• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Frontaliers, chronique de la haine ordinaire

Frontaliers, chronique de la haine ordinaire

On aime les appeler les « Frouzes » ou les « Shadocks ». Ils sont environ 200'000 français ou binationaux qui vivent en Suisse, et plus de 160'000 frontaliers viennent y travailler quotidiennement. Depuis quelque temps, une partie des Romands se lâchent et n'hésitent pas à s'en prendre ouvertement à ces voisins jugés envahissants, arrogants, profiteurs et trop nombreux. Jamais l'ambiance n'est parue aussi tendue, au point qu'il n'est pas excessif de parler de véritable xénophobie, telle que l'ont vécue les Italiens dans les années 70 et les Kosovars plus récemment.

 

 

Tags : Suisse Polémique




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 6 votes
    V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2016 13:22

    Quand les citoyens d’un pays sous la pression conjointe du libre échange et de la gabegie d’état viennent travailler dans un autre pays relativement protectionniste, c’est perçu par les habitants de ce dernier comme du dumping social. Le ressenti peut vite prendre un tournure agressive si la "main d’oeuvre" arrive en plus avec une attitude condescendante. Donc le phénomène est parfaitement compréhensible, même si certaines réactions sont toujours disproportionnées dans de telles situations.


    • 4 votes
      Semi Kebab 19 décembre 2016 13:40

      Un pot de miel attire les abeilles, un tas de merde attire les mouches...
      .
      La Suisse est elle de miel ou de merde ? Les français sont ils des abeilles ou des mouches ?
      .
      La Fontaine se serait régalé à écrire une fable de son crû.
      .
      Maître suisse sur son arbre perché,
      Tenait en ses mains un coffre fort,
      Le français par l’appât du gain alléché,
      Passait la frontière pour l’autre bord,
      Avec sa gouaille, son arrogance naturelle
      Lui tint à peu près cette ritournelle :
      Hé bonjour, monsieur le Suisse riche et fort beau,
      Que votre pognon sent bon, que vous avez de jolis couteaux,
      Sans mentir ni coup férir, j’aimerai avoir un peu de votre oseille,
      Permettez que je vienne chez vous dans vos paysages sans pareils,
      Afin d’augmenter le chômage dans l’autre pays du fromage,
      Pour que j’échappe moi, aux redoutables impôts,
      Qui dans mon pays ne nous laissent que la peau et les os,
      Bien sûr vous êtes chez vous répondit le Suisse,
      Tant des nôtres n’aiment pas écarter les cuisses,
      Pour des boulots ingrats, indignes de leurs capacités,
      Mettez vous donc aux fourneaux, vous serez récompensés.
      .
      Moralité, tant va le frouze au flouze qu’à la fin il tient partouze...


      • 4 votes
        Joe Chip Joe Chip 19 décembre 2016 14:22
        J’ai un ami de lycée qui vit en Suisse depuis une dizaine d’années, bosse 60h par semaine pour un salaire de 12000 euros, roule en BM, a épousé une Suisse, etc... et il n’a pour ainsi dire aucun ami. Lui-même d’ailleurs est devenu un adepte inconditionnel du french bashing, peut-être une manière paradoxale de s’intégrer. Là où ça devient très révélateur de l’état d’esprit des Français, c’est qu’il n’a n’a pas de mots assez durs pour fustiger "l’assistanat", la sécu, sachant qu’il a été lui-même boursier durant toute sa scolarité et qu’il n’a ensuite pratiquement jamais travaillé en France. D’ailleurs, il avoue lui-même avoir "profité du système". A ses yeux, il ne doit sa situation qu’à son propre mérite. 
        C’est ça qui est dommage avec le modèle social français, quand il ne fonctionne pas, tout le monde gémit, mais quand il fonctionne il est perçu comme quelque chose qui va de soi alors que dans beaucoup de pays il n’aurait pas pu faire d’études sans s’endetter ou bosser comme un malade à côté. 
         
        Sinon le ressort de cette "haine" est bien compréhensible puisqu’une bonne partie des frontaliers ou des Français qui bossent en Suisse sont effectivement des diplômés qui acceptent parfois de bosser pour des salaires deux fois inférieurs à celui que demanderait un Suisse (c’est comme ça que mon ami a commencé d’ailleurs). Les patrons suisses sont des patrons, ils ont donc exactement le même réflexe qu’ailleurs, ils préféreront embaucher un étranger deux fois moins cher par rapport à un autochtone à compétences égales. 
        Là il y a effectivement un problème franco-français, pas assez de boulots correctement rémunérés en France, nivellement pas le bas, impôts élevés. Dans la médiocrité ambiante, avec la peur du chômage, beaucoup de Français ont fini par considérer que gagner 1500 euros par mois c’était une situation plus ou moins "normale", enfin, il y a pire quoi, surtout quand on rajoute un peu de sécu et de services publics vacillants. Alors que c’est franchement pas terrible quand on compare avec d’autres pays similaires. 

        Là où ça devient comique c’est que les Suisses romands sont eux-même pris de haut voire méprisés par les Suisses alémaniques, avec les mêmes thèmes (fainéant mais bosse pour moins cher, manque d’organisation, etc.)


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 19 décembre 2016 15:14

          @Joe Chip
          et il n’a pour ainsi dire aucun ami

           smiley

          Frilosité suisse ?


        • 3 votes
          Qamarad Qamarad 19 décembre 2016 15:17

          @Qamarad
          Là il y a effectivement un problème franco-français, pas assez de boulots correctement rémunérés en France, nivellement pas le bas, impôts élevés.

          Je rajouterais diplomïte aigüe et culture du piston, donc impossibilité, souvent, de trouver quelque-chose sans connaissances (sauf les secteurs les plus durs et dévalorisés).


        • 1 vote
          Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 19 décembre 2016 15:30

          @Qamarad
          Frilosité suisse ?


          Connerie congénitale de sa part ?


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 19 décembre 2016 16:00

          @Gaston Lagaffe
          ça peut être un problème individuel, en effet. Mais pour avoir une connaissance qui a travaillé en Suisse, son statut de Français lui a valu pas mal d’inimitiés. Donc, je ne l’exclue pas...


        • 3 votes
          Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 19 décembre 2016 16:45

          @Qamarad
          Chaque cas est différent, moi je n’ai jamais eu de problème à me rendre en Suisse à part quelques quolibets et autres clichés répétés à l’envi autour d’un verre et d’une fondue, pas de quoi appeler la LICRA, le MRAP et autres SoS Racisme pour pleurnicher...


        • 2 votes
          Qamarad Qamarad 19 décembre 2016 16:57

          @Gaston Lagaffe
          Je suis bien d’accord, raison pour laquelle je demande, pour avoir plusieurs récits. Si je peux, je ferais bien une petite virée sur place histoire de voir ça par moi-même.


        • 1 vote
          pegase pegase 19 décembre 2016 17:51

          @Qamarad
          Après quelques années passées à travailler en France, j’ai passé 12 ans en Suisse en tant que travailleur frontalier..

          Alors déjà tout est mieux qu’en France, les soins sont largement mieux pris en charge, les gens sont polis et courtois, ils sont travailleurs, dans l’ensemble bien éduqués, et les salaires sont 2 fois plus élevés ..

          Pour les entrepreneurs, les charges sont quasi divisées par deux .. Globalement tout coûte moins cher pour un entrepreneur en suisse, résultat => de nombreuses boites françaises viennent s’installer* afin de fuir littéralement l’enfer des lourdes charges patronales ... et de nombreux suisses y bossent sans même savoir qu’ils travaillent en fait dans une boite d’origine française ...


        • 5 votes
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 19 décembre 2016 15:05

          La seule allure de nos deux derniers présidents justifie amplement le mépris mondial dont nous sommes l’objet. 


          • 2 votes
            Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 19 décembre 2016 16:40

            @Qaspard Delanuit
            #Padamalgam svp...

            .

            J’avais écrit un commentaire égalitaire et réconciliateur entre les suisses et les français de souche, mais le fait d’avoir parlé d’autres ethnies m’a valu d’être modéré, c’est dommage, je réitère donc ma tentative de réconciliation entre helvètes et gaulois dans un esprit celtique d’unité raciale.

            .

            Je disais donc que parler de xénophobie suisse à notre égard était amplement exagéré, car j’en reviens de la Suisse, j’ai été rendre visite à un pote vigneron, et les suisses dans leur ensemble nous plaignent pour les politiques que nous subissons plutôt qu’ils ne se moquent, si il y a des tensions c’est dans certains milieux professionnels comme l’hôtellerie et la restauration où effectivement, pas mal de jeunes suisses peinent à trouver des places à cause des frontaliers, mais ceux qui vouent une haine envers ces frontaliers sont une petite minorité qui fait beaucoup de bruit mais qui ne pisse pas loin, donc c’est faux de dire que les suisses nous détestent.

            .

            Au Canada par contre, au Québec en particulier, j’ai beaucoup plus ressenti ce mépris pour ce qui vient de France qu’en Suisse, cette journaliste par contre, celle qui a pondu le livre polémique, beaucoup de gens s’accordent à dire qu’elle ne fait qu’amplifier des tensions mineures ou du racisme bon enfant qui existent depuis longtemps et qui consiste à chambrer presque fraternellement de la part des suisses, leurs cousins et voisins. Mais ça s’arrête là.

            .

            Par contre en revenant au pays, à la frontière, j’ai effectivement été frappé par le nombre de plaques d’immatriculation françaises, ça fait un paquet de monde, c’est vrai, de là à hurler de façon victimaire et larmoyante à une espèce d’ambiance pré pogroms à l’intention des français, faudrait voir à pas trop déconner, il y a d’autres motifs bien plus sérieux et alarmant en matière de grand remplacement, je n’en dirais pas plus sinon on va encore me modérer sans modération. Mais allez voir à Lausanne si ce sont les frontaliers qui foutent la merde...


          • vote
            Oursquipense Oursquipense 19 décembre 2016 17:26

            Les Suisses nous en veulent à cause du champagne.

            Je plaisante mais à moitié. Figurez vous qu’il y a une commune suisse qui s’appelle Champagne. Et il y a des vignes à Champagne, on y produit des vins non pétillants depuis très longtemps (plusieurs siècles). Eh bien depuis une bonne quinzaine d’années les vignerons de Champagne n’ont plus le droit de faire apparaître le nom de leur village sur leur production bien qu’il y ait impossibilité de confondre l’espèce de lavasse à bulle produit dans l’Est de la France avec l’honorable piquette helvète.

             Le pire c’est que ça ne s’arrête pas au vin, Champagne a une spécialité de biscuit et il est question de refuser l’inscription "recette de Champagne" sur l’emballage des biscuits.

            Bref les Suisses ont des raisons d’en vouloir à certains Français. 


            • vote
              pegase pegase 19 décembre 2016 18:08

              @Oursquipense

              Oui alors là franchement, ils ont quelques bon vins, mais vous n’avez probablement jamais comparé avec du vrais Champagne .. De toutes façons tout ce qui n’est pas Bio ce n’est que de la piquette, et aujourd’hui de nombreux domaines se convertissent au Bio ...

              http://www.champagne-biologique.com/6-30-cuvee-3a.html


            • 1 vote
              Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 19 décembre 2016 19:06

              @pegase
              Allez faire un tour dans le Valais, ils ont une impressionnante variété de cépages morcelés sur de petites surfaces, dans la vallée du Rhône bercée dans une espèce de micro climat que ne connaissent pas les vaudois, les genevois ou les neuchâtelois, du vin liquoreux aux vins secs en passant par les mi secs, les rosés, les rouges les blancs, j’y ai même goûté un vin rouge surmaturé, du vin rouge sucré comme du Sauternes, ils sont fous ces suisses smiley Mais avec une glace à l’édelweiss, des fromages corsés genre bleus de Bresse ou Roquefort ça passe bien ou encore avec du chocolat noir.

              .

              Le Valais est pour moi, et de loin, une découverte en matière de vins, des cépages dont je n’avais jamais entendu parler avant, Humagne Rouge, Cornalin, Petite Arvine, Johannisberg (issu du cépage Sylvaner) bref, une variété de malade et c’est pas de la merde industrielle, l’artisanat est de mise, bon, par contre, faut mettre le prix aussi n’est ce pas... Compter 15 euros la bouteille en général, pour avoir de la qualité, c’est pas excessif mais rien à voir avec des bouteilles à 2 euros 50 le pack de 6 en provenance du Chili ou de je ne sais où...


            • 1 vote
              Djam Djam 20 décembre 2016 09:39

              Dépassons l’analyse de surface (xénophobie et autres concepts bien aiguisés depuis que les fausses gauches du monde ont pris le contrôle de la sémantique mondialiste) et tâchons de comprendre à qui profite le "crime")....

              Le reportage est, à y bien regarder, comme toujours habilement monté. Fait pour gonfler le problème jusqu’à la caricature ( des français et des suisses). Les 1er passant pour des victimes, les 2sd pour des salauds. Déplaçons le problème et les opposants et remarquons que le problème est tout aussi habilement monté en France avec les migrants et autres flux clandestins. Idem pour Israël et la Palestine, les USA et les latinos, les occidentaux de tous poils et les africains qui eux ne sont plus chez eux depuis des siècles et même les Chinois qui se sont répandus partout et jusqu’au Tibet

              1er constat : Depuis l’avènement de la "modernité" et son corollaire "faire du profit" toujours plus, les humains sont obsédés par le pognon et près à tout pour gagner 3 balles de plus. Et depuis des siècles les guerres pour pillages systématiques sont légions.

              2eme constat : Les médias (essentiellement de gauche mondialistes pour ce qui concerne l’info officielle) sont passés maîtres dans l’art de diviser et d’orchestrer la guerre de tous contre tous...ce qui permet en passant de masquer LA véritable guerre : celle contre tous ceux qui refusent la bouillie infâme d’un peuple univoque consommateur et asservi partout.

              On pourrait allonger la liste dès constat mais nous retiendrons ici celui qui consiste à se poser quelques questions subsidiaires d’une grande importance pour comprendre ce nouvel épisode de supposée intolérance .

              A l’ évidence, en Suisse comme ailleurs, les guéguerres régionales ont toujours existé et il faut être naïf pour croire que les français seraient subitement les pauvres victimes de suisses énervés. L’inverse à toujours exister aussi... Rappelons-nous de l’accueil des italiens, des arabes, des africains, des espagnols, des roumains, bulgares etc des que les guerres de colonisation globales ont été lancées avec les moyens modernes ces en termes de propagande ! Un must en matière de grosses manips médiatiques.

              Trouver un bouc émissaire (lire ou relire R. Girad) est le biscuit des fauteurs de merde... Mais ce qui est, me semble-t-il, essentiel à comprendre dans cette nouvelle affaire de xénophobie, c’est cette perversion médiatique qui, surfant sur un phénomène ancien (l’intolérance d’un peuple endogène se manifeste uniquement lorsque le nombre d’émigrés atteint un certain seuil susceptible de perturber la population locale). En effet, le but final des mondialistes est bel et bien de culpabiliser toute nation qui réagit au diktat du grand mélange forcé.

              La réaction est, je le souligne à nouveau, un phénomène normal voire parfaitement sain. Comme un organisme qui peut supporter une certaine charges virales jusqu’au moment où le système immunitaire réagira en luttant pour.... MAI TENIR L’HOMEOSTASIE de l’organisme. Car.... Pour ceux qui y verrait là encore une insupportable "idéologie" réact, il est temps de comprendre et de réaliser que ces guerres dites de racisme ou xénophobes ne sont que des façons malsaines de culpabiliser des peuples qui savent depuis la nuit des temps que TOUS les peuples peuvent vivre ensemble, échanger, commercer, à condition de respecter les lois naturelles des diversités culturelles et surtout de l’importance des flux venant de l’extérieur. Et ce n’est pas en vain que l’on parle d’intérieur et d’extérieur.

              Un peuple vivant dans une régions donnée est une organisme qui a besoin d’une peau pour protéger son fonctionnement sain. Ceux qui prêchent le mélange (Attali, Soros et tous les mondialistes du globe) sont juste des gens qui visent depuis des décennies déjà la fabrique d’un peuple univoque gris, sans histoire, sans racine surtout (réécouter l’Attila des plateaux pour saisir le discours inouï de ces évangélistes d’aéroport) et sans mémoire. Le neo capitalisme a besoin de cette Armée de réserve flexible pour pérenniser son système d’aliénation générale.

              Comprenons donc bien que cette affaire franc on-suisse n’est que le énième épisode de culpabilisation d’un peuple (en l’occurrence les suisses) pour briser la logique économique interne par une orchestration perverse d’une réaction saine (contenir le trop d’exogenes) transformée en racisme violent. Les merdias sont très forts dans ce genre d’exercice.

              Et c’est un français qui l’écrit et qui, n’en déplaise aux âmes ramollies par la cause humaniste de pacotille, soutient la réaction Suisse. On ferait bien de se réveiller en France sinon, dans deux décennies on vivra juste dans une zone insipide où personne ne saura d’où il vient ni où il ira demain....


              • vote
                baleti baleti 21 décembre 2016 21:41

                J’ai travailler en suisse, de Genève a Zurich, français de type maghrébin, j’ai eu plus de problème, en tant que français, que maghrébin , surtout dans le zurichois .

                Les affaire étaient plus prospère, quand je parlais pas francais. Je bidouillais un italien,avec du français, d’un gas d’Afrique du nord. J’ai vite compris, qu’il étais préférable de me présenter, comme un francophone d’Algérie, qu’un français de France.
                J’ai eu le même genre de problème en Italie.Les français n’on pas la cote dans pas mal de pays d’Europe. Le pourquoi, je n’est jamais eu de vrai réponse.

                Se phénomène, s’aggrave, pourquoi ?????
                 j’ai décider de prendre des cours d’anglais.La merde le prof me dit que je parle un anglais de français


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

toofik


Voir ses articles







Palmarès