• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hassan Nasrallah : Pourquoi Israël redoute une guerre contre le (...)

Hassan Nasrallah : Pourquoi Israël redoute une guerre contre le Hezbollah

 

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2017, à l'occasion de la commémoration annuelle des dirigeants martyrs

 

 

 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

Transcription :

 

Chers frères et sœurs, pour cette commémoration annuelle des dirigeants martyrs du Hezbollah, nous veillons (toujours) à ce que le thème principal de notre discours soit ce qui a trait à l'ennemi israélien. Permettez-moi de l'aborder sous deux aspects : premièrement, l'aspect libanais, et en deuxième lieu, l'aspect palestinien.

 

Côté Liban, en ce qui concerne la question israélienne, durant les dernières semaines et les derniers mois, nous avons entendu beaucoup de propos israéliens, nous avons lu beaucoup de déclarations, d'analyses et d'évaluations israéliennes. De même, un certain nombre de conférences ont été organisées, surtout au début de la nouvelle année grégorienne. Nous avons également entendu de nouvelles estimations, des déclarations israéliennes sur la situation stratégique de la région, et dans ces conférences, des Présidents, des ministres, des généraux, des personnalités, des Professeurs se sont exprimés. Beaucoup de ce qui a été dit avant et après a été publié.

 

En synthèse – je vous parle du point essentiel pour ne pas m'attarder sur les considérations qui ont mené à cette conclusion –, il s'agit de l'intimidation continue contre le Liban, l'évocation d'une 3ème guerre du Liban, les scénarios de cette guerre et ce que fera Israël du Liban durant la 3ème guerre du Liban. Et tout ce que vous voulez en fait de déclarations, propos, discours, menaces, intimidations, etc. Je veux m'arrêter quelque peu sur cette question.

 

Bien sûr, la position israélienne, même au niveau de l'évaluation de la situation, se développe en ce qui concerne le Liban et le Hezbollah en particulier : par exemple, ils parlent de la « menace stratégique », de la « menace essentielle », de la « menace principale ». Cette année, ils nous ont élevés et mis en première position. 

 

Bien sûr, c'est un sujet de fierté pour le Hezbollah, mais c'est un signe dangereux du point de vue stratégique. Lorsqu’Israël considère que les pays arabes ne représentent aucune menace, que les armées arabes ne représentent plus de menace, que la seule menace était l'armée syrienne, mais que son rang a diminué du fait de son accaparement et de son épuisement dans la guerre intérieure. Et dans toute cette atmosphère, le Hezbollah se retrouve à la première position.

 

Et l'Iran, qui est éloigné de plusieurs milliers de kilomètres de la Palestine (occupée) se retrouve en 2e position et la résistance palestinienne en 3e position. Voilà en ce qui concerne le Liban.

 

Ces menaces et ces intimidations ne sont bien sûr pas nouvelles. Il a toujours semblé qu'il y a un objectif israélien de faire continuellement pression sur le peuple libanais et les habitants du Liban et surtout sur la base (populaire) de la Résistance au Liban. Des pressions énormes et continues sur les nerfs, sur le moral, pour nous maintenir dans une situation (de pression continue), avec des menaces incessantes de guerre (israélienne) contre le Liban prononcées par telle ou telle personnalité. Et dernièrement, après l'arrivée de Trump à la Présidence des Etats-Unis, ces analyses et évaluations reviennent encore et encore.

 

Bien sûr, je ne veux ni récuser ni confirmer (le sérieux de) ces propos, mais j'invite les Libanais, le peuple libanais et tous les résidents du Liban, car tous sont concernés par cette question, qu'il soient habitants permanents, réfugiés ou déplacés, Palestiniens ou Syriens, (j'appelle) tous les gens qui se trouvent sur le territoire libanais à considérer cette question sous cet aspect, avec cette conscience :

 

Premièrement, nous entendons ces propos depuis la fin de la guerre de juillet 2006. C'est pourquoi beaucoup avaient estimé qu'en 2007, aurait lieu la troisième guerre du Liban. D'autres ont dit 2008. 2008 est passée, et ils ont (pré)dit (la guerre pour) 2009. 2009 est passée, ils ont dit 2010. 2010 s'est terminée, ils ont dit 2011. Même chose pour 2016.

 

Eh bien, depuis 11 ans qu'a eu lieu la guerre de juillet (2006), et chaque jour après la guerre de juillet, nous avons entendu les annonces (incessantes) de la troisième guerre du Liban, de la vengeance prochaine, des menaces, des promesses, des destructions, de la doctrine de Dahiyeh, de la destruction de l'infrastructure du Liban, etc. Eh bien, ça fait déjà 11 ans, et Dieu merci, tout va bien et tout ira bien si Dieu le veut : nous sommes en sûreté, en sécurité et en paix, le Sud(-Liban) est en sécurité, tout comme la Bekaa occidentale, Hasbaya, tout le Liban est en sécurité. Maintenant, il y a certes des incidents qui se produisent de temps en temps. Eh bien, voilà pour le premier point. Onze ans se sont donc écoulés. Qui peut dire (avec certitude) que (la guerre sera pour) 2017, 2018, 2019, 2020 ? Dieu seul le sait. Voilà pour le premier point. 

 

Deuxièmement, les développements politiques sur lesquels certains se basent concernent Trump. Trump pourrait effectivement autoriser Israël, à l'ennemi israélien de lancer une guerre contre le Liban pour en finir avec le Hezbollah. Bien sûr, il y a un débat politique sur cette question, à savoir quelle est la priorité de la nouvelle administration américaine dans la région, car jusqu'à présent, on ne comprend rien à rien, à cause du différend persistant au sein de l'administration américaine entre le leadership individuel (Trump) et celui des organisations (Etat profond), et comme on dit en Libanais, c'est le flou total, on ne sait pas si Trump va à gauche, à droite, on ne comprend rien à rien. 

 

Mais quoi qu'il en soit, ce point ne nous fait pas peur, même si cette analyse était vraie. Même si l'analyse disant que Trump va permettre à Netanyahu de lancer une guerre contre le Liban, ou même qu'il va l'y encourager, plus que le lui permettre (était vraie). Est-ce que la question de la guerre contre le Liban s'arrête seulement à l'autorisation US ou à l'encouragement US ? Je vous affirme que non.

 

Je vais répéter une chose que j'ai déjà dite pour la confirmer et bien enraciner l'idée dans les esprits. Voyez donc, ô nos frères, nos sœurs, notre peuple, nos gens, les peuples de la région : pour Israël, les conditions politiques pour lancer une guerre contre le Liban sont présentes en permanence. Elles sont présentes en permanence. La couverture américaine est présente en permanence. Et malheureusement, la couverture arabe est présente, et presque en permanence. La couverture arabe qui a permis à Israël d'agresser le Liban en 2006 est aujourd'hui plus présente encore qu'en 2006, pour des raisons nombreuses et diverses que je ne veux pas évoquer maintenant.

 

Pour Israël, ce n'est qu'une question... – au contraire, il y a maintenant des pays arabes prêts à financer la guerre israélienne et même à payer des intérêts sur les frais (de guerre) encourus (par Israël). Car ils considèrent qu'en fin de compte, le Hezbollah fait partie d'un front, d'un Axe qui a fait obstacle à un grand nombre de leurs projets néfastes dans la région. Pour Israël, la question n'est ni celle de la permission US, ni de la couverture US, ni de la couverture arabe, ni rien de tel. Pour Israël, et surtout après la guerre de juillet 2006, surtout après les guerres de Gaza et la guerre de 2014 contre Gaza, est que si ils veulent lancer une guerre contre le Liban, comme ils le disent eux-mêmes (ce n'est pas une analyse qui m'est propre), est-ce qu'ils vont gagner cette guerre ? Est-ce qu'ils vont obtenir une victoire claire, décisive, atteindre leurs objectifs avec le moins de pertes possible en ce qui concerne l'ennemi (israélien) et le front intérieur ? Telle est la (véritable) question. La question fondamentale pour Israël est celle-ci.

 

Et elle n'a aucune relation ni avec Trump, ni avec Obama, ni avec quiconque, en aucune manière. Et cela signifie en particulier que ce que représente la Résistance (le Hezbollah) en fait de force, et ce que la base (populaire) de la Résistance représente en fait d'endurance et de soutien fort, profond et massif constitue l'élément de force fondamental, avec l'armée libanaise et la position du reste des Libanais, et j'ajoute aujourd'hui la position ferme et inébranlable de Son Excellence le Président de la République Libanaise, le Général Michel Aoun. Tels sont les éléments de force.

 

Pourquoi dis-je la base (populaire) qui soutient (la Résistance), supporte et endure patiemment, qui a prouvé au fil des années passées à travers l'épreuve syrienne qu'elle est forte, endurante, soutient massivement (la Résistance) et croyante, et prête aux plus hauts sacrifices. Tant que cet élément de force sera présent, voilà ce qui dissuadera Israël de lancer une guerre. C'est ce qui l'a dissuadé en 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016. Et c'est ce qui le dissuade aujourd'hui et à l'avenir. 

 

Oui, si l'ennemi sent que la Résistance s'est érodée, affaiblie et a reculé, que la base (populaire) de la Résistance s'est érodée et affaiblie, cela encouragera cet ennemi à s'aventurer (à attaquer) et à s'approcher.

 

Ainsi, aujourd'hui, face à toutes les menaces et intimidations, notre garantie, après Dieu le Très-Haut et l'Exalté, est entre nos mains, en nous. Dans les testaments de nos martyrs, dans l'âme qu'ils nous ont insufflée - Sayed Abbas [al-Musawi], Cheikh Ragheb [Harb], Hajj Imad [Moghniyeh], dans nos moudjahidines (combattants), nos hommes, nos femmes, nos anciens, nos jeunes, nos enfants, notre culture, notre endurance, voilà ce qui protège le pays et empêche la guerre, non pas le véto US ou l'autorisation US.

 

Parmi les signes qui confirment cela, je vais parler brièvement de quelques points, car je n'ai pas le temps de faire une analyse complète sur cette question.

 

Premièrement, en ce qui concerne l'ammoniac, le réservoir d'ammoniac situé à Haïfa. Il y a quelques jours, une décision a été rendue : avant 10 jours, il faut que le réservoir d'ammoniac de Haïfa soit retiré. Pourquoi donc ? Ces réservoirs étaient là depuis des décennies... Parce que la Résistance [Hezbollah] a parlé de ce réservoir et du fait qu'il représente à une bombe atomique (s'il était frappé). Et plus encore, il nous a été indiqué qu'il y a un navire qui apporte l'ammoniac et le livre au réservoir de Haïfa et d'autres, et que si j'ai pu dire que le réservoir d'ammoniac de Haïfa équivaut à une bombe atomique, ils ont dit eux-mêmes que le navire qui apporte l'ammoniac en Palestine occupée représente cinq bombes atomiques. Eh bien, comment ce navire pourrait-il donc nous échapper ?

 

Considérons qu'ils ont vidé le réservoir de Haïfa. Premièrement, où qu'ils transportent ce réservoir, nous pourrons l'atteindre, si Dieu le veut. Bien sûr, à Haïfa, c'est plus facile, aucun doute là-dessus, c'est plus près et plus facile à Haïfa. Mais où qu'ils déplacent ces réservoirs, nous pourrons les atteindre. Considérons que vous ayez caché ces réservoirs, où allez-vous caché le navire ? Sous quelle vague voulez-vous le cacher ? 

 

Ainsi, cet ennemi se trouve face à une résistance qui possède des capacités et a le courage de les utiliser dans toute confrontation réelle, et il fera mille calculs (avant de lancer une guerre). Et sur cette base, s'ils veulent vider le réservoir – bien sûr, les habitants de Haïfa devraient remercier le Hezbollah (grâce à qui le réservoir a été déplacé), disant Dieu vous bénisse, car ça fait 20 ou 30 ans qu'ils demandent cela, mais personne ne leur répond.

 

Aujourd'hui, jour de la commémoration (du martyre) des commandants de la victoire, j'appelle l'ennemi israélien à ne pas seulement vider le réservoir d'ammoniac de Haïfa, mais je l'appelle également à fermer le réacteur nucléaire de Dimona. A fermer le réacteur nucléaire de Dimona. Ils ont bien assez d'informations sur ce réacteur, qu'il est usé, vieux, obsolète, dépassé, et qu'il ne faut pas un grand effort de bombardement (pour le détruire), et ils savent également que si nos missiles frappent ce réacteur, ils savent ce qui va leur arriver, à eux et à leur entité (usurpatrice), ils connaissent l'ampleur des dangers qu'il représente pour eux.

 

Comme je l'ai dit par le passé pour le réservoir d'ammoniac, Israël a des armes nucléaires, et elle s'oppose à l'Iran à cause de son programme nucléaire pacifique, mais par la Grâce de Dieu, et par la mentalité et le courage de nos moudjahidines (combattants), et par nos propres capacités, nous pouvons transformer la menace en opportunité. Les armes nucléaires israéliennes qui constituent une menace pour l'ensemble de la région, nous les transformons en opportunité, nous les transformons en menace pour Israël, son entité, ses colons, ses colonialistes, ses envahisseurs qui occupent la Palestine occupée.

 

Certains ont considéré que la décision israélienne de fermer le réservoir d'ammoniac de Haïfa était un signe qu'une guerre contre le Liban est proche. C'est possible, même si je ne partage pas cette opinion, mais je ne parle pas de manière absolue ou avec certitude, mais je dis à ceux qui croient cela que c'est plutôt une indication de la crédibilité de la Résistance libanaise aux yeux de l'ennemi, de la certitude de l'ennemi quant à la puissance et aux capacités de la Résistance libanaise, et que lorsque (le Hezbollah) dit quelque chose, il est capable de le mettre à exécution. Considérez cette lecture (des événements) avant d'en envisager d'autres.

 

Un autre signe sur lequel je veux m'arrêter dans ce rapide aperçu, est que... eh bien, considérons qu'[Israël] veut lancer une guerre. Tout le monde sait maintenant que la guerre aérienne seule ne permet pas de remporter la bataille, ni de réaliser une victoire, où que ce soit. Aujourd'hui, en Irak, s'il n'y avait pas d'armée irakienne, de forces de mobilisation populaire et antiterroristes et de clans irakiens qui combattent, même si la plus puissante armée de l'air du monde venait, elle ne parviendrait pas à mettre fin à la bataille contre Daech. Actuellement, en Syrie, s'il n'y avait pas l'armée syrienne, les forces populaires et les différents alliés qui combattaient sur le territoire syrien, et le peuple syrien qui combattait sur le terrain en Syrie, la plus puissante armée de l'air ne parviendrait pas à remporter une bataille. 

 

Bien sûr, la force aérienne a une influence, en toute certitude, et contribue à la victoire, mais c'est devenu connu, après la guerre du Liban, après les guerres de Gaza, après beaucoup de guerres dans le monde, et ça fait aujourd'hui partie des certitudes militaires et stratégiques (la force aérienne ne suffit pas).

 

Eh bien, considérons que tes avions aient décollé et bombardé le Liban – sans parler de ce que nous ferons de toi (en retour) – mais ne voudras-tu pas envoyer des forces (terrestres) au Liban, pour réaliser une victoire décisive, claire, et atteindre tes objectifs ? Que va-t-il advenir de ces forces qui vont entrer au Liban ? Déjà, est-ce qu'Israël va oser envoyer des troupes au Liban, pour nous menacer comme ça de guerre ? Je veux évoquer deux preuves pour ce point.

