Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Charlie, le nouveau visage de l’intolérance ?

Charlie, le nouveau visage de l’intolérance ?

L’essayiste Michel Drac revient sur les événements de janvier 2015 et analyse le phénomène « Charlie » à partir d’une étude critique du livre d’Emmanuel Todd, Qui est Charlie ?

 

Partie 1 :

 

 

Partie 2 :

 

 

Tags : Société Attentats Emmanuel Todd Charlie Hebdo



Réagissez à l'article

129 réactions à cet article


  • 3 votes
    Constant Danlerreur Constant Danlerreur 8 janvier 11:45

    Encore lui ?

    Décidément vous êtes cruels de vouloir à tout prix assister au viol d’une mouche par sodomie (on la voit clairement tenter d’échapper à son sort à 8 minutes 27 de la première vidéo).

    A moins qu’il s’agisse du début d’une idylle amoureuse entre l’insecte et le gros skinhead d’extrême droite qui doit schlinguer le vieux maroilles à des kilomètres à la ronde, un concurrent du seigneur des mouches, sans doute.


    • 17 votes
      Zatara Zatara 8 janvier 12:47

      @Constant Danlerreur
      Ah l’éventail qui souffle ses logorrhées semi ironique et toujours dans le vent (dans tous les sens smiley du terme). Je t’aurai bien dit de ventiler d’abord ta cervelle mais ça semble déjà trop tard...


    • 5 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 janvier 12:51

      @Constant Danlerreur

      Je vous ai déjà lu en meilleure forme et surtout plus drôle... Un petit coup de fatigue de nouvelle année ?


    • 4 votes
      ZardoZ ZardoZ 8 janvier 20:11

      @GaZ , Un petit coup de lèche pour la nouvelle année, @Constamment dans l’erreur il à toujours été, fatigué aussi.


    • vote
      Constant Danlerreur Constant Danlerreur 10 janvier 22:43

      @Qaspard Delanuit
      Chopé la gastro, ceci expliquant peut être cela smiley


    • 10 votes
      maQiavel maQiavel 8 janvier 13:07

      Son explication du phénomène Charlie est très intéressante. 


      • 3 votes
        Zatara Zatara 8 janvier 14:14

        @maQiavel
        et le biais cognitif des anti conspirationnistes aussi ....2 ème vidéo 30:05


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 8 janvier 15:23

        @Zatara
        Exactement, d’ailleurs il y’a beaucoup de points communs entre les conspi et les anti-conspi, les deux facteurs que cite Michel Drac (peur de remettre en cause ses croyances, peur de la complexité du monde) sont d’ailleurs présent dans ces deux catégories. 

        En ce qui me concerne, je sais à quel point il est facile de tomber dans l’un ou dans l’autre, ça va très vite et on ne s’en rend même pas compte. Oui, j’avoue qu’il m’est arrivé de m’auto-intoxiquer comme le dit Drac (dans le sens conspirationiste, juste après que je découvre les dessous des attentats du 11 septembre) , heureusement, j’ai réussi à remettre en cause cette perception de la réalité, mais ça m’a effrayé de constater que je n’étais pas à l’abri de ces biais cognitifs. Je suis devenu très prudent. 


      • 8 votes
        maQiavel maQiavel 8 janvier 15:31

        La seule façon d’échapper à ces deux catégories, c’est de concilier ouverture et esprit esprit critique : ouverture d’esprit car aucune idée, aucune théorie, aucune explication ne doit être rejetée à priori (le grand défaut des anti-conspi), esprit critique car toute explication doit d’ abord être prise comme une hypothèse (et peut être le rester) soumise à évaluation et comparaison avec d’autres hypothèses (le grand défaut des conspi). 

        Bien entendu, il faut rester dans le factuel, comme le disait Poincare, la pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes. 


      • 2 votes
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 8 janvier 16:06

        @maQiavel
        Faudrait écrire un bouquin : "Comprendre le complotisme pour les Nuls et les muzz"

        .

        Parce qu’en matière d’intoxication, les plus virulents sont issus de la culture musulman, La libre panse est une synthèse de tout ce qu’il ne faut pas être, déjà ni libre ni penseur puisque soumis à un dogme très rigoriste, il s’est aventuré dans des choses que son logiciel rend impossible pour lui de concevoir, d’ailleurs il a tout interprété de travers, de Guénon à Evola derrière le prisme de son dogme cadenassé à triple tour pour la liberté de pensée. Par conséquent, il a tout mélangé et d’ailleurs sa crédibilité depuis sa soraloscopie s’est effondrée en même temps que son audience et heureusement car ce mec est taré. Les plus influençables sont également à chercher du côté des jeunes issus de cette culture, ils ne sont déjà pas cultivés comme pourraient l’être des "petits blancs" puisque l’accès à la culture n’est pas le même pour tout le monde, mais en plus, ils ont une rage victimaire qui facilite les racourcis qui les arrangent, ce n’est jamais de leur faute, si li siouniss. A noter que Soraël tombait dans le panneau des élucubrations bizarres à la x-files, peut être pour ameuter chez lui de la clientèle friande des légendes urbaines qui font peur aux enfants et si il y a des djinns dedans c’est encore mieux.

        .

        C’est tellement embrouillé maintenant que l’on ne peut, si l’on est sincère avec soi même que rester dans le factuel et avancer avec prudence, car nous, qui sommes des puceaux en matière de stratégie militaire, géopolitique ou économique, ne pouvons pas prétendre parce que l’on est au fait de ces choses là que très récemment, internet a 20 ans tout juste, chez nous, on puisse envisager tous les paramètres que nous ignorons, car je ne pense pas qu’à partir de tonnes de documents disponibles sur internet, nous pouvions déduire tous les rouages humains, imprévus, et surtout les infos qu’ils se partagent à huis clos et qui ne se retrouveront jamais sur youtube, alors l’humilité est de reconnaître que nous ne pouvons réagir que d’après des faits, et éventuellement spéculer sur d’éventuelles alliances entre les uns et les autres en regard du passé récent ou d’avoir un aperçu de leurs méthodes de domination au travers de documents "déclassifiés" par les mêmes qui les maintenaient "classifiés" donc ils déclassifient ce qu’ils veulent bien déclassifier, à savoir des trucs d’importance moyenne (méthodes de recherche à la CIA, réseau Gladio de l’OTAN etc...)

        .

        Les théoriciens du complot sont les alliés objectifs ou idiots utiles de ceux qui ont intérêt d’oeuvrer dans l’ombre du grand public, ce qui est normal y compris pour les gens lamdas, il y a du secret partout, c’est en partie pour cela que l’on s’habille en sortant tout en respectant la pudeur des autres, vous n’allez pas exhiber votre femme en vitrine sauf si son plan de carrière est de finir pute dans le red lights d’Amsterdam. Il est logique que lorsqu’on veut qu’une opération réussisse, le moins de gens soit au courant, ça va de l’anniversaire surprise à la déstabilisation d’un gouvernement étranger. Autant dire qu’il y en a des possibilités dans l’éventail des possibles et même si les grosses affaires sont de moins en moins possible à cacher aux yeux du grand public, les infos qui nous parviennent sont de toute manière déformées à des degrés divers, en tous les cas nous n’étions pas sur place pour juger de nos yeux, on a que des témoignages tronqués du type qui a vu le mec qui a vu l’homme qui a vu l’ours, de plus, la rapidité du flux d’informations ne permet pas de raisonner à froid sur un évènement majeur, il est donc obligatoire de laisser filer le temps et d’avoir d’autres éléments qui permettent de fonder des hypothèses spéculatives qui se rapprochent d’une certaine vérité qu’au bout de nombreux mois à partir de l’évènement et je doute fort, c’est pourquoi je n’ai pas confiance en Panamza malgré son apparent sérieux dans l’investigation car je suis convaincu qu’il est impossible de trouver la bonne réponse à partir de ce que l’on trouve sur internet.

        .

        Et surtout, ceux qui cherchent la vérité (les truthers, les débunkers) ne sont qu’une infime minorité en regard de l’extrême majorité des gens qui s’en foutent royalement de la marche du monde comme le dit Drac, sans mépris ni ironie, ils ont une vie à vivre, autre que celle de passer des heures, des jours de mois, des années pour tenter de savoir qui a tué Kennedy, voyez. Donc même si quelqu’un trouvait la vérité après une vie de recherches sur des faits précis, et bien ça ne changera rien car nous serons passé à autre chose depuis longtemps donc la révélation ultime qui fera prendre conscience aux foules qu’il y a un monde autour de leurs nombrils c’est pas pour demain. Alors à quoi bon se prendre le chou dans un travail long et fastidieux en plus de se bousiller la santé physique et mentale à tenter de se mettre dans le cerveau d’un comploteur de haut niveau dont la vie a été de siéger à la tête d’une agence de renseignement quelconque, nous serions de toute façon loin du compte d’approcher les vrais tenants et aboutissants d’affaires qui nous dépassent tous, ou alors faudrait s’appeler Dieu (tout court).



      • 5 votes
        ZardoZ ZardoZ 8 janvier 20:19

        @jaCouille qui écrit : Je suis devenu très prudent. C’est un euphémisme !

        Le pauvre jaCouillet est effrayé de tomber du côté obscur, lui qui arrivait avec grandes peines à ressentir une vague chaleur dans les paumes de ses mains et qui se voyait déjà , non pas en haut de l’affiche, faut pas déconner non plus, mais avec un embryon de force qui faisait sa fierté. smiley


      • 4 votes
        ZardoZ ZardoZ 8 janvier 20:24

        @Gaston La Baffe ZzzzzzzzzzzzZZZZZZZZzzzzzzzzz, blablablabla ; ZzzzzzzzzzzzZZZZZZZzzzzzzz.

        C’est li souiniss ispéce de connard


      • 3 votes
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 8 janvier 21:35

        @ZardoZ
        Maybe ZardoZ, maybe, mais même quand je ronfle j’ai infiniment plus de talent que toi pour amuser la piétaille smiley

        Et puis on dit ispice di counasse, grand fou fan de Canal+ jusque dans la tombe, méfie toi, Gaccio risque de te facturer des droits d’auteur, auteur nul, mais auteur quand même, merde !


      • 5 votes
        ZardoZ ZardoZ 8 janvier 22:44

        @Gaston La Baffe, un mix pour ta pomme, toujours entrain de la ramener avec "li souiniss" tu m’en fais un beau de sioniste à la solde de tes potes les crochus.


      • 2 votes
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 9 janvier 01:29

        @ZardoZ
        Oh, si mon père Franquin te lisait, il en aurait des idées noires, de quoi dessiner un tome 3...

        .

        Moi siouniss ? You’re talking toumi ? Nike sa reum comment ki m’cause le tarloze là, z’y vas, nike ta reum sur la chatte à ton grand père comment y m’parle le bouffon en string rouge là, t’as vu comme t’es gaulé la tapette à sa bistoukette là, z’y vas t’as vu, espèce de sarko en tutu roze là ? Pis tes gros flingues en plastok ils te servent à te curer les narines jusqu’à l’overdose zardoz ? Yo, t’as vu la punchline de sa race là gros ? Z’y vas j’t’attends bouffon va ! Viens k’je t’prenne en tournante avec mes frères, cousin, allez ramène ta fraise gros naze de zardoz payé par georges soroz de la banlieu moroze de mel roz place, va, viens que je t’élargisse le fion, cousin, z’y vas viens ! Si z’y vas viens, c’est zivamine, bouffon va !


      • 4 votes
        ZardoZ ZardoZ 9 janvier 09:35

        Je suis Corse @Gaston La Baffe, alors ton cirque va le faire dans ton quartier de rebeux et de feudjs. Je vois que tu es super entrainé, remarque pas besoin d’entrainement en fait, tu es tombé dedans étant petit.

        Encore un juif arabe, vrai sémite celui là. C’est vrai qu’au FN new look, ils servent de paravent.


      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 janvier 13:26

        @maQiavel
        "Bien entendu, il faut rester dans le factuel, comme le disait Poincare, la pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes."


        Dans les discussions sur les forums, les faits sont plutôt utilisés comme des garnitures des cases idéologiques déjà présentes ; et quand un fait carré n’entre pas dans une case ronde, c’est pas grave, on tape avec un marteau jusqu’à ce que ça entre quand même !  smiley


      • 1 vote
        yoananda yoananda 10 janvier 12:42

        @maQiavel
        "La seule façon d’échapper à ces deux catégories, c’est de concilier ouverture et esprit esprit critique"

        bof. ces deux biais concernent surtout les gens qui ne sont pas dans le réel. Il suffit d’être dans le réel pour y échapper.

        beaucoup de monde est dans "le réel" à cause de leur travail, mais ça exclue certains corps de métier : fonctionnaires/universitaires/économistes/penseurs/écrivains, etc...

        Bien sûr, tout le monde est dans le "réel" en définitive, mais selon les difficultés qu’on doit résoudre, selon le niveau de stress qu’on subit.

        exemple1 : le niveau de stress d’un fonctionnaire qui ne peut pas perdre son emplois ne sera jamais équivalent à celui d’un quinquagénaire du privé qui sait que s’il perds son emplois il est fini

        exemple2 : le niveau de stress d’un agriculteur qui sait qu’il ne s’occupe pas de son champ, il n’aura pas de récolte, n’est pas le même que celui d’un universitaire qui sait que si son étude n’aboutit pas, il aura moins de reconnaissance que son voisin.

        etc...

        En fonction de ces niveaux de stress sur les conséquences de nos actes, on est plus ou moins dans le réel.

        Moins on est dans le réel, et plus les biais cognitifs s’activent et plus on doit faire un effort intellectuel pour échapper à leur emprise.

        Ceci dit, aujourd’hui, la population qui est "dans le réel" n’est pas forcément majoritaire.


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 janvier 12:54

        @yoananda

        Bon, c’est pas entièrement faux mais le paysan qui est dans la réalité de son champ n’est pas forcément dans la réalité des transactions économiques internationales, qu’il subit pourtant sans en comprendre les mécanismes en coulisses. Et s’il regarde un peu la télévision, il est manipulable comme le fonctionnaire sur tout ce qui échappe à son rayon d’investigation directe. 


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 13:50

        @yoananda
        Bof, je bosse dans le privé et je ne crois pas être plus dans le réel qu’un fonctionnaire, nous vivons simplement des réalités différentes. Vivre dans le réel, ça ne veut rien dire, nous avons tous nos réalités... 

        Et je pense que personne à priori ne peut échapper à ces deux biais, il faut faire des efforts... 


      • vote
        yoananda yoananda 10 janvier 13:53

        @Qaspard Delanuit
        Oui, et je vais développer ma réflexion, je me rends compte que je suis resté un peu au milieu du gué.

        Qu’entends-je par "réel". On ne peut pas définir le réel, mais on peut le ressentir. Je pose comme axiome que c’est le réel qui impose un niveau de stress collectif. Ce stress est ensuite "réparti" selon la manière dont la société s’organise.

        On parle toujours des inégalités de richesse, mais on oublie les inégalités de stress.

        Pour simplifier, je vais parler des corps de métier, et non pas des individus. Je parle "en moyenne". Chacun essaye de diminuer son stress. Mais, comme il faut bien que chacun se spécialise dans une tâche ou un autre, certains profitent de ce qu’on nomme en économie des "externalités". Pour donner un exemple rudimentaire moyen-ageux : "je me spécialise en guerrier et je protège tes champs des pillards, tu te spécialise en agriculteur et tu me nourris". Je ne rentre pas dans les détails, chacun peut voir que le guerrier et l’agriculteur ont chacun un stress différent. Mais, en temps normal, le stress du guerrier est plus important, car il joue sa vie. Se faire agresser par un champ de patates est plus rare. L’agriculteur a donc externalisé un partie de son stress.

        Par couches successives, certains ont externalisés de plus en plus de stress. Le fonctionnaire est de ceux la. Il externalise la fonction de protection guerrière, il externalise le conflit social via le politicien qu’il élit, etc...

        Au final, et quelque part, c’est tant mieux pour lui, il est préservé de nombreux stress. Non pas parce que le monde n’est pas stressant par nature, mais parce qu’il a réussi à externaliser ce stress. Il n’est donc plus en contact avec le réel. Le fonctionnaire n’est pas 100% préservé, il doit quand même produire de l’organisation, même s’il ne produit pas des biens tangible.

        Dans l’absolu, ce n’est pas une mauvaise chose. Prenez un (autre exemple simpliste mais parlant) Da Vinci ou un autre : il est tellement génial qu’un mécène vient le donner tout l’argent qu’il désire, il le protège du stress en échange, il produit des inventions.

        Je ne suis pas en train de dire que c’est une mauvaise chose que certains soient préservés du stress plus que d’autres.

        MAIS, ce que je dis, c’est que ça débouche sur des biais cognitifs particuliers. L’un d’eux, c’est les conspirationite, ou l’inverse, l’anti-conspirationite. Ce sont des sujets qui, à la base, concernent des individus qui ont :

        * le temps de se poser des question et de chercher des réponses

        * qui n’ont pas des réponses immédiates par le feedback du "réel", c’est à dire, la difficulté de vivre

        La plupart des gens "normaux" (c’est à dire pas sur-protégés du réels) sont "naturellement" modérés vis à vis de la conspiration. Le bon sens populaire si vous voulez.

        Pas besoin pour eux de concilier ouverture d’esprit critique, ou alors, ils le font parce que c’est ce qu’ils sont. Mais ce n’est pas un besoin, un truc à développer.


      • vote
        yoananda yoananda 10 janvier 13:56

        @maQiavel
        " je bosse dans le privé et je ne crois pas être plus dans le réel qu’un fonctionnaire, nous vivons simplement des réalités différentes. Vivre dans le réel, ça ne veut rien dire, nous avons tous nos réalités"

        typique de quelqu’un qui ne vit pas dans le réel. Il crois que le mot "réel" est un concept abstrait universel et relatif. cf mon commentaire au dessus pour la définition du réel.


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 13:59

        @yoananda
        typique de quelqu’un qui ne vit pas dans le réel.


        Mince alors, je vis dans l’irréel... smiley


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 janvier 14:08

        @maQiavel
        "Mince alors, je vis dans l’irréel..."

        Quel temps fait-il là-bas ?  smiley


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 janvier 14:09

        Bon, en même temps, la Belgique est-elle vraiment un pays réel ? C’est un peu la Syldavie.  smiley


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 14:11

        @Qaspard Delanuit
        -Quel temps fait-il là-bas ?  

        Le climat est sur-realiste... smiley


      • vote
        yoananda yoananda 10 janvier 14:12

        @maQiavel
        oui parce que même sans connaître ta vie personne, avec ce que je vois ici : tu es trop intelligent, dans ton cas particulier. Cette intelligence, même dans le privé, dans le contexte de la société actuelle, est un atout énorme, une inégalité terrible, qui te préserve de plusieurs formes de stress, et donc du "réel".

        Il peut y avoir plein d’autres facteurs que j’ignore et qui te préservent. Bien sûr, comme personne, tu n’es pas 100% préservé non plus, ce n’est pas ce que je dis.


      • vote
        yoananda yoananda 10 janvier 14:17

        @yoananda
        justement, la météo : pour prendre un exemple très prosaïque : le gars qui va bosser en voiture est plus préservé du "réel" (du stress) que le gars qui y va en vélo (qui lui est confronté aux aléa météo) ou au gars qui y va en métro (qui lui est confronté au stress des transports en commun) ou celui qui peut se payer un chauffeur.

        La vie de chacun, le quotidien nous confronte à un niveau de stress "moyen". Et on n’est pas tous logés à la même enseigne.

        Cela implique 2 choses importantes : on a tous des biais cognitifs qui dépendent de notre niveau de stress. Certains s’activent a haut niveau, et d’autres à bas niveau. C’est un peu symétrique. On est tous inégalement lotis en terme de stress : comme on le disait sur un autre thread à propos de Krisnamurti : celui qui a faim ne va pas se poser le question de l’éveil.

        C’est un facteur sociologique de première importance.


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 14:19

        @yoananda
        tu es trop intelligent, dans ton cas particulier

        C’est très gentil et je sais que tu ne dis pas ça pour être sympa mais pour avancer tes arguments mais je confirme : tu ne me connais pas. smiley

        Peut-être qu’en me connaissant mieux, tu te dirais "mais qu’il est con celui-là " smiley


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 14:23

        @yoananda
        Blague à part, je comprends ce que tu veux dire, c’est peut-être le terme "réalité "qui n’est pas adéquat dans ta description. 


      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 janvier 14:25

        Je comprends ce que veux dire Yonanda. Il ne développe pas un point de vue philosophique sur le réel, il ne s’agit pas de ça. 

        Un prof fonctionnaire par exemple, ne sait presque jamais combien il coûte vraiment, il n’a aucune nécessité de résultat ou selon des critères qui flottent dans l’azur administratif , il ne sait pas combien coûte le chauffage de sa salle de cours, il ne sait pas combien coûte le bâtiment (qu reste inoccupé et chauffé la plupart du temps), il ne sais pas combien coûte l’assurance du bâtiment, il ne saurait pas ouvrir la porte sans le concierge, il ne saurait pas remettre la chaudière de l’école en route, etc. Le paysan est obligé de savoir tout faire lui-même, au moins un peu. Le fonctionnaire ne touche le réel qu’à travers une série de tampons assez épais. Même s’il peut bien sûr tomber malade comme tout le monde (mais avec une mutuelle fonctionnaire-enseignant assez confortable quand même). 


      • vote
        yoananda yoananda 10 janvier 15:17

        @Qaspard Delanuit et @maQiavel

        Merci Qaspard, c’est bien ce que j’essaye d’exprimer.

        "c’est peut-être le terme "réalité "qui n’est pas adéquat dans ta description. "

        Oui, très probablement. Mais en fait j’ai réalisé une chose. Quand je parle de "réel" avec des gens qui sont dans le "réel", ils comprennent ce que je veux dire ... lol, les autres non ...

        Si tu as un meilleur mot, je veux bien, mais saches que les gens dans le réel ne se pose pas la question de savoir si le mot est idéalement choisi, du moment qu’ils se comprennent. Parce qu’ils n’ont pas le temps de cerveau disponible pour pinailler smiley [je dis ça sans animosité]


      • vote
        Ozi Ozi 10 janvier 16:55

        @yoananda :"Quand je parle de "réel" avec des gens qui sont dans le "réel", ils comprennent ce que je veux dire ... lol, les autres non"
        .

        Corrigeons : "Quand je parle de ma conception du réel avec des gens qui ont la même conception du réel, ils me comprennent"..

        .

        Conception du réel qui semble pâtir d’un manque de temps et qui semble basée uniquement sur le labor (alors que sa nécessité se fait nettement moindre ---> progrès technologique).

        .

        Toi et les gens de ta réalité devriez militer pour un revenu de base, vous y gagneriez enfin du temps ----> une ouverture d’esprit -----> une conception beaucoup plus élargie du "réel" ... et puis ce n’est que justice..

         smiley


      • vote
        maQiavel maQiavel 10 janvier 16:57

        @yoananda
        Je n’ai pas de meilleur mot, c’est à toi de le trouver. 

        Deux questions :

        Est-ce que toi tu considère vivre dans ce "réel " tel que tu le decris ?

        Au regard du contenu que tu donnes à ce mot, ne peut on pas conclure que les personnes vivant dans les pays développés (mauvais terme aussi mais tu comprends) comme nous tous en occident, ne vivent pas dans le réel contrairement aux personnes vivant dans les pays du Tiers-Monde qui ont eux un niveau de stress incomparable ?


      • 6 votes
        Claire29 Claire29 8 janvier 15:12
        Nous assistons en effet à un besoin de religion qui s’est exprimé le 11 janvier 2015 et depuis avec l’émergence d’une nouvelle religion d’Etat !
        La France "fille aînée de l’Eglise",puis "pays des droits de l’Homme" cette France laïcarde a trouvé sa nouvelle religion,avec ses fidèles célèbres ou inconnus,ses prêtres à la tête de l’Etat,ses apôtres plus ou moins fanatiques et sectaires,on apprend par exemple que Johnny Hallyday n’est pas le bienvenu à la cérémonie de commémoration et de ferveur dimanche à 10h30 place de la République !
        Est-ce qu’elle sera retransmise sur France 2 à la place de la messe du dimanche ?
        Au secours,la France s’est convertie au charlisme !

        • 1 vote
          Croa Croa 9 janvier 12:36

          À Claire29,

          L’État se place assez mal comme religion virtuelle, d’autant que les sentiments nationalistes sont aussi mal vus à notre époque. L’idéologie dominante est plutôt scientiste et élitiste, ce qui permet d’y intégrer nos pantins, ce qui est bien pratique et la télé a depuis belle lurette remplacé la messe. C’est d’ailleurs la télé qui peut décréter un défilé Charlie et pas vraiment nos pantins.


        • vote
          Claire29 Claire29 9 janvier 16:30

          @Croa,

           "Une religion d’État est une religion officiellement adoptée par un État" Wikipédia,

          Hollande,maintenant "Père de la nation"d’après les commentateurs,représente l’Etat quand il inaugure des plaques avec les noms des victimes, quand il vient prêcher la bonne parole dans toutes ces commémorations et ces cérémonies officielles !

          4 millions de personnes le 11 janvier 2015,la majorité affichant "Je suis Charlie", le slogan est encore là un an après,dans ces rassemblements qui ressemblent de plus en plus à des pèlerinages,ça n’a rien de virtuel !

          Bientôt,ils remplaceront "Je suis Charlie" par "Je suis charliste " ! 



        • vote
          Claire29 Claire29 10 janvier 11:59

          @Claire29

          La messe du dimanche qui devait être retransmise de la cathédrale Sainte-Léonce à Fréjus,prédicateur : le père Thierry Lamboley,jésuite a bien été remplacée par la retransmission de la cérémonie "La République se recueille" place de la République avec le prédicateur "Père de la nation" Hollande en grande conversation avec Johnny Halliday et sa femme ! 

          Qu’en pensent les catholiques pratiquants ?


        • 1 vote
          pegase pegase 11 janvier 13:36

          @Claire29

          Qu’ils sont parfaitement ridicules, le plus marrant c’est la prise de son ajustée pour s’aligner avec la raisonnance d’une cathédrale, Hollande semble se prendre pour le Pape de la république s’adressant à ses fidèles .. franchement c’est pas écoutable ..


        • vote
          Claire29 Claire29 12 janvier 17:51

          @pegase,

          Hollande,pape de la République,ça lui va comme un gant,je l’imagine célébrer les cérémonies de commémoration coiffé de la tiare ! 

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zatara

Zatara
Voir ses articles







Palmarès