat Vallaud-Belkacem : Bruckner, Finkielkraut, Ferry, sont de pseudo-intellectuels !

 
Le 7 mai 2015 à 08h56

Najat Vallaud-Belkacem était l'invitée de Guillaume Durand sur LCI. La ministre de l'Education nationale avait qualifié les détracteurs de la réforme des collèges de "peuso-intellectuels". Ce jeudi, elle a précisé qu'elle visait "ceux qui critiquaient la réforme sans l'avoir lue", à savoir "Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Luc Ferry".
 
 

 



Attaquée sur sa réforme du collège, Najat Vallaud-Belkacem essuie également des critiques sur les nouveaux programmes scolaires. L’ancien ministre de l’Education Luc Ferry s’en prend à la ministre ce mardi et estime que les programmes sont "nuisibles".

Les nouveaux programmes vont "décérébrer des générations d’innocents", martèle Luc Ferry. L’ancien ministre de l’Education s’écharpe par médias interposés depuis plusieurs semaines avec Najat Vallaud-Belkacem sur le contenu des nouveaux programmes scolaires.

Pour Luc Ferry, les nouveaux programmes ont d’abord un jargon trop alambiqué. L’ancien ministre, interrogé sur RTL cite les programmes d’éducation physique qui pour parler de natation évoquent un "milieu aquatique profond standardisé".

Mais les critiques de Luc Ferry se concentrent en particulier sur l’enseignement de l’histoire. "L’Europe n’est présentée que sous les aspects de la colonisation et de la traite négrière", s’insurge Luc Ferry. "Evidemment qu’il faut parler de ces thèmes-là", assure l’ancien professeur de philosophie. "Mais vous ne pouvez pas voir la civilisation européenne que de ce point de vue-là". Pour Luc Ferry les nouveaux programmes sont influencés par les événements de janvier dernier. "On est dans une espèce d’idéologie post-11 janvier, on veut se faire pardonner mille choses, on est dans l’Europe de la repentance".
Des enseignements facultatifs

L’ancien ministre conteste que ces enseignements soient valorisés au détriment de certaines parties du programme qui deviennent facultatives. Ainsi l’enseignement de la chrétienté au Moyen Age devient facultatif en 5e. Toutefois, le module "naissance du christianisme" reste obligatoire en 6e. 

Luc Ferry dénonce l’obstination de la ministre, "qui défend bec et ongles" sa réforme. L’ancien ministre en appelle au président de la République et demande à François Hollande de ne pas laisser s’appliquer la réforme des programmes, qu’il qualifie "d’immondice".

Ce mardi, les programmes sont soumis à une consultation nationale. Les enseignants ont jusqu’au 12 juin pour donner leur avis qui pourra aboutir à des amendements. Najat Vallaud-Belkacem prévoit l’application des nouveaux programmes pour la rentrée 2016.
 

Tags : Politique Education Histoire Enseignement Polémique


Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 15 votes
    karikakon karikakon 13 mai 2015 11:45
    Ahh, sacrée Nadia, grande intello reconnut dans le monde fermé des abysses du vide, et dont le maitre à penser, n’est autre que le célèbre penseur de Rodin (la statue), d’où son côté lourdingue, genre fonte quand elle s’exprime. Comment peut-on laisser l’éducation nationale être gérée par des bras cassés de la bande du gros gélatineux, n’y a-t-il pas des lois pour la protection des enfants sans dents ?

    • 1 vote
      cathy30 cathy30 13 mai 2015 14:10

      Oui elle n’a pas totalement répondu, et pour cause. 


      • 8 votes
        Fidol Castré Fidol Castré 13 mai 2015 14:35

        La pseudo-ministre de l’éducation nationale donne la leçon à de pseudo-intellectuels smiley. Vu le niveau de l’une et des autres, disons-le tout de suite sans prendre de pincettes avec le cloaque médiatico-républicain : rien à battre.

        L’éducation nationale est devenue une machine à broyer les esprits en vue d’asservir les masses au système financiaro-libéral pour lequel seule une élite de 1 ou 2% de gens suffisamment cultivés et formés, sont nécessaires au maintien dans la servitude tranquille, de 99% de la masse.

        Bientôt à force d’être aussi con et incompétent, un de ces guignols se prendra une bastos par un illuminé et là, Charlie, il pourra aller se rhabiller gentiment ; on peut pas convoquer éternellement le peuple à ces simagrées provoquées par ceux-la mêmes qui nous mettent dans la mouise.


        • 12 votes
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 13 mai 2015 14:45

          Najat n’est pas une fausse intellectuelle, même pour être un imposteur il faut un peu de talent. Cette fille n’a strictement rien pour justifier sa fonction, elle n’arrive même pas à faire semblant. Elle n’est sans doute pas méchante, mais vraiment complètement tarte.


          • 7 votes
            Fidol Castré Fidol Castré 13 mai 2015 17:05

            Bon après, ça fait longtemps que Bouteldja et Soral se détestent cordialement, des années même... Soral reproche au P.I.R de jouer au maximum sur la corde de la repentance eu égard à l’Algérie française.

            En réalité, un con comme Aliot nostalgique de l’Algérie française, est le miroir en négatif d’une conne comme Bouteldja. Soral a des ennemis des deux côtés.


          • 6 votes
            Zatara zatara 14 mai 2015 00:06

            @Wyrd
            t’es fatiguant avec tes ébauches d’articles hors sujet, fais ton site ou post un article


          • 3 votes
            Fidol Castré Fidol Castré 14 mai 2015 10:33

            @Wyrd
            Retrouve la mémoire camarade, on vote pour le même camp, crois-moi. Une différence de sensibilité cependant et comme je l’ai déjà dit, Soral n’a électoralement qu’une infime influence sur le FN. Il y a simplement que je n’apprécie pas les nostalgiques de l’Algérie française.


          • 2 votes
            michel-charles 13 mai 2015 14:57

            Elle travaille dans une entreprise de démolition..ou une fabrique de Loukoum.. ?


            • vote
              dune 13 mai 2015 18:33
              1. Ne nous querellons pas vainement.
              2. Le 6 mars 2015, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a participé à une réunion d’information des missions permanentes sur le Forum mondial sur l’éducation 2015,  ceci en présence du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon.
              3.  Ce Forum mondial sur l’éducation à Incheon ( Corée du sud ) du 19 au 22 mai 2015 va être l’occasion pour le monde de se réunir en vue d’élaborer un nouvel agenda pour " un avenir meilleur pour tous" 
              4.  Puis à succédé à cette réunion d’information, un séminaire sur l’éducation à la citoyenneté mondiale   et à cette occasion, le Secrétaire général de l’ONU a affirmé : " En ces temps d’intolérance croissante et de violence extrémiste, l’éducation à la citoyenneté mondiale jouera un rôle décisif  dans la promotion de la compréhension mutuelle." et il a bien raison.
              5. Car c’est sans doute la réforme éducative primordiale, en ce XXIe siècle et à faire partager en urgence à nos chères petites têtes blondes ou brunes de notre petite planète. C’est un concept fondamental qui découle de la compréhension et l’acceptation de l’Unité du genre humain ( un fait scientifique indéniable).
              6. Alors encore un peu d’effort et on va finir par voir plus loin que le petit bout de notre lorgnette et cessez encore une fois de plus ces querelles inutiles. Nous devrions donc être certainement tous d’accord, avec la citation ci-dessous d’un visionnaire de ce temps qui à dit :
              7.  " La terre n’est qu’un seul pays et tous les hommes en sont les citoyens"       Baha’u’llah ( 1817-1892 )

              • 1 vote
                Bonneteau 14 mai 2015 08:08

                La « Catastrophe nationale », c’est Luc Ferry, parce qu’il monte en épingle une polémique dans le seul but de rallier des voix du FN à l’UMP. Reprenez un à un ses arguments, confrontez les au programme d’histoire des collèges, et vous verrez qu’ils sont faux. J’avais commencé ici.


                • 2 votes
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 14 mai 2015 10:42

                  les "arguments" de Pascal Bruckner :

                  Dans un entretien au Figaro, le philosophe Pascal Bruckner dit tout le mal qu’il pense de la réforme du collège initiée par Najat Vallaud Belkacem. : « On leur supprime le latin, le grec et l’allemand pour leur donner à la place du Jamel Debbouze. L’école devient le véhicule de l’ignorance et non du savoir ».

                  L’essayiste moque notamment cette école qui institue le « cancre comme le grand dénominateur commun de la classe » et la novlangue pédagogiste dans laquelle nager devient « se déplacer de façon autonome dans un milieu aquatique profond standardisé ». « On touche le fond ! » conclut Pascal Bruckner.

                  Sur le fond, justement, le romancier s’inquiète particulièrement de la mise en place de programmes d’histoire sans chronologie ou encore de l’enseignement de l’islam « obligatoire » quand les lumières deviennent optionnelles : « elles sont au fondement même de la culture laïque contemporaine. Que l’on soit de gauche ou de droite, croyant ou pas, c’est durant cette période que se noue la modernité. Faire l’impasse sur celle-ci me paraît aberrant. Il est vrai que dans certains quartiers, il est désormais impossible d’enseigner la Shoah en raison du conflit israélo-palestinien ou encore Madame Bovary qui soulève la question de l’adultère. La réforme tend à cajoler les éléments les plus rétifs du système éducatif au lieu de les assimiler ».

                  Autant de réformes sans doute envisagées comme des signes d’apaisement après les attentats de janvier mais qui sont selon le philosophe une « reddition ». Et de s’en référer au livre de Michel Houellebecq Soumission « une utopie négative pour que nous n’empruntions pas ce chemin. Mais la réalité pourrait rattraper la fiction beaucoup plus vite que prévu » selon Pascal Bruckner. 

                  http://www.marianne.net/pascal-bruckner-on-supprime-latin-grec-allemand-leur-donner-du-jamel-debbouze-100233080.html


                  • 1 vote
                    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 14 mai 2015 10:50

                    Alain Finkielkraut : L’école de la thérapie par le mensonge remplace celle des savoirs

                     Home FIGARO VOX Vox Societe
                     Par Alain Finkielkraut Publié le 11/05/2015 à 20:02

                    FIGAROVOX/EXTRAIT - Le philosophe, qui a toujours placé l’école et la transmission au cœur de sa réflexion, s’est plongé dans la réforme des programmes de Najat Vallaud-Belkacem avant de répondre à nos questions.
                    Publicité

                    Au sujet de la réforme du collège, Najat Vallaud-Belkacem a affirmé dans Le Point : « il y a une différence essentielle entre les progressistes et les conservateurs. Les premiers combattent les inégalités quand les seconds en théorisent la nécessité ». La réforme qu’elle promeut est-elle selon vous conservatrice ou progressiste ?

                    Alain Finkielkraut - Il n’appartient pas à l’école républicaine de combattre toutes les inégalités, mais d’assurer, autant que faire se peut, l’égalité des chances pour donner à chacun sa juste place selon ses aptitudes et son mérite. Mais il ne s’agit plus de cela : c’est au scandale ontologique d’un partage inégal de la pensée entre les hommes que s’attaque, depuis quelques décennies, l’Éducation nationale. Confondant l’ordre de l’esprit, où prévaut la hiérarchie la plus stricte, et l’ordre de la charité, où règne l’amour universel, elle promet la réussite pour tous et rabaisse continuellement le niveau d’exigence afin de ne pas déroger à son serment. Les sociologues lui ayant de surcroît révélé que les « héritiers » avaient accès par droit de naissance à la culture que l’école a pour mission de transmettre au plus grand nombre, l’institution a pris le taureau par les cornes et décidé de mettre l’essentiel de cette culture au rebut. L’école est devenue la nuit du 4 Août permanente de ce que Malraux appelait « l’héritage de la noblesse du monde ».

                    « Ceux-là mêmes qui professent avec ostentation le culte de l’Autre combattent sous le nom d’ennui ce grand dépaysement qu’est la fréquentation des chefs-d’œuvre du passé »

                     L’école est devenue la nuit du 4 Août permanente de ce que Malraux appelait « l’héritage de la noblesse du monde ».

                    Voici, une fois cet héritage liquidé, la liste d’objectifs assignés aux classes de français de 4e et de 3e : « se chercher, se cons-truire » ; « vivre en société, participer à la société » ; « regarder le monde, inventer des mondes » ; « agir sur le monde ».

                    La culture générale est détrônée par une culture commune faite de tout ce dont le jeune a besoin pour s’orienter dans son environnement. Et François Dubet, l’un des initiateurs de ce remplacement, prévient : « On ne peut concevoir que certains élèves aient plus de culture commune que d’autres. »La réforme proposée par Najat Vallaud-Belkacem, qui accélère un processus engagé bien avant elle, n’est ni conservatrice hélas - qu’est-ce qu’enseigner sinon transmettre ce qui mérite d’être conservé ?- ni progressiste, mais destructrice. Sa fureur anti-élitiste déloge, une fois pour toutes, la République de l’école qui porte encore son nom. 

                    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/05/11/31003-20150511ARTFIG00366-alain-finkielkraut-l-ecole-de-la-therapie-par-le-mensonge-remplace-celle-des-savoirs.php


                    • 3 votes
                      Zaraï Sarah 14 mai 2015 13:54

                      @Mao-Tsé-Toung ?  

                      « Najat Belkacem a affirmé dans Le Point : « il y a une différence essentielle entre les progressistes et les conservateurs. Les premiers combattent les inégalités quand les seconds en théorisent la nécessité ». La réforme qu’elle promeut est-elle selon vous conservatrice ou progressiste ? »

                      Belle inversion de sa part. 

                      Selon cette "réforme", supprimer les enseignements et les méthodes qui permettent aux élèves de s’élever - latin, grec, allemand, classes bilingues - permettraient de combattre les inégalités alors que c’est exactement l’inverse ; c’est une politique en réalité conservatrice, au sens de conserver la distance entre l’oligarchie régnante - dont la progéniture aura droit aux meilleures écoles - et le peuple, à qui on apprendra juste ce qui est nécessaire pour obéir et consommer (je simplifie, bien sûr).


                    • 4 votes
                      Zaraï Sarah 14 mai 2015 14:00

                      @Mao-Tsé-Toung

                      Méfiez-vous ce mot « progressisme » , comme beaucoup de ces mots en -isme ; il faut savoir ce qu’il signifie.

                       

                      Le peuple comprend progrès, progrès de la médecine, de la culture, de l’enseignement, technique etc. en résumé progrès pour lui.

                       

                      Mais les gouvernants qui s’en servent, pensent progrès de leur programme.


                    • vote
                      lemi lemi 14 mai 2015 23:10

                      @Sarah
                      tiré par les cheveux votre raisonnement sur la conservation

                      1 ) latin, grec, allemand, classes bilingues ne permettent qu’à très peu d’élèves de "s’élever", et d’ailleurs s’élever vers où ? vers la conservation des richesses de leur dynastie ? vers la conservation de l’impuissance communicationnelle ?

                      la conservation éternelle de l’ignorance épistémologique (bientôt 20 ans après la découverte des textes révélateurs de Saussure !) ?

                      2) il n’y a pas d’inversion,

                      la conservation théorise la nécessité des inégalités (il faut avoir entendu finkielkraut et camus délirer là dessus pour comprendre à quel point c’est vrai !)

                      même si on peut discuter de ce qu’est le progrès, en aucun cas N Valaud Belkacem ne théorise la nécessité des inégalités !


                    • 3 votes
                      Romios Romios 14 mai 2015 11:56

                      Elle ne sait même pas ce qu’est une hypoténuse la ministre de l’éducation.

                      Programme de 5eme.

                      La légitimité pour parler à géométrie (sic) variable.

                      • 2 votes
                        Romios Romios 14 mai 2015 11:57

                        De 6eme, pas de 5e... 1ere année de collège !


                      • 1 vote
                        crab2011 15 mai 2015 16:21

                        Najat Vallaud-Belkacem trébuche. Habituellement prudente, elle a entamé la défense de sa réforme par une incroyable bourde. En qualifiant de « pseudo-intellectuels » Pierre Nora, Luc Ferry, Michel Onfray et les autres contempteurs de sa réforme, elle a commis une faute de débutante. Une lourde erreur qui a révélé son sectarisme.

                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/les-lumieres.html

                        ou sur

                        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/05/12/les-lumieres-5620621.html


                        • 1 vote
                          dom66 16 mai 2015 15:40

                           

                          "Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Luc Ferry" sont effectivement des pseudo intellectuels et en plus des cons de sionistes


                          • vote
                            crab2011 16 mai 2015 17:23

                            Enseigner le fait athée ! Par Michel Onfray

                            http://atheisme.org/onfray.html




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès