• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Anneke Lucas : survivante du Réseau pédocriminel Belge - Témoignage VOSTFR (...)

Anneke Lucas : survivante du Réseau pédocriminel Belge - Témoignage VOSTFR (12/2016)

Anneke Lucas est née en 1963. C'est une femme d'affaire belge, fondatrice du Liberation Prison Yoga (un organisme à but non lucratif fondé en 2014 visant à traiter par le yoga et la méditation les traumatismes physiques et psychologiques des personnes incarcérées).

 

Dans le témoignage vidéo ci-dessous, elle affirme avoir été vendue à un réseau pédocriminel Belge à l'âge de 6 ans. Le même réseau qui a fait les gros titres lorsque l'affaire Dutroux a publiquement éclaté. Un réseau qui à l'époque menait sur la piste d'une certaine élite, on parlait alors de membres de haut rangs des forces de police, du gouvernement, de la famille royale ; avant que la "justice" et les médias ne réfutent l'existence du moindre réseau de ce type en Belgique…

 

 Le témoignage de cette femme vient rajouter un énième élément quand à l'existence de ce Réseau de l'Horreur que les mass-médias s'acharnent à nier (pour ne pas dire couvrir) depuis trop longtemps ! Comme vous allez le voir, l'article de Anneke Lucas qui suit la vidéo contient les mêmes faits que dans les déclarations des témoins X de l'affaire Dutroux.

 

C'est en 1969 que Lucas dit avoir été vendue au réseau où elle était régulièrement violée et torturée, avant d'en être libérée en 1974 à l'âge de 11 ans. Lucas affirme avoir reçu des instructions de survie par celui qui l'a sauvé qui comprenaient le fait de déménager à Londres, Paris et New York. Après avoir vécu dans les trois villes en tant que jeune adulte, elle a déménagé à Los Angeles en 1986 où elle a commencé la thérapie, le yoga et la méditation.

 

Elle qualifie ce réseau de "Club élitiste" dans lequel certains "aristocrates" vont jusqu'à tuer des enfants… elle même ayant échappé de justesse à une mort certaine…

 

 

Mon nom est Anneke Lucas et j'étais une esclave sexuelle de l'élite européenne à l'âge de 6 ans.

 

https://www.globalcitizen.org/fr/content/anneke-lucass-harrowing-tale-of-sex-trafficking-am/ - Traduction MK-Polis

 

 Quand j'étais une petite fille dans ma Belgique natale, j'ai été mise au travail en tant qu'esclave sexuelle. Ma mère me vendait et me conduisait partout où on l'appelait. Le patron de ce réseau était un ministre Belge et les clients étaient des membres de l'élite. J'ai reconnu des gens de la télévision, leurs visages étaient familiers pour la masse, tandis que j'étais confrontée au côté obscur de leur dépendance au pouvoir - le côté dont personne ne pense qu'il existe - Je suis tombée sur des V.I.P., des chefs d'états européens et même un membre de la famille royale.

 

Vers mon sixième anniversaire, en 1969, j'ai été emmenée pour la première fois dans une orgie, cela se passait dans un château. J'ai été utilisée pour un spectacle de S.M., j'étais enchaînée avec un collier de chien en fer et on me faisait manger des excréments humains. J'ai ensuite été laissée là, comme un objet brisé, je me sentais tellement humiliée. Je devais faire quelque chose pour sauver mon âme, où bien - j'en étais certaine - je me serais flétrie pour finir par mourir.

 

Je me suis levée et je me suis mise à regarder cette foule bizarre d'aristocrates habillés comme des hippies, se balançant sur de la musique en ayant différents niveaux d'interactions sexuelles, occupés à se fournir les petites pilules et les joints pré-roulés proposés sur des plateaux d'argent par de sobres serveurs. Je tremblais de peur, mais mon corps se redressait et se calmait ; et j'entendais ma voix comme si elle n'était pas la mienne, réprimandant les adultes, leur disant que c'était mauvais, que j'allais parler d'eux et qu'ils iraient tous en prison...

 

La musique spatiale fusait dans l'air et la plupart des gens étaient trop perchés pour me remarquer. Un homme vêtu d'un costume d'affaire a attiré mon attention. Il avait l'air effrayé mais il a soutenu mon regard pendant un bref instant et a semblé avoir de la considération pour moi. Puis il est parti, je ne l'ai plus jamais revu dans le réseau, mais des années plus tard je l'ai apperçu à la télévision, il est devenu un éminent politicien belge.

 

J'ai été amenée dans une cave. J'étais certaine que j'allais y être tuée, mais on m'a montré le corps frais d'une jeune victime. Je devais garder le silence.

 

Pendant la semaine j'allais à l'école. J'étais une fille timide avec peu d'amis. Je me souviens une fois, en deuxième année, avoir pris conscience du changement énergétique dans la salle et réalisé que tous les yeux étaient braqués sur moi. Le professeur m'avait appelé et j'étais trop "space out" (dans la lune) pour l'entendre. Il me demandait si j'avais la réponse à sa question et je me suis assise dans un silence embarrassant pendant que toute la classe riait.

 

J'étais non existante à l'école, mais aussi à la maison, personne ne se souciait de moi. Je recevait plus d'attention par le réseau. Cela était bon de se sentir considérer comme le parfait objet, beau et sensuel, par des hommes puissants. C'était le seul point positif de ma vie, et je m'y raccrochais comme à mon seul radeau pour éviter de me noyer dans une mer de honte et de dégoût.

 

Après 4 années de survie dans le réseau, à l'âge de 10 ans, un nouvel invité a amené son fils de 20 ans, grand, fringant blond aux yeux bleus. Il s'avança vers moi, j'ai souri et il m'a appelé "petite putain". Pour la première fois depuis quatre ans, la première fois que j'avais été amenée à une orgie, j'ai de nouveau exprimé mes vrais sentiments. J'étais furieuse ! "Tu crois que j'aime ça ?!"... Cette interaction a été le début de l'année la plus intense de ma vie, durant laquelle je me sentirais plus que jamais aimée, regardée et comprise, et plus que jamais abusée par ce même jeune homme. Un an plus tard, je n'étais plus d'aucune utilité au réseau et devais être tuée. Quand ma torture commença, ce jeune homme resta debout en riant. C'était la troisième fois que mon corps fut rempli par une force surnaturelle. La féroce fierté a redressé mon corps. Une cigarette allumée a été éteinte sur mon avant-bras. Mon corps énergétique s'accrocha au sien par pure défiance. La pensée "Je n'ai pas besoin de toi !" était devenue moi, et tout ce que je voyais était l'énergie derrière l'océan trouble du bleu de ses yeux, et l'amour malgré toute la douleur qu'il m'avait infligé.

 

On m'a mené dans une petite pièce et on m'a attaché sur un bloc de boucher. L'homme qui me torturait était l'un des accusés de la célèbre affaire Dutroux, qui lorsqu'elle a éclaté dans les journaux en 1996, a failli faire sauter le réseau pédophile Belge. Mais 8 ans plus tard, seul Marc Dutroux a été condamné à perpétuité. J'aurais dû mourir ce soir de 1974, sur ce bloc de boucher ; mais ma vie a été sauvée à la dernière minute.

 

Alors que j'étais torturée, le jeune homme avait négocié avec le politicien responsable du réseau. Ils ont fait une affaire : il travaillerait pour lui, étendrait ses services en échange de ma vie. Cette bonne action a fini par lui coûter sa propre vie. Dans ce milieu, toute faille d'humanité est une faiblesse mortelle.

 

Ma vie a donc été épargnée et on m'a dit de rester silencieuse pour toujours. Il m'a fallu 40 ans avant que je puisse parler.

 

En 1988, alors que j'avais 25 ans, je me promenais dans le centre-ville de Los Angeles, près de Skid Row. C'est alors que j'ai eu un relent de fèces humaines dans les narines : j'étais submergée par le souvenir de l'humiliation extrême dont j'ai souffert étant enfant. Ma pensée immédiate a été "Si c'est vrai, je vais me tuer."

 

Je m'identifiais trop à l'expérience et la honte était trop accablante. Je n'était pas encore prête et j'ai repoussé cette mémoire dans mon subconscient. Il m'a fallu plusieurs années de plus, beaucoup d'heures de thérapie, pour pouvoir partager cette mémoire avec une personne sûre.

 

Je partage ici publiquement cette expérience pour la première fois, ayant finalement atteint un stade de ma guérison où j'ai accès une fois de plus à la force qui est passée à travers moi lors des moments de clarté dans le réseau. Je crois aussi que le monde est plus que jamais prêt à affronter ses ténèbres. Nous devons le faire si nous voulons survivre en tant qu'espèce.

 

Tous les survivants d'inceste, d'abus sexuels, de trafic sexuel, ont ma force. Bien que je souffre d'un ESPT (stress post-traumatique) et qu'il m'arrive de souffrir de nausées à chaque fois que j'entends un certain type de musique planante, je suis devenue suffisamment consciente des déclencheurs afin qu'ils ne contrôlent plus ma vie quotidienne. Il faut tellement d'énergie pour survivre, non seulement à la violence physique, mais aussi pour endurer les conséquences psychologiques des abus - pour porter cette honte.

 

Juste survivre à sa vie quotidienne tout en essayant de guérir des abus sexuels de l'enfance demande mille fois plus de force que pour quelqu'un qui n'a qu'à poursuivre une carrière réussie. Et la société valorise la personne de carrière au détriment du survivant.

 

Les adeptes du pouvoir, les leaders mondiaux et les politiciens corrompus qui abusent des enfant sont eux-mêmes comme des enfants qui n'ont jamais grandi, poussés au pouvoir pour éviter de ressentir l'humiliation de la maltraitance, cherchant inconsciemment à se venger d'une blessure en recyclant l'abus. Ils n'ont pas le courage de guérir.

 

Ceux d'entre-nous qui ont subi des abus sexuels, l'inceste ou le trafic sexuel, nous avons besoin d'apprendre à exploiter notre force de survie en notre propre nom. Ceci afin que nous puissions guérir notre égo endommagé et canaliser cette force pour ouvrir la voie vers un avenir où les anciennes victimes vaincront par l'amour, la compréhension et la compassion pour tous.

 

➤ Anneke Lucas : survivante du Réseau pédocriminel Belge - Témoignage VOSTFRAnneke Lucas

 

 

 

 

 

 

Source : http://mk-polis2.eklablog.com/anneke-lucas-survivante-du-reseau-pedocriminel-belge-temoignage-vostfr-a127889030

 

Tags : Enfance Scandale Secte Belgique Nouvel Ordre Mondial Oligarchie Pédocriminalité Franc-maçonnerie



Réagissez à l'article

58 réactions à cet article


  • 3 votes
    sls0 sls0 23 décembre 2016 13:58

    Trois fois le même article en 24h, je me permets donc un copié/collé :

    Pour un article sur l’émission d’Elise Lucet, j’ai fait des recherches des enfants disparus aux endroits nommé dans la vidéo, ce ne peut pas être des dizaines comme il était dit dans la vidéo de l’article.

    Il y a bien sûr des disparitions recensées sur le site spécialisé pour les enlèvements.
    Ca fait 13 disparitions inquiétantes depuis 1987, 0,45 disparition inquiétante par an.

    Quand j’entends parler de charniers, de traces de sang j’ai de gros doutes, on va les chercher où les victimes ? 0,45 disparition par an.

    Après une rapide recherche, c’est la fille d’une personne connue, pas trop du style à égaré une gamine de 6 ans et en plus sous les feux de la rampe ce qui fait que s’il est distrait d’autres se poseront des questions.

    J’ai testé l’Angleterre en 75, assez vieux pour être majeur mais pas assez pour que l’on ne contrôle pas mes papiers, elle aurait dit la Hollande ou la France OK, sans ferry ou sans avion c’est plus cool, le passage pour l’Angleterre c’était avec les parents ou autorisation parentale à valider au commissariat en Belgique si ma mémoire est bonne.
    Il n’y a pas que le passage aux de la frontière, il y a la vie de tout les jours, l’école, l’assurance maladie, les vaccins, ect...
    On prend vraiment les gens pour des lapins de 6 semaines.

    Chaque fois que j’entends sacrifice je sais que c’est de la daube à cause du nombre de disparitions déclarés. Ensuite sauvée par le noble étranger qui l’emmène à l’étranger pour la sauver. A l’époque en Belgique en cas d’absence à l’école ça déclenchait le non paiement des allocations et une enquête bien sûr. Pour les allocs j’en suis sûr, comme je séchait de temps en temps les cours, le directeur de l’école en a parlé lors d’un rappel à l’ordre.
    Pas mauvais au niveau suivi en Belgique à l’époque, on ne payait pas son assurance voiture, dans les deux mois les flics passaient à la maison pour récupérer les plaques d’immatriculation qui sont nominatives.
    Lors d’un passage à la frontière un français en a fait l’expérience, lors d’un contrôle d’identité, les gendarmes l’on embarqué et ont dit à sa femme, il y a un procès pour mauvais stationnement d’il y a 5 ans qui n’a pas été payé, il sort quand c’est payé.
    Et oui assez efficace à l’époque les p’tits belges et vous voulez qu’une gamine manque l’école à partir de ses 6 ans sans qu’on se pose des questions ?

    Oui c’est glaçant mais ça sert pour la vente de ses livres et pour sont job.

    J’ai regardé sur google, c’est virale, du copié/collé de la même phrase en français , en anglais, en espagnol et peu être en tchèque mais je connais pas la langue.
    Rien en néerlandais langue de la région où se serait passé l’affaire, j’ai mis nerderlands dans mes critères de recherches,nada.
    Du copié/collé d’une phrase et une vidéo c’est tout. Aucun autre élément.

    J’ai de gros doutes sur la véracité du récit entre nous.

    Il faut toujours contrôler les sources, là on vise l’émotionnel, ça marche à tout les coups. Pour la Syrie c’est la même chose, de l’émotionnel et ça justifie que l’on foute des bombes sur des civils. Dans ce cas ci c’est pour augmenter la vente de livres.

    Comme d’habitude c’est Jeanne Burgerminster qui est à l’origine pour la partie francophone, à l’heure actuelle ça commence à broder dessus on en est à 14’35" pour une vidéo. Dans la dernière on y parle du milieu aristocratique belge qui serait impliqué, c’est le milieu d’Anneke ou du moins celui de son père.


    • 2 votes
      novo12 23 décembre 2016 22:57

      @sls0
      D’après wikipedia et d’autres sources, il y a 40000 disparitions par an en France. 30000 sont retrouvées, 10000 ne le sont jamais.

      On a de l’ordre de 100 à 200 disparitions de mineurs par an en France, jamais retrouvés. Très largement de quoi faire des charniers.


    • vote
      sls0 sls0 24 décembre 2016 05:51

      @novo12
      J’écris et je mets des liens pour qu’on puisse vérifier la validité de ce que j’écris, j’apprécierai quand on oppose des arguments à mes arguments qu’il y ait aussi des liens.
      Je suis allé voir sur wikipedia, il y a des chiffres malheureusement les liens des références sont cassés.
      Du coup j’ai regardé le détail des disparitions sans corps, depuis 1977 des enfants jusqu’à 13 ans il y en a dix, ce qui est inférieur aux 13 que j’ai compté depuis 1987.
      Je n’ai pas pris ce site en référence car il y en avait que 13, mais parce que c’est la référence en disparition d’enfants.
      Si vous retrouvez la référence des 100 à 200 disparitions de mineurs par an en France je suis prêt à faire un ERRATUM dans tout mes commentaires où j’ai employé les références du site des alertes disparitions.
      Il m’arrive de temps en temps de m’apercevoir que la référence que j’ai employé est fausse, je faire un ERRATUM, ça m’est arrivé il y a 2-3 mois et je me suis excusé auprès de mon interlocuteur. Pas de problèmes.
      Je réside à l’étranger, je ne suis connu officiellement que par mon organisme de retraite et les impôts, je n’envoie plus mon certificat de vie et je disparais, je n’ai qu’à me débrouiller sans retraite, il est très facile de disparaitre, prendre la nationalité du pays c’est 120€ je crois et ça prend 5-6 mois et je n’ai plus besoin de passeport français, il est très facile de disparaitre. 10.000 personnes par an c’est 0,015% de la population. Pour se faire une idée 3% de la population à un profil psychopathe, c’est 200 fois plus.
      0,015% de la population qui a envie de changer d’air ou de vie, je trouve que ça fait peu, c’est un peu plus normal que d’être psychopathe, non ? Pas très aventurier le français moyen.


    • 2 votes
      gaijin gaijin 24 décembre 2016 08:46

      @sls0
      vous confondez le doute et le scepticisme et le scepticisme et le déni ....

      il n’ y a donc pas de mafia parce que c’est interdit ? pas de possibilité de trafics d’enfants depuis divers pays ? on sait que le prix d’un prostituée adulte ( si on la tue ) n’est que de quelques milliers d’euros ......pas un soucis pour certains. pas plus que n’est un soucis pour un membre de réseaux ( au pluriel parce qu’il y en a plusieurs qui se croisent ) d’échapper aux foudres fusse de la justice belge .....on cause moolenbeck et de la cellule terroriste de la cia ? ( le premier a en être sortit étant le caméraman qui a buté massoud ) pas possible en belgique a cause de la législation sur les plaques d’immatriculation ???


    • vote
      sls0 sls0 24 décembre 2016 15:00

      @gaijin
      Je réside dans un pays qui est peut être premier au classement prostitution.
      J’essaie au niveau d’un quartier qu’il y a moins de mineures enceintes.
      Il y a 2 femmes pour 100.000 habitants qui sont tuées par leur conjoint, pour ce faire une idée en France le taux d’homicides est de 1,2 pour 100.000.
      Je connais ce sordide et j’essaie avec peu de moyens de faire bouger les choses.
      Mais quand ça parle de charnier, j’écris que ce n’est pas possible avec le nombre de disparition c’est tout.
      La cause est noble, il y a assez d’éléments pour éviter de passer par le mensonge ou l’affabulation.
      Pour moi ce n’est que du commérage, des personnes qui projettent le pourri qui a en eux c’est tout, des haineux de la vie. J’ai regardé en détail les blogs que Nigari affectionne, des haineux de la vie, de la dénonciation calomnieuse ou de l’affabulation la plupart du temps.
      Oui y y a des cas à mettre en lumière, mais là on a à faire à des haineux sur leur planète c’est assez proche de la projection parfois*.

      L’émotionnel je m’en méfie comme de la peste, c’est à cause de l’émotionnel qu’on bombarde en Syrie, qu’on fait des lois liberticides.
      Des faits OK, pas du commérage, du fantasme, pas d’émotionnel,..
      On juge par rapport à des faits, pas par rapport à des sentiments et encore moins par rapport à des fantasmes.

      Ce n’est pas sur youtube que je vois des gamines avec leur mioche ou dans le style ’’elle accouche pour la deuxième fois à 14 ans’’.

      Agoravox TV, ça fait 2 ans que je comptabilise et je ne suis pas le seul, il y a un taux de style’’complotiste’’ 10 à 13 fois supérieur à la population normal, c’est certain que si on met le doigt sur les affabulations on risque de se faire allumer, c’est pas plus mal ça permet de recenser les projeteurs.
      * La projection, dans son sens psychanalytique, est l’opération par laquelle le sujet expulse de soi et localise dans l’autre, personne ou chose, des qualités, des sentiments, des désirs, voire des objets, qu’il méconnaît ou refuse en lui. Il s’agit-là d’une défense d’origine très archaïque et qu’on retrouve à l’oeuvre particulièrement dans la paranoia mais aussi dans des modes de pensée "normaux" comme la superstition (LAPLANCHE et PONTALIS).

      Oui je suis un sceptique, je ne suis pas sceptique vis à vis de la pédophilie, c’est vis à vis de charniers que je suis sceptique. Ca dérange les personnes qui ne savent pas faire une règle de trois tant pis.


    • 1 vote
      gaijin gaijin 24 décembre 2016 16:32

      @sls0
      on peut faire plein de reproches a nigari et consorts ça ne signifie pas qu’ils ont tord sur les faits qu’ils dénoncent.....

      combien de disparitions d’enfants par exemple en roumanie ? ou parmis les migrants cette année ? l’ existence de chiffres ne prouve pas que les chiffres soient vrais voyez vous ( le fait que les mathématiques représentent le monde est une croyance ). il y a des disparitions chez les sdf, chez les prostituées ....et des enfants non comptabilisés...tout un monde inaccessible aux stats .......

      quand au cas en question combien d’enfants victimes de pédophilie vont en classe tout les jours sans être détectés ? là c’est simple : en moyenne 4 par classe. ça c’est les faits et ça c’est en france ......

      si vous êtes l’expert que vous dites il suffit de regarder la vidéo pour constater l’évidence d’un spt ( quand aux causes je vous l’accorde pas moyen de savoir ) alors quels sont ces signes ?

      " il y a un taux de style’’complotiste’’ 10 à 13 fois supérieur à la population normal " et alors c’est parce qu’ils sont ( que nous sommes vu que j’en suis smiley ) complotistes qu’ils ont tord ?
      a qui la faute si nous vivons dans un monde ou les nuages radioactifs suivent les frontières et ou les démolisseurs de tours se fatiguent pour rien ?


    • vote
      sls0 sls0 25 décembre 2016 16:18

      @gaijin
      Que l’on soit coté doxa gouvernementale ou que l’on soit coté doxa style ’’complotiste’’,on a pas de ce fait 100% ou 100% tord.
      Il faut garder son esprit critique pour les deux.
      On est humain, on est tous sensibles aux biais cognitifs moi y compris. J’y fais attention pour moi du coup je le repère chez les autres.
      Bien sûr qu’il faille lutter contre la pédophilie et que personne soit à l’abri de la justice. Mais il ne faut pas que ce soit un pot pourri de biais cognitifs.
      Tout le monde est contre la pédophilie,émotionnellement parlant c’est fort, il y en a qui profitent de cet émotionnel pour sortir leurs fantasmes ou pour démolir politiquement.
      Les Clinton je veux les voir en prison, c’est pas les casseroles au cul qui leur manquent et c’est du sérieux. En ce moment ils ont le pizzagate qui leur vient en aide, ben oui, c’est assez tiré par les cheveux, ils risquent grandement d’en sorti blanchi, on en fait de futures victimes de mensonges. Après ils seront toujours victimes de mensonges dans l’esprit des gens et même quand ce sera du sérieux on se dira ’’c’est certainement des mensonges comme l’autre fois’’. 

      Il y a des théories, dans le monde scientifique, on fait des observations, on fait une hypothèse, on regarde ou teste tout ce qui peut invalider cette hypothèse et on demande aux collègues de tester.
      Sans être scientifique, coté justice, ça y ressemble sans être aussi fort dans le coté masochiste, c’est sérieux quand même, il y a de l’interprétation quand même.
      Dans c’est deux cas c’est l’observation avec un esprit neutre qui fait naitre l’hypothèse.
      Ensuite ils y a ceux qui ont une théorie et qui cherchent des éléments ou des faits qui valident leur théorie, sans voir et prendre en compte ce qui invalide leur théorie. Des exemple ce n’est pas cela qui manque sur Agoravox.
      La quatrième catégorie reprends les qualités et défauts de la troisième.
      Elle y rajoute du fantasme,des témoignages douteux et parfois ça se retrouve devant la justice pour faux témoignage, c’est un mensonge, une assertion contraire à la vérité ; ses principaux synonymes sont : tromperie, imposture contrevérité, calomnie, fable… hypocrisie, sournoiserie, boniment… l’éventail du mensonge est très large ! Ce doit être assez grave car c’est une peine de 5ans de prison.

      Quand on suit les liens de Nigari et que l’on se ballade sur ces différents blogs, en général c’est de la quatrième catégorie les théories.
      C’est le monde de Nigari et consorts et c’est souvent ce qu’ils relaient.
      Leur cause est juste, leur façon de faire est malhonnête.
      Il y a assez de factuel pour éviter de passer par le fallacieux.
      Je n’aime pas donner un avis, normalement je n’ai pas à écrire de commentaires.
      Il se trouve que j’aime encore moins la tromperie, c’est souvent dans ce cadre là que j’interviens.

      Nota : Je dois aussi être complotisme, je suis assez sceptique,comme je l’ai écrit plus haut je ne suis aucune des deux doxas.
      Il y a deux-trois ans sur agoravox, il y est passé une vidéo sur l’attentat de Buenos Aires de 92. Je connais un peu les explosifs et leurs effets, en regardant les effets, je me suis aperçu que le scénario officiel pondu par le shin bet et repris par la version officielle ne tenait pas la route.
      La version officielle c’était l’explosion d’une voiture piégée et certainement commandité par l’Iran. Ma version appuyée par une note de calcul qui tenait la route, c’était une charge de 120-150kg d’équivalent tnt dans le bâtiment visé.
      J’ai fait en sorte que ma version arrive à la réalisatrice.
      Je préfère agir que de donner un avis, je ne sais pas si ça a servir, comme on a fichu la paix à la présidente que l’on accusait de collusion avec les iraniens, peut être.

      7milliards de personnes sur terre, 7 milliards d’avis, il n’y a aucun intérêt à ce que je donne mon avis.
      Par contre je réagis au fallacieux, je fais part de mes doutes, je ne donne même pas d’avis sur la véracité, les gens font ce qu’ils veulent avec mes doutes.
      S’il y a des théories de quatrième voir de troisième catégorie il arrive que je réagisse.

      Dans la vie de tout les jours quand on voit une personne qui risque de se faire arnaquer,on la prévient et tout le monde trouve cela normal.
      En vertu de quel principe que ce qui est normal dans la vie de tout les jours serait interdit sur agoravox TV ?
      J’en ai rien à foutre si je déplais à des arnaqueurs ou des arnaqués qui se sont fait avoir. Il est parfois difficile d’admettre même inconsciemment que l’on s’est fait niquer, inconfortable intellectuellement la position d’arnaqué. Qu’est ce qui est plus facile, reconnaitre que l’on s’est fait niquer ou défendre la théorie qui a fait de nous des niqués ?
      Quand on voit cette courbe au sujet de l’innovation, faire changer d’idée au gens c’est très difficile, quand on est dans un concept ou une idée il a beaucoup d’inertie pour changer, si en plus il faut reconnaitre que l’on s’est fait niquer, s’en est trop pour l’égo.

      Il est plus facile de discuter avec un sceptique qu’un niqué.


    • 1 vote
      gaijin gaijin 25 décembre 2016 16:45

      @sls0
      je ne veux pas vous interdire de critiquer mais tout en vous posant en parangon de rationalité vous êtes plein de biais ......genre :

      " Tout le monde est contre la pédophilie, "

      non pas tout le monde .....précisément ! il y a pas mal de pédophiles même si un discours direct est aujourd’hui difficile a faire passer ....( on a eut le même problème avec le racisme : masquer les faits massifs sous la législation) et pendant ce temps on prépare des lois selon le principe des petits pas .....

      il est important d’entendre la parole des victimes même si ce n’est pas une preuve au niveau scientifique ou judiciaire on l’a vu dans le cas récent de flavie flament : combien se sont levés pour accuser la victime ? jusqu’à ce que les accusations se multipliant ..........

      vous semez trop de petits cailloux pour que je les reprenne un par un mais genre :

      " Après une rapide recherche, c’est la fille d’une personne connue, pas trop du style à égaré une gamine de 6 ans "

      méconnaissance totale du sujet ou mauvaise foi ? la pédophilie touche tous les milieux et les plus connus les notables sont justement les plus aptes a être protégés des regards inquisiteurs a fortiori dans les années 70 ........


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 25 décembre 2016 19:32

      @gaijin

      "il est important d’entendre la parole des victimes même si ce n’est pas une preuve au niveau scientifique ou judiciaire"

      Le problème est qu’en le disant ainsi, vous posez comme principe qu’il y a effectivement une "victime" à partir d’un simple témoignage, alors que vous devriez constater que vous êtes seulement devant un témoignage tant que le crime n’est pas établi. Vous ne pouvez pas fonder le processus d’un jugement sur la conclusion préétablie du jugement, même du simple point de vue du bon sens (sans même parler du niveau scientifique ou judiciaire). Ne connaissant ni la femme de la vidéo ni sa mère qu’elle accuse du plus horrible crime qu’une mère puisse commettre, comment pouvez-vous savoir a priori laquelle des deux femmes mérite le plus votre prudence et votre prévenance ? Ces affaires sont très complexes et demandent une grande prudence car leur caractère choquant pousse notre imagination à s’emballer, que ce soit pour tout nier en bloc ou bien au contraire pour monter des potences à toute vitesse. Ne rien nier mais suspendre son jugement en attendant d’en savoir plus n’est pas une position socialement confortable car on se fait facilement accuser, par les plus hystériques lyncheurs, de lâcheté ou même de complicité sournoise avec les bourreaux. C’est pourtant la position qui convient à un honnête homme. 


    • 1 vote
      sls0 sls0 25 décembre 2016 21:41

      @Qaspard Delanuit
      Je n’aurais pas pu mieux dire,c’est même une des facettes principales du problème.
      Ce n’est du lynchage, du brûlage de sorcières.
      L’image y ressemble assez bien, la populace haineuse du moyen âge remise au gout du jour. (ça ne s’adresse pas à gaijin,il est plus dans la défense d’un principe qu’à hurler avec les loups)
      Je répète ce que j’ai écrit plus haut,ce coté historique dessert plutôt qu’aide à la lutte contre la pédophilie.

      @gaijin
      Quand j’écris tous, c’est pas le sens de la majorité des gens. Bien sûr qu’il y a une minorité, il y a déjà 3% des personnes qui sont psychopathes, d’autres branques ça doit se trouver.


    • vote
      gaijin gaijin 26 décembre 2016 09:10

      @Qaspard Delanuit
      " Vous ne pouvez pas fonder le processus d’un jugement sur la conclusion préétablie du jugement,"

      mais précisément je ne le fais pas ! je ne me place en aucun cas sur le plan judiciaire vu que je ne suis le bras armé d’aucun dieu vengeur pas plus que le défenseur d’une loi qui peut changer du jour au lendemain .........

      " comment pouvez-vous savoir a priori laquelle des deux femmes mérite le plus votre prudence et votre prévenance ? "

      sa mère ne n’intéresse pas , je ne la condamne même pas sachant bien qu’elle aussi est une victime ...........

      ce que je propose est un changement de paradigme .............

      entendre la parole de la victime ce n’est ni la croire ni juger ni aucune autre de ces absurdités qui n’ont jamais rien résolu et qui ne sont qu’une tentative d’échapper a la réalité.


    • 1 vote
      gaijin gaijin 26 décembre 2016 09:18

      @sls0
      " Quand j’écris tous, c’est pas le sens de la majorité des gens. "

      alors ne l’écrivez pas ! ayez dans les mots la rigueur que vous voudriez que d’autres aient dans les chiffres ......parce que vous pensez avec des mots et que si vos mots sont imprécis alors votre pensée aussi .....

      voulez vous être l’idiot utile d’un combat que vous n’auriez pas vu parce que vous laissez vos mots vous masquer les faits ....... ? certainement pas ...

      et les psychopathes ne sont pas des branques : ils sont performants, efficaces, lucides, rationnels....... et les plus parfaitement aptes a accéder a des positions de pouvoir 


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 décembre 2016 13:37

      @gaijin
      "mais précisément je ne le fais pas !"

      "sa mère ne n’intéresse pas , je ne la condamne même pas sachant bien qu’elle aussi est une victime" 

      Vous n’avez pas compris mon message, Gaijin. Votre réponse montre que vous considérez a priori que ce témoignage décrit la réalité brute de décoffrage alors que je vous dis que son rapport à la réalité (à quel point il est vrai) est précisément ce qu’il s’agirait d’établir (en admettant pour le moment que ça peut être compris entre 0 % et 100 %). Actuellement, il n’y a pas de "victime", il y a un témoignage. Le contenu d’un témoignage peut être le point de départ d’une enquête (et je pense que celui doit l’être tant il est grave en tant que témoignage) mais il ne peut pas être le point d’arrivée d’une enquête (même en prenant le mot "enquête" au simple sens d’une recherche personnelle de la vérité). Si l’on veut savoir et non devoir se contenter de croire (ou pas), il faut enquêter. Dans cette enquête, il faut intégrer ceci : 

      "Tous ces souvenirs ont disparu de sa mémoire. Jusqu’à un jour de 1988 où, à 25 ans, ça lui est revenu soudain en mémoire, violemment. Elle s’est dit alors que si c’était vrai, elle n’avait plus qu’à se tuer. Elle vivait alors à los Angeles, et a commencé le yoga et la méditation. (...) Mais, les souvenirs ont à nouveau été refoulés. Et c’est seulement après des années de thérapie qu’elle a pu remettre ses souvenirs en ordre." 


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 décembre 2016 13:52

      @gaijin
      "entendre la parole de la victime ce n’est ni la croire ni juger"

      Sans croyance ni jugement, il n’y a pas encore de "victime" mais seulement un témoin à écouter attentivement de manière neutre (ce qui n’empêche évidemment pas d’être délicat et attentionné si on est soi-même en présence du témoin). 


    • vote
      sls0 sls0 26 décembre 2016 14:56

      @Qaspard Delanuit
      "Tous ces souvenirs ont disparu de sa mémoire. Jusqu’à un jour de 1988 où, à 25 ans, ça lui est revenu soudain en mémoire, violemment.

      Je n’ai connu personnellement qu’un dizaine de cas. Ce n’est pas suffisant pour faire des statistiques mais suffisant pour se faire une idée.
      La plus vieille avait 52 ans. Dans aucun des cas il n’y a eu d’oblitération de la mémoire, une tentative d’oubli mais pas d’oblitération de mémoire. OK, c’est pas beaucoup, mais je m’étonne quand même de cette épidémie d’oblitérations de mémoire dans les articles sur agoravox TV.

      Souvent ces retours de mémoires sont assortis à la sortie d’un livre, je ne dis pas que le témoignage est faux mais il y a des éléments qui rendent suspicieux.

      Une méthode pas trop mauvaise c’est de déculpabiliser la victime, c’est ça qui leur bouffe la vie, elles se sentent plus ou moi consciemment coupable, j’aimerai en retrouver des traces de cette méthode dans les témoignages ou articles. C’est plutôt l’inverse que je vois avec ce ressassement.
      Oui il faut punir et le plus tôt possible dans le cadre de cette déculpabilisation, les articles vont ils dans ce sens ? Non ils enferment encore plus les victimes dans leur culpabilité. Ca me fait penser à une personne qui prend des photos de l’agonie d’une autre personne plutôt que d’essayer de la sauver pour pouvoir partager par la suite avec d’autres morbides.

      Oui un spectacle, des avis, des théories du complot, ça aide les victimes il n’y a pas à dire.
      Des victimes il y en a assez pour voir les zones ou environnements dangereux, pas une seule fois je les ai vu nommés dans un articles, c’est vrai que l’environnement proche c’est moins glamour ou mystérieux qu’une pizzéria ou un avion pour les Caraïbes. Pas beaucoup de satanisme dans l’oncle ou l’ami de la famille, c’est moins vendeur. 


    • 1 vote
      gaijin gaijin 26 décembre 2016 15:35

      @Qaspard Delanuit
      non un témoin ce n’est pas une victime .............vous ne voyez pas le distingo ?

      et je vous ait dit que je ne parlais pas d’un point de vue judiciaire : la personne se présente en tant que victime et doit être entendue comme telle .........


