• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fiche de lecture - Triangulation - Michel Drac

Fiche de lecture - Triangulation - Michel Drac

 

Fiche de lecture - Triangulation - Michel Drac 

 

La chaine Youtube de Michel Drac : https://www.youtube.com/channel/UCUToCUpK5ZAH6S6ZXktfWEA

 

Tags : France Livres - Littérature Economie Politique Société Michel Drac



Réagissez à l'article

5 réactions à cet article


  • 1 vote
    Djam Djam 1er avril 11:46

    @ l’auteur

    D’abord, merci à ce "jeune homme" pour cette synthèse commode et utile d’un des livres de M. Drac. J’écirs "jeune" parce que figurez-vous, cher Alban, qu’à 50 piges et plus, on est pas vieux mais en chemin de vieillesse tout comme vous ;o)

    Je connais M. Drac pour avoir lu quelques uns de ses ouvrages et écouté certaines de ses conférences.

    Dans un 1er temps, il faut rappeler que le point de vue, fut-il précis et bien vu comme celui de Drac, n’en demeure pas moins effectivement qu’un "point de vue" et que pour avoir une vue au plus près d’une certaine approche de vérité factuelle il faut pouvoir croiser plusieurs autres points de vue d’analystes sérieux.

    Je vais donc proposer quelques autres points de vue sur certains passages :

    1/ Non, le "village global" ne créé pas de supra conscience collective, tout au plus l’internet relie (emprisonne) de plus en plus de monde par une pollution globale de l’esprit. Un cerveau ne peut traiter bien qu’une seule chose à la fois... n’en déplaise aux croyants en un cerveau "augmenté". Il n’y a pas de "village planétaire" mais un délire planétaire volontairement jeté dans la confusion.
    Par ailleurs, Drac semble croire que le monde entier deviendrait de plus en plus politiquement conscient mais il se trompe. Les français ont toujours été un peuple très politisé, mais ce n’est pas le cas partout ailleurs.

    Il n’y a pas vraiment d’élévation de la conscience globale. Cette notion est directement empruntée par des esprits, souvent branchés "3ème millénaire", et elle sert à recréer une nouvelle façon d’espérer. Genre : "c’est le chaos partout mais c’est quelque part génial parce que ça traduit (?) un renouveau". Rien de plus discutable. Quand une civilisation s’effondre, elle s’effondre. Point. L’espoir des "transitions douloureuses" mais formidablement revigorantes n’est qu’une autre manière de se mettre la tête dans le sable.

    2/ On dit volontiers (et Drac le dit) qu’un empire qui devient agressif indique qu’il devient faible. Là encore, rien de plus faux pour ce qui concerne les USA et leurs alliés perfides anglais. Les médias évoquent régulièrement cette supposée faiblesse mais en réalité cet empire agit avec une férocité croissante parce que ses intérêts l’exigent et ses acteurs savent très bien que le résultat est toujours bon pour eux (voir l’Irak, l’Egypte, la Tunisie, la Syrie, l’Afghanistan, l’Ukraine...). Tous ces pays jetés dans le chaos ont été étudiés sous l’angle de guerres d’empire ratées, sauf qu’in fine, le résultat partout est exactement ce que voulaient les deux états voyous organisateurs. Ils se foutent pas mal de ce que certains pseudos médias racontent ensuite.

    3/ Drac indique effectivement que la réintroduction de l’inégalité serait une solution de restabilisation par équilibre des deux pôles. Les faits historiques indiquent que ça ne marche pas du tout sur le long terme. En revanche, c’est le retour à l’indépendance d’un pays (souveraineté) qui permet à un pays de remonter en surface. D’où l’urgence d’un Frexit qui, contrairement aux Cassandres affolées et aux trouillards qui n’étudient pas l’économie, ne produirait pas de catastrophe économique pour le pays mais un progressif retour à une gestion intelligente, ouverte sur le monde et en faveur des intérêts du pays... exactement ce que font depuis toujours les USA et plus récemment les anglais avec le Brexit. Ces derniers sont moins bêtes que les européens continentaux, ils ont parfaitement compris, eux, que l’€ et l’europe allaient exploser tôt out tard. Ils sont juste en train de sauver, non pas le peuple anglais (de lui, les élites anglaises se foutent) mais la City qui est en train d’être déplacé vers l’Eurasie !

    4/ Non, le pilotage ne se fait pas par le virtuel comme le suggère Drac, mais tout bêtement par la systémisation de la dette à tous les étages car... même une dette dont le capital ne sera jamais remboursé (ce qui se produit un peu partout actuellement) oblige cependant l’état endetté à toujours faire en sorte de rembourser les intérêts, et ce sont ces intérêts qui enrichissent en réalité les créanciers atteints de pléonéxie. Cette orientation explique pourquoi dans toute l’histoire des civilisations en grave crise économique, les annulations de dettes ont été plus fréquentes qu’on ne l’imagine.

    5/ La supposée démographie positive de la France est encore une fois une jolie manipulation idéologique car si, effectivement la France est meilleure en démographie que ses voisins européens, cette démographie est essentiellement l’addition des naissances dans les communautés exogènes installées dans le pays sous l’ahurissante politique des 3 derniers gouvernements (regroupement, dilution, mixage imposé). Le système a besoin, non pas de gens éveillés et conscientisés, mais du nombre pour faire consommer. Or, plus une population est primaire plus elle consomme. On croit qu’une démographie croissante est une "force" pour un pays mas pas dans les conditions dans lesquelles on force la démographie française ou allemande. Ce qui renforce économiquement un pays n’est pas sa démographie qui devrait être croissante mais l’équilibre entre une population jeune ET consciente et une population vieille ET consciente. Cet équilibre a été consciencieusement perturbé en France (disparition de la fonction du Père, omnipuissance de la Mère, destruction du lien générationnel, éjection des notions de racines...) au profit d’une démographie multiethnique qui "doit" finir par tuer tout ce qui faisait un peuple singulier. La masse n’est pas un peuple. Et une masse, ça ne pense pas, ça consomme, ça trime et ça meurt remplacée par un jet massifié nouveau et préformaté.

    6/ Merkel est toujours fidèle à Washington parce qu’elle est à la tête d’un pays qui fut un laboratoire du pire et de la gestion d’une culpabilité pérenne. Les USA sont en réalité gouverné par ce qu’on appelle un "état profond" où agissent des lobbies très puissants et très bien organisés. Leur objectif depuis 45 en Europe de l’Ouest est de contenir l’Allemagne par le maintien permanent d’une culpabilité liée au passé nazi. Cette trouille de voir l’image ressurgir est un levier très efficace qui permet de neutraliser la puissance allemande et d’en faire ce qu’ils veulent. Merkel n’est pas un homme et le pouvoir des femmes est toujours caricatural et souvent violent (Tatcher, Hillary, Cresson, Golda Meier... sans parler de Frédégonde au 7ème siècle face à Brunehilde ni de Médicis ou Borgia !). La puissance des femmes est réelle mais elle n’est positive que si elle est pondéré par un contrepoids de puissance masculine. Nous avons juste basculé d’un pouvoir mâle non pondéré à un pouvoir femelle sans pondération.

    7/ Drac parle du "calme avant la tempête". Il se trompe. Il n’y aura pas de tempête mais fort probablement un pourrissement par implosions dispersées. Non les peuples ne reprendront pas la main parce qu’ils sont tous déjà totalement aliénés par le jet continu et nauséabond des médias dont la mission est de noyer le tout dans une confusion générale qui empêche définitivement à un quelconque cerveau de comprendre réellement ce qui se passe.


    Ce qui se passe sous nos yeux est un théâtre planétaire dont la mousse de surface est entretenue et offerte comme information sur la réalité. Les forces en jeu, la multiplication des officines noires, le nombre ahurissant de lobbies anti démocratiques, l’efficacité des systèmes de brouillage et de contrôle ne permettra plus jamais qu’un peuple ici ou ailleurs ne puisse reprendre son destin en main.

    C’est ce constat qui permet d’affirmer sans trop craindre de se tromper que lorsqu’une civilisation est en phase terminale, rien absolument rien ne peut la ranimer. L’Occident en est à ce stade et quand un mort trépasse rien ne peut le ranimer à ce qu’il était.


    • vote
      yoananda yoananda 1er avril 12:02

      @Djam
      wow !

      La qualité de ce commentaire détonne des doctes imbécilités qu’on lit souvent sur le net. Bravo, merci.

      " La masse n’est pas un peuple. Et une masse, ça ne pense pas, ça consomme, ça trime et ça meurt remplacée par un jet massifié nouveau et préformaté."

      Très bien résumé. Je retiens la formule car ça fait plusieurs que j’essaye d’exprimer cette idée, mais tu as trouvé la formule correcte il me semble.

      "Il n’y aura pas de tempête mais fort probablement un pourrissement par implosions dispersées [...] ne permettra plus jamais qu’un peuple ici ou ailleurs ne puisse reprendre son destin en main."

      En effet, c’est aussi plus ou moins ce que je pense, mais je ne suis pas parvenu à trancher cette question : est-ce un pourrissement, ou un effondrement ?

      La différence, c’est que pourrissement est définitif comme tu le dis, alors que l’effondrement est une phase d’un cycle et qu’il est suivi d’une renaissance.

      La question est simple : comment cette "civilisation" peut-être perdurer dans le pourrissement, en détruisant tous les fondamentaux anthropologique qui la soutiennent ? il faudra forcément qu’elle finisse par disparaître, non ?

      C’est bien ce qui s’est passé avec Rome.

      En fait, mon point de vue serait (à priori, j ’attends tes arguments) intermédiaire : les Drac et les branchés 3ème millénaires auraient raison sur le long terme, c’est à dire, dans 4 ou 5 ou plus générations, tu aurais raison sur le court terme (pour notre génération à minima).

      Qu’en penses-tu ?


    • vote
      Alban Dousset Alban Dousset 3 avril 13:33

      @Djam

      D’abord je vous remercie pour ce long commentaire. Je vais m’efforcer d’y répondre de manière structurée et argumentée.

      1/ Contrairement à vous, je crois que la globalisation, notamment à travers internet, apporte quelque chose à l’humanité que l’on pourrait qualifier de « pré-conscience ». Je reconnais volontiers que « un cerveau ne peut traiter bien qu’une seule chose à la fois ». Les neurones d’un cerveau humain ne sont capables que d’un traitement très binaire mais leur mise en réseau fait naître une intelligence relativement complexe. Je crois que l’humanité « mise en réseau » peut être comparée à un cerveau et, malgré la médiocrité individuelle, un surplus d’intelligence (c’est-à-dire une pré-conscience) est très susceptible d’apparaître à long terme (ou très long terme) vu l’apparition d’internet ou, pour filer la métaphore, de connections synaptiques. Cela doit être compris comme un virage anthropologique (comme la naissance de l’écriture ou de l’imprimerie). Ce point de vue est largement développé dans ma vidéo sur l’influence sociologique des médias : https://www.youtube.com/watch?v=lA0rUVjIpf0&t=1s.

       2/ Je trouve que vous manquez de nuance. Déjà, aucun de nous ne connait l’objectif réel des conflits armés récents (je pense particulièrement à la Syrie ou l’Ukraine). On doit reconnaître que :

      - L’incapacité des États-Unis à établir (comme en Irak ou en Afghanistan) ou à maintenir (comme en Egypte) des gouvernements fantoches est en soit une preuve de faiblesse.

      - L’incapacité à remporter (directement ou indirectement) totalement une victoire militaire nette (comme en Ukraine ou en Syrie) est également une preuve de faiblesse.

      Je me garde donc bien de dire que les résultats obtenus sont « ce que voulaient les pays organisateurs » car je n’en sais rien. En revanche, ces résultats sont une preuve de la faiblesse des organisateurs, au moins sur la forme, dans l’apparence qu’ils renvoient – ce qui n’est pas rien.

      Par ailleurs, la stratégie du « chaos » est une stratégie d’empire en déclin. Un empire puissant conquiert son pouvoir en instaurant l’ordre, un empire en déclin défend son pouvoir en « organisant » le désordre.

      3/ Drac indique que la réintroduction d’inégalité est perçu comme une solution pour l’oligarchie (pas de son point de vue). Je crois que Drac est très favorable à l’indépendance du pays.

      4/ La systèmisation de la dette n’est qu’un moyen pour le Capital de poursuivre sa croissance. Les dettes publique ne sont qu’un modeste aspect de l’économie financière (la dette publique américaine s’élevant à 19 400 Md$ et l’économie financière à 2 024 800 Md$). La notion de pilotage par le virtuel me paraît donc relativement pertinente.

      5/ Oui, je vous rejoins globalement sur ce point. Néanmoins, il ne s’agit pas d’avoir une « démographie forte » mais une « démographie stable » - ce que possède la France. Outre le problème des communautés exogènes, l’Allemagne a une natalité déclinante, ce qui lui posera des problèmes tant économiques que sociaux.

      6/ Sans commentaires

      7/ Je ne veux pas nier l’existence d’un pourrissement, cela existe sous de nombreux angles (politiques, économiques, sociologiques, géopolitiques). Néanmoins, il me semble inévitable qu’une crise « véritable » advienne sur le plan financier/économique et qu’elle se transmette sur le plan sociologique/politique. Mais vous avez raison, les peuples resteront endormi encore de nombreuses générations… mais ont-ils jamais été réveillés ?


    • vote
      yoananda yoananda 3 avril 18:00

      @Alban Dousset
      " je crois que la globalisation, notamment à travers internet, apporte quelque chose à l’humanité que l’on pourrait qualifier de « pré-conscience »"

      Pour ma part, je n’en sais strictement rien. J’ai pensé ça un moment, puis l’inverse. Je pense qu’on peut soutenir les 2 thèses.

      Internet chez certains, c’est vrai, produit une sorte de conscience "planétaire", si on prends TED par exemple, qui en es un peu l’archétype. Mais est-ce nouveau ? ce n’est pas dit.

      Pour d’autres Internet c’est surtout la tribalisation, la fin des relations sociales non intermédiées, la sur-information pendant de la malbouffe, l’empilement argumentatif, et le biais de confirmation au carré. C’est l’absolu inverse d’une "pré-conscience".

      On peut aussi arguer que le "cerveau planétaire" à toujours existé, et peut-être même qu’avant, quand il se passait de technologie, il existait via les archétypes, les rêves, les religions, les "champs morphogénétiques", et qu’Internet ne fait que dénaturer ça en introduisant la déformation du numérique et que finalement c’est encore pire.

      Bref, je ne sais pas. Mais c’est un sujet passionnant.

      Il y a d’ailleurs 2/3 études qui comparent twitter ou d’autres à un réseau neuronal très intéressantes.

      Pour la notion de cerveau global, cf le travail d’Howard Bloom, pionier de la mémétique. Entre autres smiley


    • vote
      Croa Croa 1er avril 11:52

      Effectivement le système capitaliste est amoral (juste amoral). Ceux gèrent les sous-systèmes (conseils d’administrations) sont également amoraux (seulement amoraux car ce n’est pas eux qui décident des règles.)
      Par contre les vrais oligarques et les hommes politiques qui servent ce système ont bien des comportement immoraux car ces gens savent bien qu’ils ne servent pas l’intérêt général. Que ces politiques soient souvent corrompus, c’est cohérent finalement. Quand aux oligarques ce sont juste des salauds intégraux qui nous sont tellement supérieurs qu’il n’y a pas lieu de s’en étonner.

      

      Ajouter une réaction

      Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

      Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


      FAIRE UN DON







Palmarès