 

La première preuve, c'est Gaza, en 2014. La Brigade Golani, chers frères et soeurs, compte parmi les meilleures, et est peut-être même la meilleure des troupes d'élite de l'armée ennemie. Et on m'a même dit qu'elle compte parmi les meilleures troupes d'élite du monde. Parmi les meilleures troupes d'élite (les commandos, les forces spéciales) du monde. Pendant la guerre de 2014, elle a essayé d'entrer au quartier Chuja'iya à Gaza. Elle s'est fait écraser et humilier, elle a échoué et a été vaincue dans un seul quartier de la bande de Gaza assiégée et découverte, telle un désert complètement exposé aux yeux et aux oreilles de l'ennemi. Ces troupes d'élite à vous, si elles viennent au Sud du Liban, qu'est-ce qui va donc leur arriver ? Vos officiers, vos soldats, vos tanks ? 

 

Les troupes d'élite de la Brigade Golani ont essuyé une cuisante défaite dans la bande de Gaza, et après quoi ? Après 2006, après qu'ils aient tiré les leçons, remédié, amélioré, entraîné, préparé et armé leurs troupes d'élite, tiré les enseignements de tous leurs manquements et échecs pendant la guerre de juillet (2006), et ils sont allés à Gaza pour voir les résultats de leurs entrainements, préparations et manœuvres 8 ans après la guerre de juillet pour subir cette défaite dans le quartier de Chuja'iya. C'est vous qui vous êtes arrêtés des jours durant aux portes de la ville de Bint Jbeil (sud-Liban, 2006). Qui est-ce que vous menacez ? Qui croyez-vous intimider ? Pourquoi (essayer de) faire peur aux gens ?

 

L'autre preuve est ce qui se passe à la frontière (libano-israélienne). Peut-être que les médias ne mettent pas assez en évidence ce sujet, et j'espère que d'autres médias qu'Al-Manar vont en parler. Il faut que les médias, locaux et internationaux, viennent voir ce que font les Israéliens à la frontière. Les hauts murs en béton qu'ils construisent dans plusieurs régions importantes ou sensibles du point de vue militaire. Les Israéliens construisent des murs. Ils aplanissent les collines et bloquent les vallées. Eh bien, ils ont annoncé la construction de lignes de défense pour les colonies au Nord de la Palestine occupée, et ils ont effectué des manœuvres sur ces lignes. Pourquoi ?

 

Depuis 1948, qu'y a-t-il entre nous et l'entité israélienne, entre nous et la Palestine occupée ? Il y a du fil de fer barbelé, rien que du fil de fer. Pour que l'Israélien, quand bon lui en semble, coupe le fer et nous envahisse. C'est lui qui occupait, c'est lui qui agressait, c'est lui qui attaquait, c'était lui le fort, c'est lui qui avait la main haute.

 

(Aujourd'hui), pour la première fois depuis 1948, pour la première fois, par la grâce de ces dirigeants martyrs, artisans de la victoire, et les sacrifices de tous les résistants au Liban, pas seulement les nôtres, des murs et des fortifications sont construits (pour se protéger d'une invasion par le Hezbollah), ainsi que des lignes de défense autour des colonies. Ce n'est plus seulement nous qui devons ériger des lignes de défense pour nos villages et nos villes, lui aussi doit en construire dans ses collines, vallées et colonies au nord de la Palestine occupée.

 

Si tu es tellement fort, capable, puissant et fier-à-bras, pourquoi construis-tu des murs, et fais-tu tous ces travaux de terrassement dans tes collines, vallées, champs, ce minage de terrain, etc. Quelque chose a changé, évolué dans la mentalité israélienne, dans la conception militaire israélienne, dans l'âme israélienne, le sentiment israélien. La résistance au Liban n'est plus seulement une résistance qui se mobilise seulement pour défendre son pays et résiste et combat seulement sur ton territoire, non. 

 

C'est pourquoi – je me contenterai de ces points pour dire ceci : que la population (du Liban) soit tranquille et apaisée, et ne se laisse pas préoccuper par tout ce qui se dit et s'écrit. Toutes ces intimidations, menaces et promesses, nous les plaçons toutes dans la sphère de la guerre psychologique. Bien sûr, cela ne signifie pas que nous disons qu'il n'y a rien (dont on doive se préoccuper), non ! La Résistance, comme cela est le devoir de l'Etat (si Dieu le veut, quand nous aurons un véritable Etat), et comme cela est le devoir de l'armée, qui a prouvé qu'elle était digne de confiance dans toutes les conditions difficiles, le devoir de la Résistance est d'envisager le pire et de s'y préparer. La population doit être tranquille, mais la Résistance ne doit pas être tranquille. La Résistance doit rester en permanence aux aguets, prête, organisée, à l'écoute et à l'affut, le doigt sur la gâchette. Et l'ennemi comprend cela, car c'est ce qui dissuade l'ennemi.

 

Bien sûr, à part l'appel au démantèlement de (la centrale nucléaire de) Dimona, je souhaite adresser un dernier message (à l'ennemi) et je m'arrêterai là en ce qui concerne le Liban et l'ennemi israélien, à savoir : je déclare aux dirigeants ennemis, car il semble qu'ils commencent à se tromper dans leur compréhension (de la situation). Pour la guerre de juillet (2006), vous avez tout bâti sur la conviction que vous aviez des informations suffisantes sur la Résistance, et vous avez attaqué. Et vous avez été ébranlés par des surprises, plusieurs surprises aujourd'hui connues. 

 

Vous avez mené l'opération « Poids spécifique » (ciblant les missiles de longue portée du Hezbollah, le 13 juillet 2006) qui a échoué et changé le cours de la guerre. Je sais, et nous savons, au Hezbollah et dans la Résistance, que vous planifiez une nouvelle opération « Poids spécifique » au cas où une guerre aurait lieu un jour ou l'autre. Et vous vous trompez (une nouvelle fois) lorsque vous considérez que vos informations sont suffisantes. Nous gardons toujours des capacités secrètes. Cela fait partie de notre doctrine de combat et de notre stratégie militaire et sécuritaire. Et vous allez encore être surpris par ce que nous cachons et gardons secret, qui peut changer le cours de toute guerre qui sera un acte stupide si vous vous dirigez dans ce sens.

 

Chers Libanais, cher peuple libanais noble, digne et généreux, par la grâce de ces dirigeants martyrs, de leurs frères, de leurs élèves, de leur sang et de leurs sacrifices, vous pouvez aujourd'hui avoir pleine confiance en vos capacités et votre force, et en votre dissuasion, et en le fait qu'aux yeux de l'ennemi, vous êtes quelque chose de grand et de redoutable. Vous devez être confiants et sûrs de cela, et bâtir vos calculs là-dessus.

 

Tags : Israël Guerre




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • vote
    Qiroreur Qiroreur 28 février 16:45

    Parce que le Hezbollah a une armée de 20 000 hommes (+ 25 000 de réservistes), qu’il possède plus de 100 000 missiles courte/longue portée, que ses combattants se sont aguerris durant le conflit en Syrie, que leur renseignement a progressé, qu’ils deviennent performants sur le terrain de la guerre électronique et qu’ils sont bien équipés (drones, etc.). L’inquiétude en Israël est réelle. Plusieurs officiers pensent qu’en cas d’envahissement dans le nord il est fort possible que Tsahal ne puisse pas y résister. 

    Mais disons que la pression russe et la participation au gouvernement libanais incitent à penser que les velléités du Hezbollah seront maitrisées d’autant que les moyens israéliens restent supérieurs sur le plan technologique, même si un conflit ferait d’énormes dégâts en Israël. Il est certain que le Hezbollah de 2017 n’a plus rien à voir avec celui de 2006 et qu’Israël redoute une confrontation avec ces soldats expérimentés.

    • 1 vote
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 1er mars 07:43

      Qui veux être de la chair à canon pour vieillards ? ... Pas moi !
       
      Le combat de Hezbollah est peut-être juste, mais Hassan Nasrallah a juste oublié de dire qu’il fait parti de "la race des seigneurs" pas 100% humains, la race des hybrides reptiliens ...
       
      Personne n’a remarqué son tirage de langue trop fréquent et si particulier ? ... Réveillez-vous avant de finir en chair à canon pour vieillard !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès