• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Transgenre à 4 ans

Transgenre à 4 ans

 

Après avoir consulté des spécialistes, des parents américains ont écouté leurs conseils.
A 4 ans, leur fille est devenu un garçon, un enfant transgenre à 4 ans.

 

Src : http://www.lematin.ch

 

L'autre émission.

 

Tags : Société Enfance Homosexualité Psychologie Psychanalyse



Réagissez à l'article

38 réactions à cet article



    • vote
      Un gars lambda Un gars lambda 31 mai 10:03

      @Zatara
      ah oui, quand même ...


    • vote
      Sacha 1er juin 05:03

      @Un gars lambda

      Quand même quoi ? Tu devrais jouir de voir qu’un mec trans est ramené à la biologie et que donc il n’est pas vraiment homme selon toi...


    • vote
      Un gars lambda Un gars lambda 1er juin 10:06

      @Sacha
      Oui c’est vrai , la nature reprend ses droits



      • 4 votes
        CoolDude 30 mai 17:34

        Pour moi, c’est la pire version caricatural du sexisme ambiant...
        Si tu te comportes comme un "homme", tu dois en porter les attributs, les codes... Et inversement.

        Et ça va jusqu’à, devoir changer de genre pour se faire accepter (et encore, c’est pas gagné...).

        J’imagine que quand la société aura compris et accepté qu’il n’y pas d’attitudes et comportements "genrés", on ne aura plus besoin d’avoir recours a ce type de travestissement de la réalité qui peut aller très loin.


        • 1 vote
          Sacha 1er juin 04:58

          @CoolDude

          La personne ne change pas de genre (au sens identité de genre). 

          Elle adopte une apparence et un rôle social qui correspond à l’idée qu’elle se fait d’elle même. 

          Elle change de rôle de genre car elle pense être un garçon et du coup jouer au garçon la fait jouir.

          En quoi est ce un problème qu’elle jouisse ?

          Ta réponse est typique des gens qui ne pigent rien au genre.

          Une femelle ne va pas se dire garçon car elle aime un truc de garçon. La relation est inverse en général : une femelle va jouer à un truc de garçon pour dire aux monde "je suis un garçon" car elle pense être garçon. 

          Tous les gens qui pensent avoir un genre expriment ce genre en suivant les normes du genre, les trans et les non trans. Et ils ne font avec PLAISIR et non en pensant que c’est une contrainte.

          Si tu es une femelle qui pense être femme tu auras du mal à te faire validée en tant que femme si tu as le crane rasé, des tatouages, des muscles, des poils et une barbe, et que tu portes des costumes cravates, n’est ce pas ?

          Donc les femelles et les mâles qui veulent être perçus comme femme suivent les normes du genre femme.

          Car que tu le veuilles ou non, 99% des gens suivent les normes du genre, y compris TOI !


        • vote
          Sacha 1er juin 05:00

          @CoolDude

          Tu as pris comme pseudo DUDE. Donc tu es une femme ?


        • 1 vote
          CoolDude 30 mai 17:42

          Après, je me demande jusque cela va aller.
          Pour les sports de compétitions, etc...

          Avant, il avait le plus grand mal dans sa catégorie, maintenant elle est beaucoup plus performante.


          • 2 votes
            Qiroreur Qiroreur 30 mai 17:47

            Je n’ai pas compris et désolé si ma question parait idiote mais... ils lui ont greffé un pénis ? En quoi est-ce un changement de sexe autrement, il s’agit juste d’un changement de nom et de conforter l’enfant dans un mensonge qui le rassure, non ? Si ce n’est pas le cas, les autres garçons vont vite remarquer que le petit Jacob est différent... et il va souffrir autrement. C’est sans doute un paramètre que les parents non pas pris en compte. Et puis l’anxiété se soigne par toutes sortes de thérapies, voire des traitements médicaux.


            Sinon pour répondre à l’auteur, si, le suicide existe chez l’enfant et parfois à des âges très précoces, à partir de 5 ans. Il y a environ une centaine de cas par an en France et selon Boris Cyrulnik, 40% des enfants pensent à la mort. Maintenant peut-on laisser à 4 ou 7 ans un enfant décider de ce qu’il veut à ce point ? D’autant qu’il n’est pas impossible que les parents se le voient reprocher plus tard par leur gamin un peu perdu. On nage ici en plein délire individualiste alimenté par la théorie du genre qui permet toutes les dérives. 

            • vote
              Un gars lambda Un gars lambda 30 mai 18:03

              @Qiroreur
              non il lui ont pas greffé un sexe ou autre, ils ont changé l’etat civil.


            • 1 vote
              CoolDude 30 mai 20:26

              @Un gars lambda

              Mais ils y pensent déjà... Sa période adolescence a été évoqué (Hormones, etc...) ! Sans parler de la suite : Quand, c’est parti, c’est parti !!!

              Tu parles d’une bande d’expert. Une thérapie Familiale leurs aurait fait le plus grand bien.

              Mais bon, il est jamais trop tard.

              Bref, je me demande qui sont les plus fous dans cette affaire. Aller, folie collective.

              PS : n’empêche comme ça il pourra choisir le design, sa longueur, etc... C’est cool ça.


            • 2 votes
              Qiroreur Qiroreur 30 mai 22:49

              @Un gars lambda
              C’est déjà particulier quand même... pour cet âge-là.


            • vote
              Zatara Zatara 31 mai 03:17

              @Un gars lambda
              on peut changer toutes les semaines son état civil si on est pas sûr ? Des fois qu’on est un pet de travers....


            • vote
              Un gars lambda Un gars lambda 31 mai 10:07

              @Qiroreur et oui, c’est particulier, 


            • vote
              Sacha 1er juin 04:49

              @Qiroreur
              C’est les cons comme toi qui peuvent le faire souffrir.

              Pourquoi je pense que tu es con ?

              Car tu ne connais rien au sujet trans, rien sur la réponse psychiatrique à cette question mais tu causes !

              Tu imagines bien que cet humain n’est pas le premier au monde à avoir dit être garçon alors qu’il a une chatte ou fille alors qu’il a une bite ?!

               Et tu imagine que les psychiatres en ont vu des milliers dans le monde depuis 60 ans !?

              Et ils ont conclu quoi ces psychiatres ? Bah qu’aucune thérapie, aucun médoc ne change ces gens. Sauf à vouloir en faire des zombies sous sédatifs dormant 20h par jour.

              Tout comme toi, si on t’explique en thérapie à coup de fouet que tu n’es pas ce que tu penses être et bien tu ne changeras jamais d’avis !

              Si une personne ne prend pas en compte non pas un mais x paramètres ici = toi !

              C’est un changement de sexe SOCIAl. Car oui, le sexe est AUSSI social !

              Quand tu dis monsieur à des gens dehors tu ne sais pas s’ils ont une bite dans le slip, n’est ce pas ? Mais tu penses que c’est des hommes. Pourquoi ? Bas car ils se présentent socialement comme des hommes.


            • vote
              Sacha 1er juin 05:01

              @Un gars lambda

              Faux, tu ne peux pas changer d’état civil avant la majorité. 


            • vote
              Sacha 1er juin 05:05

              @Zatara

              Toi tu as un QI inférieur, c’est flagrant ! Ca donne le droit de changer de genre ? Non !

              Mais visiblement ca n’empêche pas d’ergoter online !


            • vote
              Qiroreur Qiroreur 1er juin 13:58

              @Sacha
              Je vais faire abstraction des insultes et te répondre.

              "Car tu ne connais rien au sujet trans, rien sur la réponse psychiatrique à cette question mais tu causes !"

              Je suis diplômé en psychologie (j’ai notamment étudié la psycho du dév) mais il est exact que cela ne me confère aucune autorité (et certainement pas en psychiatrie) sur ce sujet en particulier d’autant que je n’ai pas été praticien.


              "Tu imagines bien que cet humain n’est pas le premier au monde à avoir dit être garçon alors qu’il a une chatte ou fille alors qu’il a une bite ?!"

              C’est une question ou une exclamation ? Sinon, oui, je l’imagine sans peine mais les enfants disent plein de choses, et toutes ne font pas forcément sens pour eux. 


              "Et ils ont conclu quoi ces psychiatres ? Bah qu’aucune thérapie, aucun médoc ne change ces gens. Sauf à vouloir en faire des zombies sous sédatifs dormant 20h par jour."

              "Ces gens" ne veut rien dire. Il y a autant de cas que de patients. Et sinon je n’ai pas consulté leurs rapports médicaux, toi non plus. Enfin il existe plusieurs approches et il arrive que face à ce genre de situations toutes n’aient pas été tentées. J’ignore si c’est le cas ou non ici, mais il arrive que certains parents prennent une mauvaise décision s’appuyant sur l’autorité d’un praticien en particulier alors que d’autres auraient un avis et une approche différents.


              "Tout comme toi, si on t’explique en thérapie à coup de fouet que tu n’es pas ce que tu penses être et bien tu ne changeras jamais d’avis !"

              D’abord, et c’est là toute ton erreur, on ne peut traiter un enfant de 4 ans comme un adulte. Un enfant de 4 ans n’a pas "d’avis", il a des désirs, parfois un mal-être existentiel profond qui nécessite une prise en charge médicale (médicale ne signifiant pas forcément médicamenteuse) qui sera différente de celle pour un ado ou un adulte. L’aspect particulier des enfants est qu’ils passent en peu de temps d’une condition fusionnelle avec leur mère à une différenciation qui commence dés la naissance et qui passe par plusieurs stades, dont celle de la différenciation sexuelle (ils prennent conscience qu’ils sont garçons ou filles). Mais il arrive en effet que des garçons/filles s’interrogent ou même rejettent leur identité de genre très tôt. C’est une question extrêmement complexe et qui a toujours existé. Pour autant c’est la réponse qui a différé. Une thérapie (et je ne parle pas d’un traitement chimique) aurait pu (je ne sais pas s’ils ont tenté) permettre à un psychologue de bien distinguer ce qui est de l’ordre de la volonté réelle de l’enfant (à 4 ans on est en plein dans le stade du "non", période que tous les parents connaissent entre 3 et 6 ans où l’enfant s’oppose systématiquement à tout pour affirmer son existence, sa singularité et aussi parce qu’il prend conscience de son pouvoir) et de ce qui peut être de l’ordre d’une forme d’entretien de la part des parents (je ne dis pas que c’est le cas ici, simplement qu’il arrive que des parents, inconsciemment, encouragent certains comportements chez leurs enfants, ça arrive même tout le temps). A partir du moment où les parents traitent leur enfant comme s’il était d’un autre sexe que celui de leur naissance, ils le confortent dans une situation bien particulière, un état d’esprit qui peut pourtant évoluer dans le temps chez l’enfant. 

              Notes qu’ici les âges sont importants. A partir de 6, 7 ans l’enfant se tourne vers la réflexion et le monde extérieur (ce n’est pas pour rien que l’école élémentaire commence généralement à ces âge-là et ce à peu près partout). Il acquiert des apprentissages essentiels (comme la lecture, l’écriture, le calcul) qui lui permettent de construire sa propre réflexion. C’es également l’âge où l’on peut commencer une étude sérieuse d’un art ou d’un sport, l’âge où se définissent les passions et les loisirs, où on devient capable de choisir ce qui nous plait. Ce sont aussi des âges où la socialisation (qui commence avant bien entendu) est essentielle et c’est pour cela que je parlais des difficultés qu’il pourrait rencontrer avec les autres à l’école et ailleurs... que changer de genre n’est pas anodin ni sans conséquences. Bref, beaucoup de choses peuvent changer dans son esprit. Alors lui faire changer d’état civil, de nom, etc. dés cet âge n’est clairement pas une décision légère et sans doute il eut été préférable d’encore attendre. Et puis dans quelques années ce sera la puberté, période de la vie particulièrement cruciale pour tout le monde (plus ou moins), période où la vulnérabilité de l’enfant est grande (le suicide chez les ados est un véritable problème, notamment pour des questions de sexualité et la manière dont elle est vécue). 

              "C’est un changement de sexe SOCIAl. Car oui, le sexe est AUSSI social !"

              C’est une évidence... et c’est aussi ce que j’explique plus haut.


            • vote
              Sacha 5 juin 06:27

              Je vais faire abstraction des insultes et te répondre.


              C’est ca, fais abstraction…


              "Car tu ne connais rien au sujet trans, rien sur la réponse psychiatrique à cette question mais tu causes !"
              Je suis diplômé en psychologie (j’ai notamment étudié la psycho du dév) mais il est exact que cela ne me confère aucune autorité (et certainement pas en psychiatrie) sur ce sujet en particulier d’autant que je n’ai pas été praticien.

              Et alors ? 

              "Tu imagines bien que cet humain n’est pas le premier au monde à avoir dit être garçon alors qu’il a une chatte ou fille alors qu’il a une bite ?!"
              C’est une question ou une exclamation ? Sinon, oui, je l’imagine sans peine mais les enfants disent plein de choses, et toutes ne font pas forcément sens pour eux. 


               ? = question
               ! = affirmation

              Et alors ?

              "Et ils ont conclu quoi ces psychiatres ? Bah qu’aucune thérapie, aucun médoc ne change ces gens. Sauf à vouloir en faire des zombies sous sédatifs dormant 20h par jour."
              "Ces gens" ne veut rien dire. Il y a autant de cas que de patients. Et sinon je n’ai pas consulté leurs rapports médicaux, toi non plus. Enfin il existe plusieurs approches et il arrive que face à ce genre de situations toutes n’aient pas été tentées. J’ignore si c’est le cas ou non ici, mais il arrive que certains parents prennent une mauvaise décision s’appuyant sur l’autorité d’un praticien en particulier alors que d’autres auraient un avis et une approche différents.


              Bah si, ces gens ca veut dire = les gens qui veulent vraiment changer de sexe physique et/ou social, les TRANS, ceux qui font une démarche pour changer de sexe.

              De quels rapports tu parles ?

              Les demandes de patients qui veulent changer de sexe ca existe depuis 1950 aux USA donc ce qui a été tenté : thérapies diverses et variées, médicaments divers et variés, électrochocs, trepanation…et le résultat c’est quoi ? Qu’elles sont toutes sans effet sur la demande trans.

              Tu veux tenter quoi de nouveau sur ce môme ? Le vaudou ?

              "Tout comme toi, si on t’explique en thérapie à coup de fouet que tu n’es pas ce que tu penses être et bien tu ne changeras jamais d’avis ! »

              D’abord, et c’est là toute ton erreur, on ne peut traiter un enfant de 4 ans comme un adulte. Un enfant de 4 ans n’a pas "d’avis", il a des désirs, parfois un mal-être existentiel profond qui nécessite une prise en charge médicale (médicale ne signifiant pas forcément médicamenteuse) qui sera différente de celle pour un ado ou un adulte. L’aspect particulier des enfants est qu’ils passent en peu de temps d’une condition fusionnelle avec leur mère à une différenciation qui commence dés la naissance et qui passe par plusieurs stades, dont celle de la différenciation sexuelle (ils prennent conscience qu’ils sont garçons ou filles). Mais il arrive en effet que des garçons/filles s’interrogent ou même rejettent leur identité de genre très tôt. C’est une question extrêmement complexe et qui a toujours existé. Pour autant c’est la réponse qui a différé. Une thérapie (et je ne parle pas d’un traitement chimique) aurait pu (je ne sais pas s’ils ont tenté) permettre à un psychologue de bien distinguer ce qui est de l’ordre de la volonté réelle de l’enfant (à 4 ans on est en plein dans le stade du "non", période que tous 

              Notes qu’ici les âges sont importants. A partir de 6, 7 ans l’enfant se tourne vers la réflexion et le monde extérieur (ce n’est pas pour rien que l’école élémentaire commence généralement à ces âge-là et ce à peu près partout). Il acquiert des apprentissages essentiels (comme la lecture, l’écriture, le calcul) qui lui permettent de construire sa propre réflexion. C’es également l’âge où l’on peut commencer une étude sérieuse d’un art ou d’un sport, l’âge où se définissent les passions et les loisirs, où on devient capable de choisir ce qui nous plait. Ce sont aussi des âges où la socialisation (qui commence avant bien entendu) est essentielle et c’est pour cela que je parlais des difficultés qu’il pourrait rencontrer avec les autres à l’école et ailleurs... que changer de genre n’est pas anodin ni sans conséquences. Bref, beaucoup de choses peuvent changer dans son esprit. Alors lui faire changer d’état civil, de nom, etc. dés cet âge n’est clairement pas une décision légère et sans doute il eut été préférable d’encore attendre. Et puis dans quelques années ce sera la puberté, période de la vie particulièrement cruciale pour tout le monde (plus ou moins), période où la vulnérabilité de l’enfant est grande (le suicide chez les ados est un véritable problème, notamment pour des questions de sexualité et la manière dont elle est vécue). 
              Remplace avis par pulsion ou besoin si ca te fais plaisir !

              T’es gravos = évidement qu’il y a eu un dialogue avec un pro de la santé mental et c’est lui qui a surement dit aux parents que le môme était probablement trans. 


              On est dans un monde anti trans, c’est bien que tu t’en rendes compte et ca les parents et le pro de la santé mental le savent donc s’ils font ca c’est que l’enfant n’a pas juste dit une fois « je suis une fille » entre 2 conneries qu’il dit mais qu’il a une souffrance FORTE et durable du fait qu’on lui impose d’être garçon.

              On voit que tu n’a jamais vu un enfant trans de ta vie…

              Ya peu de reflexion pour le genre, c’est un truc qu’on sent, qu’on croit, c’est comme un truc mystique. Les gens ne se questionnent pas sur leur genre et pourtant ils sont persuadés d’en avoir un. Le genre c’est mystérieux et ca ne se decide pas. Ya que les trans qui se questionnent sur la question de leur propre genre.

              Il est bien connu que les enfants ont une plasticité dans le genre, donc qu’ils peuvent changer d’avis sur qui ils sont. Et alors ? Ils ont le droit de changer d’avis ! L’essentiel étant d’être bien et si l’enfant se sent hyper mal en garçon mais hyper bien en fille et bien pourquoi il devrait rester garçon ? Même s’il reste fille 5 mois puis devient garçon, il aura été heureux au lieu de malheureux durant cette période.

              Mon psychiatre n°2 m’a raconté cette histoire : il a suivi un enfant qui avait tout du discours trans, pour lui il était trans et il n’y avait aucun doute. Après un certain temps, l’enfant a changé totalement, il est revenu dans une discours classique. Le psychiatre ne sait pas si cet enfant restera comme ca à vie, s’il lutte contre cette pulsion trans ou si c’était une phase. D’après lui seul le temps le dira.


              Changer de genre n’est pas anodin effet si on entre dans le genre qui nous plait : c’est jouissif et ca reveille à la vie.

              Personne ne change d’état civil avant 18 ans. C’est illégal.
              "C’est un changement de sexe SOCIAl. Car oui, le sexe est AUSSI social !"
              C’est une évidence... et c’est aussi ce que j’explique plus haut.

              Et alors ?

            • vote
              Sacha 5 juin 06:33

              Cet enfant ne rejette pas son identité de genre, au contraire, il la réclame !


            • vote
              Sacha 5 juin 06:34

              Il est évident que cet humain qui a été évalué par au moins un pro de la santé mental l’a été en tenant compte qu’il a 4 ans !


            • vote
              Sacha 5 juin 06:37

              Sinon le verbe noter donne NOTE et non noteS à l’impératif. 

              Ca fait tache de ne pas maitriser l’impératif niveau Ce2 quand on se dit diplômé en psychologie et qu’on veut expliquer la vie !


            • vote
              Sacha 5 juin 06:49

              @Qiroreur
              Je confirme : tu es stupide ou du moins totalement ignorant que la question trans et surtout dogmatique.

              La preuve :

              - tu associes le genre bite or le concept de genre = sexe psychique 

              - il n’a pas simplement une anxiété, il a un trouble de l’humeur qui se nomme DYSPHORIE de genre. Que tu puisses masquer l’anxiété avec un médoc, OK mais la soigner ? Et pour tout le reste à savoir irritabilité, apathie, tristesse, désespoir : tu donnes quoi ?

              - tu proposes de droguer un môme plutôt que de le laisser s’habiller en mec, tu penses que s’il change d’avis qu’est ce qui sera plus grave pour lui, d’avoir porter un pantalon ou d’avoir pris des drogues très addictives et toxiques pour le cerveau ?

              - tu parles de mensonge : quel mensonge ? 

              - nul part tu ne tiens compte d’un truc important : ca fait 3 ans que le môme vit en mec et il est encore vivant !


            • 4 votes
              Nigari Nigari 30 mai 17:59

              "Mon identité c’est mon genre".... petit aperçu de la "non-binarité" smiley

              Attention, Ce reportage aurait remporté le deuxième prix du jury décerné par Arlette CHABOT

              https://www.youtube.com/watch?v=wPZ5WMdVWQA


              • 2 votes
                Djam Djam 30 mai 22:20

                @Nigari
                Merci pour le lien de ce reportage qui décroche le pompon de la crétinisation totale d’une partie de la génération ado. J’avoue que le Maxime qui se veut Alice et sa petite copine dont le discours atteint des sommets "d’intelligence", ne donnent pas envie de les avoir comme potes. 

                Ils sont très forts ces manipulateurs de cerveaux... parvenir en si peu de temps, un peu partout en Europe après avoir bien perverti les EU, à implanter la "théorie" du genre comme sujet sérieux, il fallait oser, ils l’ont fait. Parler de "binarité" en lieu et place de l’inévitable épreuve de l’altérité pour toute personne devenue adulte dans le plein sens du terme, relève de la pire des manipulations. Le "genre" est le dernier délire idéologique balancé aux masses qui ne savent déjà plus ni qui elles sont, ni d’où elles viennent. En revanche, ce qui est certain, c’est où elles vont... vers l’abime et ça vaut mieux.


              • 1 vote
                Zatara Zatara 31 mai 03:38

                @Djam
                Le "genre" est le dernier délire idéologique balancé aux masses qui ne savent déjà plus ni qui elles sont, ni d’où elles viennent.

                C’est précisément le but. Il faut que la question de l’identité sexuelle soit la seule référence ou source de questionnement autocentré en tant qu’elle remplacerait ainsi tout référentiel ou source de questionnement (désormais superflu), tel que politique, religieux, culturel, national.

                https://www.facebook.com/bhuphusis/videos/1039435506191179/


              • vote
                Un gars lambda Un gars lambda 31 mai 10:02

                @Nigari
                Merci pour le lien


              • vote
                Sacha 1er juin 04:37

                @Djam
                L’imbécile ici = toi !


              • vote
                Sacha 1er juin 04:40

                @Zatara
                Le genre est au contraire le délire de ceux qui veulent imposer aux mâles d’être des hommes viriles et aux femelles d’êtres des femmes féminines !

                C’est eux qui font des crises et essayent d’imposer LEUR vision de comment on doit vivre, penser, manger, baiser, la preuve avec toi !


              • vote
                Sacha 1er juin 05:02

                @Zatara

                On dirait que tu parles de l’islam là !


              • 2 votes
                yoananda yoananda 31 mai 22:35

                Aujourd’hui le racisme est la transgression ultime, les bizarrerie sexuelles ne sont plus honteuses mais portées comme un étendard par la machine médiatique poussée par les marchands de transhumanismes.
                Essayez voir un peu le transgenre-politique et vous verrez ce qu’il en est vraiment de la belle "diversité" qu’on nous vends !
                lol


                • vote
                  Sacha 1er juin 04:37

                  @yoananda
                  Bien dit, le racisme devrait être une valeur enseignée à l’école tellement c’est positif pour tous !


                • 2 votes
                  Sacha 1er juin 04:35

                  La personne qui commente la vidéo ne pige rien au genre et à la question trans.


                  Ce n’est pas un psychiatre qui decide mais les parents. Et ils ne décident pas pour faire plaisir au psychiatre ou pour être originaux ou car ils sont dans le complot LGBTQ et fanatisé par le mariage gay !

                  Ils constatent simplement que leur môme qui était normalement heureux se change en zombie quand apparait la question du genre à savoir quand il se dit garçon mais que tout le monde lui répond qu’il est fille et que DONC il doit mener une vie sociale de fille A VIE !

                  Donc 3 solutions face à un môme comme ca :
                  - le bourrer de médocs pour le faire dormir éveillé (neuroleptiques) 
                  - ignorer sa souffrance et le voir malheureux au point de se refermer sur lui même 
                  - le laisser vivre une vie sociale de garçon

                  La personne qui commente ferait quoi ?

                  L’habiller en mec et le laisser transporter dans son slip une fausse bite en gomme me semble peu dangereux. 

                   S’il change un jour d’avis, ce qui est possible, il pourra aller à l’école en porte jarretelles homme toutes les filles et sa vie ne sera pas ruiné !

                  Un môme ne se tire pas une balle à 4 ans mais il se renferme, est dépressif, refuse le contact avec les autres, refuse de manger, ne dort pas, se laisse mourir en quelque sorte. 

                  Un môme qu’on empêche d’incarner le genre qu’il pense avoir développé une DYSPHORIE DE GENRE. 

                   Et après x années comme ca à souffrir il peut se suicider, devenir alcoolique, violent et il sera tout sauf heureux.

                  Donc le problème c’est pas les parents mais les cons réactionnaires qui ne pigent rien !









                  • vote
                    Un gars lambda Un gars lambda 3 juin 13:32

                    @Sacha
                    La question essentielle qui est posé est la suivante :
                    Est-ce que des parents doivent réagir aussi promptement a une demande de changement de sexe concernant un enfant de 4 ans ou moins ?
                    Est-ce au parent de déterminer cela un age si précoce ?
                    Je dit moins parce que les parents ont pris cette décision alors que la fille n’avait que 4 ans. Et celle ci a du manifester sa demande plusieurs mois avant, donc probablement a 3 ans.


                  • vote
                    Sacha 5 juin 06:30

                    C’est à partir de combien de jour que c’est promptement ?

                    Justement, comme ce n’est pas aux parents de déterminer laissons l’enfant déterminer et il dit qu’il est fille !

                    Si plusieurs mois avant, en quoi c’est trop rapide ? Faut attendre combien ? 10 ans ?


                  • vote
                    Sacha 5 juin 07:01

                    Ceux qui ergotent sur ce cas, avec des remarques débiles :


                    Le môme 3 ans plus tard est :
                    - heureux
                    - socialement intégré

                    Vous voulez quoi de plus ? 

                    Alors, à l’époque où les experts disaient de forcer l’enfant à être mec, le mongole qui commente dirait "c’est fou de suivre l’avis de l’expert ?" Non, il dirait l’expert sait de quoi il parle !

                    Et si l’enfant avait dit "je suis une fille", le mongole aurait dit qu’un enfant ne sait pas qui il est à cet age ? Non, il aurait dit que l’enfant sait qui il est !

                    Et que dire des speculations du mongole ? Le môme a joué à un jeu de garçon donc il se sent obligé de se dire mec !

                    Et le mongole qui nous dit d’abord que les mômes n’ont pas de problème d’identité sexuelle pour ensuite nous dire qu’il y avait des HOMOS à la voix de fille qui sont donc des transgenres selon lui dans son école...

                    Sauf que le genre se déclare bien avant les préférences sexuelles !


                      

                      Ajouter une réaction

                      Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                      Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                      FAIRE UN DON







Palmarès