Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Bientôt un train qui roule à 1.000 km/h ?

Bientôt un train qui roule à 1.000 km/h ?

 

La technologie Hyperloop a été testée mercredi aux Etats-Unis dans le désert du Nevada. Une capsule glissant sur des coussins d'air pressurisés a été propulsée sur un kilomètre à 480 km/h. A terme elle devrait voyager dans un tube à basse pression pour atteindre sa vitesse espérée. Plusieurs questions se posent encore, notamment en termes de sécurité pour le test grandeur nature. Les responsables du projet Hyperloop espèrent néanmoins construite une première ligne entre Los Angeles et San Fransisco pour 2021, et diviser le temps de trajet entre les deux villes par deux.

 

itele

 

Tags : High-tech Economie Société Transports Science et techno



Réagissez à l'article

49 réactions à cet article


  • 5 votes
    wesson 21 mai 14:39

    Sans faire trop long sur le sujet, la mise au point de ce truc là n’est pas pour avant 40 ou 50 ans, et encore. Je doute que ce soit in fine réaliste en terme de transport de masse (car c’est ce qu’est le train).


    L’avenir, c’est la lenteur, pas la vitesse.

    • 3 votes
      Zatara Zatara 21 mai 14:54

      @wesson
      au contraire c’est très simple, c’est juste un pipe-line où l’on a une pression négative à la place d’une positive. De plus la technologie ne serait pas celle des coussins d’air mais celle de la sustentation magnétique qui n’a rien de bien nouveau non plus.... Le seul soucis, c’est le coup de fabrication, encore que le temps d’exploitation actif est logiquement plus important, donc plus de voyageur potentiel. Non le seul souci, c’est celui de l’énergie pour mettre tout cela en pression négative....


    • vote
      Zatara Zatara 21 mai 14:56

      pression négative

      sous entendu, moins de 1 Bar, du vide quoi


    • 2 votes
      Croa Croa 21 mai 22:49

      À wesson,

      Oui la lenteur relative (on arrêtera de vouloir aller toujours plus vite ) et SURTOUT, l’avenir sera dans le local (il sera donc inutile de voyager autant qu’aujourd’hui.)


    • vote
      Zatara Zatara 21 mai 23:26

      @Croa
      mais tu préfèrerais pas te balader pour pas cher, en toute sécurité, sans polluer et rapidement autour du monde plutôt que de regarder des pays depuis ton canapé derrière un écran ?


    • vote
      Zatara Zatara 21 mai 23:28

      @Croa
      moi je trouve cela bien mieux que l’avion en tous cas... le seul souci : que ça remplace les portes conteners et ce, sans pétrole....


    • 3 votes
      wesson 22 mai 01:11

      @Zatara
      vous pouvez croire ce que vous voulez, mais votre truc n’est pas prêt d’être industrialisable. 

      Lors de la petite vidéo promotionnelle, vous remarquez que le chariot de test est arrêté par du sable. Pourquoi ? parce que on ne sait même pas comment freiner ce truc là une fois qu’il est lancé. 

      Bref on a le moteur mais même pas encore les freins, donc on est au niveau du fardier de Cugnot qui s’est pris un mur dès sa première sortie : Il aura quand même fallu plus d’un siècle pour inventer le frein qui allait avec ! 

      quand au pipe-line sous quasi-vide, ça me parait être une gageure technologique pratiquement inatteignable. Faire du vide poussé dans un ballon, pourquoi pas. Le faire dans un tuyau assez grand pour y faire circuler un train, et cela sur des dizaines de kilomètres, c’est carrément irréaliste, votre truc aura des fuites partout. 

      Sans même évoquer le fait que aux vitesses voulues si votre locomotive rencontre à peu près n’importe quoi sur son chemin, il y aura des dégâts très importants.

      Ce truc là n’est économiquement pas viable, et c’est la raison pour laquelle des tas de gogos vont se précipiter pour aller le financer !


    • vote
      Zatara Zatara 22 mai 11:05

      @wesson
      oh mais c’est qu’on aime pas la nouveauté ? ou ce qui passe pour de la nouveauté ?

      Lors de la petite vidéo promotionnelle, vous remarquez que le chariot de test est arrêté par du sable. Pourquoi ? parce que on ne sait même pas comment freiner ce truc là une fois qu’il est lancé.

      Aller demander au ingénieurs des trains en sustentations (2eme fois que je le mets) comment ils font pour freiner avec leurs pieds.

      Faire du vide poussé dans un ballon, pourquoi pas. Le faire dans un tuyau assez grand pour y faire circuler un train, et cela sur des dizaines de kilomètres, c’est carrément irréaliste, votre truc aura des fuites partout.

      Oui, comme vous semblez le suggérer, ils vont faire les joints des tuyaux avec un mastique basique de chez kastarama, en promo à 1,48 Euro, le tout posé au pistolet manuel ce qui risque de prendre du temps et de laisser quelques fuites. On sent une grande connaissance des produits et principes industriel chez vous....De plus ça veut dire quoi un vide poussé ?

      Sans même évoquer le fait que aux vitesses voulues si votre locomotive rencontre à peu près n’importe quoi sur son chemin, il y aura des dégâts très importants.

      je crois qu’ils ont aussi prévue de faire les transhumances dans ce tube, d’où de possible rencontre fortuites au printemps. Au moins les moutons pourront se déplacer à 1000 km/h et ne plus bloquer nos voitures.

      Ce truc là n’est économiquement pas viable, et c’est la raison pour laquelle des tas de gogos vont se précipiter pour aller le financer !

      c’est plus viable que l’avion de ligne. Ce truc là est en compétition avec le TGV pour une prochaine ligne trans californienne. Et de mon petit avis, sauf pépin concernant la sécurité, il va se développer rapidement..


    • vote
      Zatara Zatara 22 mai 12:24

      @wesson
      Si je suis votre raisonnement, les stations spatial type ISS, ne peuvent pas fonctionner, ni les tubes pneumatiques qui permettent ou permettaient aux caissières d’envoyer l’argent des caisses, ni le LHC, ni tout un tas d’expériences scientifiques, qui elles ont besoin d’un vide des plus "poussé" smiley


    • vote
      DUG (---.---.144.76) 22 mai 21:31

      574,8 km/h par une version modifiée du TGV en 2007

      @Zatara
      La sustentation magnétique ? Cela coûte une fortune à produire l’énergie électrique. La rentabilité sur longue distance n’est pas prouvée. 

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Train_%C3%A0_sustentation_magn%C3%A9tique#Projets_en_suspens

      Et puis,il y a le vide. Que faire en cas de problème ?


    • vote
      Zatara Zatara 22 mai 21:39

      @DUG
      il me semble que c’est sur les courtes distances ou ça ne vaut pas le coup....

      Concernant le vide il faut voir...A quelle pression on obtient le meilleur ratio cout énergétique totale/vitesse de déplacement ? cette pression est elle dangereuse pour l’homme en cas de dépréssurisation immédiate ? A quelle vitesse peut on re préssuriser le tube (sous entendu y remettre une pression de 1 Bar) ?


    • vote
      wesson 23 mai 01:32

      @Zatara
      La station spatiale, ce n’est pas une structure si énorme que cela. Et vous aurez remarqué que c’est quand même un peu compliqué d’aller y bricoler quelque chose. Les tubes pneumatiques, là c’est de la mauvaise foi totale : aucun vide dedans mais au contraire une pression plus élevée pour pousser le pneumatique. Et au passage, la vitesse n’y est pas de 1000 Km/h.

      D’autres contributeurs ont effectués de très bonnes remarques sur la faisabilité, je ne vais pas les répéter. On peut bien garder à l’esprit les ordres de grandeur : un TGV fait 380 tonnes (750 pour un Eurostar), si vous lancez ça à 1000 Km/H, les problèmes que vous aurez seront balistique : Je doute qu’un freinage d’urgence soit seulement possible, à moins d’arracher toute votre structure sur laquelle votre machin va se déplacer.

      Franchement, ce n’est pas un projet réaliste en l’état. Pas avec les technologies actuelles. Et en terme de sécurité, je doute que on puisse jamais arriver à quelque chose de satisfaisant.

      C’est juste une manière de claquer son pognon un peu plus astucieuse pour milliardaire désœuvré. Et puis c’est vrai que dans ce genre de projet, même si ça ne débouche sur rien bien souvent cela permet de découvrir et mettre au point de nouvelles technologies.


    • vote
      Zatara Zatara 23 mai 10:04

      @wesson
      oui oui, c’est pour cela que les idiots de la SNCF ont financé une partie de la dernière levé de fond de l’Hyperloop....c’est vrai que les ingénieurs de la SNCF sont des tocards, cf : TGV smiley


    • vote
      Alren Alren 23 mai 11:21

      @Zatara

      Ce projet ne se réalisera pas. Les raisons en sont multiples.


      D’abord le tube dans lequel évoluera(it) le train devra(it) être le plus rectiligne possible : les virages devraient s’opérer sur la même distance que celui d’un avion de ligne, faute de quoi la force centrifuge écraserait les passagers et si, pour compenser, le guidage faisait s’incliner le train dans le virage comme le fait un avion de ligne, un virage trop court à 1 000 km/h écraserait les passagers et le conducteur sur leur siège comme il arrive à un pilote d’avion de chasse qui serre trop son virage à grande vitesse, provoquant un manque de sang dans le cerveau catastrophique ("voile noir"), surtout sans combinaison anti-G.

      Donc le tube pour être rectiligne et passant sous des zones urbaines utilisant déjà beaucoup le sous-sol, devrait être à grande profondeur ; ce qui signifie creusement d’un tunnel ... de plusieurs centaines de kilomètres en Californie et plusieurs milliers pour un Los Angelès-New York !!!

      Quand on se souvient du temps et de la peine qu’il a fallu pour creuser le tunnel sous la Manche, on imagine le temps et la dépense pharaonique pour le réaliser.


      Je passe sur le problème du vide qui doit être très très poussé avec des fuites inévitables aux stations car il faudra bien que les passagers montent et descendent dans ce train à pression atmosphérique normale. Il faudra des pompes à vide sur tout le parcours fonctionnant en permanence.


      Je passe sur les électroaimants sustentateurs dont le rendement est bien inférieur à celui de la roue.

      Et surtout sur ce qui se passerait en cas de coupure de courant : le train frotterait sur les "rails" dégageant une chaleur colossale, source d’incendie et d’une décélération terrible projetant les passagers sur l’avant. Même solidement attachés par une ceinture de sécurité, ceux-ci auraient la tête à l’horizontale avec un violent afflux de sang ("voile rouge") provoquant une mortelle hémorragie cérébrale au moins chez les plus fragiles.


      Si le train résiste à la chaleur du frottement et que l’air de l’habitacle ne fuie pas dans le tunnel provoquant un vide mortel pour les passagers survivants, les voilà immobilisés sans pouvoir sortir !

      Comment organiser les secours, sachant que l’air du train n’est pas renouvelé, comme dans un sous-marin ?


      Grâce à l’informatique, les avions de lignes de l’avenir seront plus sûrs encore que ceux d’aujourd’hui. Ils seront aussi plus sûrs que ce train souterrain.


      Pour moi l’affaire est entendue : ce train à 1000 km/h (je n’ai pas parlé du prix du billet pour amortir tous ces coûts !), c’est un pseudo projet pour faire rêver les États-uniens, comme le voyage aller-retour d’humains sur Mars, pour leur faire croire qu’ils devancent toujours les autres pays du monde en matière de science et de technologie. Ce qui n’est pas vrai.

      Ainsi, si le Vietnam vient de s’engager à dépenser plus de 11 milliards de dollars pour l’achat de Boeing 737, ce n’est pas parce que cet avion est supérieur à son concurrent Airbus, c’est parce qu’Obama à promis aux dirigeants officiellement communistes (mais pas en réalité) de leur vendre aussi des armements qui permettront à ce petit pays de tenir en respect l’ennemi héréditaire : la Chine. Obama lui, outre les bonnes affaires, a vu tout l’intérêt d’arrimer le Vietnam à une coalition asiatique anti-chinoise.


    • vote
      Zatara Zatara 23 mai 11:51

      @Alren
      les virages devraient s’opérer sur la même distance que celui d’un avion de ligne, faute de quoi la force centrifuge écraserait les passagers

      tout à fait

      ce qui signifie creusement d’un tunnel ... de plusieurs centaines de kilomètres

      pas nécessairement, il suffit de relever topographique et d’un calcul pour obtenir le meilleur rendement économique/trajectoire rectiligne. Ce qui donnerai des parties en tunnel (grosses collines, petites montagnes), des parties creusées au bulldozer (petites collines), des parties reposant à même le sol, des parties surélevées au bulldozer pour les micro vallons, des parties ou le tube serait surélevé à la manière d’une ligne aérienne.

      Je passe sur le problème du vide qui doit être très très poussé...

      pas nécessairement, voir http://www.adilca.com/aerodynamique.pdf

      ...avec des fuites inévitables aux stations

      ça dépend de la conception des stations, du nombre et de l’espacement de chaque rame dans un tube

      Il faudra des pompes à vide sur tout le parcours fonctionnant en permanence.

      S’il n’y a aucune fuite, pas besoin de les faire fonctionner en permanence. Mais l’expérience montre qu’il faut toujours remettre en pression un système pneumatique un jour ou l’autre, ou au moins, le mettre à niveau....

      Je passe sur les électroaimants sustentateurs dont le rendement est bien inférieur à celui de la roue.

      de quel rendement parlez vous ??

      Et surtout sur ce qui se passerait en cas de coupure de courant

      Demandez aux japonais, je ne sais pas. Mais il y a certainement une solution à ce soucis.

      Même solidement attachés par une ceinture de sécurité, ceux-ci auraient la tête à l’horizontale avec un violent afflux de sang ("voile rouge") provoquant une mortelle hémorragie cérébrale au moins chez les plus fragiles.
      Si le train résiste à la chaleur du frottement et que l’air de l’habitacle ne fuie pas dans le tunnel provoquant un vide mortel pour les passagers survivants, les voilà immobilisés sans pouvoir sortir !

      Je peux aussi vous décrire ce qu’il se passe à l’intérieur d’un avion de ligne qui se crache....et pourtant les voyageurs sont là....

      Comment organiser les secours, sachant que l’air du train n’est pas renouvelé, comme dans un sous-marin ?

      Il y a certainement des réserves d’oxygène prévues dans chaque rame....les bouteilles jaunes de plongées, voyez ? A moins qu’ils ne pensent à un système de sortie d’urgence du tube tous les 10, 20, 30 km....

      Grâce à l’informatique, les avions de lignes de l’avenir seront plus sûrs encore que ceux d’aujourd’hui. Ils seront aussi plus sûrs que ce train souterrain.

      juste pour info, du côté de la mécanique active, je préférerai la défaillance d’une pompe à vide que de celui d’un moteur d’avion.... les avions sont sûrs mais pas infaillibles, et du reste les avions de ligne ne voleront jamais à l’électricité. Et de toute façon, c’est le encore le train classique qui reste le plus sûr face à l’avion de ligne

      Ainsi, si le Vietnam vient de s’engager à dépenser plus de 11 milliards de dollars pour l’achat de Boeing 737, ce n’est pas parce que cet avion est supérieur à son concurrent Airbus, c’est parce qu’Obama à promis aux dirigeants officiellement communistes (mais pas en réalité) de leur vendre aussi des armements qui permettront à ce petit pays de tenir en respect l’ennemi héréditaire : la Chine. Obama lui, outre les bonnes affaires, a vu tout l’intérêt d’arrimer le Vietnam à une coalition asiatique anti-chinoise.
       smileyhttps://www.youtube.com/watch?v=31nTWJhnzDQ




    • vote
      Alren Alren 23 mai 19:35

      @Zatara

      Je passe sur le problème du vide qui doit être très très poussé...


      En effet, il ne s’agit pas ici d’aérodynamique mais de pression : les molécules d’air résiduelles dans le tunnel s’accumuleront sur le "nez" du train comme l’air dans une pompe à vélo. Car pour que le champs magnétiques de sustentation et de propulsion n’aient pas une trop grande perte d’efficacité, sachant que le champ magnétique diminue avec le carré de la distance, il faudra que le train soit aussi proche que possible, quelques millimètres tout au plus de la plaque propulsive et sustentatrice. Il faudra aussi dans le même temps qu’il soit plaqué sur elle par des électro-aimants répulsifs placé sur le haut des côtés du train pour éviter un "décollage" et une mise en lacet du train qui finirait par heurter les parois. Eux aussi devront être très proches du véhicule. Le résidu d’air repoussé par le train aura donc beaucoup de mal à s’écouler entre le train et la paroi. Et l’énergie que lui communiquera le train pour le repousser sera perdue.

      Autre chose : une partie de l’énergie d’un électro-aimant est dissipé en chaleur, par effet joule. Le rendement de celui-ci n’est donc pas de 100% de l’électricité qu’il absorbe.


      ...avec des fuites inévitables aux stations : ça dépend de la conception des stations, du nombre et de l’espacement de chaque rame dans un tube.

      Avant l’ouverture simultanée des portières du train et de celles de la station, il faudra établir un joint rigoureusement étanche entre elles. Un joint qui ne s’use pas avec le temps ce qui exclut des matériaux comme le caoutchouc ou le néoprène. Pour changer le joint usé des stations, faudra-t-il temporairement remettre de l’air dans le tube ? la ligne serait alors indisponible le temps des travaux.

      Vous abordez le problème de la succession des rames : faudra-t-il deux tubes, c’est-à-dire deux tunnels de milliers de kilomètres pour une circulation dans les deux sens comme pour le tunnel sous la Manche ?

      Il y a certainement des réserves d’oxygène prévues dans chaque rame....les bouteilles jaunes de plongées, voyez ? A moins qu’ils ne pensent à un système de sortie d’urgence du tube tous les 10, 20, 30 km ...

      En cas de coupure de courant, ce qui se produit assez régulièrement sur les voies de chemins de fer, il est facile d’imaginer l’affolement des passagers et des passagères de se voir prisonnier(e)s sous terre, prisonniers dans l’obscurité ou éclairés par de faibles batteries de secours et commençant à calculer pour les plus calmes combien de temps ils pourront respirer, même avec des absorbeurs de CO2 et des injections d’oxygène, car l’air comprimé n’est pas une bonne solution puisqu’il finirait par augmenter la pression atmosphérique dans ce véhicule aussi étanche qu’un vaisseau spatial.

      les avions de ligne ne voleront jamais à l’électricité :

      Voilà une prédiction hasardeuse ! Avec le stockage d’électricité dans des batteries au lithium, c’est sûr  ! Mais on peut envisager d’autres procédés qui transporteraient à poids égal autant d’énergie, avec un rendement supérieur que les réservoirs actuels de carburants.



    • vote
      Zatara Zatara 23 mai 20:13

      @Alren

      au plus simple...on parle d’ailleurs de cm, pas de mm... De toute façon, vous me gonflez à revenir la dessus, ce train existe déjà sans les fameux tubes, et il flotte très bien tous les jours. Si jamais vous avez des chiffres sur le taux d’utilisation, de maintenance, ou de panne, pourquoi pas, mais sinon je me contrepogne de vos futures explications...

      Un joint qui ne s’use pas avec le temps ce qui exclut des matériaux comme le caoutchouc ou le néoprène.

      Connaissez vous la pression maximum obtenue en laboratoire ? 1.3 million de Bar... vous croyez qu’ils sont en quoi les joints ?

      Sinon, pour le vide, il y a le LHC avec des pressions comprises entre 10-10 et 10-11 mbar.

      à comparer ici pour avoir un semblant d’idée

      les avions de ligne ne voleront jamais à l’électricité

      Voilà une prédiction hasardeuse ! Avec le stockage d’électricité dans des batteries au lithium, c’est sûr  ! Mais on peut envisager d’autres procédés qui transporteraient à poids égal autant d’énergie, avec un rendement supérieur que les réservoirs actuels de carburants.

      évidement ! ma phrase induisait que ce n’était pas possible avec les technologies actuelles... Sinon, dans le même genre de supputation que vous vous permettez, je peux aussi vous dire que la prochaine génération d’engin de transport de voyageur sera basée sur la même technologie que les soucoupes volantes smiley


    • vote
      Zatara Zatara 23 mai 21:28

      @Alren
      je serai curieux de voir le comparatif du cout au kilomètre entre bagnole, train, hyperbole, avion (infrastructure et usage + cout écologique)


    • vote
      Zatara Zatara 23 mai 21:34

      erratum

      hyperbole  : hyperloop


    • 3 votes
      michel-charles michel-charles 21 mai 17:27

      Ou comment l’homme ira plus vite vers sa mort... !


      • 1 vote
        juluch juluch 21 mai 18:36

        Pas mal en tout cas !!


        • 1 vote
          sls0 sls0 21 mai 21:10

          Energie utile en joule d’un compresseur = Volume (m3) x densité (kg/m3) x Pression (pascals)
          En prenant un diamètre de tunnel de 4m, c’est un volume 12600m3 au km.
          Le concorde avec sa puissance au niveau de la mer ne pouvait voler qu’à 600km/h, une pression de 7000 pascals serait bien, la résistance de l’air serait divisée par 15 environ.

          L’énergie par km pour faire baisser la pression c’est 0,33 MWh ou 33€.

          Le cout d’exploitation du vide relatif n’est pas élevé, ensuite c’est des entrées d’air à gérer. Pour la maintenance, une vanne d’isolement pour cette dimension c’est 100-200.000€, tout les 100km ça irait. Un compresseur mobile peut faire 1,5 km/h de vide relatif.
          Ces vannes alliées à des casses vides permettraient de freiner la bête avec ses 1000km/h en cas de problèmes, E=1/2*M*V², c’en fait de l’énergie à dégager, 320kWh par tonne à 1G et 640 à 2G de freinage.
          Avec un freinage d’urgence à 1G c’est 8km de distance de freinage, à 2G c’est 2km.

          Si on parle bilan carbone par rapport au TGV, la traction c’est 18gr de CO²/passager.km et la construction c’est 7gr de CO²/passager.km.
          La traction devrait être 2-3 fois moindre et la construction 20-30% plus élevée*
          Au final coté bilan carbone qui est assez représentatif du cout c’est pas mal.
          * pourquoi pas plus ? l’entretien du ballast c’est 400 teCO2/km, c’est un sacré poste que n’a pas le train sous vide.


          Nota : Vu la différence de pression assez basse, il n’y a pas trop de pertes calorifiques d’où l’énergie utile. En regardant quelques modèle de compresseurs, il peut y avoir un rapport de 0,5, le cout de la compression on multiplie par deux et la vitesse de dégonflage on divise par deux. Ca reste rentable.


          • 3 votes
            Marioupol Marioupol 21 mai 21:52

            Oui il suffira à ses passagers de mettre un bras par la fenêtre pour le faire décoller ....


            • vote
              Zatara Zatara 21 mai 22:02

              @Marioupol
              Quand Marioupol chante, j’ai mal au sourire


              • vote
                emphyrio 22 mai 11:14

                le tracé Los Angeles San Francisco est dans l’axe de la faille de San Andreas tout est prévu pour limiter les risques de déraillement


                • vote
                  sls0 sls0 22 mai 20:06

                  @emphyrio
                  Le tremblement terre d’Haïti c’est une magnitude de 7,3 à 25km de distance et 20km de profondeur, ça donne une accélération de 4,6m/s², 1/2g.

                  Pour les trains sur rails en transversal le max c’est 1,5g, en pratique on prend 0,8g à grande vitesse et 1,2g à basse vitesse. Pour un guidage magnétique ce doit être plus haut certainement de par sa conception. Si un train est couché par un tremblement de terre c’est que l’on est à X en intensité sismique, à ce niveau, presque tout est à terre, c’est un problème parmi tant d’autres.


                • vote
                  FritzTheCat FritzTheCat 22 mai 15:49

                  Elon Musk à l’origine de ce projet est un vrai touche à tout, après Paypal (qu’il a revendu), il a lancé Tesla Motors, Hyperloop et veut coloniser Mars.


                  • 1 vote
                    christophe nicolas christophe nicolas 22 mai 16:24

                    C’est un peu tordu de présenter cette utopie juste après un accident d’Airbus. S’il y a bien un domaine où on ne peut pas prévoir le prix, c’est bien les travaux souterrains, surtout que la sismicité de la Californie semble peu propice. 


                    En plus, vous vous trompez techniquement, les déplacements d’avenir sont par les airs où la technologie Ovni montre des potentiels de vitesse de plusieurs milliers de km/h. Sinon, la sustentation magnétique est vieille comme le monde, j’imagine qu’ils sont experts dans ce domaine et que ce projet est une sorte de vitrine qui ne verra jamais le jour mais qu’ils ont d’autres projets moins pub dans les tuyaux si j’ose dire.



                    • 1 vote
                      sls0 sls0 22 mai 20:42

                      @christophe nicolas
                      C’est un peu tordu de présenter cette utopie juste après un accident d’Airbus.

                      Ah, il y a eu un accident d’AIRBUS ? Effectivement la vie doit s’arrêter, et moi qui ai fait le plein de ma mobylette, l’horreur.

                      S’il y a bien un domaine où on ne peut pas prévoir le prix, c’est bien les travaux souterrains,
                      On parle de tubes, style pipeline en un peu plus gros, pas de souterrains. En fonction du relief il y aura du souterrain comme pour un TGV.

                      surtout que la sismicité de la Californie semble peu propice.
                      Voir plus haut, déjà si un train se couche avec un séisme ça veut dire qu’il n’y a plus grand chose debout. On évite de traverser les failles c’est tout. Il y a 2-3 failles pas loin de chez moi, c’est pas le top pour faire des tunnels, il y a 3 jours il y a eu du magnitude 4,2 à 5km de chez moi, si une faille a bougé c’est de 3-4cm. A partir du magnitude de 6,5-7 on approche le mètre si c’est en surface, comme chez moi il y a trois jour c’était à 65km de profondeur, c’est pas la peine d’aller voir les failles.

                      Pour la technologie OVNI, ce serait gentil de prévenir lors des prochains essais.


                    • vote
                      Zatara Zatara 22 mai 20:57

                      @sls0
                      Pour la technologie OVNI, ce serait gentil de prévenir lors des prochains essais.

                      ça tombe bien, j’en fais un demain chez moi, mi casa es su casa smiley


                    • vote
                      christophe nicolas christophe nicolas 23 mai 09:22

                      @sls0

                      A 1000 km/h, ce n’est pas comme train qui se couche mais comme un obus qui explose, c’est certain donc si j’ai bien compris, c’est un oléoduc mais je pensais qu’ils passaient en souterrain à cause de la densité de population sinon autant faire un train. 2021, ils rêvent...

                       

                      C’est un train aérien, c’est tout, il n’y a rien de nouveau, ça a un siècle. C’est très compliqué à cette vitesse car en cas de panne électrique, il faut bien un roulement mécanique de sécurité, pas évident à 1000 km/h, il faut plusieurs km pour s’arrêter vivant.

                       

                      Pour la technologie Ovni, c’est novateur et très documenté en observations même par les militaires, il y a quelques pistes comme ces travaux :

                       

                      Expérience Russe, Fran de aquino, le site de claude Poher, le rapport Cométa... et grâce à l’accélération par champ les arrêts sont instantanés de plusieurs milliers de km/h à 0, même pas mal.

                       

                      Le problème est de savoir si on fait un article sur le futur ou sur le passé parlant d’un train suppositoire même pas capable de se croiser... De toute façon, le loup est un animal du passé bon pour la maison des grabataires.


                    • vote
                      Dubitatif 22 mai 20:42

                      Autant mon côté SF aimerait y croire, autant mon côté pragmatique me dit quasiment aucune chance.

                      En fait, il y a 2 écueils principaux a ce projet (en admettant que la technologie soit au point) :
                      - La sécurité, comment évacuer les passager si le train s’arrête au milieu de parcours en étant dans un tunnel étanche et sous vide (au moins dans un train classique, on peut toujours évacuer sur la voie dans le pire des cas et même pour l’avion à moins d’une défaillance catastrophique, beaucoup arrivent à atterrir et évacuer les passager).
                      - La maintenance, pour arriver aux vitesses annoncées, il faut vraiment que le "vide" soit constant, hors les pompes sont des éléments mécaniques et ça tombe en panne, s’il faut en placer tous les 1,5km (d’après un message plus haut), ça veut dire que sur 100km, il faut 60 stations de pompages, donc inspection très régulière par l’extérieur (et donc en "4x4") de la voie (qui est opaque) et des stations. Le moindre défaut de vide et vous vous retrouvez avec un truc inutilisable.
                      Un train classique peut rouler a vitesse réduite avec des équipements de voie en panne.

                      Après, il y a des points qui ne sont pas abordés, les aiguillages (cf monorail pour voir le bazar du "monovoie"), les sas entre l’extérieur et la voie sous vide, les coussins d’air pour une voie dans le vide (donc encore plus d’énergie dégagée pour le pompage dans les 2 sens, un pour créer le coussin d’air, l’autre pour vider le tube), la propulsion, si c’est une hélice, elle ne pourra pas s’appuyer sur l’air vu que la voie est sous vide, et si c’est magnétique, ça coûtera encore plus cher en infrastructure et maintenance.
                      Et vu les problèmes d’aiguillages et de sas, je pense plus à une navette qui fait des A/R sur la même voie pour simplifier encore plus la chose.

                      A noter, que dans l’idée de départ, ça devait fonctionner comme un tube pneumatique de courrier (un pauvre tuyau fermé), et ça me semble un peu plus jouable dans le principe (mais les vitesses seront moins élevées), pas de sas de compression/décompression, seulement 2 stations pour injecter la pression 1 à chaque terminus, le coussin d’air se serait crée automatiquement avec les fuites autour de la capsule passager qui devient totalement passive, et pour le freinage, il suffit de fermer le tube à l’arrivée en fin de course pour créer un freinage aérodynamique.


                      • vote
                        Dubitatif 22 mai 21:02

                        Quitte à se la jouer "SF", autant imaginer un "Maglev" qui utilise la MHD (Magnéto-Hydro-Dynamique) en claquant électriquement l’air pour réduire la résistance de l’air, ça ferait des beau arcs électriques sur son passage smiley
                        Par contre, le prix de la voie est rédhibitoire avec les technos actuelles.

                        Mais sans aller jusque là, un hybride aérotrain avec moteur magnétique linéaire (voie béton en T en hauteur avec 2 surfaces de contacts métallique, entretien quasi nul) a 200-250km/h (ration vitesse/consommation pour des distances moyennes) seraient déjà pas mal pour les zones non desservies actuellement, et un prototype a existé en 1969 ! (Dans certaines vidéos sur l’aérotrain, on peut même le voir en fonctionnement).
                        https://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9rotrain_S44
                        http://www.jean-bertin.fr/index.php?post/2012/06/21/L-A%C3%A9rotrain-S44


                      • vote
                        Zatara Zatara 22 mai 21:05

                        @Dubitatif
                        La sécurité

                        Bah, c’est entre les avions et les trains. Comment on fait si l’avion subi une dépressurisation ? Comment on fait lorsque le train s’arrête ? Concernant ce projet, on peut tout à fait imaginer qu’en cas de panne de courant, le train continue de rouler sur de très longues distance (bcp moins de frottement dû à l’air). Ensuite, il doit etre possible de repressurisé le tube tout en offrant un échappatoire au voyageur. Et le truc qui est bien dans ce projet (comme pour les centrales au thorium), c’est quand cas de panne, tout redevient à la normal, à l’équilibre, naturellement.

                        La maintenance

                        En comparant avec le taux d’utilisation des moteurs d’avion de ligne, on peut tout à fait imaginer des pompes n’ayant pas besoin d’une maintenance très soutenue...

                        - Maintenant je te rejoins sur le cout d’une voie magnétique. Et je pense que cette technologie ne peut pas, en tous cas dans un premier temps, créer des aiguillages. Une voie, un tube, un sens...


                      • vote
                        Zatara Zatara 22 mai 21:08

                        @Dubitatif
                        exactement, le tube dépréssurisé remplace la MHD, mais c’est strictement le même principe concernant la résistance à l’air


                      • vote
                        Zatara Zatara 22 mai 21:09

                        faut croire que les pompes sont moins énergivores que la MHD


                      • vote
                        Dubitatif 22 mai 21:17

                        @Zatara
                        Je crois que malheureusement, le coût de maintenance d’un tel projet sera plus "proche" de l’avion que d’un train classique, à la moindre remise en pression, même légère, les performances tomberont de manière drastique, créant un problème d’exploitation commerciale (retards, annulation, désaffection des passager...).

                        Les avions sont indépendants, un problème sur un avion n’affecte pas toute la flotte commerciale, là, un problème sur la voie et c’est toute l’exploitation commerciale qui est affectée (à la fin, c’est pour faire de l’argent quand même).

                        Quand à l’avion, s’il dépressurise, il y a les masques à oxygène et descente à 2000-2500m (il ne faut pas être au dessus d’une chaîne de montagne à ce moment là, on est d’accord smiley ) et des passagers mécontents parce que l’avion va devoir atterrir à l’aéroport le plus proche au lieu de la destination finale !


                      • vote
                        Zatara Zatara 22 mai 21:47

                        @Dubitatif
                        je suis en partie d’accord même si je ne vois pas ce qui créerait le moindre changement de pression. Si c’est du point de vue mécanique passif, je suis convaincu que les jonctions de tubes ne poseront aucun problème de fuite, surtout qu’ils s’agit de vide, les parties auront tendances à se resserrer entre elles, et donc à renforcer le côté hermétique de la chose.

                        Si c’est du côté de la mécanique active, le travail qui correspond à ce besoin de vide n’est pas si énorme que cela, et il faut bien comprendre que toute l’énergie qui sera mise dans les pompes pour créer ce vide permettra d’économiser l’énergie utilisé pour faire avancer le train....

                      

                      Ajouter une réaction


                        Si vous avez un compte AgoraVoxTV, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

                        Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



                      FAIRE UN DON

                      :-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

                      (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

                      Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

                      Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

                      Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en bleu.

                      Si vous constatez un bug, contactez-nous.








Palmarès