• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Semences "Open Source" : des graines de tomates et de blé libres de droits (...)
#71 des Tendances

Semences "Open Source" : des graines de tomates et de blé libres de droits VS Monsanto, Bayer, Syngenta...

« L’initiative "Semence en Open Source" s’est lancée dans la création de variétés de légumes libres de droit sur le même modèle que des logiciels informatiques comme Linux. L’objectif : contrer Monsanto, Bayer ou Syngenta, trois des cinq géants qui possèdent les droits de propriété sur la quasi-totalité des semences mondiales. L’initiateur de ce projet, Johannes Kotschi, a fondé un groupe de travail composé de producteurs de semences, d'agriculteurs et de juristes. Ensemble, ils ont développé une variété de tomate et de blé d’été sous licence libre. Des semences qui auraient une forte capacité d’adaptation, capables de résister aux conditions les plus extrêmes. » (source : arte -> Semences en Open source : le combat de David contre Goliath)

 

Des tomates libres de droits pour tous

2017, sur arte.tv - durée 2:32

 

Sur la page d'accueil de Open Source Seeds :

« L’initiative OpenSourceSeeds vise à rétablir les semences comme un commun accessible à tous. Elle met à disposition de nouvelles variétés sous la Licence Semence Libre. Ceci est le moyen le plus efficace de protéger une semence contre les brevets et les diverses protections de variété. Seules quelques grosses entreprises dominent le secteur des semences. Elles sélectionnent des plantes de culture pour leur uniformité et utilisent des brevets afin de protéger leurs droits profits. Cela engendre une réduction de la biodiversité, inhibe l’innovation et limite les capacités de l’agriculture de s’adapter au changement climatique.

Les Semences Libres sont accessibles à tous. La semence peut être reproduite sans limitation, vendue, donnée ou même utilisée dans le processus de sélection de nouvelles variétés. La licence donne aux nouveaux utilisateurs les mêmes droits que leurs précédents détenteurs. »

 

La Licence Semence Libre - Une contribution à la constitution d’un commun de semences
Johannes Kotschi

 

Je vous recommande :

- l'article de Nina K -> Danger ! 3 multinationales contrôlent 50% des semences mondiales (Syngenta, Monsanto et Dupont-Pioneer)

 dans lequel on peut lire ceci : 

« Légumes, fruits, céréales… Notre alimentation est principalement basée sur des produits agricoles qui ont en commun de provenir de graines. Un marché qui a attisé bien des convoitises. A tel point qu’aujourd’hui, à force de rachat de sélectionneurs de semences, trois entreprises multinationales se partagent 50% de la production mondiale. Une concentration qui représente un risque pour la biodiversité et ainsi l’approvisionnement en aliments, comme le dénoncent des ONG (Pro SpecieRara, La Déclaration de Berne).

 Et les critiques de ces ONG sont multiples : trois multinationales, Syngenta, Monsanto et Dupont-Pioneer contrôlent 50% du marché des semences. Les deux premiers possèdent aussi quantité de variétés protégées, 60% des tomates vendues en Europe et 70% des choux-fleurs. Monsanto et Syngenta, gros producteurs de pesticides, veulent vendre leurs produits par lot, les semences avec les engrais et les pesticides adaptés. En plus, les grands sélectionneurs utilisent des variétés stériles. Effet pervers de cette mainmise, le nombre de variétés s’appauvrit, et avec lui la diversité génétique. »

 

- l'article Open Source Seeds : les graines de tomates libres (posté sur linuxfr.org par Jonathan Clarke, le 29 août 2017)

 dans lequel on peut lire ceci : 

« Dans la construction de cette licence, le groupe de travail d’Agrecol (Association for AgriCulture and Ecology in Africa, Asia, Latin America and Eastern Europe) s’est inspiré de la GPL, des licences Creative Commons et a même intégré le principe de copyleft — la licence inclut donc une provision pour transfert de matériel génétique  !

Pour l’instant, seules sont disponibles des graines de tomates cerises, nommées Sunviva, et une graine de blé est en développement. »

 

 

A propos de Monsanto, vous pouvez également consulter cet article -> "Roundup, face à ses juges", le film qui fait le procès de Monsanto (sur RTS Info, le 28 août 2017)

 dans lequel on peut lire ceci : 

« L'UE renouvellera-t-elle l'homologation du glyphosate, un herbicide controversé, pour les dix ans à venir ? Alors que la décision est attendue cet automne, la réalisatrice française Marie-Monique Robin revient à la charge.

"Face à un faisceau de preuves aussi important que celui qui concerne le glyphosate, le principe de précaution doit être appliqué", estime Marie-Monique Robin, interrogée dans l'émission Tout un monde, à l'occasion de la diffusion de son nouveau documentaire "Roundup, face à ses juges" »

 

Pour conclure : les dernières nouvelles sur les mégafusions en cours (ou déjà finalisées), dans l'univers impitoyable de l'agrochimie -> voir l'article L'UE tique sur la grande alliance Bayer-​​Monsanto (L'Essentiel, le 28 août 2017)

 dans lequel on peut lire ceci : 

« Le projet d'acquisition de Monsanto par Bayer pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros), annoncé en septembre 2016, « entraînerait la création de la plus importante entreprise intégrée du monde dans les secteurs des pesticides et des semences », souligne la Commission. [...]

La Commission a déjà autorisé deux mégafusions dans l'agrochimie depuis le début de l'année, à chaque fois sous conditions. Fin mars, Bruxelles avait autorisé la fusion des géants américains Dow et DuPont, qui doit donner naissance dans les prochains jours à DowDuPont, un mastodonte pesant 130 milliards de dollars en Bourse. Dix jours plus tard, elle validait le rachat du suisse Syngenta par le géant chinois ChemChina pour 43 milliards de dollars (40 milliards d'euros à l'époque), la plus grosse acquisition jamais lancée par un groupe chinois à l'étranger. »

 

Tags : Environnement Société International agriculture Alimentation Nature Monsanto Multinationales



Réagissez à l'article

9 réactions à cet article


  • 5 votes
    Qiroreur Qiroreur 1er septembre 23:30

    Excellente initiative, le vivant est de toute façon par nature open source, il appartient à tous et donc à personne en particulier. Le scandale absolu est bien de l’avoir laissé se transformer en business dans une optique toujours plus productiviste (avec les conséquences écologiques, sanitaires, éco que cela entraîne). Si au moins ils vendaient un produit correct, mais même pas, cette cochonnerie produit des graines qui ne re-germent pas, un non-sens total.

    Bien envie d’essayer cette variété de tomates l’année prochaine histoire de voir ce que ça vaut... S’il y a bien un truc qui peut aider les plus démunis (et tout le monde) à devenir autonomes, remettre de la diversité dans es productions, s’affranchir de ces enflures de Monsanto et consorts... c’est bien ça. Ce doc présente des arguments qui coulent de sources, naturels quoi... Merci.

    • 2 votes
      yoananda yoananda 1er septembre 23:46

      @Qiroreur
      ha mais oui ! Au moins au niveau de l’information, les logiciels libre ont montrés, grâce à Stalman (la paix soit sur lui), que c’était un business model viable. Stalman (béni soit son nom), ce putain de gauchiste, avec son acolyte Linus Torvald (grand parmi les grands), cet autre gauchiste, ont montré, non pas par des grands discours enflammés, mais par leur action (virales) de terrain que c’était possible.

      Appliquer le même principe, au graines, me semble être une excellente idée. Du point de vue économique, que les bien soient payant semble logique, à cause de l’entropie. Mais l’information (les graines en sont finalement), c’est de la négantropie, et ça fait sens que ça soit gratuit car on s’enrichit à partager l’information, alors qu’on s’appauvrit à partager des biens.

      Mais les 2 sont nécessaire, le tout gratuit serait une aberration.

      Si ça peut créer une contre culture véritable comme l’ont fait les logiciels libres, ça serait un sacré progrès. Bien plus que toute la branlette intellectuelle sur comment redevenir souverain ici ou la. La c’est direct de la souveraineté en barre !


    • 1 vote
      Stupeur Stupeur 2 septembre 15:53

      @Qiroreur
      Merci smiley

      Oui, l’initiative est excellente (et courageuse, tant le lobby en face est puissant et cynique...).


    • 5 votes
      eau_du eau_du 2 septembre 14:51

      Bonjour Stupeur,
      .
      Voici deux extraits de mon article :
      Nouvelle législation européenne sur le commerce des semences
      datent du 18 octobre 2013 :
      https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/nouvelle-legislation-europeenne-142365
      .
      En réduisant les droits des paysans à ressemer leurs propres semences, en durcissant les conditions de reconnaissance des variétés par des petits entrepreneurs indépendants, en limitant la circulation et l’échange de graines entre associations et entre planteurs, la Commission européenne balaye 10.000 ans d’histoire agricole. Le nombre incroyable de variétés végétales dont nous disposons aujourd’hui repose sur le travail de sélection de 400 générations de femmes et d’hommes, et sur la transmission de cette connaissance à la génération suivante.
      source : http://www.tsnoy.be/2013/05/07/reglement-ue-sur-les-semences-la-proposition-de-la-commission-europeenne-menace-la-biodiversite/
      .
      Le Réseau Semences Paysannes dénonce cette agression violente contre le droit des agriculteurs, des jardiniers, des consommateurs et des générations futures d’accéder librement à l’immense biodiversité végétale généreusement offerte par le travail de centaines de générations de paysans.
      source : http://www.legrandsoir.info/reglement-europeen-sur-les-semences.html
      .
      L’oligarchie financière nous à spolié un bien vital, un bien qui devrait ou plutôt qui doit être protège par une intégration dans les constitutions tout comme l’eau potable.
      .
      Cette spoliation des semences par des grandes groupes industrielles est un acté criminel ... ses gens qui ont confisque un bien en commun de l’humanité, les semences naturelles non OGM, méritant d’être mise en prison !
      .
      Nous avons été trahis pas les grandes groupes industrielles et leur complices, les Hommes politiques, les grands médias, et par une partie des Hommes scientifiques qui se laissent acheter, corrompre, pour publier des mensonges voir de retenir des informations qui pourront nuire aux industrielles.
      .


      • 2 votes
        Stupeur Stupeur 2 septembre 16:17

        @eau_du
        Bonjour smiley

        Tout à fait, il y a une vraie collusion d’intérêts entre différents pans de l’oligarchie (instances politiques, finance, lobby agrochimique, grands médias, etc) permettant à quelques-uns de contrôler la majeure partie de la production agricole mondiale. Et ce ne sont pas des philanthropes... bien au contraire ! smiley 


      • 2 votes
        Yvance77 Yvance77 2 septembre 19:46

        Excellente information

        Merci

        • 3 votes
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 3 septembre 11:17

          Le problème n’est pas que Mosanto et Cie créent des semences hybrides artificiels et des OGM dangereux pour la santé et l’environnement. Le vrai problème est que Mosanto et Cie nous interdisent par la loi de planter des semences anciennes. Il est là le coeur du problème !


          • 2 votes
            Pyrathome Pyrathome 4 septembre 14:10

            @DJL 93VIDEO

            nous interdisent par la loi de planter des semences anciennes......

            .

            Qui sont ces énergumènes pour se permettre d’interdire ?

            On plante ce que l’on veut, qu’ils aillent se faire foutre......


          • 1 vote
            DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 5 septembre 21:00

            @Pyrathome
            L’organisme qui frique les agriculteurs se nomme le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants) ... Cet organisme, qui regroupe exclusivement des professionnels privés de la filière semences présente toutes les caractéristiques d’un groupe de pression défendant les intérêts de l’industrie semencière.

          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON







Palmarès