• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Emmanuel Macron - Marine Le Pen : Une guerre de com sur fond de (...)

Emmanuel Macron - Marine Le Pen : Une guerre de com sur fond de déloc/désindustrialisation

Dans la guerre de la communication que se livrent les deux adversaires du second tour, Marine Le Pen (MLP) a probablement remporté une bataille à l'usine de Whirlpool d'Amiens.

 

Emmanuel Macron (EM), dont Amiens est la ville de naissance, n'était pas le bienvenu pour la Direction de l'usine et a dû se rabattre sur une réunion avec des délégués syndicaux à la Chambre des métiers. MLP, l'apprenant, s'est rendue à l'improviste sur le site et a été accueillie chaleureusement.

 

Mais dans la foulée, EM, comme coincé par la manœuvre, s'est finalement lui aussi rendu sur le site. Accueilli très fraîchement (feux de palettes et de pneus, sifflé par nombre de salariés), il a quand même tenté d'établir le dialogue dans cette ambiance tendue et y est plus ou moins parvenu (selon les appréciations, et les camps des uns et des autres). Là où il a été totalement ridicule c'est quand il a prétendu qu'il mettrait en place "une politique de dénonciation (...)" et assuré qu'il allait "leur [Whirlpool] mettre la pression" pour dissuader l'achat de cette marque sur notre territoire. Au-delà de l'impossibilité juridique d'une telle "politique", les salariés virés ont dû être contents et rassurés...

 

EM a aussi dit vouloir trouver un repreneur pour le site et axer les efforts sur la formation mais il semble que ce discours n'ait pas été très bien compris dans l'ensemble par des salariés désabusés par des décennies de communication de ce genre.

 

Benjamin Grivaux, porte-parole d'EM, a jugé la position de MLP démagogique. Cette dernière avait affirmé "que l'usine ne fermera[it] pas". De son côté B. Grivaux a affirmé que "Quand une entreprise a décidé de quitter un territoire, vous ne pouvez pas l'en empêcher. Le rôle des politiques c'est d'essayer d'accompagner le plus efficacement possible, (...) sur de la restructuration industrielle, mais aussi en faisant de la formation professionnelle l'un des axes fondamentaux de la campagne".

 

C'est un grand classique que ces visites de candidats (ou de politiques en fonction) dans des usines sur le point de fermer. Il est vrai qu'en France il y en a beaucoup moins à inaugurer des dernières décennies... A chaque fois les salariés se retrouvent face à des politiques qui ignorent leur condition. Ici ces travailleurs sont en plus coincés dans une guerre de communication entre les deux finalistes. Souhaitons qu'une solution puisse être trouvée pour ces énièmes victimes de la délocalisation et rappelons aussi que le PDG de Whirlpool a touché 13 millions d'€ l'année dernière...

 

 

Source : RT

 

Tags : Emploi Chômage Marine Le Pen Emmanuel Macron Industrie Présidentielle 2017 Multinationales



Réagissez à l'article

25 réactions à cet article


  • 7 votes
    #WorldPeaceNow* #WorldPeaceNow* 27 avril 10:56
    Avis aux électeurs de Mélenchon : l’extrême droite, c’est Macron !

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Avis-aux-electeurs-de-Melenchon-l-extreme-droite-c-est-Macron-45372.html


    • 3 votes
      FrexitUPR FrexitUPR 27 avril 11:24

      @#WorldPeaceNow*
      Bonne initiative, c’est sur que vous avez l’air de bien connaitre l’electorat du frère truelle ; continuez à les envoyez vers soral !

      C’est une excellente idée pour obtenir l’effet inverse de celui souhaité. Chez melenchon ça pense mieux que "printemps", nos amis pensent "été" !


    • vote
      alanhorus alanhorus 27 avril 12:39

      @FrexitUPR
      Les anglais ont leur Brexit Ils ont du mérite cependant il ne faut pas oublier qu’ils ont toujours gardés la livre comme monnaie.

      Pour nous ce départ est plus difficile car nous sommes lié à l’Euro.

      C’est une réflexion qui me traverse.

      Vu les liens qui unissent le front national et georges Bush (si si )

      http://www.alterinfo.net/Asselineau-explique-comment-fut-creer-le-front-national_a130271.html

      Il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur à qui profite le crime des champs Élysées (le false flag qui remet la France en position d’esclave du complot du 11 septembre)


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 27 avril 11:22

      Comme Sapir l’a montré dans son article, Melenchon et Le Pen ont fait leurs meilleurs résultats dans les zones d’ancienne industrialisation, les zones qui ont été le plus touchées par l’impact de la mondialisation puis par l’impact de l’euro. Les deux partagent dans leurs électeurs une forte concentration de personnes à revenus modestes et très modestes. A l’inverse, l’électorat d’Emmanuel Macron présente une forte concentration des hauts et des très hauts revenus.

      On comprend alors l’attitude de Melenchon qui, malgré la grosse pression médiatique qui lui reproche de ne pas participer ouvertement au « front Républicain », ne se prononcera pas sur le second tour (c’est sa position du moment, reste à savoir s’il s’en tiendra vraiment à cette ligne, à titre personnel j’espère mais j’ai un petit doute).

      Le second tour va définitivement nous renseigner sur la réussite ou non de la stratégie de dédiabolisation.

      Le rapport avec l’article ? C’est simple : Macron sait qu’il ne peut pas séduire les perdants de la mondialisation. Donc en termes de guerre de communication, il ne doit pas en faire des tonnes avec eux, le mieux pour lui est de parler le moins possible de cette catégorie de la population. Par contre, il peut espérer que cette catégorie vote pour lui au second tour pour faire barrage à un FN censé incarner une menace fasciste.

      De son coté, MLP doit parler à fond aux pans de cette population qui ne vote pas pour elle et les pousser à le faire pour faire barrage à Macron dont la politique les saignera encore plus qu’ils ne le sont (d’où les appels du pied aux électeurs de Melenchon). Si MLP réussit à amener Macron sur le terrain de la désindustrialisation, ce sera une victoire tactique car lui doit absolument éviter de se faire entrainer là dedans et miser sur le front républicain.

      Si MLP fait un gros score au second tour ( au dessus des 40 % ) , on pourra dire que la dédiabolisation aura fonctionné puisque le front républicain sera brisé. Par contre, si elle est en dessous des 35 % , elle n’aura pas été assez efficace pour espérer une conquête du pouvoir. Entre les deux ça restera mitigé et il y’aura une lutte avec JLM pour savoir qui incarnera l’opposition (raison pour laquelle JLM ne devrait pas en principe appeler à voter Macron, ce serait une erreur tactique mais parfois les facteurs idéologiques sont plus fort et il se pourrait qu’il le fasse quand même).

      Ce sera la grande leçon à tirer des résultats du second tour. 


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 27 avril 12:17

        @maQiavel
        "le mieux pour lui est de parler le moins possible de cette catégorie de la population."

        Le mieux pour lui est de moins parler tout court (ce qu’il fait depuis le début : il ne dit rien) et c’est manifestement la stratégie qui lui est soufflée par ses experts en com. Mais sinon plutôt d’accord sur les conséquences des résultats. Le pire c’est qu’une fois de plus ça (plus ou moins 35%) va se jouer sur des éléments de com... c’est un peu cela que je voulais pointer du doigt ici avec cet épisode.

        Je voulais également préciser que je partageais l’analyse de Ruffin. Le véritable ennemi n’est évidemment pas le travailleur polonais mais bien cette caste financière pour laquelle bosse ouvertement Macroute. Près de 900 millions d’€ de bénéf nets, un patron qui gagne plus que les salaires (charges comprises) des travailleurs de cette usine réunis... le voilà le véritable pb. Mais en attendant nous devons choisir le moins pire, ce que nous défendons en fonction de ce que nous avons les moyens de défendre. Il y a un choix (certes biaisé) entre le mondialisme d’Attali pour qui des milliers (oui des milliers, 300 emplois, 250 intérim réguliers, une centaine de sous-traitants, les commerçants, transporteurs indirectement impactés + les familles de tous ces gens) d’emplois sont "anecdotiques" et une candidate qui ne pourra peut-être pas régler la situation de cette usine en particulier mais aura au moins une politique dans l’intérêt des travailleurs français. 


      • 3 votes
        Le corbeau de Port-Real Le corbeau de Port-Real 27 avril 12:51

        @maQiavel
        La "dédiabolisation" est un concept aussi relatif qu’approximatif. Le score sera avant tout à comparer avec les 17% de JMLP au 2e tour de 2002 pour évaluer l’indicateur. N’oublie pas que Marine porte dans son programme la sortie de l’UE par voie référendaire et la sortie de l’euro qui selon les enquêtes/sondages du système nous apprendraient que les 3/4 des Français n’y sont pas favorables. Cela n’aura pas grand-chose à voir avec la "dédiabolisation", plutôt un changement de paradigme économique. Les Français y sont-ils prêts ? J’en doute au vu du score de 0,7% de FA sur les 2 mesures phares de son programme.


      • vote
        maQiavel maQiavel 27 avril 12:58

        @Qiroreur
        L’analyse de Ruffin est bonne et il y’a moyen de la prolonger en long et en large dans le cadre d’un vrai débat national mais seulement , est ce que ça intéresse l’électorat ? Oui une petite partie de l’électorat certainement mais c’est anecdotique , l’élection va se jouer ailleurs , sur des "penser printemps" ou dans les chocolateries dans lesquelles va se rendre MLP pour plaire aux femmes. 

        Comme vous dites , ça va se jouer sur de la com et comme le montrent les derniers sondages , la majorité des gens se décident par rapport à ce qu’ils voient à la télé et Macron va alterner entre le vide et la menace fasciste avec la complaisance des médiacrates. 

        On verra bien ce que ça va donner , je suis curieux de connaitre le résultat. 


      • vote
        maQiavel maQiavel 27 avril 13:06

        @Le corbeau de Port-Real
        Le programme concrètement , l’électorat s’en fiche , à part quelques minorités actives. Les éditocrates comme Barbier et Hervé Gattegno ont raison , l’élection ne se joue pas sur des programmes mais des postures et des images , les résultats du premier tour l’ont démontré. 

        La dédiabolisation , c’est exactement ça : une question de postures et d’images. 


      • 1 vote
        Sentero Sentero 27 avril 15:03

        @maQiavel

        "menace fasciste"... pourriez-vous me donner un exemple d’un homme politique (d’envergure pas un second couteau) qui a utilisé ce terme depuis la fin du 1e tour p/r à MLP ? ... moi en tous cas je n’ai entendu personne l’utiliser (à la radio, je n’ai pas de télé).

        Sinon pour parler de "fascisme" je remarque que de nombreux anti-UE n’hésitent pas à associer (sur Agoravoxtv) UE et fascisme, UE et nazisme, UE et totalitarisme soviétique... sans que personne ne s’en formalise particulièrement... est-ce que dans un cas la reductio ad hitlerum serait acceptable et pas dans l’autre ? Je précise que pour ma part j’ai toujours trouvé très exagéré d’assimiler le FN à une sorte de fascisme.

        Sinon pour avoir de nouveau discuté avec des électeurs de Macron je confirme ce que j’avais déjà ressenti, il s’agit d’un vote par défaut (en gros centre droit ne votant pas Fillon à cause des affaires et de certains de ses positionnements diplomatiques socitaux sociaux..., centre gauche ne votant pas Hamon car vote trop "inutile" et ne votant pas JLM car trop à gauche...)... j’ai l’impression que c’est son positionnement centrale qui l’a fait surtout élire et absolument pas une comm efficace (ça a peut-être marché sur qlqs jeunes mais pas sur des gens plus expérimentés)... Macron a définitivement profité d’un contexte et d’un positionnement favorable... à la limite je pense que n’importe qui d’à peu près présentable aurait fait l’affaire... 

