Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

totof

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 87 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires



  • 18 votes
    totof (---.---.---.147) 10 juillet 13:35

    Ce Verhofstadt est immonde. Il ose parler de privilèges en Grèce comme si le mécanisme de la dette n’était pas lui-même l’expression et l’accroissement du gigantisme des privilèges de la bourgeoisie occidentale ! Mécanisme par lequel la bourgeoisie est en train de s’approprier le patrimoine des peuples. Et ce mec, là, ce Verhofstadt, ose crier devant Tsipras, se poser en donneur de leçons ! Ha non, c’est trop dur de voir ça, de voir ce mec qui va rester impuni, ce privilégié, réclamer, en gueulant, que les privilégiés de sa classe s’en mettent encore plus plein les fouilles au détriment des peuples. Face à la bourgeoisie néo-fasciste, il ne faut plus négocier.
    Le problème est que les peuples d’Europe de l’Ouest sont soumis à un système d’embrigadement efficace qui les monte contre ceux qui se lèvent face à l’ordre qui fait notre malheur. J’ai entendu, le 30 juin, dans l’émission "du grain à moudre" de France Culture que les banques, c’est nous ! Les banques, c’est le peuple ! C’est bien connu ! Et au moment où une intervenante, Vicky Skoumbi, a essayé de prendre la parole pour dire à quel point cela était un mensonge, hé bien pas de chance ! c’était le moment de mettre un petit gingle musical après lequel, Hervé Gardette, l’animateur, nous expliqua que maintenant, on allait parler d’autre chose ! Ce discours qui affirme que les banques, c’est nous, je l’ai aussi entendu dans la bouche de ce traître de Sarkozy, et de partout en fait. Et les gens y croient ! ils sont crédules ! Ils se payent de mots, quelque soit la réalité ! Quel malheur !


  • vote
    totof (---.---.---.209) 18 avril 19:37

    On nage en plein New Age. Que des amalgames sans queue ni tête. Il compare, entre autre, la vengeance avec le système carcéral, confondant de fait la vengeance et le châtiment (je suis contre le système carcéral mais je conseille à ce monsieur de lire "Crime et châtiment" de Dostoïevski). Ce Thierry Casasnovas n’a rien d’alternatif, il n’est qu’un rouage du système idéologique dominant. Ainsi, il nous décrit comment il "sent" l’unité qui dirige le monde. Il est trop ignorant pour le savoir mais il ne fait que nous resservir, à la sauce New Age, une resucée de l’idéalisme platonicien, celui qui est à la base même de l’idéologie dominante actuelle, qui nous dit que le monde fonctionne de façon unitaire, qu’il y a ce qu’on appelle une ontologie unitaire et que par conséquent, il n’y a qu’une façon d’être. Pierre Clastres a montré comment la philosophie amérindienne, en ayant une approche du monde par le Multiple, rejetait l’Un, donc l’idéalisme, vers la nature, là où l’on n’a pas le choix, on est violenté parce qu’il n’y a qu’un fonctionnement admis. Selon les amérindiens, le rôle de la société était de permettre à tout un chacun d’être ce qu’il avait envie d’être, sans le violenter avec l’Un.
    Dans le cas de ce Thierry Casasnovas, il s’agit de nous effrayer en nous disant que si nous n’adoptons pas son point de vue sur le monde, nous tomberons malade. C’est d’ailleurs totalement immoral : ce serait donc pour mon intérêt personnel que je deviendrais bon et aimant envers tout le monde.
    Remarquez au passage la cohérence avec le discours dominant : c’est exactement la soupe idéologique que nous sert l’industrie culturelle (regardez cette merde de Star War pour prendre un exemple parmi de multiples autres). Regardez aussi comme le patronat aimerait bien que les salariés adoptent la posture de ce Thierry Casasnovas.
    Derrière ce discours pseudo-cool se dissimule un accroissement du contrôle social dans le sens où l’individu devient le propre flic de son âme. Il n’y a plus de spontanéité et ça, cet approfondissement, n’est qu’un signe de l’implantation du totalitarisme dans nos esprits. C’est gravissime. Mais pas pour tout le monde, je suis sûr que ce petit entrepreneur de moral qu’est Thierry Casasnovas gagne bien sa vie...


  • vote
    totof (---.---.---.209) 28 janvier 13:28

    A propos de l’école, j’avais entendu cette phrase : on n’a jamais grandi quelqu’un en le mesurant.
    Pas mal, je trouve...


  • 2 votes
    totof (---.---.---.56) 2 décembre 2014 10:43

    @wendigo : ton commentaire, c’est une blague ou c’est sérieux ?


  • 1 vote
    totof (---.---.---.65) 10 novembre 2014 13:47

    Avec Patrocle, on se croirait sur France Info. C’est la "positive attitude", à donf’. T’as raison, on n’est pas "cool", le changement est bon en soi-même, peu importe qu’il soit le produit d’une élite qui veut nous réduire à être un tas de moutons bêlant devant un trognon de culture débile. Le règne de l’entropie quoi... On s’en fout tant qu’on est "cool".

    "Ils chantent anglais parce qu’ils en ont envie"

    Alors ça, c’est typique de la soupe insignifiante que nous sortent les libéraux et tous les collabo du système. On oublie toutes les médiations, toute la domination, il n’y a plus de vainqueur ni de vaincu, tout le monde a gagné, etc. Dans cette logorrhée dépolitisée, tout coule de source et l’individu est ce qu’il est, naturellement. Fin de tout débat...
    Putain, au niveau abrutissement, on en est donc là. Misère de misère...

Les thèmes de l'auteur






Palmarès