Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De la révolution, par Éric Guéguen

De la révolution, par Éric Guéguen

Voici à nouveau une vidéo de notre ami Éric Guéguen consacrée cette fois-ci au thème de la révolution.

 

Passionnant exposé qui, encore une fois, devrait faire débat

 

 

Tags : Politique Société Citoyenneté Culture



Réagissez à l'article

59 réactions à cet article


  • 4 votes
    Constant Danlerreur Constant Danlerreur 12 novembre 2015 15:59

    Titre passionnant, prometteur, percutant, enivrant, qui fait rêver, De La Révolution convient bien à l’état d’esprit général qui règne sur la planète contemporaine et rappelle l’avênement des Lumières qui ont fait de notre beau pays la patrie des droits de l’homme. La prochaine fois j’essaierais de comprendre comment lancer la vidéo pour en dire plus.


    • 6 votes
      medialter medialter 12 novembre 2015 16:46

      @Constant Danlerreur
      "rappelle l’avênement des Lumières qui ont fait de notre beau pays la patrie des droits de l’homme"

      J’espère que c’est du second degré, parce que sinon, c’est du niveau du 15° sous-sol, valant bien la laisse d’or du journaliste le plus servile attribuée à Pujadas


    • 1 vote
      Le Sudiste Le Sudiste 12 novembre 2015 23:19

      @Constant Danlerreur
      où ai-je vu un tel pseudo ? Chez les rouges ?


    • 3 votes
      Gollum Gollum 12 novembre 2015 16:09

      Limpide. 100% d’accord.


      J’ai particulièrement apprécié le fait que le travail et sa valorisation soit un des éléments du monde moderne tout comme le travail de l’esprit soit dévalué par ce même monde moderne..

      Pas d’égalité chez l’homme. Bon. On attend ceux qui sont pas d’accord. smiley

      De même l’individu n’a de sens et ne se réalise que dans le collectif. On est loin de la dichotomie moderne qui a entrainé d’un côté une sur-valorisation de l’individu, mais détaché de tout lien avec l’autre et enfermé dans son égoïsme jouisseur, et dont le modèle sociétal est les USA, et de l’autre côté une sur-valorisation du collectif mais sans valorisation aucune de l’individu et dont le modèle sociétal est l’ancienne URSS et tout modèle s’en approchant…

      Ces deux contraires polaires étant d’accord par contre sur le matérialisme, vécu sur un plan doctrinal à l’est et vécu sur un plan immédiat et concret à l’ouest. De même que sur l’idéologie du progrès véhiculé par les Lumières…

      Il ne rest à ces contraires polaires plus qu’à s’épouser en intégrant ce qui leur manque à tous les deux, c’est-à-dire l’esprit : une révolution à faire, la seule et véritable.. smiley

      • vote
        maQiavel maQiavel 12 novembre 2015 18:20

        @Gollum
        "Pas d’égalité chez l’homme.Bon, on attend ceux qui sont pas d’accord. "

        Cela dépend dans quel domaine, par exemple j’ai la même taille que mon frère, dans ce cas, l’égalité existe. Maintenant s’il s’agit de dire que les hommes ne sont pas égaux en tout, je suis bien d’accord, nous sommes tous différents les uns des autres. 

        En terme d’organisation sociale, il faut de l’égalité en certaines choses mais il ne faut pas de l’égalité en toute chose. L’egalitarisme (la recherche d’égalité en toute chose) est aussi pernicieux que l’inegalitarisme (la recherche d’inégalités en toute chose), ce sont deux postures idéologiques extrêmes qui sont dangereuses... 


      • vote
        Joe Chip Joe Chip 13 novembre 2015 20:54

        @Gollum

        Le modèle sociétal américain est celui de la réussite individuelle plus que de l’égoïsme jouisseur. C’est un peu simple de réduire le monde moderne au libéralisme (ou au marché) et de réduire le libéralisme à une quête effrénée de jouissances égoïstes ou au totalitarisme moderne. En fait il y a deux pôles du libéralisme qui s’opposent tout en se complétant depuis le XVIIIème siècle : le premier, plutôt romantique, européen et rousseauiste, attribue une valeur unique et essentielle à l’individu qui doit trouver sa vérité à l’intérieur de lui-même et jusque dans l’opposition à la société, le second, plutôt constructiviste et américain, assigne au contraire à l’individu la responsabilité de se construire positivement en fonction de la société, à trouver sa place au sein de la communauté par le travail. C’est précisément la tension entre ces deux modèles qui définit la modernité.


      • 27 votes
        medialter medialter 12 novembre 2015 16:35

        Inattendue cette introduction où Gueguen se prend pour un paillasson, et c’est qu’il semble y prendre goût smiley (oui, je sais, elle était facile, mais c’était plus fort que moi)
        *
        Sinon intervention bien moins mauvaise que d’habitude, la conception de la révolution consistant à rechercher à quelles valeurs anciennes il faut revenir me semble excellente (si, si, Gueguen, je sais aussi complimenter, il n’y a pas d’éloge flatteur sans liberté de blâmer - j’attendrai une autre occasion pour le petit coin turc). Reste toutefois à s’accorder sur la qualité des valeurs à choisir, cette perspective de retour aux anciennes valeurs, quelle qu’elle soit, fera grincer des dents tous les démocrates et empêchera toute rupture, en ce sens la démocratie est une conspiration de génie dans sa propension à installer un éternel status quo sur le nivellement par le bas.
        *
        En revanche je suis aux antipodes du concept de l’individualité vue comme une finalité. Contrairement aux propos de Sartre, que je considère comme un décadent absolu, je pense que l’essence précède l’existence. Les prédispositions de l’individu (Dharma dans l’Inde ancienne) sont les axiomes ou les invariants à partir desquels tout système politique doit se construire. La finalité est la communauté, qui doit se définir selon la diversité (en ce sens bien d’accord sur le principe inégalitaire). L’individu comme primauté, à ne pas toucher, la communauté comme finalité à construire
        *
        Je ne suis d’ailleurs même pas sûr qu’il puisse exister un système politique viable selon cette construction. Le Mahabharata irait dans mon sens (ou plutôt moi dans le sien). Dans l’attente qu’un tel système puisse se construire, à supposer que cela soit possible (et si ça l’est ce ne sera pas avant des siècles voire des millénaires), l’objectif de l’individu est de conserver sa nature profonde, même envers et contre tous, le cas échéant, même au prix de la mort. Toute concession de ses tripes, tout compromis fait au système est probablement la pire chose qui puisse arriver à un individu, vendre son âme à la déchéance courante est une abomination. Sachant que les compromis de façade sont recommandés (c’est toute la philosophie d’Ernst Junger), que l’otage n’oublie jamais qu’il a un flingue sur la tempe tenu par le système (et ses suppôts).


        • 1 vote
          mehdite mehdite 12 novembre 2015 16:55

          @medialter

          "...l’objectif de l’individu est de conserver sa nature profonde, même envers et contre tous, le cas échéant, même au prix de la mort. Toute concession de ses tripes, tout compromis fait au système est probablement la pire chose qui puisse arriver à un individu..."

          yeaah ! ça , ça déchire !

          C’est là que je vois la différence fondamentale entre Med et Gollum , au-delà des mots . La vibration n’est pas la même ! Cette énergie courroucée nécessaire à tout processus alchimique ... sans parler de l’absence totale d’attachement à l’égard du regard d’autrui ... loin du par-être de nos laudateurs habituels .


        • 2 votes
          medialter medialter 12 novembre 2015 17:15

          @mehdite
          Gollum, c’est le prêtre qui n’a toujours pas capté que la religion, c’est la matrice smiley


        • 6 votes
          medialter medialter 12 novembre 2015 17:24

          @Wjöllnird
          Emiliano, les vrais trolls ont tous dépassé le stade anal ("buuuuuuuurrrpppppp votez marine prouuuutt les zarrrabes burrrrppp").


        • 2 votes
          mehdite mehdite 12 novembre 2015 17:24

          @medialter

          Gollum, c’est le p(a)rêtre qui n’a toujours pas capté que le regard d’autrui, c’est la matrice smiley


        • 5 votes
          Rounga Rounga 12 novembre 2015 18:19

          @medialter
          Sinon intervention bien moins mauvaise que d’habitude

          Félicitations Eric ! A ce rythme là, si vous continuez à faire des vidéos encore moins mauvaises les unes que les autres, medialter commencera peut-être enfin à ne plus vous considérer comme un vermisseau que nous sommes tous en comparaison de sa grandeur d’esprit. Courage, vous êtes sur la bonne voie !


        • 2 votes
          medialter medialter 12 novembre 2015 19:13

          @Wjöllnird
          Emiliano qui me colle +18 en quelques minutes smiley Mais oui, je sais, quand le troll de caniveau ne marche plus, ça change de bac à sable. On sait que tu maîtrises les VPN, je me souviens du +36 que t’avais mis à Gollum, franchement t’aurais pu me mettre plus qu’à lui smiley


        • 1 vote
          medialter medialter 12 novembre 2015 19:16

          +25 maintenant, soit +7 en 2 mn, c’est pas mal, à moins de +40 tu m’interesses pas


        • vote
          maQiavel maQiavel 12 novembre 2015 20:24

          -La finalité est la communauté, qui doit se définir selon la diversité (en ce sens bien d’accord sur le principe inégalitaire). L’individu comme primauté, à ne pas toucher, la communauté comme finalité à construire

          ------> Je suis presque totalement d’ accord avec medialter   smiley

          C’est ce que j’ai tenté d’exprimer dans mon article « concernant l’individualisme  » lorsque j’ai parlé d’unité dans la diversité.

          Je dis presque car médialter parle de principe inégalitaire, là-dessus, je m’éloigne de lui pour parler de principe différentialiste.

          La hiérarchie politico-économique avec la relation commandement obéissance s’appuyant sur la coercition fait partie selon moi des facteurs qui violent la nature profonde de l’individu pour en faire une chose au service de quelques uns , au service du système.

          -Je ne suis d’ailleurs même pas sûr qu’il puisse exister un système politique viable selon cette construction.

          ------> Il ne faut pas rechercher un tel modèle dans les civilisations avec leurs sociétés complexes de milliers voir de millions d’habitants, ce qui s’en éloigne peut être le moins est à regarder du coté des communautés primitives de quelques dizaines d’individus.

          De ce point de vue, l’émergence de la civilisation est une terrible dégénérescence. 


        • vote
          medialter medialter 12 novembre 2015 21:03

          @maQiavel
          "Je dis presque car médialter parle de principe inégalitaire, là-dessus, je m’éloigne de lui pour parler de principe différentialiste."

          *

          N’est-ce pas là un simple artifice sémantique pour rester coller à un principe irrémédiablement humaniste (oserais-je le terme gauchiste smiley ) ? S’il existe effectivement des catégories d’individus très doués dans des domaines qui leur sont propres, pour lesquels il n’y aurait aucun sens à les comparer (comme par exemple un champion d’échecs et une puéricultrice passionnée), comme on ne peux pas comparer une tomate et une courgette, il existe aussi d’immenses catégories d’individus bons à rien, voire mauvais en tout, qui illustreraient à merveille un principe inégalitaire.

          *

          "ce qui s’en éloigne peut être le moins est à regarder du coté des communautés primitives de quelques dizaines d’individus"

          *

          Bien d’accord là dessus, c’est bien pour ça que j’ai toujours trouvé toute recherche politique illusoire, y compris la politique du moindre mal comme tu le fais, car l’ordre de grandeur qui les séparerait d’une organisation plus "traditionnelle" resterait toujours abyssal. Je pense même qu’actuellement n’importe quel système politique pourrait convenir, y compris le plus pourri (bien qu’il soit difficile de trouver plus pourri que le nôtre), en raison de la pression induite pour que l’individu perçoive et réalise la primauté de sa nature, devant la perspective absolument abominable que lui laisse entrevoir la civilisation.


        • 2 votes
          philouie 12 novembre 2015 21:37

          @medialter
          L’individu comme primauté, à ne pas toucher, la communauté comme finalité à construire.

           ?????

          ce qui est premier, c’est la meute dans laquelle l’individu est aliéné.

          il n’y a pas d’individu sans la désaliénation.

          Donc le mettre en premier alors qu’il n’existe pas n’a pas de sens.

          Par contre l’individu désaliéné peut réordonner la meute et en faire société, par exemple.


        • vote
          maQiavel maQiavel 12 novembre 2015 21:52

          @medialter

          -c’est bien pour ça que j’ai toujours trouvé toute recherche politique illusoire, y compris la politique du moindre mal comme tu le faiscar l’ordre de grandeur qui les séparerait d’une organisation plus "traditionnelle" resterait toujours abyssal.

          J’ai tout à fait compris. Disons que pour moi, il faut continuer à vivre, et tant qu’ à faire , le faire de la moins mauvaise façon possible. Si j’avais un cancer, je souhaiterai qu’il me fasse le moins mal possible même si l’ordre de grandeur sur l’échelle de la douleur qui me séparerait d’ un homme en bonne santé sur l’ échelle de la douleur serait abyssal , je me battrai jusqu’ au bout , c’ est une question de personnalité je crois , difficile de me dégouter au point de me faire abandonner.

          la pression induite pour que l’individu perçoive et réalise la primauté de sa nature, devant la perspective absolument abominable que lui laisse entrevoir la civilisation.

          Je comprend ce que tu dis, en gros , toute tentative d’ accommodement à la civilisation est en réalité le pire , il y’ a une logique derrière même si je pense autrement.


        • vote
          maQiavel maQiavel 12 novembre 2015 21:52

          @medialter

          -N’est-ce pas là un simple artifice sémantique pour rester coller à un principe irrémédiablement humaniste 

          ------> Artifice sémantique peut être mais qui dénote tout de même d’une certaine différence de représentation.

          Si une communauté se conçoit par ses membres comme la finalité mais dans le respect des différences naturelles entre les individus (sinon elle devient monstrueuse), je ne dirai pas qu’une telle communauté est inégalitaire mais différentialiste puisque le but n’est pas de construire des inégalités mais de préserver les différences (qui peuvent éventuellement dans un domaine ou dans un autre se traduire en inégalité).

          Et surtout, dans les communautés primitives caractérisées caractérisé par leur fixité, les différences de force, d’ingéniosité etc. qui existent naturellement entre les individus restent ce qu’elles sont (ou alors donnent naissance à des inégalités sociales très anecdotique).

          C’est l’état civilisationnel régit par une logique expansive et cumulative, constitué de conflits, de rivalités et de changements permanents, en d’autres termes régit par le désordre qui transforme les différences naturelles en inégalités sociales.

          -il existe aussi d’immenses catégories d’individus bons à rien, voire mauvais en tout, qui illustreraient à merveille un principe inégalitaire.

          ------> Je n’y crois pas trop. smiley

          En vérité, et c’est là une grosse différence entre nous, je ne crois pas que les différences de capacités naturelles soient si grande que cela, je ne crois pas en l’existence d’humanité à plusieurs vitesses, avec d’ un coté des dieux et de l’autre des larves abjectes.

          Oui, il existe des différences de capacités naturelles, je veux bien supposer que les capacités naturelles d’Usain bolt à la course soient supérieure aux miennes mais sans avoir suivi aucun entrainement, j’arrivais il y’ a 3 ans à courir le 100 m en 12 et des poussières, ce n’est que 2 secondes et demi du records d’Usain Bolt. Même un obèse pourrait courir le 100 m en 25 secondes, ce n’est que 15 secondes de différences, c’est rien du tout, ca ne fait pas de l’homme le plus rapide du monde un dieu de la course, surtout si on se dit que si on avait suivi tous le même entrainement que lui, la différence serait encore moindre. On pourrait observer la même chose dans bien des domaines.

          Oui, certains ont plus de capacités que d’autres mais ce n’est pas si gigantesque que cela, nous sommes tous des hommes, cette représentation ultra élitiste est une illusion née de la complexification technique et de la spécialisation.


        • 2 votes
          medialter medialter 12 novembre 2015 23:04

          @philouie
          "ce qui est premier, c’est la meute dans laquelle l’individu est aliéné"

          *

          Cette phrase se contredit seule. Si l’individu est aliéné par la meute, c’est bien parce qu’il arrive d’abord en individu non aliéné. L’individu est donc bien premier, il n’est teint par la culture que dans un second temps. Charge à lui d’identifier le phénomène (tôt ou tard), et s’il reste un rat, c’est que sa nature l’y prédestinait.

          *

          "Par contre l’individu désaliéné peut réordonner la meute et en faire société, par exemple"

          *

          Rarement entendu une telle naïveté. L’individu désaliéné a pour le moins tout intérêt à raser les murs, au mieux à s’appliquer à paraître aussi crétin que la moyenne, faute de quoi il est broyé par le rouleau compresseur.


        • vote
          medialter medialter 12 novembre 2015 23:17

          @maQiavel
          "difficile de me dégouter au point de me faire abandonner"

          *

          C’est une simple question de répartition énergétique. Un rosier qui n’est pas taillé pousse dans tous les sens et finit par crever. Tout investissement dans "la chose civilisationnelle" se fait au détriment de l’investissement dans le processus initiatique, qui lui nécessite l’individu dans son entier. Il me semble logique de laisser tomber ce qui est grillé par avance pour s’orienter dans ce qui peut encore être gagné. Maintenant je reconnais qu’il est extrêmement délicat de faire une répartition judicieuse des énergies, dans la mesure où il faut à la fois vivre (voir mon précédent msg à Philouie) tout en méprisant cette vie pour quelque chose de bien plus grandiose mais pour lequel la barre est si haute qu’elle semble inaccessible.


        • vote
          medialter medialter 12 novembre 2015 23:31

          @maQiavel
          "je ne dirai pas qu’une telle communauté est inégalitaire mais différentialiste puisque le but n’est pas de construire des inégalités mais de préserver les différences"

          *

          Je ne parlais pas d’inégalités comme constructions sociales, mais d’inégalités en tant que produits de la nature. Il y a tellement d’individus dont on se demande ce qu’ils ont pu faire au Bon Dieu (une expression chez moi, je ne crois pas en Dieu) pour être aussi structurellement démunis.

          *

          "je ne crois pas que les différences de capacités naturelles soient si grande que cela, je ne crois pas en l’existence d’humanité à plusieurs vitesses, avec d’ un coté des dieux et de l’autre des larves abjectes"

          *

          Moi si smiley On en revient à l’expérience de Milgram, une grosse part de l’humanité possède une âme noire et abjecte, j’aime bien l’enseignement orphique dont une des particularités est de considérer l’humanité comme maudite (Cioran en a fait le centre de sa philosophie), il n’empêche que de cet immense trou noir se dégage un certain nombre d’individus lumineux (ne pas entendre chez moi ce terme comme une morale, mais comme un niveau de conscience, qui souvent va à l’encontre de la soi-disant morale républicaine) qui sont de véritables miracles de la création.


        • vote
          maQiavel maQiavel 12 novembre 2015 23:38

          @medialter
          J’ai de l’énergie à revendre. smiley

          Non mais disons que mes aspirations ne sont pas aussi hautes que les tiennes (grillé pour grillé, je préfère le moins grillé possible plutôt que de fantasmer sur du bien cuit qui n’existe pas) , je laisse les idéaux de pureté de côté pour évoluer tant bien que mal dans notre monde tel qu’il est, en ce sens je ne suis pas un idéaliste.

          Au fond, je suis bien plus résigné que toi, je ne me révolte pas contre cet état (qui en réalité ne me déplaît pas, c’est assez amusant je trouve) , pour moi, c’est simplement la vie et on est condamné à rechercher le moins mauvais... 


        • vote
          Gollum Gollum 13 novembre 2015 09:29

          @medialter

          N’est-ce pas là un simple artifice sémantique pour rester coller à un principe irrémédiablement humaniste (oserais-je le terme gauchiste  ) ?

          Pour une fois je suis entièrement d’accord avec medialter… ça m’arrache les tripes de dire ça mais faut le dire.. smiley

          Et je suis d’accord aussi avec le principe d’une humanité qui va de l’extrême ultraviolet à l’infra rouge avec courbe de Gauss en cloche et la majorité des gens au milieu de la cloche.. smiley

          Concept auquel est complètement allergique MaQ.. 

          Pourtant il suffit d’ouvrir les yeux autour de soi pour constater de visu ce grand écart entre les hommes…

          L’égalitarisme idéologique de MaQ n’est donc pas un mythe.


        • 5 votes
          Gollum Gollum 13 novembre 2015 09:42

          @medialter

          Tout investissement dans "la chose civilisationnelle" se fait au détriment de l’investissement dans le processus initiatique, qui lui nécessite l’individu dans son entier. Il me semble logique de laisser tomber ce qui est grillé par avance pour s’orienter dans ce qui peut encore être gagné.


          Fichtrement pertinent. smiley Et c’est exactement ce que je vais faire désormais. J’abandonne définitivement AgoraVox car j’y perds trop mon temps. smiley

          Inscrit depuis 2009 il est temps de passer à autre chose, à des choses beaucoup plus sérieuses et qui surtout seront à mon bénéfice.

          Merci à tous les participants, notamment micnet que je salue ici, Guéguen auquel je dis "surtout continue", MaQ qui ne pourra plus lire ma prose si discordante de sa sensibilité de gauche (moi je ne suis pas à droite je suis au Milieu), Rounga qui se faisait rare, gaijin (mais l’aventure continue.. smiley), Ozi qui nous fait rêver, Gaspard mon frère en sabbats vampiriques nocturnes à la pleine lune.. smiley

          J’ai beaucoup appris ici, sur l’humain, avec tous les spectres de sensibilité, d’attitude et disons le aussi de pathologies..

          Je reviendrai peut-être mais ça ne sera pas avant un long (et même je pense très long) moment.. smiley

          Amusez-vous bien. smiley


        • 1 vote
          Haze Haze 13 novembre 2015 10:04

          Combien d’années aura-t-il fallu à machiavel pour comprendre medialter ? Était-ce une surdité ou de la mauvaise foi ?

          "je laisse les idéaux de pureté de côté pour évoluer tant bien que mal dans notre monde tel qu’il est, en ce sens je ne suis pas un idéaliste."

          Je ne vois pas en quoi cette position serait raisonnée ; en quoi l’idéaliste vivrait moins dans le monde tel qu’il est que toi ? Accepter l’inéluctabilité nous permet-il de mieux vivre ? Non. Plus facilement ? Peut-être à première vue...

          Au fond, je suis bien plus résigné que toi, je ne me révolte pas contre cet état (qui en réalité ne me déplaît pas, c’est assez amusant je trouve) , pour moi, c’est simplement la vie et on est condamné à rechercher le moins mauvais... "

          Ainsi, toute tes recherches, lectures, y compris les heures passées sur agoravox n’est qu’un "passe temps" pour remplir ta vie ?


        • vote
          Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 13 novembre 2015 10:13

          @Haze
          C’est vrai que ça fait un peu "tout ça pour ça" de sa part, si pour maQiavel la vie s’arrête à choisir le moins mauvais, quelle tristesse, alors que la beauté est partout, que l’émerveillement est à portée de tous, il suffit de savoir où regarder, peut être qu’à force de se vautrer dans ce que l’homme a de plus négatif pendant trop longtemps, ça conduit inéluctablement au résignement, porte ouverte au découragement, à la dépression, à la peur, l’angoisse, le renoncement à l’ennui qui enveloppe tout et on reste dans le noir, à quoi bon vivre si c’est pour s’enfermer encore plus dans une prison mentale et physique plutôt que de décider de se tourner vers la lumière avant d’être trop devenu aveugle pour encore la percevoir ?


        • 1 vote
          mehdite mehdite 13 novembre 2015 10:47

          @Gollum
          Aaah ! enfin la retraite ! Et je dis ça avec tout l’amour que je porte aux retraitants loin du regard du monde , loin de la Matrice . smiley

          Plus sérieusement Gollum , une énigme pour vos longues , très longues sessions de méditation dans votre grotte Ikea : comment réussir là où les briques de l’Univers (nos constituants) échouent ? Je parle de s’affranchir totalement du regard de l’observateur (voir les expériences des fentes d’Young) .

          Pour l’Esprit la réponse est facile . Pour l’âme, le chemin est plus difficile mais on y arrive. Mais pour le corps , je n’ai pas encore la réponse .

          Si vous la trouvez, dans vos expériences alchimiques , faites moi signe .

          Bon courage pour la suite smiley


        • vote
          mehdite mehdite 13 novembre 2015 11:17

          @Gaston Lagaffe

          "C’est vrai que ça fait un peu "tout ça pour ça" de sa part"

          C’est toute une philosophie chez lui qui vient de la fin de sa puberté ; pas besoin d’être grand clerc pour le comprendre ! smiley


        • vote
          maQiavel maQiavel 13 novembre 2015 12:41

          @Gollum
          Non, encore une fois, vous ne m’avez pas compris, je n’ai rien contre la courbe de gauss et en ce qui concerne les capacités naturelles, mais je dis simplement que la différence de capacité qui existe (donc puisque j’admets son existence, je ne vois pas ce que vient faire l’egalitarisme là dedans) n’est pas si grande que cela puisque nous sommes tous des humains. 

          On peut prendre en exemple n’importe quelle capacité, plus haut je parlais de la course de vitesse on peut faire la même chose avec la force physique (l’homme le plus fort du monde ne soulève pas des poids qui soient trois fois plus lourd que ce que je peux porter sans avoir suivi aucun entraînement, ce n’est pas un surhomme) ou les capacités intellectuelles. Dès que l’on redescend sur terre, ce que je dis devient une évidence mais encore faut-il en avoir envie car j’imagine que le fantasme d’une humanité de super-héros aux pouvoirs ahurissant peut être plaisant. smiley

          Pour le reste, je vous salue bien bas gollum, vous manquerez à beaucoup, particulièrement à moi qui suis triste de vous voir partir, vous étiez un de mes préférés ici... smiley


        • vote
          maQiavel maQiavel 13 novembre 2015 13:14

          @Haze
          Ça fait un bail que j’ai compris medialter et il n’y a pas de mauvaise foi, pas de surdité mais simplement opposition. 

          Pour te répondre sur l’idéalisme : l’idéaliste veut la réalisation de choses qui n’existent pas et qui n’existeront jamais. D’un point de vue artistique, ça peut être intéressant, mais politiquement c’est absurde car la politique consiste à faire ce que l’on peut faire comme on peut le faire avec les moyens dont on dispose selon les nécessités et les circonstances.Ce pragmatisme fait defaut aux idéalistes (de tout bord, qu’ils soient démocrates ou aristocrates ou autre) qui une fois qu’ils réalisent que leur monde idéal et parfait ne sera jamais de ce monde, sont déçu et au choix se détournent de la politique (dans le meilleur des cas) ou se morfondent et deviennent des aigris qui crachent sur toutes propositions politique.

          Avoir un idéal est indispensable en politique, mais l’idéalisme est une absurdité politique. Mais on est pas obligé de tous s’intéresser à la politique, c’est juste que les idéalistes (déçus ou pas encore déçus) qui le font m’exaspèrent, cela est sans doute lié à mon paradigme machiavelien. 

          Concernant le passe temps : pour moi, bosser pour nourrir mes gosses et payer mes factures, ce n’est pas un passe temps mais une nécessité. Me soigner lorsque je suis malade n’est pas un passe temps mais une nécessité. 

          De même, rechercher le moindre mal politique n’est pas un passe temps mais une nécessité. 

          Voilà. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 13 novembre 2015 13:25

          @Gaston Lagaffe
          Je ne dis pas que la vie s’arrête à choisir le moins mauvais mais que la politique s’arrête à cela. Heureusement, la vie ne se réduit pas à la politique. smiley

          Mais précisément c’est mon réalisme et mon pragmatisme politique qui font que je ne serais jamais découragé ou dépressif, ce sont les idéalistes une fois déçus qui dépriment, vivent dans l’angoisse et se demandent "à quoi bon vivre " ?

          Je n’attends pas la réalisation d’un monde parfait ou pur, ce monde avec toutes ses imperfections, sa complexité me convient très bien, je le trouve même passionnant et excitant, donc cette angoisse et déception dont tu parles ne me concerne pas, il faut regarder du côté de medialter pour la trouver... 


        • 1 vote
          mehdite mehdite 13 novembre 2015 13:53

          @maQiavel

          "ce monde avec toutes ses imperfections, sa complexité me convient très bien, je le trouve même passionnant et excitant"

          En somme, vous êtes une femme spirituellement immature.

          Epouser le monde encore quelques kalpas de plus par votre méthode toute féminine de l’aborder et vous en viendrez à un parfait état de détachement et d’équanimité qui vous permettra de le voir ni passionnant , ni excitant mais tel qu’il est .


        • vote
          maQiavel maQiavel 13 novembre 2015 15:58

          @mehdite
          Je parle du monde politique pas de spiritualité (je n’aime pas en parler)... 

          Mais s’il s’agit de dire que je ne suis pas mature spirituellement, sans aucun doute j’en ai bien conscience. Et alors ?


        • vote
          mehdite mehdite 13 novembre 2015 16:09

          @maQiavel

          oh pas plus pour l’instant !

          ...

          Le café est bon et je reprendrai bien un peu de ce succulent cake aux abricots . Fait maison je suppose ? smiley


        • vote
          maQiavel maQiavel 13 novembre 2015 16:09

          @mehdite
          Et d’ailleurs, il y’a pleins de choses qui m’excitent et qui me passionnent.La pratique du judo par exemple, ma compagne , je peux aussi trouver un bon livre ou une histoire passionnante, il y’a pleins de chose comme ça dont la politique fait partie. 

          Et vous, rien ne vous passionne et ne vous excite , vous êtes complètement détaché de ce type d’émotion ? C’est ça selon vous la maturité spirituelle ? Êtes vous mature spirituellement selon vous ?


        • vote
          philouie 13 novembre 2015 16:41

          @medialter Si l’individu est aliéné par la meute, c’est bien parce qu’il arrive d’abord en individu non aliéné.

          non, c’est juste une question de vocabulaire. nous allons de l’indifférencié vers le singulier. Parlons du "même" plutôt que de "l’individu" puisque le but de la reproduction est de produire du même.

          L’individu désaliéné a pour le moins tout intérêt à raser les murs,

          La meute n’aime pas le singulier, elle va chercher à le dévorer. Mais la meute ne peut se changer elle-même, puisqu’elle en sait que reproduire du même. il faut donc de la singularité pour changer la meute.


        • vote
          philouie 13 novembre 2015 16:50

          @medialter
          Un rosier qui n’est pas taillé pousse dans tous les sens et finit par crever. Tout investissement dans "la chose civilisationnelle" se fait au détriment de l’investissement dans le processus initiatique, qui lui nécessite l’individu dans son entier.

          De ce que je comprends de votre position, la métaphore du rosier en est la pleine contradiction : ce qui fait la belle rose, c’est la culture, la taille, donc la civilisation.

          A poursuivre votre optique on pourrait tomber dans l’eugénisme consistant à éliminer le faible, alors que la taille (dans mon vocabulaire la castration) ne doit pas se produire à l’extérieur mais à l’intérieur, ie il ne faut pas éliminer le faible mais la faiblesse en nous.



        • 1 vote
          micnet 13 novembre 2015 19:18

          @Gollum

          Bonne continuation à vous cher Gollum, ce fut un plaisir d’échanger avec vous ! Mais j’espère que ce n’est qu’un au-revoir smiley


        • vote
          Ozi Ozi 13 novembre 2015 21:08

          @Gollum :"gaijin (mais l’aventure continue.. )"

          .

          Si vous continuez l’aventure sur le net ça m’intéresse également les amis, si on peut vous joindre .. smiley 

          Sinon "adios amigos", et merci pour tes apports précieux  smiley

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON

Auteur de l'article

micnet


Voir ses articles







Palmarès