• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Darknet : entre mythes et réalité

Darknet : entre mythes et réalité

Le grand public a découvert le Darknet à travers des Unes sensationnelles : supermarchés de la drogue, offres de services de pirates et de tueurs à gages, ou via les multiples déclarations des politiques pour lesquels il ne serait qu’un outil au service du terrorisme. Qu’en est- il réellement ? Qu’est-ce que le Darknet ? Comment fonctionne-t-il et comment y accède-t-on ? Qui en sont les utilisateurs et à quelles fins l’utilisent-ils ?

 

Cette conférence s’efforcera de répondre à ces questions. Au-delà de la quête de sensations ou de l’éternelle recherche du bouc émissaire, on montera que le Darknet est un ensemble diversifié, à la fois sombre et lumineux, où se croisent truands et pirates, mais aussi journalistes, activistes et dissidents.

 

Des marchés noirs aux « interrupteurs pour échapper au contrôle » chers à Gilles Deleuze, on verra que le Darknet est une réalité complexe et mouvante, qui témoigne de l’intimité du lien entre les évolutions techniques et les dynamiques sociales et répond à certaines des problématiques sociales essentielles que pose le développement de l’Internet contemporain.

 

 

Conférence de Jean-Philippe Rennard à l'Université de Mons (avril 2017)

 

Le Darknet

 

2:53 - Qu'est-ce que c'est ? 
8:25 - Comment ça marche ?
14:08 - Les principaux darknets 
22:50 - Le Darknet : pour quoi faire ? 
 - Un outil au service des milieux interlopes (activités illégales...)
 - Un outil de lutte contre l'espionnage économique
 - Un outil au service de la liberté (lancement d'alerte, liberté d'information, dissidence...)
 - Un outil au service de la préservation de la vie privée (big data, surveillance de masse et démocratie...)
 
1:12:30 - Questions 

 

 

Interview de Jean-Philippe Rennard, doyen de Grenoble École de Management, à propos de son ouvrage Darknet : Mythes et réalités (Prix Cyber du Forum International sur la Cybersécurité 2017)

 

 

Entretien préparé et réalisé par l'étudiante Rebecca Cardot dans le cadre du programme AMIs.

 

 

Qu'est-ce que le Darknet, ou plutôt les darknets ? A quoi et pour qui servent-ils ? Sur quoi reposent-ils ? L’anonymat conféré est-il garanti ? Que peut-on y trouver ? (La Méthode Scientifique par Nicolas Martin)

 

 

C’est l’endroit désigné de tous les vices, de toutes les horreurs, de toutes les abominations : vente de drogue, trafic d’armes, tueurs à gages, organes en soldes sans oublier l’indispensable espace de tous les complots, terroristes au premier chef. Tel est le Darknet dans l’imaginaire populaire. Son nom dit d’ailleurs toute son obscurité. Mais si le Darknet n’était pas que le lieu virtuel de toutes les criminalités ? Si le Darknet était également un lieu de résistance à l’Internet commercial, un lieu de protection des données, un lieu où votre vie privée n’est pas cédée au moins offrant avec le bébé et l’eau du bain ? Et si, tout compte fait, ce Darknet devait être rebaptisé Librenet ?

 

Adieu Darknet, bonjour Librenet. C’est le problème qui va occuper La Méthode scientifique dans l’heure qui vient.

 

Et pour arpenter le côté obscur des internets mondiaux, La Méthode scientifique a le plaisir d’accueillir Amaëlle Guiton, journaliste à Libération, spécialiste du numérique et des réseaux, « Hackers, au cœur de la résistance numérique » aux éditions du Diable Vauvert et Jean-Philippe Rennard, économiste, informaticien et professeur à Grenoble Ecole de Management.

 

 

 

En complément, vous pouvez :

 

 

 —> lire l'article Les visiteurs du dark web sont de potentiels terroristes selon la police anglaise

[extrait]

 

« Les termes de deep web et de dark web sont parfois confondus, le second étant juste une portion plus difficilement accessible du premier. À ces expressions s’ajoute aussi le dark net, qui désigne un réseau superposé, c’est-à-dire un réseau informatique bâti sur un autre réseau. Tor, Freenet et I2P sont des réseaux superposés mais qui ne sont accessibles que sous certaines conditions (d’où le dark dans le nom).

 

Et donc, le dark web désigne le contenu auquel on accède à travers un réseau de dark net. C’est clair ? »

 

(Julien Lausson - Numerama - 21 juin 2017)

 

 

 —> voir le documentaire Ross Ulbricht, le prince du Darknet (Dread Pirate Roberts, Silk Road)
 

 

( —> lire l'article Deep web : les frères Coen veulent adapter l’affaire Silk Road au cinéma

 

( —> lire l'article Le fondateur de Silk Road, le « supermarché de la drogue », définitivement condamné à la prison à vie - Le Monde, 1 juin 2017)

 

 

 

« Le Darknet est d'abord et avant tout un outil de préservation des libertés et un outil de lutte contre les abus des puissants... » (Jean-Philippe Rennard)

 

 En ayant bien conscience que la préservation totale de son anonymat sur le net est quelque peu illusoire...

 

Tags : Internet Sécurité Société Informatique Démocratie Censure Science et techno Liberté d’expression Wikileaks cyber-attaque Edward Snowden Surveillance Julian Assange Vie privée Dissidence Lanceurs d’alerte




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • 1 vote
    jeanpiètre jeanpiètre 13 juillet 21:07

    merci , la qualité de cet article étonne sur ce site


    • vote
      Semi Kebab 14 juillet 10:04

      @jeanpiètre
      Vous m’ôtez les mots du clavier, cher ami, à l’auteur, merci pour le partage, sujet très intéressant, article magnifique, ça nous change des blaireaux habituels (onfray, livernette, ruquier, llp, soraël etc...)



    • 1 vote
      Semi Kebab 14 juillet 10:05

      C’est d’ailleurs grâce à sa qualité hors du commun sur ce site, j’imagine, que cet article n’attire pas les trolls comme la merde attire les mouches... Devant la qualité, on se tait ou on complimente...


      • 2 votes
        pegase pegase 14 juillet 11:45

        @Semi Kebab

        Qualité hors du commun ?  smiley


        J’ai arrêté d’écouter au bout de quelques minutes tellement il est dit d’idioties !


        Si vous voulez rester vraiment anonyme, il n’y a que le pigeon voyageur qui le permet, ce n’est pas pour rien si la colombophilie est très réglementée ...

        http://colombophiliepigeonsvoyageurs.blogspot.fr/2009/06/debuter-en-colombophilie-generalites.html


      • 2 votes
        pegase pegase 14 juillet 12:07

        Juste pour vous donner une idée des contraintes qui sont imposées pour communiquer ...

        (on parle bien de techniques de communication) 


        Article R.* 212-10

        En cas de circonstances graves touchant à l’ordre public, la fédération colombophile française communique la liste nominative des colombophiles au ministre de l’intérieur et au ministre de la défense.


        Article R.* 212-8

        Les lâchers de pigeons voyageurs sont interdits, sauf dérogation spéciale accordée à la fédération colombophile française par l’autorité compétente, sur les aérodromes civils, militaires ou mixtes, dans toute l’étendue des places fortes militaires ou maritimes et dans les zones de protection des établissements militaires, maritimes ou aéronautiques.


        Article R.* 212-7

        Les lâchers sur le territoire national de pigeons voyageurs sont effectués sous le contrôle de la fédération colombophile française, qui délivre un permis de lâcher.

        Les lâchers ne peuvent avoir lieu que dans les communes inscrites sur une liste établie par la fédération après accord du préfet du département concerné.


        Article R.* 212-5

        La fédération colombophile française est chargée de la répartition des bagues matricules dont elle contrôle l’usage.
        La bague est accompagnée d’un certificat d’immatriculation portant le même numéro qu’elle.
        En cas de changement de propriétaire, le certificat d’immatriculation des pigeons voyageurs est transmis au nouveau propriétaire.
        Les détenteurs de pigeons voyageurs sont responsables de leurs bagues matricules. Les pigeons voyageurs des services de l’Etat sont porteurs de bagues d’un modèle spécial.


        Article R.* 212-6

        La fédération peut, dans les conditions fixées par ses statuts, faire procéder par ses agents assermentés au contrôle des colombiers de pigeons voyageurs. Les colombophiles sont tenus de se prêter à ces opérations. Les colombiers contenant des pigeons voyageurs mélangés avec des pigeons non voyageurs sont interdits.


      • 1 vote
        zygzornifle zygzornifle 14 juillet 14:41

        "En Marche" pour le Darknet .... 


        • 1 vote
          zygzornifle zygzornifle 16 juillet 14:20

          Il y a le Macron-net , la toile qu’a tissé le président autour des moucherons qui l’ont élu ......



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès