Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Amnésie traumatique : Flavie Flament se confie dans son livre "La (...)

Amnésie traumatique : Flavie Flament se confie dans son livre "La consolation"

L'ex-animatrice de télévision sort aujourd'hui un livre dans lequel elle révèle qu'à l'âge de 13 ans, elle a été victime d'un célèbre photographe. Ce n'est que beaucoup plus tard que la mémoire traumatique est remontée à la surface...

  Je n'aurais jamais imaginé mener l'enquête sur ma propre vie. J'ai fait un long voyage dont je suis ressortie extraordinairement vivante, avide de mon prochain et d'existence. Mais le trajet fut long, solitaire, douloureux et angoissant.
Un voyage dans une mémoire enfouie, quelque part, au fond de moi, un coffre à secrets scellé du sceau de la honte, de la protection, des mensonges et des aveuglements. On l'appelle la mémoire traumatique. C'est un fantôme qui vous poursuit, assaillant invisible de vos nuits blanches et de vos bonheurs troublés. J'ai subi les premiers assauts du souvenir, sorte de flashs venant d'un infini indéfini, anéantie, soumise, interdite devant les hurlements d'un passé que plus rien n'empêchait de surgir. Alors j'ai décidé de faire face. J'ai laissé remonter les images de l'enfance, dans un désordre fou, j'ai essuyé les bourrasques, résisté au tourbillon et, assurée par des gardiens de la psychiatrie, j'ai recomposé ce film dont la projection m'était, depuis mes 12 ans, interdite.
C'est mon histoire, celle de Poupette, à qui il manquait un morceau d'existence aussi vital qu'un battement de coeur. J'ai assemblé, une à une, les séquences du saccage d'une innocence, comme on recompose une photo que les coupables ont un jour sciemment déchirée.

 

Aujourd'hui, je suis Moi, intégralement, plus forte. Consolée. Dans ce récit sensible et délicat, Flavie Flament évoque la trahison des adultes qui lui ont ravi son corps et son innocence. C'est aussi l'histoire d une renaissance. 

 

L'actrice et chanteuse Marie Laforêt a également témoigné publiquement d'une amnésie traumatique concernant un viol dans son enfance.

 

 

 

Interview du magazine Elle :

 

La « petite fiancée de la télé » s’est retirée des écrans en 2009. Trop d’exposition, trop de course à l’audience. Elle s’est installée sur un créneau plus discret, une émission quotidienne, l’après-midi, sur RTL.

 

La vraie raison de cette diète télévisuelle, elle la révèle aujourd’hui dans un livre coup de poing,
« La Consolation » : elle vivait alors une explosion volcanique intérieure, la remontée, par flashs, de souvenirs si douloureux qu’elle les avaient refoulés.

 

Ceux d’un après-midi où se rendant chez un photographe mondialement connu pour faire des photos, dans une résidence au cap d’Agde pendant l’été 1987, elle a été violée. Elle avait 13 ans.
Ce n’est qu’à 35 ans, en retombant sur un Polaroid qu’il avait pris d’elle cet été-là que les images de ce traumatisme lui sont revenues, en entraînant d’autres.
Ce cliché fait la couverture de son livre. En guise d’accusation. Alors que le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes demande que les victimes de viol soient mieux entendues et défendues, Flavie Flament se confie à nous.

 

ELLE. On referme « La Consolation », sonné par les agressions sexuelles dont vous avez été victime, alors qu’à l’écran vous aviez l’air d’être une femme bien dans sa peau. Était-ce une façade ?

 

Flavie Flament. Pas tout à fait car, d’une part, l’amnésie traumatique qui empêche d’accéder aux souvenirs les plus douloureux m’a en quelque sorte protégée pendant des années.
D’autre part, j’ai toujours eu au fond de moi une flamme minuscule de joie qui m’a permis d’aller de l’avant. Cela dit, j’avançais, comme un bon petit soldat dans le brouillard.
Même quand tout aurait dû aller bien, une partie de moi était en souffrance. Une tristesse, comme un fond de décor, teintait tout : les moments de bonheur, les projets d’avenir, ma façon de voir l’existence. J’avais l’impression de ne pas être honnête, de me mentir à moi-même, mais sans comprendre pourquoi.

 

ELLE. Comment est-ce que cela a basculé ?

 

F.F. Garder un secret, même quand on ne sait pas lequel, c’est épuisant. Je cherchais la lumière, la popularité, j’avais besoin d’amour, d’être réchauffée par le public, par des audiences tout en ayant le sentiment d’être dans l’imposture. Tout cela me coûtait. J’ai résisté. Jusqu’au jour où mon corps a lâché. J’ai été saisie de crises de panique n’importe où, n’importe quand.
J’avais des flashs : un mur blanc et un ciel bleu, une serviette verte, une fenêtre verrouillée par un petit loquet. Ces images me revenaient mais d’où ? Pourquoi ? J’avais l’impression de devenir folle. Je me suis profondément inquiétée de ce qui m’arrivait. J’ai commencé à m’isoler et à ne plus voir personne, pour me protéger.

 

(...)

 

Source : http://www.elle.fr/

 

➤➤➤ Inceste, Troubles Dissociatifs et Amnésie Traumatique

 

Tags : Enfance Scandale Télévision Violence Pédocriminalité Psychologie Psychanalyse



Réagissez à l'article

173 réactions à cet article


  • 3 votes
    Nigari Nigari 29 octobre 13:00
    Amnésie traumatique : comment peut-on "oublier" un viol ? (Muriel Salmona) http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/amnesie-traumatique-comment-peut-on-oublier-un-viol-251016-117468

    • vote
      baleti 29 octobre 14:34

      un viol sa ne s"oublie pas,


      j’ai lu je ne sais plus ou que au moins 7 femme sur 10 on été victime de viol ou d’attouchement.

      le plus souvent, ses femme n’en parle jamais, pourquoi ?

      personne n’en parle, c’est pire que la pédophilie chez certain catho, pourquoi ?

      l’avis d’un musulman, n’est surement pas la bienvenue, sa veux pas dire que j’ai pas une penser pour ses victimes.

      • 10 votes
        medialter medialter 29 octobre 16:37

        @baleti

        "j’ai lu je ne sais plus ou que au moins 7 femme sur 10 on été victime de viol ou d’attouchement.

        le plus souvent, ses femme n’en parle jamais, pourquoi ?

        personne n’en parle, c’est pire que la pédophilie chez certain catho, pourquoi ?

        l’avis d’un musulman, n’est surement pas la bienvenue, sa veux pas dire que j’ai pas une penser pour ses victimes."
        *
        En ce qui vous concerne, vous avez été certainement victime de déscolarisation, 14 fautes en si peu de phrases, c’est un record. Peut-être même d’une ablation du cerveau, parce qu’on ne comprend vraiment pas quel message vous essayez de faire passer

      • 2 votes
        baleti 29 octobre 19:24

        @medialter

        vue que tu est préoccuper par l’orthographe, c’est normal que tu n’est pas compris


      • 2 votes
        gaijin gaijin 29 octobre 21:05

        @baleti
        les stats c’est 2 sur 10 ( en france ) et c’est déjà énorme ..........


      • 6 votes
        La mouche du coche La mouche du coche 29 octobre 21:28

        Bon on va arrêter la pleurniche là les gars. La meuf a fait un rêve qu’elle s’est peut-être fait sauter par peut-être un voisin dans peut-être son enfance et elle écrit un livre pour qu’on l’achète. Faut peut-être arrêter la fumette là non ? Maintenant si vous avez de l’argent en trop pour acheter ces c.nneries, cela ne me pose pas de problème. smiley


      • 4 votes
        La mouche du coche La mouche du coche 29 octobre 21:31

        Si on était dans une société saine, ce sont les PARENTS de cette enfant qui l’ont amené chez un photographe à 13 ans qu’il faudrait condamner. Mais dans notre société pudibonde lesbo-féminisée, c’est évidemment l’homme qui va être attaqué. On connait la suite. 


      • vote
        baleti 30 octobre 00:11

        @gaijin

        une sur mile c’est déjà énorme, les vrai chiffre fond froid dans le dos.

        la majeur partie des victimes, n’en parle a personne, une grosse partie, ne porte pas plainte, le chiffre des femme violer qui porte plainte, et de 1 sur 10. (un viol tous les 40mn en france)

        le total de ses victimes, et au alentour de 7 sur 10.

        sa veut dire qu’au moins une de ses femmes vie autour de toi, et en train de nous lire, encore pire en se moment ......

        belle,moche,grosse,svelte,riche,pauvre, personne n’est épargner.

        sa commence a l’âge du collège, en passant par les hôpitaux psychiatrique, jusqu’a les maison de retraite.On parle pas du monde du travail qui est catastrophique.

        le plus choquant, c’est la quantité de femme qui en parle pas, se qui indirectement, encourage ses goujat.Les vrai raison de se silence sont étouffer.

        un lien qui peu t’aides a comprendre, lire les commentaires tous en bas, en faite c’est politique, les féministes "viole "les chiffres, les enjeux vont beaucoup plus loin que l’on peu l’imaginer.Fait un tour sur le net.

        http://www.planetoscope.com/Criminalite/1497-viols-en-france.html


      • 2 votes
        Norman Bates Norman Bates 30 octobre 14:34

        @La mouche du coche

        Oui, tu as raison, il faut défendre "l’homme qui va être attaqué", l’homme victime des agissements pervers d’une ado dévergondée...

        Je propose l’instauration d’une loi condamnant sans ménagement le délit d’incitation à la débauche par mineur(e) en plein marasme hormonal...

        Hein ? oui, une espèce de mise en danger de la libido d’autrui dont sont fréquemment victimes des hommes respectables que notre "société pudibonde" traîne dans la fange infecte du déshonneur...


      • 1 vote
        La mouche du coche La mouche du coche 30 octobre 16:52

        @Norman Bates

        Vous êtes féminisé.


      • 2 votes
        Norman Bates Norman Bates 30 octobre 17:02

        @La mouche du coche

        Joie ! enfin une étiquette différente...merci...


      • vote
        Jean Keim Jean Keim 31 octobre 14:10

        @medialter
        Il faut également un "s" à "viol" et à "attouchement", dans le cas contraire on écrira "d’un viol" ou "d’un attouchement", néanmoins un faute d’orthographe n’est en soi qu’une faute mineure si elle ne change pas le sens de la phrase.


      • 3 votes
        Sun WuKong 1er novembre 05:07

        @La mouche du coche on verra quand ça sera ta fille.


      • vote
        La mouche du coche La mouche du coche 1er novembre 13:52

        @Sun WuKong
        Ma fille, je ne la donne pas à 13 ans se faire photographier comme ça. Si vous êtes détraqué, n’hésitez pas à consulter. 


      • 2 votes
        sls0 sls0 29 octobre 15:15

        Dans le nouvel obs il y a plus de détails.
        C’était connu est non prouvé dans la famille.
        Extrait :
        Le frère estime qu’elle romance des événements réels avant d’ajouter : "A 13 ans, Flavie en parais­sait deux de plus." L’argument laisse songeur.

        C’est parfois des artistes en perte de notoriété qui se rappellent d’événements du passé.
        Comme c’est David Hamilton qui est visé, ça peut finir au tribunal.
        Dans les années 70 c’était le spécialiste des photos de jeunes filles en fleur.
        Sur photoshop, il il y a le filtre Hamilton.
        Sur les appareils photos haut de gamme il y est aussi.
        Chez COKIN la référence du filtre c’était SRT 101.

        Depuis 5 jours quand on tape ’’livre David Hamilton’’ sur google, on voit les photos de Flavie Flament, à priori la notoriété revient.
        A 83 ans Hamilton ne risque plus peut être de poser des problèmes, à cet âge normalement on a la sagesse de s’en foutre et on est franchement mortel.


        • 6 votes
          gaijin gaijin 29 octobre 15:36

          @sls0
          savoir qu’il s’est " passé quelque chose " et s’en souvenir ce n’est pas la même chose

          mais chercher a salir la victime est un phénomène habituel dans ce genre d’affaires


        • 4 votes
          sls0 sls0 29 octobre 20:10

          @gaijin
          Je ne dit pas qu’elle n’a pas été victime, d’après le frère c’était une histoire connue dans la famille, elle fait partie de cette famille. Si la famille est au courant c’est qu’elle a parlé.
          Le coup de l’amnésie c’est dur à avaler c’est tout.

          S’il m’a fallu deux minutes pour m’apercevoir de cette incohérence, en cas de plainte d’Hamilton, son avocat risque d’appeler la famille de la ’’victime’’ à la barre.
          Qu’elle soit victime ou pas, elle l’a dans l’os. Son éditeur n’a pas de service juridique pour vérifier quand c’est border line ?
          OK elle le nomme pas, faire référence à la première page d’un livre d’Hamilton c’est tout comme.

          Que veut dire la phrase de son frère : à 13 ans elle en faisait deux de plus. Moi je ne sais pas, je n’interprète jamais, d’autres si.

          Une chose qui faut savoir, la plupart du temps après une telle expérience il y a un rejet de son corps de la part des victimes (et oui j’en ai connu et aidé)
          Je ne connais pas Flavie Flament, je suis allé voir sa bio, c’est un peu l’opposé, en tapant son nom avec le terme sexy sur google, elle ne semble pas trop perturbée.

          Un extrait des symptômes d’une liste des Femmes de New-York Contre le Viol (NYWAR).
          Image du corps mauvaise ou déformée. // Être privée, pas en phase ou échec de prendre en compte les signaux corporels ou de prendre soin du corps. // Tricher sur la taille du corps pour éviter l’attention sexuelle. // Propreté compulsive, y compris des bains brûlants, ou bien, inattention totale à l’apparence ou à l’hygiène.

          Faire en sorte que la personne se réapproprie son corps c’est du boulot. J’ai de temps en temps vu l’opposé, une conduite style pute mais toujours pour la même cause : Le rejet de ce corps qui à été à l’origine de l’attirance. Psychologiquement parlant, la victime se croit responsable, c’est inconsciemment mais c’est très fort.
          Le plus gros du boulot c’est de montrer qu’elle n’est pas responsable, l’inconscient et très fort, plus fort que la logique.

          Je ne suis pas ici pour juger, comme à mon habitude je ne relève que les incohérences.


        • 3 votes
          gaijin gaijin 29 octobre 21:03

          @sls0
          je ne vois pas d’incohérence ....je connais des cas qui savent qu’elles ont subit une agression sexuelle mais qui le savent intellectuellement sans souvenir de la scène ni du qui ou du quoi et sans accés aux émotions liées. en général la mémoire émotionnelle et les détails reviennent en après 40 ans ...

          les réactions peuvent être très diverses allant des comportements autodestructeurs ( drogue alcoolisme ou autre ) a des manifestations de type toc en passant par un rejet du corps et ou de la sexualité , un glissement vers l’homosexualité, ou au contraire une hyper sexualisation ( bcp de prostituées ou de professionnelles du x ont " commencé comme çà )

          " Que veut dire la phrase de son frère : à 13 ans elle en faisait deux de plus. "

          ben c’est simple elle était baisable ..............au même age il y a des filles qui sont très enfant et d’autres très femmes .....voir même qui peuvent tester leur séduction et allumer les mecs sans conscience des risques

          ça n’excuse en rien le viol ............


        • 3 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 octobre 14:47

          @gaijin

          Que du bon sens dans ce propos, avec une approche réaliste de certains mécanismes de défense que l’Inconscient met en place en rempart face au traumatisme...à une échelle inférieure, cela s’applique à certains cauchemars qu’une gomme magique efface avant le réveil...

          L’autre intervenant parle d’empathie, d’aide aux victimes, tout en prenant grand soin de relever les "incohérences" du témoignage évoqué dans l’article, une forme atypique d’empathie et d’aide, mais bon, cela est assez raccord avec les propos du même personnage sur les "gamines"...


        • 2 votes
          sls0 sls0 30 octobre 18:53

          @Norman Bates
          L’empathie est un très bon outil pour comprendre l’autre et d’être plus à même de l’aider ce qui devient de l’altruisme. Compassion pour comprendre et altruisme pour aider.

          Si l’empathie ce n’est pas se mettre à la place de l’autre pour la comprendre mais se mettre à la place de l’autre pour prendre ses souffrances, on devient aussi inefficace que la victime. Ensuite on est plus guidé par l’altruisme mais par un sentiment égoïste qui fait qu’on bouge pour supprimer notre sentiment d’inconfort, de malaise mais certainnement 

          Vous avez compris, pour aider il faut être efficace, relever les incohérences en fait partie. Quand on appelle les pompiers pour rien, il ne sont plus disponibles pour le reste de la société. Il y a quelques questions qui sont posées avant le déplacement.

          J’ai une petite expérience sur le sujet et je ne l’ai pas apprise sur youtube.
          Je ne dis pas qu’elle n’a pas été victime, je trouve qu’il y a quelques incohérence par rapport au peu que je sais c’est tout. Je fais dans l’empathie utile et non dans l’empathie émotionnelle.

          Mathieu Ricard a écrit un excellent livre sur l’altruisme, c’est plus scientifique, sociologique, anthropologique qu’un livre d’un bouddhiste. Il explique bien la compassion et l’altruisme le tout avec des arguments de recherches assez impressionnant, heureusement qu’il a un don pour écrire, c’est étayé comme une thèse.

          La plupart des gens leur coté compassion c’est prendre la souffrance des autres sur leurs épaules et non les comprendre. Ils discutent, donne des avis, jugent, sont mal à l’aise mais sont inefficaces pour aider.


        • 1 vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 octobre 19:19

          @gaijin
          "chercher a salir la victime est un phénomène habituel dans ce genre d’affaires" 

          Le problème est que personne ici ne peut dire qui cherche à salir qui, ni qui est victime de qui. Oui, je sais, ça énerve de lire ça, mais c’est la réalité. La réalité : le truc qui emmerde tout le monde. 


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 30 octobre 19:21

          @sls0
          N’avez-vous pas le sentiment qu’on est passé d’un extrême à un autre ? Du silence de mort d’autrefois à l’expression publique de ses souffrances, il n’y aurait pas un juste milieu ?

          Je ne sais pas. Je m’interroge. Après tout si ce livre l’aide... La catharsis aide beaucoup les victimes d’événements traumatisants à les accepter et mieux vivre avec. Mais il semble que l’on soit passé à autre chose avec des gens qui écrivent des livres-confessions (jusqu’à mimolette) pour narrer en détail leurs affects les plus intimes. Pourquoi ne pas juste se contenter de tout étaler dans l’intimité du cabinet d’un praticien qui saura conduire les entretiens cliniques avec neutralité bienveillante ? Si les motivations d’un éditeur à accepter de publier ne fait guère de mystère, on peut s’interroger sur l’utilité thérapeutique de cette démarche. 


        • 1 vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 octobre 19:26

          @Qiroreur

          L’ex-maire de Vence, Christian Iacono est rejugé à partir de ce lundi devant les assises du Rhône lors d’un procès en révision. Il avait été condamné à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils, qui s’est depuis rétracté.
          " Le 18 février 2014, après 14 ans de "calvaire", Christian Iacono obtient devant la Cour de révision l’annulation de sa condamnation. Le petit-fils, lors de cette audience, avait alors demandé "pardon" après avoir expliqué, lors d’un supplément d’information consécutif à ses rétractations, qu’il avait menti, petit, "pour attirer l’attention", réunir ses parents autour de lui. "

        • 2 votes
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 octobre 19:33
          "Christian Iacono innocenté du viol sur son petit-fils : 700 000 euros d’indemnités pour l’ex-maire de Vence"

          "Soulagé de voir son grand-père presque tiré d’affaire, Gabriel a décidé de sortir de son silence. Au micro de RTL, il a accepté d’expliquer pourquoi il avait porté de telles accusations, pourquoi il a finalement choisi de rétablir la vérité, et surtout, de présenter des excuses à l’homme dont il a gâché la vie.

          Des accusations pour attirer l’attention
          A l’époque où Gabriel prétend que son grand-père est un violeur, il n’a que 9 ans, et souhaite avant tout attirer l’attention de sa famille : « Mes parents se séparaient et mon père était en guerre avec mon grand-père ». Pour lui, ces accusations étaient un moyen de « rapprocher (ses) parents ». Au micro de Marc-Olivier Fogiel, il explique avoir eu l’idée de cette affaire de viol grâce à « des émissions de télévision qui passaient à l’époque »."

          http://www.marieclaire.fr/,affaire-iacono-gabriel-explique-son-attitude-et-presente-ses-excuses,711626.asp

          "La cour a fixé à 80.000 euros le montant de son préjudice moral directement causé par la détention provisoire et à 10.000 euros celui occasionné par le contrôle judiciaire qui lui avait été imposé. Les frais de sa défense lui sont remboursés mais son préjudice matériel est cantonné à l’indemnisation des émoluments de maire perdus durant son incarcération jusqu’à sa démission au lendemain du premier verdict. L’épouse, la fille et le frère de Christian Iacono obtiennent également réparation."

          http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/10/97001-20160510FILWWW00177-l-ex-maire-de-vence-christian-iacono-indemnise.php


          Voilà pourquoi il faut être prudent et toujours en quête de la réalité, sans a priori ni dans un sens ni dans un autre. 


        • 3 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 octobre 19:43

          @sls0

          Je ne sais pas si l’empathie peut s’apprendre...je ne conteste pas l’utilité de certains modules de formation capables d’apporter des outils techniques, mais c’est quelque chose qui ne s’intègre pas par des lectures, aussi érudites soient-elles...j’ai davantage foi dans les capacités de chacun à "utiliser" son propre vécu, à développer ces petites antennes invisibles qui permettent de capter l’indicible chez l’Autre...
          Il est inepte de parler d’empathie sans faire mention du sens et de la qualité de l’écoute, c’est quand même la base, et la capacité à ne jamais porter de jugement...

          Aider l’Autre c’est aussi une question de bienveillance, de valorisation de la personne, ne pas lui apporter clefs en main sur un plateau les solutions à ses problèmes mais en faire une actrice qui va puiser en elle-même les dites solutions, c’est mettre en lumière ses propres ressources sans renier son autonomie...

          Bien évidemment que "l’empathie émotionnelle" ne mène à rien, tout comme il est vain de se référer à son expérience personnelle pour en faire un cas universel qui, tel un sésame magique, va dissoudre dans un océan de bonheur tous les problèmes qui minent la personne que l’on veut aider...

          Bref, il y a bien d’autres pièges inhérents à l’empathie, l’absence de désintéressement, les risques de manipulation (dans les deux sens..) chacun trouvera la conception avec laquelle il se sent le plus à l’aise, et utile...


        • 2 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 octobre 20:06

          @Qiroreur

          Je peux partager cette perplexité face à cette forme d’impudeur, mais si cette exposition publique incite ne serait-ce qu’une personne à se libérer du silence qui la ronge par une démarche thérapeutique et/ou pénale ...qui à paraître ingénu, je trouve cela bénéfique...


        • vote
          Norman Bates Norman Bates 30 octobre 20:43

          @Norman Bates

          "...quitte à paraître..."

          C’est plus lisible quand on ne mange pas les mots...


        • vote
          sls0 sls0 30 octobre 22:32

          @Qiroreur
          Très peu d’éditeurs sont des philanthropes, s’il y a du fric à se faire, ils éditent.

          L’écoute quand on a été victime est très importante et souvent la personne donne sa solution dans son récit.

          Pouvoir en parler à un coté thérapeutique. Je ne sais pas si écrire un livre à un coté thérapeutique, personnellement je n’ai connu pas de connaissances à ce sujet.

          On a commencer à me causer car il y avait une plainte pour violence, infraction contre moi. (un curé qui adorait laver les enfants), j’ai été sauvé par l’histoire Dutrout. Ma méthode pour déculpabiliser la victime c’est punir, disons que la punition est arrivée que les gosses n’étaient pas encore secs, ils n’ont pas eu le temps de culpabiliser.
          Après c’est une personne qui parle, ça va mieux, ensuite c’est le bouche à oreille et mon coté effet placebo peut être.
          Simplement être là quand il y a un besoin d’écoute, ce n’était pas la froideur médicalisé, je vivais avec une psy ce qui m’évitait de faire des erreurs.

          J’ai changé de région, ensuite avec un peu de pif on repère la personne en attente d’écoute, les filles parlent entre elles, j’étais disponible.
          Je ne suis pas un pro, j’écoute et j’entends c’est tout.

          Mon expérience ce n’est que de 15 à 29 ans dans l’écoute sauf une dame de 53 ans, à elle aussi ça à fait du bien d’être écoutée, elle a vu la vie d’une autre manière.

          Mon expérience ne me permet pas de théoriser sur le sujet.
          Je réagis par rapport à des hypocondriaques et des gens qui aiment juger.

          Avant Dutrout ma méthode de dépistage des prédateurs ou protecteurs de prédateurs c’était de sortir une histoire pédophile bien crade et je guettais les réactions et j’avais dans le collimateur les réactions les plus outrées.
          Alors les réactions outrées dans les commentaires j’en tiens pas compte.

          Dans le cas de Flavie Flament, elle avait passée l’enfance et la période prépubère terrain de chasse des pédophiles.
          En tout cas c’est moi de 15 ans c’est pas touche, c’est un âge où on veut exister, être. Elle s’aperçoivent vite que si elles sont sexy on les regarde et elles existent.
          Ils n’y a rien de sexuel la plupart du temps il ne faut pas l’oublier.

          Je réside en Amérique latine, c’est une fête importante ses 15 ans, après la miss est dans le monde adulte, j’aide un peu pour la scolarité, il y en a qui n’attendent pas les 15 ans.
          Des histoires de gamines avec de photos qui se baladent sur internet ça arrive un peu trop à mon gout, c’est des selfies.

          11% de mineures enceintes, je connais une dame très pauvre, sa petite fille à accouché à 11 ans.

          Le jour de la fête des mères j’ai les boules. Pas besoin d’aller sur youtube ou gala pour avoir du sordide, je me balade dans le coin.

          Je paie des études, un jour il y avait une gamine que j’aide depuis 4 ans qui était sur mes genoux. 3 jours plus tard le chef de la police me demande si c’est un bon coup, elle avait 14 ans.


        • 3 votes
          Qiroreur Qiroreur 31 octobre 01:04

          @sls0
          Votre récit me sidère. Non parce qu’il ne serait pas crédible - j’ai vu une fois sur place, une fois... ça m’a suffit, et ce n’est certainement pas un endroit où j’aimerai habiter ; "un enfer sur Terre" c’est ainsi qu’il devrait être qualifié - mais pour d’autres raisons. La pédophilie, et plus généralement la prostitution omniprésente sont les témoins d’une société en pleine dégénérescence*. 

          Une fois.

          Pour voir, et savoir.

          Deux fois, c’est accepter.

          * D’autres me diront "ma bonne dame ça a toujours existé", vrai, et avons-nous capitalisé ?


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 31 octobre 01:08

          @Qaspard Delanuit
          Des fausses accusations et destructrices, cela a hélas toujours existé. Je suis comme vous dans cette sinistre histoire : je ne sais pas, et c’est à peu près la seule chose que je sais. Je m’interroge sur le déballage public, en quoi il peut aider. 


        • vote
          Qiroreur Qiroreur 31 octobre 01:09

          sache


        • 3 votes
          Norman Bates Norman Bates 31 octobre 02:07

          "On a commencer à me causer car il y avait une plainte pour violence, infraction contre moi. (un curé qui adorait laver les enfants), j’ai été sauvé par l’histoire Dutrout. Ma méthode pour déculpabiliser la victime c’est punir, disons que la punition est arrivée que les gosses n’étaient pas encore secs, ils n’ont pas eu le temps de culpabiliser.
          Après c’est une personne qui parle, ça va mieux, ensuite c’est le bouche à oreille et mon coté effet placebo peut être.
          Simplement être là quand il y a un besoin d’écoute, ce n’était pas la froideur médicalisé, je vivais avec une psy ce qui m’évitait de faire des erreurs."

          J’ai beau lire et relire ce passage, même avec une passoire devant les yeux...oui, comme naguère pour décoder les images cryptées d’une chaîne à péage...mais rien à faire, je ne maîtrise pas le puzzle ancien...

          "Je paie des études, un jour il y avait une gamine que j’aide depuis 4 ans qui était sur mes genoux. 3 jours plus tard le chef de la police me demande si c’est un bon coup, elle avait 14 ans."

          Là, à la limite, peut-être est-il plus souhaitable de ne pas décoder...


        • 2 votes
          Zatara Zatara 31 octobre 02:16

          @Norman Bates
          ’tention, il va vous sortir la casio et Newton pour vous prouver scientifiquement que c’est vous qui ne comprenez rien...


        • 2 votes
          Norman Bates Norman Bates 31 octobre 02:20

          @Zatara

          C’est peut-être pour ça qu’il aime jouer à la tyrolienne enchantée avec des adolescentes acnéiques...cela lui rappelle sa calculette...


        • 1 vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 octobre 02:27

          @Norman Bates

          Voilà ce que j’ai compris. Je crois que sls0 veut dire qu’il a foutu une dérouillée à un curé qui jouait à touche-pipi avec les gamins et que le curé a porté plainte contre lui pour violence. La remarque du chef de la police montre que les adolescentes sont malheureusement considérées comme des filles bonnes à baiser et non comme de jeunes personnes méritant l’attention protectrice et désintéressée des adultes, ce que confirme la déplorable quantité de grossesses juvéniles de la région. Il corrigera si ce n’est pas ça. 


        • 2 votes
          Norman Bates Norman Bates 31 octobre 02:32

          @Qaspard Delanuit

          Vous avez beaucoup de mérite d’avoir su déchiffrer cette bouillie verbale...

          Quand au second passage, je suis rassuré de savoir que ces jeunes personnes trouvent l’attention protectrice sur les genoux de l’intéressé...une "technique" ma foi atypique, mais enfin, j’en apprends tous les jours...


        • 3 votes
          Norman Bates Norman Bates 31 octobre 02:37

          @Qaspard Delanuit

          "Ma méthode pour déculpabiliser la victime c’est punir, disons que la punition est arrivée que les gosses n’étaient pas encore secs, ils n’ont pas eu le temps de culpabiliser."

          Punir pour déculpabiliser.. ?
          Je dois être très fatigué...


        • 2 votes
          Zatara Zatara 31 octobre 02:41

          @Qaspard Delanuit
          ... et que du coup, Flavie ferait mieux d’en prendre de la graine, et d’aller faire un tour avec sls0 en Amerique du Sud, ça lui ferait surement le plus grand bien....ce lissage par le bas en rassurerons du côté de la gente féminine...

          du reste :

          Mon expérience ne me permet pas de théoriser sur le sujet.
          Je réagis par rapport à des hypocondriaques et des gens qui aiment juger.

          Avant Dutrout ma méthode de dépistage des prédateurs ou protecteurs de prédateurs c’était de sortir une histoire pédophile bien crade et je guettais les réactions et j’avais dans le collimateur les réactions les plus outrées.
          Alors les réactions outrées dans les commentaires j’en tiens pas compte.

          ... tout est parfaitement logique et pesé ici..... je ne vais pas plus loin, j’ai déjà plus que largement dépassé la dose d’un point de vue personnel avec le bougre en question...


        • vote
          sls0 sls0 31 octobre 03:46

          @Norman Bates
          Punition.
          Pour éviter que la victime se sente coupable, si le responsable est puni rapidement, le culpabilité* n’a pas le temps de s’installer, si le coupable est pris sur le fait, c’est le bon moment. Pour cette histoire, les parents étaient bloqués parce que c’était monsieur le curé. Le coup de la culpabilité je connaissais en théorie, je suis passé à la pratique.
          Ce n’était même pas de la colère, je ne me met pas en colère, c’était le mieux que j’avais à faire pour éviter la culpabilité à cet instant et dans ces conditions.
          Ca s’est su. La personne suivante c’est une fille dans un bistrot où on faisait la fête, elle a remis l’histoire sur le tapis, je voyais qu’elle cherchait une réponse, un moment j’ai dis : Je t’écoute c’est comme cela que ça commencer.
          *Je ne suis pas psy, mais j’ai l’impression que c’est cette culpabilité consciente ou inconsciente qui fout la vie de la victime en l’air. C’est surtout là dessus que j’insistais. Je répète je ne suis pas psy mais il se trouve que ça fonctionnait bien.

          Là, à la limite, peut-être est-il plus souhaitable de ne pas décoder...
          Décodons quand même, il ne faut pas projeter ses fantasmes sur autrui.
          Pour la gamine de 14 ans sur mes genoux c’est une habitude qu’elle avait depuis son enfance, si ça vous gêne moi pas surtout que ça manquait de chaises. C’est plutôt la réaction d’une personne qui représente l’autorité qui m’a dérangé parce qu’il ne savait pas que cette gamine ça faisait des années qu’elle venait sur mes genoux. Pour lui c’était une chica mignonne, ’’un bon coup’’. Ca ce voyait quand même que j’avais 4 fois son âge. Ces propos c’était un peu pour expliquer le contexte local.

          Pour ce qui est de la compassion ou l’altruisme, ce n’est pas des cours ou des stages qu’on suit. Un peu comme une école ou on apprendrait à être amoureux.
          Quand on médite, ce sont les meilleurs outils pour ma part pour progresser. Ca fait partie d’un tout, d’un choix de vie.
          Sans passer par des années de méditation, Mathieu Ricard dans son livre sur l’altruisme en donne une définition assez pointue.


        • vote
          sls0 sls0 31 octobre 03:50

          @Zatara
          Je m’attendais à des réactions de ce genre de votre part, j’avais déjà le texte prêt :

          Et vous toujours dans l’attaque personne ?
          On ne va pas polluer tout les articles parce sur un article, malheureusement tout vos arguments sont tombés à l’eau. 

          Il vaut mieux en rester là sinon vous allez encore basculer dans les injures.

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès