• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Quart d’Heure Insolite : la physique du film « Interstellar »

Quart d’Heure Insolite : la physique du film « Interstellar »

Vidéo du « quart d'heure insolite » consacré à la physique du film « Interstellar » de Christopher Nolan. Mini-conférence donnée le 15 décembre 2014 à la bibliothèque universitaire du Bourget-du-Lac, à l'université Savoie Mont Blanc, par Richard Taillet, enseignant-chercheur en physique.

 

 

Tags : Cinéma Astronomie Science et techno Espace Science-Fiction


Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Djam Djam 19 juillet 10:25

    Demain je m’installe en Théorie... parce qu’en théorie, ça marche toujours smiley


    • 2 votes
      laertes 19 juillet 13:40

      Le problème de Nolan est qu’il n’a pas compris grand chose à la science fiction, ce qui ne fait pas d’Interstellar un mauvais film. Je veux dire de science fiction adaptée au cinéma. Ce metteur en scène est tellement obsédé par la science et justement la physique qu’il en oublie de construire un vrai scénario. C’est un metteur en scène très médiocre de science fiction et pourtant ses idées sont fascinantes... Mais la SF c’est trop dur pour lui. Il se laisse trop vite envahir par le côté physique et technologique et déshumanise tout ...ce qui provoque un profond ennui.
      Il peut toujours courir avant d’approcher, ne serait-ce qu’en pensée le créateur de l’émouvant Hal 9000 : à savoir Stanley Kubrick et 2001.


      • vote
        wendigo wendigo 19 juillet 14:08

        @laertes

         2001, c’est pas de Arthur C Clarke ?


      • vote
        sarcastelle 22 juillet 10:52

        @laertes

        .

        Ne confondons pas fiction et fantastique. La plupart des romans de littérature générale ne relèvent pas du fantastique. Le fantastique commence quand on s’assoit sur la physique. Ce n’est pas le cas du Rouge et du Noir où rien ne passe outre la façon normale qu’ont les choses de se comporter. Quand la SF est fantastique, la lettre "S" me semble inappropriée. Un récit de SF fantastique est un conte qui se passe dans l’avenir. 

        .

        Quand à dire que la préoccupation de rigueur scientifique dans la fiction engendre l’ennui, voilà qui est entièrement subjectif. Dire que c’est déshumanisant est faire un pas supplémentaire encore dans la subjectivité pour cracher sur ce qui ne nous plaît pas. 

        .

        Arthur Clarke est précisément un auteur largement soucieux de réalisme scientifique. 


      • vote
        laertes 24 juillet 14:16

        @sarcastelle : NON ! désolé. Le mot même de "fantastique" vient de fiction. Il n’existe pas d’un côté la Science fantastique et de l’autre la Science fiction. La science fiction est par essence fantastique puisque accolée au mot "science" elle laisse imaginer ce que "pourrait" être la science. Mais la SF n’est pas seulement fantastique, elle est aussi scientifique car toute science a pour origine une conception fantastique, imaginaire.

        Oui, la préoccupation obsessionelle de "rigueur scientifique" (et encore !, une grande part n’étant que fantastique) de Nolan se fait au détriment de la fiction, dans le sens "narration", ou raconter une histoire. Il n’arrive pas à concilier les deux et bien sûr il se transforme en esclave de la narration scientifique fantastique au détriment de la fiction ce qui provoque de l’ennui car n’oublions pas, cher ami que le cinéma est d’abord un art de la fiction. Qu’elle soit scientifique ou pas.

        Nolan ferait mieux de faire des documentaires scientifiques prospectifs. La SF c’est trop dur pour lui.

        Ce n’est pas la préoccupation de rigueur scientifique dans la fiction qui engendre l’ennui c’est l’incapacité de la préoccupation de la rigueur scientifique d’entrer dans la fiction qui engendre l’ennui. Vous me comprenez ? Je vous rappelle qu’Interstellar est un film de cinéma et non un documentaire.

        C’est pour cela qu’il peut toujours courir pour s’approcher de 2001 (de Kubrick d’après un livre de Clarke, cher Wendigo) le film qui quasi parfaitement est un film de science fiction.

        Je ne suis pas d’accord avec vous concernant Arthur Clarke. Ce n’est pas du tout un auteur soucieux de réalisme scientifique, relisez les enfants d’Icare, ou rendez vous avec Rama ou 2001, il n’ y a pas de "réalisme scientifique" il y a seulement des histoires de science fiction.


      • vote
        laertes 19 juillet 13:43

        Nolan connaît incroyablement de choses concernant la science... il ne connaît pratiquement rien...de la fiction !


        • 1 vote
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 19 juillet 15:29

          D’un coté il y a les trous noir détruisent la matière et de l’autre coté il y a des trou blanc, aussi appelé fontaine blanche, une sorte de mini big-bang créateur de matière. D’ailleurs en cosmologie, le Big-Bang est considéré comme un trou blanc.
           
          Quand les trous noirs auront consommé le dernier grain de matière de l’univers, le temps n’aura plus de raison d’être, ce sera la fin du temps et de la vie ... Nous, en tant qu’âme humaine, ont reviendra au point ZERO, avant la chute originelle, avant de refaire un tour de manège avec le prochain Big-Bang ...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

HAL 9000

HAL 9000
Voir ses articles







Palmarès