• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


2 votes
Sutter Kane Sutter Kane 19 juin 12:53

Dans la deuxième vidéo, on entend la voix-off dire : "Ils sont sur le point d’augmenter leurs opérations d’épangage à un niveau armageddonesque, j’ai envie de dire..."

Voici une présentation plus objective du projet des chercheurs de Harvard :
 
"Une équipe de scientifiques américains sont prêts à procéder à des injections par aérosols dans la stratosphère (jusqu’à 20 km d’altitude = 12.4 miles) afin de valider la faisabilité technique d’une méthode permettant de résoudre le problème du réchauffement climatique. L’objectif est de simuler en toute sécurité les effets atmosphériques rafraîchissants d’une éruption volcanique de grande ampleur. Le projet de 20 millions de dollars porté par la Harvard University est le plus grand programme de géo-ingénierie jamais imaginé, et il sera lancé dans les prochaines semaines (début avril 2017).

Les scientifiques porteurs du projet visent à réaliser deux dispersions à petite échelle d’ici 2022. La première dispersera de l’eau dans la stratosphère, et la seconde dispersera des particules de carbonate de calcium. Dans le futur, des tests pourraient inclure également l’émission, dans l’atmosphère supérieure, d’oxyde d’aluminium ou peut-être même d’un élément plus exotique : des diamants. (...)"

Autrement dit, selon la source non-complotiste, les dispersions n’ont pas commencé depuis des lustres et ne vont pas passer à un niveau "armageddonesque" ; il s’agira de faire deux petites dispersions dans les cinq prochaines années.

A noter, en outre, que les scientifiques eux-mêmes ne sont pas ravis de cette perspective, mais qu’ils estiment qu’il vaut mieux s’y préparer si aucun autre choix ne se présente :

"Même les scientifiques à la tête du programme à Harvard reconnaissent que la géo-ingénierie doit constituer une méthode complémentaire plutôt qu’un moyen offensif de réduire les émissions. Quoi qu’il en soit, ils affirment qu’il est vital que nous en apprenions plus sur la géo-ingénierie dans l’éventualité où nous aurions besoin de nous en servir à l’avenir. Frank Keutsch, professeur de sciences atmosphériques et coordinateur de l’expérimentation, donne le nom de « perspective terrifiante » au déploiement d’un système de géo-ingénierie solaire. Et d’ajouter « Mais il serait dramatique de préférer l’ignorance à la connaissance dans une situation comme celle-ci »."




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON