• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Conférence : "1789, coup d’Etat maçonnique"

Conférence : "1789, coup d’Etat maçonnique"

Conférence donnée le vendredi 28 avril à Ille-sur-Têt.

 

Source

 

Tags : France Histoire Franc-maçonnerie



Réagissez à l'article

6 réactions à cet article



    • 1 vote
      jeanpiètre jeanpiètre 22 mai 17:42

      et oui , les francs maçons ont chassé d’autres sagouins, qui s’appuyaient sur la force et la superstition pour confisquer tout pouvoir en prétendant accomplir la volonté d’une entité imaginaire et tyrannique.

      Et alors ?



      • 3 votes
        ffi 23 mai 20:39

        @jeanpiètre
        Des sagouins accomplissant la volonté d’une entité tyrannique, qui créèrent les écoles, les collèges, les lycées, les universités, les hospices et les hôpitaux, qui organisèrent le soutien aux vieux travailleurs, aux veuves et des orphelins, qui construisirent des moulins, des fours à pains, des greniers et des ponts, qui asséchèrent les marais et défrichèrent les terres... Faisant du pays l’un des plus prospère du monde...

         

        « Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » [Jean 10.11]

         

        Tout pays aura de toute façon des élites pour mener le peuple. Encore faut-il que celles-ci soient bonnes.

        Or, avec les millions de paysans français exterminés sous la révolution, ou pendant la première guerre mondiale, on voit bien que ce fut dorénavant aux brebis de donner leur vie pour sauver leur berger. « Aux armes citoyens ! »...


      • 1 vote
        jeanpiètre jeanpiètre 24 mai 09:44

        @ffi
        ah ? le pouvoir pseudo catholique n’a pas massacré ? , la république maçonnique n’a pas créé la défunte méritocratie ?

        tout pouvoir est corrupteur , qu’il soit sous l’égide des lumières ou de l’adoration d’une hypothétique entité supérieure


      • 2 votes
        ffi 25 mai 00:14

        @jeanpiètre
        Le Christianisme aurait-il massacré autant en 2 millénaires que la République en 2 siècles ? Non, même pas. 10 fois moins, en 10 fois plus de temps, peut-être.

        Certes, tout pouvoir pousse à abuser. Mais l’homme de pouvoir, rendu conscient de son imperfection originelle, en est-il au moins un peu plus conscient. Louis XIV, au seuil de sa mort, ne déclarait-il pas : « J’ai trop aimé faire la guerre » ? Certes, c’était bien tard. Mais cela restera à la postérité. Quant à l’homme de Pouvoir disciple de Rousseau, pour qui l’homme est naturellement bon... Quelle prise de conscience ? Les adorateurs de Robespierre n’en montrèrent guère.

        Tu pourrais écouter « le sermon sur l’ambition » de Bossuet.

        Considère que ce symbole - que tu y crois ou pas, telle n’est pas la question - du berger qui se sacrifie pour ses brebis ; du chef qui se sacrifie pour ses sujets ; du maître qui lave les pieds de ses disciples - ça donne une certaine mentalité aux élites, un sens du service, que l’on trouvera pas chez les idéologues républicains, qui peuvent se servir sans interdit.

        Réfléchit à ce symbole :

        10 »En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas dans l’enclos des brebis par la porte mais s’y introduit par un autre endroit est un voleur et un brigand.

        2 Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis.

        3 Le gardien lui ouvre et les brebis écoutent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent et il les conduit dehors.

        4 Lorsqu’il les a [toutes] fait sortir, il marche devant elles et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.

        5 Elles ne suivront pas un étranger, mais elles fuiront au contraire loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. »

        6 Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait.

        7 Jésus leur dit encore : « En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.

        8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands, mais les brebis ne les ont pas écoutés.

        9 C’est moi qui suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira, et il trouvera de quoi se nourrir.

        10 Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance.

        11 »Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.

        12 Le simple salarié, quant à lui, n’est pas le berger et les brebis ne lui appartiennent pas. Lorsqu’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et prend la fuite ; alors le loup s’en empare et les disperse.

        13 [Le simple salarié s’enfuit] car il travaille pour de l’argent et ne se soucie pas des brebis.

        14 Moi, je suis le bon berger. Je connais mes brebis et elles me connaissent,

        15 tout comme le Père me connaît et comme je connais le Père. Je donne ma vie pour mes brebis.

        16 J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les amène ; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

        17 Le Père m’aime, parce que je donne ma vie pour la reprendre ensuite.

        18 Personne ne me l’enlève, mais je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner et j’ai le pouvoir de la reprendre. Tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. »


      • vote
        baleti baleti 23 mai 23:38

        Les francs maçons ne sont que les apprentis "sorcier"

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès