• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > "C’est un joli grand avion qui m’a tuée" - Ania Kostenko in memoriam

"C’est un joli grand avion qui m’a tuée" - Ania Kostenko in memoriam

Le 13 août 2014, la petite Ania Kostenko âgée à peine de 3,5 ans a péri avec son papa dans le bombardement ukrainien de la plage pour les enfants près de la ville de Zougres dans la région de Donetsk. Toute la famille se trouvait sur la plage, considérée jusque là comme un endroit sûr. La mère d’Ania et sa petite sœur ont survécu. Au total, le bombardement de l’aviation du pouvoir criminel de Kiev, effectué d’après les témoins avec des bombes à sous-munitions interdites par les conventions internationales, a fait 20 victimes dont 3 enfants.

 

 

En 2015 en mémoire à cette tragédie, la célèbre chanteuse russe Ïoulia Tchitcherina qui vient souvent dans le Donbass avec des concerts et pour amener de l’aide humanitaire, a sorti un clip. La chanson du clip est écrite comme de la part de la petite Ania par laquelle celle-ci demanderait aux adultes d’arrêter la guerre qui tue les enfants. “S’il vous plaît, faites que personne ne meurt plus jamais !”

 

Tags : Enfance International Guerre Ukraine Donbass


Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 9 votes
    howakhan howakhan 27 février 13:40

    Salut.. smiley...et smiley

    Cependant pour moi il n’y a pas d’échelle de valeur dans la mort, même si.....

    toute mort criminelle comme pour le cas ici, est due aux soutiens us et ue + ceux qui dirigent réellement ces deux entités bien sur, ceux qui continuent à refuser de cooperer et de partager c’est dire 80% des peuples ..suivez mon regard..oui par là..

    nos sociétés donc nous même qui basons nos vies sur la competition entre tous et donc l’élimination , la guerre, le vol etc sommes les co-auteurs de ce drame et de tous les autres..si si..

    il s’agit de voir les faits , l’origine du pourquoi cette démence humaine et là désolé mais nous n’échapperons pas à cette critique envers soi même. seule première étape pour aller au delà du merdier dans lequel on s’ est fourgué..

    voir cela c’est ouvrir une porte pour changer radicalement car nous ne changerons pas le passé...mais le présent lui il peut l’être de suite si la masse arrête la competition qui élimine.....mais sans voir notre écrasante responsabilité à tous..tout va alors dépendre non pas des moutons humains qui sont irrécupérables si on ne change pas note route et ce que l’on est devenu par trouille de ce que la vie est..mais de quelques élites moins démentes voir éveillées pour redresser la barre de ce désastre planétaire qui dure depuis genre 3000 ans...

    La Russie a ces élites, l’occident absolument pas..


    • 9 votes
      psychorigide Psychorigide 27 février 14:54

      ..... toujours en esprit avec le peuple russe où qu’il se trouve *


      • 1 vote
        tchitchi 27 février 19:11

        Faire de la propagande sur le dos d’enfants, c’est à gerber.


        @howakhan

        quelques élites moins démentes voir éveillées pour redresser la barre de ce désastre planétaire qui dure depuis genre 3000 ans...

        La Russie a ces élites, l’occident absolument pas..

        Vous voulez dire les magnats des énergies fossiles et leurs larbins ? Vous délirez complètement.


        • 9 votes
          Svetlana Kissileva Svetlana Kissileva 27 février 19:48

          @tchitchi Quel bon samaritain que vous êtes ! Le terme la propagande a le bon dos étant devenu un fourre-tout. Si vous êtes vraiment touché par le sort des enfants comme vous le prétendez, faites quelques chose de concret. Par exemple, obligez l’Ukraine d’appliquer les accords de Minsk pour arrêter les massacres des enfants.

          Autrement c’est vous qui êtes un larbin de l’impérialisme étasunien, très cher monsieur.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès