• vendredi 18 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Contact
Agoravox TV
Accueil du site > Tribune Libre > Le coup de gueule de Gérard Lanvin contre Hollande, Mélenchon et (...)
par Belin Gérard mardi 22 janvier 2013
40%
D'accord avec l'article ?
 
60%
(61 votes) Votez cet article

Le coup de gueule de Gérard Lanvin contre Hollande, Mélenchon et Torreton

En Avignon, pour la promotion du film "Amitiés Sincères", Gérard Lanvin a fustigé les "jugements" dont sont la cible comédiens et acteurs "bankables" et a "réglé son compte" au gouvernement Hollande et à la classe politique. Petite pique au passage à Mélenchon et Torreton...

 

 

Réactions à la vidéo Faire un don
  • 39 votes
    par gerfaut (xxx.xxx.119.174) 22 janvier 2013 11:50

    Très bonne réaction de Lanvin, très juste. Il pointe qu’ au final tout cela nuit à l’ activité de nôtre pays, à l’ économie du cinéma.




    • 10 votes
      par Daniel D. (xxx.xxx.68.67) 22 janvier 2013 17:32
      Daniel Q.

      Si un film doitetre fait, et qu’un acteur ne le fait pas, un autre peut le faire.

      En fait en l’ecoutant, on comprend que ca permettrais a d’autres comediens de travailler et serais tres bien au contraire pour les jeunes ou nouveaux comediens qui aurais ainsi leur chance plus facilement.

      Combien de talent n’ont pas l’occasion de faire leur preuves ?

      Partagez, ou partez !

      Daniel D.


    • 11 votes
      par gerfaut (xxx.xxx.119.174) 22 janvier 2013 18:46

      Donc virons les meilleurs acteurs qui nous restent, cela fera place aux autres ? Est-on interchangeable ? A-t-on tellement de talents qui sont là cachés et brimés ? Dans un monde normal, ils doivent s’ imposer par eux même, en travaillant pour devenir les meilleurs, et mettre la vieille génération au rencart.


      Les gens ne payent pas pour voir des expériences, ils veulent voir de bons films. Du vrai talent pas proclamé d’ avance.

      Cela me rappelle l’ argument des féministes sur le manque de grandes femmes dans l’ histoire : il faut garantir l’ égalité (donc éliminer des hommes des postes importants) et aller chercher les femmes qui auraient dû être connues mais qui ont été brimées et oubliées.
      Et on devrait gagner au change. 

      Comme dit Zemmour, moi, je ne veux plus payer pour voir... Ca suffit l’ idéologie.



    • 8 votes
      par ffi (xxx.xxx.88.3) 23 janvier 2013 00:05

      C’est vrai qu’en principe, il est possible pour chacun d’avoir autant de succès que Gérard Depardieu.
      De même qu’en principe, il est possible pour chacun de courir aussi vite que Usain Bolt.
       
      Mais ça, ce n’est vrai qu’en principe.
      En pratique, et l’on n’en connaît pas trop bien la raison, Gérard Depardieu a eu un succès considérable, et Usain Bolt coure très vite.
       
      Bref, au lieu de faire dans l’idéologie et l’essentialisme, la pays devrait s’appliquer à prendre l’existant tel qu’il est, le respecter, puis le bonifier.
       
      Donnons un pouvoir politique aux Riches.
      Laissons-les décider de l’orientation leur contribution au pot commun.
      Donnons-leur le choix entre plusieurs options, chacune favorable au Bien commun.
       
      Parce que je le comprends Gérard Depardieu. Se faire détrousser de 75% de ses recettes... pour subventionner un art contemporain pipi-caca... Autant aller se faire voir chez les Russes...


    • 2 votes
      par rastapopulo (xxx.xxx.213.76) 23 janvier 2013 01:04
      rastapopulo

      Sauf que c’est les taux d’imposition des 30 glorieuses et golden 60’ pour les tranches supérieur... Il n’y a donc aucune corrélation entre croissance et faible taux d’imposition supérieur. C’est un mythe d’émotif incapable de se référer à des faits. Le pompon étant d’oublier que c’est les pays qui ont connu les 30 glorieuses et Golden 60’ avec haut taux d’imposition supérieur (+ GlassSteagall + Bretton Woods + rattrapage industriel planifié + crédit publique) qui, encore aujourd’hui, 40 ans après, constitue le moteur de l’économie mondial avec le plus grand marché de consommateur de tous les temps. Il avait même le privilège d’être le plus grand marché de consommateur de tous les temps sans dette publique (des autres ou la sienne) pendant les haut taux d’imposition supérieur. Juste la réalité.


    • 10 votes
      par ffi (xxx.xxx.88.3) 23 janvier 2013 04:31

      Vous en restez dans les grands principes...
      Mais c’est Aristotélicien par essence, non ?

      Il faut agir en pratique, en considérant l’existant.
      Si quelqu’un est riche, grand bien lui en fasse, s’il en use en conformité du Bien Commun.
       
      La pensée Grecque, L’Aristotélisme, c’est considérer d’abord une première essence universelle, qui se spécifie d’accident en accident, jusqu’à engendrer tout l’existant actuel. C’est un grand système idéologique. Cela implique d’être à l’affût de l’essence des choses.
       
      La pensée juive, La Bible, c’est considérer d’abord une existence, laquelle crée tout l’existant au gré de sa convenance. C’est un grand récit. Cela implique de rester à l’affût de l’existant et de ses contingences, vu comme l’indice de la volonté de cette existence première qui fait l’histoire.
       
      La pensée française doit continuer de s’alimenter à ces deux sources antiques. La première lui donne la puissance logique, l’élaboration des principes. La seconde lui donne la puissance perceptive, l’expérience pratique.
       
      Et il faut faire primer la seconde sur la première.
      En effet, en politique, c’est toujours quelqu’un qui crée.
      Les grands principes n’ont pas la puissance d’action par eux-même.


    • 2 votes
      par logan2 (xxx.xxx.115.37) 23 janvier 2013 19:06

      Ces raisonnements ignorent totalement les interdépendances qui peuvent exister entre les situations des uns et les situations des autres. Prétendre que l’existence de riches n’est pas un problème est déjà implicitement supposer qu’il n’existe aucun lien entre le fait que certains soient très riches et que 15% de la population vive en dessous du seuil de pauvreté.

      Sous l’aspect de bon sens que vous voulez donner à vos affirmations, il y a en réalité une vraie idéologie individualiste nauséabonde.

      Il est je pense évident au contraire que l’accaparement par une petite quantité de personnes d’une grosse partie de la monnaie en circulation crée une situation de manque de monnaie pour tous les autres, et donc une situation de pauvreté.

      Ce que l’on remet en question, ce n’est pas forcément le comportement des personnes, mais le système. Car s’il y a des gens très riches, c’est forcément parce qu’à un moment ou un autre le système a drainé des grosses quantités d’argent vers ces personnes au détriment d’autres personnes, que ce soit directement ou indirectement.

      Prenons l’exemple des footballeurs. S’il gagnent beaucoup d’argent c’est parce qu’ils ont des très gros salaires et des sponsors publicitaires qui les rémunèrent très grassement. Après tout ces footballeurs n’y sont pour rien, le système était comme cela avant qu’ils en fassent partie, et si on ne change rien il continuera d’être comme cela après qu’ils en sortent.

      Les joueurs sont salariés par les clubs de football. Ces clubs ont des revenus qui viennent essentiellement des subventions publiques, des primes obtenues lors des coupes / championnats, des sponsors publicitaires et des recettes obtenues en vendant des billets pour assister aux matchs qui ont lieu dans leur stade.

      On voit bien que la démesure des salaires de certains joueurs commence déjà dans la distribution de l’argent qui est faite au niveau de ces différentes sources de revenus.

      Ajoutons à cela les effets de concurrence au niveau européen.

      On voit bien que le problème est systémique plus qu’individuel.

      C’est une réforme complète du système autour du football qu’il faudrait mener afin de mettre fin à la surenchère et aux inégalités qui finissent par pourrir le jeu lui-même et par participer, même si à l’échelle de la France c’est assez anecdotique vu les sommes en jeu, mais au moins de manière symbolique, au malaise autour des inégalités.

      Les gars comme Lanvin ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez. Mais qui ira voir leurs films super chers parce qu’ils sont payés comme des rois quand tout le monde n’aura plus assez de sous pour pouvoir se payer le privilège d’une soirée au ciné ?

      C’est le problème du système capitaliste en général. La consommation est le moteur du système capitaliste, mais à force d’accumuler, tandis que certains deviennent de plus en plus riches, le reste de la population s’appauvrit au contraire, et ne peut plus consommer.


    • 1 vote
      par Éric Guéguen (xxx.xxx.7.37) 23 janvier 2013 20:00
      Éric Guéguen

      @ logan2 :
      --------------
      "La consommation est le moteur du système capitaliste..."
      => NON. La consommation est le moteur du MONDE MODERNE. Mélenchon ne remet pas en question la consommation, mais le fait qu’elle semble réservée à certains privilégiés.
      Il y a des gens qui en croquent plus que d’autres, mais nous voulons toutes et tous en croquer.
      Ça va bien au-delà du seul capitalisme...


    • 5 votes
      par ffi (xxx.xxx.88.3) 23 janvier 2013 20:42

      Sous l’aspect de bon sens que vous voulez donner à vos affirmations, il y a en réalité une vraie idéologie individualiste nauséabonde.

       

      Commode prétexte pour refuser de voir "ce sein que vous ne sauriez voir..."

       

      Il est je pense évident au contraire que l’accaparement par une petite quantité de personnes d’une grosse partie de la monnaie en circulation crée une situation de manque de monnaie pour tous les autres, et donc une situation de pauvreté.

       

      Où ai-je nié ceci ? C’est plutôt sur le remède que nous divergeons...

       

      Ce que l’on remet en question, ce n’est pas forcément le comportement des personnes, mais le système. Car s’il y a des gens très riches, c’est forcément parce qu’à un moment ou un autre le système a drainé des grosses quantités d’argent vers ces personnes au détriment d’autres personnes, que ce soit directement ou indirectement.

       

      1°) Déjà, je mets à part tous les faits de criminalité.

      2°) Tout système fera toujours qu’il existe des personnes qui, par chance, se retrouvent en des situations où ils accumulent beaucoup plus de richesses que d’autres.

       

      Ce ne fut pas différent dans l’URSS où les apparatchiks et la nomenklatura vivaient dans un grand luxe, pendant que les prolétaires végétaient dans la misère. 

       

      Le système "parfait" est une utopie. Prôner de détruire l’existant en vue de reformer un nouvel existant parfait est vain. Déjà la perfection de l’existant idéal se délitera au gré des contingences du nouveau système... (cette contingence, c’est le fait qu’un homme, par chance, se retrouve propulsé dans une situation très rémunératrice)

       

      Il faut donc procéder autrement. Prendre l’existant tel qu’il est, puis amener ceux qui en profitent à agir selon le Bien Commun, de manière à améliorer la situation de tous. Il faut amener les riches à faire le Bien autour d’eux, puis les récompenser en fonction (par des honneurs).

       

      Prenons l’exemple des footballeurs.
      Il en est de même pour les footballeurs. Ils ont la chance d’être dans une situation très rémunératrice. Il faut les amener a user de cette richesse pour améliorer le monde qui les entoure plutôt qu’à sombrer dans le stupre et la fornication.


    • 6 votes
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.157.65) 23 janvier 2013 21:55
      "il y aura toujours des gens qui par chance accumuleront beaucoup plus que les autres"

      Ca ça s’appelle une croyance.

      "un système parfait n’existe pas"

      Ca ça s’appelle une trivialité. Intellectuellement parlant, c’est aussi honnête que si un gars avait mal aux dents, qu’il demandait de l’aide, et que je lui répondais : "mais un monde sans douleur, ça n’existe pas mon vieux". Le genre d’assertions qui font avancer le schmilblick quoi...

      Le problème des gens riches comme Lanvin, Depardieu et autres, c’est qu’ils pensent que le système qui répartit la richesse avant redistribution, est juste. Autrement dit, ils pensent qu’ils méritent réellement de gagner ce qu’ils gagnent, et que s’ils contribuent à la solidarité nationale, c’est déjà bien gentil de leur part, mais faut pas pousser. Voilà comment ils pensent.

      D’après moi, si quelqu’un mérite réellement de gagner X euros, lui en prendre 1 seul par la force de la loi, quelle que soit la valeur X, même 100 milliards de milliards d’euros, j’appelle ça de la spoliation, parce qu’on prend à quelqu’un ce qui lui revient : il l’a mérité. Or chacun doit avoir ce qu’il mérite (même si le monde n’étant pas parfait hein, tout est question de mesure et d’ordres de grandeur).

      Mais d’après moi, quelqu’un qui croit qu’il mérite réellement de gagner ne serait-ce que 1 million d’euros par an, quel que soit ce qu’il fait dans la vie, est victime d’une grave hallucination, puisqu’il pense qu’il vaut par exemple 10 à 20 fois la valeur d’un ingénieur de haut niveau, mais aussi et surtout parce qu’il ne semble pas calculé tout ce que ses talents doivent à ce qu’il a puisé dans son environnement, tout ce qu’il hérite de l’histoire des hommes, et tout ce qu’il doit à la chance (qui est à peu près l’antithèse du mérite).

      Qui forge cette hallucination ? Le système dont vous et moi faisons partie.

      Par ailleurs, on a vu comme des agents du système économique, qu’on appelle traders ont gagné et fait gagner énormément d’argent à certaines personnes, alors même que leur activité était souvent un réel poison pour la société toute entière. Cet exemple montre clairement qu’il n’y a aucune raison de penser a priori que chacun mérite ce qu’il gagne, et qu’on peut même gagner énormément en étant extrêmement nuisible.

      La loi n’est donc pas seulement imparfaite : elle est de fait une construction politico-historique qui induit potentiellement des aberrations dont l’absurdité peut défier l’imagination (la finance actuelle le prouve largement me semble-t-il, mais le concept de rentier le fait déjà largement depuis que l’argent existe).

      Par conséquent, les revenus de chacun sont d’emblée susceptibles d’être, d’une manière ou d’une autre, dans une proportion ou une autre, mal acquis, bien que légalement acquis.

      Mais la remise en question des acquisitions légales de chacun posent plusieurs questions d’ordres différents, dont au moins celles-ci :
      - existe-t-il un agent objectif capable de décider qui mérite quoi ? La réponse est non.
      - si la majorité des membres d’une société sont tournés vers la jouissance de biens et services produits par d’autres, achetés avec de l’argent (en un mot, une société consumériste), est-il possible que cette société décide démocratiquement de ce qu’il est juste de gagner comme argent ? A n’en pas douter, une telle société décidera ce que diront ses agents les plus influents, de par leur nombre, ou de par leur méthodique organisation de classe consciente d’elle-même, à même de contrôler dans une large mesure les médias, la culture, et les institutions.

      Par conséquent, il n’y a pas à tortiller. Ceux qui occultent la réalité sont ceux qui occultent le fait vieux comme le monde, que les classes conscientes d’elles-mêmes ne font pas de cadeaux, et même si elles se déclarent pour le bien commun (quel crétin ne dirait pas cela ?), ce bien commun, elle le définissent elles-mêmes, et il n’y aucune raison autre que stupide de croire que cette définition du bien commun répond à autre chose qu’à l’intérêt de cette classe, ou plutôt à son désir. Dès qu’une classe est consciente d’elle-même et se constitue comme telle, elle s’organise pour faire triompher son désir autant qu’il lui est permis de le faire.

      Nous sommes actuellement dans une société consumériste, dont la course est grosso modo dictée par ses classes dominantes, par médias et culture de masse interposés. Il n’y a donc pas dans les masses, de conscience aiguë de classe, ou pas très large. Le désir de la masse est donc largement orienté par le désir des classes supérieures, et notre machine infernale poursuit sa route forte de ce carburant fondamental, essentiel.

      En l’absence de conscience de classe des masses, comment pourrait-il arriver démocratiquement au pouvoir une force qui corrige la répartition délirante des richesses en capitalisme ? Et comment cette force pourrait-elle faire cette re-répartition sans remettre en cause le consumérisme lui-même, qui tourne nos désirs vers tout ce qui produit les aberrations de répartition ? Par exemple, si nous désirons avoir des héros cinématographiques adulés comme des "rois de la comédie" plutôt que des troupes de saltimbanques, comment désirer en même temps que les comédiens soient payés de façon décente et conforme au bien commun ? en effet, si le désir des masses est d’avoir des rois et des princes de la comédie, il est conforme au désir des masses que ces gens méritent bel et bien de gagner des sommes astronomiques, crise ou pas crise (qu’imprime comme changement dans nos consciences la crise en question ? rien ? alors ne changons rien et crevons la bouche ouverte).

      Ainsi, la répartition des richesses est le reflet de nos propres consciences désirantes, il n’y a pas beaucoup d’étrangeté entre les deux, et il paraît donc illusoire, fautif, de désirer une répartition des richesses appropriée au bien commun, qui serait radicalement différente, sans désirer un changement radical de désir des masses que nous constituons.

      La lumière paraît donc au pire au bout du tunnel de l’autodestruction capitaliste, ou au mieux sur son chemin. Moins le capitalisme aura la capacité de satisfaire les désirs qu’il crée, plus il y aura divergence entre les désirs de masse et les désirs des dominants du système, et moins ce système sera tenable.

      A chacun d’oeuvrer en conscience de son désir propre, pour le réaliser, et empêcher les désirs ennemis de se réaliser. C’est ce que font les dominants depuis la nuit des temps, par construction, et c’est pour cela qu’ils prennent soin de diriger les désirs des autres.

      Le rôle d’un révolutionnaire est d’encourager par le verbe et par l’action, les gens à faire bifurquer leurs désirs.

      La seule question qui vaille est donc la suivante : qui dirige mes désirs ? et cette unicité de principe est bien heureuse car la puissance de l’action est proportionnelle à la simplicité des principes qui l’animent (on se référera au noeud gordien en cas de doute).

    • 6 votes
      par ffi (xxx.xxx.88.3) 23 janvier 2013 22:59
      "il y aura toujours des gens qui par chance accumuleront beaucoup plus que les autres"
       
      Ca ça s’appelle une croyance.
       
      Mais dites-moi, si vous affirmiez que
      "il existe un système qui assure pour l’éternité les mêmes revenus pour tout le monde",
      ne serait-ce pas également une croyance ?
      Laquelle de ces hypothèses est la plus crédible selon vous ?
       
      Par ailleurs, veuillez notez que je précise bien "par chance", et donc je n’attribue pas la réussite pécuniaire au mérite personnel (même s’il peut en partie exister).
       
      Je ne prône rien d’autre que ceux qui ont de la chance en prennent conscience, puis qu’ils s’en saisissent pour agir conformément au Bien Commun, afin d’améliorer la situation collective. Si ceci doit se faire sous la régulation de l’État, ce n’est pas à l’État de se substituer aux riches. C’est aux riches de Bien agir, sinon, l’État serait en droit de les déchoir de leur richesse (puisqu’ils ne seront alors pas réputés dignes de celle-ci).
       
      Donc voyez-vous, la pratique politique que j’envisage, elle est valable pour tout système, du plus équitable au moins inéquitable. Elle permet de faire converger tout système vers le maximum d’équité. A charge pour l’État de définir les diverses options qui servent au Bien commun. A charge des riches de choisir parmi ces options, d’y mettre leur fortune à ce service et d’y jouer un rôle actif, avec le bonheur du bien agir et la reconnaissance pour eux à la clé.
       
      Sortez de ces lubies de la lutte des classes. Elle ne fait que monter les riches contre les pauvres. Elle étouffe toute générosité des gens fortunés à l’égard des pauvres et coupe donc les pauvres d’un secours qui leur serait pourtant essentiel.

    • vote
      par rastapopulo (xxx.xxx.213.76) 24 janvier 2013 00:05
      rastapopulo

      Excellent sur Aritstote : Cheminade soutient qu’il y a une opposition fondamentale avec Platon qu’il préfère. Sinon moi je suis pour l’imposition unique (ou alors la suppression de l’héritage ou vice et versa) couplé à une hausse de la tva sur la conso pour faire la nique à ceux qui se sucre sur notre marché de consommateurs. Mais plus loin que nos petites pensées, il y a l’histoire, des faits historiques prouvés qui donne entièrement tord à l’argumentaire ahistorique de dire que l’imposition des hautes revenu freinerait la croissance. C’est même le contraire.


    • 2 votes
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.141.63) 25 janvier 2013 03:27

      ffi : la lutte des classes n’est pas une lubie, c’est un fait, qu’on l’aime ou qu’on le regrette. A ce que je sache, le medef ne défend pas les ouvriers, les fonctionnaires ne défendent pas les droits du privé avant les leurs, et vice versa, les politiciens ménagent leurs intérêts au mépris de leurs engagements (et sans s’en rendre compte dans le meilleur des cas), le syndicat des gros agriculteurs ne défend pas l’agriculture paysanne respectueuse de l’environnement avant de défendre son intérêt le plus immédiat (c’est dire à quel point la lutte des classes tenace : elle s’immisce même là où elle est suicidaire), et je peux continuer ainsi à l’infini : il y a relation intime entre ce que l’on perçoit de soit-même en tant qu’entité (individu ou groupe), et ce que l’on entreprend pour poursuivre son intérêt ou son désir : plus l’organisation qui reflète cette conscience est harmonieuse, plus son action est efficace de son propre point de vue.


      Par ailleurs je ne comprends pas où est-ce que vous avez lu que j’aspirai à une répartition strictement égalitaire des richesses. Je n’ai jamais dis cela.

      J’ai même dis que quelqu’un qui désire à la fois l’interdiction des revenus astronomiques d’une part, et l’existence de rois de la pop d’autre part, est un inconscient dont le désir propre est inopérant car fondamentalement incohérent.

      Je dis simplement que j’ai personnellement intérêt à ce que la masse des gens soit plus libre de diriger ses propres désirs, car leur panurgisme actuel sert la puissance d’une minorité qui, ainsi renforcée par le flot de désir qu’elle manipule, exerce une pression multidimentionnelle sur mes propres aspirations, par des mécanismes évident de pression matérielle, institutionnelle, et culturelle.

      En tant qu’homme aspirant à l’émancipation matérielle et spirituelle, j’ai donc grand intérêt à la l’émancipation des autres de leur condition de mouton désirant ce qu’on leur demande de désirer (je caricature bien évidemment le schéma réel pour plus de simplicité).

    • 1 vote
      par la mouche du coche (xxx.xxx.8.203) 17 février 2013 09:43
      la mouche du coche

      Gerard lanvin est là pour nous vendre le mariage gay et pas pour "défendre" Depardieu. Il est en service commandé pour le système.


  • 23 votes
    par soumayahastalavictoria (xxx.xxx.4.249) 22 janvier 2013 12:37
    soumayahastalavictoria

    Rien à dire... Très bien parlé...


  • 8 votes
    par Éric Guéguen (xxx.xxx.136.145) 22 janvier 2013 12:54
    Éric Guéguen

    J’ai toujours apprécié Lanvin, il n’a jamais eu sa langue dans sa poche.
    En revanche, je trouve que Torreton est meilleur acteur que Depardieu, simple question de goût.


    • 7 votes
      par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 15:39
      Hijack

      Tu plaisantes Gueguen,
      .
      Torreton ??? Mais plus que sa qualité d’acteur ... sur Depardieu, il aurait simplement dû fermer sa gueule ...


    • 6 votes
      par Éric Guéguen (xxx.xxx.136.145) 22 janvier 2013 16:59
      Éric Guéguen

      Non, je ne plaisante pas.
      Hors de sa connerie de courrier pour se rendre intéressant, est-il permis de dire que Torreton est un bon acteur ? Bien meilleur en tout cas que le poussif Depardieu qu’on a essayé de nous vendre comme le nouveau Gabin durant des décennies...


    • 9 votes
      par albatar (xxx.xxx.199.97) 22 janvier 2013 18:44
      Joe Gillian

      http://www.youtube.com/watch?v=1mlp...


      Ca c’était un putain de film ! Et depardieu y étais excellent !
      Perso j’ai toujours préféré Bebel à Depardieu, mais entre les Valseuses, Tenue de soirée et quelques autres monuments de Blier, je doit dire que Gérard a quand meme tenu le role principal dans des films cultes...
      Torreton, j’m’en souviens pas.

    • vote
      par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 18:46
      Hijack

      Gueguen,
      .
      Certes ... Depardieu est devenu poussif, tout le monde l’a remarqué ... Gabin me semble la bonne comparaison en tant qu’acteur ... pas en tant qu’homme !
      .
      Le fait qu’il soit poussif ... dénature un peu ses possibilités ...mais faut se souvenir de ses bon rôles ...
      Je le situe perso juste un peu en dessous de De Niro ...
      Torreton, je le connais pas bien ... peut-être n’ai-je pas vu ses bon rôles ... mais ... sa farce anti Gégé ... n’est pas la preuve de quelqu’un de positif ... car Depardieu, qu’on l’aime pou pas ... ce qu’il fait marquera les esprits.


    • vote
      par Éric Guéguen (xxx.xxx.7.37) 22 janvier 2013 20:25
      Éric Guéguen

      Qu’est-ce qu’il avait pour déplaire "l’homme" Gabin ?
      -------

      Après, tout est une question de goût. Pour ma part, Depardieu, c’est uniquement La chèvre face à Pierre Richard, le film le plus poilant du cinéma français. Là on avait deux acteurs moyens qui se mettaient en valeur mutuellement. Il était intéressant également dans Le plus beau métier du monde.
      De Niro est pour moi nettement au-dessus, très nettement. Mais lui aussi ne fait plus que de l’alimentaire, ou du social, c’est selon.
      Quant à Torreton, il faut l’avoir vu notamment dans Monsieur N., Capitaine Conan, ou dernièrement dans Présumé coupable !
      Il a le mauvais goût d’être de gôôôôche, mais il ne faut pas oublier que Gégé a été coco !


    • 1 vote
      par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 21:16
      Hijack

      Gueguen,
      .

      Qu’est-ce qu’il avait pour déplaire "l’homme" Gabin ?
      .
      Pour déplaire Gabin ??? Je m’étais mal exprimé ... je voulais dire que l’homme Gabin, je le considère bien plus haut que l’homme Depardieu ...
      Je connais peu de personnes qui ne seront pas de cet avis.
      .
      Tout le reste, c’est une question de goût ... lol ... la Chèvre ???? marrant certes, mais il y a plus marrant (l’emmerdeur avec Brel et Ventura entre autres ...) ... P.Richard surjouait un peu ... mais c’est un bon acteur. Difficile d’être un comique du niveau de De Funès ... un grand des grands §


  • 7 votes
    par emphyrio (xxx.xxx.192.28) 22 janvier 2013 13:32

    Comment on ruine un argumentaire en déclarant Depardieu 1000 fois plus brillant que Torreton : le talent et le pognon n’auront jamais le même éclat, Gérard.


  • 4 votes
    par schwitters3 (xxx.xxx.220.62) 22 janvier 2013 13:36
    schwitters3

    Du franc-parler smiley plutôt réaliste, sans fioriture il dit les faits et les conséquences..et un petit coup sur Torreton (ça fait pas de mal !).

    Apparemment seuls les acteurs ont besoin de parler, les autres métiers s’en vont sans rien dire, tout dans la discrétion quand les couloirs sont sombres..

  • 12 votes
    par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 15:07
    Hijack

    J’applaudis ! Bravo Lanvin !!!

    .
    Je ne le savais pas aussi révolté, aussi sensé.


  • 14 votes
    par toug (xxx.xxx.249.200) 22 janvier 2013 16:47
    toug

    beauf franchouillard hyper friqué sans intérêt. Il défend sa classe sociale. La taxe à 75 % [ de la merde symbolique qui sert à rien, essayer de récupérer les 80 milliards d’euro de l’évasion fiscale ce serait autre chose... ]va empecher les jeunes de rêver il nous dit. Il nous faut des supers riches pour qu’on continuent à rêver nous dit le grand intellectuel Lanvin... C’est beau. Et tous les cons ( même les pauvres et les chômeurs ) applaudissent.


  • 14 votes
    par Mr.Kout (xxx.xxx.65.149) 22 janvier 2013 17:24

    Monsieur je tourne 99% de film subventionnés mais c’est "moi" qui crée la richesse.

    Rejoint l’ivrogne en Russie,ça nous feras du bien.

    Ressaisissez vous tous !!!
    Des millionnaires subventionnés veulent vous faire croient qu’ils créent des richesses alors qu’ils ne font que les pomper et beaucoup ici prennent leurs defense sans se rendre compte du foutage de gueule.

  • 2 votes
    par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 17:43
    Hijack

    J’aime bien Lanvin ... mais je me suis tjrs demandé pourquoi ce bon acteur n’a pas la carrière qu’il mérite. Pourquoi a t-il joué dans des films cons ... Pourquoi les réalisateurs et productions ne lui proposent pas mieux ...
    .
    Par exemple, Omar Sy ou Dany Boon ou Merad et similaires ... ne m’ont jamais fait même sourire ... ni me souviens de leurs rôles joués ... et c’est eux qui font les affiches ... et même le musée Grévin paraît-il ... Ils jouent si bien que ça ??? Je trouve pas ... perso !
    Je comprends donc la colère de ce gars ...


  • 10 votes
    par Pyrathome (xxx.xxx.66.117) 22 janvier 2013 18:02
    Pyrathome

    Lanvin ?
    Il existe encore celui-là, c’est pas vraiment le talent qui l’étouffe.....
    On l’a pas beaucoup entendu sous Sarkosy, pour lui ça devait être normal.....
    Qu’il ferme sa gueule, l’état a suffisamment foncé pour nourrir des guignols pareils....
    On les voit les mecs maintenant, ils ont raison de montrer leur bassesse au grand jour....
    Allez hop, poubelle....


  • 4 votes
    par Hijack (xxx.xxx.28.187) 22 janvier 2013 18:48
    Hijack

    Si ... Depardieu a fait quand même une très grosse connerie dans sa vie ... : 
    .
    - avoir soutenu Sarko publiquement !


  • 4 votes
    par rastapopulo (xxx.xxx.213.76) 23 janvier 2013 01:13
    rastapopulo

    Un grand émotif. Venir se plaindre de dépasser le 1 millions de revenu et se la jouer victime alors que c’est notre modèle de redistribution qui permet de payer des cachets pareils. En plus, ahistorique comme raisonnement vu les hauts taux d’imposition pendant les plus forte période de croissance. Non vraiment, Lanvin et Depardieu font ce qu’ils veulent avec leur fric, c’est naturelle de râler pour ça. Mais la leçon de moral abstraite au secour. Je me demande bien ce que son père pensait de l’élévation de son niveau de vie pendant les 30 glorieuses et si c’était si dégueulasse que ça d’empêcher un état de tomber en faillite pour éviter une 2° GM bis. 


  • 6 votes
    par Piloun (xxx.xxx.208.61) 23 janvier 2013 06:33

    Et le bal des pleureuse continue. Ce qui me fait le plus pitier dans cette histoire ce sont les millions de smicars, de chomeurs, d’ouvriers qui défendent ces putes. Lanvin on ne l’entendra jamais gueuler contre les délocalisations, au nom des 1500 chomeurs de plus /jour, le démentellement du cdi, des travailleurs pauvres et moins pauvres qui ont du mal à se loger et qui ne peuvent pas se soigner, qui se privent de manger correctement pour payer leurs impots, factures etc, ne partent jamais en vacances, des français qui ne se plaignent pas, ça existe. Il s’en fout royalement des familles françaises qui ne peuvent pas joindre les 2 bouts et n’ont même pas les moyens de se payer une sortie au ciné avec leurs enfants. Depardieu n’a créé aucun emploie, il a juste acheté des entreprises qui existaient déjà pour toucher une plus value point barre, il ne branle rien, il ne créé rien, c’est un parasite, une pute apatride et un traître, mais qu’il crève en russie et Lanvin avec.


    • 5 votes
      par Walid Haïdar (xxx.xxx.157.65) 23 janvier 2013 22:14

      tu sais, ils ont des phrases pour ça, ça leur permet de ne jamais avoir pied sur la réalité qui remet en question leur situation, ça donne à peu près ce genre de trucs :

      "quand on veut bosser, on peut bosser, je suis désolé"
      "si t’avais envie de gagner des millions, fallait pas faire ouvrier, mais acteur, comme moi"
      "on est pas faits pareils, donc c’est normal de pas gagner pareil"
      "nous on s’est défoncé pour en arriver là"
      "Les rentiers ? Oui bah franchement, si son père s’est cassé le cul pour lui pondre un héritage, on va tout de même pas lui voler ! c’est criminel de faire ça, t’aimerais toi qu’on spolie ton fils de ce que tu t’es tué à lui transmettre" bon, surtout ne pas leur faire remarquer qu’il y a comme une contradiction avec la phrase bateau précédente, sinon tu risque de manger un
      "mais bordel, tu m’emmerde avec tes procès, moi je produit des richesses, et j’en récolte les fruits, et toi, tu fais quoi ? tu veux m’expliquer la vie ? allez remballe ton blabla, tu veux aider les gens, va bosser aux restos du coeur et me fait pas chier"

      Voilà. Et par dessus le marché ces gens se croient malins. Mieux vaut en rire qu’en pleurer non ?

  • 2 votes
    par Walid Haïdar (xxx.xxx.157.65) 23 janvier 2013 22:19
    Je trouve que la capture d’écran qui s’affiche donne une bonne gueule à ce bon vieux Gérard : il tire une tronche en parfaite adéquation avec le niveau de son propos.

  • 5 votes
    par macadam92 (xxx.xxx.237.160) 24 janvier 2013 14:27

    il a parfaitement raison quand il conseille a nos ENFANTS de partir de ce pays ici il n y a pas d avenir autre que le RSA le chomage les alloc ect....mais qui va payer l addition a la finale 


Ecrire un commentaire Faire un don

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Réclame

Facebook Facebook  Friendfeed Friendfeed  RSS RSS  Twitter Twitter 


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site optimisé pour le navigateur Firefox. Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération