• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Drone (film 2017) - Film & question de société -02

Drone (film 2017) - Film & question de société -02

 

Film : Drone : http://www.imdb.com/title/tt5352846/

 

Infos supplémentaires : Opérateur de drone de combat, rapport à la mort, Questions autour de l'utilisation d'arme à longue distance, inégalité des rapports de force

 

http://www.liberation.fr/planete/2017/04/17/126-morts-dans-un-convoi-humanitaire-une-image-au-coeur-du-carnage-syrien_1563327

 

http://www.courrierinternational.com/article/2013/01/03/un-ancien-pilote-americain-raconte

 

Vous souhaitez participer à l'émission ?
Rendez vous sur la page suivante http://lautreemission.blogspot.fr/
et envoyez un message en indiquant le choix de l'émission (titre, animateur, date,sujet, etc)

L'autre émission.

 

Tags : Société Cinéma Guerre Drones



Réagissez à l'article

2 réactions à cet article


  • 1 vote
    Qiroreur Qiroreur 21 juin 19:19
    Attention SPOIL... en même cette vidéo le fait aussi smiley

    Je n’ai pas trouvé le film passionnant probablement parce que le ton tout le long annonce la toute fin et qu’il n’y a donc pas de surprise. Les dialogues sont attendus, les personnages sont très clichés (l’ado dans son monde, la femme qui trompe sa routine avec un amant, etc.) et leurs relations stéréotypées. Il a néanmoins le mérite de mettre en lumière cette guerre qui parait virtuelle pour ceux qui tiennent le joystick qui ne ressentent ni la chaleur des flammes, ni la poussière, la vue du sang qui gicle, le bruit des cris... juste des déflagrations vues sur écran et qui ont presque une dimension esthétique. 

    C’est un rapport très particulier que seuls les américains ont avec la guerre. N’ayant plus connu de conflits sur leur sol depuis la guerre de sécession le peuple américain a toujours entretenu un rapport distant avec les conflits internationaux, avec une délégation, que ce soit à des jeunes souvent de milieux défavorisés durant les deux grandes guerres, puis toutes les autres (Corée, Viet-Nam, etc.), que ce soit à des armées professionnelles, que ce soit par les armes de frappes à distance leur épargnant le combat au sol. Et tout cela est allé crescendo : l’armée est devenue un métier, puis les tâches ont été confiées à des sociétés privées, puis même plus besoin de se déplacer. Le drone piloté par un employé d’un sous-traitant privé est le dernier stade de cette absence de relation charnelle de l’américain au conflit (l’américain lutte pour sa propre survie personnelle). Au Viet-Nam tant qu’ils pouvaient larguer du napalm à foison depuis le ciel, les dégâts au sol étaient un spectacle. Quand il a fallu descendre dans la jungle c’est devenu un cauchemar repris dans de nombreux films, comme s’ils réalisaient enfin ce qui se passait au sol. Et ceux qui faisaient le sale boulot, y laissaient leur santé furent traités comme des parias à leur retour dans un climat de pacifisme ambiant et hypocrite. De même quand il y eu quelques morts en Irak, un mouvement populaire réclamait le retour de leurs "boys" (la guerre pouvait bien continuer). 
    L’américain n’a rien à voir avec l’israélien qui a grandi avec les attentats, les guerres à répétition et qui a fait ses 3années de service obligatoire ou avec le russe qui a imprimé en lui le sens du sacrifice. 
    L’européen est un peu similaire à l’américain : les générations qui viennent n’ont pas de famille proche ayant fait l’Algérie, l’Indochine ou la 2GM, éventuellement un arrière-grand-père dont ils se souviennent à peine du nom : tout cela est loin. Ils n’ont plus non plus de lien avec leur armée. Quand un Président leur explique que "nous sommes en guerre", ils ne comprennent pas ce que cela signifie. Une guerre ? Où ça ? Chez moi tout va bien... mais de quoi il parle l’autre ?
    On a chez nous des "philosophes" qui déclenchent des guerres sans les aimer disent-ils (en réalité ils aiment bien, quand c’est les autres... le sang sur une chemise blanche part difficilement au lavage), des reporters "sur place" (sur place signifiant toujours ailleurs dans un de ces pays à la c...) qui sont en réalité dans le Sheraton du coin pour leur duplex et puis des ministres de la Défense (ou de l’attaque ?) qui passent une nuit de noël de temps en temps avec les troupes, pour la forme. La guerre c’est fini pour nous. On y joue sur des consoles, on regarde des films qui en parlent et c’est à peu près tout.

    • 3 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 22 juin 01:22

      En effet, l’argument des voitures piégés a bon dos quand il s’agit de soit disant attentats locaux ... Oui je pense que les américains maquillent leurs opération de drones avec de soi disant attentat EI ou Daesh ou Dieu sait qui ! ... Le meilleur exemple de cela est la mort de l’ex-président du Liban, M. Rafic HARIRI qui pour moi a été tué par un missile air-sol, l’énorme cratère au sol semble être une preuve de tir de missile et non de voiture qui explose au passage du convoi présidentiel ...
       

      

      Ajouter une réaction

      Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

      Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


      FAIRE UN DON







Palmarès