        ...du coup vous avez raison le programme l’électorat s’en fiche, l’élection ne se joue pas sur le programme mais ici à mon avis sur un positionnement général (que des postures et des images ne peuvent pas beaucoup infléchir à mon avis... c’est trop tard).


      • vote
        maQiavel maQiavel 27 avril 15:19

        @Sentero

        pour faire barrage à un FN censé incarner une menace fasciste.

        Allons sentero, on ne va pas vous la faire smiley , même si ce terme n’est pas utilisé directement par les responsables politiques de premier plan (qui d’ailleurs ont moins de poids que certains pontes de la société civile) , c’est de ça qu’il s’agit lorsqu’on parle de menace pour la république et la démocratie, de négationnisme, quand on essaie de l’associer au discours soi disant « antisémite » de son père ou de son entourage, de l’histoire de ce parti fondé par des collabos etc.

        Je ne dis pas que c’est bien ou c’est mal, que c’est acceptable ou inacceptable, je dis que c’est là-dessus que se joue le fameux « front républicain ».

        Sur le reste , il y’a une dimension de vote utile que je n’ai jamais nié mais ça ne suffit pas , et je ne pense pas du tout que n’importe quoi aurait fait l’affaire (et aurait pu incarner le renouveau , la jeunesse etc). 


      • 1 vote
        Sentero Sentero 27 avril 17:09

        @maQiavel

        Non, le fait de ne plus mentionner le "fascisme" frontalement est tout à fait significatif de la normalisation du FN... on n’en parle plus comme d’un fascisme... on procède plutôt par allusion effectivement (vu l’historique du parti et de son fondateur c’est un peu le minimum syndical de faire tout de même certains rappels) mais ce n’est plus du tout la même chose que les exagérations de 2002 et vous qui êtes attentif à la communication devez bien saisir la différence... d’ailleurs le fait que Macron ne refuse pas de débattre avec son adversaire (comme Chirac l’avait fait) le confirme.

        Sinon comme je remarque que l’on peut qualifier l’UE de "fascisme" "nazisme" et "totalitarisme soviétique" sans que cela choque sur ce site... je suppose que les intervenants frontistes d’Agoravoxtv (évidemment rien à voir avec vous MaQ) qui usent de ces anathèmes auront le bon gout de ne pas se scandaliser que l’on fasse de même à propos du parti qu’ils supportent... :) 

        Je ne dis pas tout à fait que n’importe quoi aurait fait l’affaire... mais à mon avis presque n’importe qui... à condition d’être assez neutre, présentant bien et pas trop vieux... il suffisait quasiment d’être au bon endroit au bon moment, de ne pas faire trop de bourdes et donc d’en dire le moins possible... d’ailleurs je ne vois pas de stratégies de comm si élaborées car à mon avis cela aurait impliqué tout de même une ligne, un projet, un discours un peu plus clairs, un peu moins creux (même dans la volonté de brouiller les lignes).


      • vote
        maQiavel maQiavel 27 avril 22:31

        @Sentero

        Les communicants de Macron ont clairement voulu donner une image d’énergie, d’allant et de renouveau car ils ont compris (surement grâce à des algorithmes) qu’une population y était réceptive. Il n’est pas défensif, mais offensif. Il y a une impression de santé historique qui se dégage de lui pour l’électeur consommateur passif. Or Fillon, c’était une image de recette punitive, Le Pen une image de complainte sociale et identitaire. Seul Mélenchon a su lui aussi donner une image de conquête du futur mais il n’avait pas les mêmes appuis.

        L’avenir nous le dira mais je crois qu’on est entré avec Macron dans une nouvelle ère en termes de techniques de com. 


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 28 avril 01:12

        @maQiavel
        " est ce que ça intéresse l’électorat ?"

        Je fais mon taf à mon très modeste niveau. Le reste...

        Sinon je partage ton avis. En qualité d’expert en com pour le compte d’une grosse boîte je m’intéresse aux tech de com de macroute.. ; va falloir débrieffer sérieusement tout ça parce que c’est du grand art (malgré tout le mépris que je ressens à titre individuel) 


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 28 avril 01:14

        Boulot d’avant, je précise... 10 piges dans le domaine, je fais tout autre chose depuis 5 ans.


      • 6 votes
        Le corbeau de Port-Real Le corbeau de Port-Real 27 avril 12:01

        Un coup de com parfaitement réussi par Marine. Macron mis au pied du mur a dû se rendre sur place pour se faire chahuté par les salariés. Difficile d’obtenir quelque crédit lorsque son mentor Jacques Attali venait de déclarer sur LCI "les ouvriers de Whirlpool c’est une anecdote". Jacques Attali, l’homme qui l’a a introduit à la cour des comptes, à la banque de Rothschild puis chez Hollande. J’étais hier après-midi en salle pour ma séance de vélo et j’ai assisté au spectacle pendant 3/4h sur BFM. Pas conviviale l’ambiance. Il y avait même Ruffin qui a résumé le fond du problème de manière plus construite en 3 minutes et Macron n’a pas répondu à sa question. Ce qui m’a le plus frappé, ce sont les commentaires des "journalistes" de BFM. De vrais porte-paroles de Macron. "le CICE c’est trop compliqué pour eux", "Macron a gagné la manche parce qu’il a eu le courage de venir rencontrer les salariés", "il aura le temps d’expliquer son (formidable) programme européen plus tard (lorsqu’il aura quitté les gueux)"... Pauvre Macron, tu fais vraiment pitié.  


          • 2 votes
            Qamarad Qamarad 27 avril 14:03

            @maQiavel

            J’espère qu’à cette indécence, la plateforme des insoumis n’aura pas celle d’appeler à voter Macron. Je suis très circonspect sur son choix ( À la Méluche ) : ou il est sincère et veut vraiment laisser le choix aux militants (même si l’option voter Macron dans les choix (in)soumis, c’est déjà une demi - trahison...) ou il est très vicieux et commettra un crime par procuration. C’est-à-dire que connaissant la sociologie de la plateforme, il sait ou se doute fortement du résultat indigne qui en sortira, et ne veut se salir les mains lui-même. Il sera le rabatteur du pire par consultation populaire.

            Moi, j’aurais apprécié qu’il dise en gros : " Nous sommes la force qui a le plus progressé. Il ne tient qu’à nous de déclasser le duo de tête dans les prochaines années par la poursuite de la lutte. Nous serons déjà force de propositions à l’assemblée. Préparons la prochaine bataille. Quant au second tour, je me refuse à choisir entre deux indignités. JE fais confiance à l’intelligence des citoyens : agissez en conscience !" À la place, une mine déconfite. Un discours assez mou par rapport à ce que nous avons eu l’habitude de voir. Une expression et une attitude corporelle qui ne présagent rien de bon.


          • 1 vote
            maQiavel maQiavel 27 avril 14:56

            @Qamarad

            J’aurais aussi préféré cette attitude claire. Soit, ce qui est fait est fait maintenant, j’espère juste qu’il n’appellera pas à voter Macron. Mais je ne le sens pas, j’ai depuis la fin du premier tour la très forte impression qu’il va se ranger derrière l’élu. Ce serait clouer la stratégie sur l’autel de l’idéologie mais une possibilité au regard de son entourage. Comme tu le dis, on connait bien la teneur idéologique de cette plateforme, on sait d’avance les choix qui en sortiront. 

            Franchement, ça me ferait chier que sa fabuleuse campagne se termine sur cette note. Certes, c’est un type qui bouffe dans la gamelle médiatico-politicienne depuis des décennies mais s’il n’avait pas appelé à voter Hollande en 2012, ce serait sans doute l’homme politique (l’un des seuls digne de ce nom en France) qui aurait ma préférence (je mets FA à part car il ne fait pas partie de la classe politicienne) sans aucune espèce d’hésitation tellement j’ai de l’estime pour ses talents d’orateur et sa culture politico-historique.

            Je croise les doigts pour que mon impression soit fausse et qu’au final il ne dise rien qui soit interprété comme un appel à voter Macron. 


          • vote
            Qamarad Qamarad 28 avril 20:49

            @maQiavel

            Ah sacré Méluche... Il nous la fait retord à moitié, mais bon, on considérera que ce n’était pas un crime de haute trahison.


          • vote
            maQiavel maQiavel 28 avril 21:09

            @Qamarad
            C’est compliqué. En gros, il explique que personne ne peut douter de son bulletin de vote au regard de son histoire dans la lutte contre "l’extrême droite" mais de l’autre, il dit qu’il ne révélera pas ce bulletin. smiley

            Bref, l’essentiel est qu’il n’appelle pas ouvertement à voter Macron, je vais m’en contenter. 

            Par contre NDA a pris des risques c’est courageux de sa part. 


          • vote
            maQiavel maQiavel 28 avril 21:18

            NDA a peut-être sabordé la structure qu’il a construite toutes ces années : http://m.leparisien.fr/elections/presidentielle/soutien-au-fn-le-vice-president-de-debout-la-france-menace-de-demissionner-28-04-2017-6898842.php

            Ça peut le réduire à n’être rien de plus qu’un simple électron gravitant autour de la famille Le Pen.

            Mais je pense qu’il le fait vraiment par conviction car il avait tout intérêt à ne pas trancher. Et ça, c’est respectable, quoi qu’on puisse penser de ce choix. 


          • 2 votes
            Qamarad Qamarad 28 avril 21:22

            @maQiavel

            Oui, raison pour laquelle je qualifie cela de retord. Je n’appelle pas à voter Macron, mais attention, je te mets une tartine de 10 minutes sur une extrême qui n’existe pas, puis je conclus en gros"bon vous avez compris où je voulais en venir les coco, je vais pas hurler comme une fillette pas ça pas ça pas ça comme l’autre déjanté , hein !" Faire une campagne comme la sienne pour qu’elle finisse par une perlouze dans l’eau du genre, ça me déçoit à moitié. Franchement, on peut considérer que c’est sévère étant donné la pression et le fait qu’un type comme Corbière le surveille, mais bon, c’est l’horreur absolue de Micron qui parle. J’ai grandi dans un cadre anthropologique à peu près sain et je veux que ça continue. Et oui, très bon point pour NDA. Je viens de voir ça. Emprunt de gravité et de mesure pour l’occasion. Puis non, c’est vrai que je suis sévère. Celui qui m’a achevé, c’est le Fillon. Le "je me couche devant mes persécuteurs " + je m’en balec de la campagne+ je laisse le bureau politique des républicains se démerder, fallait le faire bordel smiley Y avait super résistant dans le film papy fait de la résistance, faudrait lui tailler un costume de super antihéros : "super collabo".


          • vote
            maQiavel maQiavel 28 avril 14:37

            Concernant François Ruffin, aussi pertinent soient ses propos , son cas est réglé : il votera Macron ! 


            • vote
              Qamarad Qamarad 28 avril 20:53

              @maQiavel

              Ah la gogoche ... Maladie incurable, y a rien à faire. On pourrait avoir un financier à képi et sabre puis en face Philippot, non, ils appelleraient quand même à faire "barrage". À croire qu’après les besoins les plus vitaux, nous aurions une vocation cachée de castor.

            

            Ajouter une réaction

            Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

            Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


            FAIRE UN DON







Palmarès