Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > Société > Nico Hirtt : la marchandisation de l’enseignement

Nico Hirtt : la marchandisation de l’enseignement

Conférence donnée à Lyon le 10 février 2012 par Nico Hirtt, à l’invitation du Collectif Enseignant Contre la Réforme des Langues, sur l’instrumentalisation de l’école au service de la compétition économique.

 

Hirtt montre que, pour les dirigeants économiques, le but de l’enseignement n’est plus, comme dans les années 1950-70, l’acquisition de savoirs, mais de compétences de base, qui doivent servir l’adaptabilité et la flexibilité des individus sur le marché du travail. On renonce ainsi à la démocratisation de l’enseignement, pour se satisfaire d’une polarisation, entre une minorité très bien formée et une majorité qui n’en a pas besoin (car l’essentiel des emplois est aujourd’hui à faible niveau de qualification).

 

A 1h03, Hirtt cite un rapport de Claude Thélot : "La notion de réussite scolaire pour tous ne doit pas prêter à malentendu. Elle ne veut pas dire que l’école devrait se proposer de faire que tous les élèves atteignent les qualifications scolaires les plus élevées. Ce serait une illusion pour les individus et une absurdité sociale puisque les qualifications scolaires ne seraient plus associées, même vaguement, à la structure des emplois."

 

Puis il cite l’OCDE, qui dit les choses plus clairement encore : "Les programmes scolaires ne peuvent pas être conçus comme si tous [les élèves] devaient aller loin." Hirtt reformule cette dernière phrase à sa façon : "Les programmes scolaires doivent être conçus de sorte que certains au moins n’aillent pas trop loin."

 

Il dénonce le cynisme de cet employé de l’OCDE qui, très certainement, place ses propres enfants dans les meilleurs établissements parisiens, et s’en revient dans son bureau pour écrire que d’autres enfants ne devront pas être formés pour aller trop loin... sans quoi son propre enfant devenu grand ne pourra pas justifier un salaire 50 % à 300 % supérieur à celui de ceux qui occuperont les emplois à faible niveau de qualification, et dont notre économie a pourtant un si grand besoin.

Tags : Economie Société Education Entreprises Enseignement


Sur le même thème

Pierre-Henri Gouyon : Inné/Acquis, Sexe/Genre, Bienvenue à Gattaca ?
Jean-Louis Auduc, auteur de « Sauvons les garçons »
Intégralité Bernard Friot : La sécurité sociale, c'est révolutionnaire
Les gènes de la République et de Peillon ? Le plan d’Éducation nationale de Lepelletier
Rivalité maritime entre Angleterre et Pays Bas


Réactions à cet article

  • 1 vote
    Par sheeldon (---.---.---.198) 14 avril 2012 12:33
    sheeldon

    trrès bonne conf , merci de la diffusée ;o)

  • vote
    Par aobc (---.---.---.168) 14 avril 2012 23:17

    Bonsoir,
    merci pour la video ! Ah, enfin un débat public commence !

    Voici quelques documents concernant l´èlevage..... de "ressources humaines"...... :

    Bruxelles, le 13 avril 2012 COMMISSION EUROPEENNE
    La formation à l’entrepreneuriat se développe
    http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/12/365&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en

    Entrepreneurship Education at School in Europe (anglais)
    http://eacea.ec.europa.eu/education/Eurydice/documents/thematic_reports/135 EN.pdf

    Eurydice - Information sur les systèmes d’enseignement et les politiques éducatives en Europe | EACEA
    http://eacea.ec.europa.eu/education/Eurydice/index_fr.php

    Cordialement, aobc

    • vote
      Par kemilein (---.---.---.240) 14 avril 2012 23:48
      kemilein

      notre société est une pourvoyeuse d’intelligence, une faucheuse de génie.
      le nombre de cerveaux sacrifiés est un crime impardonnable.
      imaginez un peu si cette race humaine n’avait pas la lubie de conquérir et de dominer, ce qu’elle pourrait accomplir avec 7 milliard de cerveaux "partageux".
      -
      nous serions déjà sur mars et certainement au delà.

    • 1 vote
      Par Buddha-dassa (---.---.---.168) 15 avril 2012 09:15

      quel intérêt d’aller sur mars...pour faire les mêmes conneries englués dans le total non sens de nos vies.....tout ca pour fuir la mort qui rode ??

      Gandhi a dit ceci : un de ses amis lui dit un jours,c’est fantastique maintenant on va pouvoir aller a Londres en avion !!et Gandhi a eu cette phrase laconique : pour faire quoi à Londres ?

      ca résume nos vies, on ne sait pas pourquoi mais on y va, car tout est préférable plutôt que de contempler une vie sans aucune beauté, aucune compassion ,aucun sens,totalement vide...

    • vote
      Par kemilein (---.---.---.240) 15 avril 2012 14:49
      kemilein

      . c’est un exemple qui démontre le niveau technique et de connaissances dont nous disposerions alors.
      . et concernant le pourquoi, tout est sujet a pourquoi comme par exemple "pourquoi ne pas survivre dans le froid sans manger en étant les esclaves du prince" pourquoi sur mars ? pour fuir l’humanité en créer une nouvelle ? parce que notre niveau nous rapprocherait d’une espérance de vie obscène ?
      . de toute façon la vie humaine est futile et inutile, tant de part ce qu’i y a eu avant elle et de ce qu’il y aura après elle, autant que par sa place qui ne représente rien au regard du restant de l’univers. la seule chose qu’on est a faire c’est de faire ce qu’on veut... mieux vaut l’harmonie et la paix que la domination et les massacres.

  • 1 vote
    Par Buddha-dassa (---.---.---.168) 15 avril 2012 09:19

    cela dit...cela posé....Gustave Eiffel, seul il aurait fait quoi ? même pas un seul boulon....ce à quoi nous assistons est le vol du collectif par une minorité de voleurs ..sans collectif de production rien n’existe....si le vrai travailleur se met en gréve ,l’élite disparait car elle ne travaille pas mais encaisse...
    nous sommes dirigés par des voleurs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès




Obtenez votre Voyance avec Nostradamus