Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Calimero

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Réactions postées Réactions reçues
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires


  • vote
    Par Calimero (---.---.---.42) 14 février 2013 20:12

    Votre réaction est ridicule mais légitime. Il s’agit d’un véritable drame c’est un fait incontestable.
    La situation de cette personne doit être toutefois examinée en détail.
    Il est fréquent que des demandeurs d’emploi oublient volontairement ou non de déclarer des salaires perçus pendant une période. Ce que j’ai pu entendre sur ce cas est qu’il n’a pas déclaré ses revenus sur une période de plus de 3 mois. c’est souvent tentant de bénéficier d’un "crédit gratuit" et d’avoir son salaire et les allocations versées en plus tous les mois.
    On se dit que dans le pire des cas Pôle Emploi demandera de rembourser les sommes indument perçues et donc ce sera toujours ça de gagné. le problème c’est que la double peine est appliquée : c’est à dire que le remboursement des sommes est demandé avec souvent un échéancier mis en place mais la période non déclarée est exclue de tout nouveau calcul indemnitaire. c’est ce qui s’est passé malheureusement.
    N’oubliez jamais que Pôle Emploi ne fait qu’appliquer la réglementation adoptée par les partenaires sociaux (patronat et syndicat) et qu’un agent n’a aucune latitude pour faire ce qu’il veut sur un dossier sinon c’est une faute professionnelle.
    Pour terminer, sachez que les reportages sont toujours à charge et que le paradoxe règne :
    "les chômeurs fraudent et ne cherchent pas d’emploi" puis "Pôle Emploi radie à tour de bras et persécute les chômeurs" -> Ou est la vérité ? Ni dans l’un ni dans l’autre.
    Aucun site Pôle Emploi n’a de consigne ni d’objectif de radiation et tout est fait pour dialoguer et trouver des solutions aux problèmes de radiation à condition de vouloir s’expliquer.
    Tous les agents Pôle Emploi sont conscients de la misère et des problèmes sociaux à traiter et pour l’immense majorité d’entre eux ils font tout ce qu’ils peuvent pour aider les demandeurs d’emploi avec les moyens à leur disposition et dans un cadre règlementaire rigoureux.

  • 9 votes
    Par Calimero (---.---.---.42) 21 décembre 2012 20:17

    Peut-on parler de journalisme ? ARTE est ridicule et je plains les pseudo-journalistes qui nous font ce sketch...

    Décodage de 24 techniques de désinformation

    Technique n°1 : Evitement

    Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

    Technique n°2 : Superficialité

    N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

    Technique n°3 : Indignation

    Rejeter le sujet de façon indignée ("jamais une chose pareille ne serait possible"). Jouer sur le sentiment d’incrédulité ("il y aurait eu des fuites", "ça se saurait", …)

    Technique n°4 : Rumeur

    Considérer la controverse comme une rumeur de plus,sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

    Technique n°5 : Homme de paille

    Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

    Technique n°6 : Messager

    Décrédibiliser le porteur du message. Par extension,associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que "excentrique", "extrême-droite", "gauchiste","terroriste", "conspirationniste", "radical", "fanatique", ou même "blonde" etc…

    Technique n°7 : Biais

    Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.

    Technique n°8 : Confusion

    Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

    Technique n°9 : Autorité

    S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

    Technique n°10 : Innocence

    Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

    Technique n°11 : Amalgame

    Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

    Technique n°12 : Diviser

    Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

    Technique n°13 : Pseudo-débat

    Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

    Technique n°14 : Confession

    Admettre avec candeur que des manquements (mineurs)ont été identifiés et que des solutions ont été apportées.Les opposants cependant en ont tiré parti pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

    Technique n°15 : Enigme

    Les énigmes n’ont pas de solution. Etant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour ne pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

    Technique n°16 : Solution complète

    Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

    Technique n° 17 : Omission

    Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

    Technique n°18 : Sang froid

    Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

    Technique n°19 : Expertise

    "You don’t bite de hand that feeds you" 

    , disent les Anglais. Créer son propre groupe d’experts et le financer directement ou indirectement.

    Technique n°20 : Preuve impossible

    Ignorer les preuves présentées par l’opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard du public), techniquement(années de recherche) ou financièrement.

    Technique n° 21 : Déni

    Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis à vis de publications, de témoignages ou même de propos officiels d’organes de pouvoir, en les désignant comme des "sources non valides" ou "des éléments sortis de leur contexte".

    Technique n°22 : Fausse preuve

    Introduire des éléments contradictoires par rapport à l’argument de l’opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d’études scientifiques au protocole particulièrement étudié.

    Technique n°23 : Grand Jury

    Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme étant l’état du consensus général.

    Technique n°24 : Diversion et distraction

    Créer l’événement ailleurs pour distraire et écarter l’attention du public.


  • 2 votes
    Par Calimero (---.---.---.42) 21 décembre 2012 19:51

    Tout d’abord, tenter de répondre à Andromede95 (ou moorea34 cf mardi 18/12 sur Agoravox) ce n’est que leur donner une tribune et l’importance qu’ils n’ont plus.
    Au contraire, il faut donner les moyens à ceux qui sont curieux et n’ont pas pris partie de pouvoir se faire leur propre opinion.
    Sachez, et cela répondra à cet article, qu’un site clarifie tout :
    http://www.consensus911.org/fr/points-de-consensus-sur-le-119/
    Le 9/11 Consensus Panel entend proposer au monde un exposé clair, basé sur l’opinion d’experts indépendants et de certaines des meilleures preuves contredisant le récit officiel sur le 11-Septembre.

    Le but du Consensus Panel est de constituer une source toute prête pour les recherches factuelles qui pourraient être entreprises par le public, les médias, le monde académique ou tout autre entité ou institution enquêtrice.

    Et pour terminer :

    Décodage de 24 techniques de désinformation

    Technique n°1 : Evitement

    Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

    Technique n°2 : Superficialité

    N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

    Technique n°3 : Indignation

    Rejeter le sujet de façon indignée ("jamais une chose pareille ne serait possible"). Jouer sur le sentiment d’incrédulité ("il y aurait eu des fuites", "ça se saurait", …)

    Technique n°4 : Rumeur

    Considérer la controverse comme une rumeur de plus,sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

    Technique n°5 : Homme de paille

    Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

    Technique n°6 : Messager

    Décrédibiliser le porteur du message. Par extension,associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que "excentrique", "extrême-droite", "gauchiste","terroriste", "conspirationniste", "radical", "fanatique", ou même "blonde" etc…

    Technique n°7 : Biais

    Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.

    Technique n°8 : Confusion

    Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

    Technique n°9 : Autorité

    S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

    Technique n°10 : Innocence

    Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

    Technique n°11 : Amalgame

    Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

    Technique n°12 : Diviser

    Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

    Technique n°13 : Pseudo-débat

    Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

    Technique n°14 : Confession

    Admettre avec candeur que des manquements (mineurs)ont été identifiés et que des solutions ont été apportées.Les opposants cependant en ont tiré parti pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

    Technique n°15 : Enigme

    Les énigmes n’ont pas de solution. Etant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour ne pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

    Technique n°16 : Solution complète

    Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

    Technique n° 17 : Omission

    Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

    Technique n°18 : Sang froid

    Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

    Technique n°19 : Expertise

    "You don’t bite de hand that feeds you" 

    , disent les Anglais. Créer son propre groupe d’experts et le financer directement ou indirectement.

    Technique n°20 : Preuve impossible

    Ignorer les preuves présentées par l’opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard du public), techniquement(années de recherche) ou financièrement.

    Technique n° 21 : Déni

    Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis à vis de publications, de témoignages ou même de propos officiels d’organes de pouvoir, en les désignant comme des "sources non valides" ou "des éléments sortis de leur contexte".

    Technique n°22 : Fausse preuve

    Introduire des éléments contradictoires par rapport à l’argument de l’opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d’études scientifiques au protocole particulièrement étudié.

    Technique n°23 : Grand Jury

    Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme étant l’état du consensus général.

    Technique n°24 : Diversion et distraction

    Créer l’événement ailleurs pour distraire et écarter l’attention du public.

  • 6 votes
    Par Calimero (---.---.---.42) 19 décembre 2012 22:01

    Tout a déjà été dit sur Jérôme Quirant (cf Reopen du 12/12/2011) :

    Pour approfondir la thématique "Jérôme Quirant et le 11/9", nous vous recommandons, par ordre anté-chronologique :

    • « Quelques réponses au site Bastison.net », par YvesDuc, membre de ReOpen911, 12/14 juin 2010. La partie 1/2 analyse les explications "officielles" relayées par le blog de M. Quirant sur les effondrements des Tours Jumelles. La partie 2/2 démystifie les arguments de M. Quirant sur l’effondrement du bâtiment 7 du WTC.
    • La réponse de ReOpen911 à la critique de Jérôme Quirant sur la première version de notre article point-clé sur les pirates de l’air, 23 novembre 2009.
    • 5 Objets du Scandale, documentaire ReOpen911, 31 octobre 2009. Cette vidéo révèle le caractère manipulateur du traitement du 11/9 par l’émission « L’objet du scandale » du 30 septembre 2009 sur France 2, émission dans laquelle M. Quirant était invité pour « réfuter les théories du complot ».
    • «  La propagande pro thèse officielle : www.bastison.net », par Frédéric Henry-Couannier, Maître de conférences et chercheur en physique fondamentale au Centre de Physique des Particules de Marseille, 25 octobre 2009. Ce dossier peut être consulté sur le blog de Frédéric Henry-Couannier tout en bas de cette page. Voir également, ce billet du physicien Henry-Couannier dédié à la réfutation des arguments de M. Quirant sur la thermate.
    • « Pourquoi les particules rouges-grises ne sont pas des composants de peinture  », par Niels Harrit, mai 2009. Cet article technique est une réponse du Dr. Niels Harrit, professeur agrégé de chimie à l’Université de Copenhague, à M. Quirant et quelques autres scientifiques qui avaient suggéré que les particules rouges-grises retrouvées dans les poussières du WTC pouvaient être des résidus de la peinture anti-corrosion présente sur les colonnes et les poutres du WTC.
  • 1 vote
    Par Calimero (---.---.---.42) 10 septembre 2012 21:13

    Quelle débauche d’arguments....
    Pourquoi ne pas simplement penser que nous avons là des personnes qui ont découvert un jour les informations sur le 11 septembre, ont d’abord été horrifiées (ce n’est pas possible !) puis ont creusé toute l’information en n’omettant pas les points de vues divergents et contradictoires (c’est sain pour l’esprit), et là c’est le désespoir : comment quelque chose d’aussi gros peut passer inaperçu aussi longtemps ? puis on cherche à en parler autour de soi et là, ça fait mal de se faire traiter de négationniste et j’en passe...
    C’est l’histoire de tous ceux qui ont ouverts les yeux à un moment donné sur la vérité, qui ont découverts les arguments bien réels étayés par des scientifiques, et c’est mon histoire.
    Mais il est toujours plus facile d’insulter sans savoir, de fonctionner par amalgame, cela permet en tout cas de dissuader la masse curieuse par nature (si vous cherchez des infos sur infos sur le sujet vous êtes assimilable aux nazis négationnistes qui les diffusent).
    Cessons de répondre aux insultes et autres vomis proférés par les soi-disant détenteurs des tablettes de la vérité gravées dans le marbre.
     Exigeons uniquement un débat argumenté sur le sujet.....

Les thèmes de l'auteur






Palmarès