    • vote
      gaijin gaijin 26 décembre 2016 15:41

      @sls0
      pas de bol moi j’ai eut a faire a une oblitération de la mémoire dès la première fois et il n’y avait pas de livre vous ne vous en souvenez pas ?

      a ben non vu qu’il n’y avait pas de livre c’est balot smiley

      " Oui il faut punir et le plus tôt possible dans le cadre de cette déculpabilisation,"

      punir qui ? quand ? avec quelles preuves ? vous avez la moindre idée de ce dont vous parlez ?


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 décembre 2016 20:32

      @gaijin
      "et je vous ait dit que je ne parlais pas d’un point de vue judiciaire : la personne se présente en tant que victime et doit être entendue comme telle."

      Je l’ai parfaitement compris et je vous ai dit pour ma part que même d’un point de vue non judiciaire mais simplement du point de vue du bon sens et de l’intégrité morale, je ne considère pas qu’une personne qui se présente comme une victime d’une autre personne doit être entendue comme une victime. Car l’entendre comme une victime reviendrait de fait à juger a priori que l’autre personne désignée comme bourreau est bien coupable. J’ai l’impression que vous parlez comme s’il pouvait y avoir ici une victime "tout court", sans bourreau ou agresseur. Mais ce n’est pas une catastrophe naturelle dont il est ici question ! Bien sûr, si une personne se présente comme une "victime" d’un ouragan ou d’un tsunami, la désigner comme une victime (tout court) n’aura aucune incidence sur autrui. En revanche si ma voisine ma raconte qu’elle a été violée par le facteur, l’entendre a priori comme une victime du facteur impliquerait aussitôt de croire a priori à la culpabilité du facteur : l’un ne va pas sans l’autre et la plainte est dans ce cas forcément aussi une accusation, Et plus la plainte est immense plus l’accusation est grave. Ce témoignage n’est pas seulement la description d’une souffrance extrême que l’on pourrait faire mine de considérer isolément. Non, C’est forcément aussi une terrible accusation devant le monde entier - impliquant par exemple ses parents - et il est impossible de séparer les deux. Du reste, la motivation déclarée des personnes faisant circuler cette vidéo sur différents sites est clairement accusatrice et pas uniquement (ou parfois pas du tout) empathique. 


    • vote
      sls0 sls0 27 décembre 2016 02:31

      @gaijin
      punir qui ? quand ? avec quelles preuves ? vous avez la moindre idée de ce dont vous parlez ?

      Des parents avaient de gros doutes sur le curé qui était au presbytère avec leur gosse. Ils sont venu voir mon père qui avait une certaine autorité dans le village.
      En l’absence du père c’est le fils qui s’est déplacé. Avec ce qu’il a vu par la fenêtre de la salle de bains le fils s’est autorisé à rentrer en force, dire au gosse de s’habiller et de foutre la tête du curé sous l’eau.
      Le père par la suite a dit au fils, tu as bien fais. Les flics sont venu dire que j’avais mal fait, comme l’histoire Dutroux est arrivé un peu plus tard la plainte du doyen des curés a été retiré.
      C’est tout à fait par hasard que je me suis retrouvé mêlé à cette affaire, localement ça c’est su et c’est comme ça que ça a commencé et l’histoire Dutroux en a remis une couche. C’est une psy qui m’avait dit que j’avais bien fait de punir en direct, pour le gosse voir directement qui est coupable et ça évite une culpabilité destructrice.
      Une autre fois on m’a prévenu et c’est un grand-père que j’ai puni en direct car j’avais les preuves devant mon nez. Il n’y a pas de colère de ma part, ce n’est qu’une recherche d’efficacité, pour déculpabiliser c’est galère. On secoue pour impressionner la victime le coupable on lui fait des promesses. 

      Porter plainte c’est du ressort des parents, moi en parler à la psy qui était devenu une amie entre temps c’était suffisant, c’était elle la plus à même de juger ce qui était le mieux.
      J’étais le non officiel plus ou moins connu, celui qui écoute, aux réponses pas trop idiotes car souvent dictée pas l’amie psy. Car même parfois parler directement avec la psy c’était pas toujours flagrant. Une personne étrangère et en plus officielle pas trop attirante dans certains cas.
      Mon rôle c’était surtout faire la tournée de gendarmeries et commissariats en Belgique et l’est de la France pour distribuer une petite brochure expliquant comment accueillir les victimes et en discuter, pas psy qui analyse, un simple mec lambda. Je peux vous dire que c’était vraiment pas merveilleux l’accueil à l’époque.
      En fasse de moi souvent il y avait parfois beaucoup de gène, c’est pas dans le manuel, il y en a qui sont vraiment pas fait pour ce cas précis. C’est pas de leur faute,quand on voit les réactions binaires dans les commentaires, là c’était pas mieux, ça peut aller à ce que la victime se sente encore plus coupable et salie au type outré qui va presque lui imposer le scénario via ses questions ’’orientées’’.

      S’il y une chose importante que je devrais me rappeler c’est déculpabiliser donc faire en sorte que la culpabilité de l’autre soit reconnu assez rapidement toujours avec un esprit de justice.
      Et oui la victime se croit coupable par son corps qui à attiré, elle se sent coupable de la zizanie due à la situation engendrée. Plus vite la culpabilité de l’autre est prouvée et admise dans l’entourage mieux c’est. 


    • 1 vote
      gaijin gaijin 27 décembre 2016 10:07

      @Qaspard Delanuit
      " . Car l’entendre comme une victime reviendrait de fait à juger a priori que l’autre personne "

      non vous êtes prisonnier de votre point de vue judiciaire comme majoritairement tout le monde d’ailleurs. entendre la personne comme victime ne revient a rien d’autre que cela. c’est accepter d’entendre a priori la réalité de sa souffrance sans jugement. c’est le premier acte thérapeutique et le plus important celui qui permet de réintégrer la personne comme partie de l’humanité.

      "Du reste, la motivation déclarée des personnes faisant circuler cette vidéo sur différents sites est clairement accusatrice "

      oui en effet et c’est une grosse erreur l’accusation n’a de sens que dans la mesure ou il est possible de prévenir de futur atteintes mais dans la plupart des cas il est tout simplement impossible de fournir des preuves ou les accusés sont morts ou la victime n’arrive pas a mettre au clair ses souvenirs ( opération quasi impossible si le trauma a lieu dans la petite enfance ) et souvent tout ça a la fois ....

      alors on fait quoi on dit a la personne désolé il ne vous est rien arrivé passez votre chemin ?

      " J’ai l’impression que vous parlez comme s’il pouvait y avoir ici une victime "tout court", sans bourreau ou agresseur " 

      oui c’est le cas en tout cas dans un premier temps c’est le cas et dans la plupart des cas ça va rester le cas et même si par miracle un travail judiciaire est possible et qu’il aboutit ça va au final changer quoi ? il y a toujours une victime et elle continue de l’être ...........

      " Ce témoignage n’est pas seulement la description d’une souffrance extrême que l’on pourrait faire mine de considérer isolément. Non, C’est forcément aussi une terrible accusation devant le monde entier - impliquant par exemple ses parents - et il est impossible de séparer les deux."

      vous avez raison mais c’est bien pour ça qu’il est impératif de séparer les deux sinon il continuera a y avoir des millions de victimes silencieuses qui vont continuer a perpétuer le cycle de la souffrance ( parce que personne ne devient un bourreau de son plein gré ........) il nous faut apprendre a donner la priorité au soin sur la vengeance 


    • vote
      gaijin gaijin 27 décembre 2016 10:38

      @sls0
      ce genre d’histoire est l’exception dans la plupart des cas il est trop tard ou impossible de juger qui que ce soit .........

      histoire pour histoire je vous raconte la mienne ( ma première ) c’est l’histoire d’un mec plutôt jeune qui apprend a faire des massages et puis un jour il est avec une copine qui lui dit qu’elle a une douleur au bras qui passe pas alors le mec il fait un petit massage mais ça passe pas et comme il est un peu bourrin sur les bords il insiste .....et là c’est con mais le mec il est doué pour ça alors il enlève le blocage et paf il se retrouve avec la fille par terre en catharsis version exorciste en train de revivre une agression dans sa petite enfance ...........

      on a recomposé l’histoire par la suite la gamine vers 5-6ans avait échappé a ses parents dans une foule et c’est fait chopper par a priori au moins 2 mecs. on a retrouvé le moment en remontant les photos et le dossier médical entre le moment ou on passe d’une gamine joyeuse et en bonne santé a celui d’une gamine fermée et tout le temps malade puis dépression a l’adolescence,fugues, multiples ts etc

      les gens ne vont pas mal par hasard ! ( il n’y a pas que les agressions bien sur mais c’est massif ) ............

      vous avez raison pour la culpabilité mais c’est bien plus vaste la culpabilité est un poison psychique qui enferme tout le monde dans un univers pervers. les victimes , les bourreaux, les proches ........

      pour les victimes il faut comprendre qu’elles sont conditionnées dès la petite enfance : si elles agissent mal elles sont punies ( cad agressées ) mais c’est de leur faute ...ce que nous appelons éducation est un conditionnement pavlovien. alors le jour ou elles sont agressées avec une telle force elles se demandent quel crime elles ont bien pu commettre .....si vous ajoutez a ça l’inévitable partage émotionnel avec l’agresseur ( et plus ça se produit jeune plus les personnes sont des éponges émotionnelles ) ça fout un gros boxon dans le psychisme .....en allant plus loin ça réveille aussi les mémoires émotionnelles héritées de la mère ....


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 décembre 2016 14:02

      @gaijin
      "non vous êtes prisonnier de votre point de vue judiciaire comme majoritairement tout le monde d’ailleurs. entendre la personne comme victime ne revient a rien d’autre que cela. c’est accepter d’entendre a priori la réalité de sa souffrance sans jugement"

      Mon point de vue n’est pas judiciaire, c’est la quatrième fois que je tente de vous l’expliquer (en vain donc je doute d’être moi-même bien écouté, docteur   smiley). Le souci de distinguer le réel de l’imaginaire n’est pas spécifique au point de vue judiciaire, c’est la condition de toute action appropriée sur le monde, y compris dans le domaine de l’assistance à la personne en souffrance. Entendre la souffrance d’une personne et croire au scénario qu’elle donne elle-même pour justifier cette souffrance sont deux choses différentes. 

      Il existe dans le monde des centaines de personnes qui déclarent à la suite d’une "mémoire retrouvée" avoir été enlevées, manipulées sexuellement et parfois (assez souvent même) violées par des entités extraterrestres. De nombreux cas étudiés soigneusement et depuis longtemps permettent de dire qu’il ne s’agit pas de comédiens jouant un bon tour à la presse mais de personnes véritablement en souffrance (souvent absolument terrorisées et suivi sur plusieurs années). Il faut bien sûr écouter la souffrance de ses personnes (donc merci de ne pas me reprocher de ne pas vouloir les écouter, OK ?) Pour autant, faut-il considérer ces personnes comme des victimes d’extraterrestres sans autre forme d’enquête, uniquement en prenant leur témoignage au premier degré ? Est-ce que la relation au réel n’est pas un élément à prendre également en compte dans une approche thérapeutique ? Lorsqu’une personne se tord de douleur en affirmant que c’est parce que le souvenir lui est revenu de ce qu’elle a vécu dans sa vie antérieure quand elle était Jeanne d’Arc sur le bûcher, est-ce que le fait de la considérer comme une victime des Anglais va l’aider ?  

      Votre difficulté à comprendre (ou ma difficulté à me faire comprendre) me conduit à prendre des exemples extrêmes. Cela dit, le témoignage ici considéré est aussi extrême ! En résumé, je dirais que la question de savoir ce qui est vrai ou faux dans une description factuelle n’est pas négligeable et que ce n’est pas manquer de compassion que de s’en préoccuper. D’ailleurs, on ne devrait jamais reprocher à quelqu’un de se préoccuper de ce qui est vrai ou faux, sous prétexte que ce serait une méchante préoccupation. Concernant ce témoignage, nous manquons pour le moment d’informations croisées pour faire ce travail de discernement. Et moi, je me préoccupe de savoir si c’est vrai ou faux, ne serait-ce que pour être un citoyen responsable.  


    • 1 vote
      Masque de mort Masque de mort 27 décembre 2016 15:36

      Ptet bé qu’il faudrait écouter la personne qui se prétend une victime comme une victime en vertu du principe d’empathie vis-à-vis de la souffrance qu’elle peut ressentir si elle en est réellement une et qu’il faudrait en même temps écouter celui qu’on accuse comme un innocent en vertu de la présomption d’innocence 


    • vote
      gaijin gaijin 27 décembre 2016 18:28

      @Qaspard Delanuit
      " Pour autant, faut-il considérer ces personnes comme des victimes d’extraterrestres sans autre forme d’enquête, uniquement en prenant leur témoignage au premier degré ? Est-ce que la relation au réel n’est pas un élément à prendre également en compte dans une approche thérapeutique ?"

      le réel ? c’est quoi ? quand on s’est un peu frotté ( ce que ne font jamais les psy en tout genre ) au psychisme profond la notion de réel a tendance a devenir floue et la mémoire comme en témoigne les études est une reconstruction permanente .....

      et si les approches thérapeutiques échouent massivement c’est a cause de toutes ces notions d’attachement au "réel " de refus d’entrer en empathie avec les personnes etc ma notion du réel est juste bonne a me faire enfermer si j’en parle a un psy ( a moins que ça soit lui qui est bon a enfermer ..... smiley )

      qu’elle est la véritable nature du Je ? si vous le savez alors que reste t’il de réel quand on parle de la mémoire d’enfants ? ils peuvent tout aussi bien avoir accès a la mémoire et aux émotions d’une personne qui vit dans la maison d’à coté

      a partir de là on fait quoi ? et ben si vous allez chez votre garagiste avec une panne et une histoire d’extraterrestre il va faire quoi ? réparer la panne ......

      " Lorsqu’une personne se tord de douleur en affirmant que c’est parce que le souvenir lui est revenu de ce qu’elle a vécu dans sa vie antérieure quand elle était Jeanne d’Arc sur le bûcher, est-ce que le fait de la considérer comme une victime des Anglais va l’aider ?  "

      oui très précisément parce qu’elle a bien pu mourir brulée dans une vie antérieure et reconstruire une mémoire ......ou assister a un accident et avoir récupéré la charge émotionnelle .....ou autre chose ........et alors ?

      " (donc merci de ne pas me reprocher de ne pas vouloir les écouter, OK ?) "

      je ne vous reproche rien rassurez vous j’essaie de vous montrer qu’un autre point de vue est possible ..........

      ( Concernant ce témoignage, nous manquons pour le moment d’informations croisées pour faire ce travail de discernement. )

      oui et nous en manquerons toujours .....par contre la personne elle est dans un sale état suffit d’avoir des yeux pour voir


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 décembre 2016 19:56

      @gaijin
      "a partir de là on fait quoi ? et ben si vous allez chez votre garagiste avec une panne et une histoire d’extraterrestre il va faire quoi ? réparer la panne"

       

      Oui... sans tenir compte de votre histoire d’extraterrestre. Vous êtes en train de dire qu’il ne faut pas tenir compte du récit de cette femme ?


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 décembre 2016 19:56

      @Masque de mort

      Voilà. 


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 décembre 2016 20:36

      @gaijin
      "le réel ? c’est quoi ?" 

      Ce qui est réel => C’est par exemple la réelle cave dans laquelle les réelles petites victimes de Dutroux étaient réellement séquestrées et réellement violées avant pour certaines d’être réellement assassinées. 

      Ce qui n’est pas réel => Les fausses histoires que Dutroux racontait aux enfants pour leur faire croire qu’une rançon avaient été demandée à leurs parents et que ceux-ci ne voulaient pas la payer (ajoutant la torture morale à la torture physique). Il disait aussi que lui les protégeait d’un "chef méchant" qui voulait les tuer. (Ces faits ont été relatés par une des survivantes). 

      Pour les survivantes d’une telle tragédie, le discernement entre "ce qui est réel" et "ce qui n’est pas réel" est essentiel à la cicatrisation émotionnelle. Une confusion traumatique entre "ce qui est réel" et "ce qui n’est pas réel" auraient pu les conduire à croire que les viols étaient imaginaires ; que leur bourreau leur avait sauvé la vie, que leurs parents étaient coupables de les avoir abandonnées (ou je ne sais quelle autre construction délirante). 

      La même remarque peut être faite pour les parents de victimes d’accident ou d’attentat d’avion : la recherche de la vérité est indispensable à la constitution d’un deuil sain. C’est pourquoi certaines familles enquêtent pendant 20 ou 30 ans avant d’avoir un résultat. Et parfois elle l’obtiennent.

      On ne répare rien, on ne reconstruit rien de sain sur un mensonge, sur des bobards, sur une dissimulation ou sur une falsification de la réalité. C’est pourquoi la question du réel est importante et que ce n’est pas le lieu de poser des questions métaphysiques au sujet du réel car sa définition courante est ici suffisante. Si quelqu’un vous annonce au téléphone la mort d’un proche et ajoute "Maintenant, voulez-vous savoir si ce que je vous décris est réel ou pas ?", vous ne répondrez probablement pas "Qu’est-ce que le réel" ?

       


    • vote
      gaijin gaijin 28 décembre 2016 08:21

      @Qaspard Delanuit
      non je dit qu’il faut entendre d’abord la souffrance et que ce sont deux choses a traiter sur des plans différents


    • vote
      gaijin gaijin 28 décembre 2016 08:25

      @Qaspard Delanuit
      le réel des objets donc ......et que faites vous quand ce réel est inaccessible ? ce qui est le cas dans la plupart des cas ............


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 28 décembre 2016 14:26

      @gaijin
      Je veux bien discuter thérapie avec vous, mais en l’occurrence, Anneke Lucas dans sa vidéo ne nous demande ni à vous ni à moi d’être son thérapeute. Et, justement, si vous l’avez bien écoutée, vous aurez compris que c’est une alarme politique, pas une plainte. Cette femme décrit ce qu’elle pense être des faits réels afin de prévenir le monde d’un danger. Le sujet de ce fil de discussion est la dénonciation d’actes criminels qui, si ce récit décrit la réalité, pourraient se poursuivre encore aujourd’hui. On ne peut pas évacuer ça, avec une position simplement thérapeutique comme s’il n’était question que de souffrance à considérer subjectivement dans un monde où "le réel est inaccessible". Si des enfants sont possiblement martyrisés quelque part, ce réel ne doit pas nous être inaccessible. 


    • vote
      gaijin gaijin 28 décembre 2016 14:44

      @Qaspard Delanuit
      " ne doit pas "

      mais il l’est ! c’est bien le problème allez vous remonter le temps pour faire des analyses génétiques sur les cuisses de la gamine ? pas moi ma delorean est en panne

      tous les gens qui travaillent sur le sujet sont d’accord a peu près sur les chiffres : il y a des millions de victimes mais dans l’immense majorité des cas il n’ y aura jamais de preuves alors on fait quoi ?


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 28 décembre 2016 15:29

      @gaijin
      "allez vous remonter le temps"

      Non, mais vous caricaturez. Il est faux de prétendre que tout examen plus approfondi dans cette affaire est impossible. D’ailleurs si c’était le cas, cette vidéo n’aurait aucun sens. Des enquêtes (pas forcément judiciaires, évidemment, lorsqu’il y a prescription) se font pour des événements bien plus anciens. Or, il s’agit ici d’une affaire assez récente à l’échelle de l’histoire, avec par exemple de nombreux témoins peut-être encore vivants (parents, oncles et tantes, frères et soeurs, camarades d’école, médecin de famille, enseignants, etc). 


      "tous les gens qui travaillent sur le sujet sont d’accord a peu près sur les chiffres : il y a des millions de victimes mais dans l’immense majorité des cas il n’ y aura jamais de preuves" 

      Il y a beaucoup d’erreurs réunies dans cette phrase :

      1. Non, bien sûr que non, tous les gens qui travaillent sur le sujet ne sont pas d’accord sur les chiffres, et sûrement pas sur le chiffre que vous donnez. 

      2. Il n’y a certainement pas des "millions de victimes" et je ne sais pas d’où vous tirez ce chiffre qui, en plus, ne signifie rien si vous ne lui donnez pas une durée (depuis l’aube de l’humanité, peut-être mais à quoi une telle estimation peut-elle servir ?)

      3. Comment pouvez dire à la fois que tout le monde est d’accord sur un nombre de victimes astronomique et affirmer qu’il n’y a pas de preuve dans l’immense majorité des cas ?? Tout le monde est d’accord sur une estimation au doigt mouillé ou bien vous parlez d’une assemblée d’extralucides qui savent des choses sans pouvoir expliquer comment ils les savent ?

       

      "alors on fait quoi ?"

      On commence par chercher la vérité, parce que la vérité est plus désirable que tout. Vous avez quelque chose de mieux à proposer ? Si vous pensez que cette vidéo est inutile, sachez que je n’en suis pas l’instigateur et que je me contente de la commenter comme vous. Je peux aussi bien vous retourner votre question : "alors on fait quoi ?"

       


    • vote
      gaijin gaijin 29 décembre 2016 09:37

      @Qaspard Delanuit
      sur les chiffres j’avais mais peut être ne vous en souvenez vous pas cité cet expérience en fac de psycho :" agression sexuelles dans l’enfance 20% chez les filles " si on prend la population française ça fait 6 millions de victimes actuellement en vie ..............

      si vous vous voulez mieux écoutez ça : https://www.youtube.com/watch?v=a7vmTj-5HvY ( rien que les 10 premières minutes suffisent )

      ça répond aux questions alors oui dans l’absolu il y a une partie de doigt mouillé mais si vous divisez par deux j’ai raison et si vous divisez encore par deux j’ai encore raison .................

      " qui savent des choses sans pouvoir expliquer comment ils les savent ? "

      non c’est la réalité de l’expérience du terrain et des témoignages même s’il y à des crétins dans tous les domaines la plupart des thérapeutes sont au moins assez compétents pour ne pas induire de faux souvenirs ................

      ou alors il y a des millions de femmes qui inventent sans raison ...............ça existe mais ici aussi un peu d’expérience permet de faire la différence

      Je peux aussi bien vous retourner votre question : "alors on fait quoi ?"
      pas de soucis je fais le job au quotidien et pour le reste j’essaie d’introduire un nouveau point de vue ( même si ça semble difficile )

      Or, il s’agit ici d’une affaire assez récente à l’échelle de l’histoire, avec par exemple de nombreux témoins peut-être encore vivants
      et vous pensez qu’ils vont parler ?
      vous êtes en face d’une omerta couverte par un tabou social soit les témoins ne savent pas et n’ont pas vu .....soit ils savaient vaguement qu’il se passait quelque chose et ils ne parleront pas par honte de n’avoir rien fait,sentiment de culpabilité etc soit ils savent vraiment et alors ils sont coupables et ils ne diront rien .............
      exit les témoins ..............


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 29 décembre 2016 16:43

      @gaijin
      "vous êtes en face d’une omerta couverte par un tabou social"

      Vous voulez dire que tout le monde sait que des petites filles sont livrées à 6 ans par leurs parents à des assemblées sadiques pour être violée et torturées avant d’être assassinées et que personne n’en parle parce que c’est un tabou social ?? Parce que je vous rappelle encore une fois que c’est précisément ça, le sujet.

      Vous confondez visiblement le cas très particulier décrit dans la vidéo (qui ne concerne évidemment pas "des millions" de personnes) avec le problème plus général des violences sexuelles de divers degré au quotidien. Nous ne parlons pas de la même chose. 


    • 1 vote
      gaijin gaijin 29 décembre 2016 17:45

      @Qaspard Delanuit
      l’histoire de la vidéo n’est qu’une partie d’un phénomène plus vaste

      dans la rubrique pédocriminalité il y a les réseaux organisés tels que dénoncés ici , les agressions par des acteurs sociaux ( enseignants, prêtres ou autres ....) et les agressions par des proches ( la majorité des cas )

      tout cela existe et les réseaux profitent en effet du tabou social : c’est trop énorme pour être acceptable .......et pourtant.....

      il faut bien entendre qu’en face de la masse des victimes il y a une masse d’agresseurs, statistiquement certains sont a des postes de pouvoir : juges , médecins , politiques, policiers .....et ont tout loisir de s’organiser dans les années 70 ça s’appelait des ballets roses .......( ou bleus ). le tout bien sur avec la participation de la mafia. quel beau moyen de pression : une soirée fine arrosée et cocainée peu très vite déraper sur une mignonne de 12 ans ( il y en a de bien roulées ).....difficile a prouver mais rien d’absurde .........

      les victimes des réseaux ne se comptent pas en millions mais il y a des trafics internationaux d’enfants comme il y a des pays qui sont des destinations privilégies ( thailande et maroc par exemple ) ou toute une " bonne société " va s’installer chirac et sarko par exemple ont des maisons au maroc simple coincidence qui n’a rien a voir avec le fait que l’on importe le cannabis produit par le roi du maroc en échange .....en échange de quoi donc ? 
      ( mais non je l’ai pas dit : pas de preuve ..... smiley )

      alors je ne mélange pas tout mais tout est interdépendant ........il faut déjà lever le tabou et en faire une priorité absolue ensuite il sera possible de travailler


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 29 décembre 2016 20:24

      @gaijin
      "il faut déjà lever le tabou"

      Je ne vois pas de quel "tabou" vous parlez en rapport avec les crimes décrits ou prétendument décrits dans la vidéo. Evidemment, un groupe de criminels cherchera à dissimuler ses crimes, mais ça ne constitue pas un "tabou" pour les personnes extérieures à ce groupe. Dans le cas d’un acte isolé, la règle du silence peut éventuellement s’appliquer à des communautés religieuses ou des institutions craignant que l’indignité d’un mouton noir salisse l’image de l’ensemble du corps collectif constitué (ce n’est d’ailleurs pas spécifique à ce type de crime). A part ça, on peut en France parler ouvertement en public ou en privé de la question des violences sexuelles sur les enfants sans que tout le monde devienne gênés ou détourne la tête. Au contraire, c’est un sujet à propos duquel on obtient la plupart du temps une réaction unanime et vive. Bref, tout le monde condamne cela très franchement. N’est-ce pas le cas dans votre entourage ? 

      Quant à la question du caractère plus ou moins organisé de ce genre de criminalité, telle que je me la pose et telle que je l’ai déjà entendu posée dans des débats, je ne l’ai jamais trouvée occultée par un "tabou". 


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 29 décembre 2016 20:39

      @gaijin
      "Dans la rubrique pédocriminalité il y a..."

      Oui, merci de le rappeler mais je suis au courant. Cependant je ne dirais pas que "l’histoire de la vidéo n’est qu’une partie d’un phénomène plus vaste", c’est une histoire beaucoup plus importante par le niveau des implications ne serait-ce que parce qu’il y est question de meurtres multiples. Sinon, je peux aussi vous dire que toutes les histoires de pédocriminalité ne sont qu’une partie de l’histoire plus vaste de la criminalité en général dans l’histoire de l’humanité et finalement tout confondre dans un flou artistique en prenant de plus en plus de recul. Tout le monde sait qu’il existe des crimes sexuels touchant les enfants, tout le monde ne croira pas à l’histoire de la vidéo. Par pitié, ne me répétez pas que c’est à cause d’un tabou ! Non, c’est tout simplement parce qu’elle est plus exceptionnelle et plus difficile à croire techniquement (ce qui ne veut pas dire qu’il faut la rejeter pour autant, mais plutôt essayer de l’approfondir autant que possible).  


    • vote
      gaijin gaijin 30 décembre 2016 09:34

      @Qaspard Delanuit
      " ne sont qu’une partie de l’histoire plus vaste de la criminalité en général dans l’histoire de l’humanité et finalement tout confondre dans un flou artistique en prenant de plus en plus de recul "

      tout confondre ou tout intégrer dans une perspective unique ? comprendre que ce qui marche pour une pomme marche pour les planètes ?

      c’est bien la question dont il est question : comment et pourquoi la violence au sens large se reproduit de générations en générations. comment et pourquoi on produit des pervers qui peuvent jouir de la souffrance des autres . intéressant de ce point de vue sur les mutilation sexuelles imposées par certaines religions : circoncision et excision ............toute une humanité embringuée dans une histoire de stress post traumatique collective : adam et eve chassés du paradis terrestre ce n’est pas de moi . l’univers est a la foi fractal et holographique ce qui est vrai pour un est vrai pour tous ......voilà ma perspective.

      " Par pitié, ne me répétez pas que c’est à cause d’un tabou !"

      oups désolé ben si smiley smiley l’histoire est incroyable parce qu’elle est exceptionnelle dites vous ....si je pensais cela je dirais qu’elle n’a que peu d’importance. on la pense exceptionnelle parce qu’elle est incroyable mais elle n’est incroyable que parce qu’un tabou recouvre l’immense quantité d’histoires de ce genre. si on lève le tabou elle devient une simple logique statistique et on commence a en voir partout....c’est le problème auquel sont confrontés tous les gens qui travaillent dans ce domaine d’abord une histoire et des chiffres ensuite la quantité d’histoires similaires enfin l’aspect de plus en plus incroyable des histoires individuelles jusqu’a la banalité d’un fait devenu quotidien qu’on ne peut plus ne pas voir ......et l’impossibilité de le faire voir en tant que tel chaque histoire étant prise dans son unicité ..........

      "mais je suis au courant " " Tout le monde sait qu’il existe des crimes sexuels touchant les enfants "

      oui

      mais personne ne sait combien ni quel conséquences ils ont ( même chez les professionnels ils en sont au stade de la découverte voyez ce qu’en dit cyrulnik https://www.youtube.com/watch?v=rd13inJYbQk )

      20% ça fait deux sur 10 ou une sur 5 faites la démarche prenez les 5 femmes les plus proches de vous et cherchez laquelle ......ensuite marchez dans la rue et comptez les victimes ..........

      maintenant un pont plus loin : chaque enfant qui arrive au monde par le biais d’une femme en état de SPT hérite de sa mémoire émotionnelle .....

      mais ne parlons pas que des femmes : parmi les garçons victimes combien vont devenir des pervers sociopathes ? on l’ignore mais au vu du nombre de pervers bcp trop ................ou alors croyez vous que les pervers le soient par la volonté du dieu hasard ?


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 décembre 2016 12:28

      @gaijin
      "c’est bien la question dont il est question : comment et pourquoi la violence au sens large se reproduit de générations en générations"

      Non, je ne pense pas que ce soit la première question qui se pose devant la vidéo. Ce n’est pas "Comment et pourquoi la violence..." mais d’abord "Est-ce que ce récit est vrai". A moins qu’il existe un tabou vous empêchant de vous poser cette question (peur de passer pour un salaud qui manque de compassion pour une victime au point de mettre en doute sa parole sacrée de victime, parce que "victime, forcément victime", comme aurait dit Marguerite Duras ?) 

      "20% ça fait deux sur 10 ou une sur 5 faites la démarche prenez les 5 femmes les plus proches de vous et cherchez laquelle"

      Si vous commencez à parler chiffres, je vais chercher sls0 ! smiley

      Je n’ai pas besoin de "chercher laquelle", elles en parlent ouvertement. Et non, ce n’est pas une sur 5 dans mon entourage si on parle d’agressions traumatisantes (et non de simples mains au cul) mais plutôt une sur 20. Désolé de ne pas confirmer votre chiffre. Evidemment, avec un raisonnement circulaire et dans une logique d’irréfutabilité, vous pouvez en déduire que si je ne confirme pas votre chiffre, ça prouve que votre théorie du tabou est confirmée... et donc que ça confirme quand même votre chiffre.  smiley

      Et les pauvres hommes agressés sexuellement alors ? J’ai cru que cette vidéo était un canular, mais apparemment non. 

      http://www.dhnet.be/actu/faits/un-homme-agresse-sexuellement-par-deux-femmes-dans-une-superette-video-56431d153570bccfaef42c4a

      On est quand même loin du sujet, non ? Et avec cette "agression sexuelle" aussi, non ?

      http://www.dhnet.be/actu/faits/il-souleve-la-jupe-d-une-femme-dans-une-epicerie-la-video-de-l-agression-sexuelle-fait-scandale-video-5639e9703570bccfaecc21cc

      "l’histoire est incroyable parce qu’elle est exceptionnelle dites vous ....si je pensais cela je dirais qu’elle n’a que peu d’importance. on la pense exceptionnelle parce qu’elle est incroyable mais elle n’est incroyable que parce qu’un tabou recouvre l’immense quantité d’histoires de ce genre."

      Vous faites des suppositions très générales, alors qu’il suffit de constater que je n’ai moi-même aucun tabou qui m’empêche d’étudier le récit de la vidéo avec une grande attention. La raison pour laquelle je réserve mon jugement dans l’attente d’informations supplémentaires est simplement méthodologique et n’a rien à voir avec un tabou ou une idée préconçue qui m’empêcheraient de le croire possible. 

      "croyez vous que les pervers le soient par la volonté du dieu hasard ?"

      La question de la "perversité" où se combinent la notion de maladie au sens médical et celle de mal au sens moral est une des plus complexes de l’humanité. On ne peut pas non plus la résoudre entièrement par le principe de la transmission de bourreau à victime (ni de de mère à enfant). 

      https://www.youtube.com/watch?v=EHY4I29jxjo


    • 1 vote
      gaijin gaijin 31 décembre 2016 09:40

      @Qaspard Delanuit
      " je ne pense pas que ce soit la première question qui se pose devant la vidéo"

      c’est celle que moi je pose smiley quand je pense n’avoir rien de plus a dire que la majorité des gens je me tais ......

      " plutôt une sur 20." 

      oui une sur 20 en parle ouvertement comme vous dites et combien n’en parlent pas ? il y en a pas mal qui n’ont aucun souvenir et d’autres a qui il faudra des mois de travail pour pouvoir en parler ............

      cela dit une sur 20 ça fait 5% et 5% de la moitié de la population française ça fait combien ?

      AAAaaarghHHH sslo sort de ce corps ! vade rétro ......

      bon ça confirme mon chiffre sans raisonnement circulaire je m’en sort bien non ? smiley

      " je n’ai moi-même aucun tabou qui m’empêche d’étudier le récit de la vidéo avec une grande attention."

      je sais, je vous parle parce que vous avez la bonté de me renvoyer la balle ( je vous en remercie ça m’est très utile ) mais je ne parle pas de vous ......vous n’avez pas de tabou mais vous vivez dans une société qui en a un c’est dire que si vous regardez par la fenêtre il ne se passe rien. si un jour on lève le tabou il y aura des centaines de milliers de femmes en train de manifester pour que ces questions deviennent une priorité nationale

      " La question de la "perversité" où se combinent la notion de maladie au sens médical et celle de mal au sens moral est une des plus complexes de l’humanité "

      je ne crois pas en la complexité c’est mon coté japonisant pour moi la preuve de la " raison " c’est quand on arrive a une vision claire et épurée des choses ........

      " On ne peut pas non plus la résoudre entièrement par le principe de la transmission de bourreau à victime (ni de de mère à enfant). "

      peut être pas mais quoi d’autre ? ( ce n’est pas une question réthorique je suis preneur de toute bribe d’info sur le sujet ) en sachant que je ne limite pas la question a bourreau-victime il y a des victimes sans bourreau on constate des mémoires traumatiques liées a d’autres causes : accidents et morts de jumeaux au court de la vie foetale par exemple. mon sujet c’est la mémoire traumatique et sa transmission .....


    

    Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès