• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Grèce : 14 aéroports régionaux vendus à un groupe allemand et à un oligarque (...)

Grèce : 14 aéroports régionaux vendus à un groupe allemand et à un oligarque grec

Le gouvernement de Tsipras a officialisé la cession de 14 aéroports régionaux au consortium Fraport-Slentel pour 1,23 milliard d’euros, dans une décision publiée mardi au Journal officiel. Le groupe allemand Fraport devra exploiter ces aéroports en partenariat avec le groupe d’énergie grec Copelouzos, Slentel étant une filiale de ce dernier (source), et un loyer de 22,9 millions d’euros devra être payé à l’État grec chaque année pour une durée de 40 à 50 ans (source).
Le fondateur et président du groupe Copelouzos est Dimitris Copelouzos, le représentant de Gazprom en Grèce depuis les années 1980 et l’un des oligarques grecs d’après le Financial Times.





Des aéroports régionaux vendus

En avril, la Grèce avait privatisé les droits des paris hippiques, opération lancée également par le gouvernement précédent, en les cédant pour vingt ans à une filiale de la société gréco-tchèque de paris sportifs Opap pour 40,5 millions d’euros (source).

 

J.G., Tridi 3 Fructidor an CCXXIII

 

P.S. : Les principaux secteurs d’activité du groupe Copelouzos sont « le marketing et l’importation de gaz naturel, le commerce et la production d’électricité, les sources d’énergie renouvelables (éoliennes, hydroélectriques, solaires), la fourniture d’équipements liés à l’énergie, l’immobilier, les concessions, les centres d’exposition et de congrès, les publicités extérieures, la gestion d’aéroports, les projets ferroviaires, la construction et la gestion de projets à grande échelle, etc. Concernant son activité dans le domaine des aéroports, le groupe détient une participation dans l’aéroport international d’Athènes. Copelouzos et Fraport sont tous deux partenaires du consortium Northern Capital Gateway qui gère l’aéroport international Pulkovo (LED) de Saint-Pétersbourg » (source).

--------------------------------------------------------------------

LIRE AUSSI...


- Grèce : les milliards du FESF profitent à Spiros Latsis, la plus grosse fortune du pays
- Le "socialiste" Papandréou vend la Grèce
- Grèce : scandales autour du PASOK et du groupe allemand Siemens

 

Tags : Economie Grèce Dette Oligarchie Polémique Union européenne



Réagissez à l'article

9 réactions à cet article


  • 8 votes
    michel-charles 20 août 2015 10:21

    En Grèce...grande braderie...les soldes de l’UE garanties par Tsipras collabo des riches..venez nombreux.. !


    • 2 votes
      Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 août 2015 01:36

      @michel-charles

      Tout ça n’a plus beaucoup d’importance. Les USA viennent de référer a la Russie comme a un État "antagoniste", deux millions (2 000 000) de militaires coréens s’affrontent à la frontière des deux Corées et la Bourse baisse a Wall Street comme a Shanghai. j’ai bien peur qu’on n’entre dans une nouvelle étape et que la Grece soit mise au second plan.... a oins qu’un brutal changement de son alignement hors de l’UE et avec les BRICS ne lui donne au contraire valeur de symbole.

      PJCA


    • vote
      wesson 21 août 2015 12:35

      @Pierre JC Allard

      "a moins qu’un brutal changement de son alignement hors de l’UE et avec les BRICS ne lui donne au contraire valeur de symbole."

      Tspiras est clairement en train de manœuvrer pour obtenir une majorité euro-compatible pour quelques années. 

      Jouissant encore d’une bonne popularité du fait qu’il n’est pas mouillé dans des scandales de corruption, il convoque rapidement de nouvelles élections avant que les mesures d’austérité qu’il a accepté ne produisent leurs effets, et que les gens comprennent que l’austérité est consubstantielle à l’Euro.

      Tsipras peut même espérer obtenir plus de 37%, ce qui lui donnera une majorité absolue à la vouli, et lui permettra d’appliquer la politique dictée par l’Europe pendant quelques années.

      C’est pourquoi on risque d’avoir une configuration assez surréaliste pour ces élections, ou l’opposition de droite (ND, To Potami et Pasok) vont tout faire pour que Syriza canal Tsipras obtienne la majorité absolue à la vouli.

      Il est désormais clair que Syriza va éclater et la plateforme de gauche va créer un autre parti avec comme programme une sortie de la zone Euro. Il sera très intéressant de voir quel score fera cette formation, qui aura de toute manière de très forte chances d’accéder au pouvoir lorsque l’échec du 3ème plan d’aide européen sera une évidence impossible à dissimuler.


    • 8 votes
      Lisa Sion Lisa Sion 20 août 2015 11:41

      La vie n’est donc qu’un grand jeu de Monopoly taille réelle où il suffit d’acheter les gares et les hôtels pour gagner, avec une immense case prison pour tous ceux qui refusent d’admettre que la partie centrale n’est qu’un vaste champs de bataille...qu’est ce qu’on s’ennuie à envoyer nos enfants à l’école, alors que tout est si simple comme un jeu d’enfants qui s’ennuient...bienvenue à Capiloly.


      • 4 votes
        jeanpiètre jeanpiètre 20 août 2015 15:11

        capitalisme : mutualiser les dépenses, privatiser les profiits


        • 2 votes
          Schweizer.ch 20 août 2015 17:24

          @jeanpiètre

          "capitalisme : mutualiser les dépenses, privatiser les profiits."

          Ici, ça ne joue pas. Grâce à la crise grecque, l’Allemagne a économisé cent milliards d’euros.


        • 7 votes
          Schweizer.ch 20 août 2015 17:21

          Quand la Merkel dit : "Nous ne voulons pas d’une Europe allemande.", on ne peut s’empêcher de penser à la fable du scorpion et de la grenouille :


          Un scorpion qui avait besoin de traverser une rivière, demanda à une grenouille de le mener jusqu’à l’autre rive, sur son dos.
          - Il n’en est pas question, répondit la grenouille. Je te connais et je sais que si je te laisse monter sur mon dos, tu me piqueras pour me tuer.
          - Mais alors, je vais mourir noyé, répondit le scorpion.
          La grenouille finit par accepter, mais alors qu’ils étaient à la moitié du parcours, le scorpion la piqua, lui injectant son venin mortel.
          - Mais qu’est-ce que tu as fait, malheureux, s’écria la grenouille. Maintenant, tu vas mourir, toi aussi !
          - Je n’y peux rien, dit le scorpion. C’est ma nature.



            • 1 vote
              zygzornifle zygzornifle 21 août 2015 15:31

              c’est l’effet Merkel encore pire que l’effet papillon ......

              

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON







Palmarès