Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Atteintes à la vérité, à la démocratie, au bien commun et à l’intérêt général : (...)

Atteintes à la vérité, à la démocratie, au bien commun et à l’intérêt général : "Les partis politiques"

 

Cette nouvelle vidéo de Jordanix explique de manière claire pourquoi les partis politiques sont désuets et incomptables avec la démocratie. Combien de fois a-t-on vu des députés d'un partie s'oublier eux-mêmes, renoncer à ce qu'ils pensent, et se voir obligés de voter comme leur parti le leur réclame. Aucune démocratie là-dedans. Quand au bien commun et à l'intérêt génal, ils sont passés par pertes et profits, essentiellement le compte des pertes d'ailleurs...

 

Une vidéo d'éducation populaire intéressante et divertissante,

 

À voir !

 

 

Nota Bene :

  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "démocrat", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " vérité", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " mensonge", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " propagand", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " publicit", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " manipul", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " bien" et "commun", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " intérêt" et "général", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " parti" et "politique", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " politicien", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " atteinte", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " Jordanix", cliquez [ici].
  • Pour toutes les vidéos de la catégorie "Politique, Démocratie, Libertés, et Altermondialisme", cliquez [ici].
Dans le cas où les liens ci-dessus seraient brisés, vous pouvez les retrouver ici : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=8476.

 

 

Tags : Politique Démocratie



Réagissez à l'article

29 réactions à cet article


  • 2 votes
    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 12 septembre 15:47

    Bon travail d’éducation populaire. 


    • vote
      matthius matthius 12 septembre 17:51

      Il existe une loi qui demande à ne pas donner plus de 8000 € à un parti politique. Cela permet de ne pas créer de sectes. Par contre je suis d’accord que la démocratie directe c’est mieux que des batailles de partis.

      Par contre le président de la république et les conseillers municipaux peuvent être élus. En effet il s’agit d’être résistant à la finance pour être président.

      Pour ce qui est de l’indépendance des militants il y a désigner son chef par vote. Cependant le militant agit par émotion, pas par esprit scientifique. C’est surtout cela le problème.

      Aussi le vote électronique ça ne marche pas.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 12 septembre 19:58

      Par contre je suis d’accord que la démocratie directe c’est mieux que des batailles de partis.Par contre le président de la république et les conseillers municipaux peuvent être élus. 

      En effet , je pense que ceux qui demandent de la démocratie directe à tous les étages à tout moment sont hors des réalités. Je ne vois pas comment des dizaines de millions de personnes devraient décider de tout tout le temps , il faut bien déléguer des administrateurs spécialisés dans la gestion de la chose publique pour que la machine fonctionne. 

      La vraie question , c’est de déterminer à quel niveau la démocratie serait nécessaire , avec quelle fréquence et surtout déterminer les mécanismes institutionnels par lesquels elle pourrait s’exprimer ...


    • vote
      maQiavel maQiavel 12 septembre 19:59

      "pourraient décider de tout tout le temps "


    • 1 vote
      Hijack ... Hijack ... 12 septembre 17:13

      Pas con du tout ... pour un futur votant en herbe. Sans compter que le gars a un vrai talent d’acteur.


        • vote
          Carmela (---.---.234.227) 12 septembre 19:29

          D’ailleurs, je remercie BlueMan pour sa tolérance à ce message sur son fil qui répond aussi à la thématique du 11 sept 2001 et de la liberté d’expression pour tous.

          Pour revenir aux affaires Trump et Hillary sur la gouvernance des US en cours :

          Cooldude et Berry, si vous lisez ce post, je vous réponds concernant les 2 mites américaines évoquées hier :

          -H. Clinton veut revenir à un monde unipolaire dominé exclusivement par les US. Elle est la candidate de l’élite financière américaine seulement. La fin du Dollars loin de ressusciter ( voir par exemple comment Blythe Master a tenté de perfuser le cadavre sur la mort réelle des nations avec les faux swap...), elle maintiendra donc la stratégie géopolitique des croisades guerrières dont on en voit l’affreux désastre sur la destruction et migration des peuples autochtones....

           - Trump, sa stratégie repose avant tout sur la forces des élites mondialisées. (ce dernier bénéficie de l’adoubement des Rothchild et Rockefeller entre autres...)
          Il défend donc les intérêts bancaires internationaux en marche pour conduire le nationalisme américain vers une gouvernance mondiale, multipolaire...
          Il peut donc se permettre de dire que l’OTAN est devenu obsolète...car tout se trame en arrière fond sur la création d’une monnaie mondiale. Avec l’aide bien sûre des élites mondialisées haut placées....

          Pour la nouvelle élection présidentielle, Hillary représente donc l’ancien monde et le business Trump intervient lui pour la grande transition du plan mondialiste. Ces 2 la ont formé et continuent d’acter une bonne équipe du passé sur l’à-venir en cours.... :->

          Et nous, on fait quoi ?
          On résiste comme on peut et sur tous terrains aux vues de cette matrice infernale. Maintenir ouvert le plus possible le champ d’informations libres, la coopérations entre "volonteux" ruraux et urbains, opter pour un retour vers les fondements d’une nation souveraine avec une identité laïque, multiculturelle et prânique pour le mieux


        • vote
          Carmela (---.---.234.227) 12 septembre 19:03

          Ayez confiaaaance Jeanpiètre héhé smiley

          A l’UPR, il n’est pas question d’idéologie mais de la nécessité de sortir de l’UE, EURO, OTAN avec l’a.50 et de rassembler le peuple français à se remettre debout avec les principes du CNR...

          Ce jeune de la vidéo à une vision très limitée des enjeux économiques et politiques auxquels nous devons faire face au sein de notre société française.

          Comme pour beaucoup de créatifs du fB-youtube...., il nous récite la propagande des cerveaux faussement émancipés dans l’art et la manière de faire croire à un vécu individuel jouissant d’une autonomie incomparable (dans la vrai vie aussi ?)


          • 5 votes
            jeanpiètre jeanpiètre 12 septembre 20:04

            @Carmela
            faire confiance à un ex d’hec et de l’ena, je fais plus confiance à mon banquier c’est pour dire, vous êtes naïf(ve) dont acte, mais de prenez pas vos tares pour une généralité. votre ton condescendant ne fait que confirmer mes intuitions, votre gourou est un sinitre falot, et ses fans comme vous ,de petits roquets comme les sarkosystes de 2005 .

            vous êtes pathétique, je vous prie de ne plus m’adresser la parole tant que vous n’aurez pas la pleine possession de vos facultés


          • vote
            Carmela (---.---.234.227) 12 septembre 20:31

            @jeanpiètre

            Restez avec vos préjugés et vos jugements à l’emporte pièce...et allez aboyer votre incrédulité auprès de votre commercial de banquier si ça vous chante. smiley

             


          • vote
            maQiavel maQiavel 12 septembre 19:37

            Très bon  Jordanix comme d’habitude, son travail d’éducation politique et populaire mérite d’être salué. Je ne sais pas si c’est déjà fait mais Meta tv devrait l’inviter.

            L’analogie entre parti politique et secte est particulièrement vraie, c’est évident pour quiconque a connu dans son entourage à la fois un militant d’un parti politique et un membre d’une secte, les mécanismes mentaux sont les mêmes, c’est flippant. 


            • vote
              Carmela (---.---.234.227) 12 septembre 20:09

              @maQiavel

              "L’analogie entre parti politique et secte est particulièrement vraie, c’est évident pour quiconque a connu dans son entourage à la fois un militant d’un parti politique et un membre d’une secte, les mécanismes mentaux sont les mêmes, c’est flippant. "

              Je dirais plutôt que lorsque le sujet du débat politique reste transparent et ouvert au dialogue avec l’ensemble des acteurs citoyens d’un pays, alors (malgré les passions que ce débat entraine), il est sain de travailler sur cette ordre politique et sa légitimation puisque il en dépend de la construction du vivre ensemble.

              Aujourd’hui, nous assistons comme "un retour du refoulé" du débat politique :

              Moins il est autorisé, plus les prises de positions sont virulentes.

              Et je ne crois pas que nous sommes dans la même configuration que dans une secte...


            • 1 vote
              maQiavel maQiavel 12 septembre 20:27

              @Carmela

              Je dirais plutôt que lorsque le sujet du débat politique reste transparent et ouvert au dialogue avec l’ensemble des acteurs citoyens d’un pays alors il est sain de travailler sur cette ordre politique et sa légitimation puisque il en dépend de la construction du vivre ensemble

              ------> Tout le problème est justement que le débat n’est ni sain , ni transparent ( à moins d’avoir une définition différentes de ces termes , c’est une évidence).

              Et je ne crois pas que nous sommes dans la même configuration que dans une secte

              ------>Moi je constate en tous cas que les militants des partis politiques ont les mêmes réflexes que les adhérents de sectes à vocation universaliste. Jordanix le décrit très bien.

              Un exemple : le militant d’un parti politique n’est généralement pas capable d’évaluer une proposition politique autrement qu’à l’aune de son propre parti qui détient la vérité politique absolue tout comme le membre d’une secte ne peut appréhender la spiritualité qu’à l’aune de sa secte qui en devient l’alpha et l’oméga : à l’extérieur de son parti tout est mauvais, point de salut politique en dehors du parti auquel le militant adhère , de la même manière point de salut spirituel en dehors de la secte pour celui qui en est membre , tout est mauvais.

              Dans les deux cas, inutile d’argumenter, la réflexion tourne en circuit fermé, le mental est prisonnier. Je ne dis pas que tous les militants de partis politiques ou tous les membres d’une secte sont comme ça mais c’est tout de même ce qui les caractérise généralement ...


            • vote
              Carmela (---.---.234.227) 12 septembre 22:06

              @maQiavel

              "Tout le problème est justement que le débat n’est ni sain , ni transparent ( à moins d’avoir une définition différentes de ces termes , c’est une évidence)."

              Déf débat :
              Un débat est une discussion ou un ensemble de discussions sur un sujet, précis ou de fond, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions, opinions plus ou moins divergents.

              Par exemple, Sapir et le Gallou qui débattent courtoisement sur les sujets à traiter tels que l’identité-souveraineté et sur le flux de l’immigration avec crainte d’une montée exacerbée de la violence dans notre pays n’ont pas les mêmes vues quand à la résolution de ces problèmes. Cette discussion reste saine (sensée, logique, raisonnable ) puisque étant librement (non cachée à l’opinion) mise à l’antenne, les auditeurs progressent dans la compréhension d’une réponse politique adéquate à mettre en place et sont plus éclairés pour comprendre la profession de foi d’un parti politique....

              Malheureusement, les politiciens véreux qui ornent de leur trahison notre maison française ont réussit à salir la vocation initiale de la cause politique. Je trouve que nous sommes suffisamment divisés par des années de soumissions aux diktats de l’UE et évidemment, je ne suis pas la dernière à être écoeurée par cette dégénérescence de nos politiques.... Mais lorsque j’aperçois un être doué d’honnêteté intellectuelle tel que F. Asselineau qui oeuvre à traduire le gouffre pour lequel nous avons été pré-programmé depuis longue date ...et bien... j’ai envie de me battre pour faire vivre cette éducation populaire et parti politique. Parce que cela fait écho à mon sentiment de justice tel que je le souhaite réalisé ne serait-ce que dans un premier temps au niveau de la liberté d’expression.

              J’en profite pour vous saluer aussi car vos contributions menées avec une belle rectitude sur agotv ainsi qu’avec d’autres intervenants font progresser mon champ de réflexion sur la politéia à mener de nos jours.

               smiley



            • 2 votes
              maQiavel maQiavel 12 septembre 22:46

              @Carmela

              Finalement, je suis d’accord avec tout ce que vous dites sur le débat et sur les politiciens.

              Concernant FA et surtout l’UPR j’ai deux opinions :

              -C’est un organe d’éducation populaire fantastique, j’ai beaucoup appris en écoutant les conférences de FA, de Vincent Brousseau , de Régis Chamagne et d’autres. C’est un organe qui s’adresser au besoin de justice et de vérité des peuples dont il veut élever la conscience politique , aucune démagogies, les choses sont faites et expliquées avec rigueur. C’est ça la politique dans le sens noble du terme.

              -Malheureusement , c’est aussi un parti politique et il en a certains travers : il existe par exemple un dogmatisme sur la question de la sortie de l’UE ( au cas ou vous vous posez la question je suis aussi en faveur d’une sortie ) , on ne peut en sortir que comme l’UPR le dit et l’UPR est le seul à le dire , tout le reste est mauvais. Hors Asselineau, point de salut, c’est l’homme providentiel, tous les autres sont des traitres et il n’existe aucune autre alternative pour qui veut sauver la France que de voter UPR. Je comprends bien que ça fait partie du jeu et que l’UPR ne fait que le jouer, c’est une obligation pour exister sur la scène des partis politiques mais c’est bien ça le problème : le jeu.

              Quoiqu’il en soit, je ne fais pas partie de ceux qui tapent sur l’UPR qui reste pour moi avant tout un organe d’éducation politique populaire magnifique c’est largement suffisant de ma perspective , vous avez tout à fait raison de vouloir vous battre pour faire vivre cette organisation.


            • 1 vote
              Carmela (---.---.210.223) 13 septembre 19:47

              @maQiavel

              Bonjour,

              "c’est aussi un parti politique et il en a certains travers : il existe par exemple un dogmatisme sur la question de la sortie de l’UE ( au cas ou vous vous posez la question je suis aussi en faveur d’une sortie ) , on ne peut en sortir que comme l’UPR le dit et l’UPR est le seul à le dire , tout le reste est mauvais. Hors Asselineau, point de salut, c’est l’homme providentiel, tous les autres sont des traitres et il n’existe aucune autre alternative pour qui veut sauver la France que de voter UPR. Je comprends bien que ça fait partie du jeu et que l’UPR ne fait que le jouer, c’est une obligation pour exister sur la scène des partis politiques mais c’est bien ça le problème : le jeu."

              Tout comme vous, j’apprécierai que l’UPR ne soit pas le seul parti sur la scène politique française à revendiquer "la sortie" de façon officielle et déterminée par l’a.50 gravé dans sa profession de foi. ..Serait plus facile pour ensemencer et redonner le courage aux esprits engourdis par les manipulateurs d’opinion (un véritable jeu pour la plupart des politiciens en vogue sur le golf du mainstream) qu’un Frexit à l’amiable est encore jouable smiley

              FA a été l’élément déclencheur de cette priorité nationale à un moment ou personne n’osait et n’ose encore affronter entièrement et concrètement le réel de la bête financière multi-récidiviste et apatride. Distillant son poison via l’OMC,l’UE, BCE, OTAN...et sur l’ensemble de la planète.

              Quand François Asselineau affirme en son propre nom ceci :

              "La crise dans laquelle la France s’enfonce depuis des années est désormais si grave que nous devons procéder à une rupture complète et décisive. Nous devons le faire de façon sereine et réfléchie, mais déterminée et courageuse. Cette rupture est totalement incompatible avec les oppositions de complaisance qui critiquent l’Europe mais refusent de regarder la réalité en face : la construction européenne n’est pas la solution, c’est le problème.

              Voulant redonner toute son actualité au programme du Conseil national de la Résistance de 1944, je propose aux Français de se rassembler, quelles que soient leurs convictions politiques ou religieuses et leurs origines ethniques ou sociales, afin de rendre à la France sa liberté et sa démocratie. Cela impose en premier lieu de dénoncer juridiquement les traités européens, de sortir de l’UE et de l’euro, de sortir de l’OTAN et de soustraire l’économie, les services publics et les médias à la mainmise des féodalités privées.
              J’assortis ces choix décisifs de toute une panoplie de réformes institutionnelles, économiques, monétaires, sociales, militaires, diplomatiques, culturelles et éthiques qui sont à des années-lumière des programmes de tous les autres candidats.

              C’est à vous d’en juger.

              On est en mesure de mieux comprendre qu’arpenter cette voie d’émancipation populaire ne fera pas l’économie des coups tordus de tout ordres, trahisons, ostracisme...de la part d’ adversaires politisés du milieu mafieux.

              Tenir les rênes de la libération nationale comme projet politique requiert une exigeance rare en modalités d’application, de communication... Alors, peut-être moins de charisme sur l’homme politique que certains cinéphiles aiment à dénigrer mais bien plus de subtilité et d’endurance pour celles et ceux qui ont coeur à la victoire. Même si cela doit prendre du temps.. au chemin qui fait foi. 

              " Quoiqu’il en soit, je ne fais pas partie de ceux qui tapent sur l’UPR qui reste pour moi avant tout un organe d’éducation politique populaire magnifique c’est largement suffisant de ma perspective , vous avez tout à fait raison de vouloir vous battre pour faire vivre cette organisation."

              Merci à vous smiley


            • vote
              pegase pegase 14 septembre 01:52

              @maQiavel

              Un parti politique a un statut social d’association (un peu particulier concernant son financement), alors qu’une secte est une officine interdite, ça peut être des représentants d’une religion qui n’est pas reconnue par l’état, comme l’église de scientologie (par exemple) ...


            • vote
              maQiavel maQiavel 12 septembre 19:47

              La fin de la vidéo : « Comment pourrait s’organiser une démocratie sans partis politiques ? »

              C’est une très bonne question, on critique beaucoup les partis politiques mais on ne propose pas d’alternatives. Personnellement, j’ai beau tourner ça dans tous les sens mais je ne trouve aucune réponse. 

              Le gros souci est que le parti politique n’est pas forcément une organisation politique officielle et reconnue comme telle juridiquement, c’est aussi une structure rassemblant des individus ayant les mêmes intérêts idéologiques et sociaux, l’officialité n’y change rien. Du coup, interdire les partis politiques officiels ne changera rien puisqu’ils continueront d’exister officieusement.

              Il est vrai que de manière globale, le nombre d’adhérant diminue et que le taux de confiance des partis politiques officiels s’effondre mais en réalité, ces adhérents sont simplement récupérés par des partis politiques qui n’ont pas d’existence formelle.

              Les seuls dont on peut dire qu’ils n’ont pas de parti politique sont , d’un coté ceux qui ont l’aptitude et le courage de remettre constamment en question leur dogme, croyance et présupposés et qui n’ont en vue que l’intérêt du corps politique , et de l’autre coté ceux qui se désintéressent complètement de la chose politique. Les premiers sont rares et les seconds inutiles (politiquement).

              La vie politique sans partis politiques me semble de plus en plus être un idéal inatteignable. D’autant plus que je me suis un peu renseigné sur la façon dont ça fonctionnait concrètement dans la démocratie Athénienne qui est pourtant un modèle de souveraineté populaire :

              -Les partis politiques officiels n’existaient pas, les citoyens exerçaient directement le pouvoir à travers une série d’institutions (Ecclésia, Boulé, Aréopage etc).

              -Mais en coulisse se constituaient des groupes politiques qui certes n’avaient pas de fondement juridique et qui ne revêtaient d’aucun caractère officiel mais qui jouaient un rôle prépondérant dans la vie politique Athénienne, ces associations étaient nombreuses car chaque homme politique d’envergure disposait autour de lui d’un cercle prêts à le soutenir. C’est facile à comprendre : il était en effet difficile pour un individu isolé d’agir efficacement sans soutien, ces « partis » rivalisaient pour obtenir la faveur du peuple, certains hommes au sein de ces associations se sont même spécialisés dans la manipulation de l’opinion publique.

              Ces groupes travaillaient généralement dans la légalité (on ne peut pas interdire à des gens de se réunir pour discuter de politique) et utilisaient ce cadre légal pour avoir une influence sur les institutions de la cité.

              Au regard de tout cela, je me pose la question : cela servirait-il à quelque chose d’interdire les partis politiques ? Ne vaudrait-il mieux pas trouver des mécanismes institutionnels pour que le démos puisse, malgré leurs influences, conserver la main ?


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 12 septembre 20:43

                @maQiavel
                "Du coup, interdire les partis politiques officiels ne changera rien puisqu’ils continueront d’exister officieusement."


                Ben si, en fait, ça changerait beaucoup qu’ils ne puissent plus exister officiellement, en particulier sur le plan financier ! En revanche, ce serait une atteinte à la liberté d’association. Mais on pourrait commencer par interdire (ou ne pas reconnaître) leur représentation dans les institutions de la République (Assemblée, Sénat). A partir du moment où le lien entre un homme et une association politique devient plus flou, l’homme est moins tenu par les couilles aussi (par exemple moins tenu de voter comme son parti). 


              • vote
                maQiavel maQiavel 12 septembre 20:50

                @Qaspard Delanuit
                Je ne suis pas contre mais je doute de l’efficacité d’une telle mesure. 

                Quant au financement , on pourrait vous répondre que leur officialisation permet de limiter leur financement par un cadre juridique. S’ils ne sont plus qu’officieux ,ces limites disparaîtront puisqu’on ne peut pas légiférer pour ce qui ne bénéficie d’aucune reconnaissance légale. Je ne sais pas , je me pose la question ...


              • vote
                maQiavel maQiavel 12 septembre 20:59

                @Qaspard Delanuit

                -A partir du moment où le lien entre un homme et une association politique devient plus flou, l’homme est moins tenu par les couilles aussi 

                ------>Si le parti est bien structuré et que cet homme doit à cette organisation son élection, pensez vous vraiment qu’une non reconnaissance par l’Etat de la structure changera quoi que ce soit par rapport aux pressions qui seront exercées sur lui ? J’en doute tout de même …

                 


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 12 septembre 21:26

                @maQiavel
                "Si le parti est bien structuré et que cet homme doit à cette organisation son élection, pensez vous vraiment qu’une non reconnaissance par l’Etat de la structure changera quoi que ce soit par rapport aux pressions qui seront exercées sur lui ? J’en doute tout de même …"

                En fait, oui, si on considère les cas réels des gens qui ont été lâchés par leurs partis et dont les pressions subies furent essentiellement financières. Cela changera quelque chose si cette non reconnaissance par l’Etat a des conséquences financières. Les partis sont actuellement des instruments de captation de fonds publiques. S’ils se réduisent à des clubs politiques, le paysage politique va changer. 

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Financement_des_partis_politiques_fran%C3%A7ais


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 12 septembre 21:44

                Mais je ne dis pas que c’est une solution miraculeuse et suffisante. En particulier, je pense que la question de la médiatisation ne peut plus être pensée séparément de la question de la représentation politique, et pas seulement sous la forme de temps de parole pendant une période électorale. 


              • vote
                maQiavel maQiavel 12 septembre 22:02

                @Qaspard Delanuit

                -Mais je ne dis pas que c’est une solution miraculeuse et suffisante.

                ------> J’ai bien compris, c’est une question difficile, on ne va pas exiger de vous de sortir une solution miracle de votre cagoule par contre si vous le faites c’est tant mieux , il va bien falloir que cette cagoule serve à quelque chose. smiley

                je pense que la question de la médiatisation ne peut plus être pensée séparément de la question de la représentation politique

                ------> C’est clair.

                Je ne sais pas si vous avez vu le dernier article qu’a publié zatara sur les médias , Henri Maler propose constitutionaliser un conseil national de tous les médias qui serait un organisme qui ne serait pas nommé par les politiciens comme c’est le cas pour le CSA mais qui aurait trois composantes : les représentants politiques à la proportionnelle, représentants des journalistes et des salariés des médias, et enfin les usagers des médias (les citoyens , on peut imaginer qu’on les tire au sort).

                -En fait, oui, si on considère les cas réels des gens qui ont été lâchés par leurs partis et dont les pressions subies furent essentiellement financières. Cela changera quelque chose si cette non reconnaissance par l’Etat a des conséquences financières. Les partis sont actuellement des instruments de captation de fonds publiques. 

                ------> Justement, ce que je voulais dire c’est ceci : la cessation des financements publics risque d’entrainer une prise de relais par des groupes privés qui financeront ainsi intégralement ces partis. Est-ce que vous voyez ou je veux en venir ? Ça risque d’augmenter considérablement le poids ( qui est déjà prépondérant ) de ces groupes sur la vie politique. Et ça ne casse pas la dépendance de l’élu envers son parti dont il reste le tributaire financièrement. J’ai peut être à tort l’impression que ça va aggraver les choses. 


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 13 septembre 00:43

                @maQiavel
                "Je ne sais pas si vous avez vu le dernier article qu’a publié zatara sur les médias"

                Non, merci pour le tuyau. Et c’est bien à quelque chose comme ça que je pensais. 


              • vote
                maQiavel maQiavel 25 septembre 16:19

                @Qaspard Delanuit
                Peut être faudrait-il simplement limiter les financements des campagnes , ainsi même si les partis politiques ne sont plus reconnus officiellement , leur financement ne sera pas hors de contrôle. 

                Mais j’ai du mal à y voir une différence notable avec la situation actuelle ...


              • vote
                Zatara Zatara 13 septembre 01:18

                La disparition des partis ? C’est peine perdu car c’est illogique. A partir du moment ou on a une assemblée et des votes, des groupes se formes. Par conséquent le problème n’est pas celui des partis mais bel et bien lié à un éventuel moyen de faire respecter leurs promesses qui sont à la base de toute campagne.


                • 1 vote
                  Zatara Zatara 13 septembre 01:40

                  par conséquent, une solution serait de passer un "examen" en mettant au défi chaque programme sur le plan économique avec un jury composé des différends pôles financiers de la France, voir aussi les responsables des services publiques. Ça permettrait aussi de mettre ces derniers en face de leurs propres contradictions....

                  

                  Ajouter une réaction

                  Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                  Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                  FAIRE UN DON







Palmarès