Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Barenboim & Vengerov répondent à Fergus - Concerto pour violon de (...)

Barenboim & Vengerov répondent à Fergus - Concerto pour violon de Sibelius

 

Maxim Vengerov et Daniel Barenboim n’en ont pas cru leurs yeux lorsqu’ils arrivèrent à la conclusion de l’article de Fergus - Les grands concertos pour violon - paru lundi sur AgoraVox. Voyant qu’ils étaient tout bonnement relégués en 2ème division, dans le sillage de Jean Sibelius et de son Concerto pour violon (en ré mineur, op. 47), ils convoquèrent au pied levé l’Orchestre Symphonique de Chicago pour jouer ce concerto à Cologne, devant un auditoire qui ne s’est pas fait prier. L’accueil fut triomphal, le soliste applaudi à la mesure de son talent et la salle n’avait qu’une question en tête : Qui a osé les reléguer en 2ème division ? 

 

La polémique enfle, les archets grincent, les cordes sifflent et rappelez-vous bien que tout ceci n’est pas du pipeau mais du violon... 

 

Les protagonistes du mélodrame : 

 

Fergus : L’auteur de l’article dont tout le monde parle.

Rédacteur unanimement apprécié par les lecteurs de France et de Navarre. 

 

Maxim Vengerov : Maxime Aleksandrovitch Venguerov (en russe : Максим Александрович Венгеров), né le 20 août 1974 à Novossibirsk (Sibérie, Russie), est un violoniste russo-israélien.

Il commence l’étude du violon à l’âge de 4 ans. Dès l’année suivante, il suit les cours de Galina Tourtchaninova, puis du légendaire Zakhar Bron. À cette époque, il donne déjà des concerts et à l’âge de 10 ans, il remporte le prestigieux concours Wieniawski de Poznan. Il participe ensuite à des récitals à Moscou et Saint-Pétersbourg, jouant avec des orchestres prestigieux comme l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam ou l’Orchestre philharmonique de la BBC.
En 1995, ses enregistrements des concertos de Chostakovitch et Prokofiev remportent les Gramophone Awards — les plus prestigieuses distinctions dans le domaine de la musique classique — du meilleur enregistrement de l’année et du meilleur enregistrement de concert de l’année.
Maxime Venguerov enseigne la musique à la Royal Academy of Music de Londres.
Il joue actuellement sur un Stradivarius, le Kreutzer (1727), dont il est le propriétaire depuis 1998.
Le 30 octobre 2009, il a annoncé qu’il lâchait l’archet de son violon au profit de la baguette pour prendre la direction du futur Gstaad Festival Orchestra. Vengerov souhaite d’abord jouer le répertoire russe. (...)
 
 
Le 2 mai 2011 : "Maxim Vengerov, l’un des musiciens les plus talentueux et les plus charismatiques de sa génération, revient à son instrument de prédilection, après avoir mis sa carrière de violoniste entre parenthèses durant trois ans. Un récital-événement produit par le stage-festival Musica Mundi, dans le cadre d’un projet d’école musicale d’excellence dont Maxim Vengerov s’est voulu l’ambassadeur."

 

Daniel Barenboim : né le 15 novembre 1942 à Buenos Aires, est un pianiste et chef d’orchestre de nationalité argentine et israélienne. En 2002, il reçoit la nationalité espagnole et depuis janvier 2008, il est également porteur d’un passeport palestinien. (...)

 
Au début des années 1960, il joue avec le vieux maître Otto Klemperer et enregistre avec lui ses premiers disques pour EMI : le 25e concerto de Mozart et l’intégrale des concertos de Beethoven. Puis il devient chef de l’English Chamber Orchestra en 1965 et enregistre, en dirigeant du piano, l’intégrale des concertos de Mozart, une somme que certains critiques considèrent aujourd’hui encore comme la plus belle jamais gravée. À cette période, Barenboïm est un merveilleux mozartien, tant au piano qu’à la baguette, et il mêle à un élan juvénile une profondeur extraordinaire des mouvements lents sans doute en partie acquise à la fréquentation de Klemperer.
C’est la période heureuse, celle de son amour pour la violoncelliste britannique Jacqueline du Pré avec laquelle il se marie en 1967. La période aussi où il pratique assidûment la musique de chambre avec elle et ses amis les violonistes Pinchas Zukerman et Itzhak Perlman et d’autres comme Isaac Stern ou Gervase de Peyer. De nombreux disques sont gravés en particulier de Beethoven. Un DVD garde pour la postérité une interprétation exceptionnelle du quintette « La Truite » de Schubert avec le chef d’origine indienne Zubin Mehta à la contrebasse.
Le bonheur sera de courte durée : Jacqueline est atteinte de sclérose en plaques et doit arrêter sa carrière dès 1972. Elle décèdera en 1987.
La carrière de Barenboim semble marquée par une sorte de boulimie inextinguible de concerts, d’enregistrements et de projets. Il est chef de l’Orchestre de Paris de 1975 à 1989 où il crée un Chœur symphonique qu’il confie à Arthur Oldham. Après un passage éclair comme directeur artistique et musical au tout nouveau Opéra-Bastille où Pierre Bergé le démet de ses fonctions, il part aux États-Unis diriger l’Orchestre symphonique de Chicago, poste qu’il occupe jusqu’en 2006, tout en menant une carrière de chef à Berlin, à la tête du Staatsoper. (...) 
 
 
Sonate pour piano n° 10 en sol majeur, opus 14 n° 2, de Ludwig van Beethoven - 1er mouvement

 

Orchestre Symphonique de Chicago : L’Orchestre symphonique de Chicago (Chicago Symphony Orchestra en anglais) est un grand orchestre symphonique américain basé à Chicago, dans l’État de l’Illinois.

En 1891, Charles Norman Fay, un homme d’affaires de Chicago invite le chef d’orchestre Theodore Thomas à rassembler un orchestre à Chicago. Celui-ci s’exécute et l’« Orchestre de Chicago » (Chicago Orchestra) est créé. Le concert inaugural a lieu le 16 octobre 1891 à l’Auditorium Theatre. Ce qui en fait un des plus anciens orchestres américains, avec l’Orchestre philharmonique de New York, l’Orchestre symphonique de Boston et l’Orchestre symphonique de Saint Louis.
Depuis plus de 100 ans, l’orchestre se produit sur la scène du Symphony Center complex de Chicago (autrefois appelé Orchestra Hall), un bâtiment situé au 220 de la South Michigan Avenue, imaginé par l’architecte Daniel H. Burnham et construit en 1904.
Depuis 2006 et le départ de Daniel Barenboïm, il n’y a pas de directeur musical (il n’est pas encore nommé). Entretemps et par intérim, c’est Bernard Haitink qui en assure la direction principale tandis que Pierre Boulez en a été nommé le chef d’orchestre émérite.
En mai 2008, on apprend que Riccardo Muti a signé un contrat de cinq ans prenant effet au début de la saison 2010-2011. (...)

 

Le compositeur :

 

Jean Sibelius : Jean Sibelius, né le 8 décembre 1865 à Tavastehus, dans le grand-duché de Finlande et mort le 20 septembre 1957 à Järvenpää, près d’Helsinki, est un compositeur finlandais de musique classique. Il est, avec Johan Ludvig Runeberg, l’un des Finlandais qui symbolisent le mieux la naissance de l’identité nationale finlandaise, bien qu’il soit suédophone. (...)

 

Valse Triste de Jean Sibelius : Kuolema (La mort), op. 44 qui inclut la Valse Triste, op. 44 n° 1. Herbert von Karajan & Philharmonique de Berlin (photos : paysages finlandais)

 

 Le Concerto pour violon en ré mineur, op. 47 : Le concerto pour violon en ré mineur, op. 47 est une œuvre du compositeur finlandais Jean Sibelius, et fut composée entre 1903 et 1904, puis révisée en 1905.

Il s’agit d’une des œuvres les plus jouées du compositeur, et de l’un des grands concertos pour violon du xxe siècle. C’est aussi le seul concerto de son auteur.
Il se distingue en particulier par ses ambiances sombres et minérales, et par l’équilibre subtil entre les parties jouées par le violon soliste et le reste de l’orchestre : en effet, l’orchestre possède dans ce concerto un rôle majeur (bien loin du simple accompagnement ou du faire-valoir, fréquents dans les concertos pour instrument soliste de l’époque), conférant à cette pièce une réelle dimension symphonique. (...)

 

 

PS : Daniel fait les gros yeux mais tout devrait rentrer dans l’ordre sans que personne ne prenne un coup de baguette... Merci à Fergus pour ses articles et ses commentaires avisés (et sa gentillesse, et son humour).

Tags : Musique Art Culture Etonnant International Spectacle


Sur le même thème

J. S. Bach par Marie-Claire Alain, organiste virtuose
Les plus belles musiques d'Ennio Morricone !
L'Orchestre Symphonique Kimbanguiste à Los Angeles
A quoi sert le multiculturalisme ?
Luciano Pavarotti : Que personne ne dorme !


Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès




voyance gratuite
Obtenez votre Voyance avec Nostradamus
voyance gratuite